les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Service d'action civique (SAC)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 12158
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Service d'action civique (SAC)   Sam 18 Fév 2017 - 17:56


Tout cela réveille des souvenirs et des pistes qui n'ont pas encore été creusées sur le forum.

L'une d'elles pourrait concerner le roi Hassan II car on retrouve le Maroc à plusieurs moments. André Moyen (qui connaissait Irving Brown) avait des liens forts avec la famille royale marocaine et il a formé la gendarmerie de ce pays (ainsi qu'une filiale de Securitas à Casablanca, sauf erreur de ma part). Il avait aussi été envoyé en Chine (Taïwan) et là également, il a pu observer des réseaux occultes de trafic de drogue.

L'idée qui germe derrière tout cela, c'est que Paul Vanden Boeynants et le général Beaurir pourraient avoir été liés à des trafics de ce genre. En tout cas, Paul Vanden Boeynants a été souvent soupçonné. Si le colonel Gérard Lhost a menacé le gendarme François Raes, c'est peut-être pour le dissuader de chercher trop haut. Faire sauter (gentiment) le commandant François suffisait. Pourquoi ne pas poser directement la question à Gérard Lhost ?

On peut noter que Jean-François Etienne des Rosaies était proche d'une princesse marocaine. Il y aurait peut-être des choses à trouver là-derrière.

_ _ _ _ _

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-cadavres-dans-le-placard-de-169483

(...)

Surprise : Tarditi, à peine arrêté mouille le dirigeant syndical Irving Joseph Brown, le représentant en chef à l’étranger de la Fédération du Travail américain de 1945 jusqu'en 1962. En mai 1962, un autre agent du FBN réussit à joindre les deux histoires : "Andrew Tartaglino avait lancé une enquête sur Irving Brown. « Et grâce à une vérification des antécédents de routine, Tartaglino avait appris que Brown (qui était alors pour la Confédération internationale des syndicats libres le représentant commercial de l'Organisation des Nations Unies) fréquentait un restaurant appartenant à George Bayon à Paris. Tartaglino avait appris ultérieurement qu’Irving Brown était l'ami de Bayon ; et que Bayon utilisé l'alias "Mueller" ; et que le restaurant de Bayon était utilisé par les trafiquants de drogue pour « recruter » des diplomates, comme le malheureux ambassadeur Rosal, comme courriers pour leurs entreprises de trafic de drogue (cela fait penser au personnage d'Henri Ferré surnommé "Le Nantais" dans le film "Razzia sur la chnouf" de 1955, avec Gabin). Ces faits ont alimenté la curiosité de l'agent, et son enquête de Brown a été élargie ; et après vérification avec d'autres organismes gouvernementaux, Tartaglino a alors appris que Brown bénéficiait de privilèges portuaires à New York (ce qui signifie que ses bagages n’étaient jamais vérifiés par les douanes) ; que sa femme, Lilly, était une secrétaire pour Carmel Offie, un agent de la CIA qui possédait une entreprise d'import-export à Manhattan ; et qu'il y avait "une possibilité" que Brown lui-même soit "relié d'une certaine manière avec la CIA" écrit en 2010 Douglas Valentine. Bref, les « narcos » américains venaient de découvrir que la CIA trafiquait, comme le faisait le SAC au même moment. Les mêmes agents du FBI se voyant notifier une fin de non recevoir pour enquêter sur deux autres personnes ; "Jean Jehan et Jacques Mouren, dans le cas de connexion française, pour les mêmes raisons, liées au renseignement.. » (...)

_ _ _ _ _

L'occasion aussi de relire le rapport Godbille (il est beaucoup question de lui ces temps-ci !)





Note : l'implication de Claude Nitelet dans les tueries du Brabant fait à mon avis peu de doutes.

Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1829
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Service d'action civique (SAC)   Sam 18 Fév 2017 - 19:03

Brown n'était pas "relié d'une certaine manière" à la CIA... s'il n'y était pas directement affilié, il en était l'un des hommes liges... puisque c'est par son intermédiaire que la CIA (OSS, alors ?) fit éclater l'énorme machine de "guerre sociale" qu'était la CGT en finançant la dissidence FO.

La relation de la dictature monarchie chérifienne avec la drogue ("H") est assez ambiguë dans la mesure où des cultures se trouveraient dans la "zone interdite"... une province où toute circulation non "autorisée" s'expose à un tir direct de "sommation"... une zone dans laquelle Giscard d'Estaing (père propriétaire à 51% des phosphates du Maroc) possédait sa "villa" (aux tailles d'un Palais) avant d'avoir pour "voisin d'en face" un certain Jacques Chirac... bénéficiaire du palais du frère du roi tombé en disgrace après un soupçon de velléité putschiste.

Ces données sont bien évidemment très difficiles à établir de façon certaine... la moindre allusion contraire au bon plaisir du monarque exposant, en cette saine contrée, à un incarcération d'office en des lieux indéterminés pour une période... non définie... cette mesure étant à fortiori applicable à l'encontre de tout ressortissant au service de l'état... comme flic, militaire, procureur ou notaire.... Les anciens "serviteurs du royaume" qui ôtèrent de la babouche royale le caillou nommé Ben Barka furent protégés durant des années, avec possibilité d'ouvrir et de tenir des commerces, jusqu'à ce qu'une lettre de cachet ne les fasse disparaître corps et biens; Georges Boucheseiche et consorts.

"Le bon vieux temps des colonies", comme chantait Sardou, a laissé des stigmates difficiles à effacer du fait "d'intérêts supérieurs"... un peu comme en France-à-fric où les anciens affiliés du gaullisme et des réseaux Foccard ou Pasqua conservent de tels atômes crochus avec le pouvoir en place que leur extradition n'est même pas... recevable par les services secrets français bien trop heureux de conserver d'honorables correspondants en place.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12158
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Service d'action civique (SAC)   Sam 18 Fév 2017 - 20:16


Voir notamment

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-cadavres-dans-le-placard-de-169483

notamment sur Condemine, Medico ... et Vanden Boeynants ...

François Raes était manifestement un enquêteur qui dérangeait !

Il en a été bien mal récompensé.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12158
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Service d'action civique (SAC)   Jeu 13 Juil 2017 - 16:02

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12158
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Service d'action civique (SAC)   Lun 24 Juil 2017 - 15:16


Pour information :

https://books.google.be/books?id=4rilCgAAQBAJ&dq=drogue,+%22%C3%A9tat+de+d%C3%A9pendance%22,+DEDD,+%22service+d%27action+civique%22&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

Cher pays de notre enfance. Enquête sur les années de plomb de la Ve République

Étienne Davodeau, Benoît Collombat

Futuropolis - 224 pages





Prix du Public 2016 au festival d'Angoulême ! Assassinats de magistrats, de journalistes, de syndicalistes, et même de ministres : il n’y a pas que l’Italie qui a connu des "années de plomb" dans les années 70. La France aussi ! En partant à la rencontre des témoins de cette époque, en nous faisant visiter les archives enfin ouvertes sur le SAC, la milice du parti gaulliste, Étienne Davodeau et Benoît Collombat nous emmènent là où la vie politique d’une grande démocratie s’est parfois égarée... C’est la mort du juge Renaud, à Lyon, le 3 juillet 1975, premier haut magistrat assassiné depuis la Libération. Ce sont des braquages de banques, notamment par le fameux gang des Lyonnais, pour financer les campagnes électorales du parti gaulliste au pouvoir. Ce sont les nombreuses exactions impunies du SAC (le Service d’Action Civique), la milice du parti gaulliste, dont la plus sanglante fut la tuerie du chef du SAC marseillais et de toute sa famille à Auriol en 1981 (ce massacre aura bouleversé la France entière, et aura entraîné la dissolution du SAC par le parlement en août 1982). C’est l’assassinat de Robert Boulin, ministre du Travail du gouvernement de Raymond Barre, maquillé en suicide grossier dès la découverte du corps dans cinquante centimètres d’eau, le 30 octobre 1979, dans un étang de la forêt de Rambouillet. Ce sont 47 assassinats politiques* en France sous les présidences de Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing ! Avec, en arrière plan, le rôle actif joué par le SAC, la milice gaulliste engagée alors dans une dérive sanglante. C’est une page noire de notre histoire soigneusement occultée, aujourd’hui encore. En nous faisant visiter les archives sur le SAC, enfin ouvertes, en partant à la rencontre des témoins directs des événements de cette époque – députés, journalistes, syndicalistes, magistrats, policiers, ou encore malfrats repentis –, en menant une enquête approfondie et palpitante, Étienne Davodeau et Benoît Collombat nous font pénétrer de plain-pied dans les coulisses sanglantes de ces années troubles et nous convient à un voyage étonnant, instructif et passionnant à travers les heures sombres de la Ve République.





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12158
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Service d'action civique (SAC)   Mer 25 Oct 2017 - 20:30


https://www.mediapart.fr/journal/france/251017/robert-boulin-en-metaphore-martyrisee-de-la-ve-republique?utm_source=20171025&utm_medium=email&utm_campaign=QUOTIDIENNE&utm_content=&utm_term=&xts=&xtor=EREC-83-%5BQUOTIDIENNE%5D-20171025&xtloc=&url=&M_BT=89591233638

Robert Boulin en métaphore martyrisée de la Ve République

25 octobre 2017 Par Antoine Perraud

Un documentaire de Benoît Collombat diffusé sur France 2 le 26 octobre démontre comment et pourquoi (sinon par qui) Robert Boulin fut assassiné en 1979. La thèse du suicide relève désormais du discours de la cécité volontaire…
_

Ce documentaire irréfragable fera date, à la manière d’un éclair qui rend la vérité possible. Voici un surgissement que plus rien ne masque. Et la télévision retrouve – non pas comme par enchantement mais grâce au travail acharné d’un journaliste – l’étymologie du mot grec alètheia (ἀλήθεια) : la vérité en ce qu’elle est arrachée à l’occultation. Plus exactement sortie du Léthé, ce fleuve mythique de l’oubli où baigne l’âme humaine aux enfers, selon les Anciens.

Dans le cas de Robert Boulin, les eaux oublieuses sont celles de l’étang Rompu, en forêt de Rambouillet, où le corps du ministre fut déposé par ses assassins pour maquiller leur meurtre en suicide, dans la nuit du 29 au 30 octobre 1979. Voilà un secret d’abord bien gardé – oligarchique et même mafieux –, devenu de polichinelle au fil des ans, maintenant dévoilé sous les coups de boutoir de Benoît Collombat. Cet enquêteur hors de pair s’est avéré tenace, sans se laisser dévorer par son sujet.

Rappel implacable des faits têtus : ministre gaulliste sous le général, Pompidou, puis Giscard, le résistant Robert Boulin, né en 1920, était suffisamment capé mais encore assez jeune pour permettre au pouvoir giscardien de contrer la reconquête sans pitié entreprise par Jacques Chirac à partir de 1976. Il faut se souvenir – et Bernard Pons, 91 ans, rafraîchit notre mémoire – à quel point une « haine » ivre de revanche habitait le clan Chirac-Pasqua, qui entendait couper les jarrets de Giscard après lui avoir fait la courte échelle jusqu’à l’Élysée en torpillant la candidature Chaban-Delmas en 1974.

Or, seul un ami de Chaban – tandis que se couchaient tous les barons du gaullisme – semblait à même de bloquer l’irrésistible ascension de Chirac : Robert Boulin, qu’agitait comme un leurre, avec une perversité calculée, le président Giscard d’Estaing. N’allait-il pas faire de Boulin son premier ministre en remplacement de l’impopulaire Raymond Barre – ce qui donnerait un second souffle à son septennat et ruinerait d’autant les chances du conquistador néo-gaulliste piaffant d’impatience ?

Il fallait abattre politiquement Boulin, honnête homme transformé en trafiquant immobilier (le terrain de Ramatuelle) par un montage de fripouilles proches de Charles Pasqua, qui offrirent clef en main à la presse un dossier prétendument accablant. Minute s’en fit le relais, puis Le Canard enchaîné, avant que Le Monde n’offrît un début de crédibilité à un tel enfumage.

Le dos au mur, sachant d’où venaient les coups, Robert Boulin passe à la riposte menaçante. Il a des dossiers. Il saura s’en servir. Voilà ce qu’il laisse entendre le 21 octobre 1979 au « Club de la presse » d’Europe 1. Sa secrétaire de l’époque témoigne avoir alors immédiatement pensé : « Il a signé son arrêt de mort. »

Et c’est là que l’on passe d’une liquidation politique à la suppression physique de Robert Boulin. Les archives et les témoignages vont dans ce sinistre sens. Le ministre transporte chez lui ce qu’il espère être son assurance vie mais qui se révèle la cause de son homicide : les preuves du financement de la machine chiraquienne (mais aussi giscardienne) par le biais d’un système de corruption entourant les contrats colossaux liés au nucléaire, au pétrole et à l’armement – avec une prédilection pour l’aviation : Dassault un jour, Dassault toujours…

Note du fils de Robert Boulin, Bertrand Boulin, sur les dossiers explosifs de son père... Note du fils de Robert Boulin, Bertrand Boulin, sur les dossiers explosifs de son père...

La mort doit l’empêcher de parler. Un tabassage en règle y pourvoit entre 17 h 30 et 20 heures, le 29 octobre 1979, dans un triangle empli de propriétés cossues : Montfort-l’Amaury-Gambaiseuil-Saint-Léger-en-Yvelines.

Il faut ensuite empêcher d’en parler. C’est la partie la plus extraordinaire du documentaire. Une créature du SAC – le Service d’action civique ayant gangrené la République gaullienne –, Louis-Bruno Chalret, procureur général à Versailles, est actionné tel un « coupe-circuit et chef d’orchestre », rappelle l’ancien journaliste du Monde James Sarrazin. Il sabote sciemment l’autopsie du ministre, interdisant l’analyse capitale du crâne, pour faire aval(is)er la thèse du suicide. Il dessaisit les gendarmes et réduit au silence les pompiers qui avaient constaté les incohérences d’une telle version – Benoît Collombat retrouve des témoins, reconstitue et récapitule d’une façon plus que convaincante le crime ainsi travesti.

Tout comme il donne à comprendre comment une équipe d’hommes, prétendument de confiance mais en réalité de sac et de corde, s’introduit le soir du drame dans l’appartement des Boulin, pour déposer dans une corbeille une lettre d’adieu controuvée : l’ancienne secrétaire du ministre en démontre la fausseté dans une séquence d’anthologie. Toute trace de la vérité doit disparaître afin que triomphe la mascarade macabre, ainsi qu’en témoigne un ancien responsable du SAC ayant bravé l’omerta – mais pas à visage découvert, tant l’impression de danger perdure pour qui enfreindrait la loi du silence.

Le décès de Charles Pasqua n’a pas totalement libéré la parole. Qu’en sera-t-il lorsque s’éteindra le commanditaire à la fois suprême et ambigu – pour avoir sans doute donné son « feu orange » signifiant : faites taire Boulin à vos seuls risques et périls ? La loyauté insensée d’une faction post-gaulliste ayant versé dans l’exaltation mafieuse n’est pas seule en cause. Tous les partis politiques alors arrosés – en particulier par le Gabonais Omar Bongo via Elf – se taisent. Une génération de journalistes dupés jadis et aujourd’hui rétifs à l’autocritique s’arc-boute à son erreur de perspective initiale. Sans oublier la gêne assourdissante de la justice en général et de la juridiction de Versailles en particulier – saisie d’une nouvelle plainte qu’elle s’applique à enterrer avec des grâces de boa constrictor, en attendant la disparition des ultimes témoins.

Benoît Collombat sera bien entendu accusé de nourrir le complotisme. Comme si rechercher et admettre la vérité concernant le meurtre de Robert Boulin ouvrirait la porte aux délires entourant le suicide de Pierre Bérégovoy ! Enquêter, c’est choisir, trier, écarter ce qui doit l’être, retenir ce qui s’impose. C’est tâtonner quand il faut et ne plus dévier si nécessaire. C’est ce que parachève depuis 15 ans le journaliste, dont ce documentaire se découvre à l’instar du chef-d’œuvre d’un compagnon du devoir.

Quand pourra-t-on se dire que la vérité est enfin sortie du puits ? Peut-être lorsque l’encyclopédie en ligne Wikipédia, incarnation électronique du sens commun, ne placera plus dans l’une des listes dont elle raffole – « mort par noyade » –, entre François-Casimir de Bonnefoux et Pierre Bourdan, Robert Boulin…

L'alètheia dévoilée par Benoît Collombat doit conquérir l’esprit public. Pour que notre inconscient collectif se désincarcère de ce qui fit le pire d’une Ve République ayant tant manipulé, bafoué, outragé – sous couvert d’action civique : qui vivra par le SAC périra par le SAC…

******************

Jeudi 26 octobre 2017, à 20 h 55 : « Envoyé spécial »

Vers 22 heures : Révélations sur un crime d’État

Documentaire de Benoît Collombat, Bernard Nicolas et Arnaud Mansir (Alkimia Productions, 1 h 08 mn).

Très riches archives. Avec en particulier les témoignages de Lucien Aime-Blanc, Philippe Alexandre, Fabienne Boulin-Burgeat, Éric Burgeat, Gérard Carreyrou, Jean Lalande, Armelle Montard, Monique Pelletier, Bernard Pons, Jacques Postel, James Sarrazin, ainsi que des médecins légistes, gendarmes, pompiers, barbouzes, s’exprimant à visage couvert ou découvert…

Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1829
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Service d'action civique (SAC)   Mer 25 Oct 2017 - 22:43

Benoit est un enquêteur émérite avec lequel j'ai eu le plus grand plaisir de m'entretenir au téléphone (je suis diplômé de thanato), car il ne laisse rien au hasard et encore moins dans l'ombre. 

Ayant lu mon intervention sur un site au sujet des soins funéraires il a voulu se faire expliquer par le menu détail comment ceux-ci étaient pratiqués puisque j'avais affirmé l'ineptie d'un tel argument concernant une dépouille mortelle ayant déjà subi une autopsie.

D'autre part, l'escroc (ami intime de Jacques Koch-Foccard, la tête pensante et premier des créateurs du SAC)  et artisan du "dossier Ramatuel" avait aussi arnaqué sur le même thème (entre autres victimes) l'ancienne directrice du Casino de Saint Amand Les Eaux, Mme Rachez...  femme disparue peu après dans des conditions qui stupéfièrent ceux qui connaissaient sa vitalité. Quant à Tournier, sans doute muni d'un vrai faux-passeport du même tonneau que celui d'Yves Challiez avait trouvé asile en Amérique du Sud, d'où la "justice" ne songea jamais à l'extraire de son exile doré.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Service d'action civique (SAC)   Jeu 2 Nov 2017 - 16:35

michel-j a écrit:
Henry a écrit:
Je sens que Michel-j va se régaler à la vue de ce reportage, lui qui connaît ce sujet sur le bout des ongles.

Bien vu, Henry...   Hélas ! La nomenklatura française ne changera jamais !...   Il aura fallu que la bête meure pour qu'on ose enfin évoquer son odeur sulfureuse autrement qu'en termes très "voilés" (comme les houris de néo-haschischins qu'il prétendait vouloir "terroriser"...   alors qu'il les armait contre paiement en came).

Entendra-t-on un jour évoquer la participation de la France à l'achalandage de "laboratoires de transformation de matières premières", supposées fournir la maison Ricard en produit de base (en pays musulman, rappelons-le quand même !)...   alors que la réelle substance de "base" traitée in situ s’accoquinait du nom d'un pavot poussant en Turquie, Afghanistan...   ou, plus spécifiquement à cette époque, dans le "Triangle d'Or" ?

J'ai un doute !

Parlera-t-on du procureur de Versailles requis (hors circonscription juridique) pour entériner le "suicide" de Robert Boulin...   ex-détenteur de 2 marocains ( emploi et justice) lui yant permis de mettre à nu l'infernal gouffre financier qui pompait la sécurité sociale...   l'affaire trés étouffé du "Dr Nemeguy" ??

J'en doute encore plus !



" Parlera-t-on du procureur de Versailles requis (hors circonscription juridique) pour entériner le "suicide" de Robert Boulin..."

Procureur de la République Chalret bel et bien compétent territorialement pour un corps découvert en forêt de Rambouillet.....
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Service d'action civique (SAC)   Jeu 2 Nov 2017 - 20:11

Pour revenir au seul et unique dossier qui nous intéresse ; à savoir celui des tueries du Brabant wallon, et pour ceux qui évoquent SAC/OAS, il ne faut pas commettre d'anachronisme. À partir de mai 68, grosso modo, tous les principaux acteurs de l'OAS ont été libérés (et amnistiés plus tard sauf erreur de ma part ). Restent les seconds couteaux. À l'époque des tueries, dans la logique qui est celle ci-dessus évoquée, il ne faut pas établir de distinguo et mettre en avant d'éventuels soldats perdus de l'Algérie française au sens strict du terme. À partir de 1968, il existait précisément un milieu interlope pour lequel la logique de la décolonisation n'était plus du tout d'actualité. Il s'agissait purement et simplement de bandits, très probablement toujours avec des idées bien marquées. Mais cela était totalement secondaire. Je relisais un article de Mediapart. Il semble que Pierre Debizet avait été précisément mandaté pour exclure les planches pourries. C'est ce que j'ai retenu de ma lecture.
Revenir en haut Aller en bas
arthur29923



Nombre de messages : 168
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: Service d'action civique (SAC)   Mar 14 Nov 2017 - 12:14

pour  info

Quand les voleurs et faux-monnayeurs du SAC de Pasqua et de Rufenacht protégeaient le 1° ministre Raymond Barre au Havre


Le 29 avril dernier, 4 480 bouteilles de Champagne étaient volées au Havre, près du port. Un mois plus tard, dans la nuit du 1er au 2 juin, au cours d'une patrouille de routine les policiers havrais remarquèrent une camionnette en stationnement dont une porte était ouverte, sans personne au volant. La cargaison : des bouteilles de Champagne de la même marque que celles dérobées le 29 avril. Les policiers firent la planque et ne tardèrent pas à arrêter le chauffeur de la camionnette : Ernest Auger, boucher.
Ernest Auger conduit au commissariat pour être placé en garde à vue, les policiers restèrent en faction autour du véhicule saisi. C'est alors qu'ils observèrent un étrange manège de voitures. Celle du patron du bar « le Pianistique », un certain Georges Malyquevique, dit « Jo », passait et repassait. Les policiers décidèrent alors de se rendre, dès 6 heures du matin au bar de « Jo » pour perquisitionner. Le reste de la cargaison de Champagne volé avait quelques chances de s'y trouver.
Ce n'est pas du Champagne que les policiers havrais découvrirent au «Pianistique», mais un «matelas» de billets de cinq cents francs. Faux, bien entendu, pour la somme de 100 000 francs, dit-on. Or, la semaine précédente, des commerçants de la ville s'étaient plaints d'avoir reçu en paiement de leur marchandise de faux « Pascal ». La brigade spécialisée dans les affaires de fausse monnaie s'était même déplacée depuis Rouen.
Les gros bras de Rufenacht
Champagne et faux billets : cette affaire serait restée au rang des faits divers si Auger et Malyquevique n'étaient que de

(...)

http://lhavraisverite.blogspot.be/2015/07/quand-les-voleurs-et-faux-monnayeurs-du.html
Revenir en haut Aller en bas
Tahchak



Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 23/10/2017

MessageSujet: Re: Service d'action civique (SAC)   Mar 14 Nov 2017 - 12:37

J'ai bien connu fin des années 70 en Belgique,  le frère d'un certain gros truand, Pierrot à Marseille, qui, de Belgique, je parle du frère) était allé échanger de la fausse monnaie du côté de Nantes avec sa femme, question de financer son tiercé . Le gars avait déjà pas mal d'années de taule au compteur. Il s'était fait prendre sur un marché matinal. Il avait en Belgique un gros paquet de fausse monnaie française au fond de son garage,que sa femme s'est empressée de brûler  .... Mis en taule à Nantes, sa femme m'a demandé d' aller récupérer sa voiture en France ,aux sièges complètement éventrés. Elle m'avait dit que le Pierrot de Marseille écoulait de la fausse monnaie pour financer le parti de Chirac... Depuis lors, tout ce beau monde est mort de mort naturelle...
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1829
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Service d'action civique (SAC)   Mar 14 Nov 2017 - 14:53

HERVE a écrit:


Il fallait abattre politiquement Boulin, honnête homme transformé en trafiquant immobilier (le terrain de Ramatuelle) par un montage de fripouilles proches de Charles Pasqua, qui offrirent clef en main à la presse un dossier prétendument accablant. Minute s’en fit le relais, puis Le Canard enchaîné, avant que Le Monde n’offrît un début de crédibilité à un tel enfumage.

Petite rectification...   le pivot de l'implication de Boulin dans ses magouilles n'était pas ami de Charles Pasqua, ou alors à un degré second, mais bel et bien associé à Jacques Koch pour la déforestation de Normandie au profit de l'organisation Todt...   et la leur !...   Cet escroc de haut vol, Henri Tournet, a systématiquement fait appel à ce cher Associé Koche-Foccard (de son nom de "guerre"...   on se demande laquelle...  au même titre que les chef des résistants de la région Normande ayant déclaré l'avoir juste entraperçu, le temps de s'entendre dire "je supervise toute l'opération"...   il parlait de l'opération "Escargot" visant à retarder la montée des brigade nazies motorisées vers les plages de débarquement...   participation totalement fantôme en référence à TOUS les authentiques héros de terrain) en cas de souci judiciaire...   et ce pour la préservation "inoxydable" de la virginité de son casier judiciaire. Avec un procureur de Versailles, Janissaire du SAC libérant truands et barbouzes à la demande de son clan mafieux, rien de judiciairement impossible...   magistrature debout et magistrature assise avaient opté d'un commun accord pour la position plus propice à la sieste qui fut la leur sous l'occupation; la position couchée !


La mort doit l’empêcher de parler. Un tabassage en règle y pourvoit entre 17 h 30 et 20 heures, le 29 octobre 1979,

3 mois plus tard un autre ex-ministre du travail tombait dans la rue, devant chez lui, sous les balles d'un "inconnu"...   Une (mal)chance sur un milliard, sinon plus, pour qu'un grand commis de l'état finisse ainsi, mais Chalret ou un de ses janissaires en décida ainsi; "mauvais endroit, mauvais moment"...   Encore un qui, ami de Boulin et de Jacques Chaban-Delmas (deux authentiques résistants) aurait pu témoigner d'une piraterie capable de jeter la France entière aux barricades; le pillage de la Sécurité Sociale au profit du RPR !...   Hasard ou suprème foutage de gueule du con...   tribuable ?


Le décès de Charles Pasqua n’a pas totalement libéré la parole. Qu’en sera-t-il lorsque s’éteindra le commanditaire à la fois suprême et ambigu – pour avoir sans doute donné son « feu orange » signifiant : faites taire Boulin à vos seuls risques et périls ? La loyauté insensée d’une faction post-gaulliste ayant versé dans l’exaltation mafieuse n’est pas seule en cause. Tous les partis politiques alors arrosés – en particulier par le Gabonais Omar Bongo via Elf – se taisent. Une génération de journalistes dupés jadis et aujourd’hui rétifs à l’autocritique s’arc-boute à son erreur de perspective initiale. Sans oublier la gêne assourdissante de la justice en général et de la juridiction de Versailles en particulier – saisie d’une nouvelle plainte qu’elle s’applique à enterrer avec des grâces de boa constrictor, en attendant la disparition des ultimes témoins.

Le prince qu'on n'est jamais parvenu à déboulonner en raison des dossiers hérités du SAC, dont le parcours ridiculise la pâle performance de Vidocq (commissaire contre ministre de l'intérieur...  à deux reprises...  alors que son nom figurait en haut du rapport Cusak !)

Quand pourra-t-on se dire que la vérité est enfin sortie du puits ?

Quand sera nommé aux postes de ministre de la justice et ministre de l'intérieur un indécrottable incorruptible tel que Benoît Collombat...   et plus les copains de coquins comme ce fut généralement le cas sous la V°; comme sous la IV° si vilipendée par celle qui la bouta dehors


L'alètheia dévoilée par Benoît Collombat doit conquérir l’esprit public.

Apparemment, une ponte du RPR, à peine ébouriffée par les scandales financiers du RPR, Michèle Alliot-Marie, bénéficiaire du trône doré laissé vacant par un économiste aussi doué que -malheureusement- priapique, baigne toujours et encore dans cette pataugeoire de l'oubli au pont d'avoir, injure suprême, martelé lors d'un discours dans le fief du ministre assassiné, Livourne; "c'est un suicide !"... une complicité de crime active  par la volonté manifeste de mener l'enquête sur une mauvaise piste et abuser de la crédulité de la Nation !


A quand une loi levant l'immunité parlementaire pour des parjures manifestes devant l'histoire...   avec prélèvement des avoirs au bénéfice des victimes co-latérales et "flétrissure au front" comme les procureurs Romains jadis, en cas de forfaiture manifeste ?...   une indignité nationale abrogeant TOUS les bénéfices de fonctions honorifiques usurpée pour raison de forfaiture.


Mais voilà, la race des saigneurs se délecte de la sueur des crédules votants...  sommés de fermer leur gueule une fois le bulletin déposé dans l'urne avec "leur voix" sous peine de poursuites judiciaires (corrompues) voir celles de séides jouissant de droits d'assassiner...   63%
des Français, décidément cons à bouffer se régaler de picotin et oublieux du passé rejettent le mouvement de ras-le-bol de l'année 68, apogée des abus de crédulité de la Nation par une troupe de forbans...   et de leurs complices d'autres partis par le choix du silence

                                                         ******************

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Service d'action civique (SAC)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Service d'action civique (SAC)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» URGENT DEMAIN - L'application des droits communautaires
» Service Civique
» Le Service Civique ...
» service civique
» service civique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Organisations-
Sauter vers: