les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 18 ... 32  Suivant
AuteurMessage
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Mer 1 Déc 2010 - 14:45

OPS CONDOR.
Impliqués également dans cette opération internationale étaient des Nazis, tel Klaus Barbie, Otto Skorzeni et autres. Apparemment 'Condor' était inspirée de l'opération nazie 'Greiff'.
Cette ops visait à éliminer tous les opposants ('coco') des régimes de l'Amérique Latine.
Même ceux qui résidaient en Europe. Dans ce contexte, une figure intéressante est un certain Hector Villalon, argentin péroniste, qui résidait en Belgique. Certains croient qu'il était liaison pour Condor (Belgique, France). Villalon était impliqué dans le dossier Ecoovie. Il était copain avec Khomeiny (exilé à Paris) et Carter. Autres mots-clé: Cuba, Batista, Bay of Pigs, trafic nucléaire, Eurodif, Zubaidi, Iran, otages Teheran, 601 Bataillon,IranContra.....
personnage très intéressant, jamais inquiété, jamais interrogé (je crois).

A lire!

http://www.stelling.nl/morgenster/uranium.htm




Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Mer 1 Déc 2010 - 15:49



On parle de ce personnage dans le livre suivant :

THE CRISIS
The President, the Prophet, and the Shah -- 1979 and the Coming of Militant Islam.
By David Harris.
470 pp. Little, Brown & Company. $26.95.

Un commentaire (tiré du NYT) :

( ... )

Then there are the minor, but no less intriguing characters he vividly portrays -- like Christian Bourguet and Hector Villalon, who tried to broker a deal between Washington and Tehran

( ... )

ainsi que

AMERICA HELD HOSTAGE The Secret Negotiations. By Pierre Salinger. Illustrated. 349 pp. New York: Doubleday & Co. $16.95.

Un commentaire (tiré du NYT) :

( ... )

The title of Pierre Salinger's ''America Held Hostage: The Secret Negotiations'' is the same as that of a television documentary that Mr. Salinger produced earlier this year for ABC News, for which he is a correspondent in Paris. The program focused on the hitherto unpublicized efforts of two unlikely intermediaries - a French lawyer, a man of the Left, named Christian Bourguet and his friend and client, an expatriate Argentine named Hector Villalon - to negotiate an agreement that would free the hostages.

Mr. Bourguet had come to know Sadegh Ghotbzadeh and Abol Hassan Bani-Sadr in the days of their exile in France.

( ... )

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Mer 1 Déc 2010 - 19:17

( Hector ou Victor ??? )

http://www.utpba.net/article7309.html

( ... )

Dès la conclusion de cette association, une très large prospection de tous les marchés va être organisée pour acheter des marchandises à payer au moyen des P. Notes indonésiennes. De nombreux collaborateurs sillonent le monde à cet effet. Il y a des Italiens, des Suisses, des ressortissants d’Afrique du Sud, des Anglais, des Allemands, des Norvégiens. Il y a notamment un avocat marseillais, M. Hubert Thierry. Il est le conseil juridique du Techniholding de Paris ; ce holding est dirigé par un homme d’affaires argentin, M. Victor Villalon qui avait joué un rôle important lors de la libération des otages à l’ambassade des USA à Téhéran et était resté en très bons termes avec l’ex-président Jimmy Carter. Comme conseil juridique de ce holding M. Thierry est venu à Bruxelles en mars 1986. Il y a rencontré M. Gustave Keteleer et depuis lors il est devenu un collaborateur actif de l’association Zubaïdi Keteleer. A plusieurs reprises, il s’est rendu à Damas.

IV/B.3. Des offres d’achat portent sur 1 000 autobus, sur un tanker portugais, sur 600 Land Rover, sur 125 + 49 Mercedes, sur 2 550 Renault, sur 4 000 Peugeot 504 et 1 000 Peugeot 505, sur 50 000 cartons de 24 boîtes de Corned Beef, sur des générateurs, sur des paquets de poudre de lait, sur du café brésilien, sur la prise de participation dans une mine d’or australienne, sur des hélicoptères yougoslaves.

IV/B.4. Ces tentatives de valoriser les P. Notes indonésiennes au profit de la Syrie et de ses alliés ont rarement abouti. Les fournisseurs prenaient l’avis de leur banque avant d’accepter de tels marchés. Le dossier laisse penser que quelques opérations auraient été menées jusqu’à livraison : des produits alimentaires fournis par une firme espagnole, la construction en Syrie de fermes clé sur porte par une firme suisse, une fourniture faite par une firme de Turin. Mais ces informations restent vagues et inprécises.

Il a été reproché à M. Keteleer d’avoir obtenu un crédit illimité sur sa carte Visa en mettant en garantie une de ces P. Notes. (voir I/B.4.). Il y a eu également des informations policières en RFA et en Italie et en 1987 des poursuites pénales à New York et à Manchester.

IV/B.5. Ces poursuites ont été montées à grand fracas, comme modèle de criminalité en col blanc, avec à New York provocation policière et arrestation notamment de M. Hubert Thierry. Mais après une plus ample information, le juge New-Yorkais, après déclaration de culpabilité du jury et réquisitoire à 15 ans de prison, a prononcé une amende de 5 000 dollars contre M. Thierry, lequel a formé immédiatement appel. Quant au juge de Manchester, il a acquitté les 5 collaborateurs de l’association Zubaïdi- Keteleer qui étaient poursuivis.

IV/B.6. L’association convenue le 31 janvier 1986 a entraîné le transfert en Belgique d’une partie des 505 P. Notes de M. Zubaïdi.

Le 4 février 1986, le Central Establishment For Trade and Investment de Beyrouth écrit au notaire D’Haenens de Grammont qu’il dépose entre les mains de ce notaire 5 séries de 16 P. Notes de 2,8 millions de US$ chacune qui viendront à échéance respectivement en 1986 (série A), 1987 (série B), 1988 (série C), 1989 (série D), 1990 (série E). Cette lettre est signée par M. Hassan Zubaïdi.

Le 6 février 1986 maître D’Haenens reçoit en dépôt de la société libanaise susdite ces 80 P. Notes. Le notaire en dresse 14 actes de dépôt distincts. Les 16 P. Notes venant à échéance le 15 novembre 1986 font l’objet de 6 actes de dépôt : 4 de 1 Note et 2 de 6 Notes. Les 64 autres sont groupées par 8.

Les originaux doivent être déposés en banque par le notaire qui ne pourra s’en dessaisir qu’au vu d’une autorisation écrite émanant de la compagnie précitée.

IV/B.7. Outre ces 80 P. Notes de 2,8 millions de US$ chacune, 10 du même montant ont été remises à maître De Pril, avocat à Grammont. 7 d’entre elles sont à l’échéance du 15 novembre 1988 (série C) et 3 à celle du 15 novembre 1989 (série D).

Enfin, Mme Nadine Polet, l’amie de M. Keteleer, détenait une P. Note dans son coffre. Celle-ci venait à échéance le 15 novembre 1987.

Ces 91 P. Notes qui ont été retrouvées en Belgique et étaient placées sous le contrôle de M. Gustave Keteleer représentaient donc 254 800 000 US$.

- - -

Pour information : "P-Notes"

What Does Participatory Notes Mean?

Financial instruments used by investors or hedge funds that are not registered with the Securities and Exchange Board of India to invest in Indian securities. Indian-based brokerages buy India-based securities and then issue participatory notes to foreign investors. Any dividends or capital gains collected from the underlying securities go back to the investors.

Also referred to as "P-Notes"

- - -

http://www.lalibre.be/culture/mediastele/article/483285/ecoovie-le-gourou-court-toujours.html

( ... ) Quant à son compère en escroquerie, Gustave Keteleer - dont il n’est plus question à ce jour -, il n’hésitait pas à apparaître à Bruxelles sous le nom de "prince de Faucigny-Lucinge", en 1988. C’est dire jusqu’où l’arnaque pouvait aller. ( ... )


Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Mer 1 Déc 2010 - 19:46

Il s'agit bien de HECTOR VILLALON.
Les P-Notes sont des Promissary Notes (une sorte de traite).
HUBERT Thierry a été arrêté à New York.


Lawyer Guilty In Note Scheme

Published: April 25, 1988 NYT

A French lawyer has been convicted in State Supreme Court in Manhattan on charges of trying to sell worthless Indonesian promissory notes to an undercover New York City detective, Robert M. Morgenthau, the Manhattan District Attorney, said.

Mr. Morgenthau said the lawyer, Hubert Thierry, represented Hassan Zubaidi, a Middle East businessman who obtained the bonds in 1985 and who has been linked by some officials to the Palestine Liberation Organization. Mr. Morgenthau said Mr. Thierry, 51 years old, tried to sell the $134.2 million in bonds last year to a detective who drove a Rolls-Royce and dined in some of Manhattan's most expensive restaurants.

Mr. Thierry, who could get to 5 to 15 years in prison, will be sentenced May 11 by State Supreme Court Justice Dorothy Cropper.
Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Mer 1 Déc 2010 - 19:57

5 INDICTED IN PLAN TO SELL FAKE INDONESIAN NOTES

By KIRK JOHNSON

Published: April 17, 1987 NYT



Investigators in Manhattan said yesterday that they had uncovered a swindle scheme involving fraudulent Indonesian Government promissory notes with a face value of $3.5 billion. They said the scheme was controlled by a Middle Eastern businessman whom law enforcement officials have linked to the Palestine Liberation Organization.

Five European businessmen were indicted on charges of trying to sell $640 million of the notes to an undercover New York City police detective as a result of the investigation, which was conducted by local and Federal agencies, including the Federal Bureau of Investigation and the United States Secret Service.

MORGENTHAU à ce moment-là était en charge des investigations au sujet de la BCCI, qui sera finalement liquidée en 1992 par la Bank of England.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 4:18

Plus besoin de lire un roman policier avant de s'endormir ou d'aller au cinéma : il suffit de consulter ce que VicarInAspic poste sur ce site (et je l'en remercie) !

J'avoue cependant avoir un peu de mal à faire une synthèse

Hector Villalon est intéressant ; la guerre des Malouines (Falklands) a conduit cet Argentin d'origine à s'éloigner des USA. On reparle aussi de trafic de matières radioactives (confondre l'uranium et le plutonium, c'est un peu gros ... surtout que 60 kg de plutonium, cela serait vraiment beaucoup et extrêmement radiotoxique).

Pour dresser le portrait des années 1980, il faut en effet se renseigner sur l'affaire Iran-Contra

http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Iran-Contra

mais c'est la première fois que j'entends parler d'un volet "uranium" ...

Peut-être risquons-nous de nous éloigner d'Elio Ciolini ... même si Hector Villalon a été introduit dans cette discussion via l'opération Condor (Stefano Delle Chiaie) et Paul Latinus.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Stefano_Delle_Chiaie


Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 9:53

Hector Villalon figure aussi dans le dossier Ecoovie (lien Keteleer-Iran-Khomeiny-Syrie..). Ecoovie: Il était sous surveillance puisqu'il était en contact avec le régime iranien et avait même proposé de négocier (otages US Teheran). Ce qui est aussi intriguant c'est qu' à la même époque 80-89, le fils de Rafjandjani (president Iran dès 1989) résidait en Belgique (région de Gand,Univ de Gand). Passe-temps favori: chevaux de cour$e. Certaines sources disent que Rafs. père a fait gros fortune dans cette affaire IranContra, ce qui lui a fait accéder au pouvoir. Officiellement, le fils faisait de l'import/export de tapis (volants, sans doute ?).
Uranium:
Iran avait pyé 1 milliard $ pour participer à Eurodif (France, Allemagne..): enrichement d'uranium. Déjà en 1974 le Shah avait déclaré :'Oil is too great a product to just burn it!'. Pas mal! Sous pression des U$A il voulait installer en Iran des réacteurs nucléaires (Westinghouse).
Après le changement de régime 79, les Européens ont refusé de livrer + ont blocqué les comptes iraniens. Après quoi il y a eu une vague de meurtres et attentats en France (Paris). Finalement les Français ont rendu le fric.
les iraniens ont alors joint le consortium nucléaire autour de la BCCI et le projet pakistanais de Quadeer Khan, qui habitait en Belgique et qui avait volé les plans des centrifuges chez Urenco (Hollande, Allemagne).

Khan was born in Bhopal, India, in 1932. His family immigrated to Pakistan in 1952. A decade later, he moved to Europe to complete his studies. After attending courses at West Berlin University, he enrolled at the Technical University in Delft, Holland, where he received a degree in metallurgical engineering in 1967. Five years later, Khan received a doctorate in metallurgical engineering from the Catholic University of Leuven in Belgium.

In May 1972, Khan joined the Physical Dynamic Research Laboratory, a subcontractor of Ultra-Centrifuge Nederland. His first assignment was to investigate various possibilities to strengthen the metal centrifuge components that are exposed to severe stress during operation
.


Mais on parle aussi carrément de vol d'uranium en Belgique (à Mol?) , affaire dans laquelle un ministre belge serait impliqué.
A noter: la CIA savait ce que Khan était en train de faire. On l'a laissé faire.
Le project pakistanais avait le support des USA en tant que contre-poids à la force nucléaire de l'Inde (=support USSR). Les pak ont fait des affaires avec la Chine, Israel ( technologie missiles) etc ...d'autres participants au projet nucléaire pak Khan: Libie, Syrie, Iraq...Financement: BCCI, donc la CIA et MI6 étaient au courant! C'est toute une histoire...

LATINUS= ingénieur des techn. nucléaires. Donc lien possible??
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 10:02

A propos de Stefano Delle Chiaie et d'Elio Ciolini :

(je parlerai dans un autre courrier de Jean Vincent Martini ; si vous en savez plus sur lui ou sur Diksmuide, Belgium: June (1980), cela pourrait être intéressant)

"supergrass" = a police informer who implicates many people

http://www.christiebooks.com/ChristieBooksWP/wp-content/uploads/2010/08/Stefano-Delle-Chiaie.pdf

( 91 pages - 1984 ? )

(...) the name of Delle Chiaie is inextricably linked with just about every major right-wing scandal and terrorist outrage to have rocked Italy during the past two decades. The history of Delle Chiaie is the history of Nazism in our world today.

(...) According to the statement of supergrass Ciolini, who was also an agent of the Bolivian Interior Ministry, Pagliai had been described in CIA documents as a "young terrorist torture freak."

(...) Further information as to the insidious nature of Lodge P2 came to light with the arrest in Switzerland of Elio Ciolini, a P2 "brother," alleged secret service agent and card-carrying officer of the Bolivian Interior Ministry. Ciolini had been jailed in Switzerland on charges of swindling, kidnapping and making death threats against a woman by the name of Renata Ball. In the autumn of 1981, from his prison cell in Geneva, Ciolini wrote to Aldo Gentile, the magistrate investigating the Bologna railway massacre, claiming he had inside knowledge and was prepared to make a statement. The magistrate eventually travelled to Switzerland and began taking Ciolini's deposition in mid March 1982. Ciolini made some remarkable allegations when he began to outline his explanation of the mechanics and reason for the outrage.

( ... voir la suite sur le site internet ... il semble s'agir principalement de mensonges qui ont conduit les enquêteurs sur de fausses pistes ... mais il peut y avoir un peu de vérité aussi ...)

(...)

Diksmuide, Belgium: June (1980) . International neo-fascist rally hosted by Flemish Militant Order (VMO), attended by neo-fascists from Italy, France, Spain, the United States and Britain. According to the British anti-fascist magazine Searchlight, a secret meeting was held in Bruges to discuss clandestine activities such as the exchange of personnel to effect jobs in each other's countries and the establishing of an escape network and the setting up of a network of "safehouses" for neo-fascists on the run. The British neo-fascist organisation, the League of Saint George, undertook to provide cover for wanted neo-fascists.

(...)

Police Inspector Luigi Calabresi was himself murdered on 17 May 1972. (...) Chairoff believes that Calabresi was killed because of his investigations into Mondialexport, an import-export agency which served as a cover for a section of the West German intelligence service BND known as BND II. Ostensibly dealing in bulk foodstuffs, Mondialexport, under the control of SS veteran Gerhardt Mertens an associate of Otto Skorzeny was in fact an
important international arms smuggling operation and a source of laundered funds for clandestine BND II operations in Italy and elsewhere.

Calabresi's murderers, all identified, were known neo-fascists and contract agents of the Paladin organisation (see text) and BND II:

Gianni Nardi — son of a billionaire industrialist previously implicated in the murder of a Milan fireman in 1967.

Bruno Stefano — prominent member of Delle Chiaie's AN organisation.

Gudrun Keiss — a girlfriend of Bruno Stefano and former star of Scandinavian pornographic films. Chairoff states she has worked for West German intelligence since December 1970.
Believed to have driven the getaway car following the murder.

Jean Vincent Martini — Avanguardia Nazionale activist from South Tyrol, recruiting agent for Angolan mercenaries and main Paladin agent in Belgium. Identified as one of Paladin’s killers in Paladin's anti-ETA contract.

According to Chairoff, BND II is in fact the West German section of the secret intelligence organisation within NATO, the Italian section of which was the Rose of the Winds. In 1977 the BND II was allegedly controlled from the main espionage centre at 33 Heilmannstrasse, D-Pullach bei Munchen, by one Dieter Blotz (a.k.a. Jan Helmers). In Rome the parallel BND operated (1977) under the cover of another export-import agency in the Via G. C-boni, an address which also provided cover for the Paladin group, Aginter Press and World Service

(...)

THE PALADIN ORGANISATION

(...) The terrorist campaign initiated by the Basque separatist organisation ETA was a particularly aggravating thorn in the flesh of the dictatorship. Obsessed with the threat of communism and inspired by the ideas of SAS founder David Stirling, Skorzeny had, since the early fifties, been toying with the idea of setting up an "international directorship of strategic assault personnel" whose terms of reference would enable it to "straddle the watershed between the paramilitary operations carried out by the troops in uniform and the political warfare which is conducted by civilian agents."

(Letter from David Stirling to Charles Foley published in the latter's book on Skorzeny, Commando Extraordinary.)

(...) Skorzeny was given a free hand by the Spanish Interior Ministry to deal with the thorny but delicate problem of neutralising the perceived enemies of Francoism. In 1968 he began recruiting former Waffen-SS and OAS men for this purpose. French Nazi party leader Francoise Dior signed up many members of her organisation who were then taken to San Sebastian to be interviewed by Skorzeny who informed them they would be called upon when Franco died if the Army did not manage to take Spanish Interlude control. Other recruits were found primarily among the ranks of former members of the OAS, the later outlawed Service d'Action Civique (SAC), as well as South Tyrolean and exiled Yugoslav fascists, anti-Castro Cubans and Portuguese exile fascists.

The day-to-day running of the Paladin organisation, as it was named, was entrusted by Skorzeny to an old colleague from the Third Reich, Dr. Gerhardt Harmut von Schubert. Von Schubert, if that indeed was his real name, was, like many other leading figures among the old guard of the "Black Orchestra," an ex-employee of Goebbel's Propaganda Ministry.

After the war he had been security adviser to the vicious Peron dictatorship in Argentina, then after that a principal agent in Skorzeny's construction of the Gestapo-style Egyptian security services under Neguib and Nasser.

The public face of the Paladin organisation was that of a legitimate security consultancy but this was only to provide cover for its real function of recruiting mercenaries and killers for dictators and failing colonialist regimes.

(...) The arrival of Delle Chiaie and his army of dedicated followers boosted the ranks of Paladin and marked the beginning of a bloodthirsty and ruthless campaign of murder and terror directed against exiled dissidents and "enemies of the regime."

(...) Paladin did not work solely for the Francoist security agency: it carried out contracts on behalf of numerous other sub-fascist regimes and agencies as well.

Supergrass Aldo Tisei elaborated: "We had solid and highly effective links of a political as well as an operational nature with some foreign secret services, among whom I may name, without fear of contradiction, the Chilean DINA and the Spanish secret services up to Franco's death. They also supplied us with superb logistical back-up and helped find us effective assistance in the event of our going on the run. Obviously these services wanted favours in return.

(...) Tisei also went into some detail about the role of Delle Chiaie in the "Black Orchestra" : "This [international planning and coordination] is an area personally looked after by Stefano Delle Chiaie and if he were to succeed in his plans it would spell a lot of danger for the institutions [sic]. For in that case, the armed groups of the far right would derive massive advantages."

(...) Stefano Delle Chiaie continued to use Spain as his base while he travelled regularly between Madrid and Rome for nearly six years. After the death of his protector Skorzeny and General Franco in 1975, following hard on the collapse of the Portuguese and Greek dictatorships the previous year, it became increasingly obvious it was time to move on to more secure surroundings.

The crunch came following a police raid in February 1977 on a clandestine arms factory in the Calle Pelaio in Madrid, owned by another of Delle Chiaie's Spanish godfathers

(...) LINKS WITH MAFIA

"Supergrass" Aldo Tisei, the organisational head of the neo-fascist terrorist infrastructure in Italy following the flight abroad of the original leaders of the various terrorist groups, and one of the two men charged with the murder of Occorsio, has subsequently revealed the close interdependence between organised crime and the security services. Tisei revealed the real reason for the murder of Occorsio: "…Occorsio was the first magistrate to realise that behind our political movement, Ordine Nuovo, stood a terrorist organisation with
links to other foreign organisations with anti-democratic objectives."

It now appears that Occorsio had uncovered links with the Masonic lodge P2;* from these links and from those with organised crime, the neo-fascists derived political protection and all the skills of the underworld necessary to pursue their activities. Also after the Madrid arms factory raid, further investigations by the Spanish police led to the discovery of fascist leader Elio Massagrande's bank deposit box which was found to contain large sums of
foreign currency and three gold bars from the 1976 25-million-dollar Nice bank robbery carried out by Albert Spaggiari and Italian and Spanish fascist terrorists, all contract employees of the Paladin organisation. Elio Massagrande and another fascist, Gaetano Orlando, managed to escape to Paraguay where, after international protest, they were both arrested in December 1977, but released again in a matter of days on the direct orders of President Stroessner.

(...) Although Delle Chiaie's exact activities and movements from 1977 until 1980 are a matter for conjecture (he seems to be able to go wherever he wants, whenever he wants), what is certain is that this period saw a cementing of the relationship between the neo-fascists and organised crime, the Mafia.

(...) It is not known whether Delle Chiaie attended the 12th Congress of the South Korean-based World Anti-Communist League* hosted by President Stroessner in Asuncion, Paraguay, in 1979. But the 400 delegates from 80 countries certainly included Delle Chiaie's close comrade from Spain, Elio Massagrande. The main subject for discussion on the agenda was how to galvanise support for right-wing regimes in the vanguard of the struggle
against communism.

(...) One of the Delle Chiaie organisers in Latin America, West German Joachim Fiebelkorn (born 1947), a Paladin and Kampfbund Deutscher Soldaten veteran, as well as a Frankfurt pimp, who had worked with Delle Chiaie in Bolivia, stated later to the West German police that Delle Chiaie was the number one international middleman between the Sicilian Mafia and the Latin American cocaine producers.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 10:30

Nos emails se sont croisés ...

Quelques compléments au sujet de tout cela :

Dans le témoignage de "Insider" (dont j'espère qu'il y aura une suite) sur

http://bendevannijvel.com/forum/viewtopic.php?id=853

On voit passer (de façon anecdotique) le nom de Khan, ingénieur atomiste formé en Belgique et en Hollande ... cela ne semble peut-être pas très important mais il ne faut pas oublier les études de Paul Latinus.

Par ailleurs, il pourrait y avoir eu un volet "uranium" dans l'affaire "Iran - Contra" (dans le cadre de la quête d'une "bombe islamique" à l'époque où Israël et l'Inde en disposaient déjà) ... je vois mal les éventuels liens ...

Autre chose : on cite le nom de Gaetano Orlando. Ce dernier a trouvé refuge chez l'avocat Spandre (relation intime du Baron Benoît De Bonvoisin). Voir ce qu'il a dit à Massimo Giraudo, gradé des carabinieri (gendarmerie italienne), en 1994, pendant l'enquete sur l'attentat de Piazza Fontana (Milano, 12/12/1969). Il y avait donc bien un "réseau" impliquant aussi la Belgique.

Enfin, le nom de Jean-Vincent Martini a été cité. On en parle aussi ci-dessous (je n'ai pas l'article de "Libération") :

http://www.la-presse-anarchiste.net/spip.php?article213

D’abord, le rappel d’articles paru dans Libé sur « les activités d’une agence de barbouzes qui recrutait à Alicante et à Zurich, sous la direction du docteur Géhard Harmut von Schubert », ancien nazi, « expert de la guerre secrète » et adjoint du « professeur Johannes von Leers (…) qui sévit en Argentine, puis, après la chute de Peron, en Égypte et en Irak. » Suit un luxe de détails sur cette agence, le « Paladin Group », qui aurait depuis le début de 1974 « deux axes de tir : l’infiltration des groupes anti-franquistes et la neutralisation de leurs éléments les plus durs. Neutralisation, c’est-à-dire enlèvement, mise à l’ombre ou élimination physique pure et simple. » Pointe d’ironie suprême, on prend la peine de nous préciser : « Pas de fuite possible, les renseignements remontent la pyramide et au sommet c’est le « Docteur Miracle » qui négocie avec le gouvernement espagnol. »

Après cette préparation, P.C. peut en venir au cœur du sujet. Laissons-lui donc la parole :

« Il est curieux de constater que dans les jours qui ont précédé l’arrestation « à Clichy (Seine-Saint-Denis) (sic) d’Anne et Lucio Urtuia (re-sic), deux frèles comparses de l’enlèvement du banquier, une Porsche blanche 911, immatriculée dans le canton du Tessin, en Suisse, stationnait des heures à proximité du domicile du basque et de son épouse. Nous avions déjà signalé ce véhicule, dans notre numéro du 23 janvier 1974, comme étant celui d’un agent recruteur de von Schubert, Paolo Barzel, ex-terroriste au Tyrol du Sud. Curieux non ?

« Tout est bizarre, la présence en Avignon de Jean-Vincent Martini, un Belge de 32 ans, figure bien connue des milieux mercenaires et barbouzes de Bruxelles et de Vienne. Martini, qui circule à bord d’un crabe Mercédès, immatriculé en Italie, à Gênes plus exactement, a passé près de douze jours dans la région avignonnaise en compagnie de deux jeunes gens et d’une jeune femme non identifiés. Or, Martini est un homme de von Schubert. Assez curieux, n’est-ce pas ?

« Si les principaux auteurs de ce rapt combien bizarre sont encore en liberté, ce n’est peut-être pas pour rien. Les hommes du groupe Paladin sont rompus à tous les types de provocation et ne font pas la fine bouche sur le choix des moyens, encore moins maintenant appuyés comme ils le sont par le vieillard sanglant de Madrid. »



Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 10:33

state­ments from for­mer U.S. intel­li­gence offi­cers that the Terpil-Wilson oper­a­tions in Libya were, indeed, offi­cially sanc­tioned; alle­ga­tions that a “tame CIA insider” deflected Con­gres­sional inquiries into Ter­pil and Wilson’s activ­i­ties; Libyan strong­man Khadafy’s bankrolling of the Pal­adin Group, a fas­cist mer­ce­nary orga­ni­za­tion; a Latin-American assas­si­na­tion con­sor­tium known as “Oper­a­tion Condor.

Ghadafi à son tour était sponsorisé par (e.a.) François Genoud, une figue-clé dans les magouilles nazis dans le monde arabe, palestine, ..support OLP, Hamas...
Genoud= haut banquier suisse de Hitler, copain de Skorzeny, Von Bolschwing, Borman,
...CARLOS, Barbie...

Le cercle se referme: attentats De Gaulle+JFK, OAS, Permindex, P2, Paladin, Carlos,
Genoud, Skorzeny, Barbie, Escadrons de mort, Condor,

Tot ou tard vous devrez rechecher la figure de Genoud Rolling Eyes


...part au sein du Saudi Binladen Group (SBG) [5].
Cette holding, la plus importante d’Arabie saoudite, réalise la moitié de son chiffre d’affaires dans le bâtiment et les travaux publics, et l’autre moitié dans l’ingénierie, l’immobilier, la distribution, les télécommunications et l’édition. Elle a formé une société suisse d’investissements, la SICO (Saudi Investment Company), qui a créé plusieurs sociétés avec des filiales de la National Commercial Bank saoudienne. Le SBG détient d’importantes participations dans General Electric, Nortel Networks et Cadbury Schweppes. Le SBG est représenté aux États-Unis pour ses activités industrielles par Adnan Khashoggi (ex-beau-frère de Mohammed al-Fayed), tandis que ses avoirs financiers sont gérés par le Carlyle Group. Jusqu’en 1996, les montages des filiales du SBG étaient préparés à Lausanne par son conseiller, le banquier nazi François Genoud [6].

http://www.youtube.com/watch?v=IQVR4V6Orek
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 11:18

Curieux personnage en effet :

François Genoud, nazi par procuration

Par Conan Eric, publié le 25/01/1996

http://www.lexpress.fr/informations/francois-genoud-nazi-par-procuration_611964.html

Il a aidé les anciens du IIIe Reich, les nationalistes arabes et le terrorisme international. Journalistes et services secrets lui prêtaient une grande influence. Pierre Péan, qui l'a confessé, nous raconte sa vie dans L'Extrémiste. Et le démythifie.

Pierre Péan prend plaisir au rôle de grand confesseur crépusculaire. Après avoir révélé les détails de l'engagement vichyste de François Mitterrand, avec la précieuse collaboration de ce dernier, son nouveau livre est encore consacré à un personnage au passé encombrant, qui lui a ouvert ses archives et livré ses souvenirs. La comparaison s'arrête cependant là. Contrairement à l'ancien président de la République, le nouveau client de Pierre Péan - François Genoud - est inconnu du grand public et tellement fier de son histoire sulfureuse qu'il la noircit avec vanité. Généralement surnommé «le banquier nazi» par les médias, qui aiment les personnages diaboliques, ce Suisse mystérieux intrigue depuis longtemps journalistes et services secrets européens (1). L'habitude fut prise de lui prêter des méfaits inavouables, une influence infernale et une fortune infâme: il était ainsi entendu - sans que jamais preuve en fût apportée - qu'il gérait les trésors cachés de plusieurs dignitaires du IIIe Reich.

L'ouvrage de Pierre Péan démythifie cette réputation. Le personnage s'avère en fait plus médiocre que son itinéraire, lequel livre en revanche de riches informations sur les complicités et reclassements de l'après-guerre. Car son engagement voué au culte du nazisme ne commence qu'après sa chute: le jeune François Genoud, quoique ébloui par l'hitlérisme, s'est bien gardé de rejoindre les SS ou d'aller se battre sur le front de l'Est, comme l'ont fait ces jeunes Suisses, Belges et Français dont le fanatisme s'accompagnait d'un peu de courage. Non, ce jeune Lausannois, fils d'un commerçant francophile et franc-maçon, s'est borné à s'inscrire au parti nazi suisse. Quand la guerre éclate, il n'est qu'un petit aventurier qui a interrompu ses études au brevet, n'a jamais vraiment travaillé - à part tenir un milk-bar - tout en ayant beaucoup voyagé, jusqu'à Calcutta et Bagdad, où il a assisté avec joie, en 1936, au coup d'Etat arabe contre les Anglais. Mais alors que ses héros occupent l'Europe et se lancent à l'assaut du bolchevisme, François Genoud préfère passer le plus clair de son temps à trafiquer au marché noir - matériaux, devises, or - et à mener la vie de château. Tout en rendant quelques «services». Fut-il un petit agent de l'Abwehr? Ou des services de renseignement suisses? Pierre Péan ne tranche pas. Seule certitude: il se lie alors à un agent (double?) de l'Abwehr de Stuttgart, Paul Dickopf, qui fera partie après guerre de ces ex-serviteurs du Reich dénazifiés par les Américains et réutilisés dans la nouvelle Allemagne. Paul Dickopf, qui restera son ami, deviendra même chef de la police criminelle allemande (BKA), en 1965, et président d'Interpol en 1968. Un autre transfuge, Hans Rechenberg, ancien conseiller de Göring, joue un rôle important. Ce membre de l' «organisation Gehlen» - du nom du chef des services secrets allemands antisoviétiques, qui fit passer son équipe au service des Américains - permet à François Genoud de contacter les proches du gotha du nazisme. Il veut les aider. Et les fréquenter. Le Suisse va ainsi assister les familles des condamnés de Nuremberg. Tout en se finançant en rachetant les droits de publication des propos de Hitler, Goebbels, Bormann, Funk, etc.

Cette mission d'aide aux réprouvés le conduit à suivre certains d'entre eux dans leur nouvelle cause: le nationalisme arabe. Il lance ainsi l' «Arabo-Africa», association constituée d'anciens nazis ou collabos. Et sert d'homme de paille en créant, en Suisse, la Banque commerciale arabe, dotée de fonds syriens. Sa position de Suisse tranquille lui permet de rendre de nombreux services à Fathi el-Dib, proche de Nasser et chef des services spéciaux égyptiens (truffés d'Allemands), qui soutiennent la rébellion algérienne. François Genoud aide ainsi le FLN. Il intervient pour négocier la libération de Ben Bella et de ses quatre compagnons prisonniers de la France. Il sert aussi d'intermédiaire pour le rétablissement des relations diplomatiques entre la France et l'Egypte. Après l'indépendance algérienne, les conflits internes au FLN, opposant Ben Bella et Khider, le placent au coeur d'un jeu dangereux: la Banque commerciale arabe, qu'il gère en Suisse, détient le trésor du FLN. Il lui faudra des années - et quelques mois de prison à Alger - pour se sortir du pétrin.

Les anciens grands nazis devenant plus rares, son rôle se limite par la suite à l'aide apportée à Eichmann et à Barbie au cours de leur procès et à la protection affectueuse offerte à Léon Degrelle. Une autre occupation devient prépondérante: aider les nouveaux combattants du terrorisme international. Il se lie avec Waddi Haddad, chef de la section terroriste du FPLP, Bruno Bréguet et Carlos, à qui il essaiera, en vain, de trouver un refuge en Iran et en Algérie.

L'Extrémiste, élaboré en dialoguant avec François Genoud, décrit une vie vécue par procuration. Ce curieux personnage, fasciné par tous les criminels obsédés par la destruction de la démocratie, fait penser à l'éternelle silhouette de «l'idiot utile» chère à Lénine. Prudent, Pierre Péan n'exclut pas que cet homme qui n'a cessé de servir de messager, de boîte aux lettres ou de conseiller financier se soit fait bien souvent «instrumentaliser». Beaucoup ont dû utiliser ce Suisse qui n'a jamais osé traverser en dehors des clous - tout en ayant pour devise «Il faut mettre la pagaille» - et qui se vante de s'être servi de son pays: «Je remercie mon grand-père de nous avoir faits Suisses, car on peut dire merde au reste du monde. Si je n'étais pas en accord avec Dieu, je faisais en sorte de l'être avec les lois suisses. Là-dessus, j'ai toujours eu la conscience tranquille. La Suisse m'a tenu lieu de base arrière. J'y suis toujours revenu, je n'ai jamais été longtemps absent... Je suis un bon Suisse. Les Suisses ont inventé la liberté. Ici, il peut y avoir des Brasillach qui soient considérés comme de grands patriotes.»

Son manque d'engagement personnel le pousse à la provocation permanente. Il y a dans L'Extrémiste quelques dialogues pénibles qui font penser à ces punks boutonneux arborant une croix gammée pour être sûr de scandaliser leurs profs. Notamment quand François Genoud affirme que ce qu'a fait Hitler «était bien et a concouru à la paix» ou que chambres à gaz et génocide sont un même mensonge, devant un Pierre Péan inadéquat («Vous êtes un sacré provocateur!»).

Est-ce parce qu'il est taraudé par ce déficit d'action, lui qui n'a cessé d'être le voyeur admiratif du crime? François Genoud annonce à Pierre Péan sa décision de mettre très prochainement fin à ses jours. Ce serait le premier acte personnel violent de ce zélateur de la violence des autres.

L'Extrémiste. François Genoud, de Hitler à Carlos, par Pierre Péan, Fayard, 425 p., 150 F.

Parmi ses rencontres

- Paul Dickopf,
un ancien de l'Abwehr qui deviendra après guerre patron de la police criminelle allemande, puis président d'Interpol.

- Waddi Haddad,
chef de la section terroriste du FPLP, organisateur de spectaculaires détournements d'avion pour le compte de l'organisation palestinienne.
Le terroriste suisse Bruno Bréguet fut un des membres du «groupe Carlos».

- L'Iranien Wahid Gordji (ci-contre), impliqué dans la vague d'attentats de 1986 à Paris.

- Magdalena Kopp (à droite), épouse de Carlos et membre de son groupe terroriste.

- Ahmed Ben Bella
(ci-contre), l'un des chefs de l'insurrection algérienne. Lors de son incarcération en France, Genoud négociera sa libération.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 11:38

Pour information, je n'ai pas vu de lien entre François GENOUD et Léon GENOUD (banquier suisse impliqué dans l'affaire de la SMAP). Si vous en trouvez un, faites signe !

Par ailleurs :

http://www.antifascistencyclopedia.com/allposts/the-nazi-muslim-terrorist-connection-francois-genoud-and-al-taqwa-bank-the-largest-financial-supporter-of-al-qaeda-hamas-etc-genouds-ap-obituary-1996

The Nazi-Muslim Terrorist Connection: Francois Genoud and Al Taqwa Bank

“The Largest Financial Supporter of Al-Qaeda, Hamas, etc.”/Genoud’s AP Obituary (1996)

(...) Leaders of the Muslim Brotherhood found the Al Taqwa Bank. This bank will later be accused of being the largest financial supporter of al-Qaeda, Hamas, the GIA in Algeria, and other organizations officially designated by the US as groups that sponsor terrorism. For instance, the Treasury Department will later claim that $60 million in funding for Hamas will pass through Al Taqwa in 1997.

The bank is mostly based on both sides of the border between Swizterland and Italy, but important branches are established in Liechtenstein and the Bahamas as offshore tax havens. [US Department of the Treasury, 8/29/2002] Newsweek will explain, “Al Taqwa, which means ‘Fear of God,’ was launched … by leaders of the Muslim Brotherhood, a secret society devoted to the creation of a worldwide Islamic government. The Brotherhood wanted to create a financial institution in which devout Muslims could invest their money. It would operate under strict Islamic law, which prohibits banks from charging interest. But investigators believe the convoluted structure of Al Taqwa made it easy to use as a money-laundering mechanism.…

The [central] operation consisted of four men working at computers in a small apartment in Lugano, Switzerland. Lugano, which sits near the Italian border, is a kind of Alpine Tijuana, well known as a haven for tax evaders and money launderers.” [Newsweek, 3/18/2002] Reportedly, in 1995, Italian investigators will tell a Swiss prosecutor that Al Taqwa and related entities comprise “the most important financial structure of the Muslim Brotherhood and Islamic terrorist organizations.” [Salon, 3/15/2002]

Six members of the bin Laden family are among the original contributors to the Bahamas branch. [Wall Street Journal, 12/17/2001] A number of the bank’s leaders have ties to Nazism or fascism. For instance, when board chairman Youssef Nada was a young man, he allegedly worked with both the armed branch of the Muslim Brotherhood and Nazi Germany military intelligence.

Ahmad Huber, a Swiss convert to Islam previously known as Albert Huber, is both a director of the bank and an open neo-Nazi. He proudly displays portraits of Adolf Hitler and Osama bin Laden next to each other in his house. [Washington Post, 4/29/2002; Asia Times, 11/8/2002] According to a reporter who will interview him in 1995, Huber’s office is adorned with portraits of Hitler, Nazi leader Heinrich Himmler, and Islamic militants. [Boston Herald, 11/8/2001] Huber will spend decades attempting to forge links between the neo-Nazi movement and the radical Muslim movement, speaking to and networking with both groups. He will be quoted around 2001 saying that the al-Qaeda leaders he met in January 2001 are “very discreet, well-educated, and very intelligent people.”(see Late January 2001). [Financial Times, 11/8/2001; Playboy, 2/1/2002]

Fancois Genoud (left) and Ahmad Huber, a.k.a. Albert Huber (right). [Source: Seuil, AIJAC]

The founder of Al Taqwa appears to be Francois Genoud, who will die in 1996. Genoud is a Swiss lawyer who funded the Nazis and served as a Nazi agent during World War II. After the war, he funded the secret Odessa organization, which enabled many notorious Nazi fugitives to escape to safe havens in South America and elsewhere. Authorities believe that Genoud uses Al Taqwa to fund international militants like Carlos the Jackal and bin Laden. He also paid for the legal expenses of ex-Nazis such as Klaus Barbie and Adolf Eichmann. Many Muslim radicals and neo-Nazis share a strong hatred for Jews and the United States. [San Francisco Chronicle, 3/12/2002] Al Taqwa will be shut down shortly after 9/11 for its support of al-Qaeda, Hamas, and other groups officially designated as terrorist organizations (see November 7, 2001).

Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 11:45

Et voilà qui est fait...mais il manque un aspect important, c'est la collaboration de Genoud (fric nazi) et le 'Muslim Brotherhood' , les légions nazies islamiques de Hitler qui se son fait remarquer pendant la guerre (au Balkan) sous la direction du Grand Mufti, ami de Hitler. Cette amitié avait pour origine le souci de Hitler de se voir garantir des livraison de pétrole saudien (par l'Espagne).Voir Ibn Saud,Philby etc.
De là il y a un lien direct vers la question palestinienne, le Wahhabisme, Jihad, Afghanistan (Mujahedin= Muslim Brotherhood), terrorisme 'islamique' Abu Nidal, Hamas..Al Quaeda..
En fait les troupes nazies 'Muslim Brotherhood' étaient devenues des instruments du régime Reagan/Bush. Reagan/Bush en combine avec des nazis: quoi de plus normal?

http://www.namebase.org/cgi-bin/nb01?_GENOUD_FRANCOIS_

http://www.tellthechildrenthetruth.com/amin_en.html
Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 12:28

J' ajoute encore une petite note au dossier Genoud.

Pendant la guerre, Genoud faisait liaison entre SS general Wolff et DULLES, OSS station chief à Bern. Dulles était un des avocats (bureau Cromwell & Sullivan) qui (avant et pendant la guerre) géraient les fortunes allemandes aux USA et les fortunes américaines (BUSH p.e.) en Allemagne. Les participations USA dans l'industrie allemande, la superpuissance industrielle entre les guerres, étaient multiples. (Standard Oil, IG Farben, GM Opel, Ford,...). Genoud était en contact avec Schacht, directeur de la Reichsbank, génie financier, homme de paille des grands industriels Krupp, Thyssen, IG Farben etc...financiers de Hitler.
SCHACHT fut acquitté à Nuremberg et devint chef de la BIS Bank for International Settlement (Suisse).
Les frères Dulles ( CIA, Ministre de l'Ext) étaient dans tous les coups des deux cotés de l'Atlantique.
Donc voilà auissi le lien Genoud-finances ricains/nazis (en suisse)-DULLES-BUSH-CIA-ratlines-Skorzeny-P2-Aginter-Paladin-Escadrons de la Mort-Condor- (Villalon?)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 13:24

Ce qui m'a étonné dans tout ceci est le lien entre l'extrême-droite nazie et le nationalisme arabe ... voire même le terrorisme, comme en témoigne le parcours de "Ahmed" Huber (1927-15 mai 2008). Huber est un familier de l'avocat et banquier François Genoud :

http://fr.metapedia.org/wiki/Ahmed_Huber

Même si cela n'est pas "politiquement correct", il y a une sorte de collaboration islamo-nazie qui ne semble pas être uniquement anecdotique. Cela est documenté sur internet mais ne fait guère la une des journaux.

On cite même la rencontre de François Genoud et de l'Iranien Wahid Gordji, impliqué dans la vague d'attentats de 1986 à Paris.

En va-t-il de même pour d'autres attentats, comme celui du RER B à Saint-Michel le 25 juillet 1995, revendiqué par le Groupe islamique armé (GIA) algérien ?


Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 13:27

bravo les gars, mais un jour il va faloir faire une synthese de ce micmac de noms, endroits, organisations, mouvances, ... y distiller l'essentiel
Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 14:23

Le nazisme islamique n'est pas du tout anecdotique, c'est quasiment aussi grand que les histoires des ex-nazis en Amérique Latine. Seulement, c'est beaucoup moins médiatisé. La collaboration Muslim Brotherhood-Grand Mufti a eu des effets graves dans tous les pays arabes & islamiques. Comme exemple: point commun entre Hitler & le Grand Mufti: l'anti-semitisme.
C'est cette collaboration qui a été instrumentalisée par les Nazis pour faire opposition à l'établissement de l'état d'Israel. C'est eux qui ont incité les Palestiniens à s'opposer violemment à l'Exodus juif (suite à la Balfour Declaration). Avant cette campagne de haine, les palestiniens et les juifs vivaient ensemble sans problèmes. Evidemment, ceci
plaisait aux pays arabes, fournisseurs de pétrole du IIIeme Reich. Quid pro quo.

http://www.amazon.com/Jihad-Jew-Hatred-Islamism-Nazism-Roots/dp/0914386395/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1291296110&sr=1-1
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 14:27

VicarInAspic a écrit:
Le nazisme islamique n'est pas du tout anecdotique, c'est quasiment aussi grand que les histoires des ex-nazis en Amérique Latine. Seulement, c'est beaucoup moins médiatisé. La collaboration Muslim Brotherhood-Grand Mufti a eu des effets graves dans tous les pays arabes & islamiques. Comme exemple: point commun entre Hitler & le Grand Mufti: l'anti-semitisme.
C'est cette collaboration qui a été instrumentalisée par les Nazis pour faire opposition à l'établissement de l'état d'Israel. C'est eux qui ont incité les Palestiniens à s'opposer violemment à l'Exodus juif (suite à la Balfour Declaration). Avant cette campagne de haine, les palestiniens et les juifs vivaient ensemble sans problèmes. Evidemment, ceci
plaisait aux pays arabes, fournisseurs de pétrole du IIIeme Reich. Quid pro quo.

http://www.amazon.com/Jihad-Jew-Hatred-Islamism-Nazism-Roots/dp/0914386395/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1291296110&sr=1-1
GENOUD ,avait tisse de nombreux liens avec le N E M (nouvel europe magasine )
Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 15:09

HERVE a écrit:
En va-t-il de même pour d'autres attentats, comme celui du RER B à Saint-Michel le 25 juillet 1995, revendiqué par le Groupe islamique armé (GIA) algérien ?

En 1992, les élections en Algérie allaient être emportées par les islamistes. Il n'y a donc pas eu d'élections du tout; on a installé un régime laic quasi-militaire. Après la chute du mur, le nouvel ennemi officiel était l'islam. Donc pression du Vatican + Washington pour éloigner un régime islam, voire Sharia. (Evidemment il y aussi du pétrole / gaz en Algérie).
La terreur qui a suivi les non-élections était organisée par le GIA (Groupe Islamiste Armé) extrémiste MAIS il y avait aussi pas mal 'false flag operations' justement pour discréditer le GIA en pour justifier les actions militaires brutales contre ces terroristes.
Il y a aussi un aspect religieux bien sûr. Le Vatican craint le succès de l'islam en Afrique (voir p.e. visite du pape à Khartoum en 1993, les 'croisades' au Soudan-Darfour). Selon certains, l'attentat au WTC en 1993 aurait été une réaction aux démarches anti-islam du pape au Soudan. Il faut savoir que la plus grande entreprise de construction (favorie du régime) au Soudain était BEN LADEN et que Osama résidait à Khartoum. Le monde est petit.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Jeu 2 Déc 2010 - 16:05


Je vais avancer une hypothèse.

Il ne me semble pas constructif d'avancer des noms comme la CIA, le DEA ou d'autres.

Ne faudrait-il pas utiliser l'expression "l'organisation", comme le fait Patrick Haemers ? Nous verrons bien après s'il s'agit de "fous furieux" et s'il faut rattacher ce mot à quelque chose de connu.

Quand on lit ce qui est écrit sur Elio Ciolini, on voit passer la CIA, les services français, les services boliviens et sans doute d'autres encore.

L'important, c'est de savoir que Ciolini a touché beaucoup d'argent issu des braquages de la bande Haemers.

L'important, c'est encore le lien, notamment en Bolivie, avec Delle Chiaie.

L'important, c'est aussi de se souvenir de ce qui suit :

( ... ) He was then introduced to far-right circles in Brussels through the businessman Robert Wellens. ( ... )

Ce Robert Wellens est lié à l'affaire de la rue Haute, la version belge du casse de Nice, qui a servi à financer l'extrême-droite.

Dans le journal "Le Soir" :

( ... ) Mais, entre-temps, l'arrestation au mois d'aout en Suisse d'un Français et d'une Allemande qui tentaient d'écouler des titres provenant du casse, permit de remonter jusqu'à Paris, où vivait Robert Wellens, ancien directeur des Presses universitaires de Bruxelles et condamné par défaut dans une précédente affaire. Chez lui, on retrouva d'autres titres volés dans les coffres de Bruxelles.

( ... ) En février 1981, policiers belges et français surprirent à Perpignan une transaction portant notamment sur des titres provenant encore du casse de la rue Haute. Trois truands français furent arrêtés, de même que le Belge Raymond Lippens et son beau-frère Chadly Missaoui.

Sans vouloir nécessairement tout lier, je me souviens qu'il y a eu en Algérie au moins une attaque de fourgon blindé qui a servi à financer le GIA !

L'hypothèse serait donc qu'il existe une "organisation" dont l'idéologie est d'extrême-droite, qui fonctionne avec des méthodes de services secrets et qui est financée notamment par des braquages. C'est international et il y a des liens avec les trafics d'armes et les mafias, comme on le voit avec Delle Chiaie, ainsi qu'avec au moins une partie du terrorisme islamique. La Loge P2 pourrait être une partie de cette organisation ...




Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Ven 3 Déc 2010 - 0:49

HERVE a écrit:

Je vais avancer une hypothèse.

Il ne me semble pas constructif d'avancer des noms comme la CIA, le DEA ou d'autres.

Ne faudrait-il pas utiliser l'expression "l'organisation", comme le fait Patrick Haemers ? Nous verrons bien après s'il s'agit de "fous furieux" et s'il faut rattacher ce mot à quelque chose de connu.

Quand on lit ce qui est écrit sur Elio Ciolini, on voit passer la CIA, les services français, les services boliviens et sans doute d'autres encore.

L'important, c'est de savoir que Ciolini a touché beaucoup d'argent issu des braquages de la bande Haemers.

L'important, c'est encore le lien, notamment en Bolivie, avec Delle Chiaie.

L'important, c'est aussi de se souvenir de ce qui suit :

( ... ) He was then introduced to far-right circles in Brussels through the businessman Robert Wellens. ( ... )

Ce Robert Wellens est lié à l'affaire de la rue Haute, la version belge du casse de Nice, qui a servi à financer l'extrême-droite.

Dans le journal "Le Soir" :

( ... ) Mais, entre-temps, l'arrestation au mois d'aout en Suisse d'un Français et d'une Allemande qui tentaient d'écouler des titres provenant du casse, permit de remonter jusqu'à Paris, où vivait Robert Wellens, ancien directeur des Presses universitaires de Bruxelles et condamné par défaut dans une précédente affaire. Chez lui, on retrouva d'autres titres volés dans les coffres de Bruxelles.

( ... ) En février 1981, policiers belges et français surprirent à Perpignan une transaction portant notamment sur des titres provenant encore du casse de la rue Haute. Trois truands français furent arrêtés, de même que le Belge Raymond Lippens et son beau-frère Chadly Missaoui.

Sans vouloir nécessairement tout lier, je me souviens qu'il y a eu en Algérie au moins une attaque de fourgon blindé qui a servi à financer le GIA !

L'hypothèse serait donc qu'il existe une "organisation" dont l'idéologie est d'extrême-droite, qui fonctionne avec des méthodes de services secrets et qui est financée notamment par des braquages. C'est international et il y a des liens avec les trafics d'armes et les mafias, comme on le voit avec Delle Chiaie, ainsi qu'avec au moins une partie du terrorisme islamique. La Loge P2 pourrait être une partie de cette organisation ...





Et je pense que l'on peut tenter de raccrocher à cette lecture des faits un certain Claude DUBOIS, une relation étroite de Raymond Lippens. Et un certain Ronald Rossignol...
Trafic d'armes, trafic de drogues, même organisation?
Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Ven 3 Déc 2010 - 10:42

@HERVE. Si je comprends bien, vous voulez vous concentrer sur les TBW et tout ce qui serait 'au-dessus' des tueries, on appèlerait ça provisoirement 'l'organisation'?
Voici quelques autres noms qio ont été utilisé et sur lesquels on trouve pas mal d'infos
sur Internet & dans la litérature & la presse.

'Octopus', 'The Enterprise', 'Spider', 'The Cartel', Committee of 300....et puis il existe pas mal de pistes politiques vers le CFR Council on Foreign Relations, p.e. ou on retrouve des figures comme Kissinger et Rockefeller. Heinrich Kissinger, jamais élu, est toujours là aujourd'hui à côté du président, il fout la merde depuis 50 ans! Dans certains pays Kissinger est sur la liste des 'War Criminals' (Timor, Laos, Cambodge) et devrait être arrêté!
Voir:
'The Trial of Henry Kissinger' de C. Hitchens. Lecture recommandée!
'Our Own Private Pinochet: Prosecuting Henry Kissinger' by John-Paul Ferguson

Presque oublié: Il y a une source belge qui utilise le nom 'Pouvoir Absolu'.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Sam 4 Déc 2010 - 8:37


Je me suis méfié des acronymes bien connus de "services" parce qu'ils suggèrent beaucoup de souvenirs et d'émotions chez les participants.

Parle de " l'organisation " me semble plus neutre.

Cette "organisation" pourrait être (en partie ?) financée par des actes de grand banditisme (casse de Nice, casse de la rue Haute, attaques de fourgons par la bande Haemers, etc) et quelqu'un comme Elio Ciolini pourrait y avoir joué un rôle.

En retraçant le parcours d'Elio Ciolini, on passe par les dictatures d'Amérique du Sud et aussi par le franquisme espagnol (en lutte violente contre l'ETA basque) et l'extrême-droite italienne. Il y a aussi des "traces" nazies derrière.

En relisant tous les courriers de ce fil, on voit aussi des liens avec au moins une partie du terrorisme islamiste (GIA ?).

Il y a certainement une idéologie très "anti-communiste" (il faut relire ce que Paul Latinus a dit de lui-même) et c'est cela qui justifierait des attentats en Italie et les tueries du Brabant ... même si les auteurs directs sont en fait des "mercenaires" choisis pour des actions précises ... en brouillant les pistes via les armes, les grands vêtements "à la Matrix", etc. Des liens avec les mafias sont très probables aussi.

Il s'agit d'un "milieu" international, très anti-communiste, d'extrême-droite (même "nazi"), utilisant des méthodes de services secrets, se finançant au moins en partie par le banditisme, et dans lequel des fabricants et des trafiquants d'armes ont un rôle important.

Il faut se rappeler que la création d'un climat de terreur peut servir de nombreux intérêts: sociétés de surveillance, armement, polices et gendarmeries ... et même des compagnies d'assurance ...

_ _ _


Une question : quelqu'un a-t-il lu le livre suivant ?

Edward Herman and Gerry O’Sullivan’s The Terrorism Industry

http://www.amazon.com/TERRORISM-INDUSTRY-Edward-S-Herman/dp/039458080X

Je ne l'ai pas (et je ne l'ai pas lu ) ; les critiques semblent mitigées ... L'extrait que je connais m'a cependant semblé très intéressant (sur Calmette et Wackenhut)

Voir aussi : http://www.prop1.org/legal/prisons/92wack.htm

Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Sam 4 Déc 2010 - 10:53

HERVE a écrit:

Il s'agit d'un "milieu" international, très anti-communiste, d'extrême-droite (même "nazi"), utilisant des méthodes de services secrets, se finançant au moins en partie par le banditisme, et dans lequel des fabricants et des trafiquants d'armes ont un rôle important.

Il faut se rappeler que la création d'un climat de terreur peut servir de nombreux intérêts: sociétés de surveillance, armement, polices et gendarmeries ... et même des compagnies d'assurance ...

Une question : quelqu'un a-t-il lu le livre suivant ?

Edward Herman and Gerry O’Sullivan’s The Terrorism Industry

http://www.amazon.com/TERRORISM-INDUSTRY-Edward-S-Herman/dp/039458080X

Je ne l'ai pas (et je ne l'ai pas lu ) ; les critiques semblent mitigées ... L'extrait que je connais m'a cependant semblé très intéressant (sur Calmette et Wackenhut)

Je crois qu'on est d'accord depuis longtemps sur le caractère anti-communiste du décor des années 80 et aussi sur ' l'utilité' (excusez le mot)
d'un climat de terreur. Tout ça c'est acquis. Cela explique les actions des CCC, mais les TBW?? Si le but était la terreur pourquoi pas utliliser
des explosifs? Imaginez l'effet dans un Delhaize ou, comme en Italie, dans la gare centrale...
Les TBW ont plutot un caractère 'psy ops'. Ils n'ont jamais revendiqués les attentats, pas d'exploitation politique...

Quant au financement: les fonds à la disposition des anti-cocos, style WACL, NED, John Birch Society, Moon, et tant d'autres, étaient pratiquement illimités, même sans les arnaques. Les sources du fric se trouvaient à un niveau bien plus élevé que vous ne pensiez.

Quant au livre 'The Terrorism Industry' : je l'ai ici, je l'ai lu. Les quelques lignes sur Calmette n'apportent rien de nouveau.
Page 131: 'TWC (Wack) hired a number of right-wing thugs including Marcel Barbier, an anti-Semite and member of fascist WNP. Barbier was involved in a killing spree in the early 1980s and was convicted in 1987 for a double homicide committed in 1981. Barbier had been the guard of a Jewish synangogue on the Rue de la Régence in Brussels on behalf of Wack. when it was bombed in 1982. In August 1983 a search of Barbier's home disclosed that he had maps of the synangogue, with details of the points of access. Wack.s local director Jean-Francis Calmette was himself a rightist and arms enthusiast who not only hired but gave instructions on methods of compbat to WNP members. In the early 80s it was reported in the press that Wack. guards were regularly luring immigrant children into basements and beating them. TWC left Belgium shortly after these disclosures'.
P227: On répète cela + Wack. contrat de surveillance CITY2 à cause des TBW (correct ça?)
Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Sam 4 Déc 2010 - 11:11

HERVE a écrit:

Voir aussi : http://www.prop1.org/legal/prisons/92wack.htm

Dans ce texte, on parle d'un certain Barbouti (Irak). Barbouti était impliqué dans les livraisons à Saddam d' armes chimiques/biologiques.
Une source rapporte que certains trafics de Barbouti étaient surveillés par l' ISA.
ISA= Intelligence Support Initiative, unitité super-ultra-secrète invisible (non-existente en fait) qui préparait ou assistait des opérations des Special Forces 'normales'. Smile Parachutage de très haute altitude, infiltration/exfiltration, intrusion/extraction of Special Forces, 'human intelligence' et 'communications intelligence'.
Pour les fanas des Special Ops.
ISA en Belgique?

http://en.wikipedia.org/wiki/Intelligence_Support_Activity
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)   Aujourd'hui à 10:37

Revenir en haut Aller en bas
 
Ciolini, Elio (Bande Haemers, Loge P2 en Italie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 32Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 18 ... 32  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ITALIE] L'héraldique ... italienne - Vocabulaire
» Jupiter a perdu sa bande équatoriale sud
» Mémoires de Napoléon Bonaparte Tome I : La campagne d'Italie
» Grammaire et bande dessinée
» La Bande-Dessinée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Autres-
Sauter vers: