les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Maes, Luc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
michel
Admin


Nombre de messages : 7026
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Maes, Luc   Jeu 17 Avr 2008 - 14:31

Juge d'instruction qui s'occupa du dossier Latinus.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7284
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Maes, Luc   Lun 16 Avr 2012 - 12:52

c'est le juge chargé de reouvrir le dossier latinus

avant c'était aussi Schlicker

le soir:

Citation :
AFFAIRE LATINUS:WATHELET,OUTRE,MENACE DEPRETRE

VANDENDRIES,JEAN

Page 17;18

Vendredi 18 mai 1990

Affaire Latinus: Wathelet,

outré, menace Deprêtre

Le ministre de la Justice juge exceptionnellement grave l'attitude du procureur du Roi de Nivelles. Ira-t-il plus loin?

Au lendemain des révélations faites par «Le Soir» à propos des réticences du procureur du Roi de Nivelles, Jean Deprêtre, à propos de la réouverture du dossier Paul Latinus, Melchior Wathelet a publié un long communiqué au ton très inhabituel. Le ministre de la Justice s'est montré courroucé par l'attitude du procureur Deprêtre. Les faits sont d'une exceptionnelle gravité, a-t-il même jugé.

Il a réagi, dès hier après-midi, aux informations parues le matin même dans notre journal quant aux pratiques dans lesquelles le procureur du Roi a tenté de faire glisser le juge d'instruction Luc Maes, chargé de rouvrir le dossier de Paul Latinus.
M. Deprêtre a, en effet, tenté de faire comprendre à M. Maes qu'il serait sage de sa part de ne pas gaspiller d'énergie à refaire l'instruction réclamée par le ministre, instruction qui devrait tout naturellement (?) déboucher sur la conclusion d'une mort par suicide.

Les termes employés dans le communiqué transmis à l'agence Belga s'écartent du langage diplomatique que l'on a coutume d'entendre dans la bouche d'un ministre. Manifestement, M. Wathelet est outré de la manière avec laquelle a agi le procureur nivellois, lequel a confié jeudi, au «Soir», son étonnement et son incompréhension à la découverte du texte ministériel.

Ce dernier notait, à propos du procureur: Sa démarche ou ses pressions faisaient clairement apparaître que, selon lui, le dossier Latinus ne pouvait pas être rouvert. Cette attitude se serait d'ailleurs accompagnée de propos dés-agréables, voire injurieux.

Je considère que les faits sont d'une exceptionnelle gravité. Les plus hautes autorités judiciaires, le Premier président de la Cour de Cassation, le Procureur Général à la Cour de Cassation et le Premier président près la Cour d'Appel de Bruxelles ont été consultés.

La production du ou des documents qui auraient été écrits par-devers moi est exigée. Je prendrai toutes décisions provisoires ou définitives qui s'imposeront dès que le dossier sera complet.

Au Palais de Justice de Nivelles, la fermeté du ton ministériel a davantage étonné que le procédé utilisé par le procureur, qui paraît avoir perdu un peu plus de son crédit ou de sa crédibilité aux yeux de certains qui, du haut de leur perchoir d'observation, avaient déjà pris connaissance des révélations faites par plusieurs magistrats nivellois devant la commission parlementaire sur le banditisme et le terrorisme.

Luc Maes, qui s'est empressé d'ordonner ses premiers devoirs à la Police judiciaire, n'avait pas témoigné devant cette commission mais les révélations qu'il a faites à la présidente du tribunal, Mme Paulus de Chatelet, à la sortie de son entretien avec le procureur Deprêtre, suivent le sillon tracé devant ladite commission par le président honoraire Joris, le juge d'instruction Baeyens, admis à la retraite anticipée à sa demande, le magistrat instructeur Cruysmans, le premier substitut de Prelle de la Nieppe, les substituts Cumps et Van Lierde...

J. V. D.


Suite page 18


Wathelet outré menace Deprêtre

Début page 17


L'atmosphère dans laquelle baignait le palais de Justice de Nivelles jeudi après-midi était vraiment peu propice aux déclarations officielles.

A propos des relations entre magistrat instructeur et Parquet, on faisait toutefois observer qu'elles sont tout à fait normales et que le dialogue le plus franc possible doit exister entre eux.

Tel est d'ailleurs le cas, souligne-t-on, avec tous les magistrats du Parquet, à l'exception du procureur qui apparaît de plus en plus comme un homme seul dans ce palais de justice où, comme le député Jean Mottard le constatait fort justement il y a quelques jours dans «Le Soir», la situation est devenue intenable.

Il ajoutait: Il y a des responsabilités immédiates à prendre.

Une conclusion à laquelle semble désormais devoir souscrire le ministre de la Justice.

Quand frappera-t-il et jusqu'où ira-t-il?

Telles sont les deux questions majeures que l'on se posait jeudi soir à Nivelles.

De son côté, le procureur qui estimait ne pas avoir de réaction à avoir a indiqué au «Soir» qu'il connaissait la loi.

Il y a un droit d'injonction, je dois le suivre, soulignait le procureur. Il n'aurait, selon ses dires, jamais exercé de pressions sur le magistrat instructeur.

Je suis étonné, on ne m'a jamais rien demandé. J'ai remis cette affaire à l'instruction, ma réquisition date du 30 avril.

J'ai demandé au procureur général des moyens supplémentaires pour lever des zones d'ombre. Je ne comprends plus rien...

J.V.D.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Maes, Luc   Lun 16 Avr 2012 - 16:06


En parlant du substitut Cumps :

On en parle dans un article du Morgen daté du 27 avril 1991 et disponible sur

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/87038460/De-rol-van-Depretre-Latinus-Cumps

M. Cumps était stagiaire et a été nommé substitut en juillet 185, au milieu de l'enquête ...

De Bonvoisin & Cie - Page 153

Néanmoins, des enquêtes seront déviées, enterrées ... Nous retrouvons même la trace d'un substitut du procureur du Roi - officier de réserve G2 (renseignement) fort proche du commissaire de la Sûreté Massart - dans certains dossiers chauds à Nivelles.

_ _


Il est aussi logique de réagir en voyant le nom de Mme (Véronique) Paulus de Chatelet.

Elle est la soeur du baron René Paulus de Châtelet, administrateur avec Elio Ciolini de la société DOLLON (société d’exportation de matériel médical) ... avec la note humoristique au sujet de "Dollon" qui est aussi le nom de la prison suisse où était incarcéré Elio Ciolini (par ailleurs actuellement en prison en Italie ... que devient-il ?)

Véronique Paulus de Chatelet a eu des fonctions très importantes : gouverneure de Bruxelles, comité R ...

http://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9ronique_Paulus_de_Ch%C3%A2telet

_ _


Des questions aussi au sujet de Luc Hennart, actuellement président du Tribunal de première instance de Bruxelles ...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maes, Luc   Aujourd'hui à 21:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Maes, Luc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Céline maes
» La laiterie de Rambouillet, de Antoine Maes
» Cornovii et Cornouaille(s)
» Prière pour le salut de toutes les âmes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Magistrats et enquêteurs-
Sauter vers: