les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Bouhouche, Madani

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20, 21  Suivant
AuteurMessage
Claude Sunain

avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 29/02/2012

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Sam 27 Jan 2018 - 19:19

Très intéressant ce témoignage, vivement de lire la suite merci @Human ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Human



Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 21/11/2015

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Sam 27 Jan 2018 - 19:39

Bonjour Claude

Page 5...(La suite)
Il m'a aussi montré de nombreuses photographies de Madani (Dany) Bouhouche déguisé, que j'ai extraites avec une référence à la boîte de déguisement utilisée par Dany.
Encore une fois, aucune question sur les photos ou la boîte de déguisement, seulement sur la voix de Dany, un fait connu. À ce moment-là, j'ai compris avec certitude que le commissaire ne voulait rien savoir. Il était là pour me poser des questions sur les personnes que j'avais désignées, parce que les réponses à ces questions seraient incluses dans le rapport officiel. Pour quelle raison , le commissaire ne voulait-il pas commencer avec cela.
La même chose était vraie pour les photographies de Juan Mendez, que je connaissais très bien. Non seulement je connaissais sa relation avec l'agent Cari Armfelt de la CIA et Faez Al Ajjaz, mais aussi ce qu'ils faisaient ensemble et le pourquoi, où et quand. Cela devient agaçant, mais encore une fois, pas de question sur Mendez.
Dans l'ensemble, une réaction très étrange pour un détective qui dit tout faire pour découvrir la vérité derrière les tbw. Par la suite, Je ne lui ai pas dit ce que j'ai vu sur d'autres photos. Je m'en foutais beaucoup du fait qu'il ne m'a pas montré certaines photos, de victimes et / ou de suspects qui jouent un rôle dans ces affaires.
Pour le tester, j'ai donné le nom d'Al Ajjaz alors qu'il me montarit  la photo de Jean Berbin. Le commissaire savait que je devais le connaître puisque j'ai travaillé pour lui  pendant longtemps. Mais aucune réaction. Il n'a pas demandé pourquoi je désignais Berbin comme Al Ajjaz ou pourquoi je pensais que c'était Al Ajjaz. Pas même si je connaissais Al Ajjaz et si oui, je le connaissais alors.
Pourquoi pas? Le commissaire ne veut-il pas savoir qui et / ou ce qui se cache derrière le gang?
Mais la chose la plus importante est encore à venir. Après la rédaction et la signature du procès-verbal, le commissaire m'a demandé si je souhaitais avoir une conversation avec lui le samedi suivant. Il avait d'abord travaillé avec l'inspecteur Van Poeck à Groningue et Enschede, cette nouvelles recherches sur Berbin et ils me voulaient parler un instant, non soumis à des interrogatoires, mais « hors procès-verbal. Cela m'a également surpris.
Nous avions convenu de nous rencontrer samedi matin, 15 octobre, au quai de la gare centrale d'Amsterdam, au café Starbucks. Mais il était bondéé, donc nous avons décidé d'aller à la station de restauration sur la plate-forme 1, là nous pourrions parler tranquillement.
Le Commissaire Vos a rendu compte des auditions qu'il avait faites et a indiqué qu'il était arrivé à la conclusion que ma participation au casino de Groningue n'était que de la sécurité, comme je le lui avais dit lors de l'audition précédente.
________________ - Page 6 A propos de la mort de Bouhouche____

Après avoir échangé quelques mots, j'ai amené la conversation à la mort de Dany Bouhouche et lui ai demandé s'il savait avec certitude que Bouhouche était mort. Est-ce qu'une autopsie a été effectuée sur lui? A-t-il été clairement établi que le corps de Dany était?
Il est devenu très nerveux à ce sujet et a dit qu'il avait vu des images du cadavre et a immédiatement dit que l'on pouvait bien entendu le manipuler aussi. Il m'a dit qu'il avait vu des photos de ses proches, son ex-femme Anne Quittner, son fils David et son ami Claude Bureau qui étaient vraiment tristes. Comme si j'en doutais.

Alors je lui ai dit pouqoui j'avais évoqué le décès de Dany. Au début des années 80, je rendais régulièrement visite à Dany, au nom d'Armfelt, en préparation de l'action prévue au Suriname.

Comme Danyl voulait apprendre l'espagnol, j'ai d'habitude fait une cassette avec des devoirs d'apprentissage dans un magnétophone à cassette. Nous avons entainons conjointement lors de nos trajets en commun. Au cours de ces trajets, on  a parlé des missions, de leur mise en œuvre et des conséquences.
Au cours d'une de nos conversations au cours d'un voyage, il m'a dit qu'il pourrait faire une nouvelle identité parfaite sans que personne, même les autorités ne porte de soupçon et qu'il avait besoin d'environ 5 à 10 ans. Je n'étais pas impressionné par ça et je le lui ai dit . J'ai dit que je pouvais penser à un moyen beaucoup plus rapide.
Je l'ai dit au Commissaire Vos et lui ai dit que s'il était encore en vie, il se trouverait probablement en Espagne et que je pourrais le trouver. Je connaissais plusieurs de ses contacts en Espagne à partir de ce moment-là et je savais également qui pourrait et qui l'aiderait dans ce cas.
Le commissaire a immédiatement tenté de changer la conversation en disant qu'il avait parlé avec des gens à Fougax-et-Barrineuf. Ils lui avaient dit que Bouhouche abattait régulièrement des arbres avec une tronçonneuse et que ces gens l'avaient averti de la façon dont, selon eux, c'était dangereux. Le Commissaire Vos a démontré à ce propos le balancement d'une tronçonneuse imaginaire à hauteur de poitrine.
Il a également dit que Bouhouche quand il a été arrêté, a voulu s'enfuir au Paraguay, que c'était la raison pour laquelle il voulait apprendre l'espagnol. Sur ma question, «et où a-t-il été arrêté?», Le commissaire ne pouvait pas répondre mais «c'était en effet en Espagne».
Pas d'autres questions à ce sujet, pas de la façon dont il avait l'intention de faire cela? Où, si c'était vrai, pouvait-il rester? Dans quel (s) lieu (s) en Espagne? Qui étaient ses relations en Espagne? Les noms? Où se trouve-t-il? Est-ce que je veux aller après ça? Rien de tout cela, pas de question.

------------------------------Page 7 ---
-Passage publié par Ginlo page 13 de ce fil ---------

La réaction du commissaire Vos était très étonnante. Il devait aussi avoir des réserves sur la mort subite de Bouhouche de cette manière. Ils se connaissaient de la gendarmerie, ils étaient collègues. Le commissaire savait que Dany était un manipulateur expérimenté. Mais ce qui se passe, seulement sur la base de photos qu'il dit avoir, s'il vous plaît noter, il n'a même pas demandé les empreintes et les mettre dans le dossier, il suppose que Dany était celui qui serait mort d'une manière très étrange. de plus, il est également incinéré d'un coup. Pour tous les autres enquêteurs, les cheveux se dressaient sur la tête, mais pas chez notre commissaire. Malgré ses 15 années d'expérience dans l'enquête sur les gangs.

Je reviens maintenant à la conversation avec Bouhouche et sur la partie de la conversation où il est question d'une nouvelle identité
Dany a dit  qu'il avait besoin d'environ 5 à 10 ans pour changer d'identité sans éveiller le moindre soupçon. Je n'étais pas impressionné par ça et je le lui ai dit aussi. J'ai dit que je pouvais penser à un moyen beaucoup plus rapide.
Oui, dit-il mais  vous disparaissez soudainement et dans un autre endroit une nouvelle personne apparaît en même temps. Un détective peut facilement tracer quelque chose comme ça. "
«Je le fais différemment, si je veux disparaître, alors je trouve quelqu'un de ma corpulence, une personne qui a peu de contacts avec la famille et autres. je le tue et je le place dans une chambre froide ou un congélateur pendant quelques années. Pendant ce temps, je commence progressivement à construire une nouvelle vie sous son nom dans un endroit complètement différent. D'abord pendant les vacances et les week-ends et après un certain temps je construis un nouvel avenir.
«Si tout le monde est habitué à moi, alors je prends le corps du cercueil, mets un accident sur scène et disparais sans que personne ne doive se demander où je suis resté. J'ai disparu légalement et ne plonge soudainement nulle part ailleurs. Je vis déjà sous l'identité de cette autre personne. Je pensais que c'était une histoire plutôt lourde, mais c'était Dany, qui regardait loin et prenait des mesures de précaution. Un maître en logistique.

À cause de la réaction étrange du commissaire Vos, je suis allé étudier la disparition de Dany et j'ai remarqué des choses qui n'étaient pas en accord avec le Madany Bouhouche que je connaissais.
Par exemple, la réponse de Dany à l'avertissement concernant la manipulation de la tronçonneuse. N'a-t-il pas écouté? Était-il têtu? Pourquoi une personne ordonnée et raisonnablement technique est-elle restée comme Madani Bouhouche, continuait-il à couper des arbres alors que certaines peronnes lui ont dit qu'il mettait sa vie en   danger»? Simple, Dany devait être capable de faire un accident avec un résultat fatal. Les autorités n'ont pas été alarmées de cette manière. Après tout, les villageois l'ont u averti tant de fois, mais ce Belge têtu devait continuer de cette manière périlleuse.


La suite au prochain numéro...
Revenir en haut Aller en bas
Claude Sunain

avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 29/02/2012

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Sam 27 Jan 2018 - 20:41

Cette lecture est vraiment très intéressante et intrigante, je pense qu'un avis éclairé de monsieur Beijer serait le bienvenu pour voir ce qu'il en pense et si cela tient la route.

Merci pour la traduction @Human ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Human



Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 21/11/2015

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Dim 28 Jan 2018 - 9:25

La suite...
________________________ - Page 8 ______________
Nous allons maintenant analyser l'accident conformément à ce que j'ai indiqué ci-dessus et chercher des explications et des pistes:
• Dany a préparé les villageois à la possibilité d'un accident mortel parce qu'il ne voulait pas écouter les bons conseils de villageois expérimentés, en coupant des arbres dangereux;
• Ce que craignaient les villageois, l'arbre lui a explosé à la face. Bouhouche  était «méconnaissable»

• En raison de  cette explosion sur le visage, le corps n'est pas repoussé comme prévu, mais au contraire, le corps se trouve en position avancée, sur les mains et les genoux;
• Cette position ne correspond pas à une explosion ni à un tronc d'arbre explosant sur le visage, mais à un cadavre qui assis dans un meuble congélateur à quatre pattes et qui est placé à l'état congelé sur l'arbre éclaté ou fendu;
• Par coïncidence, Bouhouche a rompu avec son amie Claude Bureau quelques mois avant son «accident» et a commencé une nouvelle relation avec une fille plutôt «simple» du village voisin de Belesta;
•  Dany voulait-il avoir  les mains libres pour réaliser ses plans et ne pouvait-il pas en être ainsi parce que Claude le surveillait trop ou ne pouvait-elle rien savoir?

• Puis le testament:  Dany avait-il besoin d'un testament pour le peu d'argent et les maigres possessions dont il disposait? j'ose en douter, mais qui met dans un testament que son corps doit être incinéré. Vous laissez quelque chose comme ça au plus proche parent. Ou Dany avait-il peur que les empreintes digitales soient prises et que sa fausse identité soit révélée?

• Qui a informé Alan Weykamp si vite et quelles étaient ses activités après son arrivée à Fougax-et-Barrineuf?
• Y avait-il un congélateur dans l'un des gîtes gérés par Dany pour Alain Weykamp, ??où une personne peut rester agenouillée plus longtemps?

• Est-ce que Dany a eu accès à une telle armoire de congélation à un autre endroit dans la région? Peut-être avec son ami, le gendarme Jean Paul Contât?
• A-t-on vérifié si Alain Weykamp possède encore les gîtes du Domaine de Tony ou s'il a également quitté la région?
• quel est l'identité du gendarme Jean-Paul Contât qui s'est installé à Fougax presque simultanément que Bouhouche? les villageois avaient aussi beaucoup de doutes au sujet de cet homme.

________________________ - Page 9 ______________
• Est-ce que ce gendarme habite toujours là ou était-il là seulement pour s'assurer que Bouhouche a eu le temps et l'opportunité de construire une nouvelle identité?
• Ce gendarme Jean-Paul Contât, a spécialement acheté une moto pour s'occuper des chiens Bouhouche. Cela signifie que Dany était régulièrement absent. A-t-on fait des recherches sur la fréquence et la durée de Dany? At-il donné une déclaration où il allait? En tout cas, il 'était pas toujours à Bruxelles;
• Bouhouche était déjà libre, la principale raison de disparaître, aurait été, de ne pas être surveillé par la police et la justice et la possibilité de dépenser le produit des vols, autant qu'en sa possession, et mener d'autres vies;
• Ll'argent et de l'or, ne peuvent pas seulement être une trace importante, il doit aussi avoir laissé des traces. Cette possibilité a-t-elle été étudiée autrement que de se promener avec un détecteur de métaux sur les lieux? A-t-on vérifié combien les gîtes de Fougax ont coûté? De quelle manière  ont-ils été payés? Les gîtes de Dany ont-ils été achetés pour mettre en scène sa disparition?
Comme vous pouvez le voir, il y a beaucoup à étudier et de nombreuses questions que le commissaire aurait pu me poser, mais je l'ai déjà mentionné, pas de question.
Mais ce n'est pas tout. En raison de la réaction étrange, ou  de l'absence de réaction, à tout ce qui pouvait être lié à l'enquête, j'ai demandé au commissaire quelle était son'intention réelle. Voulait-il retrouver les gens qui formaient le gang et savait-il qu'ils fonctionnaient toujours dans une configuration différente ou voulait-il avoir les clients, les gens derrière le gang? Les gens avec une raison, peu importe, qui ont laissé ces attaques se produire. L'homme derrière les tueurs de Nivelles et la CGC, est, je crois, l'agent de la CIA Cari Magnus Torsten Armfelt, un ami proche de Paul Vanden Boeynants et Faez Al Ajjaz et c'est ce que j'ai dit au commissaire Vos. Le commissaire n'avait jamais entendu le nom Armfelt et son nom n'avait jamais été mentionné dans aucun des documents relatifs aux tbw. Qui était ce Cari Armfelt?
Pour avoir une image complète, je vous parle d'abord de ma propre histoire et de la façon dont le "Service" m'a chargé de mener une enquête visant à commettre un coup d'Etat au Suriname et d'entrer ainsi en contact avec les différentes autorités belges. rester derrière les groupes:
Au cours de mon service au Suriname en 1968 et 1969, j'ai été recrutée à la Section 2 TRIS, Force de renseignement militaire au Suriname, l'ancien chef S2 TRIS, le major et le capitaine Bavinck D (Dicky) Mekkering. Mon travail consistait à cartographier les membres des partis de gauche, à rechercher des signaux extrémistes et des influences cubaines. J'ai tracé des groupes suspects et  ai écrit des rapports.

________________________ - Page 10 _______________

J'ai également mené des recherches parmi les pêcheurs polonais et leurs liens communistes au Suriname. Il y avait un ordre de me laisser avec les participants des grandes grèvee des enseignants VOLMEK (Forces Education Association secondaire et formation éducation scolaire)à Paramaribo en 1969.    Cette grève provoqua la chute du cabinet  du célèbre homme politique Surinamais Jopie Pengel.

Après ma période de service, j'ai été enrôlé dans une section spéciale (secrète) des opérations et du renseignement, qui relève d'Interdoc, un bureau axé sur la tromperie et la désinformation. Cette section, créée en 1972 sous le nom de «The Service», était organisée de la même manière que la «PIO», fondée en 1974, plus tard appelée «Résau Miller» sous la direction de Jean Bougerol. Le «Service» ainsi que le PIO étaient étroitement guidés par des réseaux de renseignement parallèles avec une structure cellulaire et travaillaient ensemble régulièrement. Les deux services ont été supervisés par l'agent américain de la CIA, Cari Armfelt.

Je voudrais vous informer de l'une des actions mises en place par le Service car cette action a été menée en coopération avec le PIO, le SDRA 8 et en premier lieu le WIMP. Diverses parties impliquées dans la préparation de ce coup d'Etat ont été mentionnées plus tard à propos des TBW. Je vous appelle des noms et des faits, c'est à vous de faire quelque chose avec.

En 1980, après un coup d'État raté au Suriname par l'armée Fred Ormskerk, on m'a demandé de vérifier si une révolution ou un coup d'État était possible. Après le putsch raté d'Ormskerk, ils voulaient savoir si d'autres actions pouvaient être attendues ou, s'ils devaient intervenir, à quoi ressemblerait un tel plan d'attaque et à quels endroits le Suriname pourrait être envahi. Les pays voisins pourraient-ils vouloir apporter leur soutien, en particulier la Guyane française ou le Brésil? Combien d'hommes seraient nécessaires? De quelle nationalité et / ou origine ethnique. Quelles armes sont nécessaires? Où sont-ils achetés et comment les transporterions-nous à destination?
En mai 1981, 'De Dienst' a rendu public que le dictateur Surinamais Des! Bouterse, le ministre Harvey Naarendorp et l'actuel ambassadeur du Suriname en France, ont effectués une visite à Cuba. C'était une indication que le Suriname allait vraiment dans le camp communiste. Entre-temps, Ronald Reagan était devenu président de l'Amérique. Cela signifiait que, outre la CIA aussi la Defense Intelligence Agency (DIA) et le Conseil national de sécurité (NSC), où Oliver North avait la tête, a rejoint la planification d'une éventuelle prise de contrôle du Suriname.
A partir de mai 1981, on m'a dit de travailler plus activement à la préparation d'une éventuelle prise de contrôle, de sorte que, si les événements au Surinam le justifiaient, nous pourrions intervenir immédiatement. Il m'a semblé que, parce que l'ordre venait de Cari Armfelt il s'agissait d'une opération américaine, mais à mes questions à ce sujet, on m'a dit qu'aucun d'Américain ne pourrait être impliqué.
________________________ - Page 11_______________
Armfeit pensait plus aux Hollandais, aux Belges et aux Français. Il a également pensé à des mercenaires ayant un passé militaire .
Encore une fois les mêmes questions se sont posées: quelles armes? Comment obtenons-nous des armes et du transport? Comment le coup est-il financé? Mais encore plus, qui prendra le relais après le coup d'Etat? Y avait-il un soutien militaire et politique au Suriname?
À partir de ce moment, la formation a vraiment commencé. Cela a été fait en collaboration avec RIO net et Westland New Post, le stay-behind belge c'est-à-dire  les organisations mises en place par Armfeit.
Pour mettre en place le WNP Armfeit a fait revenir latinus du Chili en 1981,  Les coûts ont été payés par Jean Bougerol. Le WNP serait responsable d'une partie de la formation et du recrutement des hommes. Armfeit a clairement indiqué que la coopération belge était considérée comme une répétition générale d'un coup d'Etat. A cette époque, la puissance de Vanden Boeynants était en déclin et des procédures judiciaires se profilaient à l'horizon. Un  changement de régime &tait pour lui la meilleure solution.
Aux Pays-Bas, les installations pour les entraînements ont été organisées par  Kolonel Gorlitz. Il a également fourni des équipements comme des champs de tir militaires  et la formation militaire conjointe avec la Natres (Nationale Militaire Reserve) et le département 0 & I, le Gladio néerlandais. Les participants au coup d'État ont également été recrutés au sein de ces groupes.
J'ai été contacté , via Armfeit,par un ami et un associé , lui-même journaliste , homme d'affaires Faez Al Ajjaz, que je l'avais rencontré avant au cours d'une mission à Chypre. Ce Al Ajjaz m'a mis en contact avec un de ses bons amis le chef mercenaire Bob Denard colonel, qui m'a donné un cours intensif en deux week-ends sur la réalisation d'un coup d'Etat. Plus tard, il est apparu que Al Ajjaz était impliqué dans le financement ainsi que la logistique. Il a donné des armes spéciales telles que le XM 18, un type de lance-grenades sous la forme d'une mitraillette, cette arme est maintenant connu comme MM 1.
Armfeit m'a aussi présenté à Madani Bouhouche. On m'avait dit que Bouhouche était employé par la gendarmerie, un excellent archer ayant des relations dans le commerce des armes, dans le milieu criminel et mercenaire. BOUHOUCHE lui-même a fourni les armes dérobées dans les dépôts de l'OTAN et ceux dérobés  la veille du Nouvel An de 1982  à l'unité d'élitedu ESI (escadron spécial d'intervention) de la police de l'Etat. Ces armes comprennent Heckler modernes et despistolets mitrailleurs Koch avec silencieux et des chargeurs de cartouches avec des munitions . Ces armes étaient destinées à des cibles spéciales au Suriname. Bouhouche conduirait  une équipe de liquidateurs au dictateur Desi Bouterse, Errol Alibux, Iwan Krolis et Harvey Naarendorp.
________________________ - Page 12 _______________
Le recrutement, le financement et la formation se sont bien déroulés, il n'y avait pas encore de date et aucun transport vers le Suriname n'avait été organisé. La question était toujours, cela n'arriverait-il jamais?
Cela a changé après le coup d'Etat manqué du lieutenant Surendre Rambocus au Suriname, les 11 et 12 Mars 1982. A la suite de ce coup d'Etat manqué de '82 j'ai enfin obte,u le feu vert de Kurt Görlitz pour travailler sur le coup au Suriname .
J'ai alors produit un schéma dans lequel j'ai supposé que la renversement du pouvoir devrait avoir lieu dans 300 jours avec une marge de 50 jours avant ou après. Ce schéma a été accepté lors d'une réunion à Bruxelles. Il y avait aussi les dirigeants militaires, les gens des différents services, y compris Kees van den Heuvel, Jean Bougerol, l'agent Cari Armfelt de la CIA et aussi le financier et marchand d'armes Faez Al Ajjaz.
Il a été discuté de quelles armes étaient déjà sur place et quelles armes étaient encore nécessaires.. Comment la révolution devrait être faite. Qui a fourni une couverture politique arrière. La mesure dans laquelle l'usage de la force a été autorisé. Cette application a été largement interprétée, un nombre de morts de 800 à 1200 victimes a été jugé acceptable. Au cours de cette réunion, j'ai été chargé de la direction militaire. Il a également été décidé qu'aucun Surinamais ne ferait partie de mon équipe. Armfelt et Van den Heuvel donnèrent une image du soutien politique, des personnes qui formeraient le nouveau gouvernement après la prise de pouvoir et le soutien des médias surinamais.
L'ancien président du Suriname, Chin a Sen, avait organisé le soutien militaire du deuxième militaire, Roy Horb. Horb mettrait des troupes à disposition pour aider à maintenir l'ordre après notre raid. Nous avons supposé que nous enverrions une unité à la caserne pour vérifier le groupe de Horb. Horb enverrait également des camions à l'aéroport de Zanderij pour le transport de nos gens à divers endroits au Suriname. Plus tard, il s'est avéré que je ne pouvais pas entrer en contact direct avec cet homme. A partir de ce moment-là, je n'avais pas l'intention de l'impliquer dans l'action et certainement pas me laisser savoir comment et quand l'action aurait lieu.
De plus, au cours de cette réunion, j'ai appris qu'une grande somme avait été mise à disposition par ou au nom de la famille Rambocus afin de pouvoir acheter plus d'armes spéciales pour la prise de pouvoir. Ces armes ont en effet été achetées. Ceux-ci devaient inclure une XM 18, maintenant connu MM 1, une sorte d'obus tommy-gun qui ont été tirés et des centaines Laws (armes antichars) spécifiquement pour une éventuelle attaque sur les véhicules blindés et Fort Zeelandia. Un équipement de communication moderne a également été acheté pour le contact entre les différents groupes. La condition pour fournir l'argent par la famille Rambocus était que Surendre Rambocus devait être libéré et qu'il recevrait un travail dans la nouvelle direction militaire.

________________________ - Page 13 _______________

La date cible pour l'opération était déjà connue. Après déliération, nous décidéque ce serait dans la nuit du 24 au 25 décembre 1982. Nous avons délibérément choisi cette date parce que nous supposions qu'il y aurait peu de gens dans la rue et que l'occupation de la caserne Membre Boekoe serait facilité et pour. ne pas faire trop de victimes.
Le coup serait effectué par deux pelotons divisés en six groupes. Chaque groupe composé de 12 hommes avec un officier en tant que chef. Au début de novembre 1982, on m'a dit que le transport était organisé. Un C-130 (grand avion de transport militaire) a été mis à disposition par la CIA. Cet avion partirait de Curaçao. L'équipe d'attaque se rendait au lieu de départ en petits groupes. Un groupe partirait plus tôt pour aller au Surinam via la Guyane française. Ce groupe a dû couper la sécurité à l'aéroport de Zanderij et occuper la tour de contrôle du trafic aérien.
Via l'armée hollandaise, on nous a donné des cartes d'état-major du Suriname et on nous a dit qu'un peloton de marines à Curaçao resterait en alerte au cas où quelque chose n'allait pas pendant l'opération. J'ai aussi reçu les noms des contacts et une maison de sécurité, où je pouvais aller pendant ou après le coup d'état, pour obtenir de l'aide ou des informations. Le plus important de ces intermédiaires était le colonel Bas van Tussenbroek, l'attaché militaire néerlandais au Suriname.
Les événements des 7 et 8 décembre 1982 au Fort Zeelandia ont fait en sorte que l'invasion ne se poursuive pas. D'un seul coup, notre soutien politique n'était plus là. Après le 8 décembre, nous n'avions plus de contacts au Suriname. Le plan entier  a été annulé, il n'est pas passé. La situation là-bas était très incertaine. Personne ne voulait brûler à ce moment-là.
Vers la mi-janvier 1983, le colonel Gôrlitz m'a approché avec l'annonce qu'Armfelt voyait de nouvelles possibilités. Il y avait un nouveau groupe de soutien au Suriname, donc le coup d'État pourrait toujours aller de l'avant. Il s'est avéré qu'un accord avait été conclu entre Chin a Sen et Haakmat et qu'il y avait eu des consultations avec divers groupes de résistance surinamais.
La situation au Suriname a beaucoup changé. Plusieurs des contacts étaient morts ou avaient fui aux Pays-Bas. Les plans antérieurs ont dû être ajustés, certainement en ce qui concerne la face surinamaise après le coup d'État. Ma mission était d'infiltrer les mouvements de résistance surinamais afin de recruter des gens qui se définiraient après la prise du pouvoir, de sorte qu'il semblerait que l'accession au pouvoir n'était qu'une affaire surinamaise. Une question difficile était que la contribution du Suriname devait être autofinancée autant que possible, ce qui signifiait que les mouvements de résistance eux-mêmes devaient épuiser les ressources financières pour l'entraînement militaire.
Tout d'abord, les mouvements de résistance qui existaient  aux Pays-Bas ont été cartographiés  principalement à partir de créoles à Amsterdam,  de Hindustanisà Rotterdam et d'un groupe de Javanais sous la direction de l'actuel parlementaire Salem Somohardjo.

Revenir en haut Aller en bas
Human



Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 21/11/2015

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Dim 28 Jan 2018 - 11:02

________________________ - Page 14 _______________

Pendant cette période, j'ai réussi à recruter un homme de contact, Hans Chelius. Chelius m'a dit qu'il avait travaillé au Suriname pour le service de renseignement de Bouterse. Plus tard, il s'est enfui aux Pays-Bas où il a rejoint la résistance. Il a cherché les dirigeants des mouvements et m'a pris rendez-vous avec l'ancien ministre Chin a Sen, l'ancien ministre de l'armée et de la police Michel van Rey et l'ancien ministre André Haakmat.
Le mouvement de résistance de Chin a Sen s'est avéré être le mieux organisé. Ils ont également eu des financiers et des contacts avec divers services secrets. Lors des premières discussions avec les représentants de ce groupe, il a été indiqué que Chin a Sen préparait déjà quelque chose en Amérique. Cela m'a surpris parce qu'Armfelt, avec qui j'avais des contacts réguliers au sujet de la préparation, n'avait rien dit à ce sujet.
Quelques semaines avant les palmes, on m'a dit que Chin a Sen avec Somohardjo effectuerait un coup avec des mercenaires via le Venezuela dans deux semaines, en collaboration avec la CIA. La planification s'est avérée de tous côtés pour que moi, en consultation avec Armfelt, Van den Heuvel et Gôrlitz, fassent pression sur Somohardjo, pour qu'il n'ose pas mener à bien la tentative de coup prévue.
En plus de former le groupe d'attaque, j'ai aussi commencé à entraîner les Surinamais qui se joindraient à nous dans le nouveau coup d'État. Grâce au recrutement au sein du mouvement de résistance, nous avons pu sélectionner un groupe de 22 hommes qui ont reçu une formation militaire de base dans les forêts de Drenthe, en mettant l'accent sur les compétences dont ils auraient besoin après la prise du pouvoir. la fabrication de prisonniers de guerre etc .. Par la suite 12 personnes ont suivi une formation de parachutisme sur Texel, afin qu'ils puissent également être abandonnés en tant que renforts.  3 personnes dontpar deux pilotes on également suivi une formation de vol supplémentaire à Lelystad.
Je ne décrirai pas toute l'histoire de cette deuxième tentative de prendre le pouvoir au Suriname, car elle a déjà été largement mentionnée dans le livre «The Army Green Suriname» d'Elma Verheij et Gérard van Westerloo (Annexe 2). Cette histoire est née des conversations qu'ils ont eues avec de nombreuses personnes impliquées, mais pas avec moi parce que je ne voulais pas avoir de conversation avec eux à ce moment-là.
Beaucoup de choses n'ont pas été couvertes dans ce livre parce que les auteurs ne le savaient pas. Par exemple, aidé par l'armée hollandaise en haut et ensuite par la personne du plus haut officier de l'armée de l'époque, le général Cor de Jager, il était alors le seul général quatre étoiles aux Pays-Bas. Le 17 avril 1983, j'ai eu une discussion approfondie avec le général De Jager au sujet de la mise en œuvre des plans. C'était au château de Breda, lors de la présentation de la médaille du prince Maurits au supérieur Brongers. Cette cérémonie était organisée par l'Association Royale 'Ons Léger'. Après la présentation et le taptoe qui a suivi, j'ai dû l'informer en détail sur les progrès, comment je travaillais et quelle était mon estimation du succès du coup d'état.

________________________ - Page 15 _______________
Jamais le rôle Hans Teengs Gerritsen, qui me permis de montrer deux des pilotes au prince Bernhard à l'aéroport Lelystad, où le prince a déjeuné avec ses anciens amis volants, n'a jamais été discutté. Il s'agissait de deux pilotes d'origine surinamaise, un ancien capitaine du SLM et un ancien pilote de l'armée de l'air surinamaise. Cela implique que le prince Bernhard était au courant du coup d'État proposé.

En outre, rien n'a jamais été dit à propos de l'implication de la Belgique dans les plans du coup d'État ou du roi de l'ancien premier ministre belge, Paul Vanden Boeynants et de ses nombreux amis douteux. Il voyait cela comme une préparation pour un coup d'État en Belgique si cela s'avérait nécessaire.

Rien n'est écrit sur l'équipe de liquidateurs belges que Bouterse et d'autres devaient assassiner par une technique connue de practical shooting, le « Pirate, mammouth, technique » Sniper. Ces techniques furent par la suite été utilisées par les TBW. Ce sont probablement les mêmes personnes ici Madani Bouhouche, le gitan Farkas, que tout le monde appelait 'Pinta', et Claude Delperdange.
Bien que plusieurs personnes aient participé à ces entraînements et il y avait toujours des équipes dans différentes compositions, et il y avait aussi une équipe B, qui se rendaient tous les deux à l'endroit où l'action devait se dérouler et où il était souvent décidé au dernier moment quelle équipe exécuterait l'action.
La chose la plus importante est, je pense, le role de Cari Armfelt, l'araignée dans le web, l'organisateur de nombreux événements de cette époque.
Le Comte Cari Magnus Torsten Armfelt, né le 1er Janvier, 1918, origine suédoise / finlandaise, était le fils de l'ancien ambassadeur aux Etats-Unis.
Carl a attiré l'attention des services de renseignement en Amérique en Février et Mars 1946 comme témois à la Commission du Sénat à Washington, qui était chargée d'enquêter sur l'internement illégal de résidents nés aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Il s'agissait d'un procès contre 5 citoyens éminents d'Honolulu et contre 5 généraux de l'armée américaine.
À la fin des années cinquante, Armfelt et William Colby ont mis en place une organisation stay-behind appelée «Sveaborg» en Suède. Plus tard, Armfelt a été envoyé aux Pays-Bas pour assister Kees van den Heuvel à Interdoc et a également été chargé de mettre en place des organisations stay-behind en Belgique et aux Pays-Bas. Aux Pays-Bas comme en Belgique, il y avait déjà des organisations restées à la traîne, mais depuis le début des années soixante, chaque relais national a été doublé par un réseau américain. Aux Pays-Bas et en Belgique, c'était le travail de Cari Armfelt. Il l'a fait aux Pays-Bas avec la création du "Service" et de la WACL (World Anti Communist League) et en Belgique, le WACL, le Westland New Post et il a aussi été impliqué dans la bande des tueurs du BW et peut-être aussi dans les (Cellules Communistes Combattantes).
J'arrive à un tel poste parce qu'Armfelt a indiqué dans les conversations que j'ai eues avec lui qu'il mettrait en place une organisation qui devrait être capable de déstabiliser le pays en cas d'urgence. Cela devait être une organisation d'extrêmement droite. Il m'a dit à l'époque que je m'entraînais avec des gens de la WNP que l'on soupçonnerait plus tard comme membres de la bande des tBW.

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Human



Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 21/11/2015

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Dim 28 Jan 2018 - 14:12

________________________ - Page 16 _______________
Mais ça devient encore plus bizarre. Il a dit qu'il ne créerait pas seulement une organisation terroriste de droite, mais aussi une organisation de gauche. Personne ne saura alors qui se tient derrière. Exactement comme cela s'est passé en Belgique entre 1982 et 1986.
Il est également frappant de constater qu'après la dernière attaque du gang de Nivelles en novembre 1985 et l'arrestation des membres des CCC le 16 décembre 1985, neuf jours plus tard, Armfelt sans avertissement préalable, est parti avec sa femme et ses enfants polonais. à Port Rowan au Canada. Il a ensuite été suggéré que cela aurait à voir avec l'attaque prévue sur Olaf Palme, je pense qu'il a fui
par peur que ces arrestations ne fassent connaître son role. Il y avait aussi des menaces dans d'autres cas. Il est décédé le 8 novembre 2005 à Simcoe, en Ontario.

La prise de pouvoir s'est arrêtée après une attaque sur ma vie. Le 15 juin 1983, le départ vers le Suriname serait organisé. J'attendais dans le hall de la gare centrale d'Amsterdam le colonel Gôrlitz qui m'accompagnerait au point de rassemblement. À ma grande surprise, je ne l'ai pas rencontré mais trois hommes qui se sont entraînés avec l'équipe de liquidateurs que Bouterse aurait dû éliminer. Ils m'ont enfermé et m'ont dit qu'ils avaient reçu l'ordre de m'emmener à La Haye pour une dernière réunion. J'ai réussi à les tromper quand j'ai vu arriver des policiers. J'ai réussi à renverser l'un des attaquants et j'ai pu prendre la fuite.
Je me suis ensuite caché sous un nom différent dans un hôtel du vieux Sud et, un autre jour, j'ai pris contact par téléphone avec Kolonel Gôrlitz. Il m'a dit que la même nuit, Peter Meijer avait été assassiné et qu'ils devaient aussi m'éliminer. Peter Meijer était quelqu'un avec qui j'avais des contacts au sujet du Suriname. Il avait travaillé à la mission militaire au Suriname et était conscient de l'implication de Kolonel Valk et de sa mission dans le coup d'Etat de Desi Bouterse. Cette nuit là, Peter Meijer aurait dérapé avec sa Volkswagen Beetle dans un léger virage près de Delft. Le Colonel Gôrlitz m'a également dit que l'accident avait été mis en scène et qu'ils avaient l'intention de me placer dans cette voiture avec Peter Meijer (Annexe 3). Selon lui, Armfelt et Van den Heuvel ont été impliqués dans l'attaque et m'ont conseillé de rester dans la clandestinité. Peu de temps après, je suis parti pour l'Espagne.
Comme vous le voyez, Madame le juge d'instruction, toute une histoire. J'espère que vous comprenez que j'ai quelques questions sur le fonctionnement du commissaire Vos et, par conséquent, sur le fonctionnement de l'inspecteur Van Poeck, il s'est également joint à nous pour en entendre parler. Et lui non plus n'a rien entendu.
Une étrange histoire, un commissaire qui fait 15 ans de recherche dans un cas d'importance nationale. Qui ne peut arrêter un suspect dans cette même enquête au cours de ces 15 années? Il me dit qu'il n'a jamais entendu parler d'un Cari Armfelt dans le contexte de l'enquête sur le gang. Près de 3 millions de pages et rien dans ces pages à propos de l'implication de Armfeit.
________________________ - Page 17 _______________

Madame la juge d'instruction, encore une fois, j'ai de sérieux doutes à ce sujet. Néanmoins, des textes publiés en 1990 établissaient un lien entre Armfeit et les réseaux stay-behind (Annexe 4).
L'implication de l'agent Cari Armfeit de la CIA dans les événements de la première moitié des années 1980 en Belgique a été un long secret. Seulement après 2008, dans une interview avec le journaliste Gérard van Westerloo, a donné des éclaircissements sur le rôle de premier plan de Armfeit dans les deux coups prévus au Suriname . une première enquête sur Armfeit , son rôle à la tête du WNP, de la WACL, du gang des tueurs du BW et des CCC, vient de commencer. Gérard van Westerloo voulait écrire un livre avec moi sur cette période, mais voulait d'abord tout vérifier. Quelque temps plus tard, il m'a téléphoné nerveusement et m'a dit que sa vie était maintenant aussi en danger. Et même plus tard, Van Westerloo a rompu tous les contacts et n'a jamais écrit une lettre de plus sur son sujet favori, Suriname. Cela montre que même en 2008, la recherche n'était pas encore sûre.
Puis, en 2009, j'ai déposé un déclaration au juge d'instruction à Paramaribo, sur la participation belge (annexe 5). Parce qu'il n'y avait pas de réaction de la part de l'équipe de recherche belge j'ai publié un grand nombre d'informations sur le forum BVN sur les coups d'état prévus au Suriname, sur Armfeit et sur les formations que j'avais reçues. J'ai utilisé le pseudo d'Insider.
L'information que j'ai mise sur le forum n'était qu'une petite partie de ce qui s'était passé, elle devait provoquer des réactions et cela a bien fonctionné. Sur la base des publications, le journaliste belge Guy Bouten a également commencé à faire des recherches et parvient aux mêmes conclusions: Armfeit a joué un rôle de premier plan dans l'ensemble de l'événement des années 1980.
C'est clair que Guy Bouten a l'information de moi , il utilise même beaucoup de mes mots et expressions, comme je l'utilise sur le forum. En fait, il commence son livre avec ce que Armfeit m'a dit au sujet du secret, mais indique à tort qu'Armfeit aurait dit cela à Jean Bougerol. Peut-être pensait-il que Bougerai était "Insider" sur ce forum? En tout cas, vous pouvez voir à partir des dates que Bouten a commencé sa recherche sur base de mes publications et je ne peux pas dire le contraire, avec succès.
Dans son livre « 'De Bende van Nijvel en de CIA", il décrit comment il a mené des recherches sur Armfeit et d'autres intervenants et des suspects et ce qu'il a obtenu des résultats très similaires aux miens. Ce n'est pas tout à fait exact, il manque encore des choses, mais il était clairement sur la bonne voie et a fait beaucoup de choses.
Pourquoi, Madame la juge d'instruction, un chercheur amateur tel que le journaliste Bouten peut-il trouver cette information et pas vos enquêteurs? Alors que la cellule du Brabant wallon aurait pu obtenir de moi des informations, telles que:
Revenir en haut Aller en bas
Human



Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 21/11/2015

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Dim 28 Jan 2018 - 14:24

________________________ - Page 18 _______________
• Qui était la personne Cari Armfeit?
• Le passé d'Armfeit et pourquoi il était actif aux Pays-Bas et en Belgique;
• Les différents noms de code de Armfeit;
• Les différents stay-behind auquels Armfeit était associé;
• Le rôle d'Armfeit à Interdoc et au PIO;
• Où Armfeit s'est retrouvé en Belgique;
• Quels personnages haut placés il fréquentait  en Belgique et aux Pays-Bas;
• Si l'organisation  «Burafex» a réellement existé et si oui, la structure de cette organisation;
• Quel était l'objectif de Burafex, dans lequel ils étaient impliqués;
• Quelles personnes avaient une place dans Burafex et leur role dans cette organisation.

Vous voyez, Madame le juge d'instruction, qu'il y avait beaucoup à découvrir pour le commissaire Vos, au sujet des actions et de la personne Armfeit. J'ai déjà dit que j'avais des doutes sur ses recherches à ce moment-là, mais je pensais qu'après mes questions et instructions, il travaillerait dur pour obtenir les bonnes informations et ensuite me contacter pour de plus amples informations. . Je lui ai dit cela aussi, j'ai dit: "Commissaire, vous devez d'abord savoir qui et ce que Cari Armfeit était et ce qu'il a fait. Je suis sûr que vous me contacterez à nouveau dans le courant de la semaine prochaine.
Malheureusement, madame la commissaire Eddy Vos, je n'ai jamais été autorisée à en entendre davantage. Ou pas? Le vendredi 13 janvier 2012, j'ai dû comparaître devant la cour martiale à Paramaribo. Grâce à cette cour de guerre, j'ai entendu parler de l'implication de l'actuel président du Suriname, Des! Delano Bouterse dans les meurtres de décembre 1982 et si le coup d'Etat prévu avec l'implication belge pourrait avoir été une raison pour cela.
Le lundi 16 janvier suivant, dans les principaux journaux belges, des articles sur mon témoignage et l'implication de la Belgique sont apparus (Annexe 6). Le lendemain, le 17 janvier, le commissaire Vos a demandé un transfert dans un autre département (annexe 7). Même maintenant une coïncidence? Ou le commissaire avait-il peur de devoir répondre du fait qu'il savait tout, mais qu'il n'avait pas enquêté pour quelque raison que ce soit?
J'ai reçu de nombreuses réactions à ce sujet de la part des Belges et des Néerlandais. Des réactions telles que: Les rats quittent le navire qui coule, que doit-il cacher? Est-ce qu'il le savait? Est-ce que cette recherche est coupée? Etc.
Les Belges d'outre-mer devaient également se justifier et tirer leurs conclusions (Annexe Cool. Seule l'équipe de recherche ne voyait rien d'étrange à cela, au moins je ne pouvais pas les entendre.
Comme vous pouvez le voir, il y a encore beaucoup de possibilités de trouver une solution ou du moins de se faire une idée plus complète de ce qui s'est passé durant ces années turbulentes.
________________________ - Page 19 (FIN) _______________

Peut-être d'autres suspects des attaques que ceux soupçonnés et probablement beaucoup plus de suspects que prévu initialement, mais encore plus que les personnes peuvent être derrière ces méfaits et quelle était leur motivation.
Surtout pour les parents survivants, il doit être gratifiant de savoir pourquoi leurs proches se sont fait tuer. Ces personnes ont le droit de savoir ce qui s'est exactement passé et pourquoi.
Bien que cela puisse sembler une longue histoire, ce n'est qu'une fraction de ce qui se passait à l'époque, beaucoup de noms et d'événements que je n'ai pas mentionnés consciemment pour qu'on ne me le dise pas plus tard: "nous avions déjà cette information".
Ma question est la suivante: Madame la juge d'instruction, voulez-vous faire quelque chose avec l'information, écrite par moi et si oui, qu'en ferez-vous? Je voudrais avoir de vos nouvelles à ce sujet à court terme et pas pour une autre année ni action ni réaction. "
Vous savez peut-être que je pense sérieusement à faire de la recherche en collaboration avec les médias, les documentaristes ou la presse, et à fournir des preuves de ce qui a été écrit ci-dessus.
Vous pourrez peut-être présenter le juge d'instruction, qui serait responsable de vous et de votre organisation policière et judiciaire alors qu'ils réussiraient, avec moi, où les autorités d'enquête établies sont restées impavides et qui sont restées les mains vides pendant 30 ans .
J'espère avoir de vos nouvelles et / ou de votre équipe bientôt. Vous pouvez me contacter via l'adresse ci-dessus en néerlandais ou en français. Je souhaite même m'exprimer en néerlandais, dans lequel je me sens mieux chez moi, d'autant plus que je parle peu français depuis trente ans.
Avec le plus d'estime,
P.A. van Haperen
Landsmeer, 16 novembre 2012
Annexe: 8

---------------------------------- FIN ----------------------


Dernière édition par Human le Dim 28 Jan 2018 - 15:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 14051
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Dim 28 Jan 2018 - 14:45


Un grand merci pour cette traduction.

Il y a un fil de discussion sur Carl Armfelt.

Voir aussi :

http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t2340-la-piste-du-surinam


Revenir en haut Aller en bas
Henry

avatar

Nombre de messages : 2333
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Dim 28 Jan 2018 - 15:04

Je me joins à tous pour remercier Human qui s'avère être un contributeur de premier plan sur ce forum.
Revenir en haut Aller en bas
Claude Sunain

avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 29/02/2012

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Dim 28 Jan 2018 - 16:24

Merci à @Human pour sa traduction ! ✅😉
Revenir en haut Aller en bas
pierre



Nombre de messages : 758
Localisation : charleroi
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Dim 28 Jan 2018 - 22:43

Un Grand merci pour ce document important daté de octobre 2012.
On en apprend de belle...
Il semblerai qu'apres Ruth se soit  au tour de Vos d’être démasqué.
Cella semble crédible. Mais comment expliquer une équipe Belge au Surinam?


Dernière édition par pierre le Lun 29 Jan 2018 - 0:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://soscharleroi.com
pierre



Nombre de messages : 758
Localisation : charleroi
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Dim 28 Jan 2018 - 22:58

Rappelons aussi que si on veux disparaître cella ne peut être que en dernier recours pour éviter l'incarcération.
Savait il qu'il devait être à nouveaux interroger ?
A quel point était il informer des information récolté par la cellule?


Dernière édition par pierre le Dim 28 Jan 2018 - 23:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://soscharleroi.com
pierre



Nombre de messages : 758
Localisation : charleroi
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Dim 28 Jan 2018 - 23:13

Si congélateur il y a us, il devait se trouver dans un endroit sécuriser. Difficilement ou même carrément inaccessible, mais relativement proche.
Doté d'une alimentation énergétique importante et fiable.

Quel histoire
Revenir en haut Aller en bas
http://soscharleroi.com
HERVE



Nombre de messages : 14051
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Sam 3 Fév 2018 - 15:51


Un témoignage sur Madani Bouhouche...

_ _ _ _ _


J'ai croisé Bouhouche à maintes reprises sans jamais engager une longue discution . Il était prétentieux et connaissait tout mieux que tout le monde . La seule fois où j'ai un peu parler avec lui c'est au restaurant la diligence à Liège. Mendez nous avais inviter. Bouhouche à remplis ses poches avec le sucre et les petit lait à la disposition des clients . Pour le bureau disais t'il. A la sortie il a volé le sel et le poivre pour la cantine . Il se faisait appeler Dany .

J'ignore toujours pourquoi Mendez nous avais assemblé . Bouhouche portait un GP35 sport et faisait tout pour qu'ont le remarque . Il avait un chargeur allongé et m'a fait part qu'il contenait 19 balles . Il était toujours à la GD et avait des plans de carrière, à plusieurs reprises il a parler de promotions importantes .Mendez me donnait des coups de pieds sous la table pour me faire connaître qu'il se vantait .

Il a aussi expliquer qu'il avait mis au point un système d'interrogatoire . Il fixait le visage et les yeux du prévenu et détectait s'il mentait .Il utilisait aussi cette technique avec ses collègues.

Revenir en haut Aller en bas
Etienne



Nombre de messages : 1238
Date d'inscription : 26/11/2015

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Sam 3 Fév 2018 - 19:00

Vous m'intriguez Hervé. Vos écrits sont d'un très haut niveau. On pourrait voir en vous un historien doublé d'un Sherlock Holmes. Et vous avez rencontré des personnages hors du commun. Très intéressant. C'est toujours un plaisir de vous lire. Vu le temps que cela doit vous prendre, je dirais que soit vous êtes à l'abri du besoin, soit un enquêteur au dévouement sans borne. Je suis étonné qu'un seul homme puisse suivre tant de pistes. Impressionnant.
Revenir en haut Aller en bas
pierre



Nombre de messages : 758
Localisation : charleroi
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Sam 3 Fév 2018 - 20:39

Il devrait écrire un livre
Revenir en haut Aller en bas
http://soscharleroi.com
HERVE



Nombre de messages : 14051
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Dim 4 Fév 2018 - 20:46


Un message de Léon Roufosse ... (au sujet de Edmond Bajart)

_ _ _

C'est Beaurir qui a décidé en 1973 que Bajart devait devenir président de Veeweyde . 6 mois après c'était fait . Avec son agence de mannequins il touchait énormément de monde . C'était Dossogne qui s'occupait de la publicité. Bouhouche à travaillé quelques mois pour son agence de voyage.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 14051
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Lun 19 Fév 2018 - 8:52


A garder en mémoire : extrait du témoignage de "Claudine M.", la première épouse de Jean Bougerol (interview par Guy Bouten).

_ _ _

Door uw boek heb ik de naam Bouhouche in de oren geknoopt. Mijn ex had sporadisch telefonisch contact met hem. Ik weet ook van die keer dat hij in de buurt van de avenue Hippocrates in Woluwe garages en een appartement van Bouhouche heeft gecontroleerd.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 14051
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Jeu 15 Mar 2018 - 13:48


Les tueurs
Gilbert Dupont et Paul Ponsaers
(1988)





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 14051
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Lun 16 Avr 2018 - 15:04


DE JONGHE - VAN BRUSSEL





_ _ _


Message de Cusmenne Claude ( Mer 14 Juil 2010 )

Robert Darville, membre bande Haemers, ce n'est pas contesté. Oui mais, lors de la perqui dans son box d'Uccle, des cartouches Légia 12, catalogue N°9ZP23 y furent découvertes, un lot fabriqué en Italie, la machine de Liège étant défectueuse. Les tueurs,se sont débarassés des munitions provenant du même lot , découvert dans le sac repêché à Ronquières en novembre 1986, sac souvenons nous, qui établit le lien avec toutes les "affaires". Darville à été marchand d'armes, on sait aussi, qu'il existe un lien Darville/Mendez/Bouhouche, et donc, le fait que des munitions qui proviennent du même lot, sont découvertes dans son box, n'est pas le fruit du hasard, c'est un lien manifeste. La question qui se pose: munition à usage personnel? Ou encore, a t'il fourni ce type de munition aux tueurs? Ou Darville a t'il eu affaire au même fournisseur? Ou a t'il fourni a qqn de son entourage, qui lui à fourni l'un des tueurs? Du boulot pour la CBW renforcée..!!

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 14051
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Lun 14 Mai 2018 - 18:34


Une réaction de Michel Libert

_ _ _ _ _ _ _ _ _

falco

Sujet: Re: Libert, Michel Aujourd'hui

Bonjour à tous,

Une question à Monsieur Libert,

Quel est votre avis sur la personnalité de Madani Bouhouche, qui dit-on, faisait partie du WNP.

Un directeur de la prison où il fut incarcéré a dit de lui " j'en ai connu beaucoup, mais un pareil, jamais". Et d'ajouter " c'est un tueur en série".

Tuer, Bouhouche l'a fait à plusieurs reprises.

Cordialement.

_ _ _

Monsieur Falco,

Je me suis déjà étendu souvent au sujet de Madani Bouhouche, lequel n'était pas un ami, ni un camarade mais une relation avec laquelle je me devais d'entretenir un contact au moins potentiel.

Rapide rappel. Bouhouche était membre "AX" (auxiliaire) du WNP, chose qui n'enlève rien au fait qu'il puisse avoir un autre statut au sein d'un autre satellite de l'Organisation.

Lors de la remise officielle de sa carte (son identité étant authentifiée et agréée au sein de nos services, copie PAL et Commission européenne par les bons soins d'un puissant et notable intermédiaire de Paul Latinus et autres consorts), il me dît avec un sourire appuyé: "Ho, tu sais, bien entendu je l'accepte volontiers mais je n'en aurai point usage pour accomplir ce que j'ai à faire et obtenir ce dont j'ai besoin".

Pour le peu de fois que je l'ai rencontré, c'était une personne très amitieuse, déterminée, sérieuse, fort cultivée avec un pendant quelque peu cynique.

Il est évident, eût égard à sa carrière, sa position, ses différentes situations et son périple historique ... il est évident, donc, qu'il ait été une cheville ouvrière au profit des puissants nageant dans le bocal du Burafex et servant de multiples intérêts par nous, exécutants, ignorés.

Revenir en haut Aller en bas
falco



Nombre de messages : 422
Date d'inscription : 25/11/2017

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Lun 14 Mai 2018 - 19:37


Merci Monsieur Libert

J'en déduis ce que je pensais en lisant bien entendu ce que vous pouvez me dire.

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Cheshire cat

avatar

Nombre de messages : 957
Date d'inscription : 06/08/2013

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Sam 14 Juil 2018 - 22:10

michel a écrit:
Une photo assez récente de Bouhouche. Mais pourquoi portait-il donc toujours ces fameuses lunettes à verres fumés?
C'est une question de psychologie...

1.  C'est un code vestimentaire comme les pilotes portaient des "ray-ban" initialement conçues pour eux. C'est "faire partie d'une groupe social" qui est "financièrement aisé" (à l'époque). Pour ainsi dire les lunette sont "une signature sociale" voir même "ethnique" par leur style  C'est particulièrement vrais pour ces "Ray-Bans".


2. Un moyen permettent à ceux qui les portent de se sentir supérieurs, de se rassurer  (mettre une barrière en eux et l'autre).
C'est comme "couper le lien visuel" entre 2 interlocuteurs

3.  Ca sert aussi à dissimuler les micro expressions des yeux. C'est souvent fait et percu de façon inconsciente mais la communication dite "non verbale" (gestuelle)  ca représente 80 % de la communication entre les humains. Wink

C'était un "pied noir" culturellement "mi algérien, mi belge".
Ce qui explique que la plus part de ses comparses sont comme lui, soit d’origine magrébine, soit ont un problème d’identité culturelle (Beijer ne connait pas son père et d'où il a pu être manipulé par les russes).
L'avantage est qu'on connais les 2 culture et donc on peut jouer sur 2 tableaux en même temps.
Le point faible est qu'on ne plus partie "totalement" l'un ou l'autre (problème d'intégration)
Pour exemple le belge qui est culturellement "un hybride" wallo-flamingant mais sans être totalement "wallon" ou "flamand"

C'est pour ca que personne n'a pensé qu'il pouvait être le portait robot n°19. On cherche "un des nôtres" (un belge "de souche" ; belge, flamand ou wallon) mais pas "un demi belge" qui est exclus parce que notre esprit on ne le considère pas comme "un belge à part entière" (ca vaut aussi pour beijer)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 14051
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Dim 12 Aoû 2018 - 15:53


https://www.nytimes.com/1998/05/05/world/samuel-cummings-71-trader-in-weapons-on-a-grand-scale.html

Samuel Cummings, 71, Trader In Weapons on a Grand Scale

(...)

His company, Interarms, did $100 million worth of business in a good year, and over the course of four decades it had many. It dealt guns and ammunition to dictators, despots, revolutionaries and counter-revolutionaries -- and, in one notable case, to both sides in a Central American guerrilla war.

(...)

_ _ _

Six années d'enquête : les tueurs
de Gilbert Dupont (Auteur), Paul Ponsaers
(1988)

(...)   Dans les années 1977-80, la justice belge avait été amenée à enquêter sur les activités de Carlos Davila qui. parallèlement à ses activités à la FN, exploitait le club privé ‘El Puma’, dans la rue du Marché au Fromage à Bruxelles.

Officiellement, ‘El Puma’ n’était à Bruxelles qu’un centre culturel sud-américain.

Mais la gendarmerie belge était parvenue à établir que sous cette couverture se dissimulait une antenne de la CIA par laquelle le milieu latino-américain de Bruxelles était facilement surveillé. Carlos Davila utilisait d’ailleurs un break Chevrolet pourvu de plaques d’immatriculation attribuées en Virginie à la firme ‘Replica-Model’, une couverture de la CIA dirigée par Sam Cummings.

Cette enquête sur Carlos Davila avait été effectuée à la BSR de Bruxelles par le maréchal des logis Madani Bouhouche.  (...)

_ _ _ _ _ _

https://libcom.org/library/appendix-g-otto-skorzeny

https://libcom.org/files/Stefano-Delle-Chiaie.pdf

(...)

In September 1973 the Dublin Evening Express announced that Skorzeny was seriously ill in Spain with cancer of the nervous system. This report was taken up by the Washington Post, which identified him as being a major arms broker for Portugal and an agent of the massive Interarms company based in Virginia. Skorzeny, the paper alleged, had been trafficking in arms for many years to many sub-Saharan African countries. On 6 July 1975 Skorzeny died in Madrid to be followed on 21 November by Franco.


Revenir en haut Aller en bas
C.P.



Nombre de messages : 533
Age : 61
Localisation : Hainaut
Date d'inscription : 05/01/2018

MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   Lun 13 Aoû 2018 - 17:27



Abattre un arbre n'est pas à la portée de tout le monde.
Même des soit-disants professionnels oublient qu'il faut toujours "sangler" le fût d'un arbre avant de l'abattre. Ceci afin d'éviter l'éclatement du tronc lors de la chute de l'arbre.

By de way, le fusil de chasse retrouvé est-il bien un FN auto 5 de calibre 12?

Du même modèle que ceux volés à l'ESI?

Le même que celui volé chez Mendez en mars 1985?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bouhouche, Madani   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bouhouche, Madani
Revenir en haut 
Page 19 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20, 21  Suivant
 Sujets similaires
-
» urgent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: les suspects-
Sauter vers: