les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Van Camp, Catherine

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
michel
Admin


Nombre de messages : 7818
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Van Camp, Catherine   Ven 22 Fév 2008 - 14:42

Fille de Jacques Van Camp, propriétaire de l'Auberge des Trois Canards à Ohain (il fut abattu par la bande). Les tueurs ont volé une golf rouge qui lui appartenait. Elle était présente lors de l'attaque.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Cusmenne Claude



Nombre de messages : 1028
Date d'inscription : 23/10/2009

MessageSujet: Van Camp Catherine.....   Dim 20 Déc 2009 - 14:33

suggestion à l'admin, pourquoi ne pas proposer l'interview de Catherine Van Camp....il semblerait que son témoignage à été pris à la légère....
Revenir en haut Aller en bas
Cusmenne Claude



Nombre de messages : 1028
Date d'inscription : 23/10/2009

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Sam 26 Déc 2009 - 16:25

qu'est devenue Catherine Van Camp ?
Revenir en haut Aller en bas
Cusmenne Claude



Nombre de messages : 1028
Date d'inscription : 23/10/2009

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Mar 6 Juil 2010 - 16:21

Restaurant " Le Gros vélo " Lasne.
Revenir en haut Aller en bas
lagloupette02

avatar

Nombre de messages : 161
Date d'inscription : 08/10/2007

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Mer 7 Juil 2010 - 9:42

Interview Catherine Van Camp

Inleiding

Catherine Van Camp was 27 toen de Bende van Nijvel haar vader doodschoot. Plaats van de moord : het parkeerterrein van Les Trois Canards, de bistro in het Waals-Brabantse Ohain die Jacques Van Camp samen met zijn vrouw runde. Moordwapen : het pistool van een politieman die twee weken tevoren was afgemaakt bij de bloedige overval op de Colruyt van Nijvel. Er was een artisanale geluidsdemper op geknutseld en de moordenaar van Jacques Van Camp droeg roze afwashandschoenen. De killers vluchtten weg in Catherines VW Golf, die later werd gebruikt bij enkele andere Bendeovervallen.

De moord vond plaats in de nacht van 1 op 2 oktober 1983. Officieel werd ze nooit opgehelderd, net zo min als de zevenentwintig andere moorden van de Bende van Nijvel in de jaren '82 tot '85. Aanvankelijk begonnen de speurders te spitten in het verleden van Jacques Van Camp, hij werd er zelfs even van verdacht zelf lid van de Bende te zijn geweest. Inmiddels heeft Catherine te horen gekregen dat de politie één van de moordenaars van haar vader kent, en zelfs weet waar hij zich bevindt. En dat is niet in een graf in het Bois de la Houssière, waar de Bendecel van Jumet in september 2004 opgravingen begon te doen.

Catherine Van Camp : "Ik heb jaren nodig gehad om mijn leven weer op te bouwen. Ik ben ondertussen getrouwd, heb kinderen en ben zelf een restaurant begonnen. Na de dood van mijn vader was ik ook de steun en toeverlaat geworden van mijn moeder, maar zij is een paar jaar geleden omgekomen in een verkeersongeval. Om maar wat te zeggen : ik heb al die tijd wel wat anders aan mijn hoofd gehad dan te gaan achterhalen waarom mijn vader vermoord is. Toch heb ik alle vergaderingen van de Bendecel in Jumet met de nabestaanden bijgewoond, behalve de laatste omdat mijn man toen in het ziekenhuis lag. Klanten van ons restaurant bezorgen me weleens knipsels, en die lees ik. Van de mogelijkheid om het gerechtelijk dossier door te nemen heb ik geen gebruik gemaakt. En de verslagen van de Tweede Bendecommissie liggen naast mijn bed, maar ik heb nog nooit de moed gehad om ze te lezen."

Naar aanleiding van de Bende-overvallen is er een fonds opgericht voor steun aan slachtoffers van extreem geweld. Hebt u daaruit een schadevergoeding ontvangen?

"Nee, ik heb er ook geen gevraagd. Mijn advocaat zei dat ik er toch niet voor in aanmerking zou komen : we leden immers geen geldgebrek, meende hij. Nou, een jaar voor de moord had iemand mijn ouders meer dan honderdduizend euro aangeboden om hun restaurant over te nemen. Ze waren daar toen niet op ingegaan. Toen we de zaak een halfjaar na de dood van mijn vader toch verkochten, hebben we niet eens een kwart van dat bedrag gekregen. De klanten bleven weg, ze waren te bang geworden om te komen."

De overval

Denkt u nog vaak aan de nacht dat het gebeurd is?

"Ik denk nog elke dag aan mijn vader. Een paar maanden voor de moord was ik teruggekeerd uit Australië, en ik werkte zelf ook in het restaurant. Het moeten tegen één uur ‘s nachts geweest zijn. De laatste klanten waren weg, ons werk zat erop, de boel was aan de kant en mijn vader zou twee jobstudenten - twee zussen die bij ons klusten - naar huis rijden. Ik zie hem nog altijd zijn jasje aantrekken. Dat is het laatste beeld dat ik van hem heb : hij doet zijn jasje aan en gaat met die twee meisjes naar buiten, naar de parkeerplaats. Ik zat aan de keukentafel wat na te praten met mijn moeder en een stuk of vier medewerkers, toen opeens iemand in het Frans riep dat we allemaal op de grond moesten gaan liggen. We hadden niemand horen binnenkomen, en ook geen auto horen stoppen. We hadden helemaal geen geluiden van buiten gehoord."

Zag u het gezicht van die indringer?

"Nee, hij droeg het masker van een oude man."

Met een lodderoog en rare tanden, zoals bij enkele eerdere Bendeovervallen?

"Weet ik niet meer precies, het was in elk geval heel eng. De man eiste de sleutels van mijn vaders Porsche. Mijn ouders zouden de dag nadien met vakantie vertrekken met mijn VW Golf, en mijn vader had mij de sleutels van zijn auto gegeven. Ik wist waar ze lagen, maar ik was verstijfd van angst, ik heb niet gereageerd. Mijn moeder antwoordde in mijn plaats : 'Vraag ze aan de baas. Die is buiten.' Maar ik heb de sleutels boven weggeborgen, en ze hebben ze niet gevonden. Terwijl we daar lagen, hoorden we een tweede overvaller in de eetzaal in de kassa rommelen, maar die hadden we eerder al zelf leeggemaakt."

"De mannen schreeuwden naar elkaar, ik weet niet in welke taal. Het leek Arabisch, zeker geen Europese taal. Die andere dader heb ik trouwens op geen enkel moment te zien gekregen. Inmiddels waren de twee jobstudenten terug naar binnen gevlucht. Toen het tweede meisje binnenstormde, vuurde de overvaller die ons bewaakte op haar, maar hij mikte te hoog. Ze kwam die dag voor het eerst een handje helpen in de zaak en heeft nadien een depressie gekregen? Ze is de schok nu, eenentwintig jaar later, nog altijd niet te boven. Toen de speurders haar een tijd geleden onder hypnose wilden verhoren, heeft de dokter het haar verboden. Ik heb haar nooit durven vragen of ze iets gezien had op de parkeerplaats."

De moordenaars zijn weggevlucht in uw Golf, nadat ze op de parkeerplaats uw vader hadden vermoord en de banden van de andere wagens hadden stukgeschoten. Hadden ze nog meer dingen gestolen?

"Nee, alleen mijn wagen. Geen juwelen, en ook het Frans geld niet dat mijn vader had afgehaald voor zijn vakantie."

Het ging om een aanzienlijk bedrag, omgerekend een paar tienduizend Belgische franken.

"Ja, dat geld zat nog in zijn jasje toen we hem vonden. Toen ze wegstoven, hadden de daders geschreeuwd dat we ons niet mochten bewegen of ze zouden door de vensters schieten. We hoorden een wagen vertrekken, en toen heeft de jongen die vlak bij de deur lag gauw de sleutel in het slot gedraaid. We hebben gewacht of er geen tweede auto startte, maar het bleef stil. Toen durfden we eindelijk onder de ramen door naar buiten sluipen. Op de parkeerplaats lag mijn vader. Ze hadden hem door het hoofd geschoten en hem dan zijn jas over zijn hoofd getrokken. Hij ademde nog. Het duurde eeuwen voor er hulp kwam. Eerst de dokter, na misschien twintig minuten wachten, dan ziekenwagens en ten slotte de rijkswacht. Niet dat ze mijn vader nog hadden kunnen redden, hij heeft nog een paar geleefd maar is niet meer bij bewustzijn gekomen."

Albert en Delphine

Wat was uw vader eigenlijk voor een man?

"Een warme man. Ik vind het zo erg dat mijn dochtertjes hem nooit gekend hebben. Hij was architect, had onder meer de brandweerkazerne in Anderlecht ontworpen, en ook de tribunes van het voetbalstadion van Anderlecht. Halfweg de jaren '70 had mijn moeder Les Trois Canards overgenomen, en hijs was daar de populaire gastheer. Ik weet niet voor wie de mensen het meest naar het restaurant kwamen, voor de keuken van mijn moeder of voor de verhalen, de grappen en de gezelligheid van mijn vader."

Kort na de moord zijn de speurders beginnen te graven in het verleden en de boekhouding van uw vader. Wie of wat heeft hen op het idee gebracht hem te gaan verdenken?

"Ze vonden het verdacht dat twee gangsters in een godvergeten uithoek in de bossen auto kwamen stelen. Zij gingen ervan uit dat ze niet waren gekomen voor de Porsche in te pikken, maar om mijn vader van kant te maken."

De moordenaars zijn zonder Porsche vertrokken. Dan ligt het toch voor de hand dat de speurders dachten dat ze iets anders zochten? Blijkbaar wilde justitie weten of er in uw vaders leven een aanwijzing te vinden was, een reden waarom hij vermoord zou kunnen zijn.

"Ja. Daarvoor hebben ze mijn moeder jarenlang lastiggevallen. Op een dag hebben ze haar twaalf uur aan een stuk verhoord en al die tijd kreeg ze niets te eten en niets te drinken. 'U vliegt in Nijvel de gevangenis in,' dreigden ze. 'U doet niets dan liegen.' Ze hebben mijn moeder gek gemaakt. We durfden thuis de telefoon niet meer op te nemen, zo bang waren we geworden."

Er deden ook veel verhalen de ronde over uw vader, verhalen die hem volgens sommigen koppelden aan de Bende van Nijvel.

"U hebt geen idee wat er in die jaren allemaal verteld en verzonnen werd. Mijn oom zou gevoetbald hebben met Jef Jurion. Die Jurion moet een klepper geweest zijn, want toen mijn oom voetbalde, was Jurion nog maar drie jaar oud. En mijn tante - de zus van mijn moeder - zou zogenaamd in de zeilmakerij in Temse gewerkt hebben waar de Bende zeven kogelvrije vesten gestolen had en de man van de conciërge had doodgeschoten. Wat een onzin, mijn tante heeft altijd in Brussel gewoond, haar vader heeft het dak van de basiliek van Koekelberg nog verzinkt. Zou u in Temse werk gaan zoeken als u in Brussel woonde? Maar nee, prompt werd er een heel dossier geopend over de ‘betrokkenheid’ van mijn vader en mijn tante bij de slachtpartij in de zeilmakerij."

Uw vader zou ook lid geweest zijn van het CEPIC, de extreem-rechtse vleugel van de PSC, de toenmalige Franstalige christen-democraten.

"Het CEPIC? Wat is dat? Mijn vader was lid van geen enkele partij, zeker niet van de PSC. Zijn lievelingskleur was blauw."

'Le tout Bruxelles' was kind aan huis in Les Trois Canards. Ook de toenmalige prins Albert.

"Eén keer is hij bij ons komen eten, één enkele keer, en net toen was ik er niet. Maar mijn vader was door het dolle heen en belde dat ik meteen moest komen, wat ik gedaan heb. Albert was er met de moeder van Delphine Boël. Prins Alexander kwam wel vaker bij ons langs."

Waren er onder uw klanten andere Bendeslachtoffers.

"Voor zover ik weet niet, maar maakt u zich ergens bekend bij de kokkin als u ergens gaat lunchen? De speurders hebben ons fotoalbums met foto's van slachtoffers en verdachten in het Bende-dossier voorgelegd, maar daarin hebben we niemand herkend. Ook niemand van de verdachten trouwens, zoals Patrick Haemers. Hij is in de buurt van Ohain komen wonen, maar toen was mijn vader al een jaar dood. En ik weet echt niet of hij ooit bij ons is komen eten."

Uw vader zou een zwaar fuifnummer geweest zijn.

"Wanneer zou hij daar tijd voor gevonden hebben? Hij was omzeggens vierentwintig uur per dag bij ons, we leefden in elkaars vestzak. Maar de speurders waren er echt van overtuigd dat hij een dubbelleven leidde. 'Hij ging toch boodschappen doen in Brussel? Dan weet u toch niet waar hij allemaal uithing?' Hij bracht de boodschappen echt wel mee, hoor. Anders hadden we ons restaurant wel kunnen sluiten. Hij ging vaak buurten bij een vriend. 'Hoe weet u dat hij daar werkelijk was?' vroegen ze. Wel, als we hem daar belden, kregen we hem aan de lijn. Maar die uitleg was blijkbaar te simpel. Twee jaar aan een stuk werd mijn vader beschouwd als lid van de Bende van Nijvel. Eind jaren '80, precies op de verjaardag van de moord, zijn de speurders ons komen vertrellen dat ze ons uiteindelijk toch als slachtoffers zagen."

De link tussen uw vader en de Bende van Nijvel is voor het eerst gelegd door een lid van de beruchte gangstersbende van de Borains. Die werden eerst zelf verdacht van enkele Bendemisdaden, maar weren laten vrijgesproken door het Hof van Assisen. Uw vader zou, nog steeds volgens die gangster, 'te veel geweten' hebben over enkele louche zaakjes, en dus moest hij verdwijnen. Zo staat het in de verslagen van de tweede Bendecommissie.

"Ik weet daar niks van. Het zou me trouwens heel erg verbazen dat mijn vader één of ander geheim gekend zou hebben, want hij kon zijn mond niet houden. Wat hij wist bazuinde hij uit."

Een amateurdetective zou gepreciseerd hebben waarop dat begrip 'louche zaakjes' sloeg: de Bende zou onder meer champagne gestolen hebben bij een overval op een warenhuis in het Franse Maubeuge, en uw vader zou die champagne gekocht hebben voor zijn restaurant.

"Ik was verantwoordelijk voor de wijnkelder van het restaurant, ik weet wat er was en wat er niet was. Al onze champagne kwam van hetzelfde huis, en dat nam de onverkochte flessen altijd terug. De speurders hebben onze hele boekhouding en al onze agenda's en telefoonboekjes uitgekamd. Iedereen die erin stond, leveranciers, klanten, klanten, vrienden en kennissen, mocht opdraven voor een verhoor. Als er echt iets verdacht was geweest, zouden ze dat toch ontdekt hebben, nee?"

Een andere Bendeverdachte beschuldigde uw vader ervan dat hij, kort voor hij vermoord werd, zelf deelgenomen zou hebben aan de overval op de Colruyt in Nijvel. Daar ging de Bende opnieuw met voedingswaren aan de haal : koffie, olie.

"Dat was weer het verhaal van de 'verdachte afwezigheid op het cruciale moment'. Dat zat zo. Elke vrijdagavond gingen wij samen met ons personeel eten in Chez Rino in Eigenbrakel. De nacht van de overval op de Colruyt heeft mijn vader één van de jobstudenten naar huis gebracht. Die woonde aan het andere eind van Brussel. Wij, de rest van het gezelschap, zijn misschien vijf minuten na hem vertrokken naar Les Trois Canards. Toen we onderweg een kruispunt in de buurt passeerden, had de politie daar al een versperring opgesteld. De overval op de Colruyt was toen dus al gebeurd. Amper een paar minuten na ons is mijn vader ook thuisgekomen."

Kus op de laarzen

Hebt u zelf enig idee waarom uw vader vermoord werd? In De Morgen stond onlangs dat hij voor zijn dood zou zijn gefolterd. Dat maakt roofmoord niet echt waarschijnlijk.

"Wij hebben dat soort rare verhalen ook gehoord. Zo zou mijn vader, voor hij doodgeschoten werd, eerst de laarzen van de moordenaar hebben moeten kussen. Maar de speurders hebben mij nooit zoiets gezegd, en de jobstudente die zich met mijn vader op de parkeerplaats bevond ook niet. En wie anders kan het weten? Er heeft zich nooit een andere getuige gemeld."

Uw vader heeft wel kneuzingen opgelopen. Dat wees op een gevecht, vertelde een magistraat die het dossier heeft doorgenomen.

"Ik heb alleen het gat in zijn hoofd gezien."

Onderzoeksrechter Jean-Marie Schlicker, die jarenlang het onderzoek naar de moord op uw vader en zijn activiteiten heeft geleid, denkt dat uw vader zich verzet heeft en daarom werd vermoord. Het leek toch meer op een roofmoord dan op een liquidatie, vertelde hij in de tweede Bendecommissie.

"Ik heb dat altijd gedacht. Ik denk dat de daders echt die wagen wilden, de Porsche. Misschien dat ze razend werden toen ze merkten dat mijn vader de sleutels niet had? Misschien heeft hij zich inderdaad verweerd, en die ene dader zijn masker afgerukt? Dan zou hij hem gezien hebben, en werd hij een hinderlijke getuige."

Het onderzoek naar uw vader is op gang gekomen nadat het gerecht twee verdachten had laten gaan die amper twee na de moord al gearresteerd waren. Het ging om Philippe De Staerke en om de nobele onbekende Mohammed El Bourajradji, van wie alleen bekend is dat hij ooit als tuinier gewerkt heeft in Waterloo. Twee dagen na de moord gearresteerd, dat moet zowat de snelste opheldering in de Belgische gerechtelijke geschiedenis geweest zijn.

"Juist ja. Een paar maanden voor de moord op mijn vader, in januari, hadden mensen van de clan-De Staerke de Porsche van mijn ouders gestolen. Ze hadden er Brussel mee doorkruist en ‘m enkele uren later achtergelaten op een paar honderd meter van de plek waar hij tevoren geparkeerd stond."

Murat Kaplan heeft die diefstal bekend. Hoe weet u zo zeker dat hij tot de entourage van De Staerke behoorde?

"Dat zeiden de speurders ons toch. En de toenmalige bazin van Le Messager de Bruxelles, een eettent in Ohain, had De Staerke de nacht van de moord in haar taverne gezien, in het gezelschap van een andere man."

Ze zouden daar ongeveer een uur voor de moord geweest zijn. De bazin had het duo eruit gepikt toen een politieman was langsgekomen met het grote 'holduppers-familiealbum', dat staat in de verslagen van de tweede Bendecommissie. Het alibi van De Staerke was zoals gewoonlijk vrij verward, maar dat maakt toch nog geen moordenaar van hem?

"Absoluut niet, maar ze zijn dus wel gearresteerd. Ik vermoed dat de speurders nog over andere elementen beschikten. Misschien had de waardin iets gehoord of gezien dat haar twee klanten in verband bracht met de moord?"

Volgens datzelfde parlementaire rapport werd de vrouw in de dagen na de arrestatie van de twee bedreigd, en is ze daarom op haar woorden teruggekomen.

"Dat weet ik niet. Eén ding weet ik wel, de dader die op ons geschoten heeft in de keuken, zit nu in de gevangenis."

In de broek geplast

Wat bedoelt u nu? Dat de politie de dader kent?

"Absoluut. Volgens de speurders heeft die verdachte tegen een celgenoot zijn mond voorbijgepraat. Hij zou gezegd hebben dat het er die nacht 'heel grappig' toegegaan was in Les Trois Canards, want 'één van de meisjes had in haar broek geplast'. In feite had de dader, toen hij op die jobstudente vuurde, door de koelkastdeur geschoten, daar stond een fles witte wijn in, en die was uitgelopen."

Had hij het verhaal niet ergens in een krant gelezen of zo?

"Wie zoiets vertelt, was er zelf bij. Maar de verdachte heeft later tegengesproken dat hij zoiets ooit gezegd zou hebben."

Zit de verdachte nu nog steeds in de gevangenis?

"Hij is ondertussen uitgeleverd aan Tunesië of Marokko, vertelden de speurders, maar dat is alweer jaren geleden. Op een dag, toen die man nog in een Belgische cel zat, moesten we met het vroegere personeel van Les Trois Canards naar Jumet komen voor een identificatie. De man die in het politiekantoor voor ons stond, leek kleiner dan de dader die ik in mijn hoofd had, maar bij de overval lag ik op de grond : dan lijkt iemand die rechtstaat imposanter. Over zijn stem kon ik al helemaal niks zeggen, want met een masker voor de mond is die sowieso vervormd. Niemand van ons zevenen kon met zekerheid zeggen of hij de juiste man was of niet. Dat was de enige keer in meer dan twintig jaar onderzoek dat ik met een verdacht geconfronteerd ben. Ze hebben me ook nooit de stem van de tweede verdachte laten horen."

Die man moet Mohammed El Bourajradji geweest zijn, volgens de verslagen van de Bendecommissie zijn alle getuigen in Les Trois Canards met hem geconfronteerd. Alleen, El Bourajradji beweert dat hij niet eens in België was, de nacht dat uw vader vermoord werd.

"Het gerecht heeft hem uiteindelijk niet vervolgd, de bewijslast woog te licht om hem voor een Assisenhof te brengen. Het was het woord van de ene tegen de andere, zeiden de speurders."

Het bos in

Vrij snel na de moord liet de onderzoeksrechter El Bourajradji - die in de parlementaire stukken soms ook El Barajraji wordt genoemd - en De Staerke weer gaan. Een paar dagen na hun arrestatie was de Delhaize van Beersel overvallen, waarbij opnieuw iemand was doodgeschoten. En dus konden De Staerke en El Bourajradji, die immers in de gevangenis zaten, de Bende van Nijvel niet zijn, redeneerden de speurders. Maar in 1987 werd El Bourajradji opeens aangehouden in Nederland, wegens illegaal verblijf. In februari 1988 werd hij uitgeleverd aan België voor de moord op Jacques Van Camp. De cafébazin kreeg De Staerke en El Bourajradji dit keer in levenden lijve te zien. Ze twijfelde over De Staerke, maar de gewezen tuinier herkende ze formeel. "Dat laatste mocht dan al waar zijn, onderzoeksrechter Lacroix stopte het verdere onderzoek naar El Barajraji", aldus het parlementair verslag.

Waarom? Dat staat er niet bij. Jean-Claude Lacroix is heel verbaasd als hij verneemt dat hij ooit een verdachte zou hebben laten arresteren en uitleveren in het onderzoek naar de moord op Jacques Van Camp.

Jean-Claude Lacroix : "Ik heb in het hele Bende-dossier nooit iemand aangehouden, en ook nooit om iemands uitlevering gevraagd."

Het staat nochtans met citaten uit uw eigen documenten zo beschreven in de verslagen van de Kamercommissie.

"De naam El Bourajradji zegt me vaagweg iets, en ook de getuigenis van die cafébazin. Maar het is allemaal zo lang geleden. Het spoor zal wel doodgelopen zijn, veronderstel ik, anders zouden we er op doorgegaan zijn."

Humo – Octobre 2004
Revenir en haut Aller en bas
lagloupette02

avatar

Nombre de messages : 161
Date d'inscription : 08/10/2007

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Ven 16 Juil 2010 - 11:19

Interview Catherine Van Camp – Humo octobre 2004

Introduction

Catherine Van Camp avait 27 ans quand son père a été assassiné par les tueurs du Brabant wallon. Lieu du meurtre : le parking des Trois Canards, le restaurant d'Ohain que Van Camp tenait avec sa femme. Arme du crime : le pistolet d'un policier assassiné deux semaines auparavant lors du hold-up sanglant du Colruyt de Nivelles. Un silencieux artisanal avait été monté sur l'arme et l'assassin de Van Camp portait des gants de vaisselle rouges. Les tueurs ont pris la fuite à bord de la Golf de Catherine, qui sera utilisée plus tard lors d'autres attaques.

Le meurtre a eu lieu la nuit du 1 au 2 octobre 1983. Officiellement, il n'a jamais été élucidé, pas plus que les 27 autres meurtres des tueurs du Brabant wallon dans les années 82 à 85. Au début, les enquêteurs ont commencé à fouiller dans le passé de Jacques Van Camp, qui a même été soupçonné d'être lui-même un membre de la bande. Entretemps, Catherine a appris que la police connaît l'un des assassins de son père et qu'elle sait où il se trouve. Il ne se trouve pas dans une fosse du bois de la Houssière, où la cellule de Jumet a commencé des recherches en septembre 2004.

Catherine Van Camp : "Il m'a fallu des années pour reconstruire ma vie. Entretemps je me suis mariée, j'ai eu des enfants et j'ai ouvert un restaurant. Après la mort de mon père, je suis devenue le soutien de ma mère, qui est décédée il y a quelques années dans un accident de voiture. Pendant tout ce temps j'avais autre chose à faire que de me demander pourquoi mon père avait été assassiné. J'ai quand même assisté à toutes les réunions de la cellule de Jumet avec les familles des victimes, sauf la dernière parce que mon mari était hospitalisé à ce moment-là. Des clients me donnent parfois un article de journal, que je lis. Je n'ai pas fait usage de mon droit de regard dans le dossier. Et les rapports de la deuxième commission d'enquête sur les tueurs se trouvent sur ma table de chevet, mais je n'ai pas encore trouvé le courage de les lire."

Après les attaques sanglantes, un fonds d'aide aux victimes de violences a été créé. Avez-vous été indemnisée par ce fonds ?

"Non, je n'ai rien réclamé. Mon avocat disait que je n'entrerais de toute façon pas en ligne de compte pour cette indemnisation : nous ne manquions pas d'argent, disait-il. Un an avant le meurtre, quelqu'un avait proposé plus de 100.000 € à mes parents pour reprendre le restaurant. A l'époque ils avaient refusé. Lorsque nous avons remis l'affaire six mois après le décès de mon père, nous n'avons même pas reçu le quart de ce montant. Les clients ne venaient plus, ils avaient trop peur.

L'attaque

Vous pensez encore souvent à la nuit des événements ?

"Tous les jours, je pense encore à mon père. J'étais rentrée d'Australie quelques mois avant le meurtre, et je travaillais au restaurant. Il devait être une heure du matin. Les derniers clients étaient partis, le travail était terminé, tout était en ordre et mon père devait ramener deux jobistes, deux sœurs, chez elles. Je le vois encore enfiler sa veste. C'et la dernière image que j'ai de lui : il enfile sa veste et sort sur le parking avec ces deux filles. Je bavardais avec ma mère et quatre collaborateurs à la cuisine, lorsque tout à coup quelqu'un a crié en français que nous devions tous nous coucher. Nous n'avions entendu entrer personne, ni l'arrivée d'une voiture. Nous n'avions rien entendu qui soit venu de l'extérieur. "

Avez-vous vu le visage de cet intrus ?

"Non, il portait un masque de vieillard"

Avec un œil borgne (?) et des dents qui manquent, comme lors de certaines autres attaques ?

"Je ne sais plus exactement. L'homme exigeait les clefs de la Porsche de mon père. Mes parents partaient en vacances le lendemain avec ma Golf, et mon père m'avait donné les clefs de sa voiture. Je savais où elles se trouvaient, mais j'étais tétanisée par la peur et je n'ai pas réagi. Ma mère a répondu à ma place : "Demandez-les au patron, il est dehors." Mais j'avais caché les clefs à l'étage et ils ne les ont pas trouvées. Pendant que nous étions couchés par terre, nous entendions un deuxième malfrat qui fouillait la caisse, mais nous l'avions déjà vidée."

"Les individus se parlaient en criant, je ne sais pas dans quelle langue. Ca ressemblait à de l'arabe, sûrement pas une langue européenne. Je n'ai jamais eu l'occasion de voir l'autre bandit. Entretemps, les deux jobistes étaient rentrées. Lorsque la deuxième jeune fille est entrée, l'homme qui nous surveillait à fait feu sur elle, mais il a visé trop haut. C'était le premier jour que cette fille nous aidait, et suite aux événements, elle est tombée en dépression. Elle n'a toujours pas récupéré du choc, 21 ans plus tard. Lorsque les enquêteurs ont voulu l'entendre récemment sous hypnose, son médecin le lui a interdit. Je n'ai jamais osé lui demander si elle avait vu quelque chose sur le parking."

Les assassins ont pris la fuite à bord de votre Golf, après avoir tué votre père sur le parking et crevé les pneus des autres véhicules. Avaient-ils volé autre chose ?

"Non, rien que ma voiture. Pas de bijoux, ni l'argent français que mon père avait acheté pour ses vacances."

Il agissait d'un montant considérable, environ 10.000 FB.

"Oui, cet argent se trouvait toujours dans sa veste quand nous l'avons retrouvé. Dans leur fuite, les bandits nous ont crié que nous ne pouvions pas bouger, sans quoi ils tireraient à travers les fenêtres. Nous avons entendu démarrer une voiture. A ce moment-là, le garçon qui se trouvait près de la porte l'a vite fermée à clef. Nous avons attendu pour voir si un deuxième véhicule démarrait, mais il n'y a plus eu aucun bruit. Nous avons alors osé passer par les fenêtres pour sortir. Mon père gisait sur le parking. Ils l'avaient abattu d'un coup dans la tête et avaient ensuite recouvert sa tête de sa veste. Il respirait encore. Ca a duré une éternité avant que les secours arrivent sur place. Après vingt minutes d'attente, un médecin, ensuite une ambulance et enfin la gendarmerie. On ne pouvait plus aider mon père. Il a encore vécu quelques (mot manquant - ndt), mais n'a jamais repris connaissance.

Albert et Delphine

Quel genre d'homme était votre père ?

"Un homme chaleureux. C'est terrible que mes filles ne l'aient pas connu. Il était architecte. Il avait, entre autres, dessiné les plans de la caserne des pompiers d'Anderlecht. Au milieu des années 70, ma mère avait repris Les Trois Canards, et il y était très populaire. J'ignore si on y venait pour la cuisine de ma mère ou pour la jovialité de mon père."

Peu après le meurtre, les enquêteurs ont commencé à fouiller dans le passé et dans la comptabilité de votre père. Qui ou quoi les a amenés à soupçonner votre père ?

"Ca leur paraissait bizarre que des gangsters aillent voler une voiture au fin d'un bois. Ils en ont conclu qu'ils n'étaient pas venus pour la Porsche, mais pour éliminer mon père."

Les meurtriers sont partis sans la Porsche. Il semble alors évident que les enquêteurs croient qu'ils cherchaient autre chose. La justice voulait visiblement savoir si, dans la vie de votre père, il y avait une raison de l'assassiner.

"Oui, ils ont ennuié ma mère pendant des années avec cela. Un jour ils l'ont auditionnée pendant 12 heures, sans qu'elle puisse boire ni manger. Ils la menaçaient de l'envoyer à la prison de Nivelles. Ils l'accusaient de mentir. Ils l'ont rendue folle. Nous avions tellement peur que nous n'osions plus décrocher le téléphone."

De nombreuses rumeurs ont circulé à propos de votre père. Ces histoires le liaient notamment aux tueurs du Brabant wallon.

"Vous n'imaginez pas tout ce qu'on a raconté et inventé pendant ces années-là. Mon oncle aurait joué au football avec Jef Jurion. Or, quand mon oncle jouait au foot, Jurion avait trois ans. Et ma tante – la sœur de ma mère – aurait travaillé dans la fabrique de toiles de Tamise, où les tueurs avaient volé 7 gilets pare-balles et tué le mari de la concierge. Quelle sottise, ma tante a toujours habité Bruxelles, son père s'est occupé de la galvanisation du toit de la Basilique de Koekelberg. Vous iriez chercher du travail à Tamise, vous, si vous habitiez Bruxelles ? Mais non, on a tout de suite ouvert un dossier à propos de "l'implication" de mon père et de ma tante dans le meurtre de Tamise."

Votre père aurait aussi été membre du CEPIC, l'aile droite du PSC, les démocrates-chrétiens francophones de l'époque.

"Le CEPIC ? De quoi s'agit-il ? Mon père n'était membre d'aucun parti, sûrement pas du PSC. Sa couleur préférée était le bleu."

Le tout Bruxelles fréquentait Les Trois Canards. Le prince Albert également.

"Il est venu une fois, une seule et unique fois, et je n'étais justement pas présente. Mais mon père était tout excité et m'a téléphoné pour me dire de me rendre immédiatement au restaurant, ce que j'ai fait. Albert s'y trouvait avec la mère de Delphine Boël. Le prince Alexandre venait plus souvent."

Aviez-vous dans votre clientèle d'autres victimes des tueurs ?

"Pas à ma connaissance, mais est-ce qu'on s'annonce auprès du chef quand on va déjeuner quelque part ? Les enquêteurs nous ont présenté des albums photo des victimes et des suspects dans le dossier, mais nous n'avons reconnu personne. Nous n'avons par reconnu Patrick Haemels, par exemple. Il est venu habiter dans les environs d'Ohain quelques années après le décès de mon père. Et je ne sais vraiment pas s'il est un jour venu manger chez nous."

Votre père aurait été un grand bambocheur.

"Où en aurait-il trouvé le temps ? Il était pour ainsi dire avec nous 24 heures sur 24. Mais les enquêteurs étaient absolument persuadés qu'il menait une double vie. "Il allait quand même faire des courses à Bruxelles ? Vous ne savez pas tout ce qu'il faisait pendant ce temps-là." Mais il ramenait vraiment ses emplettes. Sans cela, nous aurions pu fermer boutique. Il rendait souvent visite à un ami. "Comment savez-vous qu'il s'y trouvait réellement ?" demandaient-ils. Si nous l'appelions là-bas, nous pouvions le joindre. Mais cette explication était visiblement trop simple. Pendant deux ans, on a considéré que mon père était un membre des tueurs du Brabant wallon. Fin des années 80, précisément le jour anniversaire du meurtre, les enquêteurs sont venus nous dire que, finalement, nous faisions partie des victimes."

Le lien entre votre père et les tueurs du Brabant wallon a été établi pour la première fois par un membre de la fameuse bande des borains. Ils ont eux-mêmes été suspectés de quelques méfaits des tueurs du Brabant wallon, mais plus tard ils ont été acquittés par la Cour d'assises. Toujours d'après la même source, votre père "en aurait trop su" à propos de quelques affaires louches, et il devait donc être éliminé. C'est ce que mentionne le rapport de la deuxième commission tueurs.

"Je n'en sais rien. Je serais en tous cas très étonnée que mon père ait été au courant de l'un ou l'autre secret. Il ne savait pas se taire. Tout ce qu'il savait, il le claironnait sur tous les toits"

Un détective amateur a précisé ce que voulait dire "affaires louches" : les tueurs auraient, entre autres, volé du champagne à Maubeuge, et votre père aurait acheté ce champagne pour son restaurant.

"J'étais responsable de la cave à vins, je sais ce qui s'y trouvait ou non. Tout notre champagne venait de la même maison, qui reprenait les invendus. Les enquêteurs ont épluché toute notre comptabilité, nos agendas et nos répertoires téléphoniques. Tous ceux qui s'y trouvaient, fournisseurs, clients, amis et connaissances ont dû se présenter pour être entendus. Si vraiment il y avait eu quelque chose de suspect, ils l'auraient bien découvert, non ?

Un autre suspect de la bande des tueurs du Brabant wallon a accusé votre père d'avoir participé, peu avant sa mort, à l'attaque du Colruyt de Nivelles. Les malfrats avaient à nouveau pris la fuite avec des denrées alimentaires : du café, de l'huile.

"Il s'agit encore une fois de l'absence suspecte au moment crucial. Voilà ce qu'il en est. Tous les vendredi soir, nous allions manger chez Rino à Braine-l'Alleud avec notre personnel. La nuit de l'attaque du Colruyt, mon père a ramené un des jobistes chez lui. Il habitait à l'autre bout de Bruxelles. Nous, le reste du groupe, avons quitté Les Trois Canards cinq minutes après lui. En cours de route, nous avons rencontré un barrage policier à un carrefour. L'attaque du Colruyt avait donc déjà eu lieu. A peine quelques minutes après nous, mon père est arrivé à la maison.

Lèche-bottes

Avez-vous la moindre idée de la raison pour laquelle votre père a été assassiné ? Le Morgen mentionnait récemment qu'il avait été torturé avant sa mort. Ce qui invalide l'hypothèse du meurtre pour faciliter le vol.

"Nous avons aussi entendu ce genre d'histoires. Ainsi, avant qu'on le tue, mon père aurait dû lécher les bottes de son assassin. Les enquêteurs ne m'ont jamais rapporté rien de tel, et la jobiste qui se trouvait sur le parking avec mon père non plus. Qui donc peut le savoir ? Jamais aucun autre témoin ne s'est présenté."

Votre père a été blessé. Il a dû se battre, d'après un magistrat qui a parcouru le dossier.

"Je n'ai vu que le trou dans sa tête."

Le juge d'instruction Jean-Marie Schlicker, qui a mené l'enquête sur l'assassinat de votre père et sur ses activités pendant des années, pense que votre père a tenté de résister et que c'est pour cela qu'il est mort. Cela ressemblait quand même davantage à un meurtre pour faciliter le vol qu'à un règlement de comptes, a-t-il déclaré devant la commission.

"Je l'ai toujours pensé. Je crois que les auteurs voulaient vraiment la Porsche. Peut-être étaient-ils furieux quand ils se sont aperçus que mon père n'avait pas les clefs. Peut-être s'est-il défendu en effet et a-t-il arraché le masque du malfrat avec qui il était aux prises. Il l'aurait alors vu et serait devenu un témoin gênant."

L'enquête sur votre père a commencé après que la justice ait relâché deux suspects qui avaient été arrêtés deux jours après le meurtre. Il s'agissait de Philippe De Staercke et de l'illustre inconnu Mohammed El Bourajradji, dont la seule chose qu'on sait de lui est qu'il a été jardinier à Waterloo. Une arrestation deux jours après les faits, il doit s'agir de l'élucidation la plus rapide de l'histoire judiciaire belge.

"Exact. Quelques mois avant l'assassinat de mon père, en janvier, des membres de la bande De Staercke avaient volé la voiture de mon père. Ils avaient roulé dans Bruxelles et avaient abandonné le véhicule quelques heures plus tard, à quelques centaines de mètres de l'endroit où ils l'avaient volé."

Murat Kaplan a reconnu ce vol. Comment êtes-vous si sûre qu'il appartient à l'entourage de De Staercke ?

"C'est en tous cas ce que les enquêteurs nous ont dit. La patronne de l'époque du Messager de Bruxelles, une brasserie-restaurant d'Ohain, avait vu De Staercke dans son établissement la nuit des faits, en compagnie d'un autre homme."

Ils s'y seraient trouvés une heure environ avant les faits. La patronne les aurait reconnus dans un "album de famille du grand banditisme" qui lui était présenté par un enquêteur. C'est noté dans le rapport de la deuxième commission d'enquête. Comme d'habitude, l'alibi de De Staercke était assez confus, mais cela ne fait pas de lui un meurtrier.

"Absolument pas, mais ils ont donc bien été arrêtés. Je suppose que les enquêteurs disposaient encore d'autres éléments. Peut-être que l'aubergiste avait vu ou entendu quelque chose qui permettait de faire le lien entre ses deux clients et le meurtre ?"

D'après ce même rapport parlementaire, cette dame aurait été menacée dans les jours suivant l'arrestation, à la suite de quoi elle se serait rétractée.

"Je l'ignore. Ce dont je suis sûre, c'est que celui qui a tiré sur nous dans la cuisine est actuellement en prison."

Pipi dans la culotte

Que voulez-vous dire ? Que la police connaît l'auteur des faits ?

"Absolument. D'après les enquêteurs, ce suspect s'est confié à un codétenu. Il aurait déclaré que cette nuit-là on "s'était bien marré" aux Trois Canards, parce qu'"une des jeunes filles avait fait pipi dans sa culotte". En fait, en tirant sur la jobiste, l'auteur avait tiré à travers la porte d'un frigo, ce qui avait fait exploser une bouteille de vin blanc."

N'avait-il pas lu l'histoire dans un journal ?

"Celui qui raconte cela doit l'avoir vécu. Mais par après le suspect a nié avoir tenu ces propos."

Ce suspect est-il toujours en prison ?

"Entretemps il a été extradé vers la Tunisie ou le Maroc, nous ont dit les enquêteurs il y a quelques années. Un jour, alors que ce monsieur se trouvait encore en prison en Belgique, nous avons dû nous rendre avec le personnel de l'époque à la cellule de Jumet pour une identification. La personne qui se trouvait devant nous nous paraissait plus petite que dans mon souvenir, mais lors de l'attaque j'étais couchée par terre, ce qui fausse l'image de la taille de quelqu'un qui se trouve debout près de vous. Je ne pouvais rien dire de sa voix, puisqu'un masque devant le visage déforme la voix. Personne parmi nous ne pouvait dire avec certitude s'il s'agissait, ou non, de l'auteur. C'est la seule fois en vingt ans que j'ai été confrontée à un suspect. Je n'ai jamais pu entendre la voix du deuxième suspect."

Il doit s'agir de Mohammed El Bourajradji. D'après les rapports de la commission tueurs, tous les témoins des Trois Canards ont été confrontés à El Bourajradji. Mais El Bourajradji prétend qu'il n'était même pas en Belgique la nuit du meurtre de votre père.

"La justice ne l'a finalement pas poursuivi, les preuves étaient trop minces que pour l'envoyer devant les Assises. C'était la parole de l'un contre celle de l'autre, disaient les enquêteurs."

Dans le bois

Assez vite après le meurtre, le juge d'instruction a relâché El Bourajradji – parfois aussi désigné comme El Barajraji dans le dossier – et De Staercke. Quelques jours après leur arrestation a eu lieu l'attaque du Delhaize de Beersel, faisant à nouveau un mort. Et donc, pensaient les enquêteurs, De Staercke et El Bourajradji ne pouvaient pas être les tueurs du Brabant wallon, puisqu'ils étaient en prison. Mais en 1987, El Bourajradji fut arrêté en Hollande pour séjour illégal. En février 1988, il a été livré à la Belgique pour le meurtre de Jacques Van Camp. La patronne du Messager de Bruxelles à eu cette fois l'occasion de voir De Staercke et El Bourajradji. Elle a hésité pour De Staercke, mais elle a formellement reconnu l'ancien jardinier. "Ce dernier élément était donc exact. Le juge d'instruction Lacroix a arrêté l'enquête sur El Barajraji", dit le rapport parlementaire.

Pourquoi ? Le rapport ne le dit pas. Lacroix est très étonné lorsqu'il apprend qu'il aurait un jour fait arrêter et extrader un suspect dans l'enquête sur le meurtre de Jacques Van Camp.

Jean-Claude Lacroix : "Dans tout le dossier tueurs du Brabant wallon, je n'ai jamais arrêté personne, pas plus que je n'ai jamais demandé aucune extradition."

Cela se trouve pourtant mentionné avec des citations extraites de vos propres documents dans les rapports de la commission de la Chambre.

"Le nom El Bourajradji me dit vaguement quelque chose, ainsi que le témoignage de cette patronne de café. Mais tout cela est tellement ancien. La piste se sera sans doute éteinte, je suppose, sans quoi nous l'aurions poursuivie."
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 8290
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Dim 17 Juil 2011 - 13:50

intrigant:

Citation :
"Il s'agit encore une fois de l'absence suspecte au moment crucial. Voilà ce qu'il en est. Tous les vendredi soir, nous allions manger chez Rino à Braine-l'Alleud avec notre personnel. La nuit de l'attaque du Colruyt, mon père a ramené un des jobistes chez lui. Il habitait à l'autre bout de Bruxelles. Nous, le reste du groupe, avons quitté Les Trois Canards cinq minutes après lui. En cours de route, nous avons rencontré un barrage policier à un carrefour. L'attaque du Colruyt avait donc déjà eu lieu. A peine quelques minutes après nous, mon père est arrivé à la maison.


ci on lit ailleurs qu'on décrivait que les borains ont laissé une voiture de reserve Fiat 131 ?ala gare de Braine ?
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 8290
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Dim 17 Juil 2011 - 14:06

Si en sortant du Rino VC et l'étudiant on été reconnu par des TBW qui pouvait être pas borains mais Brainois pendant un dé- chargement dans d'autres voitures c'est possible que
qqs semaines après ils se sont pris à VC.


mais pourqoui vouloir voler sa caisse : alibi de vol pour camoufler le meurtre commandité

ils ont clairement attendu le sorti de VC et les deux étudiantes avant de s"attaquer au VC

pourqoui ils se sont deshabillés leur manteaui et l'ont oublié par après?

il ne voulait pas l'abimer avec le sang ?

Si on vole une voiture avec les clefs on ne sort pas son veston.

S'il voulait les clef de la porsche c'est que c'étaient pas des voleurs de voiture car un voleur n'en avait pas besoin .

C'étaient des tueurs?


autre question
:l'histoire de la gare de Braine : comment cette histoire a été lancé ds la piste des borains: devait y avoir d'autres Brainois qui ont vu ou entendu qqs chose cette nuit là ds les environs de la gare

quel idée de laisser une voiture en centre ville auprès de la gare où il y a toujours du passage.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 8290
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Dim 17 Juil 2011 - 19:59


.


Dernière édition par K le Lun 14 Juil 2014 - 23:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7818
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Lun 12 Mar 2012 - 14:07

Catherine Van Camp vient de décéder des suites d'une longue maladie. Elle avait 56 ans.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 8290
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Lun 12 Mar 2012 - 16:29

paix à son âme

il y a des familles qui attirent toutes les malheurs , pas possible !
Revenir en haut Aller en bas
luanda



Nombre de messages : 563
Date d'inscription : 05/12/2013

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Jeu 10 Avr 2014 - 7:31

phrase du texte de m van camp ci au dessus

Quelle sottise, ma tante a toujours habité Bruxelles, son père s'est occupé de la galvanisation du toit de la Basilique de Koekelberg.

luanda ecrit
quelqu un sait t il quel societe c est occuper de la galvanisation de la basilique?
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13832
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Sam 12 Avr 2014 - 0:00


Parmi les habitués du restaurant "Trois Canards", il y avait Alexandre de Belgique.

Le prince Albert et la mère de Delphine Boël y ont été une fois.

Il y avait aussi un certain Robert Arckens, qui promenait des membres de la famille royale sur son yacht.

C'est un personnage très intéressant (surtout quand on se souvient des liens entre Alexandre de Belgique et Félix Przedborski et son service de sécurité issu du Mossad)

Son nom apparaît dans le témoignage de "X1".


_ _ _ _


La traduction est très imparfaite mais donne une idée du contenu ...

http://www.calcalist.co.il/local/articles/0,7340,L-3621314,00.html

http://translate.google.be/translate?hl=fr&sl=iw&u=http://www.calcalist.co.il/local/articles/0,7340,L-3621314,00.html&prev=/search%3Fq%3DRobert%2BArckens,%2BLevdan%26client%3Dfirefox-a%26rls%3Dorg.mozilla:fr:official%26channel%3Dnp%26biw%3D1536%26bih%3D738

Yacht et l'appropriation du réservoir Tamar belge


Tangled liens familiaux, les conflits juridiques branches, les luttes d'affaires cruels et beaucoup d'argent. Un autre chapitre dans la saga des lignes interminables de crédit


10:01:14, 07:52

36 commentaires


Section A
Arkansas vient Kapulski

En été 1995, le financement de Kobe avec un homme replet vêtu d'un polo rose, café Ramat Aviv Gimel Kapulski. Les deux assis à côté de Yuval Ron, propriétaire de l'ancien avec des lignes de crédit, qui traitent de prêts étrangers - banques et l'acquisition et la création de sociétés sans activité réelle et leur émission.

Ce n'était pas la première fois qu'ils se rencontraient financement Warren. Lors d'une réunion peu de temps avant, il a annoncé qu'il voulait Rennes lignes de crédit de financement pour acquérir la participation de 50% dans les sociétés pétrolières déjà acquis l'homme d'affaires Joe Elmaleh.

Ran serra la main de financement et l'étranger, qui ne s'étaient jamais rencontrés avant. Au cours de la brève rencontre a introduit le financement étranger Rover Arkansas (Robert Arckens), beau-frère de la Belgique. Arkansas s'est présenté comme le mari de financement Tina, la soeur de Kobe, et dit qu'il a vécu la plupart du temps en Belgique, où il s'est engagé dans la publicité et passe beaucoup de temps sur son yacht.



רוברט ארקנס
Robert Arkansas


Les détails de ces et d'innombrables autres détails Ran récemment révélé dépôt ébouriffante soumis à la Cour de district de Tel-Aviv. Ran l'affidavit raconte sa relation au fil des ans avec le financement et le nectar de la vie - son partenaire et confident de financement de leur jeunesse à Petah Tikva. Une relation qui a commencé dans un partenariat d'affaires des sociétés développées et devint une véritable hostilité.

Selon dépôt de Ran, le but de cette réunion était de reconnaître le Kapulski l'homme de paille qui devrait être enregistrée en tant que société qui fera l'acquisition de lignes de crédit pour des actions de sociétés de pétrole. "J'ai annoncé des actions de financement devant être achetées par une société étrangère ... États-Kingsway (États-Kingsway). Ils m'a expliqué que leur permet d'échanger des coûts dans l'insu de tous, en ignorant la volonté de la fiscalité, les états financiers, etc», écrit Ren. "Financement et nectar conditionnée par l'acquisition des sociétés pétrolières. Insisté pour qu'ils ne voulaient pas que les gens sachent qu'ils possèdent les États-Kingsway. Financement m'a informé qu'il sera montrer des choses comme les États-Kingsway appartient à un résident étranger.

"Il était clair pour moi ..." Ran affidavit continue, "et toute personne qui a été connecté à une ligne de crédit au moment où il (Arkansas) n'est pas le propriétaire de United Kingsway, mais seulement un homme de paille de la finance et de nectar."

Peu de temps après cette réunion États-Kingsway a acquis une participation de 50% dans les sociétés pétrolières, y compris les actions de passeport (maintenant Equital), naphta, Isramco et Joel des entreprises. Joel a acquis plus tard, un nouveau propriétaire, les autres actifs qui sont comptabilisés lorsque les sociétés géantes NITSBA et City Airport.


קובי מימון. חי מאז 2010 בגרמניה. מכחיש כל טענה שקושרת אותו לבעלות ביונייטד קינגסוויי או בחברות בנות
Financement Kobe. Vit depuis 2010 en Allemagne. Nie toute allégation qui le lie à la propriété au Royaume-Kingsway ou de ses filiales Photo par Orel Cohen


Depuis le transfert des actions de Royaume-Kingsway attention maintenant signaler aux autorités, y compris la Securities and Exchange Commission (SEC, qui a supervisé Isramco Inc., un groupe de sociétés publiques ayant leur siège à Houston), le locateur au Royaume-Kingsway est Arkansas.

Chapitre
Arkansas décède

Selon l'affidavit de Rennes, à la suite du financement de l'acquisition d'actions et de nectar de devenir des partenaires de lignes de crédit. Lorsque le flux de trésorerie est en difficulté est difficile, le pressait de quitter le pays pendant un certain temps, pour prendre soin des créances découlant. En Avril 1997, le Ron quitté le pays pour les Pays-Bas, laissant derrière lui une ruine, des créanciers et des dettes de dizaines de millions de dollars en colère. Après un court laps de temps déménagé à Houston et reste en contact étroit avec le financement et le nectar. Se Ran a été déclarée en faillite et n'a pas retourné en Israël.

En outre affidavit Ran:. "À un stade ultérieur, c'est à dire après avoir quitté le pays," un problème grave Rover Arkansas, dont le financement enregistré nom et flotter les États-Kingsway, est mort ". Selon l'affidavit, «Finances et du nectar m'a dit qu'il est très stressant et aurait eu une complication majeure."


חיים צוף. חברו הקרוב של קובי מימון. הבעלים הרשום של יונייטד קינגסוויי, שמחזיקה בנתח ממאגר הגז תמר, השווה מיליארדים, בנצבא, באיירפורט סיטי ובנדל"ן באירופה
nectar de vie. Un ami proche de financement Kobe. Propriétaire enregistré du Royaume-Kingsway, qui détient une part de la Tamar égalité milliards NITSBA Aéroport Ville et de l'immobilier en Europe Photo par Orel Cohen

Grande L "raison de siboc», explique Ran affidavit a été Slrovr Arkansas, avec la vie de famille menée en Israël, était une famille en Belgique. "Bien que le financement a dit ... Arkansas a épousé sa sœur Tina, il s'est avéré que, en fait, ils n'étaient pas mariés. Arkansas a été officiellement marié à une autre femme. Était craint, par conséquent, que les actions détenues au Royaume-Kingsway passent aux héritiers légaux."

Selon l'affidavit, «Finances et du nectar devaient agir rapidement Actions (États-Kingsway - GOM). Sont des actions au porteur (appartenant à l'exploitant à - MOG), et même si ... le certificat d'actions originale est toute longueur de temps par Tina Ils m'ont dit de flotter est allé en Belgique et traitées le transfert des actions au nom de nectar », écrit Ron." ne savent pas exactement ce qu'ils ont fait et ce qu'ils ont fait valoir là-bas, mais ils m'ont dit que est finalement couronnée de succès. En effet actionnaires inscrits »dans le nom de nectar".

bases de données de l'essai de la SEC en Octobre 1997 a enseigne Isramco Inc. - l'une des sociétés détenues par les États-Kingsway - que le 25 Juillet au Royaume-Kingsway propriété de Rover Arkansas vie nectar en échange de la conformité avec les obligations des États-nectar. La cession de parts n'a pas été spécifié précédent rapport Isramco 30 Juillet, sur les affaires courantes de la société. Dans un autre rapport, du 14 Août, a déclaré S "bmhllach Juliette" nectar Arkansas a acheté les actions, sans mentionner de date exacte. Seulement en Octobre, comme susdit, la date exacte le 25 Juillet, six jours avant la mort de l'Arkansas.

Depuis lors, de plus de 16 ans, a rapporté États-Kingsway, les entreprises - et ses sociétés filiales - petites-filles et entreprises - d'esprit qui est l'actionnaire de contrôle est le nectar de la vie.

Partie III
Empire grandit

Beaucoup s'est passé au cours de ces années. Royaume-Kingsway a fait un énorme pouvoir, détient actuellement 74% de la société YH Jack ("les initiales de nous trois: anniversaire, la vie et Kobe,". Écrit Ron dépôt a actuellement aucune partie YH K. remplacé par la famille Livnat, et de nombreuses familles riches - le marché de l'énergie).


יובל רן. בעלי קווי אשראי שקרסה, והותירה חובות עתק. עזב את ישראל ב-1997 ומאז לא שב
Yuval Ron. Les lignes de crédit sont effondrés, laissant des dettes énormes. Quitté Israël en 1997 et ne revint jamais

Contrôles YH K., par Equital, holding Joel, qui part de contrôle des mains des conglomérats: Isramco Inc., qui possède des puits de pétrole aux États-Unis, naphta, elle détient un intérêt de 28,75% dans ce sujet et les réservoirs de gaz Tamar et Dalit City Airport, qui est propriétaire du centre énorme commercial près de Lod, et NITSBA Holdings, qui détient 14 grandes gares à travers le pays et environ un million de mètres carrés d'espace de bureau à louer, terrains commerciaux, industriels et de stationnement, plus lucrative de l'immobilier en France. liste des actifs n'est pas complète, mais assez pour réaliser la valeur de Royaume-Kingsway est milliards.

Au fil des ans, assurez-vous de financement et de nectar affirment que celui-ci est l'actionnaire de contrôle des opérations commerciales complexes, qui comprend des dizaines d'entreprises, tandis que le financement est un employé travaillant pour des entreprises. Ren, toutefois, fait valoir que le financement de l'ensemble affidavit est véritable propriétaire de ces entreprises, tandis que le nectar est un "étranger d'autre ... aussi son homme de paille." Financement Carmela Wilensky, le financement de son ex lui trouve aujourd'hui dans le conflit, a récemment affirmé appels téléphoniques Sharan enregistrés et soumis à la cour que son mari est d'avoir le contrôle de la pyramide de l'entreprise.

"Il est important de comprendre pourquoi insiste financement histoire fiction flotteur est l'actionnaire majoritaire au Royaume", écrit Ron affidavit, "Suite à l'acquisition de la pyramide de pétrole et de contrat avec Carmela, mère de ses enfants, est devenu la finance comme un résident d'Israël depuis le début des années nonante. Aucun des états de son capital n'est pas signalé la propriété de la pyramide de l'huile ou d'autres actifs, et conformément a glissé de payer des impôts ". Nectar, cependant, explique Ron dépôt, est un résident des Pays-Bas n'est pas tenu de rendre compte aux autorités fiscales israéliennes. En 2010, il est à noter, le financement de la gauche israélienne et depuis il vit en Allemagne.



Chapitre quatre
65 millions, et le faire?

Revenant en arrière des lignes de crédit sont effondrés. En 2002, il a été nommé procureur Yitzhak Meron liquidateur permanent de la société. Procès est intenté contre un certain nombre de défendeurs, y compris Ran, le financement et le nectar, affirmant qu'ils étaient responsables de l'effondrement des lignes de crédit. Meron voulait prendre un peu plus de biens pour couvrir au moins une partie des dettes énormes qui restent à les créanciers et les actionnaires de la société.

Mais que depuis de nombreuses années la commune ne pouvait pas construire une affaire contre les défendeurs enquête et sur la base de la difficulté d'obtenir des preuves de dissimuler des actifs illégalement lignes de crédit. Le changement a eu lieu en 2010, quand Ron, qui vit toujours à Houston, a décidé de coopérer avec le joint. Selon l'affidavit, il est venu à cette décision après avoir constaté que le financement et le nectar utilisés au fil des ans et ont mené diverses activités de ternir davantage son image, ternie de toute façon.

Depuis ce jour révélé Ran à l'information Meron sur la façon dont les lignes de crédit sont effondrés. Beaucoup de pages Ran spécifications affidavit allègue la conduite illégale de son et le reste de ceux qui sont impliqués, à travers laquelle s'est Enfin, il affirme, les finances, le nectar et la famille Livnat sur les sociétés pétrolières. Ran, il est important de noter, aurait bénéficié à la fois d'image sage et financièrement, ce qui a été déterminé que le financement et le nectar saisis illégalement actifs de lignes de crédit, en vertu d'être un actionnaire avant l'effondrement de lignes de crédit.

Nouveau venu informations Maran a été présenté par la Miron commune dans la cour, et les négociations de règlement entre lui et les défendeurs finalement venu rayures plus opérationnel. Il ya un mois, le 5 Décembre 2013, approuvé à l'entente de règlement Tel Aviv District Court atteint par la famille flotteur Livnat de cofinancement et d'autres défendeurs junior. Selon le règlement, les défendeurs devront payer 65 millions de liquidation des fonds - 300 fois le montant offert avant le début de la coopération avec Ren.


קידוח תמר מאגרי גז ששווים מיליארדים
Tamar réserves de gaz sont des milliards Photo: Albatross

Ren estime que l'augmentation du montant très faible valeur des vastes fonds volés perçoit comme des lignes de crédit. Il a dit que c'était la raison pour former opposition arrangements avec les créanciers, qui a été suivi par le courant de dépôt. Résistance, il est important de noter, a été rejetée par le tribunal, et l'arrangement a été approuvé.

Chapitre
L'arrêt cardiaque sur le yacht

Maintenant, vous pouvez revenir à l'Arkansas et la ligne de complot dans lequel l'article ouvert: les créanciers des lignes de crédit confirmées de Quoi l'arrangement ne savait pas, c'est que, trois ans Miron frappa à la porte d'une résidence à la périphérie de Bruxelles. Il s'est présenté à une femme nommée Fredericks et expliqué le but de sa visite, sa qualité de liquidateur de lignes de crédit. Fredericks, il s'avère, était la veuve âgée de trois enfants dans l'Arkansas si les Belges.

Utilisation Fredericks demandé Miron tracer ces jours il ya longtemps de l'année 1997, quand la propriété est passée à son mari au Royaume-Kingsway Arkansas vie nectar. Meron a étudié Fredericks Arkansas mari Robert est mort d'un arrêt cardiaque sur son yacht le 31 Juillet 1997, six jours après la date de transfert indiqué dans le stock. Miron a demandé si son mari peut vendre les actions le 25 Juillet, la veille de sa mort, et Fredericks a répondu que ce n'est pas raisonnable, car il était sur les semaines du navire avant sa mort d'une insuffisance cardiaque.

À la même séance, a également assisté l'avocat de la famille belge, Bernard joue (Maingain). Conversation avec "Calcalist" joue cette semaine a souligné que "l'Arkansas peut pas vendre les actions pendant six jours avant sa mort, parce que pendant quatre semaines avant la mort était sur son bateau."


עו"ד יצחק מירון. רתם את בני משפחת ארקנס לטובת קופת הפירוק
Procureur Yitzhak Meron. Attelé fonds faveur de la liquidation de la famille de l'Arkansas Photo par Orel Cohen

Miron tendu. Était déjà dans ses mains au moment où le témoignage de Ran cité ci-dessus, et que, dans Juillet 1997, il a été dit que flotteur se déplace en Belgique pour remettre la propriété des Etats, afin d'éviter la possibilité Fredericks charger hérite des actions. Miron Fredericks a demandé si la mort de son mari atteint son homme nommé Chaim nectar et signé un contrat avec transfert États-Kingsway d'actions. Fredericks a répondu que sait ce qu'elle est unie sur Kingsway et n'avaient jamais entendu parler du nectar de la vie.

À ce moment, j'ai réalisé Miron qu'il pourrait être en mesure de réaliser grâce à la famille de fonds de liquidation. Il a signé avec eux un accord de coopération afin de permettre à la famille de faire valoir leurs droits à États-Kingsway prétendument basé sur les informations dans le fichier décomposition. Dans ce cadre, mis d'accord sur la distribution d'une somme à être reçus à la suite de cette demande, si déposée, de sorte que dans un premier temps l'argent sera utilisé pour couvrir les dettes des créanciers de lignes de crédit. Ensuite, le montant retenu sera divisé également entre les membres de l'Arkansas et les actionnaires historiques de lignes de crédit, y compris Yuval Ron. Vue de l'accord, s'est engagé à s'abstenir d'exiger Miron domaine de l'Arkansas.

M. Miron apparemment rendu compte que si il ya une version que le contrôle de l'Arkansas à États-Kingsway ne bougeait ses mains pour le nectar de la vie - une demande complètement nié par le financement et le nectar (voir commentaire) - ensuite, elle les complique prétendument faux rapports aux organismes de réglementation et les autorités fiscales concernant la propriété au Royaume-Kingsway et dans le fond et apparemment menaçant le contrôle du nectar dans ces entreprises.

À la fin de 2011, moins d'un an après cette rencontre, est mort Fredericks chaussures Arkansas et ses trois enfants sont entrés les Belges (Noms de système retenu), maintenant dans leur 40s. Comme ils sont en contact constant avec Miron, un jeu avec un autre procureur belge nommé Tibolt Via (Bouvier), engagé pour les représenter.

L "FME Kalkalist" a appris que la première étape sera demander aux membres de l'Arkansas annuler l'accord signé avec la mort de Robert avec Tina financement à l'égard de la personne décédée. C'est seulement plus tard, selon les estimations, seront déposé une autre plainte en Belgique, portant sur les titres de United Kingswi. Procureur joue, dans ce cas, "n'exclut pas la possibilité d'une action en direct nectar et le financement Jacob."

Chapitre
Héritiers émergents

Pendant longtemps, M. Meron ses cartes près de sa poitrine. Peu de temps avant la signature de l'arrangement des créanciers finales, qui devaient financer, nectar et d'autres défendeurs à payer 65 millions en échange de la suppression de toute réclamation contre eux, Miron a révélé l'existence de la famille de l'Arkansas. D'ailleurs, il a insisté pour que l'accord ne comprend pas les revendications qui pourraient élever une famille belge.

Financement et nectar choqué d'abord refusé, mais après quelques jours les retournés. Arrangement soumis à la cour et a atteint la "Calcalist", a déclaré que les lignes de joint de crédit n'auront aucun recours contre le financement et le nectar.

Déposée simultanément Miron message confidentiel à la cour, qui, apparemment, deux points essentiels. Le premier est Meron s'engage à ne pas transmettre les informations collectées à des tiers au cours des années. Le second est que cet accord ne contient pas de renseignements qui est communiqué à la famille dans l'Arkansas.

Jusqu'à ce moment, sans doute, l'un des créanciers, les actionnaires et le public en général ne savent probablement pas de la famille belge, surgi de nulle part et peut devenir meilleurs joueurs dans la prochaine campagne. Également probable qu'aucun des créanciers me frappa sur l'épaule Miron Après la réalisation de leur ordre de 65 millions ne croient pas que les lignes de joint de crédit, au cours des années, les amers sept accusés dans l'affaire, ont conçu un plan, si réussir peut augmenter considérablement le règlement, approuvé le mois dernier.

Commentaires
«Les revendications de Ran ont été rejetées en cour, le règlement approuvé"

Le cabinet d'avocats Gornitzky a donné le nom de financement Kobe et flotteur de vie "fausses allégations par soulevée contre la vie nectar et le financement Jacob ne laissaient aucun doute que si l'expérience vient des parties intéressées soufflent sinistres tissus conçus pour noircir leur nom pour obtenir des faveurs par des moyens illicites. Rappel, ces tentatives rejetées par le tribunal de district a approuvé les portefeuilles de règlement des lignes de crédit malgré les fabrications inclus dans l'affidavit de M. Yuval Ran, soumis à la cour. déroutante aussi gardé Yuval Ran, a conduit à l'effondrement des lignes de crédit actuellement en essayant de tourner la faute sur les autres.

"M. nectar et M. financement ne voient pas d'un endroit pour se rapporter à sa vie personnelle M. Arkansas ou les habitudes de sa relation ou sa loyauté envers sa femme. Toutes les actions concernant le contrôle de M. nectar dans les États effectuées légalement et que tout défaut. Bien que les détails allégués concernant les négociations qui soi-disant ont eu lieu avec le procureur" D. Miron n'a aucun lien avec la réalité ou de la vérité. En ce qui concerne la question de la représentation de la famille de l'Arkansas par M. Miron est proposé de renvoyer la question à lui. Flot et le financement n'est pas connu pour rien.

"Les allégations ont été portées à la bouche de Carmela et Wilensky fois le recyclage des fausses allégations soulevées et ont déjà été initiées par Gem ou initiative. M. financement ne juge pas opportun de les développer."

Procureur Yitzhak Meron surpris que la rotation de la question, a déclaré en réponse qu'il ne pouvait pas se rapporter à l'affaire: «Je travaille comme commis dans la cour, et ma tâche consiste à les créanciers de prestations maximales. Donc, j'ai agi et continue d'agir ".

Tina n'a pas répondu aux demandes de financement "Calcalist."

Avocats belges en famille Arkansas a déclaré en réponse:.. "Nous prétendons que c'est accessible sur trois intérêts de verrouillage dans chaque autre - les créanciers des lignes de crédit, la famille de l'Arkansas et le public en Israël conséquent tout accord qui inclurait seulement référence aux intérêts économiques de l'Arkansas ne sont pas reçus par nous Nous serons heureux de coopérer avec les autorités israéliennes au sujet de la question, parce que nous croyons que, dans ce cas, il existe un intérêt public réel et parce que l'intérêt du public en Israël est importante pour nous. "

Yuval Ron a dit en réponse: «Financement et nectar causé des souffrances et de la douleur de toutes les lignes de crédit facteurs de l'affaire Les faits parlent d'eux-mêmes a été déclaré à la cour que tous les montants dus à moi de la disposition de lignes de crédit contribuent à des fins publiques..».


Première publication: 09:01:14, 07:49


_ _ _ _ _ _ _


Faire une recherche "United Kingsway Ltd" et "Levdan" dans le document suivant :

http://fr.scribd.com/doc/67672584/A-Crude-Awakening


Voir aussi

http://books.google.be/books?id=ElDWg1J2N8kC&pg=PA134&lpg=PA134&dq=United++Kingsway++Ltd.,+%27Levdan%27&source=bl&ots=gOmswl7QX4&sig=YEtXkc_cYgB0zDO9vqlLQ9DWVX8&hl=fr&sa=X&ei=2llIU-_JJLCb1AXPyIHgDQ&ved=0CFwQ6AEwBA#v=onepage&q=United%20%20Kingsway%20%20Ltd.%2C%20%27Levdan%27&f=false





Nous sommes près de Pierre Falcone et de l'Angolagate (où Mario Spandre est cité).

De la création du mouvement jusqu'à sa mort, l'UNITA fut dirigée par son fondateur Jonas Savimbi, basé à Jamba :

http://en.wikipedia.org/wiki/Jamba,_Cuando_Cubango

(...)  In 1985, Jamba was the host of the Democratic International or "Jamba Jamboree", a meeting of global anti-communist insurgents organized by United States conservatives, including Jack Abramoff. At the conference, the participants signed a communiqué declaring "our solidarity with all freedom movements in the world and ... our commitment to cooperate to liberate our nations from the Soviet imperialists"[4] Other participants in the conference included:

   Adolfo Calero, Contra leader.
   Pa Kao Her, Laotian resistance leader.
   Lewis Lehrman, American businessman and politician.
   Abdurrahim Wardak, Afghan mujahideen leader.
   Jack Wheeler, American conservative.

On y retrouve Pa Kao Her, ami de Guillaume Vogeleer.

John Singlaub a probablement pris une part importante dans l'organisation de cette réunion.

Oliver North était bien entendu au courant ...

Revenir en haut Aller en bas
perplexe



Nombre de messages : 630
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Sam 12 Avr 2014 - 0:34

enfumage !!!
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13832
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Sam 12 Avr 2014 - 7:07


Compliqué mais pas incompréhensible ...

http://www.cabinda.net/A%20Crude%20Awakening.pdf





Voir :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Angolagate

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/files/2009/11/angolagatejugement.1258390384.pdf





"Banco di Roma" conduit à Antonio Pesenti, oncle de Carlo Pesenti ...

Sur Mario Spandre (et l'OTAN), voir aussi

http://antonella.beccaria.org/2010/05/06/gaetano-orlando-il-suo-viaggio-in-belgio-il-traffico-darmi-e-il-pranzo-di-lavoro-alla-sede-della-nato/

Mario Spandre était actif au Katanga et a pu rencontrer Guy Weber et/ou Etienne Davignon.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13832
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Sam 12 Avr 2014 - 11:40


Robert Arckens

Mrs. Arckens is the sister of Jackob Maimon, the Chairman of the Board of Directors of Naphtha Holdings Ltd. and Naphtha Israel Petroleum Corp. Ltd. Mrs. Arckens is also the wife of Robert Arckens, the controlling shareholder of United Kingsway Ltd., which may be deemed to control the Company.

_ _ _ _ _

Jackob Maimon

http://www.haaretz.com/business/texas-showdown-former-exec-accuses-isramco-inc-of-fraud-countless-failures-1.391870

Texas showdown: Former exec accuses Isramco Inc. of fraud, ‘countless failures’

Isramco Inc. shares are traded on Nasdaq at a company value of $196 million; it owns about 1,500 oil wells in the United States, mostly in Texas and New Mexico.

By Lior Zeno | Oct. 25, 2011 | 4:20 AM

(...)

_ _

Haim Tsuff and Jackob Maimon, directly and indirectly through their own employees, including Amir Sanker, are involved in an international fraud scam. The scam includes publicly traded companies in the Tel Aviv Stock Exchange and in the NASDAQ. In their unlawful acts, Haim Tsuff and Jackob Maimon make self-dealing transactions, evaded taxes, bribed, stole, and corrupt everything that they touched. Haim Tsuff and Jackob Maimon are under investigation in Israel by the Israeli tax authority, the Israel Security Authority, and the Israeli Police in the major crime division. Now in the U,S, as mentioned in the article, Haim Tsuff and Jackob Maimon are being investigated by the SEC.

Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego

avatar

Nombre de messages : 1103
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Sam 12 Avr 2014 - 14:34

.


Dernière édition par Et In Arcadia Ego le Sam 16 Aoû 2014 - 3:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego

avatar

Nombre de messages : 1103
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Sam 12 Avr 2014 - 14:42

.


Dernière édition par Et In Arcadia Ego le Sam 16 Aoû 2014 - 3:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego

avatar

Nombre de messages : 1103
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Sam 12 Avr 2014 - 14:50

.


Dernière édition par Et In Arcadia Ego le Sam 16 Aoû 2014 - 3:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego

avatar

Nombre de messages : 1103
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Sam 12 Avr 2014 - 15:03

.


Dernière édition par Et In Arcadia Ego le Sam 16 Aoû 2014 - 3:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1670
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Sam 12 Avr 2014 - 15:32

si j'ai bien compris ce robert arkens était client chez van camp? oula. interessant...
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13832
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Sam 12 Avr 2014 - 21:16


Il est question de Levdan dans l'article suivant :

http://www.publicintegrity.org/2002/11/15/5694/field-marshal

The field marshal

By Alain Lallemand

12:00 am, November 15, 2002 Updated: 5:57 pm, August 10, 2011

(...)  As the situation grew ever more dangerous, Lissouba recruited Israeli mercenaries under retired Gen. Zeev Zachrin, working for the Israeli private military company Levdan, to train his militiamen. Lissouba's armed youths were up against Nguesso's Cobras and the Ninjas of Bernard Kolela, the leader of another opposition party in Brazzaville.Lissouba – whose financial advisor was Jack Sigolet — initiated a series of economic reforms, including a privatization program that led to thousands of bureaucrats losing their jobs but failed to lift the country out of its poverty or put bread on people's tables. Ethnically based militias further undermined the stability of the country.

In early 1997, Lissouba was still in charge in Brazzaville, but the Cobras were gaining in strength. On June 5, 1997, a civil war erupted and Lissouba desperately needed weapons. Testifying in the lengthy investigation into corruption at Elf, Lissouba told a French judge in December 2001 that he was offered arms by the oil company. He said that Sigolet and Elf's "Mr. Africa," Andre Tarallo—so-called because he had headed the oil company's Africa division and overseen its Africa policy—had offered to arm him. "He [Tarallo] said, ‘You need a war chest' …Tarallo and Sigolet offered me arms."

From June 23 to Sept. 28, 1997, Lissouba ordered from Monsieur 12 consignments of weapons worth $61.4 million. Among those goods were five Russian-built attack helicopters, rockets, missiles and bombs. Most of the light weapons were Iranian. Forty Russian technicians and officers traveled with the materiel.  (...)

_ _ _

Outre l'implication de Jacques Monsieur, on peut relire ce qui concerne les affaires de Léon-François Deferm et de "Tradeast" (Gibraltar)...

Le président de Tradeast Network à Gibraltar est Léon-François Deferm et le vice-président Philippe Cravate. Ce dernier a été domicilié au Congo Brazzaville (résidence Marina, voir le fil de discussion sur Michel Vander Elst).

Quels étaient les liens entre Léon-François Deferm et Jacques Monsieur (SDRA, DIA, etc) ? Il n'est pas trop tard pour le leur demander ... et Félix Przedborski n'est sans doute pas loin ...

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13832
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Sam 12 Avr 2014 - 21:47


http://ftp.sourcewatch.org/index.php?title=Levdan,_Ltd.

Levdan, Ltd. or Lordan-Levdan, as it has been known, is a subsidiary of Kardan Investment, an import-export company that is involved in the diamond trade. [1]. Levdan is run by two Israeli Army Generals who served under Rafael Eytan and Ariel Sharon in the eighties, Moshe Levy and Ze'ev Zachrin. Moshe had in fact succeeded Eytan as chief of staff when his term expired. In March of 1997, Moshe was one of fourteen generals to demand the IDF attorney general to stop the trials against Israeli Defense Force officers for actions in occupied territories.[1]

Levdan was active in the Congo in the mid-nineties under a contract with president, Pascal Lissouba, for three years. During this time they brokered a $10 million arms deal for Israel [2] They received a $50 million contract from Lissouba to arm and train his army against the rebel forces fighting for the former dictator Denis Sassou Nguesso. Some Israeli officials were concerned the rebels were recruiting Israeli soldiers as well, and they could end up fighting each other. [3]


_ _ _


Mercenaries: An African Security Dilemma
publié par Abdel-Fatau Musah,Kayode Fayemi,J. 'Kayode Fayemi




_ _ _


Le Congo-Brazzaville existe-t-il encore ?
Par Samuel Badinga






Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego

avatar

Nombre de messages : 1103
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Ven 11 Juil 2014 - 18:01

.


Dernière édition par Et In Arcadia Ego le Sam 16 Aoû 2014 - 3:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
luanda



Nombre de messages : 563
Date d'inscription : 05/12/2013

MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   Ven 11 Juil 2014 - 22:13

beaucoup a lire sur ce forum
mais a force de lire des chose deviennent "simplement" plus clair
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Van Camp, Catherine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Van Camp, Catherine
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Aide de camp
» JESUS CAMP
» Camembert : tout fout le camp...
» Pour Catherine qui attend sa mutation
» Aide de camp du maréchal NEY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: les victimes-
Sauter vers: