les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'affaire "Francois"

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
K



Nombre de messages : 8081
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: L'affaire "Francois"   Jeu 6 Juil 2017 - 19:25

merci ! du pain sur la planche

est ce que c'était pas plus facile de faire une liste des gendarmes un peu serieux ?

Herve

par hasard si un jour vous tombez sur l'info envoyé à Raes par un proprio de bateau que Buslick a acheté un grand voilier (46 feet) à Nieuwpoort (?) et était en train de le faire modifier d'une façon louche....pour transporter du ... euh .....cargo... cela m'interesse de savoir la date.....
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 8081
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: L'affaire "Francois"   Sam 2 Sep 2017 - 17:14

Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3169
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: L'affaire "Francois"   Mar 12 Sep 2017 - 21:19

HERVE a écrit:

Sur la CIA et la drogue :

https://www.cia.gov/library/readingroom/docs/CIA-RDP88-01350R000200300003-8.pdf





Pour information, Alfred McCoy est interviewé dans

https://www.youtube.com/watch?v=TI3hFMCO7d4&t=320s





Ce documentaire parle longuement de Irving Brown (une connaissance de André Moyen), des frères Guérini et de Etienne Léandri dont on dit qu'il servait d'intermédiaire avec la CIA pour le chef mafieux Lucky Luciano (qui avait aidé l'armée américaine).

Etienne Léandri deviendra un proche de Charles Pasqua soupçonné d'être à la tête de la "French Connection" (ce qui ne l'empêchera pas de devenir ministre de l'intérieur).

Qu'en est-il des proches de Charles Pasqua (Jean-François Etienne des Rosaies et d'autres protagonistes du "kazakhgate") ?

Qu'en est-il aussi en Belgique où le SAC (Etienne Léandri, Charles Pasqua, etc) était également présent (André Condemine) et où on a soupçonné de trafic Paul Vanden Boeynants et Fernand Beaurir, des habitués du restaurant "Aux trois canards" à Ohain.

Note : Etienne Léandri était un pilier des "Trois canards" en France. Coïncidence ou monstrueux culot ?

On comprendrait alors pourquoi François Raes gênait autant et a été menacé par le colonel Gérard Lhost...



A 41 Mn13 sur l'émission d'Arte (quand même), épisode 1/3 "Mafia et République", on donne la parole à un dénommé Jean-Pax Méfret, "journaliste". Le pedigree est sur Google. Quand on est contribuable, que ce soit en France ou en Allemagne, n'a-t-on pas le droit d'exiger de la part des journalistes d'investigation un peu plus de sagacité dans le choix de ses intervenants ? Même dans tout ce qui est réputé au-dessus de tout soupçon, il faut garder un minimum d'esprit critique. Une erreur, même pour en paraître anodine, susceptible de jeter le discrédit et faire douter le téléspectateur un peu averti.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13236
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: L'affaire "Francois"   Ven 23 Fév 2018 - 10:47


Je suis tombé récemment sur des informations relatives à un curieux personnage : Ronald Stark.

Je poste l'information ici car cela concerne la production de drogue en Belgique ... mais il y a d'autres éléments très intéressants dans son parcours.

Note : voir aussi  https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Brotherhood_of_Eternal_Love

Note : il est également question du laboratoire "Le Clocheton" (Louvain-la-Neuve / Wavre ?) et d'un certain David Linker.

A mon avis, cela vaudrait la peine d'en savoir plus. Si la CIA produisait du LSD en Belgique, que faisait la DEA installée à l'ambassade des USA à Bruxelles (Frank Eaton, etc) ?


http://www.namebase.net/news16.html

(...)

In 1975, the Rockefeller Commission reported that the CIA had been testing LSD since the 1950s -- only to discover that the drug's effects were too unpredictable to make it a reliable tool for mind control. Still, given what the CIA knew about LSD at this early date, it doesn't seem inconceivable that the CIA may have hoped that greater availability of the powerful drug would undermine the political effectiveness of the student movement and counterculture.

Evidence of the possible strategic use of LSD emerged in 1979, when Italian magistrate Giorgio Floridia issued a report on the case of Ronald Stark, who had been arrested in Bologna for drug trafficking in 1975. The magistrate ordered Stark's release on the grounds that he had been working for U.S. intelligence since 1960. From 1969-1974, Stark was a major producer of LSD, with factories first in Paris, then in Belgium and California, and a pipeline into the Brotherhood of Eternal Love, the world's largest distributor.

Floridia cited Stark's frequent prison visits from Wendy M. Hansen at the U.S. consulate in Florence, "Dear Ron" letters from Charles C. Adams at the U.S. embassy in London, addressed to Stark's LSD lab in Brussels (these were seized by Italian police after his arrest), and his links with Philip B. Taylor III at the U.S. consulate in Rome. (Taylor is now in Sao Paulo, Brazil.) According to Floridia, Stark had done secret work for the Defense Department from 1960 to 1962, and had received "periodic payments to him from Fort Lee, known to be the site of a CIA office." On his release, Stark was ordered to report in to Italian police twice a week. But within days, Stark had left the country. Bologna police believe that Stark was secretly flown from a NATO air base in Pisa or Vicenza.

In 1984 an Italian parliamentary commission issued a report on domestic terrorism that included a section on Ronald Stark. They concluded that Stark was an adventurer who was used by the CIA, but were unable to determine when the association began. In 1982, Stark was arrested in Holland. Charges were dropped the following year, and Stark was deported to a San Francisco jail, where pending federal charges were dropped by the Justice Department. When Italy requested extradition in 1984, U.S. officials sent a death certificate indicating that Stark had died of a heart attack.

Way back in 1969, Stark first approached the Brotherhood, wowing them with a kilogram of pure LSD (more than they had ever seen), and claiming that he had a new, efficient production method. Stark's lab in France was already a going concern, and the Brotherhood agreed to distribute his product. When Stark shut down this lab in 1971 and opened a better one in Brussels, he boasted that he had done so because of a timely tip from the CIA. In all, Stark made 20 kilograms of LSD, enough for 50 million doses. Most of it was sold in the U.S. There's no proof that Stark was anything more than an adventurer and an opportunist. But Carl Oglesby, former national president of Students for a Democratic Society, sums up the Stark phenomenon as follows:

What we have to contemplate nevertheless is the possibility that the great American acid trip, no matter how distinctive of the rebellion of the 1960s it came to appear, was in fact the result of a despicable government conspiracy.... If U.S. intelligence bodies collaborated in an effort to drug an entire generation of Americans, then the reason they did so was to disorient it, sedate it and de-politicize it.[9]

(...)

9. Carl Oglesby, "The Acid Test and How It Failed," The National Reporter, Fall 1988, p. 10. The information on Ronald Stark comes from three sources: Jonathan Marshall, "The Strange Career of Ronald Hadley Stark," Intelligence/Parapolitics, November 1984, pp. 15-18; Martin A. Lee and Bruce Shlain, Acid Dreams: The CIA, LSD and the Sixties Rebellion (New York: Grove Press, 1985), pp. 248-51, 279-82, 286-87; Philip Willan, Puppetmasters: The Political Use of Terrorism in Italy (London: Constable and Company, 1991), pp. 308-16.

_ _ _ _ _ _ _ _


Ronald Stark est aussi impliqué dans l'enlèvement de Aldo Moro !

Puppetmasters: The Political Use of Terrorism in Italy
Par Phillip Willan




(...)





(...)







_ _ _


Voir aussi

http://www.archivio900.it/it/documenti/doc.aspx?id=154


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13236
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: L'affaire "Francois"   Ven 23 Fév 2018 - 13:04


Banana Joe nella Repubblica delle Banane
Par Fulvio Conti





anti-communiste, de 1953 à 1959. Allen Dulles était responsabie a également dirigé le projet controversé appelé MK-Ultra, né le 13 Avril 1953 afin de contrer les études russes, chinois et coréen sur le contrôle de l'esprit que l'on appelle, ou le contrôle de la psyché de personnes: cette technique aurait dû apporter de nombreux avantages, tels que la création de tueurs inconscients ou le contrôle des dirigeants étrangers mal à l'aise. Le projet aurait été subventionné par un total de 25 millions de dollars et impliqué 80 institutions, dont 44 universités et 12 hôpitaux, mais finalement, en 1964, le projet a été renommé MK-search, car il était spécialisé dans la création de la soi-disant Véritable sérum, basé sur le LSD, d'abord produit en Belgique, par le laboratoire "Le Clocheton" de Ronald Stark puis directement aux Etats-Unis par Eli Lilly à partir de 1954 (cette substance a été utilisée pour interroger les membres du KGB pendant la guerre froide: l'un des cas les plus célèbres était celui de l'espion soviétique Yuri Nosenko). Mais puisque tous les documents concernant MK-ULTRA ont été détruits en 1973 par le directeur de la CIA de l'époque, Richard Helms, il est pratiquement impossible de parvenir à reconstruire toutes les activités menées dans le cadre de ce projet.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13236
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: L'affaire "Francois"   Sam 24 Fév 2018 - 15:08


http://www.finanzaonline.com/forum/arena-politica/1619164-quando-i-fascisti-spacciavano-eroina.html

LA STRATEGIA IN ITALIA

I magistrati italiani hanno documentato attreverso Roberto Cavallaro , nel 1974 arrestato per il tentato golpe della Rosa dei Venti, che la Cia nei primi anni Settanta aveva lanciato in Italia l’Operazione Blue Moon, «consistente (…) nella diffusione di sostanze stupefacenti negli ambienti giovanili al fine di provocarne la destabilizzazione .

Nella sua inchiesta, il giudice Salvini cita i Mind control programs (programmi di controllo della mente) che prevedevano sperimentazione e uso di allucinogeni, mescalina, Lsd.

L’addestramento di “agenti” avveniva in Virginia, nella base di Quantico, dagli allievi veniva “familiarmente chiamata Hoover University”, dove funzionava a tempo pieno una «scuola d’infiltrazione» organizzata per preparare gli agenti federali e istruirli anche al consumo di droghe per renderli più credibili negli ambienti hippy! Scuola costruita da Edgar Hoover, per quarant’anni capo dell’Fbi e fermo assertore dell’uso «politico» degli stupefacenti per tenere sotto controllo gli ambienti underground e bloccare lo sviluppo della New Left, la «Nuova Sinistra» americana.

Ronald Stark in Italia non si presentava certo come produttore di Lsd, né tanto meno come agente della Cia. «Si presentava come un rivoluzionario a tempo pieno», ma con un aria vagamente hippy per renderlo più fluido nelle sue frequentazioni.In realtà Stark aveva una parte importante in questa "strategia della droga". Aveva aperto in Belgio, a Le Clocheton, un centro di ricerche biomedicale che invece risultava essere un laboratorio per la produzione di acido lisergico (Lsd –ndr). In soli due anni, secondo il rapporto del Ros, produsse 50 milioni di dosi di Lsd.

Stark ha sempre sostenuto di non avere nessun rapporto con l’amministrazione statunitense ma numerose prove e documenti stanno a testimoniare il contrario, tant’è che: (…) quando fu arrestato a Bologna, Ronald Stark fu identificato come cittadino americano nato a New York il 9 aprile 1938, possessore di due fattorie in California, di una società finanziaria in Liechtenstein, di un «centro di ricerche» in Belgio.In un interrogatorio che Stark rese ai giudici, negò di essere in rapporto con i servizi americani o di qualsiasi altro Paese, ma non tralasciò di ricordare al giudice una legge americana che punisce con **** severe l'agente segreto che sveli la sua qualifica.

Le autorità statunitensi hanno sempre fermamente smentito che Stark fosse un agente americano ed hanno anche affermato che lo stesso era anzi ricercato dalla giustizia americana. Gli Stati Uniti, che formalmente lo ricercavano da anni, non avevano però voluto richiedere la sua estradizione.

Nonostante ciò però da parte dell’amministrazione statunitense, o dai loro diretti esponenti politici, non fu però mai avanzata nessuna richiesta di estradizione, mentre risultano documentati i cordiali rapporti intrattenuti da Stark con alti funzionari americani sia durante la sua carcerazione, sia in epoca precedente al suo arresto.

Nella sua stanza all’Hotel Baglioni, il migliore di Bologna, e nella sua cassetta di sicurezza in un’agenzia romana della Banca Commerciale furono trovati documenti che provano i suoi rapporti con una serie di siciliani molto potenti: il misterioso ex presidente dell’Ente Minerario Siciliano Graziano Verzotto, il proconsole di Andreotti Salvo Lima, il principe golpista Giovanni Alliata di Montereale, l’ex capo del Sid Vito Miceli. Altri contatti Stark li aveva con personaggi americani, da cui riceveva lettere su carta intestata di ambasciate. In carcere riceveva le visite del vice console degli Usa a Firenze, Wendy M. Hansen.

La vicenda pare chiudersi con questa notizia: 25 gennaio 1985 - Ronald Stark, uno dei più enigmatici personaggi rimasti implicati nelle storie di terrorismo italiano e internazionale, sarebbe morto nelle Antille .

_ _ _

STRATÉGIE EN ITALIE

magistrats italiens ont documenté attreverso Roberto Cavallaro, en 1974, arrêté pour la tentative de coup Rose des vents, la CIA au début des années soixante-dix a été lancé en Italie Opération Blue Moon, « cohérente (...) dans la diffusion de médicaments dans l'environnement jeunes afin de provoquer la déstabilisation.

Dans son enquête, le juge Salvini cite des programmes de contrôle de l'esprit, qui comprenaient l'expérimentation et l'utilisation d'hallucinogènes, de mescaline, de LSD.

La formation des « agents » a eu lieu en Virginie, la base de Quantico, par les étudiants était « familièrement appelé Université Hoover », où il a travaillé à plein temps une « école d'infiltration » organisée pour préparer les agents fédéraux et les instruire aussi à la consommation de des médicaments pour les rendre plus crédibles dans des environnements hippies! Ecole construite par Edgar Hoover, pendant quarante ans à la tête du FBI et fervent défenseur de l'usage «politique» des drogues pour contrôler les milieux souterrains et bloquer le développement de la Nouvelle Gauche, la «Nouvelle Gauche» américaine.

Ronald Stark en Italie n'est certainement pas apparu comme un producteur de LSD, ni même comme un agent de la CIA. "Il se présentait comme un révolutionnaire à plein temps", mais avec un regard vaguement hippy pour le rendre plus fluide dans ses connaissances.En fait, Stark a joué un rôle important dans cette "stratégie antidrogue". Il a ouvert en Belgique, au Clocheton, un centre de recherche biomédicale qui s'est révélé être un laboratoire de production d'acide lysergique (Lsd -ndr). En deux ans, selon le rapport Ros, il a produit 50 millions de doses de LSD.

Stark a toujours affirmé avoir aucune relation avec l'administration américaine, mais de nombreux tests et documents sont la preuve du contraire, si bien que (...) quand il a été arrêté à Bologne, Ronald Stark a été identifié comme un citoyen américain né à New York 9 avril 1938, propriétaire de deux fermes en Californie, une société de financement au Liechtenstein, un « centre de recherche » dans Belgio.In interrogatoire que Stark a fait les juges nié être en relation avec les services américains ou tout un autre pays, mais il n'a pas oublié de rappeler au juge une loi américaine qui punit secrètement l'agent secret qui révèle sa qualification.

Les autorités américaines ont toujours fermement nié que Stark était un agent américain et ils ont également déclaré que la même chose était effectivement recherchée par la justice américaine. Les États-Unis, qui le recherchaient formellement depuis des années, n'avaient pas voulu demander son extradition.

Malgré cela, cependant, par l'administration américaine, ou leurs personnalités politiques directes, il a été, cependant, n'a jamais avancé toute demande d'extradition, et sont documentées par Stark relations cordiales avec les deux hauts responsables américains au cours de son incarcération, à la fois à un moment plus tôt à son arrestation.

Dans sa chambre à l'Hôtel Baglioni, le meilleur de Bologne, et dans son coffre-fort dans une agence des documents de la Banque commerciale romaine, ils ont été trouvés prouver ses relations avec un certain nombre de très puissant sicilienne: le mystérieux ancien président de Ente L'exploitation minière sicilienne Graziano Verzotto, le proconsul d'Andreotti Salvo Lima, le prince golfeur Giovanni Alliata de Montereale, l'ancien chef de Sid Vito Miceli. D'autres contacts Stark les avait avec des caractères américains, à partir de laquelle il a reçu des lettres sur des en-têtes des ambassades. En prison, il a reçu les visites du vice-consul des Etats-Unis à Florence, Wendy M. Hansen.

L'histoire semble se terminer par cette nouvelle: le 25 janvier 1985 - Ronald Stark, l'un des personnages les plus énigmatiques restés impliqués dans les histoires de terrorisme italien et international, serait mort aux Antilles.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13236
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: L'affaire "Francois"   Mer 25 Avr 2018 - 11:57



De Morgen
26 novembre 1981





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13236
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: L'affaire "Francois"   Aujourd'hui à 11:20











_ _ _











(...)


_ _ _








(...)





(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13236
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: L'affaire "Francois"   Aujourd'hui à 12:01














(...)



(...)



(...)



(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13236
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: L'affaire "Francois"   Aujourd'hui à 12:30

Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 8081
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: L'affaire "Francois"   Aujourd'hui à 18:12

une relecture s'impose

en tout cas Raes a bien lancé l'affaire mais vu que la haute hierarchie ne suivait pas
il était sur le point de laisser tomber mais ces demarches ont été mis ds l'oreille de le Goff et vue que Raes n'osait pas tout raconter c'est le Goff qui l'a mis devant le fait accompli de tout lui raconter ou il allait etre interrogé officièlement et il allait se mettre derrière son machine à écrire un pv .

relis bien les textes

Raes a été consigné à la caserne afin qu'il ne pouvait pas suivre le procès mais notre dupont ofte " his masters voice ", amateur de chiens , a pu suivre pour le section INFO tout le procès!

bizarre constat ......mais il y a plus plus plus  et plus à relire

et surtout le préface de Haquin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'affaire "Francois"   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'affaire "Francois"
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Explorer les affaires connexes aux tueries du Brabant? :: Autres affaires-
Sauter vers: