les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'affaire Kirschen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: L'affaire Kirschen   Ven 21 Mar 2008 - 9:42

L'affaire Kirschen

En 1986, le juge d'instruction Jean-Claude Van Espen place sous mandat d'arrêt deux belges d'origine pakistanaise: les frères Zahirud et Salahud Din. Les deux hommes, résidant à Uccle, sont soupçonnés de trafic d'or, d'uranium 235 et de mercure rouge. Pour réaliser leurs trafics (le seul trafic d'or portait sur plus de 100 millions de dollars), ils utilisent les services de l'agent de change Kirschen & Co. Cet agent de change est, alors, au centre d'un énorme dossier de fraude fiscale également instruit par le juge d'instruction Van Espen. En janvier 1986, les deux gérants de l'agence sont arrêtés. L'un d'eux, Hilaire Beelen, est très proche des milieux libéraux. Mais ce qui nous intéresse dans cette histoire, c'est que Salahud Din travaillait dans ces trafics avec un certain Michael Brandwain, mêlé ces dernières années aux dossiers Comuele et M&S International directement liés aux activités de la mafia russe en Belgique, tout en entretenant des relations commerciales avec Juan Borges. Le monde est décidément bien petit.
Service de sécurité de la CEE On pourrait encore décrire longtemps ce milieu criminel dont faisaient partie certains clients de Michel Nihoul et Annie Bouty. Et nous ne manquerons pas d'y revenir. Relevons toutefois qu'en mars 1986, le BCR de la gendarmerie avait enquêté sur Borges. Les bureaux de sa société Candy Medical se trouvaient alors avenue de Tervueren à Woluwe-Saint-Pierre. L'adresse fut contrôlée par le BCR qui devait noter ceci dans son rapport : "Cet immeuble est complètement loué par les services de sécurité de la Communauté Européenne". Voilà qui paraît bien étrange. Par ailleurs, nous avons appris qu'en 1986, Juan Borges avait une "amie", dentiste de son état. Son cabinet est installé au rez-de-chaussée d'un immeuble d'Ixelles. Au premier étage vivait Roland Corvillain, expert comptable condamné pour pédophilie, et au second, Serge Fransevitch, également bien connu de la justice. L'épouse de Corvillain, et d'autres personnes, ont témoigné, auprès des enquêteurs de Neufchâteau, avoir vu à de nombreuses reprises Michel Nihoul dans cet immeuble. Qu'y faisait-il? Il n'y a toujours pas de réponse à cette question. Mais le dossier intéresse vivement Neufchâteau. D'autant plus que Juan Borges a été, à partir de 89, "l'ami" d'Annie Bouty. Et, l'été dernier, lors des perquisitions qui ont précédé l'arrestation de l'ancienne avocate par Neufchâteau, des éléments ont été trouvés, démontrant qu'elle était toujours en contact avec Borges, qui vit actuellement en Guinée.


Jean-Frédérick Deliège, Philippe Brewaeys et Michel Petit.


Source : Le Soir illustré (S.D)

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
undercover



Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: L'affaire Kirschen   Ven 21 Mar 2008 - 10:02

Ce genre d'article est il crédible ?
Explique t il de manière correcte et impartiale cette affaire ?
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: L'affaire Kirschen   Ven 21 Mar 2008 - 10:53

L'extrait du livre de Claude HERNE : Scandales et péchés capitaux est peut-être plus explicite :


_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: L'affaire Kirschen   Ven 21 Mar 2008 - 10:54

Intéressant aussi le lien entre Beelen et Paul Cams...

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7265
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: l'interview de Raes par Bouten   Mar 9 Juin 2009 - 12:39

Citation :
chap17p111

Raes parle de B&B mélangé des affaires louches:

d'abord le vol ESI,puis... transport Zwarts et peut-etre aussi celui

de Kirschen quelques mois plus tôt....

s'agit t-il du vol de l'or à Perk? ou il y en a eu d'autres attaques?
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7265
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: copy Perk   Dim 30 Aoû 2009 - 19:22

dans " De Walm van de Wetstraat " pag 85 ev.:Eva de Coeck et Jan Willems ecrivent:

Citation :
......overheid en de douanediensten waren op de hoogte van onze praktijken. Ze lieten ons begaan voor het welzijn van de handel in de metropool."
Wie Leiser aan het woord hoort, zou uiteinde­lijk écht gaan geloven dat de Belgische burgers en vooral de Antwerpenaren de handelaars van Kirschen & Co. dankbaar moeten zijn omdat ze jarenlang op hun eigen manier de economie heb­ben gestimuleerd. Volgens Leiser ligt de reden voor zijn vlucht naar verre buitenlanden dan ook voor de hand. Wanneer een welwillende han-

delaar door de overheid zo onrechtvaardig wordt behandeld dat hij zelfs in een cel wordt gestopt, rest hem toch geen andere keuze? Hilaire Beelen blaast een stuk minder hoog van de toren. Net als zijn collega vraagt hij via de pers "begrip voor de oneerlijke wa­pens waarmee hij wordt bestreden" / maar in tegenstelling tot Lei­ser houdt deze vennoot zich liever op de veilige achtergrond. Lo­gisch/ want Beelen beseft best dat de gerechtelijke instanties hem nog heel wat vervelende vragen te stellen hebben. Terwijl Leiser enkel van fiscale fraude wordt verdacht, wordt zijn compagnon ook een rol in andere duistere aangelegenheden toegedicht. Zo zouden nieuwsgierige speurders van Beelen graag wat meer ver­nemen over enkele mysterieuze diefstallen.
In het jaar 1982 verdwenen in de buurt van de Zaventemse lucht­haven twee bijzonder waardevolle transporten. De modus ope­randi van de onbekende gangsters vertoonde in het oog sprin­gende gelijkenissen.

Op 6 juli vervoerde Antoine Brouwers in zijn Volkswagen Golf een lading die bestond uit 50 kilo goudstaven, 14.300 Belgische frank, 28.500 Engelse ponden, 500.000 Nederlandse guldens, 770 Hongkong-dollars, 5000 Tsjechische kronen, 736.000 frank in cou­pons en een cheque van bijna vier miljoen frank. Ter hoogte van Mechelen werd Brouwers door drie als rijkswachters verklede fi­guren op de pechstrook gedwongen. In Perk, vlakbij Zaventem, werd de buit, die toebehoorde aan het wisselkantoor Kirschen & Co., in een andere wagen overgeladen . Brouwers en de Golf wer­den in de gracht achtergelaten. Het onderzoek wees in de rich­ting van de (intussen overleden) Antwerpse gangster Frans 'De Kleerkast' Van Reeth, die met de noorderzon verdween nog voor de speurders hem een bezoek konden brengen.
Op 26 oktober van hetzelfde jaar moest veiligheidsagent Francis Zwarts een kostbare lading uit een Zwitsers vliegtuig naar een kluis in het Brucargo-complex transporteren. De koffer met één miljoen gouden Krügerrands, twintig kilo goudstaven en een hoe­veelheid diamant en juwelen bereikte nooit de kluis. De lading en de veiligheidsagent leken in rook opgegaan. Getuigen vertel­den hoe een bemande rijkswachtcombi in de buurt van het trans­port werd gesignaleerd. De onderwereldfiguren in rijkswacht­kostuum hadden opnieuw toegeslagen. Bij gebrek aan betere spo­ren, gingen de speurders nog maar eens op zoek naar Frans De Kleerkast. Toen die uiteindelijk in een Mechelse cel werd opge­sloten, bleef hij elke betrokkenheid bij de overvallen ontkennen.
Wanneer Hilaire Beelen begin 1987 achter de tralies belandt, wrij­ven de onderzoekers zich in de handen. Na bijna vijf jaar zijn de daders van de roofovervallen nog steeds niet gevat en de geruch­ten over opgezet spel worden steeds hardnekkiger. Frans Van Reeth had immers het figuur van een kleerkast en ongeveer even­veel hersens, dus als hij bij de misdrijven betrokken was, moet hij in opdracht hebben gewerkt. In dat geval zou de opdrachtgever wel eens een wisselagent kunnen zijn, die zijn eigen kostbaarhe-

den laat stelen om vervolgens het geld van de verzekering op te strijken én de goederen op de zwarte markt aan de man te bren­gen. Voor een man als Beelen, die in het Antwerpse louche café Bokkenhof regelmatig met figuren als Frans Van Reeth ver­broederde, zou het opzetten van een dergelijke onderneming geen onoverkomelijke problemen stellen.
Nog voor de speurders in de marge van hun fraude-onderzoek hierover een paar prangende vragen kunnen stellen, verdwijnt Hilaire Beelen naar onbekende oorden. Een verstandige beslissing, zo blijkt. Niet alleen de banden van Beelen met de onderwereld, maar ook zijn nauwe link met de liberale politiek wekken een nieuwsgierigheid die de Kirschen-man liever wil ontvluchten.

BEELEN en de liberalen:

Bij het doorbladeren van de boekhouding van Kirschen & Co. stuiten de onderzoekers niet enkel op indrukwekkende bedra­gen, maar ook op fascinerende klanten. Op de lijst van grote en kleinere beleggers staat de Antwerpse BOB broederlijk naast Ceres, het bedrijf dat later zelf het onderwerp van een fraude­onderzoek zou vormen, en advocaat Paul Speyer (die later François Leiser voor de rechtbank zal verdedigen). Ook de Heizelpaleizen, waar Paul Vanden Boeynants sinds midden jaren tachtig de plak zwaait, figureren op de lijst, net als VAKA (Vlaams Actiecomité tegen Atoomwapens), de uitgeverij van kunstboeken Mercator Fonds en Make It Happen, het bedrijf van concert­organisator en muzikant Paul Ambach. Maar de aandacht van de onderzoekers spitst zich vooral toe op de twee miljoen frank die door Kischen & Co. werd overgemaakt aan de klant die onder de noemer 'PVV' staat genoteerd. Datum van de verhandeling: 13 oktober 1985, exact vier dagen voor de verkiezingen die in dat iaar werden gehouden.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: L'affaire Kirschen   Ven 23 Oct 2009 - 12:28

L'AFFAIRE KIRSCHEN EN CORRECTIONNELLE HILAIRE BEELEN ARRETE LORS DE L'AUDIENCE

DU BRULLE,CHRISTIAN
Jeudi 26 novembre 1992
L'affaire Kirschen en correctionnelle

Hilaire Beelen arrêté

lors de l'audience

Hilaire Beelen, l'un des anciens associés du bureau d'agents de change Kirschen d'Anvers a été arrêté mercredi matin à Bruxelles lors de l'audience à la 49e chambre du tribunal correctionnel. Hilaire Beelen est poursuivi dans le cadre d'une affaire de fraude fiscale qui remonte à 1986.

Une seconde personne est également poursuivie dans le cadre de ce dossier. Il s'agit de François Leiser qui était à l'époque lui aussi l'un des associés du bureau d'agents de change incriminé. Ce dernier faisait défaut mercredi matin.

Au terme d'une interruption d'audience, Patrick Mandoux, le président de la 49e chambre, a remis l'examen de l'affaire à ce matin.

Le tribunal devrait également statuer sur la requête de remise en liberté déposée par les avocats de Beelen qui entre-temps reste détenu.

C.D.B.


Source : Le Soir

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: L'affaire Kirschen   Ven 23 Oct 2009 - 12:30

CONFLIT LINGUISTIQUE DANS L'AFFAIRE KIRSCHEN

DU BRULLE,CHRISTIAN
Vendredi 27 novembre 1992
Conflit linguistique

dans l'affaire

«Kirschen»

On est encore loin des débats de fonds dans l'affaire «Kirschen», à la 49e chambre correctionnelle de Bruxelles. Il s'agit, en fait, de cette vaste affaire de fraude fiscale qui a éclaté en 1986 et dont on murmure qu'elle porte sur «des milliards» de francs.

Jeudi matin, l'audience a été consacrée à l'argumentation développée par la défense de l'un des deux prévenus - Hilaire Beelen - et au réquisitoire du ministère public quant à un problème de procédure d'instruction soulevé par la défense. À savoir: l'usage des langues. Dans le collimateur de l'avocat, la manière dont l'instruction a été menée.

Le dossier, qui concerne aujourd'hui Hilaire Beelen et François Leiser, deux des associés du bureau d'agents de change «Kirschen» d'Anvers, a été instruit à Bruxelles et en français. Ceci parce que l'affaire a démarré en marge d'une affaire bruxelloise, a expliqué Me Delahaye qui ne trouve pas normal que les perquisitions qui ont ensuite été ordonnées dans la métropole par le juge d'instruction et les PV qui ont suivi aient été rédigées soit en français soit dans les deux principales langues nationales. Selon le conseil du prévenu, l'usage exclusif du néerlandais s'imposait. Comme cela n'a pas été le cas, il plaide la nullité des devoirs ordonnés et par voie de conséquence, l'illégalité des preuves ainsi rassemblées dans le dossier.

Le conseil du prévenu s'est également étonné de ce le parquet d'Anvers n'ait pas été saisi de l'affaire, puisque selon lui il s'agit d'une affaire anversoise.

Pour le ministère public, la défense fait preuve d'un formalisme aigu. Et le procureur du Roi de signaler que la loi sur l'usage des langues en matière judiciaire prévoit également la traduction des actes de justice dès que ceux-ci sont exécutés dans une région où la langue est autre. Voila qui explique le bilinguisme de certains devoirs. En ce qui concerne le parquet d'Anvers et le fait que celui-ci n'a pas été saisi, le ministère public a indiqué que l'affaire avait débuté à Bruxelles et concernait à l'origine le bureau bruxellois de l'agent de change. Par ailleurs M. Beelen était à l'époque domicilié dans l'arrondissement judiciaire de Bruxelles a encore rapporté le substitut.

En fin d'audience, Patrick Mandoux, le président de la 49e chambre a interrogé le prévenu sur les raisons qui l'ont poussé à revenir en Belgique. M. Beelen a indiqué qu'il voulait s'expliquer avec la justice. Qaunt à ses conditions de vie en Suisse depuis qu'il avait quitté la Belgique, le prévenu a indiqué qu'il vivait avec sa famille sur base de l'épargne familiale et qu'il occupait un petit appartement à Crans Montana.

Lundi, le tribunal statuera sur la requête de remise en liberté du prévenu.

Les débats reprendront mercredi prochain.

CHRISTIAN DU BRULLE


Source : Le Soir

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: L'affaire Kirschen   Dim 25 Oct 2009 - 16:35

UNE FRAUDE FISCALE DE PLUSIEURS MILLIARDS DE FRANCS DEBAT LINGUISTIQUE AU PROCES KIRSCHEN

DU BRULLE,CHRISTIAN
Jeudi 28 janvier 1993
Une fraude fiscale de plusieurs milliards de francs

Débat linguistique au procès Kirschen

La surprise était au rendez-vous, mercredi matin à la 49e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles. Alors que les débats devaient reprendre dans ce qu'il est convenu d'appeler l'affaire «Kirschen», - une vaste affaire de fraude fiscale qui porte sur des milliards de francs, qui tire son nom du bureau d'agents de change anversois incriminé -, le second prévenu, François Leiser, jusqu'alors réfugié en Suisse, a comparu librement.

LAISSÉ EN LIBERTÉ

On se souviendra en effet que son coïnculpé, Hilaire Beelen, lui aussi réfugié en Suisse mais qui s'était présenté devant le tribunal en novembre dernier, avait été arrêté à l'audience. Le procureur du Roi, M. Cambier l'avait fait arrêter en vertu d'un mandat d'arrêt international délivré à sa charge. Beelen avait retrouvé la liberté quelques jours plus tard. En ce qui concerne François Leiser, un mandat identique pesait sur lui. Le parquet, a indiqué mercredi à l'audience M. Cambier, alerté par les gendarmes chez lesquels s'est présenté le 20 janvier dernier M. Leiser, n'a pas jugé opportun de faire exécuter le mandat international. C'est donc libres que les deux prévenus comparaissaient.

Les débats qui ont suivi n'ont pas encore porté sur le fonds de l'affaire et ne le feront probablement pas avant longtemps. En effet, le tribunal entend pour l'heure les arguments développés par la défense et le ministère public quant à la régularité de l'enquête menée à Bruxelles et à Anvers à partir de 1986. Le débat porte sur la manière dont le juge d'instruction de l'époque, M. Dejemeppe, l'actuel procureur du Roi de Bruxelles, avait été saisi de l'affaire.

Le procureur Cambier a démonté une à une les conclusions déposées l'an dernier par Me Thomas Delahaye, le conseil d'Hilaire Beelen. Un réquisitoire tout en nuances et qui conclut à la régularité de l'action publique. Oui, le juge d'instruction a été saisi régulièrement, a-t-il expliqué en substance, oui, la collaboration de l'ISI dans cette affaire (l'Inspection spéciale des impôts) rencontrait les prescrits légaux à l'époque, oui encore en ce qui concerne la légalité des perquisitions ordonnées par le magistrat instructeur et non, par contre, en ce qui concerne l'éventuelle surséance invoquée par la défense.

JUGE NON SAISI?

Me Thomas Delahaye s'est attaché dans un premier temps à démontrer que les documents rédigés à l'époque dans le cadre de l'enquête l'étaient dans les deux langues nationales sans que, notamment, l'une d'elles puisse être privilégiée, ne correspondaient pas aux prescrits légaux en matière d'emploi des langues. Il décèle donc là une anomalie dès le début de l'enquête. Il en décèle une autre en ce qui concerne la saisie du juge d'instruction. Celui-ci travaillait à l'époque sur un autre dossier de fraude fiscale quand il a découvert dans le cadre de son enquête des malversations relevant d'une tout autre affaire (celle qui nous occupe). Pour Me Delahaye, le juge en enquêtant alors sur cette nouvelle affaire est «sorti de son rôle». Il n'a pas à poursuivre, mais à enquêter sur base des réquisitions que lui adresse le parquet, à indiqué l'avocat qui s'est exclamé: ce n'est pas parce qu'un juge est chargé d'enquêter sur un avortement qu'il peut enquêter sur tous les avortements!

Les débats se poursuivront aujourd'hui.

CHRISTIAN DU BRULLE

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: L'affaire Kirschen   Dim 25 Oct 2009 - 16:36

L'ACTION PUBLIQUE DECLAREE IRRECEVABLE, IL N'Y AURA PAS DE PROCES DE L'AFFAIRE KIRSCHEN

DU BRULLE,CHRISTIAN
Jeudi 22 avril 1993
L'action publique déclarée irrecevable

Il n'y aura pas de procès

de l'affaire Kirschen

L'affaire Kirschen a vécu. Mercredi matin, la 49e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles, qui avait à statuer sur la légalité des poursuites entamées dans ce dossier par le parquet a déclaré l'action publique irrecevable. Il n'y aura donc pas de procès Kirschen au fond, à savoir en ce qui concerne le dossier de fraude fiscale dont les montants atteindraient des milliards de francs.

En effet, pour le tribunal, les indices et les témoignages recueillis par les enquêteurs dans cette affaire n'ont pas été obtenus selon les règles du droit. Ces témoignages et autres éléments matériels (des pièces comptables notamment) ont donc été jugés «illégaux» par le tribunal.

L'affaire Kirschen a démarré en 1986 et tire son nom du bureau d'agents de change anversois Kirschen. Elle a éclaté en marge d'un autre dossier de fraude instruit à l'époque par le juge Dejemeppe, aujourd'hui procureur du Roi de Bruxelles. Ce premier dossier concernait un bijoutier bruxellois suspecté de trafic d'or et de blanchiment d'argent en Suisse.

Lors de l'enquête relative à cette affaire, des gendarmes et les enquêteurs de l'inspection spéciale des impôts avaient été amenés à s'intéresser aux activités de l'agent de change Kirschen, dont deux associés occupaient hier matin le banc des prévenus: Hilaire Beelen et François Leiser. C'est en cherchant des éléments relatifs à l'affaire du bijoutier que les investigateurs ont découvert la comptabilité occulte chez Kir-schen.

Les avocats des prévenus avaient développé lors des audiences précédentes des arguments tendant à démontrer l'irrégularité de la saisine du juge d'instruction d'antan dans cette seconde affaire. Il était chargé d'enquêter sur les fraudes chez le bijoutier, pas en ce qui concernait l'affaire Kirschen.

Dans ses attendus, le président Patrick Mandoux a longuement rappelé les progrès de l'enquête et a souligné la régularité des devoirs préscrits par le juge d'instruction. Toutefois, M. Mandoux a estimé que les perquisitions effectuées par la gendamerie à Anvers excédaient le cadre du dossier initial de M. Dejemeppe. Les preuves recueillies à cette occasion ont dès lors été obtenues en violation avec la saisine du juge et ne peuvent être validées ultérieurement par le parquet. C'est sur base de ces éléments que le tribunal a déclaré l'action publique irrecevable.

CHRISTIAN DU BRULLE

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: L'affaire Kirschen   Dim 25 Oct 2009 - 16:37

PETITE ERREUR DE PROCEDURE QUI VAUT SON PESANT DE CARATS: 4,8 MILLIARDS KIRSCHEN:QUAND DROIT BAFOUE MORALE ET COLLECTIVITE

DEPAS,GUY
Vendredi 23 avril 1993
Une petite erreur de procédure qui vaut son pesant de carats: 4,8 milliards

Kirschen: quand le droit bafoue

la morale et la collectivité

Sauf contre-offensive du Parquet - le ministre de la Justice y incline -, le non-lieu prononcé mercredi coûtera des milliards au Trésor.

Flagrant délit? Après sept ans d'enquête du fisc et de la justice, c'est un argument que le parquet invoquera peut-être s'il fait appel de la décision du tribunal correctionnel de Bruxelles de rejeter (pour faute de procédure: «Le Soir» d'hier) l'action intentée dans le cadre de «l'affaire Kirschen» contre Hilaire Beelen (ex-trésorier du PVV) et François Leiser. L'organe de la loi, nous dit-on, n'arrêterait son attitude que la semaine prochaine... Interpellé au Sénat, Melchior Wathelet, ministre de la Justice, signalait hier que le procureur général penchait pour la contre-offensive.

ANVERS ET L'ARGENT... GRIS

Au-delà du débat entre la morale et le droit, la partie est aussi budgétaire: ce sont près de 5 milliards (4,8 milliards précisément), en principe acquis à la collectivité, que le non-lieu remet en jeu, dont un cinquième au... bénéfice de «complices». C'est-à-dire ceux des diamantaires, clients de Leiser et de Beelen, identifiés et taxés malgré des comptabilités codées.

Baptisée du nom de la firme anversoise d'agents de change que dirigeaient effectivement Beelen et Leiser, l'affaire Kirschen recouvrait, on s'en souvient, une gigantesque filière de blanchiment d'argent... gris: des fonds provenant de la fraude fiscale sur commerce de diamants. Mise au jour en janvier 1986 par l'Inspection spéciale des impôts (ISI), elle fut concrètement démantelée par la justice, à l'initiative, entre autres, de Benoît Dejemeppe, alors juge d'instruction près le parquet de Bruxelles, promu depuis procureur du Roi près le tribunal de première instance. Agisssant initialement dans le cadre d'un autre dossier, il avait été pratiquement contraint de renoncer, en 1986, à demander une saisine supplémentaire pour poursuivre Kirschen, donc de se priver - ce qui motive le non-lieu prononcé mercredi - de certaines garanties de procédure. Cela parce que, plus prompte à privilégier les intérêts de l'économie locale - en l'occurence l'immunité que s'arrogeait l'activité diamantaire - que ceux du fisc, la justice anversoise renâclait à collaborer.

Anecdote: deux des principaux magistrats régnant à l'époque sur le parquet métropolitain - procureur général et juge d'instruction - ont, depuis, été condamnés pour escroqueries... notamment à l'impôt.

Par l'ampleur des chiffres et le pittoresque de ses rebondissements, quoi qu'il en soit, l'affaire Kirschen figurait jusqu'ici en tête des trophées de l'ISI. Méritera-

t-elle plus longtemps d'être considérée comme l'une des enquêtes les plus rentables de cette brigade antigang du ministre des Finances? Sauf réformation du non-lieu, tout s'évanouirait en effet: l'espoir de recouvrer l'essentiel des redressements réclamés aux agioteurs de Kirschen; celui de conserver les sommes enrôlées auprès des clients de l'officine.

Les chiffres: 3,7 milliards ont été mis à charge de Beelen et de Leiser; tandis qu'en 500 dossiers les redressements opérés dans leur clientèle portent sur 1.100 millions.

À... rembourser? Dans la mesure où le tribunal induit qu'il ne peut poursuivre les «cervaux» parce que les preuves, par ailleurs indubitables, qui sont présentées ont été irrégulièrement recueillies, il y a matière à s'interroger en effet sur la matérialité «judiciaire» de la fraude... Partant sur le fondement des impositions.

M EME LA CAVE DE «CLOCLO»

En ce qui concerne les diamantaires clients, la quasi-totalité des 1.100 millions enrôlés a été encaissée, avec l'accord des contrevenants sur le montant, dans la plupart des cas. Dans le chef de Leiser et de Beelen, rien ou presque des 3,7 milliards réclamés n'a été versé au-delà des cautions (7,5 millions chacun) déposées comme condition, en juin 1986, à leur levée d'écrou. Cependant, si François Leiser, prudent, n'avait, en Belgique, que peu de choses au soleil, Hilaire Beelen était homme de grand train. Aussi tout ce qu'il possédait a-t-il été saisi et devrait, s'il échet, être restitué: château à Herbeumont, villa à Beersel, propriété à Knokke, titres, collections, tableaux... Jusqu'à la cave à vin que cet épicurien avait rachetée pour plusieurs millions à la succession du chanteur Claude François.

Détail: complices certes, mais victimes de la chute des fraudeurs, les principaux clients de Kirschen ont depuis belle lurette été dédommagés par le canal à peine discret d'un bureau suisse d'avocats. Peut-être était-ce le prix qu'Anvers devait payer pour tenir à Tel-Aviv la dragée haute sur le marché du diamant? Assurance tous risques, nous disait, à l'époque, Leiser depuis sa retraite helvétique: Dans ce métier, c'est toujours bouche cousue. Mais la bourse?

GUY DEPAS

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7265
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: KBC   Dim 25 Oct 2009 - 16:48

Citation :
excédaient le cadre du dossier initial de M. Dejemeppe.

et

Citation :
Elle a éclaté en marge d'un autre dossier de fraude instruit à l'époque par le juge Dejemeppe, aujourd'hui procureur du Roi de Bruxelles. Ce premier dossier concernait un bijoutier bruxellois suspecté de trafic d'or et de blanchiment d'argent en Suisse.

donc celui qui fait du bon boulot et des bétises de procedures fait une carrière.

Chez les employés le principe de Peter est utilisé:
chacun fait carrière jusqu'a ce qu'il est arrivé à son niveau de incapabilité(?).

avec la Fraude de KBC ce sera pire!
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: L'affaire Kirschen   Dim 25 Oct 2009 - 20:32

K a écrit:
Citation :
excédaient le cadre du dossier initial de M. Dejemeppe.

et

Citation :
Elle a éclaté en marge d'un autre dossier de fraude instruit à l'époque par le juge Dejemeppe, aujourd'hui procureur du Roi de Bruxelles. Ce premier dossier concernait un bijoutier bruxellois suspecté de trafic d'or et de blanchiment d'argent en Suisse.

donc celui qui fait du bon boulot et des bétises de procedures fait une carrière.

Chez les employés le principe de Peter est utilisé:
chacun fait carrière jusqu'a ce qu'il est arrivé à son niveau de incapabilité(?).

avec la Fraude de KBC ce sera pire!

Dejemeppe est aujourd'hui conseiller à la Cour de Cassation...
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7265
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Rien   Dim 25 Oct 2009 - 20:50

je comprends " L'adieu Belgique " de Postal ,

tout était à refaire et rien a été faite.
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1388
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: L'affaire Kirschen   Lun 26 Oct 2009 - 8:50

Citation :


donc celui qui fait du bon boulot et des bétises de procedures fait une carrière.

Chez les employés le principe de Peter est utilisé:
chacun fait carrière jusqu'a ce qu'il est arrivé à son niveau de incapabilité(?).

Et parfois ça ne peut même pas fonctionner tant le promu s'avère incapable d'emplir son rôle une fois la récompense (un avocat marron nommé au ministère de la "justice" après avoir trahi son client) obtenue... Ro. Me., mis en poste par Jean Gol, se fit virer comme un malpropre -terme tout à fait légitimé- au terme de son premier trimestre de... non-fonction.
Revenir en haut Aller en bas
Kranz



Nombre de messages : 743
Date d'inscription : 08/11/2008

MessageSujet: Re: L'affaire Kirschen   Lun 26 Oct 2009 - 13:34

[quote="michel-j"]
Citation :

un avocat marron nommé au ministère de la "justice" après avoir trahi son client

Attention Michel-J, "avocat marron" est un pléonasme. lol!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'affaire Kirschen   Aujourd'hui à 22:49

Revenir en haut Aller en bas
 
L'affaire Kirschen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Diamants du Zaïre et du Gongo
» Ovni l'affaire du docteur X (Imposture)
» Grippe A : les suites de l'affaire...
» Une crèche risque la fermeture pour une affaire de voile!!!!!
» L'affaire Varginha en Bd ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AUTRES AFFAIRES CRIMINELLES :: Autres grandes affaires criminelles-
Sauter vers: