les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 De Staercke, Philippe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: De Staercke, Philippe   Jeu 30 Nov 2006 - 21:11

Truand membre de la bande de "Baasrode". Condamné par la cour d'Appel de Gand à 20 ans de prison en 1987 pour une série de braquages violents.

Toujours en 1987, il fut inculpé par le juge d'instruction Troch pour la tuerie d'Alost. Le j.i. se basait sur certains éléments matériels et sur un témoignage certifiant que de Staercke se trouvait en repérage au Delhaize d'Alost le 9/11/1985. Il avoua même sa participation à la tuerie d'Alost commis selon lui avec la participation de membres de forces de sécurité du Royaume. Il se rétracta par la suite et obtint bien des années plus tard un non-lieu.

http://www.dhnet.be/dhinfos/article.phtml?id=37383

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Sam 13 Jan 2007 - 18:21

On trouvera ici la décision de la Cour européenne des droits de l'Homme :
http://www.echr.coe.int/fr/Press/2005/avril/Arr%EAtsdechambre280405.htm


de Staerke c. Belgique (no 51788/99) Violation de l’article 6 § 1

Le requérant, Philippe de Staerke, est un ressortissant belge né en 1957 et résidant à Bruxelles.



Invoquant l’article 6 § 1 (droit à un procès équitable dans un délai raisonnable) de la Convention, le requérant dénonçait la durée de la procédure pénale dirigée contre lui en raison de son implication présumée dans une attaque à main armée meurtrière, plus connue sous le nom de « tueries du Brabant wallon ».



La Cour relève que la procédure litigieuse s’est étendue sur plus de quinze ans et quatre mois. Eu égard aux circonstances de l’espèce, elle estime qu’une telle durée est excessive et ne répond pas à l’exigence de « délai raisonnable ». Dès lors, la Cour conclut, à l’unanimité, à la violation de l’article 6 § 1 de la Convention et alloue au requérant 5 000 EUR pour dommage moral. (L’arrêt n’existe qu’en français.)

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
nobody



Nombre de messages : 962
Date d'inscription : 14/07/2006

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Jeu 22 Fév 2007 - 22:00

Ne serait il pas libre actuellement. Il me semble qu'il a repris le droit chemin. Ne serait il pas intéressant à aller voir?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Ven 23 Fév 2007 - 3:58

nobody a écrit:
Ne serait il pas libre actuellement. Il me semble qu'il a repris le droit chemin. Ne serait il pas intéressant à aller voir?
Je l’ai connu en prison pendant quelques années. Nous avons évidemment évoqué les TBW puisqu’il me disait être une victime de l’enquete. Mais il reconnaissait s’être lui-même fourvoyé dans cette logique par des mauvaises réactions de sa part, face à la pression des enquêteurs etc…
Moi, je le voyais comme un suspect possible et lui de même probablement à mon égard! (merci des médias et les PDB!).
Quoi qu’il en soit, il m’a convaincu par son dialogue et sa franchise.
Mais ce sont les participants à ce forum qu’il devrait convaincre. Donc, oui, je crois que ce serait une bonne idée de parler directement avec un suspect de plus, bien que je ne suis pas certain qu’il veuille revivre tout cela!
Revenir en haut Aller en bas
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Lun 6 Aoû 2007 - 10:04

nobody a écrit:
Ne serait il pas libre actuellement. Il me semble qu'il a repris le droit chemin. Ne serait il pas intéressant à aller voir?


Que devient-il?


Comment a-t-il expliqué toutes ces "coïncidences" comme celles citées par exemple dans le livre de Gilbert Dupont et Paul Ponsaers, "Les Tueurs"?

La BMW, les légia,la valisette,sa présence éventuelle sur les lieux,la cartouchière etc...

Ces "coïncidences" , infos ou intox de journalistes? Very Happy Very Happy Very Happy

Wink Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Lun 6 Aoû 2007 - 10:23

Je viens de penser à une chose et si plusieurs équipes avaient été chargée d'un repérage .
2 ou 3 équipes, une seule agit.
1 équipe leurre, elle est "repérée", les enquêteurs se jettent desus mais les membres ont évidemment un alibi et en attendant les enquêteurs ont perdu du temps et tout s'embrouille car d'autres témoins ont vu d'autres personnes qui elles aussi ont de bonnes excuses d'avoir été présentes.
Détourner l'attention reste quand même la bonne méthode pour réusir un coup.
Revenir en haut Aller en bas
Renne



Nombre de messages : 53
Age : 34
Localisation : Alost
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Jeu 20 Sep 2007 - 19:06

J'ai un question:
Le familie De Staercke's parlent les deux langues,néerlandais et français?
Ou seulement français?

De familie De Staercke zijn die 2 talig of spreken ze alleen het franse?
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Jeu 20 Sep 2007 - 19:12

Cette famille n'était-elle pas originaire de Leeuw-saint-pierre (sint-Pieters-leeuw)? Il n'est donc pas impossible qu'ils connaissaient le néerlandais bien que la langue uselle devait être le français.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Jeu 20 Sep 2007 - 21:21

La famille était De Staercke était aussi considérée comme manouche.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Ven 21 Sep 2007 - 8:21

Henry a écrit:
La famille était De Staercke était aussi considérée comme manouche.

Exact. Et des témoins affirment avoir entendu les auteurs de la tuerie d'Alost s'exprimer en manouche. Même si à titre personnel, je serai incapable de reconnaître cette langue.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Ven 21 Sep 2007 - 11:14

Il y a plusieurs types de langages, comme il y a plusieurs types de gitans, les phrases sont brèves, le langage assez rudimentaire.
EX: Je vais à Paris se dit do Paris.
Le langage de ceux que je connaissais ressemblait quelque peu à de l'allemand au niveau des sons .
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Mer 16 Jan 2008 - 13:26

dans HET BELANG VAN LIMBURG daté du 1/6/2001, De Staercke fournit quelques explications :


“Je ne suis pas un lâche qui tue des enfants ». Le gangster Philippe De Staercke veut commencer une nouvelle vie. Bruxelles Thierry Goeman. « Ce que je veux surtout maintenant c’est la tranquillité.

J’ai commencé une nouvelle vie et j’ai un travail. Je comprends les parents des victimes mais je suis moi-même aussi un peu une victime. Pas de la bande mais de la justice. Je ne suis pas un lâche qui tue des enfants. Ils ont cherché et trouvé en moi un bouc émissaire. Mais de toutes les preuves qu’ils avaient contre moi pas une seule a tenu bon. La bande a été dirigé par un mouvement politique, je maintiens cela ».

C’est ce que Philippe De Staercke a dit dans un intervieuw exclusif avec le « Belang van Limburg ». De Staercke aura 44 ans le 28 août. La plupart des hommes ont une famille, une maison et un job à cet âge. Sur ce plan, De Staercke a des années de retard. Il a passé plus de 10 ans en prison.

« Du temps perdu que tu ne rattrapes plus jamais », c’est ce qu’il dit lui-même.

L’homme qui était un moment donné le gangster le plus vénéré du pays, habite avec son amie dans un minuscule appartement dans le centre de Bruxelles. Les centaines d’attaques et vols qu’il a commis autrefois ne l’ont apparemment pas enrichi. Au mieux, il ne lui reste pas grand chose des butins.

De Staercke et son amie sont les seuls blancs à habiter l’immeuble de dix étages. Mais cela ne les dérange pas.

« Ici on ne me reconnaît pas au moins », dit-il.

« J’ai pris la résolution de ne plus jamais avoir à faire avec la justice ». Le non-lieu de mercredi dans le dossier de la bande des TBW, signifie pour moi un nouveau départ. Pour cette même raison je ne veux pas être photographié.

Le ‘nouveau’ De Staercke ne ressemble pas physiquement au criminel qu’on pouvait voir dans les journaux et à la télévision dit-il lui même. Pas de soif de vengeance, avec un palmarès pareil on s’attendrait à voir un lourdaud dur mais c’est ce qu’il n’est pas (plus), l’ancien leader de la bande de Baasrode
Il parle avec une voix faible, tremblante et répète des dizaines de fois pendant la conversation combien qu’il trouve grave ce qui c’est passé pour les familles des victimes. Quand on l’écoute on a du mal à s’imaginer qu’il a osé brûler un feu rouge un jour.

Pourtant dans le top dix des personnes avec le plus long casier judiciaire il peut rivaliser la place supérieure. « J’ai un passé lourd, je ne peux pas le nier. J’ai fais des bêtises. Mais je me sens également comme une victime de la justice. Ils m’ont cherché et cassé. J’étais un bandit, un gangster mais pas un lâche. Quelqu’un qui tue des gens innocents et surtout des femmes et des enfants est un lâche. Je ne saurais pas vivre avec l’idée d’avoir tué un enfant sur un vélo ou qu’un de mes membres de la bande l’aurait fait ».

De Staercke dit qu’il n’est pas rancunier. Même pas vis-à-vis de son ancienne compagne qui a parlé. Ce qui a fait qu’il s’est retrouvé en prison.

« Je sais maintenant comment tout c’est déroulé. J’ai lu les pv’s et je connais sa version.

Suivant la justice Yvette V. a déclaré qu’elle était avec moi quelques heures avant le hold-up dans le Delhaize d’Alost. On n’est même pas allé à Alost ce jour-là ! Mais bien le vendredi qu’on est allé chercher sa fille au pensionnat. C’est ce qu’elle a aussi déclaré. Après on est allé soit disant en reconnaissance avant le « gros coup ». Quand l’enquêteur lui a dit que le hold-up n’a pas eu lieu le vendredi mais le samedi elle a changé sa version et elle a déclaré qu’elle est allée effectivement avec sa fille et moi en reconnaissance le samedi. Elle a voulu me piéger. Je te le jure : je n’ai jamais été en reconnaissance et je n’ai pas participé au hold-up ». Des morceaux du puzzle, la valise samsonite, les armes et les masques de carnaval qu’on a trouvé chez lui ont été utilisé pour des attaques de banques et des agences de la poste. Pas pour des attaques des TBW. « La justice possède un tas d’éléments, des morceaux du puzzle que les enquêteurs ont déplacé et mis ensemble d’une telle manière que le puzzle allait.

Mais en regardant de plus près le dessin ne collait pas. Ils le savent depuis longtemps. Seulement ils m’ont gardé aussi longtemps pour donner l’impression qu’ils étaient toujours sur la bonne piste.

Si j’étais le géant de la bande on en aurait au moins démasqué un de plus de la bande ».

« Depuis que le dossier se trouve à Charleroi on ne m’a plus interrogé. Avant ils ont tout fait pour me faire avouer, mais sans résultat. Ils n’ont aucun aveu mais surtout aucune preuve. Interrogatoire avec détecteur de mensonges, recherche ADN - que j’ai demandé moi-même entre parenthèses-, le tout n’a rien donné.

Encore cette semaine j’ai lu que la justice dit ne pas posséder de matériel de comparaison pour des tests DNA. C’est du baratin. Elle l’avait bien. Les tests ont démontré que tous les suspects qu’on a mentionné à ce jour dans le dossier et qui ont été interrogé et qui ont fait les tests, n’avaient rien à voir dans l’histoire.

On a trouvé dans une des voitures de la bande des mégots. Ils peuvent faire des analyses ADN là-dessus.

Ils ont certaines personnes à l’œil, ils se sont focalisés sur certaines suspects.

Malheureusement, ce ne sont pas les bonnes personnes. C’est pour cette raison que l’enquête a échoué » suivant De Staercke.

En ’87 dans le dossier comme leader de la Bande de Baasrode, De Staercke a été condamné à 20 ans de prison par la Cour d’appel de Gand. Ceci pour une série d’attaques à mains armées.

Peu de temps après il a été arrêté par le juge d’instruction ‘Freddy Troch’ de Dendermonde comme suspect dans le dossier des TBW.

Tout le dossier se trouvait encore à Dendermonde et comme tout le monde sait a été transféré à Charleroi. Une bêtise, disent les familles des victimes. De Staercke le pense aussi, même si le juge d’instruction Freddy Troch n’est pas son meilleur ami. « Le ministre de la justice a déclaré mercredi soir à la télévision que tout indique qu’il s’agit de terrorisme et que la cellule de Jumet ne suivra plus la piste du banditisme dorénavant.

C’est ce que j’ai dit depuis le début et cela se trouve aussi dans mon journal intime que j’ai tenu en prison.

Les attaques des TBW n’étaient pas des attaques ordinaires.
Pour la bande le butin était un ‘pourboire’. Je suis convaincu que les meurtriers ont été payés pour commettre ces attentats. En semant la panique parmi la population en tuant sans pitié des familles et enfants.
Je ne sais pas qui étaient les coupables. Si je le savais, il y a longtemps que je l’aurais dénoncé.

Ce que je sais c’est qu’il faut chercher les responsables dans la haute société. Dans la politique ou dans le top de la gendarmerie. Je n’en dis pas plus ».

Malgré son palmarès criminel lourd Philippe De Staerke a retrouvé du travail.

« Cela semble peut-être étrange mais j’aurais préféré passer devant les assises pour les attaques des TBW.

Parce que je suis sûr qu’on m’aurait libéré faute de preuves. Maintenant on m’a tenu en haleine. Il y avait des preuves mais j’ai pu consulter mon dossier et les preuves ont été infirmées une à une. Il ne s’agissait plus que de quelques indices pour ce qui restait ».

Maintenant il en rit qu’il a avoué autrefois d’avoir commis les 28 meurtres. « Je n’ai jamais déclaré ça officiellement mais bien à un camarade de cellule.

Sans doute pour faire le dur, je n’en sais trop rien. Je le répète : je n’étais pas quelqu’un de sage mais je n’ai jamais tué personne. Je le jure. J’ai raconté bien d’autres choses autrefois que je n’aurais pas dû raconter. Mais que veux-tu ? J’ai vraiment eu des moments difficile en prison. Au début quand on m’a soupçonné des meurtres, je ne pouvais avoir des contacts avec personne. Pour m’agacer et pour me protéger contre les autres prisonniers. Dans leurs yeux j’étais un gangster qui avait tué des enfants innocents. C’est ce qui est le plus honteux. J’ai été terriblement harcelé en prison. Heureusement que j’ai un caractère fort et que la vie m’a endurci. Sinon, je n’aurais pas tenu 12 ans ».

Que les avocats des familles des victimes interjettent appel contre le non-lieu il comprend.

« Ces gens ont perdu leur famille et après 17 ans ils ne savent toujours pas qui ont tués leurs être chers, ni pourquoi. Tant que j’étais soupçonné, ils avaient au moins le sentiment qu’on cherchait et que les enquêteurs avaient quelque chose. Ils s’aperçoivent maintenant aussi que l’enquête est terminée, et qu’on ne retrouvera sans doute jamais les vrais coupables ».


Traduction réalisée par Ella.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Mar 20 Juil 2010 - 17:55

Je pense qu'il faut sortir Phillippe de Staercke de la liste des suspects vu la decision de la Justice Belge et Européène ,mais je veux le garder sous la main comme "leurre" car son entourage reste interessant.


partie 1: Son evasion de Tournait était preparé ET PAS DU au GREVES par hasard car:


voir les Tueries chapitre: 
Citation :

2 Un directeur adjoint de prison sous les verrous
 
 
Quelques mois avant I'attaque du Delhaize d' Alost du 9 novembre 1985, avait été arrêté Léopold Van Esbroeck, I'homme qui avait aidé Philippe De Staerke à trouver refuge chez Sotirios Papadopoulos dans les jours qui suivirent son évasion de la prison de Tournai; le 16 septembre 1983.

Léopold Van Esbroeck, Dikke Léopold pour ses amis, est un oiseau rare, mais sûrement pas un inconnu de la justice. Van Esbroeck est né le 21 août 1950 à Forest. Après avoir travaillé dans un atelier de photogravure à Bruxelles, il entame sa carrière criminelle en 1976. Le 18 août, il est condamné à deux années de prison pour faux en écriture, vol qualifié et receI. Le 15 janvier 1981 s'ajoutent quinze mois pour faux, recel et escroquerie. Le 18 janvier 1982, une nouveIle condamnation à vingt-six mois pour faux, escroquerie et vols. A sa sortie de prison, Dikke Léopold rejoint une bande spécialisée dans des vols de cigarettes, une activité qui n' est pourtant pas encore connue de la justice quand il est arrêté, à Forest, le 12 mars 1985. Van Esbroeck est un joueur invétéré, passionné de courses de chevaux. Il est enfin I'informateur attitré d'un membre de la police judiciaire de Bruxelles, Frédéric Godfroid, bien connu au 13 de la roe des Quatre Bras sous le surnom de Fredo.
Dn excellent flic, Fredo. Fredo avait enquêté pendant tout un
177
 
temps SUf la bande du Brabant wallon et plus particulièrement sur l'attaque du Delhaize de Beersel en octobre 1983. Fredo était l'ami inti me du directeur adjoint de la prison de Saint-Gilles, Jean Bultot. Dn soir, Fredo était même parvenu à emprunter son indic à Jean Bultot. Van Esbroeck se trouvait sous les verrous à la prison de Saint-Gilles et Fredo avait obtenu l'accord de Jean Bultot pour accorder un congé d'exception à Van Esbroeck, afin que ce dernier puisse l'aider pendant une soirée dans l'enquête sur la bande de Nivelles.
 
A la fin 1983, Fredo avait quitté la police judiciaire ou il avait atteint le grade de commissaire mais ou ses méthodes rappelaient un peu trop celles d' Alain Delon. Connaissant parfaitement la vie nocturne, Fredo avait repris le 'Club 52', au 52 de I'avenue Louise, à Ixelles. Fredo devint un habitué de divers night clubs et fréquenta notamment le 'Jonathan'. Ce n'est que bien plus tard, en juin 1987, qu'il comparaîtra avec quatre autres inculpés pour répondre devant la 25ème chambre correctionnelle de Bruxelles de proxénétisme, de port iIIégal d'armes et d'extorsion de fonds avec violence. Fredo, I'ancien flic vedette de la PJ de Bruxelles, s'en sortira avec quarante mois de prison.
Le Club 52 de Fredo était également fréquenté par Léopold Van Esbroeck, qui était souvent accompagné du baron Frédéric de Disbach de Bellereche. Lors des préparatifs de I'évasion de Tournai, le baron avait été contacté et prié de faire remettre le pistolet de Jean-Claude Desmet, un Tanarmi de calibre 9 mmo Le baron et Van Esbroeck se connaissent depuis une dizaine d'années.
 
 

Donc, le 12 mars 1985, Léopold Van Esbroeck est arrêté dans une agence de banque à Forest au moment ou il s'apprête à négocier un lot de bons de caisse. Après vérifications, i! s'avère que les bons de caisse proviennent d'un cambriolage commis le 25 janvier 1985 chez un curé de Wieze. Le jour de son arrestation, Van Esbroeck dénonce son complice: Jean Bultot, directeur-adjoint à la prison de Saint-Gilles. Les enquêteurs pälissent lorsqu'ils enten de nt Je nom de Bultot : un directeur de prison mêlé à une affaire de recel de bons de caisse! Van Esbroeck affirme cependant que Jean Bultot était rentré avant lui dans I'agence afin de vérifier si la voie était libre. Van Esbroeck ajoute d'ailleurs que Bultot doit I'attendre dans un café. Les enquêteurs se rendent à I'endroit indiqué par Van Esbroeck et y découvrent, en effet, Jean Bultot, assis devant un verre de bière ...
Le coup de filet est en fait exécuté par la police judiciaire d' Alost dans le cadre d'une enquête sur les bons de caisses dérobés au curé de Wieze, une enquête dont avait été chargé le parquet de Terrnonde. C'est cependant la PJ de Bruxelles qui prend le relais et interroge ensuite Van Esbroeck. A l'interrogatoire, à Bruxelles, Léopold Van Esbroeck se rétracte et retire ses accusations contre Bultot. Jean Bultot sort, libre, de la police judiciaire. Pour le moment du moins. Le lendemain de I'arrestation de Léopold Van Esbroeck, Philippe De Staerke bénéficie à Saint-Gilles d'un congé pé ni tentiaire. Philippe, que I'on appelle aussi Johnny, oublie pourtant de

 
179
 
rentrer à la prison à l'issue du congé.la police perds sa trace ....


On y apprend qq chose:


1.:Un commissaire de police réussit par l'adjoint de Prison a faire sortir Van Esbroeck à un moment
2;:Bultot fraichement liberé (mais encore en fonction) ou quelqu'un d'autre réussit par hasard au même moment que Van Esbroeck est re-arreté )de donner aussi un congé d'exeption mais cette fois ci c'est De staercke.

Donc aucun juge est necessaire ?

les Prisons sont elles des vraies moulins de kermesse?

Il faut juste acheter un ticket et on va voir les putains pour le weekend?


3. des armes ont ete commandités en preparation à cet echappee.et seul De staercke et Desmet on reussit à arriver à Bruxelles. les autres ont ete repris.

Donc en plus on voit que l'action des Cipiers a du ete
manipulée un peu .
Qui connait plus de cet échappé
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Mer 21 Juil 2010 - 16:44

et 3.: Van deuren reussit à sortir de la même façon sans que son advocat ni sa famille quelque chose de sa liberation ou de son congé !

Les prisons belges sont des moulins .

A.V. est condamné à deux ans mais ne dois pas les faire etc

je commence à croire que" les moulins" peuvent y entrer aussi comme on commande une pizza.

qui a autorité ouvrir la porte pour un prisonier ?

qui fait ces papiers si'il y en a ?

Qui était le directeur de cet établissement ?

aussi membre d'un Cepic,loge ou club de Tir , Forces Nouvelles ...etc

de meme pour le prison de Tournai
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1388
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Mer 21 Juil 2010 - 18:20

Ne vous emballez pas inutilement, K. A l'époque des investigations sur les tueries, le procédé de "sortie pirates" était constamment utilisé... aussi bien par la police que par la BSR !... Des "raisons autres" que celles de l'incarcération du "taulard" (condamné ou prévenu, peu importait !) étaient invoquées pour "justifier"... mais ces extractions s'opéraient aussi ; SANS LE MOINDRE JUSTIFICATIF OFFICIEL !... Le mots "enquête sur les tueries" opérait comme un véritable sésame !... Et les directeurs ne voulaient SURTOUT RIEN SAVOIR !!!

Il faut se replonger dans le contexte de l'époque et l'affreux climat de suspiscion des uns envers les autres... La vâcheries que se faisaient les flics et les gendarmes, les magistrats avec les deux autres, voire les flics entre eux et les gendarmes de même. Cette ambiance est quelque chose de tout à fait impensable pour un citoyen normal... ou pour un fonctionnaire n'ayant pas participé aux enquêtes à l'époque !
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Ven 23 Juil 2010 - 20:03

et 4.: la cerise sur le gateau qui confirme le tout: Deflem

http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/autres-f49/deflem-hubert-t927.htm?highlight=deflem
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Sam 27 Nov 2010 - 11:03


http://www.rtlinfo.be/info/belgique/faits_divers/756070/les-enqueteurs-collent-un-nom-sur-le-visage-d-un-des-tueurs-du-brabant/tab:comment/#commentFormContent


Les enquêteurs collent un nom sur le visage d'un des tueurs du Brabant


Belga | 27 Novembre 2010 07h30


Les enquêteurs chargés de l'enquête sur les tueries du Brabant sont convaincus qu'ils peuvent coller un nom sur le visage d'un des trois auteurs de l'attaque d'Alost en 1985. Un portrait-robot diffusé en juin et réalisé sous hypnose, est décrit comme "une parfaite réalisation du portrait de Dominique Salesse", indique samedi le journal De Morgen.

L'homme de 55 ans n'est pas un inconnu de la Justice. Il était le cerveau de la bande de Philippe De Staercke. Ce dernier fut inculpé dans l'affaire des tueries du Brabant par le juge d'instruction Freddy Troch. Dominique Salesse nie, dans le journal De Morgen, toute implication dans les tueries du Brabant. (TIP)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Sam 27 Nov 2010 - 11:13



http://www.demorgen.be/dm/nl/989/Binnenland/article/detail/1188278/2010/11/27/Speurders-plakken-naam-op-lid-Bende-van-Nijvel.dhtml


Speurders plakken naam op lid Bende van Nijvel

Douglas De Coninck − 27/11/10, 07u56

De nieuwe robotfoto. Toen de foto op 2 juni op tv werd getoond, hingen er onmiddellijk ex-rechercheurs van toen aan de telefoon: "Er is geen twijfel mogelijk. Dit is Dominique Salesse" © belga


Speurders in het onderzoek naar de Bende van Nijvel zijn er 25 jaar na datum van overtuigd dat ze een naam kunnen plakken op een van de drie daders van de aanslag in Aalst in 1985. Het gaat om Dominique Salesse, een oude bekende. Een in juni verspreide robotfoto, gemaakt na hypnose, wordt omschreven als "een perfect uitgevoerd portret van Salesse".

Salesse (55) was destijds het brein van de bende rond Philippe De Staerke. Die werd destijds van de Bendefeiten beschuldigd door de in 1990 van de zaak gehaalde onderzoeksrechter Freddy Troch. In een reactie aan De Morgen ontkent Salesse elke betrokkenheid bij de Bende.

Lees meer in De Morgen op Zaterdag

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Dim 28 Nov 2010 - 12:46

L'actualité au sujet de Dominique Salesse :

(vidéo sur le site)

http://rtlnews.tv/info/Magazines_de_la_redaction/Controverse/756274/dominique-salesse-temoigne-dans-l-info-confidentielle-

Tueries du Brabant: Dominique Salesse témoigne

Dominique Salesse, l'homme qui, selon d'anciens enquêteurs, correspond au portrait-robot de la personne qui conduisait la Golf lors de l'attaque du Delhaize d'Alost en 1985 (Tueries du Brabant), était l'invité de Michel Bouffioux dans la séquence "L'info confidentielle Paris Match" ce dimanche dans l'émission Controverse.

28 Novembre 2010 12h02

En juin dernier, un nouveau portrait-robot, réalisé sous hypnose, voyait le jour dans le cadre de l'affaire des Tueries du Brabant. Ce samedi, le quotidien De Morgen révèle que les enquêteurs sont convaincus que celui-ci correspond au visage de Dominique Salesse, inculpé à l'époque dans l'affaire. Salesse confie que lors de la publication du portrait-robot, il pensait qu'il allait être à nouveau interrogé, vu la ressemblance: "J'ai vu un visage mince, une chevelure bouclée, je me suis dit qu’on allait de nouveau peut-être m’interroger", a-t-il déclaré au côtés de Michel Bouffioux dans l'Info confidentielle Paris-Match.
> LIRE: Les enquêteurs collent un nom sur le visage d'un des tueurs du Brabant

"J'ai purgé ma peine"

L'homme est affecté par ce nouveau portrait qui ravive les soupçons: "Ce qui m’horripile et me met hors de moi dans cette situation, c’est que j’ai purgé ma peine, j’ai fait l’impossible pour m’en sortir et maintenant je me retrouve dans une situation où on est en train de me salir et me mettre dans une situation bouleversante. Je ne vous dis pas l’état de choc dans lequel je me trouve," a-t-il déclaré sur RTL-TVI.

"Victime de la psychose"

Lorsque Pascal Vrebos lui rappelle qu’il était suspect dans l’affaire des Tueries du Brabant, il admet avoir basculé dans la criminalité durant son parcours : "C’était très difficile de m’en sortir, et j’étais malheureusement dans une période où la criminalité au niveau des Tueries du Brabant Wallon sévissait très fort et moi je me sens victime d’être tombé dans une psychose d’instruction qui se poursuit et qui n’en finit pas".

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Lun 29 Nov 2010 - 4:58

http://archives.lesoir.be/justice-leopold-van-esbroeck-volait-des-statuettes-au_t-20071128-00DZ35.html?queryand=%22Philippe+De+Staercke%22&firstHit=0&by=10&when=-1&sort=datedesc&pos=1&all=4&nav=1

Popolino retourne à l’ombre


DELEPIERRE,FREDERIC

Mercredi 28 novembre 2007
Léopold Van Esbroeck volait des statuettes au Sablon

Gangster des années 80, il a été considéré comme le géant des tueries du Brabant mais il l’a toujours nié.

Retour derrière les barreaux pour Léopold Van Esbroeck, aussi surnommé Popolino. Âgé de 57 ans, l’ancien gangster a été appréhendé – avec son complice et ami David T. –, vendredi, suite à une série de vols d’œuvres d’art commis au Sablon, dans le quartier des antiquaires de Bruxelles. Popolino – qui rejetait le sobriquet de Dikke Léopold – était en liberté conditionnelle. Jusqu’en février 2013, comme l’a confirmé le parquet de Bruxelles mardi. Autant dire que le juge d’instruction devant lequel il est passé n’a pas hésité longtemps avant de le renvoyer en cellule…

Van Esbroeck et son complice se trouvaient vendredi soir chez un antiquaire du Sablon. Pendant que le premier s’entretenait avec le commerçant, le second dérobait deux statuettes africaines de l’étalage. Avant que les deux malfrats ne prennent la poudre d’escampette ensemble.

Leur méfait accompli, les deux truands revendaient assez rapidement les statuettes dérobées à deux pas du Sablon. Leurs clients ? Les brocanteurs de la place du Jeu de Balle, dans le quartier des Marolles. L’une des statuettes, valant 2.000 euros, a ainsi été vendue au prix de 200 euros à l’un de ces brocanteurs, a indiqué le parquet de Bruxelles. D’autres pièces ont même été échangées contre la modique somme de 50 euros. Lors d’une perquisition dans un des lieux occupés par le tandem de malfrats, la police a pu récupérer une dizaine d’œuvres volées ces dernières semaines. Elles seront restituées à leur propriétaire.

C’est dans les années 80 que le nom de Léopold Van Esbroeck apparaît pour la première fois dans les chroniques judiciaires des journaux. À cette époque, Popolino participe à une série d’attaques à main armée avec la bande de Philippe De Staercke. Le 30 juillet 1987, Van Esbroeck est condamné à 20 ans de prison avec une mise à disposition du gouvernement de dix ans. La justice voit en effet en lui l’un des leaders de la bande De Staercke responsable de plusieurs dizaines d’attaques violentes commises chez des bijoutiers, des commerçants ou des banques.

La taille imposante de Léopold fait de lui un suspect dans un autre dossier. Bien plus médiatisé encore dans les années 80 : les tueries du Brabant. Avec Van Esbroeck, la justice pense en effet tenir le fameux géant de la bande. Mais rien ne permettra jamais de l’établir.

En 1995, Léopold Van Esbroeck est finalement libéré sous condition. Il fait le mort jusqu’en 1998. Et puis c’est son heure de gloire. Léopold présente ses Mémoires dans l’autobiographie Lettre ouverte aux tueurs du Brabant wallon – Souvenirs d’un ex-gangster. L’ancien gangster clame son innocence dans le dossier des tueries et l’ouvrage est un succès de librairie. Popolino multiplie les interviews, les passages en télé et en radio.

Au point de commettre un second livre dans lequel il donne sa théorie sur les tueries. Et puis, c’est la rechute…

Léopold a besoin d’argent. À la requête d’un ancien codétenu, il accepte de convoyer de la drogue. Et un jour de juin 1999, avec un complice belge, il est arrêté en Norvège alors qu’il convoie depuis la Belgique cinq kilos d’amphétamines, 5.000 pilules d’XTC et deux kilos de haschisch. Jugé en Norvège, il y est condamné à cinq ans de prison. Il a finalement été libéré au bout de deux ans et demi avant de revenir en Belgique, en 2003.

Lors de son interpellation vendredi, Léopold Van Esbroeck était en liberté conditionnelle jusqu’au 29 janvier 2013. Le second suspect interpellé vendredi, David T., est un ressortissant français qui est également connu de la justice bruxelloise. Il a été condamné à deux reprises, en 2006, à un an d’emprisonnement dans le cadre de vols qualifiés. Il doit comparaître le 29 février prochain devant la 44e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles.
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Lun 29 Nov 2010 - 7:25

Dans l'article, on parle d'un second livre écrit par LVE, quel-en est le titre et l'éditeur ?
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Lun 29 Nov 2010 - 8:08

Je ne vois que

Lettre Ouverte Aux Tueurs Du Brabant Wallon , Souvenirs D' Un Ex-Gangster Van Esbroeck, Léopold

( 1998 ??? )
Revenir en haut Aller en bas
Marlair Jean-Claude



Nombre de messages : 478
Date d'inscription : 20/06/2008

MessageSujet: Livre L V E   Lun 29 Nov 2010 - 8:28

Henry,

Maison d'Edition = La Longue Vue
L'Editeur a remis sa maison et a ouvert " Le Roseau Vert "
Av Jean Sobieski, 64 Bte 8 - à 1020 Bruxelles.

Coordonnées: Charles de Trazegnies
Téf: 02/374.37.44 ou 0475/58.18.09

Il devrait vous renseigner sur la possibilité de trouver le bouquin.

Très cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Lun 29 Nov 2010 - 10:59

@ HERVE: Je me référais à l'article mais je pense aussi qu'il n'y a du avoir qu'un livre de LVE, livre que je possède d'ailleurs., c'est bien en 1998.
@ Monsieur Marlair: Grand merci pour votre disponibilité.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Lun 29 Nov 2010 - 11:35

HERVE a écrit:
Je ne vois que

Lettre Ouverte Aux Tueurs Du Brabant Wallon , Souvenirs D' Un Ex-Gangster Van Esbroeck, Léopold

( 1998 ??? )

Ceux qui possèdent ce livre devraient le relire. Il s'agit pour moi d'un livre à clefs compréhensible uniquement de quelques initiés. Une sorte d'assurance-vie pour Van Esbroeck qui mélange le vrai et le faux et place au détour d'une page sans raison apparente l'un ou l'autre nom à titre d’anecdote. Mais son message me semble clair : surtout qu'il ne m'arrive rien sinon...

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De Staercke, Philippe   Aujourd'hui à 15:02

Revenir en haut Aller en bas
 
De Staercke, Philippe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» KACOU PHILIPPE est un faux prophète
» La République Française est une double oligarchie - Philippe Nemo
» Tombeau de Philippe Pot, Grand Sénéchal de Bourgogne.
» 26 mai : Saint Philippe Néri
» DENFERT-ROCHEREAU Pierre-Philippe - lieutenant-colonel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: les suspects-
Sauter vers: