les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Interview du frère de Juan Mendez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
michel
Admin


Nombre de messages : 7235
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Interview du frère de Juan Mendez   Lun 22 Déc 2008 - 13:08

José Mendez
Inleiding

De speurders, en ook Mendez' broer José zijn ervan overtuigd dat de FN-medewerker die ochtend een afspraak had met zijn vriend, de gewezen BOB'er Madani Bouhouche. Die moest hem nog geld voor twee pistolen, en Mendez had zijn schrijnwerker beloofd dat hij eindelijk zijn factuur voor herstellingswerken zou betalen. Hij moet er dus van overtuigd zijn geweest dat hij Bouhouche zou zien om zijn geld te krijgen, zo redeneert zijn broer. Bij een huiszoeking bij de ex-rijkswachter vonden speurders het moordwapen, en Bouhouche werd gearresteerd. Maar de moord op Mendez was niet de enige misdaad waarvan Madani Bouhouche werd beschuldigd. Hij had onder meer Sabena-veiligheidsagent Francis Zwarts omgebracht en was aan de haal gegaan met de lading die de pas vader geworden agent vervoerde. Waarde? Negentig miljoen frank. En in Antwerpen had hij de Libanese diamanthandelaar Suleiman Ahmad neergeschoten.

Acht jaar duurde het onderzoek, in 1995 veroordeelde de gewezen rijkswachter tot 20 jaar gevangenisstraf, onder meer voor de moord op Francis Zwarts, maar sprak hem vrij van de moord op Juan Mendez. Dat deed de deur dicht voor Mendez' broer José. Na het proces verkochten hij en zijn zussen het familiebedrijf Mendez Translations, één van de grootste vertaalbureaus ter wereld, en keerde de informaticus België de rug toe. Sindsdien zwerft hij rond. Er is niets meer dat hem bindt, geen vrouw, geen kind, geen land en geen huis. Het weekblad Humo vond José Mendez in 1997 op een terras met uitzicht op de Azuren-kust in de buurt van Nice, waar hij zich moed indronk met een Jambon Beurre, zoals hij een JB-whisky omschreef.

José Mendez: "Dit is mijn eerste en mijn laatste interview, mijn afscheid van België. Ik denk dat het voorbij is. Ik geloof niet in het grote complot. Wat is er niet allemaal verteld. Voor mij gaat het erom dat het systeem niet werkt en dat de mensen zich hebben laten manipuleren door figuren als Bouhouche en door de Bende van Nijvel, want dat is allemaal hetzelfde. Ik denk dus niet dat de vorige minister van Justitie, Melchior Wathelet, meer con is dan de rest, maar die man is wel verantwoordelijk voor de toestand waarin justitie zich bevindt. Net als de ministers voor hem."

Een gesprek met José Mendez

"Onze familie is in 1959 naar België gekomen. Ik was twee jaar. We waren thuis met vijf kinderen: Juan, of 'Tonio' zoals we hem noemden, was de oudste. We waren UNO-vluchtelingen. Mijn vader was advocaat, hij was uit Spanje gevlucht voor de Franco-dictatuur. Hij is hier een vertaalkantoor begonnen. Toen hij ongeveer twintig jaar geleden stierf, hebben ik en mijn zussen de zaak voortgezet."

"Ik schoot erg goed op met mijn broer. Tonio had handen van goud, mechaniek was zijn passie. Hij bouwde wagens voor de 24 Uren van Francorchamps en voor Parijs-Dakar, hij heeft ooit een Ferrari-motor gedemonteerd en in een ander model ingebouwd. Ik kom nog altijd mensen tegen die daarover vertellen. Zijn liefde voor mechaniek heeft hem bij de wapens gebracht. Hij vond de mechaniek van een vuurwapen schitterend. Thuis slingerden er geen wapens rond, maar zijn schoolkameraad van de Brussels School Alain Coesens, de zoon van de ambassadeur van België in Zwitserland, die later net als Tonio bij FN ging werken, nam hem mee naar schietclubs."

Hoe ver ging Tonio's liefde voor wapens?
"Hij verzamelde ze, net als Coesens. Het was hun beroep en hun passie. Net als arbeiders van Ferrari wel eens onderdelen buiten smokkelen om er een wagen mee te bouwen, staken mijn broer en Coesens pistolen in elkaar met stukken die ze scheef geslagen hadden. Jammer genoeg ging het om geweren en revolvers, en dat is niet zo onschadelijk als auto's. Na de moord vond politie bij Tonio een echte soep van wapens die hij onwettig in zijn bezit had. Maar dat ging zo, het diensthoofd van het magazijn verzamelde platen van Mireille Mathieu, en als Tonio bijvoorbeeld naar Chili ging bracht hij een lp van Mathieu mee en ruilde die voor een FAL-model of een GP-pistool van FN. Het was gesjacher, maar geen trafiek ... nee, het was wel trafiek. Soms ging het om wel vijftien geweerlopen. Maar met wapenhandel op grote schaal had het niets te maken. Dan zou Tonio geen problemen hebben gehad om op het eind van de maand zijn facturen te betalen. Hij was altijd blut."

Interesseerde uw broer zich voor politiek?
"Absoluut niet. In bepaalde bladen stond dat hij een extremist was, maar dat was hij niet. En hij is zeker nooit lid geweest van een politieke groepering. Zijn ideologie stond in blaadjes over mechaniek."

Kende u zijn vrienden? Kende u Madani Bouhouche?
"Tonio heeft me Bouhouche nooit voorgesteld. Hij praatte wel over zijn kameraad Dani. Maar ik kende Bouhouche niet."

Was dat normaal?
"Nee, dat is zeer bizar. Ik denk dat mijn broer niet wilde dat ik Bouhouche zou ontmoeten. Hij stelde zich vragen over hem."

Wat voor dingen vertelde Tonio over Bouhouche?
"Hij deed nogal geheimzinnig. Hij had het over zijn 'kameraad die bij de rijkswacht werkte', en ... ik weet niet meer hoe hij het formuleerde, maar het kwam erop neer dat Bouhouche alles kon fiksen, wat er ook zou gebeuren. Een proces-verbaal ... maar ook ernstige problemen. Hij gaf te verstaan dat Bouhouche macht had binnen de rijkswacht."

Sprak hij ook over andere leden van de Bende van Bouhouche? Bijvoorbeeld over de gewezen BOB'er Robert Beijer, de samen met hem veroordeeld werd?
"Ik herinner mij dat Tonio op een dag voorstelde dat Beijer een concurrent van ons vertaalkantoor zou afluisteren. We gingen er niet op in. Mijn broer zei dat die twee gewezen rijkswachters alles deden op bestelling. Ze hadden toen net het detectivekantoor ARI opgericht."

Wapencollectie weg

Wat wilde Bouhouche van uw broer? Wapens? Of knowhow van motoren en van wapens?
"Hij was voor hen een contact. Tonio bezorgde hen wel eens een GP of een FAL, maar er zijn andere en snellere manieren om daaraan te komen. Ze hadden hem niet nodig om hun trafiek op te zetten. Maar Bouhouche en Beijer hadden geen internationale contacten. Ze controleerden hun kleine koninkrijk België, de rijkswacht, het milieu. Dat kenden ze uit hun BOB-jaren. Ze hebben wapens verkocht aan Patrick Haemers, en aan gangsters uit het Italiaanse en Albanese milieu in Brussel."

Uw broer wantrouwde Bouhouche al van in het begin?
"Ja, en dat werd alleen maar erger toen er op 15 mei 1985 bij Tonio thuis in Overijse ingebroken werd en zijn wapencollectie werd gestolen. Mijn broer was radeloos want hij was niet alleen zijn collectie kwijt, hij was ook onderverzekerd. Er waren echt exclusieve stukken bij. Binnen de week had hij door dat Bouhouche de dader was. Het moest om iemand gaan die zijn huis en zijn wapencollectie kende, en die wist dat Tonio van plan was ze twee dagen later te laten beveiligen met een gepantserde deur. Hij wist ook wanneer hij naar zijn werk moest, en ook dat mijn schoonzus op bepaalde tijdstippen boodschappen deed. Zijn vermoedens werden bevestigd toen hij kort nadien bij Bouhouche thuis op bezoek ging. Tonio kon toen stiekem het wapenregister van Bouhouche inkijken, die zich inmiddels gerecycleerd had tot wapenhandelaar. Zijn zogenaamde vriend had er een partij exclusieve munitie in genoteerd, toevallig juist dezelfde hoeveelheid als bij mijn broer verdwenen was."

Waarom wilde Bouhouche die wapens hebben?
"Om het Heckler & Koch-machinepistool terug in handen te krijgen of enkel om het geld? Ik weet het niet. DIe HK was rond 3 januari 1982 gestolen uit de rijkswachtkazerne van het Speciaal Interventie Eskadron van de rijkswacht. Dat wapen was dus een aanwijzing dat Bouhouche ook met die diefstal te maken had."

Heeft uw broer u verteld dat hij Bouhouche verdacht van de diefstal van zijn wapens?
"Nee. Dat heb ik pas na de moord vernomen. Mij zei Tonio alleen dat hij een spoor had. Hij heeft het er tegenover andere mensen wel over gehad, ook tegenover een politieman, een vriend van Tonio van de gerechtelijke brigade van Ukkel."

Waarom heeft uw broer het dan niet aangegeven bij de politie?
"Daar heeft hij ongelijk in gehad. Ik denk dat hij een deal heeft willen sluiten met Bouhouche en met hem onderhandeld heeft. Iets in de aard van: 'Of je bezorgt me mijn wapens terug, of ik geef je aan voor de diefstal van de SIE-wapens, of voor de Bende van Nijvel.' Iets in die aard. En Bouhouche had geen keus. Tonio begon immers dingen te vermoeden in verband met de Bende van Nijvel. Dat zei hij me, maar ik nam het niet serieus."

Uw broer was bang dat een paar van zijn wapens die gestolen waren, gebruikt werden door de Bende van Nijvel? Denkt u dat hij bewijzen had tegen Bouhouche?
"Ik denk van wel. Ik heb er met politiemensen over gediscussieerd. Heeft de Bende van Nijvel ja dan nee een HK gebruikt? Volgens hen niet, volgens hen was het een Kalashnikov geweest. Maar als je iets van wapens af weet, kun je je niet vergissen. De HK is high tech, van plastic en met geluidsdemper, de Kalashnikov is een houten bazaar. Op de robotfoto's van Aalst heb ik een HK gezien. Dus ga ik ervan uit dat mijn broer zeker was dat de Bende dat wapen gebruikte. Het is daarom dat hij na de slachting in Aalst het politiecommissariaat van Overijse is binnengestapt om te horen of zijn wapens daar wel degelijk gebruikt waren."

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7235
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Lun 22 Déc 2008 - 13:09

Het spoor naar de Bende

Voor ons staat het vast dat Bouhouche een bende had georganiseerd ...
"Verschillende bendes zelfs, want Bouhouche was een man met een ladenkast. Hij trok nu eens de ene lade open en dan weer de andere, en ik denk niet dat de ene wist wat er in de andere zat."

Stond er iemand boven Bouhouche?
"Ik denk het niet."

Denkt u dat hij een soort misdaad-interimkantoor had, waarvan hij zelf de baas was?
"Nee, het is veel eenvoudiger. Uit de periode dat hij rijkswachter was, had hij relaties zowel met gangsters als met politiemensen. En die heeft hij links en rechts gebruikt, en samengebracht als dat in zijn kraam paste."

En uw broer wist dat?
"Ja."

Hij wist alleen van de Bende van Nijvel af, maar ook van de diefstal van de wapens van het SIE...
"Natuurlijk, hij had één van de gestolen rijkswachtwapens bij hem thuis."

... en van de aanslag op rijkswachtkolonel Herman Vernaillen?
"Ik denk van wel. Hij heeft het over een aanslag gehad, maar niet gedetailleerd."

Hoe legt u uit dat uw broer toch meer dan tien jaar met Bouhouche bleef optrekken?
"Goeie vraag. Waarom ging hij überhaupt om met een gast die hij niet aan mij durfde voor te stellen?"

Denkt u dat uw broer zelf bij die organisatie betrokken was geraakt?
(schudt het hoofd)

Hij heeft nochtans onder een valse naam een loods gehuurd in de Washuisstraat in Brussel, en volgens Christian Amory, eveneens een gewezen rijkswachter en vriend van Bouhouche, die samen met hem terechtstond maar werd vrijgesproken, wilde Bouhouche dat gebouw gebruiken voor zijn plannen om warenhuizen af te persen.
"Ik zie Tonio geen warenhuizen afpersen."

Misschien heeft uw broer zich beetje bij beetje gerealiseerd bij wat voor zaken hij door Bouhouche betrokken was geraakt, maar zag hij geen uitweg?
"Welja, hij was geen medeplichtige maar hij zat wel in de val. Niet alleen omdat hij die loods in de Washuisstraat gehuurd had ... Er moeten heel veel andere dingen geweest zijn waardoor Bouhouche hem in zijn macht had. Kleine trafieken zoals ze er gedaan hebben, de wapens van het SIE, waarvan er één - het wapen dat bij de rijkswacht gestolen was - bij mijn broer gevonden werd."

Begon uw broer te panikeren?
"Bij momenten. Op het ogenblik van de aanslag op de Delhaize in Aalst in november 1985 zat Tonio voor FN in Panama. Toen hij ervan hoorde was hij zo in paniek dat zijn collega hem naar een arts bracht, die hem kalmeermiddelen voorschreef."

Toch heeft hij eind 1985 nog wapens verkocht aan Bouhouche en zijn ze nog samen met de kruisboogschutters van Overijse op jacht geweest in Compiëgnes.
"Misschien kreeg Tonio geen andere keus, omdat ze hem in hun greep hadden. Of misschien wilde hij niet 'nee' zeggen om het contact niet te verbreken en de mogelijkheid te behouden om zijn eigen wapens terug in handen te krijgen. In elk geval heeft hij zijn collectie nooit teruggezien, hij werd vermoord. Voor mij staat het vast dat een onderzoek naar de wapendiefstal bij mijn broer naar de Bende van Nijvel zou leiden. Daar zit het motief voor de moord. Maar de speurders zijn er nooit op doorgegaan."

Complot der domheid

Maar de politie denkt volgens u dat de Bende een Kalashnikov gebruikt heeft, dus een wapen dat niet van uw broer kwam.
"Het is een complot der domheid. Bouhouche wist hoe het systeem werkte en daar speelde hij mee. Toen ze bij hem het moordwapen in beslag namen, hadden ze eerst niet gemerkt dat er aan de loop geprutst was. Bouhouche zei: 'Als dit het moordwapen is, zou ik het toch nooit in huis bewaard hebben.' De speurders vonden dat heel logisch. Maar Bouhouche had het wapen meteen na de moord bewerkt. Hij ging ervan uit dat niemand ooit zou merken dat hij aan het pistool geknoeid had, omdat hij het wetenschappelijke peil van de Belgische politiediensten kende! Het is pas toen het wapen naar een Frans instituut met wereldfaam gestuurd werd, dat de experts daar twee dingen ontdekten: het was het moordwapen en er was aan geknoeid."

Zo heeft Bouhouche iedereen voortdurend in de luren gelegd. Hij heeft sporen gedicteerd. En zijn vriendjes in de rijkswacht maar noteren. In het begin krijg je in het onderzoek naar de moord op Tonio een serie pistes die op een wonderbaarlijke manier uit het niets te voorschijn komen: Douglas Stowell, een Paraguayaanse wapentrafiek, een Algerijnse connectie, Mendes-Franco, een vergadering in een taverne, ... allemaal sporen die een ongelofelijke merde hebben veroorzaakt, en die de speurders in alle richtingen hebben doen wegstuiven. Douglas Stowell bijvoorbeeld werkt voor de CIA, hij is een wapentrafikant die een munitiefabriek heeft in Honduras, hij is abbé Pierre niet hé. Maar Stowell had geen enkel motief om Tonio omver te schieten. Bouhouche wel.

"Mij is opgevallen dat je in het dossier van de Bende dezelfde manipulatie vindt. Iemand heeft pistes naar voren geschoven, zodat het onderzoek allesbehalve in de juiste richting werd gevoerd. De piste van de Chinese onderwereld bijvoorbeeld. Toen ik pv's daarover las, voelde ik zo dat Bouhouche of zijn vriend Beijer die opgesteld hadden. Beijer was gespecialiseerd in dat milieu toen hij samen met Bouhouche bij de BOB van Brussel werkte. Iemand binnen de rijkswacht moet de bewijsstukken zo door elkaar gegooid hebben dat niemand nog wijs raakte uit het dossier. En zo is het ook gegaan, niemand raakt er nog wijs uit."

Is Michel Cocu, één van de 'Borains', de overvallers uit de Borinage, misschien de grote verdachte in het Bendedossier geworden omdat hij het ongeluk had dat Christian Amory de Borains kende?
"Dat is heel goed mogelijk. Want met zijn psychologisch profiel zie ik Cocu echt niet bezig in de Delhaize van Aalst. Ik heb een zus die arts is, ze werkt in een ziekenhuis, en Cocu werd daar verzorgd. Hij viel bijna flauw toen hij hoorde dat Tonio haar broer was. Hij dacht dat ze hem een dodelijk spuitje zou geven. Om maar te zeggen dat hij de Schrik van België niet is. Je ziet rond die Borains dezelfde manipulatie als rond mijn broer. En als je alles op een rij zet, vind je achter de Bende van Nijvel iemand met hetzelfde psychologische profiel als achter de moord op mijn broer."

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7235
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Lun 22 Déc 2008 - 13:10

Een bende zotten

Onderzoeksrechter Luc Hennart, die in Nijvel de leiding had over het dossier-Bouhouche, heeft voor de Bendecommissie-bis uitvoerig betoogd dat hij geen enkele band zag tussen de moord op uw broer en de Bende van Nijvel. U zegt net het tegenovergestelde. De Bende is juist het motief voor de moord op uw broer. Hebt u daar met hem een discussie over gehad?
"Hij verstopte zich achter het geheim van het onderzoek om te camoufleren dat hij zijn werk niet aankon. Hij wilde er niet eens over praten. De Bende, dat was een dossier waar hij geen zaken mee had. Mijn visie daarop interesseerde hem totaal niet. Ik was geshockeerd. Het was hem allemaal te ingewikkeld. Hij heeft zijn dossier afgesloten, en hij had ongelijk. Luc Hennart heeft het onderzoek naar de Bende van Nijvel geruïneerd. Geruïeerd. Hij is de grote verantwoordelijke voor het mislukken van het onderzoek. Hij heeft niets gedaan, niets. Hij is op zijn dossier gaan zitten en heeft gedecreteerd dat niemand anders er zaken mee had. Hij had moeten samenwerken met onderzoeksrechter Freddy Troch van Dendermonde en Jean-Claude Lacroix van Charleroi. Ik heb geen van de twee ooit ontmoet, maar zij hebben wel dingen ontdekt."

Hebt u zelf onderzoek gedaan naar de moord op uw broer?
"Natuurlijk heb ik dat gedaan. Vooral toen ik te maken kreeg met compleet achterlijke politiemannen en onderzoeksrechters. Je houdt het niet voor mogelijk. Ik ben op een bende zotten gebotst. Procureur des Konings van Nijvel Jean Deprêtre? Tureluut! Ik heb hem een aantal keren ontmoet, hij praat niet, hij galmt alsof hij op de speelplaats een bende scholieren toespreekt. Hij luistert niet, hij geeft je de kans niet om er één woord tussen te krijgen. Onderzoeksrechter Jean-Marie Schlicker van Nijvel, de voorganger van Hennart? Depressief en aan de drank. En de eerste rijkswachter die mij verhoorde, zei: 'Bouhouche is zeker de moordenaar niet, want hij is een vriend van uw broer.' Is er nog iemand normaal in dat apparaat? En de anderen zitten je aan te gapen alsof ze niet verstaan wat je zegt, of zich niet interesseren voor het dossier."

En de topspeurder van de rijkswacht, de overleden Brusselse BOB'er Guy Goffinon?
"Dat was de man van de grote theorieën, de complotten. Met hem heb ik een aantal keren gediscussieerd. Het paste in zijn kraam om de staatsveiligheid bij het dossier te betrekken en ook de affaire-Pinon. Het spoor-Pinon heeft de helft van de rijkswacht van België minstens vijftien jaar beziggehouden! Goffinon volgde allemaal pistes die niets te maken hadden met het dossier-Bouhouche. Zo kan ik nog een tijd doorgaan. Ik had het volste vertrouwen in rijkswachtkapitein Rousseau, de chef van het onderzoeksteam in Nijvel, maar na een jaar of twee speurwerk werd hij gearresteerd wegens poging tot chantage van een zakenman. Ik vrees dus dat ze een personeelsprobleem hebben bij de rijkswacht. Ik heb daar niemand leren kennen die normaal is. Het was gewoon Fellini."

"Ik herinner me de dag dat Bouhouche gearresteerd werd. Hij werd op secreet gesteld in de rijkswachtschool. Onderzoeksrechter Schlicker heeft zich toen laten ontvallen dat de helft van de rijkswacht Bouhouche goeiendag was gaan zeggen. Het was een permanente processie van rijkswachters die niets met het dossier te maken hadden, en Bouhouche stond op secreet. Zelfs bij de rijkswachters die met het onderzoek belast waren, waren er die hun ex-collega heel goed kenden. Bouhouche wist het hele onderzoek lang alles wat er gebeurde."

Hebt u echt niemand ontmoet die de waarheid wilde kennen?
"Mijn indruk is dat Jean-Pierre Doraene van de gerechtelijke politie van Nijvel uitstekend zijn werk deed. Hij is intelligent en kent zijn vak. Hij was, samen met BOB'er Theo Vandyck, zowat de enige. En die mensen die gemotiveerd waren, raakten gedegouteerd. Als ze 's nachts iemand moesten schaduwen, kregen ze 23 frank supplement voor overuren. Als ze een wagen nodig hadden, was er geen. Als ze moesten tanken, had niemand cash. Een tekstverwerker hadden ze niet, en het ging om een dossier van tienduizenden bladzijden. Dat is de politie."

Bouhouche, de beul

Heeft uw eigen onderzoek u wijzer gemaakt?
"Ik heb iemand die Philippe De Staerke kende naar hem gestuurd, in de gevangenis, om te weten te komen van wie de koffer met wapens afkomstig was die De Staerke aan een medeplichtige had bezorgd. Die wapens waren vermoedelijk gebruikt bij de aanslagen van de Bende van Nijvel. De Staerke heeft het nooit toegegeven aan de speurders, maar aan een 'spion' van mij heeft hij verteld dat Bouhouche ze geleverd had. Daarin ben ik formeel. Ik heb dit eind vorig jaar verteld aan de Bendespeurders in Jumet, die me toen ondervroegen. Ze wilden weten wie ik naar De Staerke gestuurd had. Anders konden ze niets doen. Maar er was geen sprake van dat ik dat zou zeggen. Veel zin heeft mijn onderzoek dus niet gehad. Op een bepaald moment was ik er voltijds mee bezig. Ik heb in alle richtingen gezocht. Ik heb mensen naar Jean Bultot in Paraguay gestuurd, om hem uit te horen. Die man vertelt om het even wat. Het is een snul, van wie Bouhouche zich bediend heeft. Maar die snul is wel adjunct-directeur van een Belgische gevangenis geweest.

Wat heeft u overtuigd van de schuld van Bouhouche?
"Zijn psychologisch profiel, meer dan al de rest. Als mijn broer was blijven leven, zou Bouhouche vermoedelijk ook in de gevangenis zitten, maar dan voor de Bende van Nijvel."

Wat zou Bouhouche te winnen hebben gehad bij de moorden van de Bende van Nijvel?
"Hij is sociaal ziek. Hij is er beetje bij beetje toe gebracht door de kleine irritaties die hij bij de rijkswacht heeft opgelopen, en hij heeft wraak willen nemen op de maatschappij. Ik heb de psychologische verslagen gelezen die over hem gemaakt werden en ik heb gediscussieerd met de leiding van de gevangenis van Vorst. Het doet Bouhouche minder om een mens te vermoorden dan om een kat omver te rijden. Het is een man van wie je rillingen krijgt. De directeur van de gevangenis heeft in zijn leven nogal wat zien passeren, maar over Bouhouche zegt hij: 'Zoiets heb ik nooit meegemaakt.' Bouhouche is een seriemoordenaar.

Maar waarom juist die aanslag op de Delhaize van Aalst? Wat zat er voor hem in?
"Na de moord op mijn broer ben ik naar Arizona getrokken, en daar heb ik een cursus gevolgd bij de wereldkampioen practical shooting, Carol Lewis. Bouhouche komt uit dat milieu, en ik wilde in de huid kruipen van het slag mensen dat ik verdenk van de moord op mijn broer. Je gelooft je ogen niet. Dat loopt daar rond met een pistool aan de riem, met speciale holsters, speciale kolven. Ik heb daar kogels leren maken waarmee mijn broer werd vermoord: eerst boor je een gaatje in die hollow point-kogels, dan spuit je er kwik in, dat alles doet ontploffen wat je raakt, en dan lak je het gat weer dicht."

"Op een bepaald moment beginnen die practical shooters zich te vervelen en zoeken ze iets spannenders. Bijvoorbeeld trokken ze op een koopavond naar een warenhuis om er mensen neer te schieten. In de Verenigde Staten gebeurd dat courant. Vorige maand zag ik het nog rechtstreeks op CNN. Waarom doen ze dat? Om te destabiliseren? Met het oog op afpersing? Het doet er niet toe, als ze maar een excuus hebben om te kunnen doden, want daar draait het om."

Vanden Boeynants

Als uw broer over de overval in Aalst sprak, had hij het dan over het motief? Zag hij er, zoals u, de hand in van een seriemoordenaar?
"... Nee ... Ja ... Dit is delicaat, want hij had het over een complot met Vanden Boeynants etcetera. Maar ik denk dat dat hem ingefluisterd was door Bouhouche."

Maar ... heeft uw broer beweerd dat Bouhouche ...
"Mijn broer zei: 'Vanden Boeynants zit daarachter'."

Maar waarom dan? Wat had Vanden Boeynants erbij te winnen volgens uw broer?
"Ik heb daar met hem geen dertig gesprekken over gehad, hé. Maar dat Vanden Boeynants ermee te maken zou hebben zei Tonio al voor Aalst, al na de wapendiefstal bij hem thuis."

Heeft uw broer Vanden Boeynants ooit ontmoet?
"Nee. Maar nogmaals, voor mij is Vanden Boeynants er bij de haren bijgesleurd door Bouhouche. De speurders van Nijvel, met wie ik het erover gehad heb, hebben er ook niet zwaar aan getild. Vanden Boeynants was iemand die voortdurend door het hoofd van Bouhouche spookte. Bouhouche heeft toch toegegeven dat hij en Beijer hem gecontacteerd hebben om stukken uit zijn dossier te laten verdwijnen?"

Bouhouche stond hoe dan ook niet alleen, hij heeft heel wat andere mensen gebruikt. Waar was het die andere dan om te doen, in uw visie?
"Ja, de De Staerkes en co. Misschien leverde hij hen wapens of diensten? Ook zij zijn gangsters voor wie een mensenleven nog minder waard is dan dat van een beest. Er zijn ook figuren die nooit last hebben gekregen, zoals Jean-François Ferrari-Calmette. Hij kende Bouhouche uit het schuttersmilieu, dat heeft hij me zelf gezegd."

Bouhouche heeft al penitentiair verlof gehad. U blijft zeggen dat hij uw broer vermoord heeft, terwijl hij daarvan vrijgesproken is. U beschrijft hem als een seriemoordenaar. Bent u niet bang van hem?
"Nee. Niet dat ik speciaal veel moed heb, maar hij maakt me niet bang. Maar het zal niet lang duren voor hij weer iemand vermoordt. Tijdens het onderzoek naar de moord op Tonio zat hij in voorlopige hechtenis, hij werd vrijgelaten en schoot Suleiman dood. Hij is een moordenaar? Ik ken het personage. Hij gaat een heel groot plan uitvoeren, stijl Aalst. Ik voel het in mijn botten."

Zag u al tijdens het proces dat het een verloren zaak was?
"Al voor het proces. Iedereen wist het, ook Doraene. Voor het proces."

Hebt u het proces gevolgd?
"Ik ben er niet elke dag naartoe gegaan. Dat viel me te zwaar. Kijk, als ik zeg: hier is vijf miljoen voor wie we me de kop van Bouhouche brengt, dan heb ik zijn kop. Hij is slim, maar er zijn altijd mensen die slimmer zijn dan hij. Ik ken vrienden van mijn broer in Colombië die geen engeltjes zijn, en als ze vijftig man nodig hebben, dan ze sturen ze vijftig man. Maar dat doe ik niet, want we leven niet in een thriller. Ik neem het recht niet in eigen handen. Wat het wel ondraaglijk maakt is dat justitie een farce is, een poppenkast, waarbij alles vooraf geregeld is tussen advocaten en rechters, zoals dat in België altijd het geval is."

Bouhouche werd vrijgesproken door een assisenjury, niet door rechters.
"Maar de juryleden worden gestuurd door magistraten. Ik heb zelf getuigd voor het Hof van Assisen. Ik heb daar absoluut niet kunnen vertellen wat ik kwijt wilde. Zij stellen de vragen. De advocaat-generaal bracht Bouhouche voor het Hof van Assisen als moordenaar van broer, en Bouhouche werd vrijgesproken. Wilde de advocaat-generaal niet of kon hij niet beter? In elk geval heeft hij gefaald. Madani Bouhouche heeft vijfendertig moorden op zijn geweten: op mijn broer, Francis Zwarts, de slachtoffers van de Bende van Nijvel, de Libanees ... Wie nog allemaal?"

"Zieverderaas"

Bouhouche is vrijgesproken, u mag niet eens zeggen wat u nu zegt. De jury had redenen om te twijfelen aan de schuld van Bouhouche.
Twee: Bouhouche heeft de moord niet bekend, en hij werd niet op heterdaad betrapt. Maar ik blijf erbij, de bewijslast was verpletterend. Mijn broer is vermoord met het wapen van Bouhouche, en dat wapen werd bij hem thuis in beslag genomen. Als Bouhouche desondanks vrijuit gaat, is dat doorgestoken kaart. Anders is het niet mogelijk. Dat gaat tegen elke logica in. Toen het proces voorbij was, zag ik het absoluut niet meer zitten. Ik heb me slecht gevoeld, want ik had een heel goede band met mijn broer. Ik heb een boot gekocht en ik ben gaan varen in de Caraïben. Twee jaar lang ben ik niet van mijn boot gekomen.

Is het mogelijk dat men niet wilde dat Bouhouche veroordeeld werd voor de moord op uw broer, omdat men de link niet wilde leggen met de Bende van Nijvel? Omdat Bouhouche misschien dingen op bestelling heeft gedaan?
Dat geloof ik niet. Als het parlement het dossier-Mendez zou onderzoeken zoals het nu de affaires Dutroux en Derochette doorlicht, zou er nog veel meer rottigheid bovenkomen dan in die crapuleuze zaken. Veel meer, zonder dat er een complot achter gezocht moet worden. Het enige complot dat ik zie, is dat van de domheid. Wat politici interesseert is dat hun foto in de media komt. De media zijn gek op de Roze Balletten, en dus heeft de Bendecommissie het over de affaire-Pinon. Het is Bouhouche die ze op het spoor van het dossier-Pinon heeft gezet."

"Terwijl het dossier in werkelijkheid draait om een seriemoordenaar, naar wie een wetenschappelijk onderzoek had moeten worden gevoerd. Met deskundig uitgevoerde genetische en ballistische onderzoeken. De spil van het ballistisch onderzoek, de overleden wapenexpert Claude Dery, is iemand die expertises in zijn badkamer deed. En dat in een dossier waarin tientallen slachtoffers zijn gevallen. Dat is toch aberrant?""

De Bendecommissie-bis heeft toch uitgezocht waarom het onderzoek naar de grote dossiers van de jaren '80 mislukt is?
"De Bendecommissie heeft mij zelfs niet opgeroepen. Volgens mij moet een onderzoekscommissie bijvoorbeeld een speurder de vraag stellen, dit is uw proces-verbaal. Wat had u te zoeken in het Chinese milieu? Waarom hebt u zich daarmee beziggehouden? Dat lijkt futiel, maar het is het niet. Want als de speurders al die jaren hardnekkig in de richting van Chinese of roze of andere complotten had gezocht, zou het dossier misschien maar vijfduizend bladzijden hebben geteld, en was de zaak opgehelderd, zonder al die zieverderaas."

U vindt het een simpel dossier?
"Absoluut. Negentig procent van wat erin staat is bullshit. Doelbewust!"

Voor de meeste speurders is Bouhouche na al die tijd toch wel het belangrijkste spoor in het onderzoek naar de Bende van Nijvel.
"Ik ben pessimistisch. Dat dossier gaat nu al vijftien jaar mee. Ikzelf ben dit jaar langdurig verhoord door de Bende-onderzoekers in Jumet, en daar ben ik op een heel vriendelijke rijkswachtofficier gevallen die me zei dat ze hun laatste kruit aan het verschieten waren. Ze stelden dezelfde vragen als tien jaar geleden. Als de zaak binnen het jaar niet rond is, is het ermee afgelopen, zei die man. Ik verwacht dus niets meer van het gerecht. Ik denk dat ze onbekwaam zijn, onbekwaam. In het dossier van mijn broer hadden ze alles: het moordwapen, het motief. Alles, en toch werd Bouhouche vrijgesproken. Het was haast een raison d'état om Bouhouche vrij te spreken."

"Het is erg dat de mensen zo blind zijn. Iedereen stelt zich tevreden met de uitleg die rammelt. De mensen willen horen dat het een groot complot was, ze willen de kop van de chef van Staatsveiligheid. Wel, dat is fout. Maar het past goed in het kraam van veel mensen. Van de rijkswacht bijvoorbeeld, die bende zieverreirs. De rijkswacht is een mafieuze bende. Als België een rechtsstaat zou zijn, zou ik de rijkswacht voor het gerecht dagen wegens bendevorming. Maar België is België. Hier heeft een substituut het recht om te zeggen: 'Dat interesseert met niet, klak boem en weg ermee.' Wat zou ik me dan de moeite getroosten?"


Source : http://www.bendevannijvel.com/daders/interviews_bouhouche.html

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
lagloupette02

avatar

Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 08/10/2007

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Lun 22 Déc 2008 - 16:18

Les enquêteurs et le frère de Mendez, José, sont convaincus que le collaborateur de la FN avait ce matin-là un rendez-vous avec son ami Bouhouche, l’ancien agent de la BSR. Celui-ci lui devait encore de l’argent pour deux révolvers, et Mendez avait promis à son menuisier qu’il paierait enfin ses travaux de réparation. Son frère pense qu’il devait donc être persuadé qu’il verrait Bouhouche pour récupérer son argent. Lors d’une perquisition chez l’ex-gendarme, l’arme du crime a été retrouvée et Bouhouche a été arrêté. Mais l'assassinat de Mendez ne constituait pas le seul crime qu'on lui imputait. Il avait entre autres assassiné Francis Zwarts, agent de sécurité de la SABENA, et pris la fuite avec le chargement qu'il transportait. Valeur ? 90 millions de francs. Et à Anvers il avait abattu le diamantaire Suleiman Ahmad.

L’enquête a duré huit ans. En 1995, l’ancien gendarme fut condamné à 20 ans de prison pour le meurtre de Francis Zwarts, mais fut acquitté du meurtre de Mendez. Ce qui ferma la porte pour le frère de Mendez, José. Après le procès, ses sœurs et lui vendirent l’entreprises Mendez Translations, l’un des plus grands bureaux de traduction au monde, et l’informaticien quitta la Belgique. Depuis lors, il erre. Plus rien ne le retient : ni femme, ni enfants, pas de pays ni de maison. L’hebdomadaire Humo l’a retrouvé en 1997 sur une terrasse avec vue sur mer dans les environs de Nice, où il puisait du courage en buvant un jambon-beurre, comme il appelait le whisky J&B.

José Mendez : Ceci est ma seule et unique interview, mon adieu à la Belgique. Je considère que c’en est fini. Je ne crois pas au grand complot. Que n’a-t-on pas raconté. A mon avis le système ne marche pas et les gens se sont laissé manipuler par des personnages comme Bouhouche et les tueurs du Brabant wallon, c'est le même tabac.. Je ne pense donc pas que Melchior Wathelet, le ministre de la justice de l’époque, est plus con que les autres, mais il est responsable de l’état dans lequel la justice se trouve. Tout comme les ministres qui l’ont précédé.

Une conversation avec José Mendez

"Notre famille est arrivée en Belgique en 1959. J'avais deux ans. Nous étions cinq enfants : Juan, ou "Tonio" comme nous l'appelions, était l'aîné. Nous étions des réfugiés ONU. Mon père était avocat, il avait fui la dictature franquiste. Il a démarré un bureau de traduction. Jusqu'à son décès il y a une vingtaine d'années, mes sœurs et moi avons poursuivi cette activité."

"Je m'entendais bien avec mon frère. Il avait de l'or dans les mains, était passionné de mécanique. Il construisait des voitures pour les 24 heures de Francorchamps et pour le Paris-Dakar. Il a un jour démonté le moteur d'une Ferrari qu'il a remonté dans une autre voiture. Je rencontre encore toujours des personnes qui évoquent cette histoire. Son amour de la mécanique l'a conduit vers les armes. Il trouvait la mécanique des armes magnifique. Il n'y avait pas d'armes à la maison, mais un ami de la Brussels School, Alain Coesens, le fils de l'ambassadeur de Belgique en Suisse, qui travaillerait plus tard lui aussi à la FN, emmenait mon frère dans des clubs de tir."

Jusqu'où allait l'amour de Tonio pour les armes ?
"Il les collectionnait, tout comme Coesens. C'était leur métier et leur passion. Tout comme des travailleurs de Ferrari chipent de temps à autre des pièces pour construire une voiture, mon frère et Coesens fabriquaient des révolvers avec des pièces qu'ils "récupéraient". Malheureusement, il s'agissait de fusils et de révolvers, ce qui est moins inoffensif que des voitures. Après le meurtre, la police a trouvé chez Tonio un véritable arsenal d'armes dont il disposait illégalement. Mais voilà, le chef magasinier de Tonio collectionnait les disques de Mireille Matthieu, et quand Tonio se rendait au Chili par exemple, il ramenait un disque de Mireille Matthieu et l'échangeait contre un FAL ou un GP de la FN. Il s'agissait de petit trafic, pas vraiment du trafic…en fait si, il s'agissait de trafic. Il s'agissait parfois de 15 canons de fusils. Mais cela n'avait rien à voir avec du commerce d'armes à grande échelle. Dans ce cas, Tonio n'aurait jamais eu de problème pour payer ses factures en fin de mois. Il était toujours fauché."

Votre frère s'intéressait-il à la politique ?
"Pas du tout. Certains journaux ont dit qu'il était extrémiste, c'est faux. Et il n'a certainement jamais été membre d'un parti politique. Son idéologie était fondée sur la mécanique."

Connaissiez-vous ses amis ? Avez-vous connu Madani Bouhouche ?
"Tonio ne m'a jamais présenté Bouhouche. Il parlait de son camarade Dani. Mais je en connaissais pas Bouhouche."

Était-ce normal ?
"Non, c'est très bizarre. Je pense que mon frère ne souhaitait pas que je rencontre Bouhouche. Il se posait des questions à son sujet."

Que racontait Tonio à propos de Bouhouche ?
"Il était assez secret. Il parlait de "son copain qui travaillait à la gendarmerie" et… je ne sais plus comment il le disait, mais cela revenait à dire que Bouhouche pouvait tout arranger, quoi qu'il arrive. Un procès verbal… mais aussi des problèmes plus importants. Il donnait à entendre que Bouhouche était puissant au sein de la gendarmerie."

Parlait-il aussi d'autres membres de la bande de Bouhouche ? Par exemple, de l'ancien membre de la BSR Robert Beijer, qui a été condamné en même temps que lui ?
"Je me souviens qu'un jour Tonio a proposé de mettre sur écoute un concurrent de notre bureau de traduction. Nous ne l'avons pas suivi. Mon frère disait que ces deux gendarmes faisaient tout sur commande. Ils venaient d'ouvrir le bureau de détectives ARI."

Disparition de la collection d'armes

Que voulait Bouhouche de votre frère ? Des armes ? Ou bien son know how des moteurs et des armes ?
"Pour eux il constituait un contact. Tonio lui fournissait à l'occasion un GP ou un FAL, mais il y a des façons plus rapides d'en obtenir. Ils n'avaient pas besoin de lui pour leur trafic. Mais Bouhouche et Beijer n'avaient pas de contacts internationaux. Ils contrôlaient leur petit royaume de Belgique, la gendarmerie, le milieu. Ils connaissaient tout cela depuis leurs années à la BSR. Ils ont vendu des armes à Patrick Haemers, ainsi qu'à des gangsters du milieu italien et albanais à Bruxelles."

Votre frère se méfiait-il de Bouhouche dès le début ?
"Oui, et cela s'est aggravé après le cambriolage qui a eu lieu chez Tonio à Overijse le 15 mai 1985 et au cours duquel sa collection d'armes a disparu. Mon frère était désespéré parce que non seulement il avait perdu sa collection, mais en outre elle n'était pas assurée. Des pièces vraiment uniques ont été dérobées. Il ne lui a pas fallu une semaine pour qu'il comprenne que l'auteur était Bouhouche. Il devait s'agir de quelqu'un qui connaissait sa maison et sa collection d'armes, et qui savait que Tonio avait décidé de la faire protéger par une porte blindée deux jours plus tard. Il savait aussi à quel moment il se rendait à son travail, et que ma belle-sœur faisait ses courses à des moments précis. Ses soupçons se sont vus confirmés lorsque, peu après, il a rendu visite à Bouhouche. Tonio a eu l'occasion de regarder de près le registre des armes de Bouhouche, qui s'était entre temps converti en marchand d'armes. Son soi-disant ami y avait mentionné une série de munitions exceptionnelles, comme par hasard en même quantité que ce qui avait disparu de chez mon frère."

Pourquoi Bouhouche voulait-il ces armes ?
"Pour récupérer un pistolet Heckler & Koch ou simplement pour de l'argent ? Je l'ignore. Ce HK avait été volé aux alentours du 3 janvier 1982 à la caserne de gendarmerie de l'ESI. Cette arme était donc un indice d'un lien entre ce vol et Bouhouche."

Votre frère vous-a-t-il fait part de ses soupçons sur Bouhouche quant au vol d'armes chez lui ?
"Non. Je l'ai appris après le meurtre. Tonio me disait seulement qu'il avait une piste. Il en a parlé à d'autres personnes, même à un policier, un de ses amis à la brigade d'Uccle."

Pourquoi votre frère n'a-t-il pas déposé une plainte auprès de la police ?
"C'est un erreur qu'il a commise. Je pense qu'il a voulu conclure un deal avec Bouhouche et qu'il a négocié avec lui. Dans le genre "Soit tu me rends mes armes, soit je te dénonce pour le vol d'armes à l'ESI, ou pour les tueries du Brabant wallon." Bouhouche n'avait pas le choix. Tonio a en effet commencé à avoir des doutes à propos des tueurs du Brabant wallon. C'est ce qu'il me disait, mais je ne le prenais pas au sérieux."

Votre frère craignait que certaines armes qui lui avaient été volées servent aux tueurs du Brabant wallon ? Pensez-vous qu'il avait des preuves contre Bouhouche ?
"Je pense que oui. J'en ai parlé avec des policiers. Les tueurs du Brabant wallon ont-ils oui ou non utilisé un HK ? D'après eux non, il se serait agi d'une Kalachnikov. Mais si on s'y connaît un peu en armes, on ne peut pas se tromper. Le HK est high tech, en plastique et muni de silencieux, la Kalachnikov est un bazar en bois. Sur les portraits robot d'Alost j'ai vu un HK. J'en conclus donc que mon frère était sûr que les tueurs du Brabant wallon utilisaient cette arme. C'est pour cela qu'après le massacre d'Alost il s'est rendu au commissariat d'Overijse pour savoir si ses armes y avaient bien été utilisées."
Revenir en haut Aller en bas
lagloupette02

avatar

Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 08/10/2007

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Lun 22 Déc 2008 - 16:49

La piste vers les tueurs du Brabant wallon

Pour nous il est établi que Bouhouche avait organisé une bande…"Plusieurs bandes, même, parce que Bouhouche était un homme à tiroirs. Il ouvrait tantôt l'un, tantôt l'autre, et je ne crois pas que l'un ait su ce qui se trouvait dans l'autre."

Il y avait-il quelqu'un au-dessus de Bouhouche ?
"Je ne pense pas."

Pensez-vous qu'il avait une sorte de bureau d'intérim du crime dont il était le patron ?
"Non, c'est bien plus simple. Il avait gardé de sa période de gendarme des contacts, tant avec des gangsters qu'avec des policiers. Il les a utilisés, et les a rassemblés quand cela lui convenait."

Et votre frère le savait ?
"Oui."

Il savait non seulement pour les tueurs du Brabant wallon, mais aussi pour le vol d'armes à l'ESI…
"Bien sûr, une des armes volées se trouvait chez lui à la maison."

… et de l'attentat sur le colonel de gendarmerie Herman Vernaillen ?
"Je pense que oui. Il a parlé d'un attentat, mais sans entrer dans le détail."

Comment expliquez-vous que votre frère a quand même fréquenté Bouhouche pendant plus de dix ans ?
"Bonne question. Pourquoi, en outre, fréquentait-il quelqu'un qu'il n'osait pas me présenter ?"

Pensez-vous que votre frère était lui-même mêlé à cette organisation ?
(Il hoche la tête)

Il a pourtant loué une baraque sous un faux nom à la rue de la Blanchisserie à Bruxelles et, selon Christian Amory, lui aussi un ancien gendarme ami de Bouhouche, qui a été traduit en justice en même temps que lui mais qui a été acquitté, Bouhouche voulait utiliser cette adresse pour exercer du chantage sur des grands magasins. "
Je ne vois pas Tonio faire chanter des magasins."

Peut-être votre frère a-t-il réalisé petit-à-petit dans quel genre d'affaires il avait été entraîné par Bouhouche, mais ne voyait-il pas d'issue ?
"Mais oui, il n'était pas complice mais était tombé dans le piège. Pas seulement parce qu'il avait loué cette baraque rue de la Blanchisserie… Bouhouche devait le tenir par encore bien d'autres choses. Des petits trafics comme ceux auxquels ils se sont adonnés, les armes de l'ESI dont une – celle qui avait été volée à la gendarmerie – a été retrouvée chez mon frère."

Votre frère s'est-il mis à paniquer ?

"Par moments. Au moment de l'attaque du Delhaize d'Alost en novembre 1985, il était au Panama pour la FN. Quand il a appris la nouvelle, il est entré dans une telle panique qu'un de ses collègues l'a emmené chez un médecin qui lui a prescrit des calmants."

Fin 1985 il a quand même encore vendu des armes à Bouhouche et ils sont encore allés à la chasse à Compiègne avec les tireurs à l'arc d'Overijse.
"Peut-être Tonio n'avait-il pas d'autre choix, parce qu'ils le tenaient. Ou peut-être ne voulait-il pas refuser afin de ne pas rompre le contact et préserver ainsi la possibilité de récupérer ses armes. En tout cas, il n'a jamais revu sa collection et il a été assassiné. Pour moi il est établi qu'une enquête sur le vol d'armes chez mon frère aurait mené aux tueurs du Brabant wallon. Voilà la raison du meurtre. Mais les enquêteurs n'ont jamais poursuivi cette piste."

Le complot de la bêtise
D'après vous, la police pense que les tueurs du Brabant wallon ont utilisé une Kalachnikov, une arme qui ne venait donc pas de chez votre frère.
"C'est un complot de la bêtise. Bouhouche savait comment le système fonctionnait et il l'utilisait. Lorsqu'ils ont saisi l'arme du crime chez lui, ils n'ont d'abord pas remarqué que le canon avait été trafiqué. Bouhouche disait : "S'il s'agissait de l'arme du crime je ne l'aurais quand même jamais gardée à la maison." Les enquêteurs trouvaient cela très logique. Mais Bouhouche avait trafiqué l'arme immédiatement après le meurtre. Il pensait que personne ne remarquerait jamais qu'il avait trafiqué le revolver parce qu'il connaissait le niveau de connaissances scientifiques des services de police belges ! Ce n'est que lorsque l'arme a été envoyée dans un institut français de réputation mondiale que les experts ont découvert deux éléments : il s'agissait de l'arme du crime et elle avait été trafiquée."

C'est ainsi que Bouhouche a constamment embobiné tout le monde. Il a dicté des pistes. Et ses petits copains de la gendarmerie le suivaient. Au début de l'enquête sur le meurtre de Tonio, une série de pistes apparaissent comme par miracle d'outre nulle part : Douglas Stowell, un trafiquant d'armes paraguayen, une connexion algérienne, Mendes-Franco, une réunion dans une taverne,… toute une série de pistes qui ont brouillé toute l'affaire, et qui ont envoyé les enquêteurs dans toutes les directions. Par exemple, Douglas Stowell travaille pour la CIA, il s'agit d'un trafiquant d'armes qui possède une fabrique de munitions au Honduras, ce n'est pas l'abbé Pierre, hein. Mais Stowell n'avait aucune raison de tuer Tonio. Bouhouche bien.
"J'ai été frappé par le fait qu'on retrouve la même manipulation dans le dossier des tueurs du Brabant wallon. Quelqu'un a avancé des pistes de manière telle que l'enquête est partie dans toutes les directions sauf la bonne. La piste du milieu chinois par exemple. Lorsque j'ai lu les PV à ce sujet, j'ai immédiatement senti qu'ils avaient été établis par Bouhouche ou son copain Beijer. Beijer était spécialisé dans ce genre d'affaires quand il travaillait avec Bouhouche à la BSR. Quelqu'un, au sein de la gendarmerie, a dû mélanger les pièces du dossier de manière à ce que plus personne ne s'y retrouve.

Michel Cocu, un des "Borains" est-il devenu l'un des plus grands suspects dans le dossier tueurs du Brabant wallon parce qu'il a eu la malchance que Christian Amory connaisse les Borains ?
"C'est très possible. Avec son profil psychologique, je ne vois pas Cocu dans la tuerie d'Alost. J'ai une sœur médecin, elle travaille dans un hôpital où Cocu a été soigné. Il a failli tomber dans les pommes quand il a appris que Tonio était son frère. Il pensait qu'elle allait lui faire une piqure mortelle. Tout ça pour dire qu'il n'est pas la terreur de la Belgique. On constate autour des Borains la même manipulation qu'autour de mon frère. Et quand vous mettez tout bout-à-bout, vous trouvez dans le dossier des tueurs du Brabant wallon le même profil psychologique que derrière l'assassinat de mon frère."
Revenir en haut Aller en bas
lagloupette02

avatar

Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 08/10/2007

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Lun 22 Déc 2008 - 17:03

Une bande de fous

Le juge d'instruction Luc Hennart, qui était en charge du dossier Bouhouche à Nivelles, a affirmé devant la commission tueurs du Brabant wallon qu'il ne voyait aucun lien entre l'assassinat de votre frère et les tueurs du Brabant wallon. Vous dites exactement le contraire. Les tueurs du Brabant wallon sont précisément la raison de l'assassinat de votre frère. En avez-vous jamais discuté avec Mr Hennart ?
"Il se cachait derrière le secret de l'instruction afin de camoufler son incompétence. Il ne voulait pas en parler. Il ne voulait rien savoir du dossier des tueurs du Brabant wallon. Mon point de vue ne l'intéressait en rien. J'étais choqué. Tout cela était trop compliqué pour lui. Il a clôturé le dossier, et il était dans l'erreur. Il a ruiné l'enquête sur les tueurs du Brabant wallon. Ruiné. C'est lui le grand responsable de l'échec de l'enquête. Il n'a rien fait, rien. Il s'est assis sur son dossier et a décrété que personne d'autre n'avait à s'en occuper. Il aurait dû collaborer avec les juges d'instruction Troch de Termonde et Jean-Claude Lacroix de Charleroi. Je n'ai jamais rencontré ni l'un ni l'autre, alors qu'ils ont découvert des choses.

Avez-vous mené votre propre enquête sur la mort de votre frère ?"Bien sûr. Surtout lorsque j'ai eu affaire à des policiers et des juges d'instruction complètement arriérés. C'est à ne pas le croire. Je me suis heurté à une bande de fous. Le procureur du roi de Nivelles Jean Deprêtre ? Taratata ! Je l'ai rencontré quelques fois, il ne parle pas, il crie à tue-tête comme s'il s'adressait à une bande d'écoliers dans une cour de récréation. Il n'écoute pas, il ne vous laisse pas l'occasion de placer un seul mot. Le juge d'instruction Jean-Marie Schlicker de Nivelles, le prédécesseur de Hennart ? Dépressif et alcoolique. Et le premier gendarme qui m'a entendu m'a dit : "Bouhouche n'est sûrement pas l'assassin parce qu'il est un ami de votre frère." Il y a-t-il encore quelqu'un de normal dans ce système ? Et les autres vous dévisagent comme s'ils ne comprenaient rien à ce que vous dites, ou que le dossier ne les intéresse pas."

Et le grand enquêteur de la BSR de Bruxelles, Guy Goffinon ?
"C'était l'homme des grandes théories, des complots. J'ai discuté quelques fois avec lui. Il était bien à sa place pour impliquer la sûreté de l'Etat et l'affaire Pinon dans ce dossier. La piste Pinon a occupé la moitié de la gendarmerie belge pendant quinze ans ! Goffinon suivait des tas des pistes qui n'avaient rien à voir avec le dossier Bouhouche. Je peux continuer ainsi pendant encore un moment. J'avais la plus grande confiance dans le capitaine de gendarmerie Rousseau, le chef de l'équipe d'enquête de Nivelles, mais après un ou deux ans d'enquête, il a été arrêté pour tentative de chantage sur un homme d'affaires. Je crains qu'il y ait un problème de personnel à la gendarmerie. Je n'y ai rencontré personne de normal. C'était tout simplement Fellini."

"Je me souviens du jour de l'arrestation de Bouhouche. Il a été mis au secret à l'école de gendarmerie. Le juge d'instruction Schlicker a reconnu que la moitié de la gendarmerie était allée saluer Bouhouche. C'était un défilé permanent de gendarmes qui n'avaient rien à voir avec le dossier, alors que Bouhouche était au secret. Même parmi les gendarmes qui étaient chargés du dossier, il y en avait qui connaissaient très bien leur ex-collègue. Pendant tout l'enquête, Bouhouche savait tout ce qui se passait."

Avez-vous vraiment rencontré quelqu'un qui voulait savoir la vérité ?

"J'ai l'impression que Jean-Pierre Doraene travaillait extraordinairement bien. Il est intelligent et connait son métier. Avec le gendarme de la BSR Théo Vandyck, il était le seul. Ceux qui, précisément, étaient motivés, ont fini par être dégoûtés. Quand ils devaient filer quelqu'un la nuit, ils recevaient 23 francs en plus par heure supplémentaire. Quand ils avaient besoin d'une voiture, il n'y en avait pas. Quand ils avaient besoin d'essence, personne n'avait d'argent. Pas de traitement de texte alors qu'il s'agissait d'un dossier de dizaines de milliers de pages. C'est ça la police."

Bouhouche, le bourreau

Votre propre enquête vous a-t-elle appris quelque chose ?
"J'ai envoyé chez Philippe De Staercke, en prison, quelqu'un qui le connaissait afin de savoir de qui provenait le coffre rempli d'armes que De Staercke avait donné à un de ses complices. Ces armes auraient pu avoir servi aux attaques des tueurs du Brabant wallon. De Staercke ne l'a jamais avoué aux enquêteurs, mais à mon "espion" il a raconté qu'elles avaient été livrées par Bouhouche. Je suis formel à ce sujet. J'ai raconté cela fin de l'année dernière aux enquêteurs de Jumet qui m'interrogeaient. Ils voulaient savoir qui j'avais envoyé chez De Staercke. Sinon ils ne pouvaient rien faire. Mais il n'était pas question que je révèle cela. Mon enquête n'a donc pas eu beaucoup de sens. A un moment donné elle m'occupait à plein temps. J'ai cherché dans toutes les directions. J'ai envoyé des gens chez Bultot au Paraguay pour qu'ils l'entendent. Cet homme raconte n'importe quoi. C'est un imbécile dont Bouhouche s'est servi. Mais cet imbécile a quand même été directeur-adjoint d'une prison belge."

Qu'est-ce qui vous a persuadé de la culpabilité de Bouhouche ?
"Son profil psychologique, plus que tout le reste. Si mon frère avait encore vécu, Bouhouche serait probablement aussi en prison, mais pour les tueries du Brabant wallon."

Qu'est-ce que Bouhouche aurait eu à gagner dans les tueries du Brabant wallon ?
"C'est un malade social. Petit-à petit-, suite à toutes sortes de contrariétés mineures qu'il a rencontrées à la gendarmerie, il a voulu se venger sur la société. J'ai lu les rapports d'expertises psychologiques qui ont été établis à son sujet et j'ai discuté avec la direction de la prison de Forest. Cela dérange moins Bouhouche de tuer quelqu'un que d'écraser un animal. Il vous donne le frisson. Le directeur de la prison en a vu dans sa vie, mais de Bouhouche il dit : "Je n'ai jamais rien vu de tel". Bouhouche est un tueur en série."

Mais pourquoi justement cette attaque à Alost. Qu'y avait-il à y gagner pour lui ?
Après l'assassinat de mon frère je suis parti en Arizona, et j'y ai suivi un cours auprès du champion du monde de practical shooting, Carol Lewis. Bouhouche est issu de ce milieu, et je voulais rentrer dans la peau des gens que je soupçonne du meurtre de mon frère. On n'en croit pas ses yeux. Ils courent avec un révolver à la ceinture, avec des holsters spéciaux, des crosses spéciales. J'y ai appris à fabriquer les balles qui ont tué mon frère […]."

"A un moment donné, ces tireurs s'ennuient et ils cherchent quelque chose de plus excitant. Par exemple, un soir de grande affluence, ils se sont rendus dans un grand magasin afin de tuer des gens. C'est courant aux USA. Je l'ai encore vu sur CNN le mois dernier. Pourquoi font-ils cela ? Tentative de déstabilisation ? Dans le but d'exercer un chantage ? Peu importe, tout ce qui compte c'est d'avoir une excuse pour tuer."

Vanden Boeynants

Lorsque votre frère parlait de l'attaque d'Alost, invoquait-il des raisons ? Y voyait-il, comme vous, l'œuvre d'un tueur en série ?
"… Non… Oui… c'est délicat, parce qu'il parlait d'un complot avec Vanden Boeynants etc. Mais je pense que cette idée lui avait été soufflée par Bouhouche."

Mais… votre frère a-t-il affirmé que Bouhouche…
Mon frère disait : "C'est Vanden Boeynants qui est derrière."

Mais pourquoi ? Qu'est-ce que Vanden Boeynants avait à y gagner d'après votre frère ?
"Je n'ai pas eu trente conversations à ce sujet avec mon frère. Mais il parlait déjà de Vanden Boeynants après le vol chez lui, avant Alost."

Votre frère a-t-il jamais rencontré Vanden Boeynants ?
"Non. Je répète : d'après moi, Vanden Boeynants a été entraîné par Bouhouche. Les enquêteurs de Nivelles, à qui j'en ai parlé, n'ont pas fort réagi. Vanden Boeynants hantait les pensées de Bouhouche. Bouhouche a quand même reconnu que Beijer et lui avaient pris contact avec Vanden Boeynants pour lui proposer de faire disparaître des pièces de son dossier."

Bouhouche n'était donc pas seul, il a utilisé beaucoup d'autres personnes. Qu'est-ce qui motivait ces autres, à votre avis ?
"Oui, les De Staercke et compagnie. Peut-être leur livrait-il des armes ou des services ? Eux aussi sont des gangsters pour qui une vie humaine vaut encore moins que celle d'un chat. Il y a également des personnes qui n'ont jamais eu d'ennuis, comme Jean-François Ferrari-Calmette. Il connaissait Bouhouche du milieu du tir, c'est lui qui me l'a dit."

Bouhouche a déjà bénéficié de congés pénitentiaires. Vous continuez à dire qu'il a tué votre frère, alors qu'il a été acquitté de cela. Vous le décrivez comme un tueur en série. Vous n'avez pas peur de lui ?
"Non. Pas que je sois particulièrement courageux, mais il ne me fait pas peur. Mais cela ne durera pas longtemps avant qu'il assassine à nouveau quelqu'un. Pendant l'enquête sur le meurtre de Tonio, il était en détention provisoire, il a été libéré et a abattu Suleiman. C'est un assassin. Je connais le personnage. Il va frapper un grand coup, dans le genre d'Alost. Je le sens."

Avez-vous compris pendant le procès déjà que l'affaire était perdue ?
"Dès avant le procès. Tout le monde le savait, Doraene y compris. Avant le procès."

Avez-vous suivi le procès ?
"Je ne m'y suis pas rendu tous les jours. C'était trop pénible. Voyez-vous, si je dis : voici cinq millions pour celui qui m'apporte la tête de Bouhouche, j'ai sa tête. Il est malin, mais il y a toujours des gens plus malins que lui. En Colombie je connais des amis de mon frère qui ne sont pas des anges, et s'il leur faut cinquante personnes, ils envoient cinquante personnes. Je ne le fais pas parce que nous ne vivons pas dans un thriller. Je ne rends pas justice moi-même. Ce qui est insupportable, c'est que la justice est une farce, un guignol, où tout est réglé d'avance entre avocats et juges, comme c'est toujours le cas en Belgique."

Bouhouche a été acquitté par un jury populaire, pas par des juges.
"Mais les membres du jury sont dirigés par des magistrats. J'ai moi-même témoigné devant les Assises. Je n'ai absolument pas pu y raconter ce que je souhaitais. Ils posent les questions. L'avocat général a traduit Bouhouche devant les Assises pour l'assassinat de mon frère, et Bouhouche a été acquitté. L'avocat général ne voulait-il pas ou ne pouvait-il pas faire mieux ? En tout cas, il a failli. Madani Bouhouche a trente cinq meurtres sur la conscience : sur mon frère, sur Francis Zwarts, les victimes des tueurs du Brabant wallon, le libanais… qui encore ?

Conneries

Bouhouche a été acquitté, vous ne pouvez pas dire ce que vous dites. Le jury avait des raisons de douter de la culpabilité de Bouhouche.
Deux : Bouhouche n'a pas avoué l'assassinat, et il n'a pas été pris en flagrant délit. Mais je maintiens : les preuves restent accablantes. Mon frère a été tué avec l'arme de Bouhouche, et cette arme a été saisie chez lui à la maison. Si malgré cela Bouhouche s'en sort, c'est un coup monté Autrement, ce n'est pas possible. Cela va à l'encontre de toute logique. Après le procès, je n'y comprenais absolument plus rien. Je me sentais mal, parce que j'avais une très bonne relation avec mon frère. J'ai acheté un bateau et je m'en suis allé naviguer dans les Caraïbes. Pendant deux ans je n'ai pas mis pied à terre.

Est-il possible qu'on ait voulu que Bouhouche soit condamné pour l'assassinat de votre frère parce qu'on ne voulait pas établir le lien avec les tueurs du Brabant wallon ? Parce que Bouhouche a peut-être parfois agi sur commande ?
"Je ne le pense pas. Si le parlement examinait le dossier Mendez comme il examine actuellement les dossiers Dutroux et Derochette, il apparaîtrait bien plus de scories que dans ces deux affaires crapuleuses. Beaucoup plus, sans qu'il faille y chercher un complot. Le seul complot que je voie, c'est le complot de la connerie. Ce qui intéresse les politiciens, c'est que leur photo paraisse dans les médias. Les médias adorent les ballets roses, et donc la Commission tueurs du Brabant wallon s'attarde sur le dossier Pinon. C'est Bouhouche qui les a mis sur la piste du dossier Pinon."

"Alors que le dossier tourne en réalité autour d'un serial killer, sur lequel une enquête scientifique aurait dû être diligentée. Avec les recherches balistiques et génétiques appropriées. La cheville ouvrière de l'enquête balistique, l'expert en armes décédé Claude Dery, est quelqu'un qui réalisait ses expertises dans sa salle de bains. Et cela dans un dossier qui comporte des dizaines de victimes. C'est quand même aberrant ?"

La commission tueurs du Brabant wallon a quand même cherché pourquoi l'enquête vers les grands dossiers des années 80 a échoué ?
"Cette commission ne m'a même pas appelé. D'après moi, la commission d'enquête aurait dû demander aux enquêteurs : "Que cherchiez-vous le milieu chinois ? Pourquoi vous en êtes-vous occupés ?" Cela semble futile, mais ça ne l'est pas. Si pendant toutes ces années les enquêteurs avaient cherché en direction des chinois, des ballets roses ou d'autres complots, le dossier n'aurait peut-être compté que cinq mille pages, et l'affaire serait élucidée, sans toutes ces conneries."

Vous pensez que le dossier est simple ?
Absolument. 90 % de ce qui s'y trouve ne vaut rien. C'est un fait exprès !

Pour la plupart des enquêteurs, Bouhouche reste, après toutes ces années, la piste principale dans le dossier des tueurs du Brabant wallon.
"Je suis pessimiste. Ce dossier traine depuis quinze ans. J'ai moi-même été longuement entendu par la cellule de Jumet, et j'y ai rencontré un officier de gendarmerie très aimable qui m'a dit qu'ils utilisaient leurs dernière cartouches. Ils posaient les mêmes questions qu'il y a dix ans. Si l'affaire n'est pas bouclée dans l'année, c'en est fini, déclarait ce monsieur. Je n'attends donc plus rien de la justice. Je pense qu'elle est incompétente. Incompétente. Dans le dossier de mon frère, ils avaient tout : l'arme du crime, le motif. Tout, et malgré cela Bouhouche a été acquitté. C'est pour raison d'état qu'on acquitté Bouhouche."

"C'est grave que les gens soient si aveugles. Tout le monde se contente de l'explication qui est donnée. Les gens veulent entendre qu'il s'agissait d'un grand complot, ils veulent la tête du patron de la Sûreté de l'Etat. C'est une erreur. Mais cela convient à beaucoup de monde. La gendarmerie par exemple, cette bande de radoteurs. La gendarmerie est une bande mafieuse. Si la Belgique était un état de droit, je traduirais la gendarmerie en justice pour formation de bande. Mais la Belgique est ce qu'elle est. Un substitut a le droit de dire "Ceci ne m'intéresse pas. Point barre." Que voulez-vous que j'y fasse ?
Revenir en haut Aller en bas
Kranz



Nombre de messages : 751
Date d'inscription : 08/11/2008

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Lun 22 Déc 2008 - 21:32

Merci pour cette excellente et longue traduction, c'est toujours un gros travail et sans aucune critique de ma part je voudrais ajouter que les tireurs à l'arc d'Overijse chassent plutôt à l'arbalète (kruisboogschutters) et que pour le practical shooting en Arizona il y a la description de préparation des munitions "hollow point"avec du mercure, une des joyeuseté que Bouhouche affectionnait, mais ce sont des détails qui n'enlèvent rien à la qualité de l'ensemble.

Je trouve que l'analyse du frère de Juan Mendez est tout à fait plausible et que Bouhouche a probablement utilisé les lacunes, errements et autres incompétences de la justice pour assouvir on ne sait quoi exactement, en utilisant les services de gens sans scrupule auxquels il fournissait probablement des armes en contrepartie.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7235
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Sam 27 Déc 2008 - 12:23

Citation :
Jusqu'où allait l'amour de Tonio pour les armes ?
"Il les collectionnait, tout comme Coesens. C'était leur métier et leur passion. Tout comme des travailleurs de Ferrari chipent de temps à autre des pièces pour construire une voiture, mon frère et Coesens fabriquaient des révolvers avec des pièces qu'ils "récupéraient". Malheureusement, il s'agissait de fusils et de révolvers, ce qui est moins inoffensif que des voitures. Après le meurtre, la police a trouvé chez Tonio un véritable arsenal d'armes dont il disposait illégalement. Mais voilà, le chef magasinier de Tonio collectionnait les disques de Mireille Matthieu, et quand Tonio se rendait au Chili par exemple, il ramenait un disque de Mireille Matthieu et l'échangeait contre un FAL ou un GP de la FN. Il s'agissait de petit trafic, pas vraiment du trafic…en fait si, il s'agissait de trafic. Il s'agissait parfois de 15 canons de fusils. Mais cela n'avait rien à voir avec du commerce d'armes à grande échelle. Dans ce cas, Tonio n'aurait jamais eu de problème pour payer ses factures en fin de mois. Il était toujours fauché."

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)


Dernière édition par michel le Dim 27 Déc 2009 - 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kranz



Nombre de messages : 751
Date d'inscription : 08/11/2008

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Sam 27 Déc 2008 - 15:50

Pour essayer de deviner ce qui est arrivé sans posséder toutes les données il faut utiliser l'imagination, au risque d'essuyer de nouveaux sarcasmes...mais allons-y.

Selon son frère, Juan Mendez se livrait à son petit trafic bien modeste.
Mais même pour un trafic modeste il fallait des armes et ces armes devaient être obtenues à bon prix, ce qui ne court pas les rues.
Il en discute avec son ami, celui qui peut tout arranger et ils décident de "dérober" la collection de Mendez (hypothèse seulement valable si les armes sont assurées), donc coup double.
La suite se devine, les armes sont cachées dans un "box" loué et seront écoulées à chaque voyage de Mendez.
Ensuite, quelque chose ne tourne pas rond: soit Bouhouche refuse de rendre les armes, soit il les a vendues à d'autres personnes, ou alors pensant avoir entraîné son ami assez loin dans l'illégalité il lui demande des actions plus violentes, sachant que Mendez ne peut plus le dénoncer puisqu'il est déjà complice.
La réaction de Mendez sera différente de ce qu'espérait Bouhouche, il ne sait plus comment se sortir de ce guêpier et craint que ses armes volées ne soient utilisées par les TBW, car il à deviné dans quel engrenage il a mis le doigt.
Il a probablement signé son arrêt de mort en menaçant de tout dénoncer.
Revenir en haut Aller en bas
B.R.



Nombre de messages : 1874
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Sam 27 Déc 2008 - 17:11

michel a écrit:
Avec la mort de Bouhouche, on s'éloigne un peu de l'interview de José Mendez qui dit cependant des choses intéressantes comme cette participation à petit trafic d'armes avec l'amérique latine. Mais jusque dans quelles proportions?:
Tout à fait d'accord avec vous Michel!
Et je persiste à dire qu'il faut "relativer" ce que l'on lit dans l'interview de José Mendez, précisément parce que José est le frère de Tonio et ensuite parce que cette interview est rapportée à travers 2 journalistes au moins.
Je pense que José minimise le rôle de son frère dans les trafiques d'armes.
Revenir en haut Aller en bas
B.R.



Nombre de messages : 1874
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Sam 27 Déc 2008 - 17:13

Kranz a écrit:
Pour essayer de deviner ce qui est arrivé sans posséder toutes les données il faut utiliser l'imagination, au risque d'essuyer de nouveaux sarcasmes...mais allons-y...
Permettez-moi de vous arrêter de suite.
Les armes volées chez Mendez (celles déclarées aussi bien que celles en "noir") n'étaient pas assurées!
Et ceci n'est pas un sarcasme, c'est un fait!
Revenir en haut Aller en bas
B.R.



Nombre de messages : 1874
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Dim 28 Déc 2008 - 16:10

Kranz a écrit:
B.R. a écrit:
Kranz a écrit:
Pour essayer de deviner ce qui est arrivé sans posséder toutes les données il faut utiliser l'imagination, au risque d'essuyer de nouveaux sarcasmes...mais allons-y...
Permettez-moi de vous arrêter de suite.
Les armes volées chez Mendez (celles déclarées aussi bien que celles en "noir") n'étaient pas assurées!
Et ceci n'est pas un sarcasme, c'est un fait!

Merci car voilà une bonne info que je cherchais depuis longtemps et elle rend effectivement mon hypothèse assez peu crédible.
Cela n'engage que moi, mais je pense plutôt que le mobile du vol était simplement de retrouver la seule arme de l'ESI égarée dans la nature, soit la HK.
Du reste, Bouhouche connaissait très bien la collection d'armes de Mendez et il devait savoir que c'étaient des armes difficiles à mettre sur le marché. Certaines de celles-ci étant trop particulières.
Mais à ce jour, rien ne démontre que le meurtre de Mendez est lié au vol qui a eu lieu chez lui plusieurs mois avant, même si cette hypothèse est tentante.
A ce jour, le mobile du meurtre reste inconnu et rien ne lie ce meurtre à ceux des tueries du Brabant. Ni modus operandi, ni lien balistique et ce, quoi qu'en dise José Mendez qui n'apporte du reste aucune preuve de ce lien.
Revenir en haut Aller en bas
Kranz



Nombre de messages : 751
Date d'inscription : 08/11/2008

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Dim 28 Déc 2008 - 17:49

B.R. a écrit:
Kranz a écrit:
B.R. a écrit:
Kranz a écrit:
Pour essayer de deviner ce qui est arrivé sans posséder toutes les données il faut utiliser l'imagination, au risque d'essuyer de nouveaux sarcasmes...mais allons-y...
Permettez-moi de vous arrêter de suite.
Les armes volées chez Mendez (celles déclarées aussi bien que celles en "noir") n'étaient pas assurées!
Et ceci n'est pas un sarcasme, c'est un fait!

Merci car voilà une bonne info que je cherchais depuis longtemps et elle rend effectivement mon hypothèse assez peu crédible.
Cela n'engage que moi, mais je pense plutôt que le mobile du vol était simplement de retrouver la seule arme de l'ESI égarée dans la nature, soit la HK.
Du reste, Bouhouche connaissait très bien la collection d'armes de Mendez et il devait savoir que c'étaient des armes difficiles à mettre sur le marché. Certaines de celles-ci étant trop particulières.
Mais à ce jour, rien ne démontre que le meurtre de Mendez est lié au vol qui a eu lieu chez lui plusieurs mois avant, même si cette hypothèse est tentante.
A ce jour, le mobile du meurtre reste inconnu et rien ne lie ce meurtre à ceux des tueries du Brabant. Ni modus operandi, ni lien balistique et ce, quoi qu'en dise José Mendez qui n'apporte du reste aucune preuve de ce lien.
Ce qui reste évidemment tentant c'est de penser que la HK est cette "petite mitraillette" observée par des témoins.
Savez-vous quel était le calibre de celles de l'ESI ? Je n'y connais pas grand chose mais il me semble avoir lu que c'était du 9mm (court) également nommé .380ACP.
Revenir en haut Aller en bas
B.R.



Nombre de messages : 1874
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Dim 28 Déc 2008 - 18:00

Kranz a écrit:
... Ce qui reste évidemment tentant c'est de penser que la HK est cette "petite mitraillette" observée par des témoins.
Savez-vous quel était le calibre de celles de l'ESI ? Je n'y connais pas grand chose mais il me semble avoir lu que c'était du 9mm (court) également nommé .380ACP.
Personnellement, je ne vois pas l'intérêt à employer des HK à silencieux dans des faits comme ceux des TBW, surtout si le but était de faire peur et de faire du "bruit"....
Pour le calibre, les HK tirent du 9 mm para factory (surtout pas du rechargé, si non il y a enrayage). De plus, les douilles sont marquées de façon tout à fait particulière par la chambre d'explosion. Il ne faut pas être grand expert pour savoir directement, au simple examen visuel d'une douille, si elle a été tirée par une arme HK. (mitraillette ou pistolet)
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Dim 28 Déc 2008 - 23:59

Kranz a écrit:
B.R. a écrit:
Kranz a écrit:
B.R. a écrit:
Kranz a écrit:
Pour essayer de deviner ce qui est arrivé sans posséder toutes les données il faut utiliser l'imagination, au risque d'essuyer de nouveaux sarcasmes...mais allons-y...
Permettez-moi de vous arrêter de suite.
Les armes volées chez Mendez (celles déclarées aussi bien que celles en "noir") n'étaient pas assurées!
Et ceci n'est pas un sarcasme, c'est un fait!

Merci car voilà une bonne info que je cherchais depuis longtemps et elle rend effectivement mon hypothèse assez peu crédible.
Cela n'engage que moi, mais je pense plutôt que le mobile du vol était simplement de retrouver la seule arme de l'ESI égarée dans la nature, soit la HK.
Du reste, Bouhouche connaissait très bien la collection d'armes de Mendez et il devait savoir que c'étaient des armes difficiles à mettre sur le marché. Certaines de celles-ci étant trop particulières.
Mais à ce jour, rien ne démontre que le meurtre de Mendez est lié au vol qui a eu lieu chez lui plusieurs mois avant, même si cette hypothèse est tentante.
A ce jour, le mobile du meurtre reste inconnu et rien ne lie ce meurtre à ceux des tueries du Brabant. Ni modus operandi, ni lien balistique et ce, quoi qu'en dise José Mendez qui n'apporte du reste aucune preuve de ce lien.
Ce qui reste évidemment tentant c'est de penser que la HK est cette "petite mitraillette" observée par des témoins.
Savez-vous quel était le calibre de celles de l'ESI ? Je n'y connais pas grand chose mais il me semble avoir lu que c'était du 9mm (court) également nommé .380ACP.

J'imagine l'ESI venir canarder avec ses propres armes, une signature en somme...!?! Very Happy
Par contre, je vous suis, si certains auraient voulu mettre la gendarmerie 'en difficulté' pour les ridiculiser voire les faire suspecter...
Et là on revient à la thèse du Bouhouche fâché avec la gd qui veut leur faire payer ses frustrations... cfr les propos de Tonio.
Mais le mobile me paraît léger... un vrai psychopathe qui s'ignorait alors... engagé durant des années à la gendarmerie, pas rassurant !!!
Revenir en haut Aller en bas
B.R.



Nombre de messages : 1874
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Lun 29 Déc 2008 - 3:17

billbalantines a écrit:
... Mais le mobile me paraît léger... un vrai psychopathe qui s'ignorait alors... engagé durant des années à la gendarmerie, pas rassurant !!!
Avez-vous lu le rapport psy de Bouhouche? Tout, sauf un psychopathe !
Revenir en haut Aller en bas
auliffes



Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Mar 30 Déc 2008 - 21:09

B.R. a écrit:
billbalantines a écrit:
... Mais le mobile me paraît léger... un vrai psychopathe qui s'ignorait alors... engagé durant des années à la gendarmerie, pas rassurant !!!
Avez-vous lu le rapport psy de Bouhouche? Tout, sauf un psychopathe !

Euh...les conclusions fournies dans l'acte d'accusation me semblent

tout à fait en faveur d' une personnalité psychopathique !

J'ai l'impression que vous oscillez constamment entre le besoin de

protéger votre "ami" Bouhouche, pour mieux vous en distancier

à votre message suivant. Amour-haine...Peut-être ce passage

d'un rapport psy est-il éclairant :

"les psychiatres formulent, en termes d'hypothèse, la comparaison
des rapports existant entre Bouhouche et Beijer, avec une camaraderie de type préadolescentaire : ils font "des coups" ensemble,s'identifiant avec
leurs personnages,sur une scène prédisposante où leur omnipotence
infantile peut se manifester au mépris du monde adulte"
Revenir en haut Aller en bas
B.R.



Nombre de messages : 1874
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Jeu 1 Jan 2009 - 16:02

auliffes a écrit:
...Euh...les conclusions fournies dans l'acte d'accusation me semblent

tout à fait en faveur d' une personnalité psychopathique !

J'ai l'impression que vous oscillez constamment entre le besoin de

protéger votre "ami" Bouhouche, pour mieux vous en distancier

à votre message suivant. Amour-haine...Peut-être ce passage

d'un rapport psy est-il éclairant :

"les psychiatres formulent, en termes d'hypothèse, la comparaison
des rapports existant entre Bouhouche et Beijer, avec une camaraderie de type préadolescentaire : ils font "des coups" ensemble,s'identifiant avec
leurs personnages,sur une scène prédisposante où leur omnipotence
infantile peut se manifester au mépris du monde adulte"
Euh... dans l'exemple que vous citez, il me semble lire qu'il s'agit d'une hypothèse de travail.
Pour le reste, la personnalité de Bouhouche, je vais me donner la peine de relire le rapport dès que je le retrouve. Je ne suis pas trop certain d'être d'accord avec vous, mais je vais vérifier d'abord. Bonne année!
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Sam 3 Jan 2009 - 23:23

B.R. a écrit:
auliffes a écrit:
...Euh...les conclusions fournies dans l'acte d'accusation me semblent

tout à fait en faveur d' une personnalité psychopathique !

J'ai l'impression que vous oscillez constamment entre le besoin de

protéger votre "ami" Bouhouche, pour mieux vous en distancier

à votre message suivant. Amour-haine...Peut-être ce passage

d'un rapport psy est-il éclairant :

"les psychiatres formulent, en termes d'hypothèse, la comparaison
des rapports existant entre Bouhouche et Beijer, avec une camaraderie de type préadolescentaire : ils font "des coups" ensemble,s'identifiant avec
leurs personnages,sur une scène prédisposante où leur omnipotence
infantile peut se manifester au mépris du monde adulte"
Euh... dans l'exemple que vous citez, il me semble lire qu'il s'agit d'une hypothèse de travail.
Pour le reste, la personnalité de Bouhouche, je vais me donner la peine de relire le rapport dès que je le retrouve. Je ne suis pas trop certain d'être d'accord avec vous, mais je vais vérifier d'abord. Bonne année!

Tiens, Tonio Mendez s'il nous lit ? Peut-il nous expliquer par quel hasard sa soeur est-elle parvenue à acheter la Villa dite 'des ballets roses'? à La Hulpe (appelée improprement 'villa du Rouge Cloitre'? ) et habitées un temps par Eliane Van Vrekom, la compagne de Guy Mathot...
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7790
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Mort de Bouhouche :Chaine ou Chène   Sam 16 Mai 2009 - 13:27

Bonjour

Plusieures fois on parle ici de la chaine du tronçonneuse qui c'est brisée.

En Flandre en parlait clairement de l'arbre une veille chène qui c'est Brisée.

Cela semble un accident frequent avec des forestiers amateurs qui attaquent une arbre qui penche du mauvais coté.


Il me semble aussi que j'ai lu c'était une vieille dame qui allait cherché des champignons qui l'a trouvé mort depuis plusieures jours.'
Revenir en haut Aller en bas
a h



Nombre de messages : 187
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Mar 19 Mai 2009 - 3:35

Des psychopathes à la gendarmerie? On peut toujours utiliser tous les artifices que l'on veut, on est toujours rattrapé par ce que l'on est. La grande frange de la gendarmerie s'est engagée pour en mettre plein la vue, pour le prestige de l'uniforme, pour paraitre, pour bénéficier de la réputation gendarmesque..La réalité de ce qu'ils sont vraiment les a, à tous les coups, rattrapés dans la vie, dans leur vie privée. Des, qui se sentent minables. Pourquoi Bouhouche s'en est-il si bien tiré? Parce que ceux qui dirigeaient la gendarmerie etaient pires, peut être pas de violence, mais de graisse et de vanité. Et cela suinte encore maintenant. A se demander, jusqu'où cela englue la cellule tbw
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7790
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: interview   Mar 19 Mai 2009 - 12:53

Citation :

Tonio kon toen stiekem het inkijken, die zich inmiddels gerecycleerd had tot wapenhandelaar. Zijn zogenaamde vriend had er een partij exclusieve munitie in genoteerd, toevallig juist dezelfde hoeveelheid als bij mijn broer verdwenen was."

Ce registre d'armement et de munitions de Bouhouche est un document légal et a été retrouvé?

Merci
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7790
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Traduction   Sam 4 Juil 2009 - 15:00

Citation :
Fin 1985 il a quand même encore vendu des armes à Bouhouche et ils sont encore allés à la chasse à Compiègne avec les tireurs à l'arc d'Overijse.

attention en néeerlandais on parle de tireurs en arbalète de Overijse
ce qui est souvent un autre dicipline et ...club.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7790
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Ven 1 Jan 2010 - 18:02

José semble très démocrate et très deçu sur la belgique comme Postal:Adieu Belgique.
pourtant , je pense que c'est Belgium 1 point qui a dit qqparts que Joseé connaissait Van Keerb.

Cela a fait doucement rigoler Verdeyen..

A-t- essayer d'infiltrer ou a- t-il eu a un moment des idées à droite comme Tonio.
Jaimerais comprendre car:

Des enquetteurs ont ecrit:

quelque part , les policiers qui font perquisition constatent:

Citation :
Orientations politiques de Tonio:
orientations politiques :on peut presumer que Mendez était de droite en opposition à ses parents .

Lors de perquisition , on a trouvé des livres de Degrelle et ses amis étaient membre du FJ et du WNP.
"presumer" c'est vite dite :c'est aussi possible que il a voulu comprendre ce qui se passait autour de lui , mais si tous ces copains étaient "en viré à droite toute" , alors on peut se poser des questions sur Mendez.

Etait -t-il influencé par Podev. ou il a travaillé au debut ou son orientation à droite c'est passé plus tard?

Si c'est le premier cas ce serait donc bien pensable que ce Pod. est famille du grand Pod.

eliminé pendant la guerre par la resistance !!!! et là c'est du Postal !!!

Qui sont ces et ses AMIS???

ou Mendez infiltrait la droite .......

mais alors ce seras une très longue infiltration payé avec sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   Sam 2 Jan 2010 - 0:05

billbalantines a écrit:
B.R. a écrit:
auliffes a écrit:
...Euh...les conclusions fournies dans l'acte d'accusation me semblent

tout à fait en faveur d' une personnalité psychopathique !

J'ai l'impression que vous oscillez constamment entre le besoin de

protéger votre "ami" Bouhouche, pour mieux vous en distancier

à votre message suivant. Amour-haine...Peut-être ce passage

d'un rapport psy est-il éclairant :

"les psychiatres formulent, en termes d'hypothèse, la comparaison
des rapports existant entre Bouhouche et Beijer, avec une camaraderie de type préadolescentaire : ils font "des coups" ensemble,s'identifiant avec
leurs personnages,sur une scène prédisposante où leur omnipotence
infantile peut se manifester au mépris du monde adulte"
Euh... dans l'exemple que vous citez, il me semble lire qu'il s'agit d'une hypothèse de travail.
Pour le reste, la personnalité de Bouhouche, je vais me donner la peine de relire le rapport dès que je le retrouve. Je ne suis pas trop certain d'être d'accord avec vous, mais je vais vérifier d'abord. Bonne année!

Tiens, Tonio Mendez s'il nous lit ? Peut-il nous expliquer par quel hasard sa soeur est-elle parvenue à acheter la Villa dite 'des ballets roses'? à La Hulpe (appelée improprement 'villa du Rouge Cloitre'? ) et habitées un temps par Eliane Van Vrekom, la compagne de Guy Mathot...

Je remonte des fois que quelqu'un soit en mesure de répondre à la question...?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interview du frère de Juan Mendez   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview du frère de Juan Mendez
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Frère André canonisé le 17 octobre prochain
» Bx Frère Charles de Jésus et commentaire du jour "Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez"
» Saint frère André
» "Saint Frère André "Quelle douceur que ces paroles sur le coeur des canadiens.
» statue du commandeur (DOM Juan) façon Mesguiche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Explorer les affaires connexes aux tueries du Brabant? :: Affaire Mendez-
Sauter vers: