les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Interview Pierre Romeyer

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
arthur29923



Nombre de messages : 349
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: Interview Pierre Romeyer   Mer 1 Aoû 2018 - 4:55

le témoignage d un illustre personnage ayant un tel curriculum vitae avec les meilleur
recommandation
n as t il pas effacer les autres témoignage (plusieurs vehicules au feu rouge)
des personnes pourtant mieux placer ?
les fusils et revolver ne sorte qu apres l arret au feu rouge .les personnes des véhicules voisins on eu du temps pour voir, sans inquiétudes particulières

il me semble avoir lu un message de k parlant de temoins indiquant une autre
direction de fuite

les temoin modifient assez vite leur temoingnage face a quelqu un d affirmatif...




menacer m romeyer et rendre ces menaces publique n est ce pas plus une menace envers
les autres temoin plutot que contre romeyer ?


------------

pout info

http://www.lesoir.be/archive/recup/moens-de-fernig-fit-du-heysel-le-centre-du-monde_t-19980411-Z0F3JL.html
Mis en ligne le 11/04/1998 à 00:00 Eric Meuwissen

Moens de Fernig fit du Heysel le centre du monde

U ne farde de presse pour deux mille journalistes. Et dans cette farde, un jeu de photos agencées non pas au hasard mais selon un rite décrété par le tout-puissant commissaire général de l'Expo, Moens lui-même: n o 1 le Roi, n o 2 le prince Albert, n o 3 Moens ... La modestie du commissaire général est bien connue, il lui déplairait de passer avant le Roi , notait un chroniqueur de l'époque.

Une anecdote qui montre où entendait désormais se situer protocolairement le «grand manitou» de l'Expo 58: Georges Moens de Fernig (1899-1978). A savoir, l'homme-orchestre qui de 1951 à 1959 prépara, organisa, supervisa cette «kermesse internationale des petits peuples» que d'aucuns n'hésitèrent pas à qualifier alors «d'un des événements les plus importants du siècle».

Moens allait y faire merveille. La cinquantaine bien sonnée, il avait derrière lui un passé de grand affairiste et de ministre et devant lui un avenir dans le secteur du diamant, de la Société Générale et de Fabrimétal.

Baron en 1949, comte en 1958, Moens fut un véritable monstre sacré de l'après-guerre. Il passait pour être l'homme le plus décoré de Belgique. Son plastron disparaissait sous les crachats, rosettes et autres grands cordons d'ordre en tous genres. Né à Liège en 1899, il était issu d'une famille limbourgeoise. Son paternel était prof à l'université catholique de Louvain, ce qui n'empêcha pas le fiston de faire des études à l'ULB! Toute sa vie, Moens resta sans étiquette politique et fut respecté pour son indépendance et sa neutralité. Ses ennemis le taxaient d'autocrate mais tous reconnaissaient en lui son sens de la grandeur. C'était d'ailleurs un homme tout en hauteur dans les deux sens du terme.

Entré dans les affaires en 1924, il devint en 1935, à l'âge de 36 ans, le plus jeune magistrat en fonction (juge au tribunal de commerce). En 1939, on le retrouve comme président-administrateur délégué de la firme Adolphe Delhaize. Arrêté en 1944 par les Allemands, il évita de justesse la déportation. Après la guerre, il fut à deux reprises ministre extra-parlementaire entre 1946 et 1948 (Ravitaillement d'abord, Commerce extérieur ensuite). En 1948, il fut chargé de l'application du plan Marshall en Belgique. En 1951, il décroche son bâton de maréchal: commissaire général de l'Expo.

Dans la résidence du Belvédère, mise à sa disposition pendant la durée de l'expo, Moens de Fernig reçut le gratin planétaire de l'époque. Sa table était alors une des plus prestigieuses de la capitale. Et pour cause, il y avait placé aux fourneaux le «grand marmiton» du Royal automobile club, un certain Romeyer. Pierre de son prénom. Une «grande toque» qui se rappela par la suite que les invités de Moens étaient toujours d'humeur égale. L'addition ne leur troublant jamais la digestion, je n'avais que des éloges.
Revenir en haut Aller en bas
Roulio

avatar

Nombre de messages : 465
Localisation : Ixelles
Date d'inscription : 03/10/2017

MessageSujet: Re: Interview Pierre Romeyer   Jeu 2 Aoû 2018 - 20:50

Merci 'arthur29923' d'avoir donné suite à cette discussion entamée en page 1.

Je vois que vous avez notamment écrit :

Citation :
le témoignage d un illustre personnage ayant un tel curriculum
[...]

il me semble avoir lu un message de k parlant de temoins indiquant une autre
direction de fuite


les temoin modifient assez vite leur temoingnage face a quelqu un d affirmatif...

[...]
je n'avais que des éloges.


> Je peux, sur ce point, vous préciser que 'k' a finalement lui-même dissipé ce doute suite à la réponse de Bernard Sartillot, qu'il commente en rouge ICI

Citation :

[...]

31.:Quelqu’un a remarqué q'ils ont fait marche arrière
et qu'ils se sont retournés vers Overijse.
Vous aviez l’impression qu’ils ne pouvaient plus aller facilement tout droit ou qu’ils étaient obligés de retourner?


31 -Ils ont effectués une marche arrière de un mètre (environ) afin de pouvoir se dégager de la R4 et déborder celle-ci par la gauche en passant ainsi à ma hauteur (j’étais alors blessé et couché devant la R4). Ils ont filé en direction de Groenendael.

K :Là :la reponse éclaire tout :ils sont pas retourné vers Overijse !!!!!!!

[...]



Bien à vous, arthur29923
Revenir en haut Aller en bas
 
Interview Pierre Romeyer
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Vidéo-interview : "Pierre Hillard décrypte pour nous le Mondialisme" !
» Le journaliste Pierre Jovanovic - sur Notre Dame de Fatima
» Vidéo-Interview : "L'effondrement est pour bientôt," - Pierre Hillard" !
» Revue de presse de Pierre Jovanovic sur RIM
» [Interview]Sébastien Lanotte - Pierre Daimant Minéraux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: BIBLIOGRAPHIE ET INTERVIEWS :: Interviews :: Interview Pierre Romeyer-
Sauter vers: