les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Lecerf, Emile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Lecerf, Emile   Dim 10 Fév 2008 - 12:17

Emile Lecerf, un chef de l’orchestre noir ?



Une des pièces essentielles du puzzle ayant pour thème les « années de plomb » serait celle se rapportant à feu Emile Lecerf. En effet, ce dernier était le maillon de la chaîne rattachant la tendance réactionnaire de la droite aux néofascistes. Il était d'ailleurs le véritable "père politique" du Front de la jeunesse. Portrait.

(article publié dans le mensuel belge « Avancées », en mars 1999)

Mort le 24 février 1990, à l’âge de 69 ans, Emile Lecerf peut être considéré comme un des chefs occultes de l’ « orchestre noir » dans les années 70-80. C’est l’Occupation nazie de notre pays qui lui donne l’occasion de débuter en politique. Il fait d’abord profiter « Le Soir » (volé et collaborationniste) de sa bonne plume littéraire. Ensuite, quelques mois avant la Libération, ce jeune écrivain pousse son engagement encore plus loin en devenant membre de la petite équipe de fanatiques qui publient « les Cahiers de la Roue solaire ». Ces « cahiers » sont bien plus qu’une revue intellectuelle: ils sont édités par la section wallonne de l’Institut culturel de la SS.



Très peu inquiété lors de l’épuration, le jeune collabo reste à carreau durant les premières années d’après-guerre. Mais très vite, il repasse à l’action, notamment au moment de la crise congolaise. Emile Lecerf se fait alors remarquer au sein de Jeune Europe. Il participe activement – sous le pseudonyme de "Coriolan" – à la presse de cette organisation d’extrême droite, la première d’envergure depuis la fin du conflit mondial (1).

En 1964, il fait scission (ou est exclu, selon les sources) avec un petit noyau rassemblant des activistes racistes et met sur pied les groupes « Révolution européenne ». Groupes qui seront singularisés par un discours d’extrême droite belgicain hyper-raciste et accusés par Jean Thiriart, le leader de Jeune Europe, d’être financièrement aidés « par un des très gros bailleur de fonds du PLP (parti libéral pro-américain) » (2).



Croisé de l’Occident
Après l’aventure foireuse de Révolution européenne, Lecerf et une partie des siens intègrent l’équipe rédactionnelle du « Nouvelle Europe magazine » (NEM), une publication téléguidée depuis la Libération par les services secrets anglais dans un premier temps, américains pour finir.

En 1971, Lecerf accède au poste de rédacteur en chef de ce journal marqué à l’ultradroite de l’échiquier politique. Pour être plus précis, celui-ci peut déjà être considéré comme étant l’organe de presse informel du CEPIC (l’aile réactionnaire du Parti social-chrétien, le PSC). Très vite, un groupe d’action et de propagande politique, les NEM-clubs, est fondé. Objectifs : diffuser lors de conférences et d’activités publiques la bonne parole anticommuniste, et fédérer les nouveaux croisés de l’Occident chrétien.

En 1974, une section jeunes des NEM-clubs apparaît sous le nom de Front de la jeunesse (FJ) . Bien plus tard, au moment du décès d’Emile Lecerf, le numéro 2 de cette milice néofasciste, Daniel Gilson, écrira : « (il) en fut le véritable père politique (...). Il assura ainsi notre "éducation politique" » (3). Pour rappel, celle de Lecerf avait été assurée par les nazis...

Pour un autre de ses disciples, il était en effet « passionnément attaché aux valeurs de l’Occident et hanté par la décadence de notre civilisation (...). Dans les années 70, alors que le gauchisme déferlait dans les campus et les médias, il fédéra autour (du NEM) tous ceux qui voulaient réagir au déclin généralisé » (4).



Objectif : créer un grand parti de « droite plurielle »
Avec le NEM (qui tirait à 24.000 exemplaires en 1977) et son allié politique agissant au cœur de la direction du PSC, Lecerf va promouvoir l’idée de la création d’un grand parti unissant les droites nationales belges. Un parti qui aurait dû en pratique présenter un éventail idéologique allant des nationaux-catholiques maurrassiens aux libéraux laïques d’ultradroite. Dont les chefs de files auraient été un Paul Vanden Boeynants, un Henri Simonet, un Edouard Close ou encore un Roger Nols. Ce dernier fera même de Lecerf son « nègre » (5).

Le choix était le bon. Lecerf personnellement se singularisait toujours par sa spécialité d’antan: les écrits racistes. Avec un seul fil conducteur: la défense de la « race blanche » menacée, selon lui, d’être pulvérisée de la terre par la « Haute-Finance internationale, vagabonde et anonyme ». En langage décodé, cette finance particulière cache le « complot juif ». Celui qui avait déjà, une dizaine d’années plus tôt, hanté les nuits cauchemardesques d’un certain Adolf Hitler et de beaucoup d'autres lecteurs assidus des « Protocoles des Sages de Sion ».



Filière néonazie d’évasion
Au début des années 80, Emile Lecerf et son groupe sont à nouveau sous les feux de l’actualité. En 1973 déjà, la presse avait révélé un projet de coup d’Etat qu’ils avaient planifié. Ils sont alors cités dans divers dossiers chauds. Une guerre sans merci se livre entre les apprentis putschistes du NEM et une tendance de la Sûreté de l’Etat, auteur d’une note sur leur nébuleuse.

Dans la même période, une purge au PSC menée par son président Gérard Deprez met au pas le CEPIC pour mieux le faire disparaître. Les souteneurs du NEM prennent alors leurs distances. Les rats noirs se terrent. Une odeur de souffre plane. Ensuite, on évoquera dans la presse flamande les contacts hebdomadaires entretenus entre Emile Lecerf et des dirigeants du WNP (6).

Auparavant, ce maillon belge de la Ligue mondiale anticommuniste (WACL) avait été identifié comme l’un des correspondants en Belgique d’Aginter presse, un réseau de déstabilisation internationale impliqué dans des opérations terroristes en Italie et travaillant la main dans la main avec les services spéciaux américains. Plus tard, le 15 mars 1991, Jean Bougerol (un officier de l'armée belge spécialisé dans la guerre psychologique ayant milité pour le CEPIC et les NEM-clubs) accusera Lecerf, devant la commission d’enquête parlementaire « Gladio », d’avoir joué un rôle de premier ordre, en 1981, dans l’opération d’exfiltration de l’Allemand Ekkerhard Weil (7).

Recherché par toutes les polices de son pays, ce terroriste néonazi avait pris la fuite grâce à une filière d’évasion bénéficiant de tentacules belges.



Le coup de grâce
L’affaire Weil accentuera les conflits internes au sein de la direction du CEPIC et du NEM. Le coup de grâce de ce journal sera ensuite donné après l’ouverture d’une enquête sur une éventuelle fraude fiscale impliquant sa société éditrice. Sous la forme d'une feuille de choux, le canard d’extrême droite poursuivra difficilement son chemin de croix jusqu'à sa disparition en 1990. Quant à lui, Emile Lecerf avait fini par rejoindre les maigres troupes du Front national.

Le 3 mars 1990, ils étaient nombreux ceux qui suivirent le cercueil de cet ancien journaliste auxiliaire de la SS : une délégation de nationalistes flamands, les chefs du Front de la Jeunesse, Daniel Féret (le président du FN), le Docteur Teichman (un échevin PRL d’Ixelles provenant de la direction des groupes Révolution européenne), Luc Eyckerman (leader d’un groupusculaire mouvement intégriste), Roger Nols, le baron de Bonvoisin... en soi, une belle brochette d’hommes en noir.



Notes :
(1) Clairement d’extrême droite au début, Jeune Europe évolua ensuite, jusqu’à sa disparition en 1969, vers un nationalisme européen radicalement anti-américain, pro-tiersmondiste et laïque.
(2) Jean Thiriart: « Bref bilan de l’année 1966 », in « Jeune Europe », n° 393, 21 décembre 1966 (Archives Jeune Europe du PCN).
(3) Daniel Gilson: « In memoriam: Emile Lecerf », in « Forces nouvelles », n° 79, mars-avril 1990, page 2.
(4) Marc Laudelout: « In memoriam: Emile Lecerf (1920-1990) », in « Forces nouvelles », n° 80, 1990, page 12.
(5) « Le Vif/L'Express », 2 mars 1990.
(6) « Humo », 23 avril 1987.
(7) Extrait du rapport d'audition de Jean Bougerol devant la Commission d’enquête parlementaire « Glaive », 15 mars 1991.


Source : http://www.resistances.be/tueurs4.html

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Shadow



Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 17/01/2008

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Dim 10 Fév 2008 - 19:03

Emile Lecerf, un chef de l’orchestre noir ?

L'histoire est importante, il faut l'inscrire et la retenir mais il ne faut pas que l'histoire devienne une version" officielle", la seule qui compte, la seule qui soit retenue!
Sans quoi on ne voit plus ce qu'il faut voir.

MA fait un très bon travail de recherche avec RésistanceS mais faire de Lecerf le grand manitou de l'extrême droite francophone, de lui attribuer des faits ou des situations précises c'est lui accorder une place qu'en réalité il n'a pas eu, en tout cas au niveau d'une tentative de "destabilisation" de l'état.
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Dim 10 Fév 2008 - 21:20

Shadow a écrit:
Emile Lecerf, un chef de l’orchestre noir ?

L'histoire est importante, il faut l'inscrire et la retenir mais il ne faut pas que l'histoire devienne une version" officielle", la seule qui compte, la seule qui soit retenue!
Sans quoi on ne voit plus ce qu'il faut voir.

MA fait un très bon travail de recherche avec RésistanceS mais faire de Lecerf le grand manitou de l'extrême droite francophone, de lui attribuer des faits ou des situations précises c'est lui accorder une place qu'en réalité il n'a pas eu, en tout cas au niveau d'une tentative de "destabilisation" de l'état.

Shadow, vous êtes visiblement bien renseigné sur l'intérieur des NEM et du FJ. Avez-vous eu le sentiment à un moment que ces organisations ont été 'utilisées' dans le cadre d'opérations qui ne cadraient pas avec leur vocation première...(faire de la 'politique'), exemple, devenir des 'sous-traitants' d'autres organisations ou institutions de l'Etat (gendarmerie, Sûreté, SGR, etc...)? exemple: faire du 'renseignement', filatures, élaborer des listings, etc...?
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Dim 2 Oct 2011 - 15:17

[quote="michel"] Emile Lecerf, un chef de l’orchestre noir ?



Une des pièces essentielles du puzzle ayant pour thème les « années de plomb » serait celle se rapportant à feu Emile Lecerf. En effet, ce dernier était le maillon de la chaîne rattachant la tendance réactionnaire de la droite aux néofascistes. Il était d'ailleurs le véritable "père politique" du Front de la jeunesse. Portrait.

(article publié dans le mensuel belge « Avancées », en mars 1999)

Mort le 24 février 1990, à l’âge de 69 ans, Emile Lecerf peut être considéré comme un des chefs occultes de l’ « orchestre noir » dans les années 70-80. C’est l’Occupation nazie de notre pays qui lui donne l’occasion de débuter en politique. Il fait d’abord profiter « Le Soir » (volé et collaborationniste) de sa bonne plume littéraire. Ensuite, quelques mois avant la Libération, ce jeune écrivain pousse son engagement encore plus loin en devenant membre de la petite équipe de fanatiques qui publient « les Cahiers de la Roue solaire ». Ces « cahiers » sont bien plus qu’une revue intellectuelle: ils sont édités par la section wallonne de l’Institut culturel de la SS.



Très peu inquiété lors de l’épuration, le jeune collabo reste à carreau durant les premières années d’après-guerre. Mais très vite, il repasse à l’action, notamment au moment de la crise congolaise. Emile Lecerf se fait alors remarquer au sein de Jeune Europe. Il participe activement – sous le pseudonyme de "Coriolan" – à la presse de cette organisation d’extrême droite, la première d’envergure depuis la fin du conflit mondial (1).

En 1964, il fait scission (ou est exclu, selon les sources) avec un petit noyau rassemblant des activistes racistes et met sur pied les groupes « Révolution européenne ». Groupes qui seront singularisés par un discours d’extrême droite belgicain hyper-raciste et accusés par Jean Thiriart, le leader de Jeune Europe, d’être financièrement aidés « par un des très gros bailleur de fonds du PLP (parti libéral pro-américain) » (2).



Croisé de l’Occident
Après l’aventure foireuse de Révolution européenne, Lecerf et une partie des siens intègrent l’équipe rédactionnelle du « Nouvelle Europe magazine » (NEM), une publication téléguidée depuis la Libération par les services secrets anglais dans un premier temps, américains pour finir.

En 1971, Lecerf accède au poste de rédacteur en chef de ce journal marqué à l’ultradroite de l’échiquier politique. Pour être plus précis, celui-ci peut déjà être considéré comme étant l’organe de presse informel du CEPIC (l’aile réactionnaire du Parti social-chrétien, le PSC). Très vite, un groupe d’action et de propagande politique, les NEM-clubs, est fondé. Objectifs : diffuser lors de conférences et d’activités publiques la bonne parole anticommuniste, et fédérer les nouveaux croisés de l’Occident chrétien.

En 1974, une section jeunes des NEM-clubs apparaît sous le nom de Front de la jeunesse (FJ) . Bien plus tard, au moment du décès d’Emile Lecerf, le numéro 2 de cette milice néofasciste, Daniel Gilson, écrira : « (il) en fut le véritable père politique (...). Il assura ainsi notre "éducation politique" » (3). Pour rappel, celle de Lecerf avait été assurée par les nazis...

Pour un autre de ses disciples, il était en effet « passionnément attaché aux valeurs de l’Occident et hanté par la décadence de notre civilisation (...). Dans les années 70, alors que le gauchisme déferlait dans les campus et les médias, il fédéra autour (du NEM) tous ceux qui voulaient réagir au déclin généralisé » (4).



Objectif : créer un grand parti de « droite plurielle »
Avec le NEM (qui tirait à 24.000 exemplaires en 1977) et son allié politique agissant au cœur de la direction du PSC, Lecerf va promouvoir l’idée de la création d’un grand parti unissant les droites nationales belges. Un parti qui aurait dû en pratique présenter un éventail idéologique allant des nationaux-catholiques maurrassiens aux libéraux laïques d’ultradroite. Dont les chefs de files auraient été un Paul Vanden Boeynants, un Henri Simonet, un Edouard Close ou encore un Roger Nols. Ce dernier fera même de Lecerf son « nègre » (5).

Le choix était le bon. Lecerf personnellement se singularisait toujours par sa spécialité d’antan: les écrits racistes. Avec un seul fil conducteur: la défense de la « race blanche » menacée, selon lui, d’être pulvérisée de la terre par la « Haute-Finance internationale, vagabonde et anonyme ». En langage décodé, cette finance particulière cache le « complot juif ». Celui qui avait déjà, une dizaine d’années plus tôt, hanté les nuits cauchemardesques d’un certain Adolf Hitler et de beaucoup d'autres lecteurs assidus des « Protocoles des Sages de Sion ».



Filière néonazie d’évasion
Au début des années 80, Emile Lecerf et son groupe sont à nouveau sous les feux de l’actualité. En 1973 déjà, la presse avait révélé un projet de coup d’Etat qu’ils avaient planifié. Ils sont alors cités dans divers dossiers chauds. Une guerre sans merci se livre entre les apprentis putschistes du NEM et une tendance de la Sûreté de l’Etat, auteur d’une note sur leur nébuleuse.

Dans la même période, une purge au PSC menée par son président Gérard Deprez met au pas le CEPIC pour mieux le faire disparaître. Les souteneurs du NEM prennent alors leurs distances. Les rats noirs se terrent. Une odeur de souffre plane. Ensuite, on évoquera dans la presse flamande les contacts hebdomadaires entretenus entre Emile Lecerf et des dirigeants du WNP (6).

Auparavant, ce maillon belge de la Ligue mondiale anticommuniste (WACL) avait été identifié comme l’un des correspondants en Belgique d’Aginter presse, un réseau de déstabilisation internationale impliqué dans des opérations terroristes en Italie et travaillant la main dans la main avec les services spéciaux américains. Plus tard, le 15 mars 1991, Jean Bougerol (un officier de l'armée belge spécialisé dans la guerre psychologique ayant milité pour le CEPIC et les NEM-clubs) accusera Lecerf, devant la commission d’enquête parlementaire « Gladio », d’avoir joué un rôle de premier ordre, en 1981, dans l’opération d’exfiltration de l’Allemand Ekkerhard Weil (7).

Recherché par toutes les polices de son pays, ce terroriste néonazi avait pris la fuite grâce à une filière d’évasion bénéficiant de tentacules belges.



Le coup de grâce
L’affaire Weil accentuera les conflits internes au sein de la direction du CEPIC et du NEM. Le coup de grâce de ce journal sera ensuite donné après l’ouverture d’une enquête sur une éventuelle fraude fiscale impliquant sa société éditrice. Sous la forme d'une feuille de choux, le canard d’extrême droite poursuivra difficilement son chemin de croix jusqu'à sa disparition en 1990. Quant à lui, Emile Lecerf avait fini par rejoindre les maigres troupes du Front national.

Le 3 mars 1990, ils étaient nombreux ceux qui suivirent le cercueil de cet ancien journaliste auxiliaire de la SS : une délégation de nationalistes flamands, les chefs du Front de la Jeunesse, Daniel Féret (le président du FN), le Docteur Teichman (un échevin PRL d’Ixelles provenant de la direction des groupes Révolution européenne), Luc Eyckerman (leader d’un groupusculaire mouvement intégriste), Roger Nols, le baron de Bonvoisin... en soi, une belle brochette d’hommes en noir.



Notes :
(1) Clairement d’extrême droite au début, Jeune Europe évolua ensuite, jusqu’à sa disparition en 1969, vers un nationalisme européen radicalement anti-américain, pro-tiersmondiste et laïque.
(2) Jean Thiriart: « Bref bilan de l’année 1966 », in « Jeune Europe », n° 393, 21 décembre 1966 (Archives Jeune Europe du PCN).
(3) Daniel Gilson: « In memoriam: Emile Lecerf », in « Forces nouvelles », n° 79, mars-avril 1990, page 2.
(4) Marc Laudelout: « In memoriam: Emile Lecerf (1920-1990) », in « Forces nouvelles », n° 80, 1990, page 12.
(5) « Le Vif/L'Express », 2 mars 1990.
(6) « Humo », 23 avril 1987.
(7) Extrait du rapport d'audition de Jean Bougerol devant la Commission d’enquête parlementaire « Glaive », 15 mars 1991.



Lorsque ses amis avaient de s problèmes graves ,il recommandait de s adresser au SDRA ,car eux étaient des gens sérieux et fidèles (sic)
Il parlait des gens de ce service avec beaucoup de sympathies .
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Lun 3 Oct 2011 - 10:16

Deux solides castards ,EMILE et François GENOUD ,des que ce dernier passait par la Belgique ,il venait passer 2/3 jours ensemble
L ami François bien connu ,pour financer les coups tordus en Europe (de gauche comme de droite )sa meilleur recrue :CARLOS !
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Lun 5 Mar 2012 - 16:21


Selon Michel LIBERT, Emile LECERF avait un rôle de premier plan !

A noter, au sujet de "Europe Magazine" :

En mars 1987, Robert Lievin Jacobs devient l'actionnaire majoritaire :

http://www.scribd.com/doc/79946342/Robert-Lievin-Jacobs

Le numéro du 1 juin 1988 est sur

http://www.scribd.com/doc/83921813/Europe-Magazine-1-Juin-1988

avec l'interview de Jan Groenewald (Afrique du Sud)

Voir

http://en.wikipedia.org/wiki/Afrikaner_Weerstandsbeweging

(le drapeau ne laisse guère de doutes).

Revenir en haut Aller en bas
Shadow



Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 17/01/2008

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Lun 5 Mar 2012 - 16:34

HERVE a écrit:

Selon Michel LIBERT, Emile LECERF avait un rôle de premier plan !

A noter, au sujet de "Europe Magazine" :

En mars 1987, Robert Lievin Jacobs devient l'actionnaire majoritaire :

http://www.scribd.com/doc/79946342/Robert-Lievin-Jacobs

Le numéro du 1 juin 1988 est sur

http://www.scribd.com/doc/83921813/Europe-Magazine-1-Juin-1988

avec l'interview de Jan Groenewald (Afrique du Sud)

Voir

http://en.wikipedia.org/wiki/Afrikaner_Weerstandsbeweging

(le drapeau ne laisse guère de doutes).

Bonjour,

Libert raconte ce qu'il a envie de raconter. Parfois on est dans le vrai, d'autres fois dans le faux.

Concernant Lecerf, on est dans le faux.

Emile Lecerf n'a jamais frayé avec Libert.

Précision : Le NEM version Lettre d'informations a été imprimé sur offset dans les locaux de la société Etirelief. C'est JP Maricot qui a fait l'achat de cette machine. La maquette du NEM était montée chez Kaligraph.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Lun 5 Mar 2012 - 16:50


Je ne crois pas que Libert ait déclaré qu'il avait rencontré Lecerf en personne. Dans une émission de 1992, Libert parlait de Lecerf alors qu'il avait déjà confronté ses souvenirs avec ce que plusieurs journalistes savaient.

Cependant, selon Libert, Lecerf aurait joué un rôle de "parrain" lors de son entrée au WNP. Il faudrait écouter à nouveau l'interview pour être plus précis. Je vais essayer de retrouver cela.

Je suis bien d'accord pour reconnaître que Libert ne dit pas toute la vérité ... et que c'est bien dommage.

Ceci dit, peut-être est-il possible de poser des questions à la seconde épouse de Lecerf, "Betsy" Heris, du Management Center Europe ("The European Headquarters of the American Management Association International").


Dans le fil de discussion "CIDEP", Michel a écrit :

Compagnie internationale d'Editions populaires. Cette société éditait le revue d'extrême-droite NOUVEL EUROPE MAGAZINE. La CIDEP fut fondée par Pierre Blanc. A son décès, les parts de P. Blanc furent rachetées par le baron de Bonvoisin.

Parmi les membres du conseil d'administration du CIDEP se trouvaient e.a. :

- Lejeune Christian
- Lecerf Emile
- Heris Elisabeth
- Dehaybe Raymond
- Matagne Jacques
- Servais Auguste
- Dossogne Victor
- De Bonvoisin Benoît
- Jacobs Robert L.

Revenir en haut Aller en bas
Shadow



Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 17/01/2008

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Lun 5 Mar 2012 - 17:13

HERVE a écrit:

Je ne crois pas que Libert ait déclaré qu'il avait rencontré Lecerf en personne. Dans une émission de 1992, Libert parlait de Lecerf alors qu'il avait déjà confronté ses souvenirs avec ce que plusieurs journalistes savaient.

Cependant, selon Libert, Lecerf aurait joué un rôle de "parrain" lors de son entrée au WNP. Il faudrait écouter à nouveau l'interview pour être plus précis. Je vais essayer de retrouver cela.

Je suis bien d'accord pour reconnaître que Libert ne dit pas toute la vérité ... et que c'est bien dommage.

Ceci dit, peut-être est-il possible de poser des questions à la seconde épouse de Lecerf, "Betsy" Heris, du Management Center Europe ("The European Headquarters of the American Management Association International").


Dans le fil de discussion "CIDEP", Michel a écrit :

Compagnie internationale d'Editions populaires. Cette société éditait le revue d'extrême-droite NOUVEL EUROPE MAGAZINE. La CIDEP fut fondée par Pierre Blanc. A son décès, les parts de P. Blanc furent rachetées par le baron de Bonvoisin.

Parmi les membres du conseil d'administration du CIDEP se trouvaient e.a. :

- Lejeune Christian
- Lecerf Emile
- Heris Elisabeth
- Dehaybe Raymond
- Matagne Jacques
- Servais Auguste
- Dossogne Victor
- De Bonvoisin Benoît
- Jacobs Robert L.


Les assertions de Libert à propos de Lecert sont fausses. Autant Emile Lecerf voulait, désirait et finalement a tout fait pour l'émergence d'une droite nationale (unie) en Belgique francophone, autant il exécrait les chapelles propres à l'ED, ses conflits de chefs à répétition et surtout cette manie de certains de vouloir manier à tout prix du secret, du secret et encore plus de secret, comme une espère Graal![i]. Emile Lecerf n'aurait jamais appuyé une structure comme le WNP, cela allait à l'encontre de ses ambitions.

Pour mémoire : Victor Dossogne est le père de Francis

Et enfin, je doute que Betsy réponde à ce genre de question.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Lun 5 Mar 2012 - 18:35


Voici la transcription d'une intervention de Libert :

" J'ai rencontré le major Bougerol une fois, pour avoir accès à la profession ; c'est lui qui m'a proposé d'entrer avec le parrainage d'Emile Lecerf, qui est aujourd'hui décédé, qui était le rédacteur en chef d' Europe Magazine. Emile Lecerf a toujours été une cheville ouvrière de tout le système, de toute la pyramide ... Cela, c'est avec le recul ce que l'on peut ressentir. Maintenant, quel était le rôle exact d' Emile Lecerf, je n'en sais rien. Mais il avait une puissance extraordinaire. Et si, maintenant, un militaire, dans le cadre des renseignements de l'armée, un militaire qui avait besoin d'une carte de presse, ... j'en ai eu une, de la part de M. Lecerf pour une durée déterminée, pour infiltrer les milieux de gauche ... je l'ai eue ... tout est possible. On a des gens qui à des postes-clés peuvent tout se permettre et donner ce qu'ils veulent à n'importe qui. "


(voir le fil de discussion sur les 6 vidéos "Gladio" - débat télévisé après le reportage de la BBC)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Mar 13 Mar 2012 - 13:39


Deux articles sur Emile Lecerf ont été publiés dans "Forces Nouvelles" à l'occasion son décès (1990) :

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/85183546/Emile-Lecerf-Forces-Nouvelles-n%C2%B0-79-80

Revenir en haut Aller en bas
Shadow



Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 17/01/2008

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Mar 13 Mar 2012 - 20:42

HERVE a écrit:

Deux articles sur Emile Lecerf ont été publiés dans "Forces Nouvelles" à l'occasion son décès (1990) :

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/85183546/Emile-Lecerf-Forces-Nouvelles-n%C2%B0-79-80


Bonsoir Hervé,

Comprendre est une chose. Interpréter en est une autre. La piste Lecerf n'aboutira à rien parce que, en réalité, il n'y a rien derrière Lercerf. Les dires de Libert à propos d'un Emile Lecerf, espèce de gardien du temple à la puissance décuplée est absolument ubuesque. Que la NL de FORCES NOUVELLES rende hommage à Lecerf est quelque chose de finalement assez logique, pour les gens du 104 c'est le décès d'un homme particulier, idéologue, féru d'histoire, un homme au tempérament très social et capable de nuances. Personnellement je ne vois pas pourquoi vous ne pourriez pas gratter étant donné la fonction de ce forum, mais je crains qu'au bout du compte, vous vous lassiez.
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Mar 13 Mar 2012 - 22:19

et Lecerf qui servait d'antenne pour Aginter Press en Belgique? son tête à tête en 1969 avec Guérin-Sérac et de Merode au Grand Dinner Charlemagne, quelques mois avant les attentats à Milan? son role dans Jeune Europe, Révolution européenne, LIL et WACL, MAUE et AESP, le coup NEM de 1973, le WNP, le Comité Hongrie (avec Dessart, Damman, Mercier, Tottosy, Borsu, ...), les Cahiers de la Roue solaire publié par l'Institut culturel de la SS wallon, l'exfiltration de Weil, ses relations avec Al Ajjaz, ...?

que des rumeurs ou faits sans importance?

Tout indique que Lecerf faisait le pont entre la mouvance CEDI/AESP/WACL/..., les milieux anticommunistes belges, et le terrorisme noire.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Mer 14 Mar 2012 - 8:55



Voir aussi :

http://www.pereubu.be/wp-content/UBU_PDFs/UBU_909-WEB.pdf

(page 5 : " Quand les extrêmes se rejoignent ")

(...) (Les "réseaux dormants") ont oeuvré très régulièrement avec des anciens de l'OAS et du MAC (mouvement Action Civique) en Belgique et avaient une antenne très dynamique chez nous, sous la férule d'Emile Lecerf. (...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Mer 14 Mar 2012 - 11:37


En 1987, le magazine HUMO a publié une série d'articles "Operatie Catacomben : extreem-rechts tegen de Belgische Staatsveiligheid"

Une copie assez mauvaise et partielle est sur

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/85323641/HUMO-Operatie-Catacomben-extraits

C'est intéressant de relire cela 25 ans après.

A noter qu'à la page 32 de l'article du 23 avril 1987, il y a une reproduction d'agendas montrant "l'offensive médiatique" du WNP vers la presse. A la fin de 1982, le WNP avait des réunions presque journalières avec Lecerf du "Nouvel Europe Magazine".

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Mer 14 Mar 2012 - 11:54



Un article du Vif après l'enterrement d'Emile Lecerf est sur :

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/85325519/Emile-Lecerf-Le-Vif-9-Mars-1990

La légende de la photo précise que Luc Beyer de Rijcke et Roger Nols étaient présents.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Mer 14 Mar 2012 - 12:48


On parle aussi d'Emile Lecerf dans l document suivant :

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/85329158/ResistanceS-n%C2%B06-1999

( A noter aussi, le passage sur PSC 2000 et Bernard de Marcken de Mercken )

Selon ce document, Emile Lecerf a proposé au major Bougerol de véhiculer jusqu'à Charleroi Ekkehard Weil, un terroriste (attentats, etc) de l' "orchestre noir" en fuite.

Emile Lecerf serait la tête pensante du réseau d'évasion.

Cela fait penser à l'aide apportée par Mario Spandre au terroriste italien Gaetano Orlando, en fuite. Là aussi, il s'agissait d'un réseau d'évasion (et d'officiers de l'OTAN).



Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Dim 18 Mar 2012 - 19:31


Il faut aussi se souvenir de sa seconde épouse, Betsy Heris, travaillant au Management Center Europe (dont on parle ailleurs sur le site), "The European Headquarters of the American Management Association International" (rue Caroly, 15 - 1040 Bruxelles)



Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Jeu 13 Déc 2012 - 15:50




Première page de la note interne de la BSR, la Brigade de surveillance et de renseignements de l’ex-gendarmerie belge, intitulée « Info coup d’Etat en Belgique ». Elle est datée du 10 septembre 1973 et concerne une enquête de la BSR sur la préparation d’un putsch militaire impliquant « certains milieux financiers et des groupements politiques d’extrême droite ». Comme d’autres, le nom d’Emile Lecerf, le « patron » du « Nouvel Europe magazine » et futur parrain du Front de la jeunesse, est cité parmi les « comploteurs».






Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1387
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Jeu 13 Déc 2012 - 17:22

Bien joué Hervé. Je présume que certains enquêteurs de pointe sur les Tueries vont en rester sur le cul car, quoi qu'ils fussent de la B.S.R, personne dans leur hierarchie n'avait jugé utile de les mettre au courant de cette tentative de coup d'état !... C'est par une voie détournée (et totalement inattendue) que Lionel Ruth effectua cette découverte... et la nuit bleue projetée en 74, impliquant pas mal de gradés -entre autres- de l'armée de l'air.
Revenir en haut Aller en bas
dislairelucien



Nombre de messages : 1145
Age : 77
Localisation : B - 6660 Houffalize
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Jeu 13 Déc 2012 - 18:29

Le secret de polichinelle : rapport BSR d'informations parues dans la" gazet van Antwerpen" et l'hebdomadaire "spécial" en septembre 73, douze ans avant le tueries.
Cherchez- y les tueurs...
Secret pour polichinelles en recherche de malveillance à l'égard de l'Etat serait mieux adapté.
Ceci est déjà traité par monsieur Marlair sur le fil colonel Militis, qu'il place comme le bras armé de l’extrême droite avec ses paras formés aux tueries" ( Dans le texte)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Ven 9 Aoû 2013 - 14:43


Un article sur Emile Lecerf dans la revue "Avancées" de mars 1999.

http://fr.scribd.com/doc/159131726/Avancees-Emile-Lecerf-mars-1999


Voir :








A rappeler que la seconde épouse de Emile Lecerf, "Betsy" Heris travaillait au "Management Centre Europe" (the European Headquarters of the American Management Association International) au 15 de la rue Caroly à Bruxelles. Il serait difficile de voir un quelconque anti-américanisme chez Emile Lecerf.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Mer 9 Oct 2013 - 12:50


http://fr.scribd.com/doc/174706462/L-extreme-droite-francophone-en-Belgique-CRISP-avril-1974













(...)




Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Mer 9 Oct 2013 - 15:24










Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Jeu 10 Oct 2013 - 12:27


http://fr.scribd.com/doc/175014788/HUMO-23-April-1987-Het-Adderkluwen







Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lecerf, Emile   Aujourd'hui à 10:37

Revenir en haut Aller en bas
 
Lecerf, Emile
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Questions relatives au DBFV d'Emile Ernault
» PIRAIN Emile, Général de Brigade
» Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion :
» Emile Somville- retour vers le Ciel !
» Maman d'Emile et Paul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Autres-
Sauter vers: