les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Jeu 2 Avr 2015 - 10:42














Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Jeu 2 Avr 2015 - 13:48




















Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Ven 6 Nov 2015 - 12:19

Vidéo :
 
http://pluzz.francetv.fr/videos/c_dans_lair.html
 

C dans l'air
Rome, capitale de la mafia
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Sam 23 Jan 2016 - 14:24


http://www.searchlightmagazine.com/blogs/searchlight-blog/licio-gelli%E2%80%99s-%E2%80%98permanent-plot%E2%80%99-to-restore-italian-fascism

Licio Gelli’s ‘permanent plot’ to restore Italian fascism

   Published on Wednesday, 20 January 2016 16:17
   Written by Alfio Bernabei

The country that invented fascism remains culturally and politically fascist to the present day, an evolving tendency seemingly invincible. This is the subject of a book just published in Italy (A Noi! by Tommaso Cerno) that seeks to demonstrate how behind the democratic façade and “politically correct” language, the Italians, in their relationship with power, are not sufficiently mature to live by democratic rules in a civil society. There is a majority prone to be led by traitors, hypocrites or plain delinquents.

The Mafia, the Vatican, Berlusconi and innumerable representatives of criminality, corruption or duplicity are cited in abundance in an A-Z that goes from Mussolini to Matteo Renzi, the current Prime Minister. But in the 298 pages one name is missing: Licio Gelli. A curious, or perhaps significant oversight, because if there is a personification of Cerno’s assertion surely one cannot fail to put him centre stage.

Described by some as the most important and influential man in Italian history since the Second World War, Gelli, who died recently aged 96 at his Tuscan villa, left as an epitaph the sentence: “I fought for fascism. I am a fascist. I shall die a fascist.” He was laid in his coffin wearing the badge of the Partito Nazionale Fascista created by Mussolini in 1921. But it was the coda to the epitaph that resonated even more disturbingly: in 2003 Gelli declared that the plan he had devoted himself to for the best part of his life, though ordained by masters in higher places, had been quite successful: “Here we are” he said “everything is being put in place little by little, bit by bit”.

The plan, built on a bloody mosaic of intrigues and atrocities, surfaced in its written form in 1982. It envisaged the transitioning of Italy to a modernised form of fascism by means of a “permanent plot”, as was later to be ascertained by a Parliamentary Commission of Enquiry. Indeed by the time the document was found in a suitcase at Rome airport, a series of crude attempted coup d’état had already taken place organised by putschist fascists, notably the “golpe Borghese” of 1970 and the subsequent Rosa dei Venti plot (1973). But rather than relying on subjugation obtained militarily as in the case of Greece and Chile, Gelli’s so-called “Piano di Rinascita Democratica” (Plan for Democratic Rebirth) favoured a form of fascist dictatorship for the third millennium willed and voted in by the Italians and enjoying the kind of consensus that Mussolini had achieved up to about 1939. A degree of force was necessary, but best of all would be to have Italians say to the rest of the world: “We were doing alright under Fascism; we wish to return under a strong government, led by a strongman. Respect our decision.”

Rooted in pre-war consensus and revitalised by a fascist culture officially preserved in Italian society given the amnesty granted after the Second World War to fascist criminals with the consent of Communists, such as party leader Palmiro Togliatti, Gelli’s “permanent plot” only needed a few thousand people in key positions to bring it to fruition: army, the secret services, finance, the press, politicians, some television anchormen, all gathered in a Masonic Lodge to wow them to secrecy. It was called P2, Propaganda Due, comprising a corollary of organisations, all clandestine. A state within a state.

Born in Pistoia, Tuscany in 1919, Gelli started killing antifascists at 17 when he went to fight for General Franco from whom he was to receive a decoration. On his return to Italy in 1939, Mussolini in person gave him a job to train him in fascist propaganda and information gathering. In 1941, disguised as a nurse in a convoy of ambulances, he is said to have taken part in the smuggling of about 60 tons of gold to Italy from Yugoslavia invaded by Nazi-fascists. Two years later he joined the Hermann Goering SS Division deployed in Italy against the Allies. This division was singled out in the British report on “German reprisals for Partisan activities in Italy” at the International Military Tribunal war crime trial at Nuremberg as particularly bloodthirsty. In one operation alone 250 civilians were killed. When Tuscany was liberated in 1944, Gelli’s knowledge of who was who was used by the American OSS (Office of Strategic Services) to locate and identify people of interest to them. Both the Americans and the British intended to make use of fascists in the political future of post-war Italy.

Gelli’s initial contacts with Argentina (the four years spent in Spain presumably providing a useful introduction) were apparently established in the process of shipping to that country the gold looted from Yugoslavia. But it is also possible to imagine that his services would have come handy in the ratlines, the Nazi war criminals escape routes to Latin America operated by the Vatican and others. Gelli made friends with General Juan Peron and worked under him and got on well with the local Catholic Church to the extent that some years ago even the current Pope Francis, then Cardinal Bergoglio, visited Gelli at his villa in Tuscany, according to a well-placed researcher, Michela Scolari, in an interview with Il Fatto Quotidiano in 2014.

The likely date when Gelli became involved with the CIA is probably right at the start of its creation, 1947, when the American Freemason “reverend” Frank B. Gigliotti, a fervent fascist till 1938 who had met Mussolini in the early stages of the dictatorship, visited Italy to recommend certain changes to the new Italian Constitution and hasten the campaign to keep the Communists out of power. The Stay-Behind/Gladio strategy was being developed; money was pouring in from America to help in anti-Communist propaganda and in the recruiting of a clandestine army made up mainly of ex-fascist party members to be trained in the shadow of NATO in whose bases freemason groups were set up as a further means to tie everyone to secrecy.

Links with the Mafia had already been established by Gigliotti and others in the United States and Canada to get help with the landing in Sicily; now the omertà code was extremely useful in preparation of further undercover operations by Mafiosi and the Freemasons. Both organisations had suffered greatly under Mussolini and power was being returned to them, catapulted into action with links at the highest level. Gelli himself apparently did not become a fully-fledged freemason till 1963, but once he joined the “venerables” he operated to combine the secret activities of “brothers” with the political aims of maintaining fascism as a permanent presence: a government in waiting.

As well as involving the Stay-Behind/Gladio organisation with its generals ready to intervene militarily, the P2 plan needed terrorists with tactics to scare people away from the Communist Party, which was the strongest in Western Europe. Fascist gangs were provided with weapons to provoke the left to respond with violence bringing about a situation close to civil war. From 1969 the fascists started planting bombs in public places killing innocent people. The atrocities culminated with the 1980 bomb at Bologna railway station that killed 85 people. According to investigators and judges such as Felice Casson, at least part of the explosives used in such terrorist attacks came from NATO ammunition depots.

Gelli was to receive a ten-year prison sentence in connection with the Bologna massacre for involvement in attempts to divert investigations away from the real culprits. He fled abroad, spent some time in jail in Switzerland but escaped mysteriously and finally made deals with Italian authorities which enabled him to return to his sumptuous villa in Tuscany, a monstrous insult to many Italians. Gelli was also investigated in relation to the killing of Roberto Calvi in London in 1982, the banker he had recruited as a P2 member. Calvi’s son maintains that his father was carrying with him a dossier headed “Bologna”, likely to contain the names of those responsible at the highest level for the bomb at the station.

Right to the end of his life, Gelli kept referring to his huge power of blackmailing people in high places. He stated, for instance, that the man in charge of the Italian Stay-Behind/Gladio organisation was ex-President of the Republic, Francesco Cossiga, while the many times Prime Minister accused of Mafia links, Giulio Andreotti, was in charge of the even more secret “L’Anello” (the ring) presumably connecting the full-circle elements of the “state within a state” at the very top from the Vatican to the White House as well as – it has been suggested more than once – some conservative and Masonic circles in Britain. This was enough to infer that he also knew who was behind the 1978 assassination of Cossiga and Andreotti’s Christian Democratic Party colleague, Aldo Moro, who, against American advice intended to bring the Communists into the cabinet.

Following the scandal over the P2 and on the wake of changes in the European stage, especially in Russia, one of its members, the television tycoon Silvio Berlusconi, flanked by Marcello dell’Utri, his right hand man who was later to receive a seven years prison sentence for his Mafia connections, was propelled into politics through a P3 Lodge, even more successful than P2, according to Gelli himself, hence his claim of success of “the permanent plot”. Twenty years of “Berlusconismo” driving a massive wave of historical revisionism aimed at presenting fascism as a relatively benign phenomenon have weakened the Left to the extent that the current Prime Minister, Matteo Renzi of Partito Democratico (ex- Communists), having met Berlusconi at his villa at a crucial point in his career, is currently heading a coalition flanked by men propelled into politics through Berlusconi’s Party and the P2/P3. In a country so deeply affected by the constantly mutating virus of deceit has the coup of third millennium fascism already taken place?

Revenir en haut Aller en bas
lrnt



Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 23/04/2015

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Dim 7 Fév 2016 - 1:45

Citation :
Quelques membres de la « LOGE P2 »

Licio Gelli: Grand Maître de cette Loge, en réalité celui qui dirige le Grand Orient italien de rite écossais. Apparemment, les dossiers que possède Gelli sur les activités illicites du chef du GO d'italie, M. Salvini, de même que sur ses amitiés passées ou présentes avec une multitude d'hommes d'État (Juan Carlos I", Sadate, Peron, Ford, Andreotti, etc.), lui donnent la haute main sur lui. Gelli, grâce à sa double nationalité italo-argentine, jouit de l'immunité diplomatique comme conseiller économique auprès de l'ambassade d'Argentine à Rome.

Sindona, financier sicilien qui a fourni des fonds pour la campagne électorale de Nixon. Actuellement « exilé » aux USA après un krack financier où ont paru impliquées de hautes personnalités italiennes (voir plus loin).

Miceli, général d'armée, ex-directeur de la SID (Service d'information militaire, correspondant au SDECE français), inculpé pour complicité dans de nombreux complots contre la sûreté de l'Etat (tentative de coup d'État du prince Borghese, stratégie de la tension).

Malizia, conseiller militaire, conseiller juridique au ministère de la Défense.
Allavena et Aloja, generaux, membres de la SID, accusés au cours d'instructions judiciaires de participation à la stratégie de la tension.

Spagnulo, « fiscal» général de Rome, compromis dans de nombreuses affaires politico-judiciaires.

Sogno, homme de la CIA en Italie, accusé d'avoir trempé dans une tentative de coup d'État.

Siracusano, Missori et Grassini, trois généraux des carabiniers.

Giudice, directeur de la police des douanes.

Minghelli, général de la police.

Viezzer, colonel, membre de la SID.

Carollo, sénateur de la Démocratie chrétienne.

Ursini, administrateur de la société multinationale Liquigas, membre du Club de Bilderberg.

Birindelli, amiral, ex-chef de l'OTAN, député du Mouvement social (extrême droite).

Lupis, Cetrulio, Tanassi, Orsello, Terrana, hommes politiques.

Roseti, général, ex-chef des services d'information de l'armée de terre.

Apollonio, De Maria, Paola, Stellini et Renai, haut gradés des forces armées.

Picchiotti, général, ex-chef d'état-major.

Ciccolo, amiral.

Barile, médecin général.

Dina, directeur général au ministère de la Défense.

Pasqua, Lombardi, Manino, Raspini, Pinello et Zambardino, tous magistrats.

Catalano, Scricciolo, Lonoce, Arcari, Albanese et Arena, cadres dirigeants de la banque.

Ursini, Biamonti, Carta, Vassila, financiers.

Brusco, Carpinteri, Martino, Goggiolo et Domenichini, journalistes.

Acoma, Vacarro, Compagno, Franco, Serio, maire ou conseillers municipaux de Palerme (Sicile).

Franchi. président de la Fédération italienne de football.

Antonio Petrucci et Giulo Rondini, prêtres.

Au vu de cette liste partielle des membres de la Loge P 2, le lecteur comprendra mieux l'impunité dont ont pu jouir pendant des années les trafiquants, assassins et activistes de tout poil en Italie ...

Luis M. Gonzalez-Mata, Les vrais maîtres du monde, Grasset, Paris, 1978, pp. 301-302.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Dim 26 Fév 2017 - 14:06


https://www.youtube.com/watch?v=67ueaGLb7E4

Berlusconi Et La Mafia, Scandales à L'italienne

Arte Documentaire Reportage 2015








Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Sam 25 Mar 2017 - 11:59















Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Mar 25 Juil 2017 - 10:19


http://television.telerama.fr/tele/documentaire/italie-et-mafia-un-pacte-sanglant,27006236,emission117977525.php

Italie et mafia, un pacte sanglant

2017 : Émissions - Télérama.fr

Emission du 24/07/2017  

Pour la première fois, des magistrats, des politiques et des mafieux sous protection témoignent pour révéler les coulisses d'un pacte initié par les Etats-Unis au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Un pacte qui a permis à la démocratie chrétienne de dominer la scène politique italienne pendant plus de cinquante ans, et à la mafia de régenter l'ordre dans l'ombre. A la lumière de ces témoignages exclusifs, plus d'un demi-siècle de liaisons incestueuses entre l'Etat et la mafia se dévoilent et les morts des juges Falcone et Borsellino apparaissent de moins en moins comme une vendetta, et de plus en plus comme des crimes d'Etat.

Critique du 01/07/2017

Le 23 mai 1992, l'escorte de trois voitures blindées qui conduit le juge antimafieux Giovanni Falcone de l'aéroport à Palerme explose : depuis une colline, les tueurs de la Mafia guettaient le cortège. Ils n'ont eu qu'à presser un bouton pour actionner 600 kilos de TNT qui ont pulvérisé le convoi. Le juge palermitain, sa femme, ainsi que trois de leurs gardes du corps sont tués. Quelques années après le « maxi-procès » de 1987, Falcone avait été le premier à comprendre qu'il existait une négociation secrète entre la Mafia et l'Etat. En traquant Cosa Nostra et son boss Toto Riina, Falcone s'attaquait de fait aussi à ceux qui leur garantissaient une immunité et une « couverture » : l'Etat et la Démocratie chrétienne. Deux mois plus tard, c'est au tour du juge Paolo Borsellino, qui avait pris la relève de Falcone, d'être exécuté, alors qu'il sonne à l'interphone de sa mère.

1992 est bien une année charnière, et le 23 mai, un jour où toute l'Italie s'est figée. Grâce à des interviews exceptionnelles de magistrats et de repentis sous protection (dont Gaspare Mutolo, ex-chauffeur de Toto Riina...), des reconstitutions minutieuses et des archives des procès et de l'enterrement de Falcone, Cécile Allegra et Mario Amura donnent une version complexe de la mort de ces juges antimafieux, victimes pas uniquement de vengeances, mais de crimes d'Etat, pour avoir mise au jour la collusion qui unissait le sommet de l'appareil italien, la Démocratie chrétienne et son leader Giulio Andreotti, aux boss de la Mafia. En outre, la partie 1994-2016, consacrée à Silvio Berlusconi, à ses « hommes » (Marcello Dell'Utri) et au procès dit « du pacte Etat-Mafia » de décembre 2013, explore de nouvelles pistes. Sur le fil, la tension ne baisse pas d'un cran, d'hypothèse en révélation. Surréaliste et édifiant.      — Emmanuelle Skyvington

_ _ _


https://www.humanite.fr/la-mafia-et-letat-une-histoire-italienne-639206

La mafia et l’Etat, une histoire italienne

Dimanche, 23 Juillet, 2017

France 3 diffuse lundi soir à 23 h le passionnant documentaire "Italie et mafia, un pacte sanglant", consacré aux collusions politico-mafieuses, qui ont donné lieu à un grand procès, en 2013, en Italie.

« Si l’État voulait vraiment combattre la mafia, il devrait se suicider. » C’est sur cette éloquente citation de l’écrivain et politique italien Leonardo Sciascia que s’achève le présent documentaire. On y découvre, ou redécouvre, l’histoire d’une collusion remontant à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et dont le procès s’est tenu en 2013. L’implication des Américains dans la mise en place de ce système est bien pointée. Dans la foulée du débarquement en Sicile, en juillet 1943, ceux-ci entrent en rapport avec « Cosa nostra », qui, de facto, contrôle le territoire et s’avère donc le seul allié crédible pour mater les troupes mussoliniennes. En 1948, lors des premières élections nationales italiennes depuis l’armistice, ils n’hésitent pas à soutenir la Démocratie chrétienne, parti intimement lié aux mafieux, afin d’endiguer le puissant Parti communiste italien. « Jusqu’à la fin des années 1970, la Démocratie chrétienne et son aréopage politico-mafieux règnent sur l’Italie », est-il souligné. Le documentaire se penche notamment sur le rôle charnière d’un certain Vito Ciancimino, qui fut adjoint au maire de Palerme, en charge de l’attribution des marchés publics.

C’est en 1979, avec la nomination de Giovanni Falcone au tribunal de Palerme, que le système rencontre les premières résistances… Un bras de fer s’engage. Celui que l’on considère encore aujourd’hui comme le « premier magistrat anti-mafia du monde » s’emploie notamment à remonter les filières de blanchiment d’argent de « Cosa nostra », qui le conduisent jusque sur la côte Est des Etats-Unis. En février 1986 s’ouvre un premier grand procès. Le 23 mai 1992, la voiture du juge explose sur une autoroute de Palerme. Moins de deux mois après, son collègue Paolo Borsellino trouve à son tour la mort dans des conditions à peu près similaires. Deux assassinats qui découlent manifestement d’un « pacte sanglant » entre un certain pouvoir politique et la mafia… C’est là, du moins, tout le propos de ce film édifiant, nourri de nombreux témoignages.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Mar 25 Juil 2017 - 19:07


Le documentaire est disponible sur

https://www.youtube.com/watch?v=D_20B-SBxjg&t=860s

Italie et Mafia - Un pacte sanglant

2017

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Jeu 27 Juil 2017 - 9:24


Voir aussi (en italien) :

http://www.antimafiaduemila.com/home/di-la-tua/237-vedi/66550-via-d-amelio-2017-le-verita-di-ferdinando-imposimato.html

Via d’Amelio 2017: le verità di Ferdinando Imposimato

Dettagli Pubblicato: 24 Luglio 2017

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Jeu 10 Aoû 2017 - 21:13


Un autre documentaire sur la mafia (ARTE 2010) :

https://www.youtube.com/watch?v=XmwqezVb-wI


Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Ven 11 Aoû 2017 - 18:22

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Sam 12 Aoû 2017 - 17:15


Pour information : un documentaire sur la P2

https://www.youtube.com/watch?v=rtqSe2G2i1Y

qui semble venir de

https://pages.rts.ch/emissions/temps-present/justice-criminalite/540172-licio-gelli-le-grand-marionnettiste.html?anchor=540174#540174

Licio Gelli: Le grand marionnettiste

L'émission du 1 décembre 1983

Un reportage tourné à Genève et en Italie. C'est l'histoire de Licio Gelli, maître vénérable de la loge P2 qui, sous couvert de la franc-maçonnerie, réalise des opérations frauduleuses : trafic d'armes, opérations financières douteuses, etc. L'influence acquise par la loge P2 à laquelle sont affiliées de nombreuses personnalités italiennes importantes, son pouvoir politique, ses scandales, ses règlements de compte (telle l'affaire Calvi) sont abordés dans ce reportage. L'enquête est menée sur les implications bancaires, sur les rapports de la P2 avec le Vatican, avec la presse. Le sujet fait le point sur la commission d'enquête nommée par le Parlement italien. Le passé de Grelli est reconstitué au moyen de documents d'archives : son arrestation pour conspiration contre l'Etat, espionnage, escroquerie, etc. Le reportage propose aussi une reconstitution de l'arrestation de Gelli au siège de l'Union de Banques Suisses à Genève, de son évasion de la prison de Champ-Dollon et de l'enquête menée à Genève. La présidente et des membres de la commission d'enquête à Rome, des responsables de la police genevoise, des écrivains, le prince Victor-Emmanuel de Savoie, prétendant au trône d'Italie et dont le nom figure sur la liste de la loge P2 ont accepté de répondre aux questions de l'équipe de TP.

_ _

Note : sur le prince Victor-Emmanuel de Savoie

http://www.liberation.fr/planete/2006/06/21/victor-emmanuel-de-savoie-prince-de-tous-les-vices_41968

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Lun 21 Aoû 2017 - 13:57


http://www.dhnet.be/actu/faits/les-liens-avec-la-mafia-du-frere-de-la-reine-paola-57fbc578cd70cd5761c89bfa

Les liens avec la mafia du frère de la reine Paola

Cerrada Laura  
Publié le  mardi 11 octobre 2016 à 07h13  - Mis à jour le  mardi 11 octobre 2016 à 07h16





Révélations surprenantes dans une biographie d’Antonello Ruffo di Calabria

Une biographie étonnante est parue en Italie. Il principe che spostava le colline (Le prince qui déplaçait des montagnes, NdlR) est l’histoire d’Antonello Ruffo di Calabria, le frère de la reine Paola.

L’histoire est née de la rencontre de Giusy Colmo, responsable de communication de l’Auser, une association de défense des personnes âgées et d’Antonello.

"Je l’ai rencontré en 2012. Cet homme âgé à la santé défaillante a décidé de remettre à un étranger son histoire de vie incroyable et irrésistible. Cela a abouti à ce livre, fruit d’un long travail d’écoute et de reconstitution de ses histoires et de souvenirs", explique l’auteure.

Et cet aristocrate italien a bien des choses surprenantes à révéler.

Dans la biographie, on y apprend notamment que l’aristocrate, curieux et débordant d’énergie, a entretenu des liens avec Michele Greco, parrain de la mafia de Palerme. Le Pape comme il était surnommé parce qu’il était un lecteur assidu de la Bible décèdera en 2008 en prison, à Rome. Il avait été jugé coupable au Maxiprocesso de Sicile, au cours duquel de nombreuses personnes ont été condamnées pour des crimes liés aux activités mafieuses.

Provocateur, érudit et imprévisible, Antonello Ruffo di Calabria est même un proche de Fidel Castro. C’est l’un des premiers Italiens à se rendre à Cuba après la révolution. Le chef d’État lui aurait même offert, dans les années 70’, quelques flamants roses en cadeau.

L’aristocrate italien partage avec sa soeur Paola la passion pour la botanique, notamment. Dans les années 1970, il crée un parc botanique et ornithologique sur le domaine familial de 470 hectares: la Selva di Paliano devient le somptueux parco Uccelli où des centaines d’oiseaux et plantes exotiques feront le bonheur des Italiens, à Paliano, au sud de Rome.

L.C.C.

_ _ _ _ _ _


http://www.cn24tv.it/eventi/5704/in-scena-il-principe-che-spostava-le-colline.html


https://it.wikipedia.org/wiki/Michele_Greco


Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Lun 21 Aoû 2017 - 17:53

HERVE a écrit:

http://www.searchlightmagazine.com/blogs/searchlight-blog/licio-gelli%E2%80%99s-%E2%80%98permanent-plot%E2%80%99-to-restore-italian-fascism

Licio Gelli’s ‘permanent plot’ to restore Italian fascism

   Published on Wednesday, 20 January 2016 16:17
   Written by Alfio Bernabei

The country that invented fascism remains culturally and politically fascist to the present day, an evolving tendency seemingly invincible. This is the subject of a book just published in Italy (A Noi! by Tommaso Cerno) that seeks to demonstrate how behind the democratic façade and “politically correct” language, the Italians, in their relationship with power, are not sufficiently mature to live by democratic rules in a civil society. There is a majority prone to be led by traitors, hypocrites or plain delinquents.

The Mafia, the Vatican, Berlusconi and innumerable representatives of criminality, corruption or duplicity are cited in abundance in an A-Z that goes from Mussolini to Matteo Renzi, the current Prime Minister. But in the 298 pages one name is missing: Licio Gelli. A curious, or perhaps significant oversight, because if there is a personification of Cerno’s assertion surely one cannot fail to put him centre stage.

Described by some as the most important and influential man in Italian history since the Second World War, Gelli, who died recently aged 96 at his Tuscan villa, left as an epitaph the sentence: “I fought for fascism. I am a fascist. I shall die a fascist.” He was laid in his coffin wearing the badge of the Partito Nazionale Fascista created by Mussolini in 1921. But it was the coda to the epitaph that resonated even more disturbingly: in 2003 Gelli declared that the plan he had devoted himself to for the best part of his life, though ordained by masters in higher places, had been quite successful: “Here we are” he said “everything is being put in place little by little, bit by bit”.

The plan, built on a bloody mosaic of intrigues and atrocities, surfaced in its written form in 1982. It envisaged the transitioning of Italy to a modernised form of fascism by means of a “permanent plot”, as was later to be ascertained by a Parliamentary Commission of Enquiry. Indeed by the time the document was found in a suitcase at Rome airport, a series of crude attempted coup d’état had already taken place organised by putschist fascists, notably the “golpe Borghese” of 1970 and the subsequent Rosa dei Venti plot (1973). But rather than relying on subjugation obtained militarily as in the case of Greece and Chile, Gelli’s so-called “Piano di Rinascita Democratica” (Plan for Democratic Rebirth) favoured a form of fascist dictatorship for the third millennium willed and voted in by the Italians and enjoying the kind of consensus that Mussolini had achieved up to about 1939. A degree of force was necessary, but best of all would be to have Italians say to the rest of the world: “We were doing alright under Fascism; we wish to return under a strong government, led by a strongman. Respect our decision.”

Rooted in pre-war consensus and revitalised by a fascist culture officially preserved in Italian society given the amnesty granted after the Second World War to fascist criminals with the consent of Communists, such as party leader Palmiro Togliatti, Gelli’s “permanent plot” only needed a few thousand people in key positions to bring it to fruition: army, the secret services, finance, the press, politicians, some television anchormen, all gathered in a Masonic Lodge to wow them to secrecy. It was called P2, Propaganda Due, comprising a corollary of organisations, all clandestine. A state within a state.

Born in Pistoia, Tuscany in 1919, Gelli started killing antifascists at 17 when he went to fight for General Franco from whom he was to receive a decoration. On his return to Italy in 1939, Mussolini in person gave him a job to train him in fascist propaganda and information gathering. In 1941, disguised as a nurse in a convoy of ambulances, he is said to have taken part in the smuggling of about 60 tons of gold to Italy from Yugoslavia invaded by Nazi-fascists. Two years later he joined the Hermann Goering SS Division deployed in Italy against the Allies. This division was singled out in the British report on “German reprisals for Partisan activities in Italy” at the International Military Tribunal war crime trial at Nuremberg as particularly bloodthirsty. In one operation alone 250 civilians were killed. When Tuscany was liberated in 1944, Gelli’s knowledge of who was who was used by the American OSS (Office of Strategic Services) to locate and identify people of interest to them. Both the Americans and the British intended to make use of fascists in the political future of post-war Italy.

Gelli’s initial contacts with Argentina (the four years spent in Spain presumably providing a useful introduction) were apparently established in the process of shipping to that country the gold looted from Yugoslavia. But it is also possible to imagine that his services would have come handy in the ratlines, the Nazi war criminals escape routes to Latin America operated by the Vatican and others. Gelli made friends with General Juan Peron and worked under him and got on well with the local Catholic Church to the extent that some years ago even the current Pope Francis, then Cardinal Bergoglio, visited Gelli at his villa in Tuscany, according to a well-placed researcher, Michela Scolari, in an interview with Il Fatto Quotidiano in 2014.

The likely date when Gelli became involved with the CIA is probably right at the start of its creation, 1947, when the American Freemason “reverend” Frank B. Gigliotti, a fervent fascist till 1938 who had met Mussolini in the early stages of the dictatorship, visited Italy to recommend certain changes to the new Italian Constitution and hasten the campaign to keep the Communists out of power. The Stay-Behind/Gladio strategy was being developed; money was pouring in from America to help in anti-Communist propaganda and in the recruiting of a clandestine army made up mainly of ex-fascist party members to be trained in the shadow of NATO in whose bases freemason groups were set up as a further means to tie everyone to secrecy.

Links with the Mafia had already been established by Gigliotti and others in the United States and Canada to get help with the landing in Sicily; now the omertà code was extremely useful in preparation of further undercover operations by Mafiosi and the Freemasons. Both organisations had suffered greatly under Mussolini and power was being returned to them, catapulted into action with links at the highest level. Gelli himself apparently did not become a fully-fledged freemason till 1963, but once he joined the “venerables” he operated to combine the secret activities of “brothers” with the political aims of maintaining fascism as a permanent presence: a government in waiting.

As well as involving the Stay-Behind/Gladio organisation with its generals ready to intervene militarily, the P2 plan needed terrorists with tactics to scare people away from the Communist Party, which was the strongest in Western Europe. Fascist gangs were provided with weapons to provoke the left to respond with violence bringing about a situation close to civil war. From 1969 the fascists started planting bombs in public places killing innocent people. The atrocities culminated with the 1980 bomb at Bologna railway station that killed 85 people. According to investigators and judges such as Felice Casson, at least part of the explosives used in such terrorist attacks came from NATO ammunition depots.

Gelli was to receive a ten-year prison sentence in connection with the Bologna massacre for involvement in attempts to divert investigations away from the real culprits. He fled abroad, spent some time in jail in Switzerland but escaped mysteriously and finally made deals with Italian authorities which enabled him to return to his sumptuous villa in Tuscany, a monstrous insult to many Italians. Gelli was also investigated in relation to the killing of Roberto Calvi in London in 1982, the banker he had recruited as a P2 member. Calvi’s son maintains that his father was carrying with him a dossier headed “Bologna”, likely to contain the names of those responsible at the highest level for the bomb at the station.

Right to the end of his life, Gelli kept referring to his huge power of blackmailing people in high places. He stated, for instance, that the man in charge of the Italian Stay-Behind/Gladio organisation was ex-President of the Republic, Francesco Cossiga, while the many times Prime Minister accused of Mafia links, Giulio Andreotti, was in charge of the even more secret “L’Anello” (the ring) presumably connecting the full-circle elements of the “state within a state” at the very top from the Vatican to the White House as well as – it has been suggested more than once – some conservative and Masonic circles in Britain. This was enough to infer that he also knew who was behind the 1978 assassination of Cossiga and Andreotti’s Christian Democratic Party colleague, Aldo Moro, who, against American advice intended to bring the Communists into the cabinet.

Following the scandal over the P2 and on the wake of changes in the European stage, especially in Russia, one of its members, the television tycoon Silvio Berlusconi, flanked by Marcello dell’Utri, his right hand man who was later to receive a seven years prison sentence for his Mafia connections, was propelled into politics through a P3 Lodge, even more successful than P2, according to Gelli himself, hence his claim of success of “the permanent plot”. Twenty years of “Berlusconismo” driving a massive wave of historical revisionism aimed at presenting fascism as a relatively benign phenomenon have weakened the Left to the extent that the current Prime Minister, Matteo Renzi of Partito Democratico (ex- Communists), having met Berlusconi at his villa at a crucial point in his career, is currently heading a coalition flanked by men propelled into politics through Berlusconi’s Party and the P2/P3. In a country so deeply affected by the constantly mutating virus of deceit has the coup of third millennium fascism already taken place?


Gelli, épitaphe: fasciste jusqu'à la pierre tombale.
Mussolini interdit la FM:. dès 1923.
Sur le pan strictement doctrinal, il y a de quoi rire.
Doxa de l'ED avant guerre en France: "l'un des quatre états confédérés" dixit Charles Maurras.
Pendant la guerre, en France, dissolution et poursuites, signature pour les fonctionnaires d'un formulaire "pas FM:. ou ne l'est plus".
Défections au sein de l'institution : les auteurs de Forces Occultes" ( cf. Un dénommé Mamy et Bernard Faÿ).
Pas de réunion en loge (tenue).
Initiation dans le bureau de Gelli.
Lamentable confusion des genres. cat Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Lun 21 Aoû 2017 - 17:57

Forces Occultes visible sur You Tube, trois ou quatre épisodes. Extrêmement proche de la vérité. A manier avec les plus extrêmes précautions.Dangereux sans une connaissance minimale de l'Ordre.















































Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Lun 21 Aoû 2017 - 19:59


Antonello Ruffo di Calabria avait des contacts avec Michele Greco :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Michele_Greco

Michele Greco (né le 12 mai 1924 - mort le 13 février 2008 à Rome), parrain de la famille palermitaine des Ciaculli.

Membre de la famille Greco, Michele Greco est le fils de don Giuseppe piddu u tenenti Greco, il entre dans la Cosa Nostra en 1963 comme sottocapo puis il devient capo di tutti capi de 1976 à 1982 en transmettant le pouvoir aux corleonesi. Son surnom de "Pape" était dû à son habitude de lire une bible quasiment tout le temps. Déclaré coupable au maxi procès de Palerme, il décède en prison.


http://www.rtl.be/info/monde/international/mort-du-mafieux-michele-greco-le-pape-de-cosa-nostra-35793.aspx

Mort du mafieux Michele Greco, 'le pape' de Cosa Nostra

Publié le 13 février 2008 à 17h27 |

Le chef mafieux Michele Greco surnommé "le pape" de Cosa Nostra, en prison depuis 1986, est décédé mercredi dans une clinique de Rome. Michele Greco, 83 ans, purgeait plusieurs peines de réclusion à perpétuité pour divers assassinats à la prison Rebibbia de Rome.

Il avait été hospitalisé il y a quelques semaines en raison de l'aggravation de son état de santé. Il était une figure historique de Cosa Nostra, l'un des accusés du "maxi-procès" contre la mafia ouvert à Palerme en 1986, l'année de son arrestation. Il a notamment été condamné à perpétuité pour son rôle dans l'assassinat du général Carlo Alberto Dalla Chiesa à Palerme le 3 septembre 1982. Plusieurs enquêtes judiciaires l'avaient identifié comme l'interlocuteur de personnalités politiques et de notables compromis avec la mafia sicilienne. Michele Greco avait été élu chef de la "cupola", la commission collégiale à la tête de Cosa Nostra, en 1978.

Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Lun 21 Aoû 2017 - 20:45

J'attends une réponse de votre part à mon message de 15:53.
La compilation frénétique des histoires mafieuses de l'Italie supposent en amont une approche conceptuelle.
Or, vous en faites abstraction.
Les paradoxes historiques ne sont pas de nature à attirer votre attention.
Ici, je ne parle pas de ce que tout le monde sait: arrivée en Sicile des Yankees et pain béni pour la maffia. Création de la DC. Gladio etc.
Vous évacuez ce qui relève de la Science Politique.
Pourquoi l'ED choisit le concept particulièrement inapproprié de la loge, éternel ennemi de l'ED. A ce titre je rappelle mais le faut il vraiment que je me répète incessament en ce qui concerne l'épitaphe de Gelli ?
Je connais votre réponse: la maffia investit la FM:. réputée vecteur d'influence.
Mais l'ED ?
A chacun son rôle.
L'ED a t'elle besoin de passer pas la création ex nihilo d'une FM:. dont on conviendra aisément qu'elle est atypique.
N'est elle pas assez puissante , dont avec capitaux, pour se passer d'un groupe philosophique basé au final sur l'Eglise de Jean et non de Pierre ?
Le contact avec la maffia se suffit à lui-même.
Autre question, et j'attends votre réponse, on en revient à l'éternel débat: Esotérisme/ exotérisme.
Des membres du Vatican, an nom de l'anti-communisme, agents actifs d'un mode de pensée antinomique ?
Vous n'avez aucunement évoqué la possibilité d'une réaction occulte à Vatican II dont défense du rite tridentin. Scission au sein de l'Eglise Catholique et à nouveau réapparaissent les concepts que l'on appelle les dogmes.
Querelle pour partie au sein du Vatican. Tiens , c'est l'époque de la Théologie de la Libération.
Donc: embaucher (quel triste verbe) une partie du clergé, lui faire miroiter un retour en arrière et... par l'opération du St Esprit faire supporter à ce Clergé dévoyé en bout de course la maffia? Tout cela mérite quand même une analyse plus fine n'est-ce pas ?
Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Lun 21 Aoû 2017 - 21:32


Voici une photo bien connue en Italie :





Il s'agit de l'ouverture en 1962 de l'usine de Permaflex à Frosinone, dont Gelli était le directeur. Le prélat sur la photo est Alfredo Ottaviani, dont le nom apparaît dans l’affaire Moro. Il y a aussi Giulio Andreotti (proche du père dominicain Félix Morlion, considéré actuellement comme ayant été un agent de la CIA).

Cette photo montre combien il faut dépasser nos idées préconçues, notamment sur les relations entre certaines obédiences maçonniques et l'Eglise (dans ce cas-ci, le secteur le plus conservateur de l'institution !).

Il faut aussi rappeler que le général et SACEUR Lyman Lemnitzer a inauguré un temple de la GLNF (une obédience affairiste qui a eu de multiples ennuis judiciaires) ; cela ne l'a pas empêché de devenir un proche de Léopold III considéré comme un "bon" catholique.

Ceci nous rapproche de mes réflexions actuelles.

Cela fait très longtemps que l'on parle " d'Argenteuil " dans les dossiers qui nous intéressent.

Guy Weber et Robert Close ont travaillé directement pour Argenteuil.

Quant au prince Albert, il est cité par deux témoignages différents comme étant en contact avec Faez al-Ajjaz.

N'oublions pas non plus ce qu'a dit Michel Libert :

https://www.youtube.com/watch?v=LQR6vn74OaM

Il faudrait aussi développer ce qui concerne le prince Alexandre : engagé par Salik, chauffeur de Félix Przedborski, etc

Le documentaire suivant

https://www.youtube.com/watch?v=D_20B-SBxjg&t=11s

montre qu'il y a eu un pacte entre l'Etat italien et la mafia... au plus haut niveau (Andreotti puis Berlusconi). Ce pacte a conduit à l'arrestation de Toto Riina mais aussi à la mise à mort de Giovanni Falcone et de Paolo Borsellino.

Ne faut-il pas se demander si quelque chose de comparable existe en Belgique ?

Que faisait le frère de la princesse de Liège, devenue reine des Belges, avec le chef de la mafia (car là aussi, c'était au plus haut niveau) ?

Que faisait la princesse Paola chez André Delhamende, vendeur d'avions mais aussi d'armes.

Sans oublier que Albert et Paola étaient proches de André Moyen (commanditaire de l'assassinat de Julien Lahaut)

Dans quelle mesure des enquêteurs belges peuvent-ils explorer ces pistes sans être bloqués par quelque chose qui ressemblerait au secret d'Etat ?

J'ai l'impression que leurs collègues français sont mieux placés. Ils se montrent en tout cas bien plus efficaces en ce qui concerne Armand De Decker.


Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Lun 21 Aoû 2017 - 22:36

Hervé,
Je vous pose des questions bien précises.
Pour toutes réponse, je n'obtiens que le 3.534 ème de vos messages dans le fossé.
Je pose des questions.
Donc, en fonction de vos capacités hors norme (ne vous haussez pas du col pour autant), disons de votre appréhension fine du sujet qui vous anime à saciété, quid d'une réponse claire nette et précise ?
Il n'y aucune réponse par rapport aux conflits d'une Eglise en crise, aucune analyse sur les courants expliquant le cas échéant la création et l'appartenance à cette fameuse loge P2.Tout est politique n'est-ce-pas ?On se comprend.
Mais quand on se fait plus précis, le malaise s'instaure. Plus personne au bout du fil. Fini, nada.
Comme vous êtes le principal contributeur, votre supposée expertise (qu'au demeurant je ne conteste pas sans accepter vos présupposés) en la matière vous impose de ne pas botter en touche.
Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Willy-Nilly



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 19/08/2011

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Mar 22 Aoû 2017 - 14:35

Vatican occupé par le Maçonnerie:

https://www.youtube.com/watch?v=XSuBwJ4xuns
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Mar 22 Aoû 2017 - 18:38

CS1958 a écrit:
Hervé,
Je vous pose des questions bien précises.
Pour toutes réponse, je n'obtiens que le 3.534 ème de vos messages dans le fossé.
Je pose des questions.
Donc, en fonction de vos capacités hors norme (ne vous haussez pas du col pour autant), disons de votre appréhension fine du sujet qui vous anime à saciété, quid d'une réponse claire nette et précise ?
Il n'y aucune réponse par  rapport aux conflits d'une Eglise en crise, aucune analyse sur les courants expliquant le cas échéant la création et l'appartenance à cette fameuse loge P2.Tout est politique n'est-ce-pas ?On se comprend.
Mais quand on se fait plus précis, le malaise s'instaure. Plus personne au bout du fil. Fini, nada.
Comme vous êtes le principal contributeur, votre supposée expertise (qu'au demeurant je ne conteste pas sans accepter vos présupposés) en la matière vous impose de ne pas botter en touche.
Dommage.


J'avais supprimé ce message ce matin.
Je suis surpris de le retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 12244
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Mar 22 Aoû 2017 - 18:43

Petit complément à mon message précédent sur la princesse Paola qui se rendait dans la propriété de André Delhamende, marchand d'avions (SIAI Marchetti) et d'armes (il y a un fil de discussion à son sujet).

La société italienne de construction aéronautique SIAI Marchetti n'existe plus. En effet, en 1983, le groupe Agusta a racheté la totalité de la société. Depuis la fin des années soixante, Agusta avait commencé à acheter des actions. En 1973, Agusta est devenu l'actionnaire majoritaire.

Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Mar 22 Aoû 2017 - 19:10

Willy-Nilly a écrit:
Vatican occupé par le Maçonnerie:

https://www.youtube.com/watch?v=XSuBwJ4xuns


WN,
Merci pour cet excellent témoignage qui explique bien des choses.
Il y a au moins une personne qui était au courant de tout cela et qui a voulu agir : Mgr Ratzinger.
Il était beaucoup trop tard.
Il en a pris conscience.
Il en a tiré les conséquences.
Il est vrai que les déclarations de Mgr Wilkinson étaient de véritables provocations et que cela n'a pas facilité les choses d'un projet avorté de rapprocher le Vatican des Traditionalistes.
Que l'on me parle de relativisme, je veux bien le comprendre.
Mais n'oublions pas que cela ne veut pas dire : abdication.
Autre question personnelle WN, il me semble que sauf erreur ou omission de ma part, en remontant à bien des années de distance, nos idées étaient communes et loin de notre propos de ce jour.
Privilégire bien sûr uniquement le MP si vous le jugez utile.
Avec mes très cordiales salutations.


Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3177
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   Jeu 31 Aoû 2017 - 13:55

HERVE a écrit:

Voici une photo bien connue en Italie :





Il s'agit de l'ouverture en 1962 de l'usine de Permaflex à Frosinone, dont Gelli était le directeur. Le prélat sur la photo est Alfredo Ottaviani, dont le nom apparaît dans l’affaire Moro. Il y a aussi Giulio Andreotti (proche du père dominicain Félix Morlion, considéré actuellement comme ayant été un agent de la CIA).

Cette photo montre combien il faut dépasser nos idées préconçues, notamment sur les relations entre certaines obédiences maçonniques et l'Eglise (dans ce cas-ci, le secteur le plus conservateur de l'institution !).

Il faut aussi rappeler que le général et SACEUR Lyman Lemnitzer a inauguré un temple de la GLNF (une obédience affairiste qui a eu de multiples ennuis judiciaires) ; cela ne l'a pas empêché de devenir un proche de Léopold III considéré comme un "bon" catholique.

Ceci nous rapproche de mes réflexions actuelles.

Cela fait très longtemps que l'on parle " d'Argenteuil " dans les dossiers qui nous intéressent.

Guy Weber et Robert Close ont travaillé directement pour Argenteuil.

Quant au prince Albert, il est cité par deux témoignages différents comme étant en contact avec Faez al-Ajjaz.

N'oublions pas non plus ce qu'a dit Michel Libert :

https://www.youtube.com/watch?v=LQR6vn74OaM

Il faudrait aussi développer ce qui concerne le prince Alexandre : engagé par Salik, chauffeur de Félix Przedborski, etc

Le documentaire suivant

https://www.youtube.com/watch?v=D_20B-SBxjg&t=11s

montre qu'il y a eu un pacte entre l'Etat italien et la mafia... au plus haut niveau (Andreotti puis Berlusconi). Ce pacte a conduit à l'arrestation de Toto Riina mais aussi à la mise à mort de Giovanni Falcone et de Paolo Borsellino.

Ne faut-il pas se demander si quelque chose de comparable existe en Belgique ?

Que faisait le frère de la princesse de Liège, devenue reine des Belges, avec le chef de la mafia (car là aussi, c'était au plus haut niveau) ?

Que faisait la princesse Paola chez André Delhamende, vendeur d'avions mais aussi d'armes.

Sans oublier que Albert et Paola étaient proches de André Moyen (commanditaire de l'assassinat de Julien Lahaut)

Dans quelle mesure des enquêteurs belges peuvent-ils explorer ces pistes sans être bloqués par quelque chose qui ressemblerait au secret d'Etat ?

J'ai l'impression que leurs collègues français sont mieux placés. Ils se montrent en tout cas bien plus efficaces en ce qui concerne Armand De Decker.




Ottaviani sur Wiki:

Son action au Saint-Office et pendant le concile Vatican II

Le 12 janvier 1953, il était créé Cardinal et nommé pro-secrétaire du Saint-Office, puis il en devint le Secrétaire le 7 novembre 1959 (à cette époque, le Secrétaire en était le responsable de fait, le responsable officiel restant le Pape). À la tête de ce dicastère de 1959 à 1968, il marque un grand zèle pour lutter contre ce qu'il perçoit comme des erreurs doctrinales et des nouveautés théologiques dangereuses ce qui en fait une des personnalités de la curie les plus opposées aux courants dits modernistes. Il est partisan d'une vision dite "hispanique" de la relation de l’Église à l’État (pour faire référence aux régimes de type sud américains ou franquiste dont le catholicisme officiel s'oppose au libéralisme et au marxisme).

Considéré comme le principal porte-parole du courant conservateur et autoritaire lors du Concile Vatican II, il y est ouvertement mis en débat avec les autres membres de la curie au sujet de la préparation du concile, puis, plus personnellement, au sujet d'une demande de réforme du Saint Office, en particulier le 8 novembre 1963 lors d'une confrontation avec Monseigneur Joseph Frings dont le secrétaire était Joseph Ratzinger. La question de la liberté religieuse l'opposa assez violemment au cardinal Augustin Bea.

Il fut le dernier grand défenseur de l'École du Droit Public Ecclésiastique, école de pensée relative au droit canonique. Il est également le rédacteur d'une réglementation concernant les abus sexuels qui prévoit l'excommunication des fautifs mais qui a été considérée lors de sa publication au début des années 2000 comme favorisant le secret sur la pédophilie de prêtres.

Rédaction du "Bref examen critique" (ou B.E.C.) au sujet de la nouvelle Messe de Paul VI : le 25 septembre 1969, Ottaviani et le cardinal Antonio Bacci écrivirent une lettre au pape Paul VI pour émettre un certain nombre de critiques au sujet du "Novus Ordo Missae" de Paul VI et de la nouvelle "Institutio generalis" qui présente ce Novus Ordo.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...   

Revenir en haut Aller en bas
 
loge P2/terrorisme/Berlusconi/mafia/...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ouverture de la Zone Nordique du Haut Forez Col de la Loge
» Pas d'éloge de la corrida à la télé!
» éloge de Lao-tseu
» Berlusconi mysogine ?
» La caravane anti-mafia sillonne l'Europe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Explorer les affaires connexes aux tueries du Brabant? :: Autres affaires-
Sauter vers: