les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Un article du Guardian ( 2001 )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Dim 10 Jan 2010 - 9:49

Le 23 août 1985, Smars Thierry remet 1.727.540 FB à Ciolini Elio; plus tard dans l'année, Lacroix Philippe lui remet encore 2,3 millions.

Citation :
et je ne trouve pas que les thèses de Guy Bouten sont plus farfelues que d'autres. Comment expliquer la présence d'Elio Ciolini dans la bande Haemers ?
c'est même un des éléments les plus remarquables de tout le dossier (le minus a sûrement une bonne explication pour cela...un agent du GRU infiltré peut-être?)

puis on a Töttösy, de Stankovich, Dessart, Damman, Lecerf, ... antennes de la mouvance Guérin-Sérac et Aginter Press (> P2) en Belgique, ... on a les anti-rouges du WACl et de l'Opus, type Vankerkhoven, de Bonvoisin, .. le chevaliers du Rouvre, ...

... et la ça devient très chaud

le CIA, mmm, mais pas uniquement!
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Dim 10 Jan 2010 - 11:11

p.e. essayer de trouver comment ciolini est tombé sur l'appartement à loué du grand mere ou tante de Smars.

ici il faut eclairer aussi la societe "BELGOPAP"

soc. qui existe encore!? >lacroi.?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Dim 10 Jan 2010 - 11:52

HERVE a écrit:

Comment expliquer la présence d'Elio Ciolini dans la bande Haemers ?

Parce que Ciolini est un arnaqueur d'extrême-droite. Croyez-vous possible qu'un agent français ou américain commence à déballer toute l'affaire de Bolivie à un journal en 82 alors que celle-ci venait de se produire et les détails n'étaient pas connus du grand public? Un marché pour obtenir une protection vous semble improbable?
Par contre les révélations sur Delle Chiaie n'étaient pas telles puisque celui-ci était en cavale depuis longtemps. Ciolini implique aussi à Danet mais il fut prouvé qu'il n'était pas en Italie. Un autre impliqué, Fiebelkorn, se rend à la justice allemande et démontre qu'il n'y était pas.
Si ce Ciolini est qui je pense dans l'affaire bolivienne tout se tient. Il serait habitué à naviguer dans les milieux durs de l'extrême-droite pour y assouvir sa soif d'argent et de luxe exotique.
Ne pas confondre avec les requins des hautes finances présents dans P2. C'est un autre cercle, qui sert les mêmes intérêts certes, mais dont l'intersection avec P2 est un ensemble vide. Le lien entre eux existe mais pas de cette manière. Vous rendez-vous compte de la difficulté qu'auraient des prétendus maçons de justifier une fréquentation des fascistes purs et durs? Et ses fascistes de faire de même pour expliquer à leurs confrères qui ne sont pas tous dns le secret des dieux ce qu'ils font dans une loge maçonnique? Gelli lui avait enterré son passé depuis longtemps et ne fréquentait pas de portes-flingues à part Delle Chiaie.
Pour finir Ciolini n'a aucune crédibilité pour les italiens qui s'occupent de près à ces histoires. Pardon, des Bouten italiens, il y en a aussi. Eux oui ils aiment bien lui faire le costume de super-agent secret.

HERVE a écrit:

Vous pourriez aussi être intéressé par

http://www.guardian.co.uk/world/1999/apr/10/philipwillan

Infiltrators blamed for murder of Italian PM

Ah oui très intéressant de voir comment les ragots de prison sont reçus comme parole d'évangile et ne sont recoupés avec rien.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Dim 10 Jan 2010 - 15:26

Citation :
p.e. essayer de trouver comment ciolini est tombé sur l'appartement à loué du grand mere ou tante de Smars

Herve dit qu'il trouve ds Bouten

Citation :
Dans le chapitre 66 ("Haemers, un contractuel qui en savait trop ?"), on dit que la bande de Patrick Haemers était bercée par l'idéologie d'extrême droite. "Et même infiltrée par celle-ci via un personnage comme Elio Ciolini, un terroriste néo-fasciste italien. Celui-ci travaillait pour le compte du GAL, Grupos Antiterroristos de Liberacion, un escadron de la mort issu de l'extrême droite espagnole qui avait comme mission d'éliminer les membres de l'ETA basque, principalement en France mais aussi partout en Europe.

Ciolini rencontre Haemers lorsqu'arrivant en Belgique, il cherche à louer un studio à Woluwe-Saint-Lambert appartenant à la famille de Thierry Smars qui est un ami de Patrick."


n'oublions pas les frequentes vacances au cote basque de la famille Haemers , a Hendaye sur la frontiere ESPagne/France.

Hendaye n'est pas un peu jet set, luxe que aimait aussi Cio.?
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Dim 10 Jan 2010 - 15:42

Ciolini avait de très forts liens avec les Etats-Unis lorsqu'il était en Belgique. Selon son petite-amie belge, Wynants Nicole, il aurait fait plusieurs voyages a Miami et pretendait avoir travaillé pour la police locale. Il avait même des insignes ou plaques de la police de Miami. Le no. qu'il avait donné était le 00-1-305-3619828, mais elle n'a jamais obtenu la moindre reponse. (s: PV daté 7/11/1986). Ciolini a été entendu le 23 avril 1992, sur commission rogatoire, par un magistrat délégué de la Cour d'appel de Florence. Il se prétendait agent du Département d'Etat des USA et affirmait avoir été chargé d'une enquête en Belgique au sujet d'un trafic d'armes provenant de Californie, trafic dont un responsable aurait été Haemers Patrick. Il affirmait avoir obtenu, dans le cadre de ses recherches, des confidences de Smars Thierry: celui-ci lui aurait révélé qu'il avait commis, avec Lacroix Philippe et Haemers Patrick, plusieurs attaques de fourgons postaux, dont le hold-up de Verviers. Il a précisé que le trafic dont il s'agit portait sur des armes du type de celles qui furent notamment découvertes dans le box “Apollon” à Uccle. (s: Acte d'Accusation Haemers). Il était aussi administrateur avec le baron Paulus de Châtelet René de la société Dollon, société d’exportation de matériel médical. (s: Rapport Godbille).

il y a quelques années (en 2001) Ciolini a encore fait parler de lui: il a donné, sous un faux nom, des infos concernant un possible attentat contre Berlusconi. Tiens. Encore un ex-P2. Et le Cavaliere... les attentats ca lui arrange bien les choses...

Citation :
Parce que Ciolini est un arnaqueur d'extrême-droite.

un arnaquer, je veux bien, et un manipulateur, mais je ne crois pas que ça peut tout expliquer. pourquoi la bande à Haemers? d'abord ce n'est pas l'"extrême droite", puis il falait les reperer. Elio avait un role a jouer, ça me parait clair.

Citation :
Ne pas confondre avec les requins des hautes finances présents dans P2. C'est un autre cercle, qui sert les mêmes intérêts certes, mais dont l'intersection avec P2 est un ensemble vide. Le lien entre eux existe mais pas de cette manière. Vous rendez-vous compte de la difficulté qu'auraient des prétendus maçons de justifier une fréquentation des fascistes purs et durs?

voir la situation en Belgique: Rouvre/CEPIC/Cercle des Nations versus FdJ/WNP/NEM/...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Dim 10 Jan 2010 - 19:41

Je ne comprends pas comment on peut dire que quelqu'un a de très fort lien avec les USA parce que sa petite amie dit qu'il voyage à Miami et aurait travaillé pour la police locale, ce qui reste à prouver. De plus la police de Miami n'est pas le département d'état ni la CIA, très présente là-bas.

Quand aux relations entre la maçonnerie et le fascisme en Italie, je ne peux que vous remettre à l'histoire. Garibaldi utilisa la première pour soulever le peuple italien et forcer l'unification. Mussolini haïssait les maçons comme toutes les idéologies totalitaires l'ont toujours fait envres les organisations échappant au contrôle de l'état. La P2 n'est pas la maçonnerie, rien que sa structure le démontre. Pour vous en convaincre regardez les interviews de Delle Chiaie qui crache son venin sur P2 et Gelli, pour la galerie bien sûr, mais bien dans le plus pur style traditionnel du fascisme italien. Il ne peut pas faire autrement, à moins d'expliquer que la P2 n'était pas réellement une loge maçonnique.
Il en est de même pour les faux-maçons de la P2 et leurs relations avec l'extrême-droite. Ainsi que les relations des fascistes avec la mafia, ennemis traditionnels eux-aussi. Il y a des relations qu'on ne peut ni cultiver ni afficher, non pas seulement pour éviter la justice sinon et surtout face à ses propres coreligionnaires qui ne savent pas obligatoirement de quoi il retourne.
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Lun 11 Jan 2010 - 9:44

On parle toujours de Gelli, mais probablement l'homme derrière P2 étatit plutot Eugenio Cefis. Peut n'importe si P2 était oui ou non de la maçonnerie (à ses debuts, elle appertenait au Grand Orient d'Italie). A la fin, qu'est ce que la maçonnerie qu'un peu de folklore (assez infantile, d'ailleurs) enscené pour permettre à des personnages de se voir regulièrement et de discuter d'interets communs. Du même, la P2 servait à organiser des rencontres et des structures d'actions. D'accord, il n'y a pas de Grand Architecte la dedans, bien que...

Encore sur Ciolini: Ciolini, Pazienza et Federici avaient des rapports intenses avec delle Chiaie au Costa Rica. Costa Rica, tiens, tiens. P..ski y vivait bien à l'aise. N'a t'on d'ailleurs pas parler d'un mystérieux personnage avec un nom se terminant "-ski" en Amérique Latine, qui aurait voulu protéger Haemers?
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Lun 11 Jan 2010 - 9:52

Encore sur Ciolini ... très doué pour créer de fausses pistes ... mais que faisait-il en Belgique ?

http://ricerca.gelocal.it/iltirreno/archivio/iltirreno/2001/04/21/LA404.html


C'è un inquietante personaggio dietro il caso Berlusconi Ciolini, antico specialista di «bufale» e di depistaggi


il Tirreno — 21 aprile 2001 pagina -1 sezione: ATTUALITÀ

FIRENZE. Elio Ciolini, una delle persone che avrebbero segnalato il progetto dell'attentato a Berlusconi, è stato spesso al centro di oscure storie di rivelazioni più o meno attendibili, anzi in maggior parte rivelatesi false. Il più clamoroso «depistaggio» è stato quello delle indagini sulla strage alla Stazione di Bologna. Nel 1982, quando era detenuto per truffa nel carcere svizzero di Champ Dollon, Ciolini riferì al giudice bolognese Aldo Gentile che la strage era stata commissionata dalla fantomatica loggia massonica «Montecarlo», emanazione della P2, ai «neri» di Stefano Delle Chiaie. La strage, secondo Ciolini, sarebbe stata eseguita dal tedesco Fiebelkorn e dal francese Danet e sarebbe servita a coprire la colossale operazione finanziaria Eni-Petromin. Ciolini disse che la «Montecarlo» era inserita nella «Trilateral», che descrisse come una organizzazione terroristica. In seguito cercò di ritrattare tutto, indicando i giudici destinatari della sua testimonianza «come consapevoli strumenti» dell'inquinamento delle indagini. Poco tempo dopo avere fatto le sue rivelazioni, uscì dal carcere di Champ Dollon. Per questo depistaggio Ciolini è stato processato e condannato a 9 anni di carcere (quattro condonati) per calunnia. Nel 1991 fu di nuovo arrestato a Firenze. In una intervista rilasciata durante la latitanza ad un quotidiano romano aveva parlato di una sua appartenenza ad un «servizio per la lotta al comunismo che fa capo alla Nato». In un interrogatorio disse di avere fatto parte negli anni '70 di una struttura segreta che aveva tra gli altri compiti quello diaiutare i dissidenti dei Paesi dell'Est. Altre rivelazioni furono attribuite a Ciolini, e poi smentite, sulla scomparsa in Libano dei giornalisti Italo Toni e Graziella De Palo. Nel 1992 Ciolini torna alla carica lanciando un allarme per un presunto «golpe» o piano di destabilizzazione che fu raccolto dal Viminale e tradotto in una circolare ai prefetti che suscitò molte polemiche. In seguito le rivelazioni di Ciolini su una riunione in Jugoslavia, in cui la mafia avrebbe messo a punto la strategia per la stagione delle stragi, finì nell'inchiesta «Sistemi criminali» sulla ipotesi di un piano eversivo finalizzato alla divisione dello Stato condotto dai vertici di Cosa Nostra con la complicità di un Sistema Criminale, composto dalla massoneria deviata, da elementi dell'eversione nera e da spezzoni deviati di servizi segreti. Il procedimento vedeva indagati, tra gli altri, l'ex capo della P2 Licio Gelli, l'estremista nero Stefano Delle Chiaie e Totò Riina, ma finì archiviato nel marzo 2000 dalla Procura di Palermo.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Lun 11 Jan 2010 - 10:11

Toujours au sujet d'Elio Ciolini, un extrait tiré d'un long article ...

http://ebooks.gutenberg.us/Wordtheque/es/aaavjo.txt

Latin America Bureau

Narcotráfico y Política
Militarismo y mafia en Bolivia

( ... )

Ciolini, aparece revelando ante las autoridades judiciales italianas los nombres de los autores del atentado terrorista cometido el 2 de agosto de 1980 en la ciudad italiana de Bolonia. En virtud de estas revelaciones fueron inculpados del asesinato de 85 personas, mediante la colocación de una bomba en la estación de ferrocarriles de Bolonia, los neofascistas italianos Stefano Delle Chiaie, Maurizio Giorgi y Pierluigi Pagliai, el neonazi alemán Joachim Fiebelkorn y el mercenario francés Oliver Danet. Según Ciolini, el comando terrorista estaba encabezado por Delle Chiaie y obedecía las órdenes de Licio Gelli, el «padrino» de una tenebrosa logia masónica denominada «Propaganda 2».

En sus extensas declaraciones, Ciolini asegura haber visto a los cuatro primeros en Bolivia. De Delle Chiaie dice que se encontraba en La Paz por lo menos desde abril de 1980, que estaba contratado por el Ministerio de Defensa pero asignado al Ministerio del Interior, que se hacía llamar Vincenzo o Alfredo Modugno y tenía un pasaporte boliviano con el nombre de Ramiro Fernández Valverde, que era muy amigo del coronel Luis Arce Gómez y que tenía a varios terroristas italianos, alemanes y franceses a sus órdenes. La revista «Panorama» recuerda a sus lectores que Delle Chiaie es un peligroso terrorista, responsable de innumerables crímenes políticos en Italia desde 1969, prófugo de la justicia italiana, fundador de la neofascista «Avanguardia Nazionale» y principal animador de la llamada «Internacional negra».

Según un informe de la CIA norteamericana, citado por Ciolini, Delle Chiaie se asoció con los argentinos Mario Mingolla (otro terrorista al servicio del Ministerio del Interior boliviano, que también se hacía llamar Pablo Hervas Chiriboga o Christian) y Jorge Lynch para editar una revista neofascista internacional con el nombre de «Confidential». La dirección de la revista estaba en Buenos Aires, a cargo de Sandro Saccucci y Maurizio Giorgi. Este último colaboraba, además, con la policía política del régimen de Pinochet y, según Ciolini, está implicado en el asesinato, en Buenos Aires, del general chileno opositor Carlos Prats. En cuanto a Pierluigi Pagliai (otro de los acusados de la matanza de Bolonia), Ciolini se remite también al informe de la CIA ya mencionado, que confirma que Pagliai se hacía llamar Mario Bonomi, que trabajaba para el Servicio de Seguridad boliviano y que «es un notorio torturador».

Tras referirse al alemán Joachim Fiebelkorn (de quien dice que era hombre de Delle Chiaie, que trabajaba como instructor militar en Santa Cruz por cuenta del Ministerio del Interior y que al mismo tiempo organizaba el servicio de guardia de Roberto Suárez Gómez, el «padrino» de la mafia del tráfico de cocaína en Bolivia), Ciolini termina confesando que él mismo estuvo al servicio de Delle Chiaie en Bolivia desde fines de 1980 hasta abril de 1981, con credenciales de inspector de la Dirección de Recaudaciones del Ministerio del Interior para Santa Cruz y con sueldo del «séptimo Departamento del Cuartel General de las Fuerzas Armadas bolivianas, entonces a cargo del coronel Zurita».

El segundo de los testimonios publicados por «Panorama» tiene otro carácter. Es una verdadera historia de los mercenarios neonazis en Bolivia, contada por uno de ellos y centrada en la figura de Joachim Fiebelkorn. Su interés es evidente. He aquí su transcripción literal:

«Todo comenzó hacia mediados de 1978. Habíamos sido reclutados en Alemania. Todos éramos 'negros'. Nos habíamos conocido en los mismos night clubs y en las mismas cervecerías. El jefe era él, Joachim Fiebelkorn. Tenía un saco de dinero. Lo había ganado en Frankfurt explotando a cuatro prostitutas. La policía le estaba pisando los talones. Había tenido que empacar sus cosas y huir a Sudamérica. De la generación de la posguerra, Joachim era un fanático. Desertor del Ejército Federal Alemán, había terminado en la Legión Extranjera Española. Coleccionaba uniformes, banderas, distintivos y armas del Ejército nazi y, sobre todo, de las SS. Tenía un uniforme negro. Se lo ponía en las veladas de gala de los oficiales bolivianos. Antes de llegar a Santa Cruz, la segunda ciudad de Bolivia y centro de oscuros negocios y oscuros personajes, Fiebelkorn había estado en Paraguay.

En Asunción, los nazis son bienvenidos. Sobre el Paraná, en los confines con Brasil, vive el doctor Mengele.

( ... )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Lun 11 Jan 2010 - 11:54

dim a écrit:
On parle toujours de Gelli, mais probablement l'homme derrière P2 étatit plutot Eugenio Cefis. Peut n'importe si P2 était oui ou non de la maçonnerie (à ses debuts, elle appertenait au Grand Orient d'Italie). A la fin, qu'est ce que la maçonnerie qu'un peu de folklore (assez infantile, d'ailleurs) enscené pour permettre à des personnages de se voir regulièrement et de discuter d'interets communs. Du même, la P2 servait à organiser des rencontres et des structures d'actions. D'accord, il n'y a pas de Grand Architecte la dedans, bien que...

Au contraire c'est très important de percevoir le plus rationnellement possible qui est qui dans ce qu'on appelle la maçonnerie. La meilleure preuve est que l'on brame au complot judéo-maçonnique depuis les deux extrêmes.
Rien d'étonnant puisque les idéologies qui prônent un contrôle total de l'État ne peuvent supporter les organisations internationalistes quelles qu'elles soient: diaspora juive, maçonnerie, église, internationale communiste dans le cas de la droite, etc..
La maçonnerie a toujours servi de point de ralliement de certaine élites et donc dérive obligatoirement vers le trafic d'influence, mais y voir le nid d'un complot mondial n'est que propagande.
Ce qu'a monté Gelli est très différent. La majeure partie des adhérents à P2 l'étaient contre leur gré grâce à l'énorme réseau de chantage qui fut organisé. Qui était au-dessus de Gelli? C'est la grande question à laquelle personne na jamais encore réussi à répondre. Je crois qu'au début il y a le prince Borghese, mais celui-ci est mort au-milieu des 70 en Espagne. Qui a pris la relève? Si tant est que quelqu'un l'a fait et que Gelli n'a pas continué à naviguer par inertie sur sa lancée.
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Lun 11 Jan 2010 - 12:14

Citation :
les idéologies qui prônent un contrôle total de l'État ne peuvent supporter les organisations internationalistes
je ne suis pas convaincu, une internationale noire n'est pas inpensable

Citation :
La majeure partie des adhérents à P2 l'étaient contre leur gré grâce à l'énorme réseau de chantage qui fut organisé.
c'était vraiment le cas? Berlusconi, par exemple, a été condamné pour parjure pour avoir nié son appartenance (mais, surprise... il a depuis bénéficié de prescription). D'autres parlent de chantage... ouiah...

Citation :
mais y voir le nid d'un complot mondial n'est que propagande.
sûrement quand on pense aux protocols de Sion et le cirque NWO/9-11/... Cependant, des "organisations" (maçoniques ou pas) sont necessaires pour monter des opérations d'ombre. La plus grande partie des membres du Cercle des Nations n'avaient rien a voir avec les membres plus "obscures" (C, Prz'ski, Gherardi Dandolo, de Bonvoisin, van den Bosch, Noël de Burlin, Rossignol, Salik, Vankerkhoven, Violet, Vaxelaire, Vastapane, Blaton, Boas, ...), mais ça ne veut pas dire que le Cercle n'a pas pu agir comme point de rencontre. En petit comité, par exemple. Du même pour l'ordre du Rouvre, P2, comité Hongrie, CEPIC, les different loges, l'AESP, le Cercle Pinay, Bilderberg, Trilaterale, ...

Citation :
Qui était au-dessus de Gelli?
Eugenio Cefis (Montedison, AGIP, ENI, ...) a souvent été cité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Lun 11 Jan 2010 - 14:02

Pour l'internationale noire: il faut nuancer. La collaboration entre les différents états totalitaires de droite ou organisations clandestines dans les états démocratiques est un fait. Mais cette collaboration n'a rien à voir avec une organisation supra national où les intérêts de l'état ou de la cause nationale passent au second plan. L'extrême-droite dont on parle est fondamentalement nationaliste, basée sur le peuple comme race, le terroir, la tradition etc... C'est pour cela que l'extrême-droite "bolchévique" genre Ferré n'a jamais eu beaucoup de succès. C'est aussi la raison pour laquelle l'extrême-droite wallonne se coordonne plus facilement avec la française qu'avec la flamande.

Pour P2: attention, contre leur gré se réfère à se retrouver comme pion d'un jeu qui les dépasse car ils n'ont plus le contrôle total de ce qu'ils font. L'appât du gain et du pouvoir fut la raison à la base des différents chantages et n'en font donc pas des victimes innocentes.

Un petit noyau de manipulateurs au sein d'une structure qui favorise les rencontres grâce à sa nature secrète est une chose, P2 c'est autre chose. C'était (c'est?) énorme, créé à la base pour ces fins (chantage, déplacement discret du pouvoir, etc..), les nouveaux adhérents favorisant la captation par le chantage (appaˆt du gain et du pouvoir aussi) de nouveaux (dossiers des services italiens, dossiers financiers, etc...)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Lun 11 Jan 2010 - 15:14

On a parfois l'impression que l'histoire se répète ...

Ce qui suit date de 2005 :

http://www.dailykos.com/story/2005/7/1/134912/3377

http://rantburg.com/poparticle.php?ID=122968&D=2005-07-01&SO=&HC=2


Parallel Italian police operation discovered

Italian authorities have uncovered a "parallel" police structure which allegedly masqueraded as a specialised anti-terrorist unit in a scam to obtain funding from donors including NATO and the CIA. Anti-terrorist police, acting on orders of investigators in the northwestern port of Genoa, on Friday carried out dawn raids on some 25 homes and offices in nine Italian regions. Some 24 people - including several regular police and Carabinieri paramilitary officers - are been investigated in connection with the scam, which operated under the phoney name of 'Department of Anti-terrorism Strategic Studies (DSSA).

The two alleged ring-leaders of the group, Gaetano Saya and Roberto Sindoca, have been placed under house arrest at their respective homes in Florence and in the northern town of Pavia. Saya has a history of involvement in extreme-rightwing politics. The men are being charged with criminal association aimed at usurping state functions.

Investigators say the group set up the DSSA after the 2004 Madrid train bombings, in which 191 people died, to fool unsuspecting donors into believing it was an anti-terrorist branch of Italy's security services.

The organisation had its own Internet website, now disabled, through which it requested money in exchange for security dossiers and alerts on possible terrrorist attacks.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Lun 11 Jan 2010 - 15:25

Pour votre information, je suis arrivé aux sites de mon précédent courrier à partir de

http://www.pmli.it/scopertapoliziaparallelanuovagladio.htm

et ce, en cherchant des informations sur Elio Ciolini, que je vous livre di-dessous (aussi vers 2005) :


La scissione di Ciolini

Sempre a Firenze, nel gennaio 2005, da una costola del DSSA, è nata un'altra associazione, "Corpo politico Civiltà cristiana", sede in via Ponte alle Mosse 229, guidata da Elio Ciolini Bacciani e Franco Zangheri che adesso sono fra gli inquisiti. Ciolini, legato ai servizi segreti, alla P2 e a Gladio, è noto alle cronache per essere stato condannato a 14 anni per i depistaggi sulla strage fascista di Bologna. "Civiltà cristiana" si definisce nello statuto un partito che si propone: "di porre uno stop alla sinistra, quella sinistra `becera - e - forcaiola' che sempre accusa, critica e vilipendia il governo e, di riflesso, il suo primo ministro". Il partito di Ciolini si promette anche di arrivare ad assicurare a Forza Italia il 70% dei suffragi degli italiani che vivono all'estero.

Dopo la scissione Saya si è rivolto alla procura di Firenze per querelare Ciolini accusandolo di essere un agente infiltrato dal Sisde nella sua formazione politica.

L'inchiesta della procura di Genova è partita dall'intercettazione telefonica di Paolo Simeone, l'ex sminatore dell'esercito mercenario in Iraq, finito nell'inchiesta sull'omicidio di Fabrizio Quattrocchi e sul reclutamento dei bodyguard italiani rapiti nell'aprile 2004 in Iraq.

Quattrocchi era stato presentato dal settimanale "News" come membro della DSSA. La magistratura esclude per ora collegamenti anche perché il rapimento è avvenuto prima della nascita ufficiale del DSSA. Ma lo stesso Saya tiene a precisare che la sua organizzazione aveva informatori e operava anche all'estero e in particolare in Iraq.

Secondo Saya fra le ipotesi del perché il DSSA sia finito sotto inchiesta c'è quella che avrebbe fatto sapere di essere a conoscenza di alcune verità scomode sulla liberazione di Giuliana Sgrena. "Per esempio che gli otto milioni di euro del riscatto potrebbero non essere mai usciti dall'Italia e che Nicola Calipari non è stata una vittima casuale".

Fascisti e massoni

Saya nella sua autobiografia sul sito del Nuovo MSI-Destra nazionale dichiara apertamente di essere un discepolo del caporione fascista Giorgio Almirante e ancora oggi è in ottimi rapporti con la vedova.

Un poliziotto in attività e membro del DSSA ha raccontato all'Espresso che "Saya lavorava per farsi legittimare politicamente ed entrare a pieno titolo, con il Nuovo Movimento sociale, dentro la Casa delle libertà". E ha aggiunto che Saya "lavorava su tre fonti. Il Nuovo MSI, appunto, come partito politico. La massoneria, che gli garantiva contatti e amicizie. E il DSSA che forniva informazioni al Viminale e che magari, in futuro, avrebbe potuto tenere qualche politico sotto pressione", ossia ricattarlo.

La stessa fonte così descrive gli appartenenti all'organizzazione: "Siamo gente che crede nella Patria e che pensa non si faccia abbastanza per difenderla. Io, per capirci, sono di quelli che a Genova, durante il G8, non si è tirato indietro quando c'era da dar bastonate. E nella Dottoressa (così veniva chiamata in gergo la DSSA, ndr) si sono almeno altri nove o dieci colleghi che si sono formati politicamente e militarmente su quell'esperienza".

Storici sono i rapporti di Saya con la massoneria e la P2. Era vicinissimo al generale Pietro Musumeci (ex Sismi e piduista operante a Firenze) che lo avrebbe raccomandato alla Nato e, secondo quanto si può leggere nella sua autobiografia, sarebbe stato un altro generale piduista ("amico fraterno"), Giuseppe Santovito, allora capo del Sismi, a iniziarlo in una Loggia massonica riservata. Anche se ora Licio Gelli nega di averlo conosciuto, sempre sul sito del Nuovo MSI è riprodotta una dedica di pugno del capo della P2 datata 5.6.91 "A Gaetano Saya, la verità ha un solo volto, quello dell'onestà verso gli altri e verso se stesso. Con stima e molta simpatia. Licio Gelli".

Il governo non poteva non sapere

Saya respinge l'accusa di aver dato vita a una organizzazione parallela e segreta. Della sua esistenza, fa sapere, "erano stati informati i Ministeri dell'Interno, della Difesa, della Giustizia, la Procura generale di Roma, il Sismi, il Sisde, il Comando generale della Guardia di Finanzia, le Ambasciate di Stati Uniti e Israele. E Shape, il Comando supremo della Nato in Europa. Il Centro Studi è stato chiesto in ambito Nato". "Il Centro - continua - ha chiesto fondi alla Commissione Sicurezza di Bruxelles (32 milioni di euro, ndr), ed è in attesa che la pratica venga completata".

I ministri interessati e i capi dei servizi segreti e delle "forze dell'ordine" negano, eppure è impossibile che il governo Berlusconi non ne sapesse nulla.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Lun 11 Jan 2010 - 16:47

Il faut tout remettre dans l'optique des années 70 et 80. Car si on spécule sur la désinformation de la désinformation on n'arrivera nulle part. Depuis que les attentats italiens de cette époque se sont révélés être l'oeuvre d'une partie de l'extrême-droite italienne puis que P2 fut découverte, tous les intérêts de presque tout le monde en Italie (à part un groupe restreint de magistrats, politiques et journalistes) ont convergé vers une exploitation politique de tout cela. Accuser la CIA et la maçonnerie convient dans les deux camps (droite et gauche) et l'apparition de Berlusconi dans le paysage convient à tout le monde, maintenant. C'est pourquoi les thèses prônant les implications en cascade se succèdent et sont reprises par les uns et les autres. Si l'extrême-droite accuse les américains d'être derrière tous les problèmes italiens, ça leur convient très bien, mais ça convient très bien aussi à la gauche italienne et même à la démocratie chrétienne. Il ne faut pas oublier non plus que pour des raisons historiques cette dernière fut la frange politique la plus liée à la mafia.

En résumé l'exploitation politique de toutes ces affaires déforme tellement la perception de la réalité qu'il faut nécessairement faire le tri. C'est là qu'est la grande difficulté à mon avis.

D'autre part, voyez comme rien ne ressemble dans tout cela, à l'activité des TBW en ce qui concerne les supermarchés surtout.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Mar 12 Jan 2010 - 7:20

Pour en revenir à Elio Ciolini, j'ai envie de relire, ou revoir, "The Odessa File" :

http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seaux_d%E2%80%99exfiltration_nazis

http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seaux_d%E2%80%99exfiltration_nazis#ODESSA

Peut-on imaginer qu'il "ait été placé" dans la bande Haemers pour la faire évoluer du grand banditisme vers le terrorisme (emploi d'explosifs à Verviers, etc) ...sans nier que la bande Haemers avait déjà une tendance de ce genre dès l'origine ...

Dans les première page du rapport VBDJ, X18 parle souvent de "l'organisation"... et de la possibilité que l'enlèvement de VDB soit un simulacre ... A-t-on assez étudié ces pistes ?

http://www.scribd.com/doc/15109318/Rapport-VBDJ-Haemers-traduction-francaise
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Mar 12 Jan 2010 - 9:59

Citation :
pour la faire évoluer du grand banditisme vers le terrorisme

ça rappelle un peu l'histoire de la Banda della Magliana en Italie...
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Mar 12 Jan 2010 - 10:10

Juste une petite "parenthèse" (?) sur ce qu'il advint des nazis actifs lors de la seconde guerre mondiale :

http://forum.orange.fr/liremessages.php?idsection=1673&thread=2384113

Ils sont devenus très âgés maintenant ... mais ce n'est pas une raison pour oublier l'histoire.

L'implication de certains industriels et financiers a été massive ...

Par exemple :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Allianz#La_prise_de_contr.C3.B4le_par_les_Nazis

L'arrivée des national-socialistes du NSDAP (ou parti Nazi) au pouvoir en 1933 leur permit de prendre le contrôle de toutes les instances du gouvernement et de la société. A l'instar d'un grand nombre de sociétés, les délégués du personnel furent remplacés par des Nazis et les salariés juifs licenciés. La collusion d'Allianz avec le régime nazi était telle que Kurt Schmitt, alors dirigeant du groupe, fut ministre de l'économie du Troisième Reich de juin 1933 à janvier 1935 et que le Directeur général Eduard Hilgard dirigea l'Association de l'Assurance Privée du Reich, entité qui proposa puis mis en place le refus de paiement de toute prime d'assurance-vie aux Juifs en envoyant les sommes dues aux dirigeants nazis, et ce d'une manière très organisée.

L'annexion de la Pologne par l'Allemagne nazie en 1939 conduit à une intensification des besoins d'assurances des risques liés à la guerre. Les lignes les plus profitables pour les assureurs étaient alors la Marine, la Construction, les assurances-vie et incendies industriels. Mais les ravages de la guerre furent tels qu'il devint très difficile pour Allianz de continuer ses opérations qui vit son patrimoine immobilier détruit. A la fin de la guerre, la majorité des avoirs d'Allianz étaient également anéantis.

Après le 8 mai 1945, une série de lois votées par les Alliés obligèrent l'Allemagne à compenser les confiscations et spoliations des victimes du régime nazi. Allianz, membre de la International Commission on Holocaust Era Insurance Claims (ou Commission Internationale sur les Demandes d'Indemnisations de l'Epoque de l'Holocauste), déclara avoir payé rapidement les demandes justifiées, ce qui fut contesté par la suite. En 1997, Henning Schulte-Noelle, alors CEO, prit finalement la décision d'ouvrir librement les archives en demandant à Gerald D. Feldman, historien de l'Université de Berkeley (Californie, USA) de mener un vaste projet sur les activités d'Allianz durant la Seconde Guerre mondiale. Ces recherches conduisirent non seulement à plusieurs nouvelles réclamations de victimes du nazisme et de leurs descendants mais permirent de confirmer plusieurs faits notables comme :

  • la conclusion que le groupe assura les installations et les personnels des camps d'Auschwitz et de Dachau en toute connaissance de la nature et de la destination de ces camps.


  • la mise en évidence de la prise en charge des risques liés à la production du gaz cyanhydrique Zyklon B par les usines d'IG Farben[2].
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Mar 12 Jan 2010 - 11:12

La lecture de l'article suivant montre que l'extrême-droite peut encore être dangereuse de nos jours et planifier des actions terroristes ... même en Grande Bretagne :

http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/johann-hari/johann-hari-the-looming-threat-of-terror-that-comes-from-the-far-right-1802167.html

The looming threat of terror that comes from the far right

( 14 octobre 2009 )
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Mar 12 Jan 2010 - 11:30

Pour en revenir à Elio Ciolini :


http://archives.lesoir.be/des-fantomes-de-thierry-smars-et-du-major-vernaillen_t-19930922-Z078K4.html?query=Ciolini&firstHit=0&by=10&sort=datedesc&when=-1&queryor=Ciolini&pos=0&all=5&nav=1

DES FANTOMES DE THIERRY SMARS ET DU MAJOR VERNAILLEN AUX FEUX FOLLETS DE PROCES-VERBAUX EN GOGUETTE HAEMERS II:DES TEMOINS...


VAN DAMME,GUIDO

Mercredi 22 septembre 1993

( ... )

Le tout sur fond de deuil avec la mort de Thierry Smars le «compagnon de jadis» et sur fond de «rapines propres» avec ce hold-up du 17 mars 1986 au GB de Drogenbos (pas de blessés... et un butin de 38 millions). Philippe Lacroix est «preneur» pour cet exploit de banditisme qu'il a avoué peu après son arrestation en Colombie. Avec une franchise, pour laquelle il escompte en retour que les jurés croiront qu'il n'est pour rien dans la «rapine sale» de Verviers (deux morts).

L'OMBRE DES TUEURS

Regroupons deux témoignages: celui de Baudouin Erpicum, qui fut barman dans l'établissement de Woluwe où se rencontraient ces messieurs, et celui de Guy Smars, le père du premier suicidé dans la chronologie de cette saga. On espérait, du côté de l'accusation, que le barman redirait ce qu'il a affirmé dans un premier temps aux enquêteurs: à savoir qu'en visite chez Philippe Lacroix, il aurait vu sur la table une vingtaine de journaux relatant l'attaque du fourgon blindé de Verviers. Aujourd'hui, il est moins précis, il dit qu'il peut avoir confondu et qu'il pourrait s'agir de l'affaire Vernaillen. On sait que le major Vernaillen, très actif dans la recherche des tueurs du Brabant wallon, avait subi une attaque en son domicile alostois. Me Ann Kriwin fonce dans ce sentier et demande au témoin si Thierry Smars et Philippe Lacroix ne se cachaient pas pour Bastiani.

Ce Bastiani, alias Ciolini, alias le colonel, il en sera encore question dans la déposition du père de Thierry Smars. Je crois que c'est lui qui a manipulé Thierry. Je crois même qu'il lui a réclamé de l'argent. Quatre millions? Et pour financer quoi?

COPIES QUI RAPPORTENT

Notons encore dans cette déposition du père de Thierry Smars la confirmation d'un point chaud du dossier. Guy Smars va confesser les fautes de son fils à la justice. On m'a d'abord conseillé de le faire d'une façon anonyme. Tiens! Pour cacher quoi? Surprise plus tard quand j'ai reçu la visite de Philippe Lacroix qui m'a mis une photocopie de ce procès-verbal sous le nez. Des fuites sur lesquelles on n'a pas fini d'épiloguer.

En vertu de son pouvoir discrétionnaire, le président a aussi convoqué la maman de Thierry Smars. Elle révèle que c'est sur les conseils du commissaire de police de Woluwe qu'elle a demandé à son avocat, Me Michel Vander Elst, de demander restitution du riot gun saisi par la justice au moment d'une perquisition. On en vit plusieurs baisser la tête au niveau de la banquette: ceux qui avaient suspecté Michel Vander Elst d'avoir réclamé cette arme d'initiative et sans l'avis de la famille pour ravitailler on ne sait trop qui en armes.

( ... )

- - -

Rappel :

http://archives.lesoir.be/complice-haemers-th-smars-a-ete-suicide-_t-19890930-Z020P2.html

COMPLICE HAEMERS (TH.SMARS) A ETE SUICIDE ?


GUILLAUME,ALAIN

Samedi 30 septembre 1989

( ... )

Ce dossier se rapporte au «suicide», le 21 mai 1986 à Woluwe-Saint-Lambert, de Thierry Smars, un jeune homme alors âgé de 24 ans. Smars est aujourd'hui suspecté d'avoir appartenu à la bande Haemers et d'avoir entre autres participé à l'attaque du fourgon postal de Verviers. Si certains enquêteurs disent qu'en 1986 il n'était pas scandaleux de penser que Smars s'était suicidé (malgré l'avis formel d'un expert)... ils s'empressent d'ajouter qu'aujourd'hui on peut considérer comme éminemment probable le fait que Thierry Smars ait été victime d'un meurtre. Smars aurait été meurtri et «déstabilisé» par le drame de Verviers auquel il avait concouru. Au point d'en devenir «dérangeant» pour la bande Haemers.

( ... )
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Mar 12 Jan 2010 - 11:47

Un aute extrait du procès Haemers II :


http://archives.lesoir.be/au-proces-haemers-ii-vander-elst-dans-la-mire-du-presid_t-19931015-Z07CGM.html


GUILLAUME,ALAIN

Vendredi 15 octobre 1993

( ... )

Plus tôt, deux enquêteurs de la Brigade nationale de PJ et deux autres de la BSR de Louvain étaient venus raconter leur enquête à la Cour. Les premiers se sont attardés sur l'origine de certaines armes de «la bande». Pour eux, pas de doutes: l'armurier Deliens a vendu à Durselen (à ce moment tenancier de la taverne La Belle époque) bien des armes. Et entres autres quelques-unes volées en mai 85 à l'ingénieur de la FN Juan Mendez (qui fut assassiné: une affaire mise en rapport avec les tueries du Brabant). On n'a découvert ces faits que récemment. Deliens dit avoir recu ces armes de Madani Bouhouche. Bouhouche, lui, nie fermement. Mais c'est une autre histoire...

( ... )

_ _ _

Rappel :

http://archives.lesoir.be/affaire-haemers-l-artificier-est-arrete-a-bruxelles_t-19890823-Z01XHC.html

GUILLAUME,ALAIN

Mercredi 23 août 1989
Affaire Haemers : l'artificier est arrêté à Bruxelles

( ... )

Un fournisseur d'armes que les enquêteurs traquaient avec d'autant plus d'acharnement qu'il aurait également livré à Haemers des armes volées (?) chez l'ingénieur de la FN Juan Mendez et qu'il pourrait savoir des choses intéressantes sur les tueurs du Brabant.

Jeudi après midi, après des semaines de recherches, plusieurs enquêteurs de la Cellule Gamma (chargée des «dossiers Haemers») ont frappé à la porte d'un armurier d'Anderlecht pour y interpeller un certain Robert D. Agé d'une trentaine d'années, cet armurier est soupçonné par les enquêteurs d'être le fournisseur d'armes et d'explosifs de Patrick Haemers et de sa bande.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Mar 12 Jan 2010 - 16:19

Dans le cadre des recherches sur Elio Ciolini, voici quelques résultats tirés du "Corriere della Sera"


http://archiviostorico.corriere.it/searchresultsArchivio.jsp



_ _ _



(21 aprile 2001) - Corriere della Sera



http://archiviostorico.corriere.it/2001/aprile/21/Ciolini_esperto_rivelazioni_condannato_per_co_0_010421900.shtml



Ciolini, l' esperto in «rivelazioni» condannato per truffa e calunnia



_ _ _ _



(21 aprile 2001) - Corriere della Sera



http://archiviostorico.corriere.it/2001/aprile/21/telefonata_bomba_depistatore_professionale_co_0_010421855.shtml

La telefonata, la bomba, il depistatore professionale

Misure di vigilanza rafforzate anche per Fazio, D' Antoni, Cofferati



_ _ _ _



(21 marzo 1992) - Corriere della Sera



http://archiviostorico.corriere.it/1992/marzo/21/Fini_nel_1987_Ciolini_defini_co_0_920321812.shtml

Fini: nel 1987 Ciolini si defini' " pataccaro "

dichiarazione segretario MSI su Ciolini Elio

_ _ _ _



(20 marzo 1992) - Corriere della Sera



http://archiviostorico.corriere.it/1992/marzo/20/Ciolini_portalettere_esperto_depistaggi_co_0_92032017762.shtml

Ciolini, portalettere esperto in depistaggi

breve biografia di Ciolini Elio, l' uomo che con le sue rivelazioni al giudice Grassi ha fatto scoppiare le polemiche di questi giorni attorno a un possibile colpo di Stato



_ _ _ _



Par contre, les deux catalogue suivants ne donnent rien :



http://www.sbn.it/opacsbn/opac/iccu/base.jsp;jsessionid=97673F78475FE557CD8095BB877C491D.ha3

http://www.aib.it/aib/opac/mai2.htm3

_ _ _ _

Les journaux italiens ne semblent pas se soucier de son passage en Belgique. Cela vaudrait peut-être la peine de leur demander leur avis ...
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Jeu 14 Jan 2010 - 17:22

Je vous conseille d'essayer le moteur de recherche Google pour les livres :

http://books.google.fr/

J'ai essayé avec Elio Ciolini ( un personnage très intéressant ) mais j'ai quelques difficultés à mettre les résultats sur ce site.

La plupart des résultats sont en italien, avec quelques extraits en anglais. Il y a heureusement des outils informatiques pour les traductions.

Si jamais vous pouvez expliquer comme Elio Ciolini a pu entrer en contact, sous un faux nom, avec la bande de Patrick Haemers ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Jeu 14 Jan 2010 - 18:55

Vous arrivez pourtant à en mettre pas mal de résultats. Il manque cependant l'opinion de tous les italiens qui pensent que Ciolini n'est qu'un manipulateur et que toutes ses pseudos révélations ne sont qu'un moyen de marchandage.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Ven 15 Jan 2010 - 6:22

Il y a une dizaine de pages sur Elio Ciolini dans le dernier livre de Philip Willan:
The Last Supper: The mafia, the masons and the killing of Roberto CalviCe livre date de 2007 ; je ne l'ai pas lu mais je vais essayer...

Un article sur ce livre est sur :

http://www.guardian.co.uk/books/2007/may/20/crimebooks.features

Pour en savoir plus sur Calvi :

http://en.wikipedia.org/wiki/Roberto_Calvi

Elio Ciolini semble avoir été "a very slippery character!" ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un article du Guardian ( 2001 )   Aujourd'hui à 11:47

Revenir en haut Aller en bas
 
Un article du Guardian ( 2001 )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Commentaire de l'article 34 de la constitution
» article de la voix du nord de 1998
» Article : Végétarien ou végétalien ?
» article positif aussi!!! vgr dans le figaro du 14/ 01/ 09
» Article de J.-M. Muglioni sur la discipline et l'instruction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Les axes exploités :: La piste terroriste/Gladio-
Sauter vers: