les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Harzée, Christian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Harzée, Christian   Ven 6 Juin 2008 - 11:21

Lieutenant-colonel de gendarmerie dirigeant le district de Mons entre 1980 et 1984.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Harzée, Christian   Sam 9 Juil 2016 - 16:24


@Michel

Pourquoi avez-vous créé ce fil de discussion en 2008 ?

On parle actuellement de Christian Harzée dans le cadre des événements liés à l'occupation des laminoirs de Jemappes.

Notamment :

" Au moment des faits des Laminoirs de JEMAPPES, le Commandant du District de Gd de MONS n'était pas le Colonel Ghislain BREYER mais le Major Christian HARZEE (toujours en vie à ce jour).

Le Colonel Ghislain BREYER était le chef des opérations lors des grèves des Laminoirs et avait sous son commandement toutes les forces de l'ordre présentes sur le terrain. "

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Harzée, Christian   Sam 9 Juil 2016 - 16:38


http://www.bendevannijvel.com/forum/viewtopic.php?id=1540

17-05-2015

Je me suis présenté à votre convocation de ce jour à 15.00 heures et vous m'avez exposé du'n vertu de son pouvoir discrétionnaire, vous étiez désignés par Monsieur Vereecke, président de la Cour d'Assisses du Hainaut, pour m'entendre et recueillir tout information utile à la manière dont a débuté à partir de la BSR de Mons la recherche qui a permi de déclancher au mois d'octobre '83 une série d'opérations qui ont amené les arrestations d'Estiévenart et autres.

Je vous dirai que de 1980 à mars 1984 je dirigeais le District de Gendarmerie de Mons en ma qualit" de Major et j'avais dans mes attributions la direction de la BSR notamment et de toutes les brigades de gendarmerie composant le District; cela faisait plus de trois cents hommes et vous comprendrez aisément que les tâches sont réparties et qu'en ce qui concerne le départ des recherches concernant le revolver Ruger, je n'ai pas de précision qui pourrait vous satisfaire.

Il est évident qu'une hiérarchie existe au sein de la BSR et que je ne pouvais pas connaître en détail toutes les enquêtes qui se développaient tant en judiciaire qu'en roulage ou en ordre public. Ce qui fait que ce n'est qu''en octobre 1983, je veux dire au moment où l'on a su que le Ruger était expertisé et déclaré comme ayant servi lors d'une attaque à main armée à Genval que j'ai su que l'arme provenait d'une enquête débutée au sein de la BSR de Mons. J'ai appris que c'était Josiane Debruyn qui avait remis ou fait remettre volontairement ce Ruger à la BSR, arme qu'elle avait subtilisée à son mari Estiévenart suite à une dispute conjugale.

Vous me demandez si je sais les raisons qui ont motivé Choquet à diriger ses recherches vers des faits commis dans la région Bruxelloise; je ne peux que vous répondre par la négative.

Je sais qu'à la Région Brabant qui coiffe le Groupe territorial ainsi que les divers districts de la province du Brabant, s'est créée une cellule de crise dirigée par le Major Gilbert mais j'ignore à quelle date précise elle s'est installée; nous pensions que c'était à la suite de la tuerie de Nivelles en septembre 83 et des faits antérieurs que les membres de cette cellule tentaient de relier entre eux mas je ne peux pas vous dire si cette cellule de crise a été un création à cause de cela ou si elle a été une transformation d'une cellule ou plutôt d'un groupuscule d'officiers de la Légion Mobile à Bruxelles qui avaient été réunis pour enquêter plus particulièrement sur les vols d'armes et de véhicules de l'ESI en 1981 je pense.

Ce qui je puis affirmer, c'est que c'était le colonel Lhost qui dirigeait le groupuscule à la Légion Mobile. Ce dernier travaillait avec le parquet de Bruxelles et ale cellule de crise était en liaison avec le parquet de Nivelles ainsi que celui de Bruxelles également.

Je me souviens qu'un jour, une équipe est montée à Bruxelles: à la cellule de crise, et que, au retour, le chef Choquet est venu me voir; je lui accordé l'entretien qu'il sollicitait; il m'a expliqué que le Major Gilbert avait décidé de lui faire effectuer un lay-out autour d'Estiévenart mais il ne disposait pour cela, que d'un délai très court. La mission était bien évidemment secrète mais il est bien certain que j'ai donné mon accord paur que du renfort soit procuré à Choquet de manière à ce que ce travail soit effectué.

Ce lay-out a été établi pour permettre à l'ESI de débuter ses surveillances et filatures. J'ignore toutefois par quel moyen matériel ce lay-out a été transmis au Major Gilbert mais selon la procédure normale, c'est un officier de l'ESI. qui vient en prendre connaissance sur place.

Vous me demandez si je sais qu'il y a eu une intervention faite auprès d'un Magistrat de Mons pour solliciter la mise en liberté d'Estiévenart de manière à permettre le début des investigations de l'ESI. J'ignore qui de la BSR de Mons est allé voir le Magistrat. En tout cas, ce n'est pas moi qui suis à l'origine de cette démarche qui a été effectuée sur ordre de la cellule de crise probablement à la suite de contacts avec le Juge Wezel.

Je dois vous signaler que j'étais assez mécontent de la manière de procéder de la cellule de crise et du Juge Wezel parce qu'ils se permettaient de commander ma BSR sans même m'en aviser.

Je sais que les arrestations opéréres dans le Borinage en date du 27 octobre 1983 ont été précipitées parce que l'ESI ne décelait plus rien de particulier dans le comportement des personnes surveillées.

Vous me demandez si je peux vous donner la raison pour laquelle, dans un procès-verbal du 17 octobre 1983, le Maréchal des Logis Chef Choquet mentionne l'existence d'une surveillance téléphonique exercée au domicile de Nardella. Vous me faites remarquer que la mention de Nardella est apposée avant la confection du lay-out, travail qui amènera l'établissement d'une liste de personnes chez lesquelles des perquisitions seront effectuées le 27 octobre, au moment des interpellations des Borains. Je ne sais pas vous répondre.

J'ai connu Christian Amory alors que je dirigeais le District de Mons. Il donnait satisfaction. Lorsque j'ai quitté le District de Mons, et après un séjour de deux ans à l'Etat-Major Général de la Gendarmerie, je suis venu à l'Etat-Major de la Région Hainaut-Namur à Charleroi.

En février 87, la cellule Brabant Wallon a été créée à Jumet et j'ai appris que l'on demandait un membre de la BSR de Mons pour y représenter ce service. Le District de Mons a désigné Amory et c'est seulement à l'arrivée de ce dernier qu'il a fait part de sa liaison avec Bouhouche, liaison professionnelle antérieure.

Vous me demandez pourquoi Amory n'a pas signalé au moment de sa désignation qu'il connaissait Bouhouche, dénonciation qu'il a seulement apportée à son arrivée à Jumet. Je crois que jusque là, il ne s'était pas rendu compte du travail du'on allait lui demander là-bas.


Bron: Verhoor Christian Harzée op 11 maart 1988
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Harzée, Christian   Dim 10 Juil 2016 - 6:13


On retrouve Christian Harzée dans :

http://www.kvoo-ovl.be/IB/IB_527.pdf





Il y a eu des "passerelles" entre la "Société royale des officiers retraités" et "Mars & Mercure"...

Un lecteur attentif que je remercie me fait remarquer que dans cette publication, il y a aussi





Raymond Van Calster : commandant du SGR, le service de renseignement militaire

Voir :

http://archives.lesoir.be/la-commission-gladio-entre-dans-le-vif-du-sujet-le-temp_t-19910221-Z03MYR.html

Par ailleurs, le chef de station de la CIA en Belgique, Dick Holm, a coopéré au moins une fois avec Raymond van Calster (voir l'autobiogrpahie de Dick Holm).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Stay-behind_en_Belgique

Le SDRA 8 était au service de la Belgique, mais aussi de l'OTAN et dépendait par conséquent du ACC ou Allied Clandestine Committee (c'est le chef du Service général de Renseignement de l'armée belge, le général Raymond Van Calster, qui occupera la présidence du ACC en 1990) et du CPC ou Clandestine Planning Committee.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Harzée, Christian   Jeu 14 Juil 2016 - 12:30


SoirMag - 6 juillet 2016




(...)



(...)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Harzée, Christian   Aujourd'hui à 11:15

Revenir en haut Aller en bas
 
Harzée, Christian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» christian Barnard : les greffes du coeur.
» Archives de Christian Soudet: les ovnis en Seine-Maritime
» RELATION DU PRIMAT CHRISTIAN DE BELGIQUE AVEC LE VATICAN
» 11/03 Anniversaires : Bossy, Christian Garnotel, Fanfoué, Gal82, Moter, Pierreaxe
» Bon anniversaire Girardeau Christian et Jerodia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Magistrats et enquêteurs-
Sauter vers: