les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'enquête de la BSR de Wavre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Boemerang



Nombre de messages : 139
Localisation : Pays-Bas
Date d'inscription : 02/11/2010

MessageSujet: Re: L'enquête de la BSR de Wavre   Mar 15 Nov 2011 - 0:38

Citation :
BillBalantines: c'est un expert en armement et sur les trafics d'armes je pense.

C'est lui.
Revenir en haut Aller en bas
wil



Nombre de messages : 1276
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: L'enquête de la BSR de Wavre   Mar 15 Nov 2011 - 12:08

J'ai connu un "FIEVET" responsable d'une "cellule " à la BSR de Bxl, "spécialiste" en armes. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://dutroux.forumdediscussions.net
Boemerang



Nombre de messages : 139
Localisation : Pays-Bas
Date d'inscription : 02/11/2010

MessageSujet: Re: L'enquête de la BSR de Wavre   Mar 15 Nov 2011 - 17:02

Brusselse Federale Politie - Section Anti-terrorisme...
(Conclusion ? - coopérer avec les services Etats-Unis ..)


Un extrait d'une interview Neerlandophone:

Neem nu de levering van 10.000 kalasjnikovs aan een terroristische groepering in Zuid-Amerika, een affaire uit 1999.
'De wapens waren afkomstig uit het Midden-Oosten. Ze zijn met vliegtuigen boven een stuk jungle geparachuteerd dat onder controle staat van die terroristische groepering', zegt Pierre Fievez. Hij volgt al twintig jaar lang dossiers van wapentrafiek op bij de sectie antiterrorisme van de Brusselse federale politie. 'De link met België? De vliegtuigen waren gehuurd door een bedrijf met zetel in België. Een betrokken land heeft een rogatoire commissie naar België gestuurd om de zaak te onderzoeken, al is in ons land niemand veroordeeld.'

'Stel je voor dat een wapentrafikant in België een bedrijf opricht en een contract opstelt om materiaal afkomstig uit het Oosten te leveren aan een Afrikaans land', zegt Fievez. 'Eender wie kan in België naar een notaris stappen, geld op een bank zetten, een bedrijf openen en vervolgens wapens beginnen verhandelen. Dat is gebeurd in de jaren tachtig, in de jaren negentig en het gebeurt nog altijd.' Fievez benadrukt wel dat op wetgevend vlak nuttige inspanningen zijn geleverd om malafide wapentrafikanten aan te pakken. 'Sinds 1999 kunnen zij bestraft worden wanneer zij in het buitenland wapenembargo's met voeten treden. Dat was vroeger niet het geval.België moest geen wapenvergunningen afleveren en de trafiek niet controleren als er geen fysieke link was, als het materiaal niet door België passeerde. Maar sinds de wet van 1999 moeten ook tussenpersonen in de wapenhandel een vergunning hebben. Nu kunnen ze aan politiecontroles onderworpen worden, dat is belangrijk.' Toch werkt het huidige controlesysteem volgens Fievez nog niet naar behoren. 'Er is een nieuwe wet maar heeft de overheid voldoende personeel voorzien om wapenhandelaars te controleren? Neen. Van de ene dag op de andere zegt men dat de lokale politie zich moet bezighouden met de zaak, maar is die daarvoor opgeleid? Neen.' Een ander pijnpunt volgens Fievez zijn de zogenaamde end user certificates die de eindbestemming van officiële wapentransacties aangeven. 'Wie gaat controleren of de wapens daadwerkelijk ter plekke afgeleverd worden en niet in een of ander conflictgebied? Niemand. Ik heb een wetsvoorstel geschreven om die end users ter plekke te laten controleren door de politie, maar daar is niets mee gebeurd.'

(Source » mo.be )
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7856
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: L'enquête de la BSR de Wavre   Sam 28 Jan 2012 - 19:08

Fievez ou Fievet:

le soir:

Citation :
Le gendarme écarté en savait trop

Tous les témoins entendus jeudi au procès-fleuve Bouhouche-Beijer et consorts étaient des gendarmes appartenant à la Brigade de surveillance et de recherche. Ce fut l'occasion pour Me Stephane Lempereur de faire reconnaître à tous que ce n'est qu'au lendemain de l'assassinat de l'ingénieur commercial de la FN Juan Mendez, le 7 janvier 1986, que les enquêteurs se sont intéressés au vol important d'armes commis chez le même Mendez près de huit mois avant le crime. Et immédiatement, on perquisitionne chez Madani Bouhouche.
On retiendra surtout la déposition de l'adjudant Pierre-Yves Fievet, qui est considéré comme le grand spécialiste de la surveillance des trafics d'armes, et qui, dès le lendemain du crime, fut appelé en renfort technique par ses collègues de Wavre. Quinze jours plus tard, l'adjudant est convoqué par le juge d'instruction Schlicker et par le procureur du Roi de Nivelles qui l'informent de ce qu'ils préféraient qu'il ne s'occupe plus de l'affaire.
Pourquoi? La question, posée jadis par les journaux, l'est aujourd'hui par le président de la cour d'assises et par la défense. Les premières explications sont déférentes. On aurait soupçonné l'adjudant d'avoir soustrait quatre armes lors de la perquisition, alors que ces armes ont été retrouvées ultérieurement à la brigade de Wavre? L'adjudant l'a cru un moment, dit-il. Comme il s'est demandé si ce n'était pas en vertu d'une rivalité locale entre gendarmes.
Me Lempereur, défenseur de Bouhouche, n'y croit guère, et il se fait préciser la date de ce Fievet, taisez-vous!. L'adjudant reconnaît que ce fut vers le 21 janvier, après un procès-verbal qui faisait état d'informations qui lui était parvenues par un informateur qu'il connnaissait, digne de foi, mais devant rester anonyme. Et que trouvait-on dans ce PV, dont le seul but était d'éclairer les premières pistes sur le meurtre de Mendez? Que Mendez se livrait à un trafic d'armes avec le Nicaragua, qu'il établissait de faux certificats de destination... et que d'ailleurs, le lieu où il a été assassiné (la bretelle de l'autoroute à Rosières) était un endroit où il avait l'habitude de rencontrer ses clients, et même l'endroit où s'opérait parfois la livraison de la marchandise.
Il en sera question encore, dans cette journée, des «sorties d'armes illicites» dans notre Fabrique nationale d'armes.
- Dans certains autres dossiers, elles disparaissent par caisses entières, dit l'adjudant évincé.
A Wavre, pendant ce temps, on s'occupait surtout de l'identification des quelque soixante pièces retrouvées chez l'armurier Bouhouche, dont le livre d'inscription légal contenait des «faux», comme par exemple la soi-disant fourniture de dix armes à un ancien armurier que la maladie a éloigné des affaires. Et parmi ces armes, vingt pour cent qui provenaient de la FN, illicitement, par Mendez interposé.
Signalons qu'il ne reste plus que huit jurés suppléants. Une dame au-dessus de tout soupçon a dû être récusée par principe parce qu'elle avait pris contact avec la presse pour placer des croquis qu'elle réalisait à l'audience.
GUIDO VAN DAMME
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7856
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: L'enquête de la BSR de Wavre   Lun 5 Nov 2012 - 14:11

plus d'une année est passé bientôt et ni Maxi ni RB n'ont réagait à cette ligne de "massages"
pourtant les 4 pages parlent de Brunetto et des déclarations dument notulées ds les textes du parlement et des procès.


"Brunetto" connait pas, ! (les sites non plus ), rien à voir , circulez , pourtant

l'ange gardien du temple est comme chaque fois dans les parrages , bien informé !

il aime bien faire une petite service à ces copains.

Revenons ici au début , page 1 : les textes du parlement& rapports officièles de l'audition de Dussart que Michel a mis en ligne puis lit les déclarations en audition en séance close du parlemnt , la déclaration de Bihay , qqs part je ne sais pas quand .


Il déclare clairement que c'est suite à une autre recherche de la BSR de Bruxelles qu'ils sont retombés une année après Wavre !!!!de nouveau , sur les pistolet-mitrailleurs via une perquisition chez Nutribel au rue d'automne.

Avant Bihay avec la full authoristion de son chef off ........avait refait les 30 autres pistes débutés et mis ds un placard mais pas entièrement finis, dixit.


pourqoui le BSR de Bruxelles ne croyait pas dans ces propres pistes quelles avaient débuté pour autres raisons ?

pourqoui ils rigolaient à Bruxelles avec ces pauvres gendarmes du province !

et puis quand exactement? ils avaient fait une perquisition là bas où ils ont trouvés des enormes hangaars vide de moindre boite de conserves mais plein de telex sur achat /ventes de chars et de avions de combat

pas un mince affaire à camouflé avec une portugaise, un colonel et trois vieux routiers
des marchandages de jouets de cowboy et indiens.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'enquête de la BSR de Wavre   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'enquête de la BSR de Wavre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Enquêtes et révélations - Rites secrets et pouvoirs occultes
» Enquête biodiversité, Muséum national d'Histoire naturelle
» Enquête sur la mortalité des hérissons
» Enquête Université Bordeaux 2
» Enquête (1996) sur l'opinion des non-végés sur végétarisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Les axes exploités :: l'enquête de la BSR de Wavre-
Sauter vers: