les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Opus Dei...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Mer 23 Jan 2008 - 14:41

Communiqué crédible ?

Pas de plainte contre l'adjudant ? Pourtant l'opus n'est pas sans sous ?
Les objectifs de l'opus , comme repris dans le communiqué, semble différents du "chemin" . Un hasard ?

Les membres, de simples gens ? Surement, mais pas uniquement.
Il y a peu de chomeurs, mais bon, surement un hasard. Par contre on y retrouve pas mal de monde de la "haute", comme on dit.

Mais trop tard pour poser la question à monsieur Dussart.

"Membres indélicats"...c'est un avis de personne neutre ?
Revenir en haut Aller en bas
Private



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Jeu 24 Jan 2008 - 20:06

C'est bien exact qu'il manquait le Da Vinci Code version TBW.... Il y a aussi une multitude de livres sur le sujet actuellement ! Et n'oublions surtout pas les Illuminatis ou Skull and Bone...
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Jeu 24 Jan 2008 - 20:10

Je sens que je vais me faire un nouveau copain, ce soir... Very Happy Very Happy Very Happy

Vous voulez que l'on développe avec noms des sociétés, université, etc...
Les banques, membres de la haute finance, magistratures, etc...?

Il ne faut pas lire votre roman, mais simplement la bible des opusiens, les objectifs sont dedans (et rien à voir avec le communiqué).
Revenir en haut Aller en bas
B.R.



Nombre de messages : 1874
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Ven 25 Jan 2008 - 1:22

undercover a écrit:
.... Il ne faut pas lire votre roman, mais simplement la bible des opusiens, les objectifs sont dedans (et rien à voir avec le communiqué).
Et bien sûr, je suppose qu'on y parle aussi du café de Collruyt.... Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Ven 25 Jan 2008 - 14:07

Le patron du Colruyt,...peut être Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Private



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Sam 26 Jan 2008 - 8:02

Oui, certe... C'est comme aussi les attaques contre le WTC sont l'oeuvre de Bush et des Skull and Bone, qu'aucun américain n'a marché sur la lune, que la navette spaciale fut descendue par les hommes verts et que le pape est un illuminati ! Le net est rempli de ces thèses du grand complot...
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7026
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Ven 24 Avr 2009 - 9:06

LE BRAS DE L'OPUS DEI DERRIERE LES TUERIES, OU L'ARGENT D'UNE ORGANISATION DE L'OMBRE ?

HAQUIN,RENE
Mercredi 8 novembre 1989
Commission d'enquête sur le banditisme

Le bras de l'Opus Dei derrière les tueries,

ou l'argent d'une organisation de l'ombre?

Revenons comme annoncé sur les témoignages de l'adjudant de gendarmerie Dussart et du substitut du procureur J.-F. Godbille, entendus lundi par la commission parlementaire d'enquête sur le banditisme et le terrorisme. Mardi, la commission a aussi tenu deux réunions de travail, avec les ministres de l'Intérieur, de la Justice et de la Défense, sur les projets de contrôle et de restructuration des services, le matin, puis l'après-midi pour faire la synthèse des déclarations touchant au BIC (la défunte administration de l'information criminelle) et à la Sûreté de l'Etat.

Les accusations portées par Guy Dussart (57 ans), ancien patron de la BSR de la gendarmerie de Wavre, sont de densités variables et à double tranchant.

Rappelant une phrase de Michel Cocu aux enquêteurs en 1983: Quand vous arriverez plus haut, on vous empêchera de continuer. Si je suis condamné, je parlerai, le témoin regrette que les magistrats n'aient pas d'abord renvoyé Cocu et consorts en correctionnelle pour des délits de moindre importance.

Dans l'enquête sur la mort de Latinus en 1984, il dit que le médecin légiste avait constaté la fracture de l'os rachidien, mais que cette constatation n'apparaît pas dans le rapport d'autopsie, qu'une liste de gendarmes et de militaires appartenant au WNP a disparu de la BSR, et qu'il n'a pas trouvé de dossier Latinus à la PJ de Bruxelles dans l'enquête sur le double assassinat de la rue de la Pastorale. Des documents auraient aussi été détruits à la Sûreté à l'époque où il demandait au juge Schlicker de perquisitionner chez certains agents du service. Le juge Schlicker a ensuite changé d'attitude et a temporisé. C'est ce qui a déterminé l'adjudant à garder par devers lui plus de vingt apostilles du juge, non exécutées. La défiance s'installait ainsi entre magistrat et enquêteurs.

Il y avait eu des fuites. Le parquet de Nivelles en accusait les gendarmes de Wavre. D'où naquit l'idée de piéger un rapport de synthèse en six exemplaires qui devait resurgir dans la presse belge puis française, avec des détails permettant à M. Dussart de conclure que les fuites venaient non pas du juge d'instruction mais du parquet de Nivelles et de la gendarmerie.

L'hypothèse de la préparation d'un coup d'État, avancée dès le début des investigations des gendarmes, amplifiée deux ans plus tard par les confidences anonymes de deux nobles impliquant l'Opus Dei dans un invraisemblable complot antiroyaliste lié aux tueries du Brabant, apparaît à ceux qui écoutent le sous-officier comme peu fondée.

Antenne mafieuse

Revenons à l'hypothèse de travail du substitut bruxellois M. Godbille, déjà longuement évoquée dans nos éditions précédentes: des antennes mafieuses piégeant des milieux financiers, politiques, semant un climat de défiance entre gens de justice, portant peut-être plainte simplement pour éliminer un concurrent ou un adversaire à déstabiliser, et cherchant dans les réactions de la Justice une complicité même involontaire qui serve leurs desseins. Cela fait parfois penser, dit M. Godbille, à un plan organisé pour lutter contre tout ce qui pourrait nuire aux intérêts d'une «organisation».

Existe-t-il une organisation occulte de ce type agissant dans notre pays? Y a-t-il manipulation de groupes d'extrême droite par des services de renseignements? Au profit de qui?

Autant de questions posées. Aucune réponse absolue. La Justice mène dans les affaires financières un combat contre la montre (des mois de travail pour préparer une série de perquisitions simultanées). Elle doit affronter la complexité de ces affaires en luttant contre ses propres cloisonnements. Le temps qui s'écoule, nécesaire à comprendre les mécanismes mis en place, est une autre course contre les délais de prescription.

Collèges de juges

M. Godbille plaide pour l'instauration de collèges de juges d'instruction, afin de les protéger contre des attaques personnelles. Aussi pour une meilleure maîtrise des enquêteurs par les magistrats chargés de les diriger. Une lutte efficace contre l'organisation mafieuse suppose des moyens (la section financière du parquet de Bruxelles n'a pas d'ordinateurs, elle compte huit magistrats et une soixantaine d'enquêteurs), une meilleure communication des informations et une coordination entre enquêteurs en charge de dossiers qui se complètent. Les choses s'améliorent, constate-t-il. Les informations passent mieux aujourd'hui.

Et de conclure sur le thème du «devoir d'ingratitude des juges» qui, bien que nommés avec le concours politique, ne doivent être ni bleus, ni rouges, ni verts...

Le président de la commission parlementaire d'enquête, M. Bourgeois, souligne qu'il s'agit du discours d'une «autre école» tandis qu'un des magistrats experts ayant entendu M. Godbille approuve d'un mouvement de tête...

Prochaine séance publique, jeudi, avec l'audition de l'avocat de Michel Cocu, un des membres de la filière boraine.

RENÉ HAQUIN.


Source : Le Soir

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Lun 23 Juil 2012 - 15:31


De très larges extraits du livre

OPUS DEI en Belgique

De André Van Bosbeke

EPO - 1986

sont sur

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/100815305/OPUS-DEI-en-Belgique-1986-extraits-1

http://www.scribd.com/doc/100815521/OPUS-DEI-en-Belgique-1986-extraits-2

Je le conseille parce qu'il date de 1986 et qu'il dresse un tableau de la droite catholique et d'un grand nombre d'assciatio0ns dont on parle ailleurs sur le forum.

Par exemple, à la page 86 :

(...) le comte Yves du Monceau de Bergendal, sénateur PSC dans le gouvernement Martens V, tête de liste pour la chambre au Brabant Wallon pour les élections de '85, et bourgmestre d'Ottignies, sous lequel tombe Louvain-la-Neuve. Du Monceau de Bergendal faisait à l'époque partie du CEPIC de Paul Vanden Boeynants et du Baron Benoît de Bonvoisin, et est membre du Cercle des Nations et sous-président de l'Institut pour la Paix et la Sécurité (IEPS) de Robert Close, une organisation qui milite pour un armement poussé de l'Europe de l'Ouest. Le comte est également actif dans les miieux industriels, entre autres comme directeur de la chaîne de supermarchés GB-INNO-BM et COBEPA. (...)




Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Mar 24 Juil 2012 - 10:45

.


Dernière édition par K le Mar 1 Juil 2014 - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Jeu 14 Fév 2013 - 19:18

.


Dernière édition par K le Mar 1 Juil 2014 - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
totor



Nombre de messages : 1061
Date d'inscription : 11/11/2012

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Jeu 14 Fév 2013 - 21:26

le pape est parti les souris dansent !
Revenir en haut Aller en bas
totor



Nombre de messages : 1061
Date d'inscription : 11/11/2012

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Jeu 14 Fév 2013 - 21:35

@K : cet atelier entouré en rouge situé brugstraat ??
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Jeu 14 Fév 2013 - 22:51

je pense que c'est ds dupont et ponsaerts

un garagiste de bruxelles avait été en tôle ou il s'est pendu je me souviens plus

ADD:
les tueurs pag 20
atelier d'un caross. domicilé à Ixelles mais après le personnage est liberé par après
adresse prob. trouvé ailleurs (proc bor.?)

Avenue accacia est à droite de ce plan
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Jeu 14 Fév 2013 - 23:14

merde, un certain ROBERT D.V. fut arreté qui connaissait ce garagiste qui avait un atelier ds cette rue à hoeilaert >> liberé par après

il habitait qqs ds un rue a qqs 250 mètres de ANGELOU ! et donc pas loin non plus de Forces nouvelles HQ et pas loin non plus où du café la rotonde où fut abbatu le marocain par le membre de l'exercice de TIR (de boubou) qui s'enfuyait vers les Ameriques avec sa copine d'ailleurs aussi de braine !


que des co-incidences
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Jeu 14 Fév 2013 - 23:21

le nom de ce garagiste, est-il connu?
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Jeu 14 Fév 2013 - 23:46

j'amais trouvé

il me semble avoir lu que certains recherches étaient éteintes vu qu'il y avait un pendu aussi ?

le resto de Romeyer était là aussi près des lacs , je pense, du america- laan qui donne sur ce centre important de Opus Dei dans le acacialaan

tout près est aussi un pont pour passer le chemin de fer vers le clinique de derscheid a argentieul où fut trouvés qqs temps après les dechets + carte banqaire de Dek& clients
Revenir en haut Aller en bas
leMonocle



Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 15/03/2012

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Sam 16 Fév 2013 - 9:17

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Dim 24 Fév 2013 - 12:14


Dans le livre de André Van Bosbeke sur l'Opus Dei en Belgique (1986), il y a des informations intéressantes sur l'Opus Dei et les médias (pages 111 ...)

Les principaux canaux de l'Opus Dei en Belgique sont assurément le Gazet van Antwerpen et La Libre Belgique.

Le Gazet van Antwerpen (GVA) est l'oracle des groupes et groupuscules catholiques ultratraditionnels.

Lorsqu'on parle du GVA, il est intéressant de s'attarder quelque peu sur la figure de Victor van Brantegem, nommé chef de la presse adjoint du Vatican en avril 1985. Détail piquant : le supérieur direct de van Brantegem n'est autre que Joaquin Navarro Valls, nommé en décembre 1984 par Jean-Paul II. Le journaliste espagnol devenait de ce fait le premier porte-parole non italien du Vatican. Navarro Valls fait partie de l'Opus Dei !

Jusqu'il y a peu, van Branteghem (sic : les deux orthographes existent dans le livre) était le correspondant du Vatican pour le GVA et il peut se targuer d'une carrière turbulente sous le signe de l'action anti-communiste.

(...) A l'époque, van Branteghem était lié au VAKOE, Vlaams aktiekomitee voor Oost-Europa

(...) Il est clair que l' Opus Dei peut compter sur van Brantegem et Co. Ce qui n'est certainement pas étranger à la nomination de ce dernier au poste d'adjoint au chef de la presse. Cette nomination dépeint encore plus clairement les liens qui existent entre GVA (et des organisations qui professent les mêmes idées comme CAW - Coördinatiecomité Algemeen Welzijn - le mouvement contre l'avortement Pro Vita, OPH-KIN, la Thomas More Genootschat, le lobby favorable à l'Afrique du Sud Protea, dont van Brantegem fut un des co-fondateurs et d'autres encore), et l'Opus Dei.

_ _

Pro Vita et Protea sont cités dans le schéma de Libert.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Dim 24 Fév 2013 - 12:20


(suite du livre, pages 113 ...)

Dans ce contexte, des groupements qui agissent plutôt sur le plan politique comme l'aile droite du CVP, le Vlaams Blok de Karel Dillen (qui collaborait encore en 77-78 avec van Brantegem au journal ter Waarheid), l'aile droite du VU, Voorpost, l'ancien VMO ou le nouveau groupe Odal, sont également fort proches. Le filet se resserre et l'Opus Dei est un des organisateurs. ce filet est plus vaste qu'on ne le croit : rappelons que van Brantegem a dans le passé suivi les cours de l'Institute for the study of Conflict, l'organisation d'études anti-subversives de Brian Crozier, intimement lié à la CIA. (...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Dim 24 Fév 2013 - 16:45


Autre extrait intéressant de " Opus Dei en Belgique " (1986) :

Page 84

Un château, un club de jeunes et une école

(...) Dans la commune résidentielle de Uccle, l'Opus Dei créa le centre Culturel Langeveld, Floridalaan 112 où les bureaux d'information de l'Opus Dei sont également situés. (...)

(...) A Bruxelles, l'Institut (note : Opus Dei) possède un club de jeunes : Narval, avec une soixantaine de jeunes membres. (...) Narval s'adresse aux jeunes de 10 à 18 ans, "afin d'employer intelligemment leurs 200 jours de congé annuels "

(...) Dès 15 ans les jeunes peuvent participer aux cycles d'élocution. Les sujets suivants figuraient au programme de 1983 (4). D'abord : " L'Europe est-elle sans défense ? " par le comte Yves du Monceau de Bergendal, sénateur PSC dans le gouvernement Martens V, tête de liste pour la Chambre au Brabant Wallon pour les élections de 1985, et bourgmestre d'Ottignies, sous lequel tombe Louvain-la-Neuve. Du Monceau de Bergendal faisait à l'époque partie du CEPIC de Paul Vanden Boeynants et du baron Benoît de Bonvoisin, et est membre du Cercle des Nations et sous-président de l'Institut pour la Paix et la Sécurtié (IEPS) de Robert Close, une organisation qui milite pour un arsenal poussé de l'Europe de l'Ouest. Le comte est également actif dans les milieux industriels, entre autres comme directeur de la chaîne de supermarchés GB-INNO-BM et COBEPA. Un autre politicien et ex-journaliste de la RTBF, Luc Beyer de Rycke, entretint les sympathisants de l'Opus Dei du " Tiers Monde et Occident ". Beyer de Rycke, parlementaire européen PRL, est rattaché au MAUE, une organisation qui s'engage pour la droite européenne (...)

_ _ _

Luc Beyer de Rycke est sur le schéma de Libert ...

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Dim 24 Fév 2013 - 17:00


Une question que je me pose ...

Le directeur de l'Opus Dei était Hervé Pasqua.

Est-ce celui dont il est question sous :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Herv%C3%A9_Pasqua

(...)

Il a publié de nombreux articles et comptes rendus, dans les revues de philosophie en France et à l’étranger : Revue philosophique de Louvain

et

http://www.franceculture.fr/personne-herve-pasqua

http://www.editions-adsolem.fr/livre.php?id=187

Hervé Pasqua est Recteur de l’Institut catholique de Rennes. Ses recherches portent sur le néoplatonisme en général et, en particulier, sur Maître Eckhart et Nicolas de Cues. Auteur de nombreux articles publiés principalement dans la Revue philosophique de Louvain. Il a publié entre autres Maître Eckhart et le procès de l’Un (Cerf, 2006). Il traduit, introduit et commente les œuvres de Nicolas de Cues, en cours de publication aux PUF.

_ _ _


http://archives.lesoir.be/balaguer-bienheureux-l-opus-dei-aux-anges-opus-dei-en-o_t-19920518-Z05CMC.html


BALAGUER BIENHEUREUX, L'OPUS DEI AUX ANGES OPUS DEI EN ODEUR DE SAINTETE ROSES ROUGES ET CASSETTES VIDEO AUTOUR DE LA DEPOUILLE

LAPORTE,CHRISTIAN

Page 1;11

Lundi 18 mai 1992

Un grand meeting papal des supporters de l'«OEuvre»: Madrid était dans Rome hier

Balaguer bienheureux, l'Opus Dei aux anges

ROME

De notre envoyé spécial

L'annonce de l'ouverture de la cause en béatification du pape Paul VI faite en fin de semaine dernière n'aura pas tenu longtemps la une des conversations aux abords du Vatican ni celle de «L'Observatore romano». Et pour... cause(s): dimanche, plus de 200.000 pèlerins, installés sur la superbe esplanade mais aussi sur la via della Conciliazione toute proche, ont assisté à la consécration de l'Opus Dei et, dans une beaucoup moindre mesure, de l'ordre des Canossiennes, des soeurs de la Charité, à travers les béatifications de Josemaria Escriva de Balaguer et de Joséphine Bakhita.

Le jour de gloire est donc arrivé pour l'oeuvre la plus controversée aujourd'hui de l'Église catholique. Car, il ne faut pas s'y tromper: si la cérémonie présidée par le pape Jean-Paul II a montré, à l'applaudimètre, que l'ancienne petite esclave ramenée en Italie a conquis de nombreux coeurs catholiques, la grande majorité des participants voulaient surtout montrer «urbi et orbi» qu'il fallait plus que jamais compter avec l'Opus Dei dans l'avenir. Dans la tribune officielle, il y a ainsi bon nombre de représentants d'Amérique du Sud et centrale dont les anciens présidents du Venezuela et de Colombie, Rafael Rodriguez et Belisario Betancour et plusieurs ministres et ambassadeurs en exercice. L'Espagne, par contre, n'avait délégué que son ambassadeur près le Vatican, mais cette faible représentation était compensée par une importante délégation de parlementaires. Du côté italien, MM. Andreotti et Forlani sortaient du lot. Par contre pas de représentant officiel de la Belgique, alors que, du côté français, l'on remarquait surtout Jean-Claude Gaudin, le leader de la droite classique à Marseille. La noblesse européenne n'avait pas raté le rendez-vous, avec notamment le prince Henri du Liechtenstein. Enfin, il semble que l'Opus ait aussi touché des sportifs de haut niveau de sa grâce puisque tant les footballeurs Giovanni Trappatoni (Juventus) et Sandro Mazzola (AC Milan) que le basketteur Pierluigi Marzorati se sont déclarés supporters de Balaguer!

Combien de Belges y avait-il devant Saint-Pierre? La discrétion traditionnelle de l'Opus Dei empêche de le savoir, mais le bureau de presse officiel citait 1.200 pèlerins. Dans la tribune de presse, par contre, l'OEuvre avait aussi ses «fidèles» qui participèrent plus qu'à leur tour à la cérémonie, s'agenouillant et chantant avec beaucoup de ferveur et ne se privant pas d'applaudir l'arrivée des prélats. Parmi ces «journalistes», l'ancien responsable de l'Opus Dei à Louvain-la-Neuve, Hervé Pasqua, qui collabore à «Tiempo nuestro»...

Entouré de nombreux concélébrants, dont le cardinal Ruini, connu comme fer de lance du néo-conservatisme dans l'Église, et de Mgr Alvaro del Portillo, le Pape a présidé la cérémonie qui a débuté par une présentation des futurs «bienheureux».

Balaguer? Un homme qui sut réunir toutes les classes sociales et qui joua un rôle essentiel au concile...

Après les rites de la béatification, le pape Jean-Paul II se plut à souligner le zèle de l'Opus Dei dans l'évangélisation de ce siècle avant de se réjouir de la sanctification par le travail qui indique le chemin du Christ dans une société où le désir de posséder transforme les biens en idoles.

Jean-Paul II souligna encore que l'Espagne peut s'honorer d'avoir un pareil fils avant d'inviter l'Opus à participer plus généreusement encore à la vie de l'institution. En faisant l'éloge de Joséphine Bakhita, le Pape, se fit plus paternaliste dans ses propos.

À la fin de la cérémonie, les fidèles reprirent avec grande ferveur les chants de la chorale de l'Opus Dei. Suprise pour l'auteur de ces lignes: il ne se rendait nullement compte que la profession comptait tant de beaux organes, à en juger par les prestations des «accrédités»! Certains étaient peut-être grisés par l'ambiance des nombreuses chorales estudiantines qui, tout au long du week-end, transformèrent Rome en un petit Madrid.

CHRISTIAN LAPORTE

Articles page 11

OPUS DEI EN ODEUR DE SAINTETÉ

Conservateur «ultra» ou prophète génial? A la fête, les disciples de Balaguer éludent la question...

ROME

De notre envoyé spécial

Les cérémonies romaines d'hier se poursuivront pendant toute la semaine dans l'orbite de l'OEuvre. Des messes dans toutes les langues possibles et imaginables sont prévues dans les principales églises de la capitale de la chrétienté et, en guise de coup d'envoi de ces actions de grâce, le prélat actuel de l'Opus Dei, Mgr Alvaro del Portillo célébrera, en personne, une eucharistie de remerciement sur la place Saint-Pierre, ce lundi matin alors que le pape devrait recevoir en audience les plus ardents supporters. De mémoire de vaticanologue, un fait unique puisque l'agora du catholicisme est généralement réservée aux cérémonies présidées par le seul évêque de Rome, exception faite, bien entendu pour les requiem papaux lorsqu'un nouveau Souverain Pontife n'a encore été appelé à régner...

Josémaria Escriva de Balaguer était-il homme si exceptionnel? Ses hagiographes officiels - Dominique Le Tourneau, auteur d'un «Que sais-je?» sur l'OD qu'il connaît parfaitement puisqu'il en est numéraire... ou François Gondrand, porte-parole du patronat français, ont la faiblesse de le croire.

Fils d'un petit commerçant en chocolats et en tissus de Barbastro, Josémaria perçut dès ses quinze ans qu'il était destiné à la prêtrise. De fait, dès 1918, il entama des études ecclésiastiques au séminaire de Logrono où l'on remarqua ses prédispositions intellectuelles mais aussi spirituelles. En 1927, ordonné prêtre, il s'installe à Madrid. Constatant l'état de désoeuvrement de la capitale espagnole et la grande misère qui y régnait, il voulut réellement s'engager pour combattre cette situation. Le bon Dieu le reçut, semble-t-il, cinq sur cinq puisqu'il «illumina» son jeune clerc, le 2 octobre 1928, pendant qu'il suivait une retraite chez les missionaires de St-Vincent-de-Paul. En fait, une invitation à mettre sur pied une véritable «oeuvre de Dieu» où les laïcs seraient appelés à se sanctifier dès leur présence, ici-bas... Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, l'Opus ne reçut pas tous les honneurs des catholiques espagnols, certains évoquant même l'hérésie. Mais l'évêque de Madrid le soutint et au lieu de connaître l'exclusion, l'abbé de Balaguer devint, en quelque sorte, l'avant-garde pleine de certitudes d'une Eglise un peu essoufflée. De la conquête de l'Espagne à celle du monde, il y eut un pas, très rapidement franchi après l'installation de Balaguer à Rome. L'Opus allait désormais gravir tous les échelons. Pie XII contribua à cette élévation en nommant de Balaguer prélat de la maison pontificale. Celui-ci ne traîna pas en érigeant, en 48, le collège romain de la Ste-Croix pour former des membres masculins et en 1953, un collège de Ste-Marie destiné aux jeunes femmes. Depuis Rome, le prélat avança tous ses pions vers l'étranger tout en suivant avec beaucoup d'intérêt le Concile dont il retint la théologie du laïcat plutôt que l'ouverture parfois osée (pour lui) sur le monde. Dans les dernières années de sa vie, «El Padre» souffrit beaucoup, à en croire ses hagiographes, de la confusion doctrinale entretenue par certains. C'est ce qui l'amena, dit-on, à entreprendre de nombreux pèlerinages pénitents. Il s'en alla aussi prêcher la bonne parole dans la péninsule ibérique puis en Amérique latine sous des régimes pas nécessairement des plus démocratiques. Le fondateur de l'Opus décédera, le 26 juin 1975, dans le bureau de celui qui allait devenir son successeur. L'OEuvre ne fut pas décapitée pour autant, puisant dans sa tristesse, une jeunesse nouvelle qui se traduirait par la reconnaissance comme prélature en 1982 et par la béatification de ce dimanche. Une nouvelle étape mais pas la dernière...

CHRISTIAN LAPORTE

Roses rouges et cassettes vidéo autour de la dépouille

Viale Bruno Duozzi vendredi après-midi. Aux abords du quartier des ambassades et juste à côté de la représentation officielle italienne auprès du Vatican, l'Opus Dei a pignon sur rue romaine pour toute la fin de la semaine. A l'entrée de la résidence officielle, un peu plus haut dans la rue, il faut montrer plus que patte blanche pour entrer dans le «saint des saints», mais l'événement se passe à la basilique Saint-Eugène.

Le bienheureux Eugène doit se sentir bien seul aujourd'hui car dans son église, l'on n'a d'yeux que pour un cercueil recouvert d'un drap rouge. Ce sont les restes de Escriva del Balaguer qu'on y a transférés, afin de les offrir en dévotion à un grand nombre de fidèles, ce qui était impossible dans la petite crypte de l'église Prélatrice. Dehors, juste en face, une échoppe recouverte d'affiches rouges et blanches signe de rassemblement de l'Opus, vend des biscuits pour ceux qui ne pourraient plus résister à une faim bien peu mortifiante. Devant la basilique, des barrières Nadar et un service d'ordre efficace canalisent les fidèles qui viennent rendre hommage à leur héros. C'est l'heure de l'Espagne! Tellement même que le gentil vigile qui nous accueille nous adresse la parole en castillan... Des cars entiers jettent leurs occupants sur le pavé. Ce sont des représentants de la société mais aussi énormément de jeunes plus en voyage scolaire qu'en pèlerinage.

Un tout petit échantillon des 100.000 Espagnols dont certains sont même venus par... bateau. A en croire l'Opus, surtout des gens modestes dont certains ont dû faire des emprunts pour faire le voyage. Mais à bord du «Cité-de-Valence», une chapelle de fortune a dû faire vite oublier ces contingences matérielles.

Dans la basilique, on se jette dans les bras de son directeur de conscience, avec moult effusions mais l'humilité revient vite au galop. Car si aujourd'hui, on peut se recueillir sur fond de messe silencieuse et de musique d'orgue, on vient surtout confier ses fautes dans toutes les langues de la Création.

Devant les restes de Mgr de Balaguer et de superbes bouquets de roses rouges - les socialistes n'ont décidément pas le monopole de ces fleurs - des couples agenouillés prient alors qu'une jeune fille dont le charme ne déparerait pas d'autres assemblées, est plongée dans de fortes pensées. Elle ne se rend certainement pas compte du remue-ménage des prêtres qui la frôlent à tout moment avec leurs soutanes, en arpentant les travées du lieu du culte.

A l'évidence, les troupes de choc de l'Eglise sont encore une belle clientèle pour les tailleurs ecclésiastiques. Mais il ne faudrait pas généraliser: on y voit aussi des clergymen strictissimes, sans doute, mais tellement plus conciliaires, ce qui n'empêche pas la (nouvelle) évangélisation. Car ici aussi, la foi doit être ranimée, réalimentée; c'est pourquoi, à la sortie de l'église, l'on peut se procurer des écrits du héros du jour alors que son portrait apparaît sur toutes les colonnes.

Dehors, la sainteté s'est mise à l'aune des médias modernes: on peut s'y procurer des cassettes à la gloire du fondateur. La résurrection par l'image en quelque sorte...

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Dim 24 Fév 2013 - 17:22


En lisant dans " Opus Dei en Belgique " (1986) que Karel Dillen (Vlaams Blok) collaborait encore en 1977-1978 avec van Brantegem (voir plus haut) au journal "ter Waarheid", je me suis demandé s'il y avait un lien avec la publication " Waarheid " (avant-guerre) du père dominicain Félix Morlion. La région d'Anvers est certainement intéressante. Il y avait notamment un "cercle" lié au Cercle des Nations ...

En outre c'est en mai 1975 que paraît le premier numéro de "La Semaine d'Anvers". Cette publication en français à Anvers est une initiative conjointe de Gilbert Tyck, Patrick Delaroche et Jacques Offergeld (schéma de Latinus) qui, tous trois, avaient collaboré aux quotidiens "Le Matin", "La Métropole" et "La Flandre Libérale" avant que ceux-ci ne soient absorbés, en 1974, par le groupe Rossel.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Dim 24 Fév 2013 - 17:33


Pour en revenir à van Brantegem qui a suivi les cours de l'Institut for the Study of Conflict, l'organisation d'études anti-subversives de Brian Crozier, intimement lié à la CIA...

Il faut rappeler que "Gazet van Antwerpen" est édité par la SA De Vlijt (Anvers).

Aux pages 114 et 115 du livre de André Van Bosbeke :

Le comte Daniel Le Grelle, également actionnaire privé de De Vlijt, a été jadis administrateur de la Continental Bank. Cette banque est sous contrôle de la Continental Illinois Corporation, qui siège à Chicago. C'est par ce holding que l'argent du Vatican déferle sur le continent Nord-Américain. De plus, la Continental Illinois Corporation, de même que la Banco Exterior de espana, qui a une filiale en Belgique, possède des actions dans la Banco Atlantico, depuis toujours une banque de l'Opus Dei. (...) La famille Le Grelle est connue pour sa vision catholique traditionaliste type Mgr Van Peteghem et Mgr Lefèvre et l'anti-communisme qui y est lié (...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Dim 24 Fév 2013 - 17:42


Il faut relire

http://www.monde-diplomatique.fr/1995/09/NORMAND/1804

(...) Dans le monde des affaires, on cite les noms de ceux qui ont donné des conférences au Centre Garnelles de l’Opus, à Paris : M. Claude Bébéar, le patron du groupe des assurances AXA, M. Michel Albert, patron des assurances AGF, M. Didier Pineau-Valencienne, PDG du groupe Schneider et M. Louis Schweitzer, patron de Renault. Plusieurs familles royales d’Europe auraient montré de la sympathie pour l’Opus : Otto de Habsbourg en fit la propagande, alors que l’archiduc Lorenz d’Autriche en serait membre. Le roi Juan Carlos de Bourbon fut élevé par des prêtres de l’oeuvre tandis que le secrétaire de sa femme Sofia appartenait au mouvement. Le président du Comité international olympique, M. Juan Antonio Samaranch-Torello, ancien ministre de Franco, en fait également partie. (...)

_ _ _


Il est intéressant de noter la présence de Claude Bébéar.

Ce dernier a en effet fait ses débuts dans le monde des assurances au sein du bureau parisien de la société américaine Kemper ...

Le fondateur de la société Kemper était franc-maçon (américain).

Le siège de la société Kemper était à Chicago (il y a une "tour Kemper") et a ensuite déménagé "en banlieue" à Long Grove, toujours dans l'Illinois.

A noter aussi : M. Michel Albert, patron des assurances AGF ... Les AGF ont été achetés par la compagnie allemande Allianz de Munich.

En outre, la présence de Otto de Habsbourg ne peut laisser indifférent, notamment par les liens familiaux avec Astrid de Belgique.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Opus Dei...   Mer 6 Mar 2013 - 8:46

Voir aussi :

http://fr.scribd.com/doc/128825263/L-Opus-Dei-de-droles-de-paroissiens





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opus Dei...   Aujourd'hui à 11:47

Revenir en haut Aller en bas
 
Opus Dei...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un membre de l'Opus Dei à la tête de l'Eglise de Belgique
» qu est se que l opus dei??
» Reportage sur l'Opus Dei ce soir
» Le Vatican met en garde les éveques contre l'opus Angelorum
» L'Opus Dei

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Organisations-
Sauter vers: