les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Dossiers noirs "ballets roses"

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
michel-j



Nombre de messages : 2012
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Mar 26 Avr 2011 - 22:48

alain a écrit:

Et où se recrutait ces filles?
A l U L B car il fallait quelles aient 1grande culture générale et parlent plusieurs langues pour entretenir conversation et escorter les princes arabes de passage a Bxl pour y faire du business ......elles ont ete des amies de FAES AL AJJAZ [/quote]

Pas que, Alain;... ches les journalistes, y'avait du beau monde aussi clown
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1586
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Mer 12 Mar 2014 - 16:17

.


Dernière édition par alain le Ven 6 Fév 2015 - 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
bernarddeboussu



Nombre de messages : 1102
Localisation : BORINAGE
Date d'inscription : 05/02/2014

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Mer 12 Mar 2014 - 17:53

@alain:

La Constitution garantit l'inviolabilité de la personne royale et toute atteinte physique, tout attentat ou menace d'attentat, contre le Roi ou des membres de la famille royale, héritier compris, constituent des crimes contre la sûreté intérieure de l'Etat.
Toute association formée dans le but de changer la forme de l'Etat est également criminalisée.
En ce qui concerne des délits comme la diffamation ou toutes formes de propos outrageants, pamphlets, écrits ou autres à l'égard des personnes de la famille royale, c'est normalement le droit commun qui prévaut en la matière, à savoir les juridictions correctionnelles.

Lorsque des policiers prennent la déposition d'une personne et rédigent un PV, il faut que:
1)la personne "demanderesse" soit plaignante. Le dossier sera alors transmis au Parquet qui "évalue" la gravité des faits et décide ou non de poursuivre.
2)la personne entendue n'est pas plaignante, mais témoin dans une affaire ou "défenderesse", et dans ce cas, l'audition se déroule à la demande du Parquet ou d'un Juge d'Instruction.
Des policiers rédigent des PV et les transmettent, mais ne sont pas responsables du "suivi" de l'affaire ou de son "classement".

A noter que pour éviter un "classement sans suite", il est toujours possible de saisir un Juge d'Instruction et de se constituer "partie civile" si l'on estime l'affaire suffisamment grave.
Dès qu'un magistrat instructeur est en charge d'un dossier, à moins d'un désaisissement pour motif grave (suspicion légitime par exemple), il reste le "maître absolu" de l'enquête et PERSONNE ne peut interférer dans l'instruction en cours, pas même un Procureur qui serait son "supérieur hiérarchique" autrement!

Maintenant, je pense qu'un PV qui mettrait en cause une personne de la famille royale serait d'abord étudié en fonction de la gravité des faits y relatés mais le Parquet (à moins de l'ouverture d'une instruction) pourrait y mettre un terme.

Classement vertical! Wink

Mais le droit courant qui régit la vie de tous les citoyens est aussi d'application pour les personnes de sang royal... Imaginez-vous un prince roulant à 180 km à l'heure, en état d'ébriété, et renversant une fillette en train de jouer sur un trottoir?

Mieux: Imaginez-vous un politicien notoire surpris dans sa voiture le long d'un canal avec un mineur déculotté...non, il ne s'agit pas d'un membre de la famille royale, mais...

Et combien de personnes, témoins ou victimes de certains politiciens locaux, ne se sont-elles vues débouter dans leurs actions, pourtant légitimes, tout simplement parce qu'elles accusaient des politiciens de telle ou telle pratique malhonnête...lesdits politiciens allant parfois jusqu'à menacer des proches de perte d'emploi dans des administrations par exemple! Pratiques courantes au Borinage!

Ceci répond-il à vos interrogations? Wink
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1586
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Mer 12 Mar 2014 - 19:50

.


Dernière édition par alain le Ven 6 Fév 2015 - 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
perplexe



Nombre de messages : 630
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Mer 12 Mar 2014 - 22:31

bernarddeboussu a écrit:
Mieux: Imaginez-vous un politicien notoire surpris dans sa voiture le long d'un canal avec un mineur déculotté...non, il ne s'agit pas d'un membre de la famille royale, mais...

chuuttt ! vous risquez des problèmes avec la milice montoise  Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1586
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Jeu 13 Mar 2014 - 7:25

.


Dernière édition par alain le Ven 6 Fév 2015 - 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7848
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Jeu 13 Mar 2014 - 7:50

maintenant quand discute de procedure

Citation :
Dès qu'un magistrat instructeur est en charge d'un dossier, à moins d'un désaisissement pour motif grave (suspicion légitime par exemple), il reste le "maître absolu" de l'enquête et PERSONNE ne peut interférer dans l'instruction en cours, pas même un Procureur qui serait son "supérieur hiérarchique" autrement!


avant la loi Franchimont personne ne pouvait intervenir mais maintenant les parties qui se constituent
parties civiles y ont acces aux dossiers et peuvent même demander des analyses ADN etc;

par contre

une partie civile peut aussi perdre et être condamnée  à payer l'addition des recherches.

qqs part une dame violée a été condamne a payer 5000 euros  vers 2003.
ils ont voulu changer la loi....mais je connais pas la suite


donc ds une affaire x, y , z  un trouve un cadavre ds trois différentes juridictions.


ds juridiction x le juge i. d'époque est maintenant consideré comme un des plus lents qui a laissé aller à son terme plein de affaires, même s'il roulait en Porsche: mis à la rettraite sans honneur puis...

ds  juridiction  y , JI ou proc? n'informe pas correctement la famille du victime ce qui est devenu obligation  et envoie la famille praître  en disant le dossier est clos sauf si vous pouvez enmener des nouveaux elements  !!!!! tandis que le loi est changé etr donne acces aux dossiers sauf motivations écrites par le j.I.

ds juridiction  z , hold-up , condamnation et meurtre (y) avant condamnation d'un des membres du quartet.


via les articles de presses et bouqin parues il peut y avoirun  lien avec nos affaires mais si comme J.I. Hennart tout le monde reste assis sur ses dossiers rien n'est résolu of course.

on peut donc constater que le système  judiciaire actuel ,convient tout à fait au crime organisé et c'est pour cela  RIEN ne change... ou TREEEEEEEEES lentement
Revenir en haut Aller en bas
bernarddeboussu



Nombre de messages : 1102
Localisation : BORINAGE
Date d'inscription : 05/02/2014

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Jeu 13 Mar 2014 - 16:38

@alain:

Nous pensons bien aux mêmes personnes! Wink

@K:

D'accord avec votre analyse des procédures...très lentes et souvent profitant plus au "crime organisé" qu'aux parties demanderesses...

Non, rien ne change! Wink
Revenir en haut Aller en bas
w424785



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Het Vrije Volk, 16/03/1979   Ven 6 Fév 2015 - 9:18

De Brusselse politie heeft het gisteren zeer druk gehad met het oprollen van callgirls-organisaties en een privé-club. Een majoor van de Rijkswacht merkte tijdens de persconferentie op dat men in België nu eens moet zwijgen over het sexeiland Nederland, waar men in België nogal eens hypocriet over spreekt. Uit het volgende blijkt dat Brussel een soort Eros-centrum is geworden.

Het begon met een goed georganiseerde overval op de woontoren Brusilia in de Brusselse wijk Schaarbeek. In Brusilia was een complete callgirl organisatie gevestigd. De eigenares hiervan, de 48-jarige ex-mannequin Lydia Montaricourt, beter bekend als Madame Claude, had 150 meisjes van verschillende nationaliteiten in dienst. Madame verhuurde deze meisjes voor 650 gulden per nacht aan haar vele klanten.

De klanten zullen nu wel met angst de toekomst tegemoet zien. De politie vond namelijk bij Madame Claude een halfverbrande klantenlijst. Deze zal langs chemische weg nog wel kunnen leesbaar gemaakt worden. Volgens de spraakzame Claude telt zij onder haar klanten artsen, advocaten, hoge ambtenaren, industriëlen, hoge NAVO-autoriteiten, professoren en zelfs bisschoppen en andere kerkelijke gezagsdragers.

Het vermogen van de uit Frankrijk afkomstige dame wordt op 18 miljoen gulden geschat en die zijn veilig opgeborgen in Zwitserse bankkluizen.

De tweede callgirl-organisatie die gisteren werd opgerold, had vertakkingen in Brussel, Antwerpen en Amsterdam. In Brussel zat echter de directie. De politie kwam achter de organisatie doordat een jonge Francaise in Brussel wist te ontsnappen, maar in Marseille werd opgespoord door haar bazen. Deze mishandelden haar zwaar. Zij vertelde later aan de politie van Marseille haar hele verhaal, zodat de politie van Brussel en Antwerpen snel kon optreden. De organisatie telde 200 meisjes, die speciaal aan de Franse Riviera werden aangeworven.

De derde slag die de onvermoeibare Brusselse politie, bijgestaan door speciale Rijkswachtteams, binnenhaalde, was de ontdekking van de beroemde privé-club Video. Deze is eveneens in Schaarbeek gevestigd. De politie kreeg argwaan toen meer en meer dure wagens in deze arme wijk werden gesignaleerd. Na enig speurwerk kwam men bij de Videoclub, waarvan de zedenpolitie wist dat die in Brussel gevestigd was, maar niet precies waar. Tijdens de inval van de politie trof men 30 volledig naakte Belgen aan en evenveel naakte meisjes. De politie herkende direct een aantal vooraanstaande Brusselaars.

De eigenaar van de club meende zich echter te kunnen beschermen door op te merken dat hij een volle neef is van de Brusselse hoofdcommissaris van politie, maar een dergelijke opmerking maakte op de Brusselse politiemensen na de schandalen van het voorbije jaar geen enkele indruk meer.
Revenir en haut Aller en bas
Feu Follet

avatar

Nombre de messages : 809
Age : 51
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Dim 22 Mai 2016 - 1:10

Les Ballets Roses sont intéressants.  Peu importe l'acception qu'on accord au terme...  Personnellement, je ne crois pas à l'implication de mineurs, bien que ce soit possible, en tout cas si on parle bien de l'affaire Pinon.  Les faits commis à ces occasions n'étaient pas nécessairement punissables en droit commun, et on peut imaginer qu'il y a eu nombre de gens piégés parce qu'ils aimaient s'encanailler dans les parties fines d'une certaine "haute société", qu'ils n'étaient pas prudents, et qu'ils n'avaient pas réfléchi à l'impact de leur comportement, une fois celui-ci rendu public...

Une certaine extrême-droite, qui a toujours conspué les élites sociales et politiques, a pu voir dans ces dossiers "de moeurs", l'occasion de faire chanter l'un ou l'autre édile, l'un ou l'autre industriel...  La vraie question est pourquoi, et qu'espéraient les maitres-chanteurs de leur menaces de divulgation ?

Je ne sais plus quel journaliste de l'époque (Candidus dans son livre ?) disait que pas mal de photos gênantes avaient été prises au Circus et au Jonathan, entre autres, et qu'elles n'avaient sans doute jamais été publiées dans Paris-Las Vegas...

Pour en revenir à l'attitude de la RTBF (sans viser les personnes), on peut s'étonner du changement brutal d'attitude des journalistes à un moment précis, pour tout ce qui touchait aux affaires non-résolues ou très médiatisées par ailleurs.  Je me souviens d'une émission d'Au Nom de la Loi de 1997 sur les TBW où les journalistes, très impliqués auparavant sur le sujet, essayaient de nous faire avaler une espèce de version unique de la thèse des prédateurs, dont ils se moquaient encore ouvertement quelques années plus tôt !  Qu'on se souvienne encore de l'arrêt pur et simple du projet de fiction de René-Philippe Dawant en 1994, suite à on ne sait quelle pression, et enfin de l'émission de 1998 mettant un terme définitif aux fantasmagories des témoins X !

Ce qui perturbe n'est pas la véracité éventuelle des thèses "officielles" présentées, parce qu'après tout, elles sont peut-être vraies, mais plutôt le fait que les journalistes insistent lourdement sur le fait que le reste est forcément sans fondement, sans intérêt.  Bref, il faut arrêter de chercher et de réfléchir, à quoi bon réveiller les morts ?  En ce cas, arrêtons d'enquêter, voire d'en parler...

Shocked
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Dim 19 Nov 2017 - 0:51

Feu Follet a écrit:
Les Ballets Roses sont intéressants.  Peu importe l'acception qu'on accord au terme...  Personnellement, je ne crois pas à l'implication de mineurs, bien que ce soit possible, en tout cas si on parle bien de l'affaire Pinon.  Les faits commis à ces occasions n'étaient pas nécessairement punissables en droit commun, et on peut imaginer qu'il y a eu nombre de gens piégés parce qu'ils aimaient s'encanailler dans les parties fines d'une certaine "haute société", qu'ils n'étaient pas prudents, et qu'ils n'avaient pas réfléchi à l'impact de leur comportement, une fois celui-ci rendu public...

Une certaine extrême-droite, qui a toujours conspué les élites sociales et politiques, a pu voir dans ces dossiers "de moeurs", l'occasion de faire chanter l'un ou l'autre édile, l'un ou l'autre industriel...  La vraie question est pourquoi, et qu'espéraient les maitres-chanteurs de leur menaces de divulgation ?

Je ne sais plus quel journaliste de l'époque (Candidus dans son livre ?) disait que pas mal de photos gênantes avaient été prises au Circus et au Jonathan, entre autres, et qu'elles n'avaient sans doute jamais été publiées dans Paris-Las Vegas...

Pour en revenir à l'attitude de la RTBF (sans viser les personnes), on peut s'étonner du changement brutal d'attitude des journalistes à un moment précis, pour tout ce qui touchait aux affaires non-résolues ou très médiatisées par ailleurs.  Je me souviens d'une émission d'Au Nom de la Loi de 1997 sur les TBW où les journalistes, très impliqués auparavant sur le sujet, essayaient de nous faire avaler une espèce de version unique de la thèse des prédateurs, dont ils se moquaient encore ouvertement quelques années plus tôt !  Qu'on se souvienne encore de l'arrêt pur et simple du projet de fiction de René-Philippe Dawant en 1994, suite à on ne sait quelle pression, et enfin de l'émission de 1998 mettant un terme définitif aux fantasmagories des témoins X !

Ce qui perturbe n'est pas la véracité éventuelle des thèses "officielles" présentées, parce qu'après tout, elles sont peut-être vraies, mais plutôt le fait que les journalistes insistent lourdement sur le fait que le reste est forcément sans fondement, sans intérêt.  Bref, il faut arrêter de chercher et de réfléchir, à quoi bon réveiller les morts ?  En ce cas, arrêtons d'enquêter, voire d'en parler...

Shocked

Panorama : https://files.acrobat.com/a/preview/b43ef8ff-4906-490b-8222-7a88f5e8300a
Revenir en haut Aller en bas
Mathieu



Nombre de messages : 187
Date d'inscription : 06/11/2017

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Mer 29 Nov 2017 - 18:56

michel a écrit:
undercover a écrit:
CRIES, des fantasmes
La liste du CRIES , des fantasmes
Un détail par exemple, c'est les membres de la liste du CRIES. Leur noms et surtout leur profession. Bin ouai me dirait vous. Quekquecqucaencor?

Sale affaire que celle du CRIES :

En 1986 : l’Affaire du CRIES Cette affaire est certainement, avant le dévoilement de l’affaire Dutroux, la preuve la plus évidente que des réseaux de pédophilie internationaux sévissent en Belgique depuis des années , et que, même s’il y a eu des condamnations, ces réseaux n’ont pas arrêté leurs activités après le procès.L’affaire du CRIES éclate en Belgique en 1986 avec l’arrestation d’un pédophile (Devuyst) en relation avec Michel Felu, 45 ans, un homme qui comme P. Derochette, a été interné sans jugement pour des faits de pédophilie puis libéré, et qui a été engagé, par compassion dira-t-il, comme homme à tout faire par le directeur de L’UNICEF Belgique Joseph Verbeeck. Michel Felu se sert des locaux de l’UNICEF pour organiser des séances de photos de pornographie enfantine. Il offre des cadeaux aux enfants, dira-t-il.
--------------------------------------------------------------------------------
Page 4
4Au cours de perquisitions opérées le 24 février 1987, les enquêteurs trouvent des photos, et du matériel servant à des séances de pédophilie. Felu avait aussi un laboratoire de photos qu’il avait été prié d’évacuer peu avant par la direction de l’Unicef décidément peu clairvoyante étant donné les antécédents de Felu…Certaines de ces photos, disons les plus « soft » qui ne mettent pas en scène des abus sexuels par des adultes, sont diffusées dans la revue « L’Espoir » éditée par le CRIES (Centre de Recherche et d’Information sur l’Enfance et la Sexualité).« L’Espoir » fait l’apologie de la liberté des relations sexuelles entre adultes et enfants .La revue est distribuée dans certaines librairies et centre « progressistes ».Le CRIES a alors son siège Chaussée d’Ixelles dans l’immeuble qui abrite également« Infor-Homosexuelité » et « Radio Antenne Rose » qui vont proclamer faut et fort par des droits de réponse à la presse, qu’ils condamnent la pédophilie, malgré les liens étroits qu’ils ont avec le fondateur du CRIES, Philippe Carpentier.La police découvre que le CRIES cache en fait un réseau international de pédophiles qui concerne au moins 18 pays.4.000 photos et cassettes sont saisis - un gendarme écoeuré qui les a vues me dira qu’il y en avait un m° !- Un matériel qui n’a plus rien avoir avec le soi-disant « naturisme » de la revue « L’Espoir », mais « qui montre des scènes atroces d’abus d’enfants qui ne sont quelquefois que des bébés. » Selon la presse,(« La Dernière Heure » 23/ 11 /89 et 4/4/87) « une centaine d’enfants sont répertoriés sur ces photos et cassettes destinées au commerce dont les filières s’étendent jusqu’au Canada, au Brésil, au Japon et en Afrique. »Les photos informatisées pour être commercialisées ont été retrouvées chez les principaux animateurs du Cries.Un fichier est saisi contenant les noms des centaines de membres du Cries à travers le monde, dont à ma connaissance, une soixantaine en Belgique.En Belgique l‘enquête révèle que le réseau « s’est développé en plusieurs endroits, pas seulement dans les locaux de L’Unicef, mais aussi dans des appartements à Anvers et à Bruxelles où de jeunes enfants étaient photographiés lors de « parties ».( Le Soir 5/5/87).Après l’arrestation de Michel Felu, en mars 87, une série d’autres personnes sont arrêtées dont l’un se suicide le lendemain dans sa cellule. Deux personnes sont arrêtées aux Pays Bas, à Delft ou la police saisit de nombreux documents chez l’architecte, Jan Weeckers. L’enquête se développe également en Suisse, en France et en Grande Bretagne.Un suisse Beat Meir est arrêté à Douvres, en possession de matériel de pornographie enfantine alors qu’il allait s’embarquer pour Calais avec un enfant de 4 ans .Un homme de nationalité américaine, Timothy P,27 ans résidant à Zaventhem est inculpé de trafic d’objets obscènes.En Belgique parmi les inculpés on trouve le fondateur du Cries, Philippe Carpentierancien traducteur juré au Parquet de Bruxelles, le photographe Olivier Ralet, le directeur de l’Unicef et ancien journaliste Jos Verbeeck, un cinéaste, un traducteur au ministère de la justice, deux médecins dont l’un a fourni son aide pour organiser le réseau informatique du CRIES, un homme qui clame n’avoir participé que 2 mois à l’administration de la revue « l’Espoir »), un chef louveteau, un ingénieur responsable du CRIES, un professeur et des parents qui ont loué leurs enfants au réseau . ( Viviane H. 42 ans qui louait son petit garçon pour 20.000 FB., une mère de famille qui a mis son fils et sa fille dans le réseau, et un couple d’Anvers, qui a prostitué son petit garçon. ).Jacques Delbouille qui va se répandre en insultes contre le journaliste René Haquin dans la presse homo, est condamné à un an avec sursis pour fait de rébellion et port d’armes prohibée en marge de l’affaire du Cries sur les listes duquel il figure.
--------------------------------------------------------------------------------
Page 5
525 enfants de 5 à 16 ans ont été identifiés par la section moeurs de la PJ.Le 7 mars 1988 , 17 hommes et femmes comparaissent devant la 57° chambre correctionnelle pour attentat à la pudeur et outrages aux mœurs sur des enfants.Jean-Claude Weber, l’un des principaux protagonistes du réseau du Cries, qui se fait passer pour cinéaste, domicilié à Jupille, est emprisonné à Montpellier au moment du procès. Il vient d’être condamné à 6 ans de prison en France pour des faits de pédophilie.13 prévenus sont condamnés sévèrement . Le père qui a livré son fils aux bourreaux, un facteur des postes, jugé séparément, écope de 7 ans de prison, son épouse a été déclarée mentalement irresponsable.Malgré la sévérité des peines prononcées on constate que tous les prévenus ne se retrouvent pas devant le tribunal (notamment les médecins) et qu’une mère de famille dont le nom n’a jamais été cité par la presse et qui avait autorisé un des inculpés à prendre des photos de sa fille, est acquittée ,je cite, « le tribunal estimant que les faits qui lui sont reprochés provenaient du souci dans certains milieux de paraître branchés »… . En octobre 88, la cour d’Appel aggrave d’un ou deux ans les peines prononcées en correctionnelle. Felu et Carpentier sont condamnés au maximum :10 ans .Par contre le directeur de l’Unicef, condamné à 2 ans avec sursis , est cette fois acquitté .En août 1991, extradé par la France, J.C. Weber écope de 9 ans de prison.La presse estime qu’un point final a été mis à ce terrible scandale du Cries.Plus un mot sur les petites victimes et l’attention que la justice aurait du leur porter.Plus un mot sur les ramifications internationales du réseau belge et de ses clients.Comme par hasard, on retrouve des photos du CRIES sur le CD Rom dit « de Zandvoort » !Jean-Marc Houdmont a également été interrogé dans la cadre de ce même dossier du CRIES.Houdmont a été suspecté de trafic de matériel pédophile. (On en a retrouvé dans son châlet incendié en 1990). Il s’est (opportunément ?) tué dans un accident de voiture le 25 février 1997, alors qu’il se rendait à Namur pour faire des « révélations » au juge d’instruction Coméliau sur l’enlèvement d’Elisabeth Brichet disparue en 1989.Sur les listes du Cries figurent aussi toutes les organisations de défense de la pédophilie en France, en GB, aux EU, au Danemark etc.. Ce qui prouve que ce n’est pas un petit lieu de thérapie de groupe comme les défenseurs du Cries ont voulu le faire apparaître. En France, où 280 personnes figurent sur les listes du CRIES l’affaire sera totalement étouffée, avec les grands moyens..Le relais principal du réseau CRIES en France est le « Centre du Christ libérateur » à Paris, une organisation qui se présente comme « Centre pastoral et psychologique d’entraide aux minorités sexuelles » animée par le pasteur belge Joseph Doucé .Parmi ces minorités, dont le pasteur s’occupe, les pédophiles, qui se réunissent chez lui tous les dimanches et pour la défense desquels il a écrit un livre « La pédophilie en question ».Il développe une fine stratégie dans le but de casser ce qu’il appelle le tabou de la pédophilie. Les textes du pasteur sont éloquents. Pour lui « La relation pédophilique, c’est la concrétisation des désirs de l’enfant et de l’adulte, désirs mutuels qui font un véritable partage… (p.38) » .
--------------------------------------------------------------------------------
Page 6
6Il insiste sur le fait qu’il faut éviter d’agir de front en faveur de la pédophilie, mais qu’il faut plutôt infiltrer les mouvements qui défendent la liberté individuelle et faire du lobbying auprès des responsables politiques pour abaisser l’âge de la majorité sexuelle.Danièle Mitterand et son Mouvement « France-Libertés » figure en bonne place dans les fichiers du curieux pasteur Le 19 juillet 1990, Joseph Doucé disparaît. Selon des témoins, dont son ami Guy Bondar, le pasteur est parti de son plein gré avec deux agents de services de renseignement qu’il connaissait, en déclarant à son ami qu’il se rendait au « château », ce qui dans son vocabulaire signifiait l’Elysée… .Son cadavre sera retrouvé, selon la version officielle, le 17 octobre en forêt de Rambouillet.Un inspecteur des renseignements généraux J.P.Dufourg a été inculpé du meurtre puis disculpé en 1998.A-t-on voulu faire taire le pasteur ou a-t-on voulu le faire parler ?L’enquête, 10 ans après, n’est pas close, mais a tous les parfums nauséabonds des chantages et couvertures, bref d’une affaire d’Etat, une des plus pourries du règne de Mitterand…Doucé était occasionnellement un indicateur de la brigade des moeurs, mais il avait aussi de solides relations dans les milieux politiques, littéraires, du show-biz et de la mode. Il était au courant des penchants sexuels de personnes importantes qu’il aurait pu faire chanterLe dossier « Coral »Parmi les membres français du CRIES, répertoriés en Belgique, on retrouve aussi Claude Sigala, président du CORAL, un « collectif réseau alternatif » qui dirige 34 communautés pour enfants légèrement handicapés. Le Coral est, en 1982, au centre d’un scandale concernant des abus d’enfants, notamment l’assassinat d’un enfant de 11 ans retrouvé la tête dans un seau d’eau dont l’autopsie révélera qu’il a été sodomisé. Parmi les visiteurs du Coral, on relève des personnalités connues dont certaines ne cachaient pas leurs mœurs pédophiles, comme Gabriel Matzneff.D’autres noms d’abuseurs, parmi lesquels un photographe belge, sont cités par un ancien éducateur. Des noms qui ont fait trembler le juge Salzmann, après une campagne médiatique en faveur, non pas des victimes, mais des inculpés, et une pétition sur laquelle figurent les signatures de l’intelligentsia habituelle…Les 8 inculpés, condamnés à des peines de prison en 1986, ont tous vu leur peine assortie de sursis par la cour d’Appel un an plus tard…L’association « Coral » s’est reconstituée en 1992.Or lors de la saisie de documents dans un local appartenant au Préfet Prouteau qui fut le chef de la célèbre « cellule des écoutes de l’Elysée », le juge découvre 2 dossiers « Coral ballets bleus » et « Coral 82 ».Le capitaine Paul Barril, son subordonné déclarera en audience publique le 29 avril 97 :« Je me rappelle qu’on nous avait alerté pour stopper l’enquête sur le réseau pédophile « Coral » à cause des personnalités mises en cause ». Si l’on en croit certains témoignages il y avait en effet de quoi ébranler le pouvoir… .. La seule personne condamnée suite à la dénonciation de ce réseau, Willy Marceau, qui figure lui aussi sur la liste belge du Cries ,nous intéresse parce qu’il dénonce une secte sataniste qui torture des enfants, l’Alliance Kripten, dont une victime parle de séances avec des belges à Forchies- la -Marche près de Charleroi… fin 88 et fin 92.
--------------------------------------------------------------------------------
Page 7
7Et, comme quoi l’internationale pédophile est bien organisée de longue date : il y a aussi une photo du Coral sue le CD Rom de Zandvoort.Revenons à l’enquête belge du CRIES : L’inssaisissable Michel RosoorUn détenu de la prison de Montpellier Jean-Claude Weber, condamné pour des faits de pédophilie a avoué à l’inspecteur Y.Zimmer, en commission rogatoire, qu’il envoyait régulièrement des cassettes pédophiles en Belgique à un certain Michel Rosoor. Les cassettes étaient cachées dans des envois de poissons exotiques destinés à l’entreprise qui servait de « couverture » à Rosoor dans la zone industrielle de Grand-Bigard près de Bruxelles, où il se livrait aussi au trafic de fausses marques.Il est à noter que Jean-Marc Houdmont s’est aussi adonné au commerce de poissons exotiques…Lors d’une perquisition à Grand- Bigard, Rosoor qui a manifestement été prévenu déclare rigolard aux enquêteurs : « Je vous attendais ».Michel Rosoor n’a donc pas été inquiété dans l’enquête du Cries.De bonne source, je tiens que Rosoor servait de « fournisseur » lors des « ballets roses » dans le Brabant wallon.Or on retrouve ce Rosoor en 1997, cité par défaut dans un procès devant le tribunal correctionnel de Draguignan qui met en évidence un vaste réseau d’abus d’enfantsasiatiques et roumains, de diffusion de pornographie enfantine, dont les 7 accusés sont pour la plupart des récidivistes déjà condamnés entre 1985 et 1989.L’enquête a démarré en 1994 dans le Var et la Drôme, en particulier chez un curé de Loriol qui héberge un pédophile, où les enquêteurs découvrent des documents sur la création d’un orphelinat en Roumanie et un lot de cassettes qui permettent d’identifier d’autres abuseurs français et.. ..Michel RosoorLe principal inculpé, un certain Chabanne va déclarer connaître Michel Rosoor comme étant « un riche pédophile belge, résidant à Pattaya en Thailande, qui informe régulièrement les amateurs d’enfants sur les possibilités de tourisme pédo-sexuel en Asie et envoie des photos de mineurs ».Selon le Procureur de la République de Draguignan, des membres de la section mœurs de la BSR belge en commission rogatoire en Thailande ont exécuté une perquisition chez Rosoor à Pattaya le 27 août 1997 et ont eu des contacts sur place avec des enquêteurs français.Selon un témoin qui a travaillé pour Rosoor en Thaïlande, Rosoor s’est vanté de bien le connaître Dutroux…Les cassettes saisies dans l’affaire de Draguignan montrent des actes de torture et de barbarie particulièrement révoltants, et parmi ces cassettes, une cassette dite « de Londres », où l’ont voit un enfant torturé, dont le signalement est donné par les britanniques à Interpol –je cite le Procureur de la République- le 21 mai 1991.Cette cassette a été mise en circulation sur le minitel en France par un certain Jacques Francis qui a été mis en examen à Paris et de nombreux possesseurs de la cassette ont été interpellés. Le réquisitoire ne dit pas la suite qui a été donné à ces interpellations.Mais encore une fois, et dans cette seule affaire de Draguignan qui démarre 7 ans après le début de l’enquête à Bruxelles, on retombe sur le réseau du CRIES et ses ramifications dans plusieurs pays.La « cassette de Londres » a été tournée en fait en Suisse, par le suisse Beat Meir arrêté à Douvres en 87 dans l’affaire du CRIES.
--------------------------------------------------------------------------------
Page 8
8La victime torturée sur « la cassette de Londres », un enfant anglais de 8 ans, identifié par la police britannique, avait été mis à la disposition du réseau par ses parents qui ont fréquenté Meier de 1983 à 1987.


Source : site des comités blancs

tout comme les tueurs du brabant, les coupables ne sont pas réellement condamné, et l'ont parle aussi de gens du parquet de Bruxelles ou de la justice.
Revenir en haut Aller en bas
cobra



Nombre de messages : 90
Date d'inscription : 07/11/2017

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Mer 29 Nov 2017 - 22:20

<>

secte sataniste ==>> connue pour des actes pareils==>> Eécovie secte==> gourou Pierre Maltais ( Ron William) arrivé en Belgique vers 1988 et quitte la belgique fin 92.
Reconnu dans les histoires violentes contre des gens jeunes enfants ( je l'ai infiltré en 1988) y compris la production et distribution de ""snuff movies"".
N'a jamais été condamné pour les faits ==> en Belgique (seul pays ) condanmé faux passeport,escroquerie ,faux et usage de faux (affaire Kesteloot)==> était la porte parole de CIO pour les pays arabes . Collecteur + distributeur des fonds pour les contra's Nicaragua .
A enlevé un enfant en juin 2015 au capital Nicaragua .Puis décédé en Juillet 2015 la-bàs
Revenir en haut Aller en bas
arthur29923



Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Jeu 30 Nov 2017 - 2:01

Mathieu

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses" Hier à 18:56

!Jean-Marc Houdmont a également été interrogé dans la cadre de ce même dossier du CRIES.Houdmont a été suspecté de trafic de matériel pédophile. (On en a retrouvé dans son châlet incendié en 1990). Il s’est (opportunément ?) tué dans un accident de voiture le 25 février 1997, alors qu’il se rendait à Namur pour faire des « révélations » au juge d’instruction Coméliau sur l’enlèvement d’Elisabeth Brichet disparue en 1989.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Fourniret

Élisabeth Brichet, une jeune belge de 12 ans. Elle a disparu de Saint-Servais (près de Namur) le 20 décembre 1989. Le couple l'aurait repérée alors qu'elle se rendait au domicile d'une amie et aurait attendu qu'elle en ressorte. Prétextant que leur bébé était malade, lui et son épouse ont demandé à la fillette de les accompagner chez un médecin. Après l'avoir violée, il la tuera 36 heures plus tard chez lui24. On a longtemps cru que son enlèvement était le fait de Marc Dutroux, jusqu'à ce que Fourniret mène la police sur le lieu en juillet 2004 où il l'avait enterrée, dans sa propriété du château du Sautou. (donchery )

----

houdmont fourniret ?




Revenir en haut Aller en bas
Mathieu



Nombre de messages : 187
Date d'inscription : 06/11/2017

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Jeu 30 Nov 2017 - 9:59

@arthur29923;

étais-ce un accident ?? ou???
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7635
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Sam 6 Jan 2018 - 17:41

Lors de cette émission de la rtbf datant de quelques années), il a été dit que les ballets roses étaient une rumeur urbaine tout au plus. Or, les ballets roses ont existé (cfr commission d'enquête parlementaire).

Pourquoi cette manipulation?

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Sam 6 Jan 2018 - 18:28

michel a écrit:
Lors de cette émission de la rtbf datant de quelques années), il a été dit que les ballets roses étaient une rumeur urbaine tout au plus. Or, les ballets roses ont existé (cfr commission d'enquête parlementaire).

Pourquoi cette manipulation?

Pourquoi y a-t-il en France quelques Van Ruymbeke et zéro en Belgique ? Pourquoi y a-t-il en Italie un nombre étonnant de Falcone et d'Imposimato et zéro en Belgique ? Parce que ce sont des Républiques ?

La Constitution belge de 1831, modèle d'intelligence diplomatique et juridique, a sorti le statut du chef de l'Etat du champ de la démocratie par représentation. Efficace pour faire surgir une Nation du néant, mais le verrou constitutionnel ne fut-il pas le talon d'Achille du régime dès la résolution de la Question royale au plus grand profit des Etats-Unis et pour le malheur des Belges ?
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2012
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Sam 6 Jan 2018 - 19:55

Question subsidiaire tout à fait accéssoire, car je crois que tu connais désormais mon tragique sérieux, Frédéric;

Pourquoi des "humanistes" tels que Bonaparte et Hitler ont-il toujours autant la cote outre-Atlantique, une fois ?

Je sais, à la longue ça risque d'être un peu mais je ne connais malheureusement qu'une seule forme de (r)enseignement; la répétition... comme nous l'enseigne le matraquage publicitaire... mais loin de moi l'idée d'imposer un tel supplica à mes compatriotes Européens... si ce n'est mondiaux.
Revenir en haut Aller en bas
LV1985



Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 20/10/2017

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Sam 6 Jan 2018 - 20:35

michel a écrit:
Lors de cette émission de la rtbf datant de quelques années), il a été dit que les ballets roses étaient une rumeur urbaine tout au plus. Or, les ballets roses ont existé (cfr commission d'enquête parlementaire).

Pourquoi cette manipulation?

Incompétence des journalistes ou liens occultes entre les personnes concernées, en sachant que le RTBF est hyper politisée...
Revenir en haut Aller en bas
Human



Nombre de messages : 154
Date d'inscription : 21/11/2015

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Sam 6 Jan 2018 - 20:45

michel a écrit:
Lors de cette émission de la rtbf datant de quelques années), il a été dit que les ballets roses étaient une rumeur urbaine tout au plus. Or, les ballets roses ont existé (cfr commission d'enquête parlementaire).

Pourquoi cette manipulation?

Bonjour Michel , mes meilleurs voeux!!

Qui disait cela ? Le Communicant de la S.E.?
Pouvez-vous retrouver l'émission et poster un lien?


Revenir en haut Aller en bas
Hoho



Nombre de messages : 1024
Date d'inscription : 17/10/2010

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Sam 6 Jan 2018 - 23:59

Voir encore une fois, pages 107, 108, 109 http://data0.eklablog.com/marctoussaint/perso/tous%20manipules.pdf

Extrait :

Pour définitivement remettre à leur place ces journalistes qui
osent encore écrire que les ballets roses n’ont jamais existé, rien
ne vaut la citation de quelques extraits de ce rapport parlemen-
taire :
« ...l’existence de “ballets roses” a bien été confir-
mée – en tout cas dans les années 80 – mais sans que
l’implication de mineurs ait jamais été avérée.(...)
Les constatations faites concernant la manière dont
les premières affaires citées ont été traitées (...) sont
de nature telle que la “protection” ne peut être exclue.
(...) Ainsi, dans le dossier “Montaricourt”, on ne re-
trouve pas d’éléments relatifs à des recherches quant à
la présence d’un mineur d’âge qui aurait été actif dans
le réseau. La commission rogatoire en vue d’enquêter
sur les coffres-forts à l’étranger n’a pas été exécutée.
Toutes les pièces saisies n’ont pas été déposées au greffe.
On constate également la disparition d’un album de
photos de call-girls, d’un dossier des gendarmes chargés
de l’affaire ainsi que d’un agenda contenant le nom de
personnes de premier plan. Ce dossier “Montaricourt”
a enfin été traité avec une extrême rapidité. Le dossier
“Israël” a fait également l’objet d’un traitement par-
ticulier et a débouché sur un rapide classement. On
assiste aussi à la disparition d’un certain nombre de
pièces à conviction emportées lors de perquisitions, en
particulier d’un plan de table reprenant notamment
le nom d’une ou plusieurs personnalités. On constate
enfin le manque de rigueur dans l’enquête en ce qui
concerne les relations d’Israël avec certaines personnes.
Il est étonnant que, dans l’enquête menée dans le dos-
sier “Eurosystem Hospitalier”, un classement sans suite
ait été décidé rapidement alors qu’une apostille devait
encore être exécutée.(...) La commission rappelle enfin
le rôle joué par le procureur Deprêtre dans l’instruc-
tion de certains dossiers de moeurs. C’est M. Deprêtre
qui, en sa qualité de premier substitut, a fait classer
le dossier Fortunato Israël. La commission estime que
les dossiers en question n’ont pas été traités normale-
ment. »

La commission d’enquête précise aussi ce qui suit :
« Dans le langage courant, la notion de “ballets roses”
implique la présence de mineurs. Cependant la litté-
rature concernant les “tueurs du Brabant” a qualifié
de “ballets roses” des activités de nature sexuelle prati
quées en groupe avec la participation de personnalités
du monde politique, du monde des affaires et de la
magistrature sans que cela implique nécessairement la
présence des mineurs. Cette acception est donc retenue
par la commission pour des raisons de facilité. »

Ceci peut sembler contradictoire dans la mesure où la com-
mission mentionne ailleurs le fait qu’il n’y a eu aucune enquête
suite à un témoignage sur la présence éventuelle d’un mineur.
Or, dans un des dossiers auxquels il est fait référence, il est
clairement question de mineurs qu’on allait chercher dans des
homes pour les faire participer à des partouzes.
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2012
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Dim 7 Jan 2018 - 0:07

Hoho a écrit:
Voir encore une fois, pages 107, 108, 109 http://data0.eklablog.com/marctoussaint/perso/tous%20manipules.pdf

Extrait :

Pour définitivement remettre à leur place.... //... clairement question de mineurs qu’on allait chercher dans des
homes pour les faire participer à des partouzes.

Pourquoi l'usage d'un pronom aussi vague alors que tout un chacun connait au moins le nom d'un magistrat tellement chargé de la jeunesse en détresse qu'il la poussait carrément au suicide... et pas par souci d'économie budgétaire !!

AGNESSENS.

Son nom fut tellement prononcé que je trouverait dommage qu'il puisse sombrer dans les oubliettes de l'abjection.
Revenir en haut Aller en bas
Hoho



Nombre de messages : 1024
Date d'inscription : 17/10/2010

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Dim 7 Jan 2018 - 0:10

@michel-j : certes... mais le titre de l'ouvrage est bien "Tous manipulés ?"
Je ne présume pas de son degré d'implication volontaire.
Même si c'est "lui" qui effectuait l'action en tant que telle.

edit : pardon, j'avais oublié le "?" dans le titre...
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Dim 7 Jan 2018 - 0:23

michel-j a écrit:
Hoho a écrit:
Voir encore une fois, pages 107, 108, 109 http://data0.eklablog.com/marctoussaint/perso/tous%20manipules.pdf

Extrait :

Pour définitivement remettre à leur place....  //...   clairement question de mineurs qu’on allait chercher dans des
homes pour les faire participer à des partouzes.

Pourquoi l'usage d'un pronom aussi vague alors que tout un chacun connait au moins le nom d'un magistrat tellement chargé de la jeunesse en détresse qu'il la poussait carrément au suicide...   et pas par souci d'économie budgétaire !!

AGNESSENS.

Son nom fut tellement prononcé que je trouverait dommage qu'il puisse sombrer dans les oubliettes de l'abjection.

Dans le cadre de  l'instruction du dossier KB-Lux par Jean-Claude Leys, un échange a eu lieu entre le journaliste luxembourgeois Jean Nicolas et le juge Leys, par l'intermédiaire - pour Jean Nicolas - d'Antonio Costa et pour Leys, de Patrick Moriau : listing KB-Lux des comptes à pseudonymes et des prêts de blanchiment back-to-back contre dossier Pinon.



Dossier PINON
LES PARTOUZES TRES SPECIALES "DES PERSONNES QUI DIRIGENT LE PAYS"

LA RETRANSCRIPTION INTEGRALE JUDICIAIRE D'UN ENREGISTREMENT SONORE DU DOSSIER PINON, GARDE COMME UN SECRET D'ETAT DEPUIS 1981!

Le dossier Pinon… Une odeur sulfureuse, un sentiment de malaise… Non pas à cause de celui dont le dossier porte le nom, mais bel et bien à cause des découvertes réalisées par ce mari trompé. Un dossier tellement explosif qu'il a été enfermé une fois pour toutes dans le coffre fort du Procureur du Roi de Nivelles, Jean Deprêtre. Un dossier de plus de mille pages, dont l'une des pièces maîtresses est cet enregistrement sonore sans équivoque, dont nous publions aujourd'hui, en guise de mise en bouche, la transcription judiciaire. Et on comprendra pourquoi ce dossier ne doit plus jamais réapparaître ! N'oublions pas : il reste mille pages tout aussi compromettantes et aux pistes aussi multiples que variées. Que l'équipe de " L'investigateur " a soigneusement planqué auprès de confrères étrangers, documents sonores compris. Nous analyserons une autre fois l'implication de ce dossier et ses incidences sur le pourrissement des mœurs et de la vie politique belges, mais un extrait du dossier, symptomatique pour le dossier complet, permet de comprendre l'explosivité d'un amoncellement de documents qui risquent, à tout moment, de faire sauter le régime belge en place.

Il s'agit d'un enregistrement sonore réalisé à l'insu d'un témoin qui parle face au docteur Pinon et au journaliste Garot du journal " Pour " (dont les bureaux seront ravagés par un incendie peu après l'enregistrement de cette cassette, dont les propos sont confirmés par d'autres témoins). Voici la transcription des propos échangés autour de la table de salle à manger, la cassette originale étant également, tout comme toutes les pièces do dossier, en possession de notre journal :

Procès-verbal numéro 16.885 qui fait suite au p.v. numéro 15.917 du 30 juillet 1981, rédigé par l'officier de police judiciaire Georges Heris, commissaire principal de 1ère classe aux délégations judiciaires et transmis au juge d'instruction de Biseau d'Hauteville le 17 août 1981. Concerne : audition de l'inspecteur judiciaire Sabourin Serge, qui nous rapporte :

" Le 13.8.81 à 10 heures, j'ai effectué la transcription dactylographiée du contenu de la cassette enregistrée , remise par le nommé Garot Jean-Claude à nos services ; cet enregistrement ayant été réalisé en date du 18.6.81, au domicile de la nommée Beresovsky Danièle, les nommés Pinon André et Garot Jean-Claude. Interviennent dans l'enregistrement effectué à l'insu de Doret grâce à un appareil du type dictaphone miniature, Doret, Garot et Pinon, ainsi que tout à la fin Beresovsky. Lesquels seront identifiés, au cours de la présente retranscription par les initiales, " D ", " G " et " P ", respectivement pour Doret, Garot et Pinon.

Bruits de fond... interruption

D: I1 faut dire que bon euh il y trois endroits où euh il y a des partouzes qui s'y déroulent

G: oui et alors

D: bon

P: intervention inaudible

D: mais non mais bon il y en a certains quand même qui sont là dedans qui sont (bruits de fond)- comme VAN DEN BOYENANTS et le Prince ALBERT -inintelligible, mais hein bon

G: intervention - inintelligible

D: je ne rigole pas , mais c'est comme çà, je les ai vus, je connais la femme qui est morte dans sa voiture entre temps, mais ce n'est pas un accident, c'est un meurtre, cette voiture etait trafiquée

G: on dit cela après pour euh

D: écoute je regrette, lui est autant au courant que moi

-Propos inintelligibles échangés entre les trois intervenants

G: ce n'est pas que je te crois pas , tu comprends mais ....

D: ...mais parce que ... mais parce qu'il n'a jamais vécu ce truc là, n'a jamais été dans ce genre de milieu que tu connais pas ce milieu-là

G: non pas du tout

D: au Bercuit (phonétique) ....(inintelligibles) si tu vas au Bercuit tu comprendras

G: bon alors explique moi - inintelligible-, tu m'as raconté deux ou trois trucs

- les trois intervenants parlent ensemble - inintelligibles

G: mais non ce truc là c'est que bon euh - inintelligible -

D et G parlent en même temps

D: il y en a qui sont même morts, c'est quand même vrai !

G: des majeurs ?

D: des mineurs

G: je ne comprends pas qu'est ce que cela a à voir des mineurs? avec le fait que euh…

D: mais parce qu'ils ont aidé ces mineurs

G : mais qui a aidé quoi, je ne comprends pas ...quand vous parlez autant dire que je ne comprends rien

D: mais qu'est ce que tu veux

G: quand lui parle c'est comme une bouffée de colère

D: - inintelligibles - c'est un groupe.

G: ouais

D: ce sont des personnes qui dirigent notre pays, bon, qui se réunissent…

D: et ils font de la politique… il y en a qui font de la politique et il y en d'autres qui sont à la tête...

G: de l'économie, du business… (A SUIVRE)

L'enregistrement dure encore une demi heure!

D: et il y en a d'autres qui sont là, euh… alors tu as là dedans des femmes qui sont invitées par l'un ou par l'autre et qui ne sont pas leurs femmes légitimes, entre autre la femme d'André

P: qu'on appelle comment ? D : hein ? P: on la surnomme comment

D: Anne la Folle

G: pourquoi on dit la folle - elle n'est pas folle

D: parce que bon enfin G: - inintelligible - D: enfin ce sont les gens

G: bon d'accord mais pourquoi ils disent la folle ?

D: parce qu'elle a une façon de se conduirez il vaut mieux se garer, elle couche (ou accroche) n'importe quel type et les types couchent là, là et là et tous en même temps - inintelligible - de l'extérieur, je ne suis pas d'accord… alors à ce moment là, les gens qui sont un peu " bon chic " qui ont quelque chose dans la cervelle, tout le monde s'en va - inintelligible -

P: qui est son petit ami

D: mais je te l'ai dit !

P: il ne veut pas me croire

D : il a changé depuis

D: c'est un grand, noir…

P: tu m'as parlé d'AGNESSENS

inintelligible

D: oui

G: ben ouais si elle a eu des tas de types c'est çà - inintelligible -

G: ce n'est plus la tienne non plus

D: si c'est encore la sienne. Je regrette. Ici, nous sommes deux femmes en instance de divorce, toi çà fait trois ans

P: ouais

D: je veux mes enfants et j'aime mes enfants. Michou, elle a ses enfants , parce qu'on l'a prévenue, sinon elle aurait donné bien gentiment ses enfants à son mari. Cela serait passé en référé, puis on aurait dit ah les enfants sont chez le père, ils resteront chez le père : mais il a fait la gaffe (PINON), il n'a pas eu la poigne et il a laissé partir ses gosses… donc, c'est sa femme qui…

G : comme ça, je suis d'accord !

D : il a dit d'accord, bon

P :ce qu'il y a c'est que je suis d'accord de ne pas avoir la garde des gosses, que bon, il faut payer une pension alimentaire pour ça je suis d'accord

G: je suis d'accord, mais il faut faire la part des choses, ce n'est parce qu'il est malheureux parce qu'il n' a bas les gosses qu'il est allé en première instance, puis en appel condamné pour la garde des gosses et pour paiement, c'est pas pour cela qu'il faut…

D: mais oui mais il y a une seconde affaire qui se tient puisque sa femme est au courant de ces mineurs qui se sont suicidés ...

G: mais pourquoi ils se sont suicidés… qu'est ce que ça a à voir avec …

D: ils se sont suicidés par ce qu'ils ont été pris dans l'engrenage si tu veux, sont tombés amoureux

P: mais par qui ils ont été amenés ?

D: par euh… allez je n'arrive jamais à retrouver son nom, par euh, AGNESSENS

P. Agnessens

G : le juge Agnessens, ah !

D: oui

G: le Juge des enfants de Nivelles

D : c'est ça… il y en a un de Nivelles qui s'est tiré une balle dans la tête

G : pourquoi , mais pourquoi ?

D : il s'est tiré une balle dans la tête car il était amoureux d'une jeune fille

G : il avait quel âge ? D : dis quel âge il avait… il avait 15 ans

G : il était amoureux comment ? D'une femme qui venait à ces partouzes ?

D: oui

G : on lui dit maintenant : mon vieux cela ne va plus .... cela allait assez loin avec la femme ?

- propos inaudibles -

D: bon c'est terminé tu ne peux plus la voir et il s'est tiré une balle - il avait trouvé une stabilité puis on la lui enlève bon

G: ouais

D: AGNESSENS n' avait pas à emmener un mineur là

G : mais comment il se fait qu'il a amené un mineur là ?

P : pourquoi il amène ce mineur ? , . . . - inaudible-

G : quoi il en a amené plusieurs ?

D: oui: il y a un second qui s'est pendu

G: pourquoi il s'est pendu ?

D :la même chose. Ces gars trouvent une stabilité à rencontrer des gens qui ont vécu, ils sont bien dans leur peau, des femmes mariées qui sont divorcées…

D: (propos décousus sur le thème : des enfants lâchés par leurs parents sont dans le home , ils y sont malheureux , puis on les amène dans une partouze…)

G : amenés par qui, par le juge ?

D : Agnessens ! Et puis de là, ils prennent confiance, dans une femme, et le lendemain, paf, il a été trop loin, terminé !

G: qui décide que ça été trop loin ?

D: AGNESSENS

G: pourquoi il dit cela

D: parce qu'il trouve que cela a été trop loin, qu'il prend sa place

G :AGENSSENS prend la place du jeune auprès de la femme ?

D: c'est çà

G: donc le jeune gars est initié sexuellement il tombe amoureux, fait l'amour avec la femme, mais la femme a quand même quelque chose à dire c'est quand même pas un objet.

D: c'est pas un objet mais si le type ne vient plus, elle ne demande pas où il est, bon c'est un jeu

P: est-ce qu'il a beaucoup de monde ?

D: environ une trentaine

P: et tout le monde fait l'amour là dedans

D: mais non il y en a qui partent et qui reviennent deux heures après, c'est très vague.

G: je ne comprends bas bien, comment ça se fait que les gens sont invités

D: c'est un club privé - inaudible -

G: le Prince ALBERT- inaudible -

D: oui si tu connais un type de la bande tu entres là et Intervention de

P: puisque tu connais les noms dis les D: bon - inaudible- rires - G: revenons je n'ai plus rien compris maintenant. C'est le Prince Albert qui invite ?

D: qui invite sans Paola. Elle n'est jamais là. G: sans Paola -rires- elle est belle, c'est dommage -rires- D: elle est pas tellement jolie en fait

G: ah bon et alors? C'est le Prince Albert qui invite , où çà ?

D: au Bercuit à Waterloo, chez Monsieur (hésitations) DE TYLE (phonétique)

P: ah oui tu m' as déjà parlé de cet endroit

D: toutes les idylles se sont passées chez le docteur -inaudible- jusqu'au Bercuit

G : Ah, le Bercuit, c'est quoi cela, un hôtel, un restaurant ?

D : c'est un refuge, ça a commencé par ROLIN (phonétique) et_puis repris par… et cela appartient maintenant à l'Etat

G : alors, comment cela se passe ?

D: la dedans il y un golf, un restaurant, une grande salle où se donnent des banquets…

G: alors il y a des chambres ?

D : cris inaudible - ils ne le font même pas là

G: ah bon ç'est juste un endroit de rencontres mais cela ne se passe pas là… interruption de la bande D: moi, je connais le père…

G : Blaton ?

D : ouais

G: c'est comment son prénom

D : Ado

G: c'est Ado le père

D: oui je connaissais les deux filles, l'une a épousé ICKX, je connais très bien la fille de BLATON, je connais la fille - inaudible - bon car d'ici 15 jours il y a Le Mans , les 24 Heures, l'autre fille a épousé .. un gars beaucoup moins intéressant d'ailleurs interruption de la bande -

G: il t'a emmené ?

D: non mais il m'a dit si tu veux t'amuser le soir tu restes quoi puis voilà quoi -inaudible - tu sais moi, j'ai fait comme ça, hein

G : mais les gens sont tous égaux - inaudible -

D: la dernière fois que je suis allée, écoutez si vous avez quelque chose à dire dites le carrément -inaudible - non identifié : tu ne te rends pas compte

interruption de la bande

D: la fois où je suis allée , c'était déjà tard., je l'ai très bien pensé entre VDB, MATHO, il y avait tu sais un genre de conversation où je gênais , je le sentais très bien d'ailleurs, ta femme n'était plus là c'était devenu très différent, de la conversation perçait l'inquiétude, on sentait bien qu'ils avaient quelque chose à cacher , qu'ils ne veulent pas qu'on connaisse

G: c'est quoi ? D: l'histoire du meurtre et l'histoire des 2 suicides

G : mais le meurtre, je ne comprends pas…

D: c'est cette femme inaudible

P: CROCKAERT ?

D : Crockaert, c'est ça

G: comment elle s'est tuée, pourquoi ?

D : parce qu'elle en savait de trop

G: cela s'est passé quand ? silence -inaudible --

D: en septembre 1980 inaudible - hippodrome - inaudible

G : je voudrais faire la part des choses, qu'est ce que ça peut foutre que VDB aille faire la… inaudible … amour

D: on s'en fout de ça -bruits confus, propos inaudibles

G : la femme comment elle est morte, comment c'est arrivé qu'elle a eu cet accident ?

D: on avait trafiqué sa voiture, en plus elle avait bu, on l'avait fait boire

G: et alors

D: je ne sais pas

G: la voiture elle avait quoi, c'était quoi le trafiquage ?

D". -inaudible- je sais qu'elle a été trafiquée

G: comment tu sais qu'elle a été trafiquée ?

D: on me l'a dit G: qui te l'a dit ?

D: (silence) -inaudible -

P: inaudible -cris- quelle réunion -cris-

D: un type

G : quel type ?

D: -inaudible- cela je ne le dirai pas

P : un ami à toi ?

D : des gens que je connais

G: ah bon qui vient encore là, c'est qui, ces gens ?

D: il y a les mêmes qui viennent toujours

G: pourquoi la Gendarmerie ou 1a Police , n'est pas au courant?

D: parce que le Prince ALBERT est dans l'histoire, il est au courant de tout (chuchotements) et il demande que tout le monde se taise. Il a dit à AGNESSENS " je te couvre "

G: comment tu sais qu'il dit que euh

D: dans une conversation, comme cela. G: devant toi?

D: non, j'ai entendu cela comme ça. A un moment donné AGNESSENS lui a dit : " je suis quand même ennuyé " - inaudible - il lui a répondu " tu sais bien que tu es couvert " moi j' étais à un bout du bar et eux à un autre inaudible -

G: AGNESSENS parlait de quoi , quant il disait qu'il était ennuyé ?

D: d'avoir tué la bonne femme

G: qu'est ce que AGNESSENS a à voir avec ça, c'est lui qui a saboté la voiture?

D: lui avec d'autres , il parait (chuchoté) long silence - bruits de fond - D: si lui est visé , c'est parce que sa femme est - propos confus et inaudibles -

G : la dernière fois, c'était quand ?

D: au mois d'avril, quand je suis rentrée de la mer à Pâques. On buvait un pot tous les vendredi au Bercuit

G: Tous les vendredi ?

D: oui

G : et ils sont tous là chaque fois ?

D : non pas tous euh , la majorité.. .cela change parfois

G : et c'est sur recommandation, comment on rentre ?

D : ah des cartes

G : des cartes de quoi ?

D : des cartes de membres

G : membres de quel club ?

D : du Bercuit

G : parce que c'est le club du Bercuit?

D : évidemment

G : et combien cela coûte d'être membre

D : 360 frs

G : je m'amène, je paie 360 frs, je peux rentrer ?

D : ça je n'en sais rien

G : comment tu es rentrée toi ?

D : on me connaissait, je jouais au golf fin de l'enregistrement

inaudible - bruit de moteur électrique

Saisissons et déposons au greffe correctionnel de ce siège, suivant inventaire ci-annexé, la micro-cassette de marque SONY type MC-60 remise par le nommé GAROT à nos services, ainsi que la cassette de marque BASF type 60, contenant copie de l'enregistrement , contenu sur la micro-cassette dont question. Précisons que cette copie avait été effectuée par les services spécialisés du Commissariat Général aux Délégations Judiciaires. Dont acte.

Nous rappelons qu'il s'agit ici d'une pièce officielle d'un dossier judiciaire tenu secret et représentant un témoignage parmi des dizaines d'autres et que l'enquête n'a jamais été effectuée pour vérifier tous ces propos.

LE DOSSIER PINON FAIT SES PREMIERS RAVAGES

Depuis la publication sur ce site de courts extraits des quelque 1 000 pages du dossier Pinon, ce fameux document judiciaire mettant en cause des personnages élevés de l'Etat belge dans des affaires de pédophilie et ne s'arrêtant dans le cadre de l'enquête qu'aux marches du Palais Royal belge, des remous sérieux se sont fait jour dans des comités de victimes et auprès de citoyens responsables et actifs. Nous avons déjà realté la plainte déposée sur base de certains procès-verbaux du dossier Pinon contre un haut magistrat de Mons, en charge du Tribunal de la Jeunesse. Le 23 février, dans un acte d'opposition signifié par huissier au Procureur Général de Mons, des justiciables parlent ouvertement et pour la première fois du "passé criminel et pédophile repris dans les procès-verbaux" du fameux dossier Pinon. Une première dans l'histoire judiciaire belge en ce qui concerne le président d'un tribunal de jeunesse.
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   Dim 7 Jan 2018 - 0:40

Orthographe : Jean-Pierre Agneessens.

Rapport annuel 2006-2007 du Délégué général de la
Communauté française aux droits de l’enfant


Annexe 4 : Membres du Comité consultatif du Délégué général aux droits
de l’enfant
Monsieur Jean-Pierre AGNEESSENS : Président de chambre et Juge d’appel
émérites de la jeunesse à la Cour d’appel de Mons ;

Madame Claire BRISSET : Défenseure des enfants honoraire, pour la France ;
Madame Marianne DE BOECK, Médiatrice de la Communauté française ;
Madame Anne DE KERCHOVE : Chargé de cours à l’Université de MonsHainaut
;
Monsieur Jean-Pierre DE LAUNOIT : Président du Télévie ;
Madame Françoise DIGNEFFE : Professeur et Présidente de la faculté de
criminologie de l’Université Catholique de Louvain ;
Monsieur Fernand GEUBELLE : Professeur honoraire de pédiatrie de
l’Université de Liège ;
Monsieur Yves-Hiram HAESEVOETS : Psychologue clinicien, expert près des
tribunaux, Chargé de recherche et maître de conférence à l’Université Libre de
Bruxelles ;
Monsieur Roger LALLEMAND : Avocat, Président honoraire du Sénat ;
Monsieur Alex LEFEBVRE : Psychologue, Professeur ordinaire à la Faculté des
sciences psychologiques et de l’éducation de l’Université Libre de Bruxelles et à
l’Ecole de criminologie « Léon Cornil » ;
Monsieur Patrick MANDOUX : Conseiller à la Cour d’appel de Bruxelles,
Professeur de droit pénal et de procédure pénale à l’Université Libre de
Bruxelles ;
Monsieur Thierry MARCHANDISE : ancien Procureur du Roi à Charleroi et
Juge de paix à Gosselies ;
Monsieur Jean-Claude MATGEN, Chroniqueur judiciaire à la Libre Belgique ;
Monsieur Christian MERVEILLE, Chanteur pour enfants ;
Monsieur Adelin PIRLOT : Psychopédagogue ;
Monsieur Marc PREUMONT : Avocat, Chargé de cours à l’Université Libre de
Bruxelles ;
Monsieur Jean-Paul PROCUREUR : Journaliste à la Radio-télévision belge de
la Communauté française, Ex-animateur de l’émission « Cartes sur table »,
Parlementaire ;
Madame Lise THIRY : Médecin ;
Madame Maryse TONON : Créatrice d’Ecoute-Enfants ;
Monsieur Marc VAINSEL : Administrateur général du Fonds Houtman ;
Monsieur Damien VANDERMEERSCH : Avocat général à la Cour de Cassation
à Bruxelles, Professeur de droit pénal et de procédure pénale à l’Université
Catholique de Louvain ;
Monsieur Pédro VEGA : Conseiller de l’aide à la jeunesse ;
Monsieur Juan VERLINDEN : Avocat, responsable de la section jeunesse du
Barreau de Bruxelles.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dossiers noirs "ballets roses"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dossiers noirs "ballets roses"
Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Film "Des roses en hiver" + débat
» "Nous sommes des fossiles" : Dossier sur "l'échec scolaire" (Nouvel Obs, 17-23 mars)
» [reportage] Dossiers Syfy "secret defense". Ce que les gouvernements nous... cachent
» Soirée "Pétales de roses" à Bruxelles
» "Transmettre, apprendre", Marcel Gauchet, février 2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Les axes exploités :: Les ballets roses-
Sauter vers: