les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 l'histoire de la CIA en Europe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: l'histoire de la CIA en Europe   Mar 30 Sep 2008 - 12:24

La longue histoire de la CIA en Europe
L’Union européenne semble vouloir éclaircir les agissements de la CIA en Europe suite à la campagne victorieuse du Non au référendum européen en Irlande. Mais, si aucun rapport officiel n’a encore été établi, il semble pourtant que cette implantation en vieille Europe ne date pas d’hier.

Peu de choses ont été écrites sur le réseau Stay Behind de l’Otan et pourtant beaucoup de choses ont été dites. L’historien suisse Daniele Ganser a lui largement développé la question de ces réseaux clandestins institués dans seize pays européens, des plus atlantistes aux plus neutres, après-guerre et jusqu’en 1990 au moins, date à laquelle l’existence du réseau a été reconnue publiquement par le Premier ministre italien Giulio Andreotti. Un ouvrage est paru à ce sujet en 2005 : Les Armées secrètes de l’Otan (Ed. Demi-Lune). Soulignons que cet ouvrage fait polémique compte tenu de sa portée historique et des enjeux actuels.

Les rapports parlementaires belge et italien, couplés aux témoignages des acteurs de ce programme dit de "Stratégie de la tension", laisseraient sous-entendre que l’objectif initial de défense de l’Europe de l’Ouest en cas d’invasion soviétique (sur le format de la résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale) se serait peu à peu transformé en opérations de subversions et de déstabilisations de gouvernements ou de partis politiques à l’approche d’élections. L’extrême gauche, soupçonnée par Washington d’être inféodée à Moscou, aurait été la principale (ou la seule ?) victime de ces missions.

Le recours par l’Otan à des groupuscules d’extrême droite pour exécuter des actes terroristes semble aujourd’hui avéré. Le néo-fasciste italien Vincenzo Vinciguerra déclarait notamment : "Il fallait s’en prendre aux civils, aux gens du peuple, aux femmes, aux enfants, aux innocents, aux anonymes sans lien avec un quelconque jeu politique". L’accusation serait ensuite portée sur les partis d’extrême gauche, le puissant PCI dans le cas de l’Italie. L’acceptation par le public de la mise en œuvre de plus de moyens sécuritaires s’en trouverait par ailleurs facilitée. Dans un document déclassifié, Truman déclarait en 1950 : "L’Italie est la clé de la sécurité américaine".

Opération Gladio, attentats de la gare de Bologne (85 morts), de la Piaza Fontana ou de Paetano en Italie, tueries du Brabant en Belgique et en France, renversements politiques en Grèce ou en Turquie, l’Histoire fera le tri dans les différentes allégations et sur le rôle exact de la CIA en Europe pendant près d’un demi-siècle.

Ce sujet a fait l’objet de débats dans certains pays européens. La BBC fut la première à se jeter à l’eau avec un documentaire en trois parties et diffusé en... 1992, rassemblant divers témoignages souvent très concordants. La Belgique a emboîté le pas avec un débat sur la RTBF suite à la diffusion de ce documentaire. En France, peu ou pas de questions. Rappelons que Giulio Andreotti avait nommément désigné la France comme partenaire central de l’opération. Devant les accusations, et après que le président Mitterrand a nié en bloc l’existence d’une telle organisation, Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de la Défense, avait finalement déclaré : "d’après les informations dont je dispose, elle (l’opération) n’a jamais eu d’autre fonction que de rester en sommeil et d’assurer un rôle de liaison".

On peut d’ailleurs s’interroger, à l’heure du terrorisme globalisé, si de telles structures clandestines et pilotées à distance, en cas d’existence avérée, pourraient encore exister, dans quelle optique et dans quels pays.

Le quotidien allemand Spiegel, repris par Le Nouvel Obs, rapporte que l’Union européenne a ouvert une enquête sur le financement de la campagne du Non pour le référendum en Irlande. L’association Libertas a en effet déboursé 2 millions d’euros pour faire campagne pour le Non. Declan Ganley qui la dirige est un proche du Pentagone avec qui il entretient des relations commerciales, fournissant "à l’armée américaine, notamment, des systèmes de transmission sécurisés pour les soldats combattant au front". Si l’information se vérifiait, il ne faudrait pas s’étonner de voir la CIA resurgir (si tant est qu’elle en soit vraiment partie) sur la scène européenne... Rappelons pour mémoire le sinistre épisode des prisons secrètes et des vols secrets en Europe de la CIA dont l’affaire à fait pschitt...



Source : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=45034

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1388
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: l'histoire de la CIA en Europe   Mer 21 Jan 2009 - 11:18

Dans certains ouvrages consacrés au banditisme en France vous pouvez assister au développement du Stay-Behind par recours aux gangsters, certes, mais aussi aux hommes politiques ( souvent contre valises de dollars) aux policier dévoyés (comme l'ancien de la DST, le commissaire Blémant) ou non.

Le SAC français bénéficia de pas mal de largesses de la part de la CIA qui surveillait de très près tout ce qui était "rouge" alors.

Ainsi la CIA favorisa-t-elle (si elle ne la déclencha pas; influence non prouvée) la scission CGT-FO en financant FO.
Revenir en haut Aller en bas
piotr



Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: l'histoire de la CIA en Europe   Mer 21 Jan 2009 - 13:11

On parle même de FO comme une construction artificielle née de la volonté de la CIA, en effet.
Revenir en haut Aller en bas
piotr



Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: l'histoire de la CIA en Europe   Mer 21 Jan 2009 - 13:16

Kennedy had allowed Italy to shift to the left. As the Socialists were given cabinet posts the Italian Communists, due to their performance at the polls, also demanded to be rewarded with posts in the cabinet and in May 1963 the large union of the construction workers demonstrated in Rome. The CIA was alarmed and members of the secret Gladio army disguised as police and civilians smashed the demonstration leaving more than 200 demonstrators injured. But for Italy the worst was yet to come.

In November 1963, US President Kennedy was assassinated in Dallas, Texas, under mysterious circumstances. And five months later the CIA with SIFAR, the Gladio secret army and the paramilitary police carried out a right-wing coup d'état which forced the Italian Socialists to leave their cabinet posts they had held only for such a short period.

Code-named 'Piano Solo' the coup was directed by General Giovanni De Lorenzo whom Defence Minister Giulio Andreotti of the DCI had transferred from chief of SIFAR to chief of the Italian paramilitary police, the Carabinieri. In close cooperation with CIA secret warfare expert Vernon Walters, William Harvey, chief of the CIA station in Rome, and Renzo Rocca, Director of the Gladio units within the military secret service SID, De Lorenzo escalated the secret war. Rocca first used his secret Gladio army to bomb the offices of the DCI and the offices of a few daily newspapers and thereafter blamed the terror on the left in order to discredit both the Communists and the Socialists."
Revenir en haut Aller en bas
dentifrix



Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: l'histoire de la CIA en Europe   Lun 25 Avr 2011 - 10:29

Voilà le nouveau chouchou de la CIA qui se lance vers le pouvoir en Egypte après la première pseudo-cyber-révolution orchestrée via le complexe Wikileaks-Twitter-Facebook.-Google. (Et Frank Wisner Junior). Il existe aussi un lien Ghonim-extrème droite-Muslim Brotherhood.

'Internetleider' Ghonim verlaat Google



Waël Ghonim, de marketingdirecteur van Google in het Midden-Oosten en held van de Egyptische revolutie begin dit jaar, heeft op microblogsite Twitter aangekondigd dat hij zich terugtrekt uit het bedrijf. Hij zal een eigen NGO oprichten die strijd zal voeren tegen armoede en zal zorgen voor beter onderwijs in Egypte.

Waël Ghonim (Foto AFP)





'Ik heb beslist om een langdurige sabbatperiode in te lassen bij Google en te starten met een op technologie gerichte NGO om zo mee te helpen aan het gevecht tegen armoede en te zorgen voor beter onderwijs in Egypte', schreef de internetactivist zaterdag op zijn Twitterpagina.

Ghonim kreeg bekendheid doordat hij op sociale netwerksites zoals Facebook opriep tot demonstraties tegen Mubarak. Tijdens de revolte werd hij daarvoor een aantal dagen opgesloten. Het Amerikaanse magazine Time plaatste hem vorig week nog bovenaan op haar lijst van de honderd meest invloedrijke mensen ter wereld.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'histoire de la CIA en Europe   Aujourd'hui à 13:30

Revenir en haut Aller en bas
 
l'histoire de la CIA en Europe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» exam histoire de l'europe
» Galop d'essai d'histoire (...) de l'Europe
» Cartographie : Revivez 900 ans d'histoire de l'Europe en 200 secondes.
» CRPE 2010 : programme d'histoire-géo
» Histoire et hydromel en Europe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: DIVERS :: Les inclassables-
Sauter vers: