les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 la piste française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
B.G.



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 10/06/2010

MessageSujet: Re: la piste française   Ven 12 Nov 2010 - 21:30

Je continue... (Mon hypothèse risque d'être longue...)

Albert (Bruno) Farcy, en 1982, aurait été propriétaire d'une maison chaussée de Boondael, pas trè loin de la drève des Tumili où fut retrouvée la VW Santana incendiée. Les fausses plaques de cette voiture venaient d'un véhicule identique dont le propriétaire habitait boulevard de l'Hermine, à quelques mètres d'une autre maison de Farcy.

Je reprends ici quelques idées reprises dans le livre de G Bouten mais qui correspondent réellement au fil rouge que je suis.

D'après Joseph Vienne, Farcy habitait cette maison à Watermael-Boitsfort rue de l'Hermine avec sa femme Claudine Leclercq.
La profession officielle de Farcy est celle d'antiquaire. Cependant, il "travaillait" dans le domaine de la prostitution, vol, escroquerie, chèques volés mais surtout le trafic de drogue.
Cambriolage à Courtrai chez Depoortere. Butin: des millions en antiquités. Complices: Joseph VIENNE, Eric D'HONDT, Paul POURBAIX.

Farcy fait passer des oeuvres d'art et de la drogue vers New-York grâce à la voiture de Joseph VIENNE. Complice: Donald "Hubert" MAENHOUT (traficant au service de Farcy et proche du Cdt Léon François du BND). Farcy tua ou fit tuer Maenhout. Torturé puis noyé dans le canal de Damme à Oostkerke (?). Complices: Edmond FARCY, Michel FARCY, Jean-Marc USUWIEL, Mario FURLAN.

Pour Bruno Farcy, Donald "Hubert" MAENHOUT aurait "tuyauté" le Nouvel Europe Magazine pour un article sur les trafics de drogue en Belgique. Farcy voulait éviter une Xième "trahison" de MAENHOUT.

Toujours selon Joseph VIENNE, Bruno Farcy est passionné par les armes et est constament occupé à acheter ou vendre des armes. Ceci en plus de l'important réseau de stupéfiants dont il disposait. Sa bande aurait attaqué 2 fois l'armurerie Binet à Bruxelles. Les membres: Marcel CASTRIS "le gros Marcel", Constant HORMANS, Francis LUS, Jean-Marie BAUW, Albert BOUCKAERT, Denis MARIN, Victor "Vicky" VAN OBBERGH.

(A suivre, désolé)


Dernière édition par B.G. le Sam 13 Nov 2010 - 11:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: la piste française   Ven 12 Nov 2010 - 23:12

Pour embrayer sur ce que vous dites de Farcy et vu que Michel a cité Lafaurie, voici un extrait tiré d'un autre forum ...

En parlant de Lafaurie, on en revient au trafic de drogues. Dans les années 70, Lafaurie a eu une belle activité criminelle. A l'époque son compagnon de méfaits est Albert « Bruno » Farcy, un spécialiste en vol, prostitution etc etc. Lafaurie, Farcy (et un troisième larron : Castris) ont contrôlé des bordels déguisés en sauna à la frontière belgo néerlandaise, en Allemagne et en France. Mais les grandes spécialités de Farcy sont les vols d'armes, le trafic d'armes et le commerce international de hash et d'héroïne. Il a même été défini dans les rapports de gendarmerie comme le ` roi du narcotrafic '. Castris et Lafaurie ont, eux aussi, déjà touché aux armes et aux drogues. Castris a contrôlé la vente de drogue entre autre dans le milieu bruxellois. Lafaurie n'a que peu d'intérêt financier à ouvrir une société de voiture d'occasion, ses petits trafics fonctionnent déjà bien, par contre, Belcar est situé Avenue de Liverpool 54, un quartier bien fréquentés pas les grecs et les libanais...et leurs phalanges...et leur besoin en armements en échange de drogues. Voilà une belle couverture. Angelou a donc bossé dans cette société en 81, il l'a quittée fin de cette année là. Aurait il aussi baigné dans ces trafics ? Et cela serait il la cause de son assassinat ?

Si certains ont plus de renseignements sur Belcar ...
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: la piste française   Ven 12 Nov 2010 - 23:37

Voici un texte tiré de

http://zwartenroze.blogspot.com/2010/10/normal-0-21-false-false-false-nl-be-x_25.html

(que je ne connaissais pas).

Il y a des choses intéressantes ... où la piste française (Lafaurie - Farcy) se mélange à la piste hollandaise (Wachtelaer - extreemrechtse bewegingen in Nederland) ... et où les recherches d'ADN semblent donner des résultats.

Je ne sais pas d'où viennent ces informations mais elles sont récentes ...


_ _ _


Moord op Angelou

Op 12 januari 1983 werd Constantin Angelou, een Griekse taxichauffeur uit Brussel, dood teruggevonden in de koffer van zijn Mercedes in het centrum van Bergen ter hoogte van het Franse consulaat. Angelou werd vermoord, met drie kogels in het hoofd en boven de nek en een vierde schot onder het linkeroor, door klanten die hij in de nacht van vrijdag op zaterdag, rond kwart over één, had opgepikt aan het Eugène Flageyplein in Elsene. De kogels werden afgevuurd door dezelfde .22 long rifle die gebruikt werd voor de moord op José Vanden Eynde. De taximeter toonde aan dat de moord moet gepleegd zijn op minder dan tien kilometer van het vertrekpunt, bij het verlaten van Anderlecht. Een brieventas, enkele tienduizenden franken, identiteitspapieren en een rijbewijs werden meegenomen en de lichtreklame bovenop de taxi werd gedemonteerd. Er werd tijdens dezelfde nacht geen enkele wagen gestolen in Bergen, wat doet vermoeden dat de moordenaars ter plaatse wouden blijven of werden opgepikt.

Wachtelaer en extreem-rechts

Angelou werkte voor dezelfde taximaatschappij (STI, société des taxis indépendants) als José Vanden Eynde destijds had gewerkt, net als de extreem-rechtse Herman Wachtelaer[1]. Wachtelaer was stichtend lid van Yggdrasil/Levensboom/Arbre de Vie. Hij was lange tijd taxichauffeur en zou vertoefd hebben in de Griekse restaurants (o.a. "Athènes") rond het Zuidstation, waar hij in contact zou hebben gestaan met Angelou en José Vanden Eynde, twee slachtoffers van de Bende van Nijvel. Het onderzoek naar Wachtelaer bracht niets op maar zorgde ervoor dat sommige speurders zich waren gaan interesseren voor extreemrechtse bewegingen in Nederland.[2]

Drugs- en wapenhandel met Libanon

Angelou zou samen met zijn halfbroer Panagiotis Stellakis, via een bedrijfje in de Rue de Liverpool 54, sinds april 1981 betrokken geweest zijn de handel in tweedehandsauto's vanuit België naar Libanon. Ze liepen rond met naamkaartjes waarop "Belcar" stond. In België was er echter maar één officiële firma die Belcar heette, en die had haar zetel in de Fabriekstraat 18 in Brussel en haar officiële garage aan de Ninoofsesteenweg 644 in Anderlecht. Belcar was bezit van de Fransman Gérald Lafaurie en zijn broer Jean-Luc. Lafaurie was een compaan van Bruno Farcy en Marcel Castris, kopstukken in de prostitutie en wapen- en drugshandel. De handel in tweedehandsauto's, gesitueerd rond het Brusselse Zuidstation en in handen van Grieken en Libanezen, zou als dekmantel gediend hebben voor de handel in wapens voor drugs met Libanon. In Libanon was de Bekaavallei, waar hasj en heroïne werden geproduceerd, onder controle komen te staan van de christelijke falangisten (de Kataïeb), onder leiding van Pierre Gemayel en zijn zonen Amine en Bechir. Aan de andere kant van de keten, in Brussel, stonden drugstrafikanten zoals Castris en wapenhandelaars allerlei. De falangisten konden bij hun strijd tegen de linkse feddayin rekenen op de steun van Belgische organisaties en politici van extreem-rechtse signatuur. Eind 1981 zou Angelou opnieuw beginnen werken zijn als taxichauffeur. Zijn garage zou overgenomen zijn door Georgios Basmagioglou, een vriend van Francesco Nardella.[3] In 1982 zou Angelou opnieuw in contact geweest zijn met Libanezen uit het automilieu. In die periode zou hij bovendien zware schulden hebben opgelopen bij het kaarten. Volgens sommige nooit hard gemaakte geruchten was Angelou een informant van Bouhouche en Beijer. Deze laatste twee werden uit de drugssectie van de rijkswacht verwijderd nadat ze betrapt werden met afluisterapparatuur in het kantoor van Brusselse BOB-collega's. Ze waren te weten was gekomen dat Lafaurie die collega's over een aantal zaken inlichtingen zou geven.

DNA

Later zou DNA geïsoleerd worden van sigarettenpeukjes die gevonden werden in de taxi en mogelijk afkomstig waren van één van de daders. Een hondertal onderzochte potentiële verdachten werden opgeroepen, waaronder veertig rijkswachters (inclusief Christian Amory), leden van de bende-De Staercke, de bende Haemers, de bende van de Borinage, de verdachten in de zaak-Mendez en leden van het Gladio-netwerk. Uit een rapport dat de Leuvense professor Jean-Jacques Cassiman had overgemaakt aan onderzoeksrechter Lacroix in Charleroi zou kunnen afgeleid worden dat het gerecht in Charleroi de naam kent van minstens één vermeende dader. De positieve identificatie kwam uit een lijst van klassieke verdachten volgens Cassiman, die verder geen details kwijt wil over de identiteit van de verdachte. De Belgische wetgeving zou niet toelaten om DNA verder te analyseren ter bepaling van bijvoorbeeld de kleur van oog en haren en de afkomst van de dader.

[1] Question Magnée n°23; carton ch53, BSR de Wavre, 14/08/1985
[2] Verhoor Morlet, 21-4-1997, 10.
[3] Question Magnee n°22; carton ch 47, 9a,b; PV 20277, PJ Charleroi 10/3/1987).
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: la piste française   Sam 13 Nov 2010 - 18:14


Oups !

Je crois avoir fait une erreur ci-dessus : l'article en néerlandais, que je croyais récent, parle du professeur Jean-Jacques Cassiman et doit donc être lié au texte ci-dessous datant de 1998 ... On prend parfois ses rêves pour la réalité ...

Ceci dit, les choses ont peut-être évolué favorablement :

Tueries du Brabant : un profil génétique complet dressé

Mercredi 25 novembre 2009

Le laboratoire bio.be de Gosselies serait parvenu à isoler de l’ADN sur un mégot de cigarette retrouvé sur les lieux des tueries du Brabant wallon et à établir un profil génétique complet d’une personne, rapporte La Dernière Heure. Ce profil génétique complet a été réalisé au départ d’un des mégots trouvés dans le cendrier à l’arrière du taxi de Constantin Angelou, tué en janvier 1983 entre Bruxelles et Mons. Cet assassinat est lié aux Tueries du Brabant qui ont fait 28 victimes entre 1982 et 1985.


_ _ _


http://archives.lesoir.be/la-genetique-n-a-pas-debusque-de-tueur-les-expertises-d_t-19980415-Z0F3UD.html

La génétique n'a pas débusqué de tueur

Les expertises de la KUL ne visent actuellement qu'à une sélection négative, précise le juge Lacroix.

HAQUIN,RENE

Mercredi 15 avril 1998

La génétique n'a pas débusqué de tueur Les expertises de la KUL ne visent actuellement qu'à une sélection négative, précise le juge Lacroix.


Le juge Lacroix, qui avec le juge Raynal, dirige l'enquête de la cellule «tueries du Brabant», a démenti hier, après sa publication dans le «Morgen», l'information selon laquelle la cellule connaît l'identité d'un auteur d'une des attaques attribuées à la bande.

Pour Jean-Claude Lacroix, annoncer qu'un contrôle ADN pratiqué sur un des éventuels suspects se serait révélé positif est prématuré. Car nous n'avons procédé jusqu'ici qu'à une sélection négative, explique-t-il. A ce stade, il s'agit d'écarter ceux dont le profil ADN ne correspond pas au matériel génétique examiné au laboratoire du professeur Cassiman, de la KUL.

Ce matériel génétique est cons -titué d'une vingtaine d'empreintes ADN («Le Soir» de mardi) dégagées d'échantillons (notamment de salive) ayant imprégné des indices saisis après les tueries, tels des mégots, un adhésif, deux chapeaux, etc.

En démentant l'information du «Morgen», le juge Lacroix avance aussi une explication: une personne qui s'est récemment soumise au test sanguin (NDLR: l'ex-gendarme Christian Amory qui avait confié vendredi à des confrères s'y être volontairement soumis) s'est montrée inquiète du résultat. Le juge suppose qu'en contactant la presse elle espère obtenir une indication sur le résultat du test.

D'une interview du professeur Cassiman, diffusée ce week-end, on a pu déduire que des résultats significatifs venaient d'être dégagés par l'équipe de la KUL. Mais le professeurestime que ses propos ont été mal interprétés et se retranche pour le reste derrière le secret de l'instruction.

Depuis des mois, on pose et repose la question de savoir si les identifications faites sur base des portraits-robots, comparées aux tests ADN déjà pratiqués, ont permis d'enfin confondre un membre de la bande. La réponse des responsables de l'enquête est invariable: Non. Et tout le monde peut comprendre que, si nous avions une seule indication positive, la rendre publique équivaudrait à saborder la suite de nos enquêtes.

Officiellement, donc, pas de rebondissement dans l'enquête, même si des développements sont attendus, grâce aux techniques affinées ces dernières années, telles que les entretiens sous hypnose (pour l'établissement de portraits-robots), les comparaisons d'empreintes ADN, le travail des analystes criminels et le scannage du dossier prévu pour mai.

Hier, un des condamnés (en liberté après avoir purgé sa peine) de la bande De Staercke, nous «annonçait» que son empreinte ADN était aux mains des enquêteurs depuis son arrestation en... 1986 à Termonde. Il avait accepté des prélèvements de cheveux, de salive et de sang. Aucun résultat ne lui ayant été communiqué depuis douze ans, il suppose que le test était négatif...

RENÉ HAQUIN
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: la piste française   Sam 13 Nov 2010 - 18:23

Depuis, la technique a évolué. Trois profils adn ont été dressés.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: la piste française   Dim 14 Nov 2010 - 17:08


En ce qui concerne d'éventuels liens avec la France, il est intéressant de relire soigneusement l'article suivant :

http://www.scribd.com/doc/28694771/Olof-Palme-Brabant-wallon-meme-gachette-2

On cite des noms pour lesquels je n'ai pas d'autres renseignements : René Titton (massacre du bar "Le Téléphone" à Marseille), les barbouzes-truands de la S.A.C. (service d'action civique), ... On parle aussi de Paul Camps ...
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: la piste française   Dim 14 Nov 2010 - 23:21



La piste luxembourgeoise ???


http://archives.lesoir.be/le-bommelee%EBr-refait-surface-apres-22-ans-_t-20071219-00E8DM.html?queryand=policier&queryor=Luxembourg&firstHit=0&by=10&when=-2&begYear=2007&begMonth=12&begDay=19&endYear=2007&endMonth=12&endDay=20&sort=datedesc&rub=TOUT&pos=0&all=1&nav=1



Le Bommeleeër refait surface après 22 ans

DELEPIERRE,FREDERIC
Mercredi 19 décembre 2007

Deux policiers luxembourgeois viennent d’être inculpés pour une série de 18 attentats commis entre 1984 et 1986. Des faits un temps attribués aux CCC et/ou aux tueurs du Brabant.

Dix-huit attentats et enfin un embryon d’élément de réponse. Même si le(s) coupable(s) cour(en)t toujours. Le mystère du «Bommeleeër» – le poseur de bombes – hante le grand-duché de Luxembourg depuis plus de vingt ans. Et alors que le pays, comme le monde entier, semblait avoir oublié ces sombres années 1984-86, les voici qui resurgissent. Via – ô événement pour nos collègues de la presse grand-ducale – une conférence de presse du procureur général de l’Etat, Robert Biever, en personne.

Et l’annonce du magistrat, un dimanche de surcroît, le 25 novembre dernier, a fait grand bruit chez nos voisins alors qu’étrangement, elle n’a eu que peu de répercussions en Belgique. Deux policiers, forts d’une expérience de plus de vingt ans, ont été inculpés de tentative de meurtre par la juge d’instruction luxembourgeoise Doris Woltz.

Les deux quinquagénaires, Marc S. et Jos V., sont soupçonnés d’avoir pris part aux 18 attentats perpétrés dans leur pays. Des faits (lire ci-dessous) commis entre 1984 et 1986 alors qu’ils étaient gendarmes et membres de la prestigieuse « brigade mobile ».

Des faits commis, aussi, au plus fort des années de plomb vécues par la Belgique au travers des tueries du Brabant et des agissements des CCC, les Cellules communistes combattantes.

Depuis 22 ans, une enquête est ouverte. Jamais, jusqu’à présent elle n’avait livré le moindre résultat… Mais jamais non plus, elle n’a été close, ce qui, en droit luxembourgeois, évite qu’elle ne soit atteinte par la prescription.

Récemment donc, le 22 novembre, des perquisitions ont été menées aux domiciles des deux policiers. Les enquêteurs auraient mis la main sur des manuels expliquant comment fabriquer des explosifs et sur du matériel servant à la fabrication de bombes. Interpellant mais pas étonnant pour deux policiers – anciens gendarmes – ayant effectué l’essentiel de leur carrière dans l’antiterrorisme et dans la protection rapprochée des membres de la famille grand-ducale.

Entendus une quinzaine d’heures ensemble et séparément, les deux policiers ont finalement été inculpés mais laissés en liberté. En vertu de la présomption d’innocence, de l’ancienneté des faits et du faible risque que les deux hommes se soustraient à la justice. Depuis lors, Marc S. et Jos V. sont toujours en fonction et exercent leurs prérogatives comme si de rien n’était. Peut-être plus pour longtemps, cependant…

Le 3 décembre dernier, le ministre luxembourgeois de la Justice Luc Frieden annonçait vouloir suspendre les deux hommes. Mais la loi impose de laisser aux inculpés deux semaines afin de faire valoir leur position au ministre. Ils l’ont fait le 12. Le ministre pourrait donc trancher dans les tout prochains jours.

L’affaire du « Bommeleeër » est donc loin d’être close. Le procureur d’Etat Biever annonce que d’autres inculpations sont attendues prochainement. Qui ? Mystère. Dans le milieu policier ? « Evidemment », dit-on. Le nom de Pierre Reuland, directeur général en poste, et supérieur des deux inculpés, est cité. Certes mais il n’a pas été inquiété jusqu’à présent. Sauf que, soucieux de couvrir ses deux hommes, il a tenu à les mettre hors de cause dès après leur inculpation, en critiquant la justice dans un courrier interne à la police. Il y déclarait : « Celui qui connaît les deux agents sait que les accusations avec la série d’attentats de 1985 se révéleront fausses. » Résultat ? Une réprimande écrite de la part de sa hiérarchie pour « propos malheureux et inappropriés ».

Mais ce n’est pas tout. Lors de sa conférence de presse du 25 novembre, le procureur Biever a accusé le patron de la police d’avoir mené une filature illégale sur la personne de son prédécesseur à la brigade mobile, Ben Geiben, réfugié depuis lors à Paris. Sans communiquer les résultats de ses observations aux autorités judiciaires et aux services de renseignement.

Bref, les choses risquent encore de bouger. D’autant que, les autorités ne s’en cachent pas, elles cherchent encore deux autres suspects.

Car les auteurs des attentats étaient à chaque fois quatre. « Comme le sont à chaque fois aussi les équipes d’intervention militaires », lance un observateur anonyme qui suit le dossier de près depuis longtemps. Et ce lien, le procureur d’Etat l’a fait lui aussi. Pour lui, il ne fait aucun doute que les auteurs de tous ces attentats étaient membres des forces de l’ordre. Leur but, dit Robert Biever : « Déstabiliser l’Etat afin d’obtenir des renforts pour remplir pleinement la mission de police. » Ce qu’ils allaient finalement obtenir.

Bref, la thèse défendue par le procureur bat en brèche toute une série de scénarios longtemps évoqués. Des mauvais payeurs de la Cegedel (société luxembourgeoise d’électricité) dont les pylônes ont été maintes fois la cible des charges d’explosifs ? Non car les terroristes s’en sont pris à d’autres symboles de l’Etat, dont la gendarmerie. La piste de l’extrême gauche est alors creusée avec des recherches sur les CCC belges, les Cellules communistes combattantes. En vain, selon le procureur. Pourtant, en 1984, lors de manœuvres de l’Otan baptisées « Oesling 84 », la caserne Ratz à Vielsalm est attaquée par un commando. Des armes et des explosifs sont dérobés. Un milicien de garde est blessé. L’une des armes volées sera retrouvée dans une cache des CCC à Bruxelles. Sans suite.

Une autre de ces armes sera retrouvée dans l’arsenal du groupe français Action directe. «Certaines d’entre elles ont-elles servi au “Bommeleeër” ? A-t-on cherché à le savoir ? », sous-entend l’ancien Premier ministre luxembourgeois Jacques Santer qui sera bientôt entendu par une commission parlementaire sur le sujet. Un lien pourrait-il plutôt être fait entre le « Bommeleeër » et les tueries du Brabant ? Les enquêteurs luxembourgeois y ont travaillé mais les modes opératoires sont trop différents. En Belgique, les terroristes n’ont pas hésité à tuer à de nombreuses reprises. Ce qui n’a pas été le cas au Grand-Duché. Mais l’enquête grand-ducale peut encore rebondir…


chronologie

Entre 1984 et 1986, ce sont pas moins de dix-huit attentats à la bombe qui ont eu lieu à travers le Grand-Duché de Luxembourg. Les dégâts matériels ont été considérables mais les attaques n’ont, fort heureusement, blessé gravement qu’une seule personne ; cinq autres ont été touchées plus légèrement.


23 janvier 1984. Un vol d’explosifs est commis dans une ancienne carrière à Helmsange. Un second vol a lieu, à Wasserbillig, le week-end de Carnaval.


30 mai 1984. Un premier attentat est perpétré à Breidweiler contre des installations de la Cegedel, la société luxembourgeoise d’électricité. Une deuxième attaque suit dans la même ville le 2 juin.


Février 1985. Troisième vol d’explosifs : 400 kilos de dynamite, un kilomètre de mèches et 465 détonateurs sont dérobés dans trois carrières à Senningerberg, Brouch et Altwies.


12 avril 1985. Un attentat vise un chalet de Bourscheid racheté par l’Etat.


27 avril 1985. Les premiers pylônes de la Cegedel sont touchés, au Stafelter.


7 mai 1985. Il est 23 h 12 quand un pylône haute tension de 54 m est touché à Leudelange-Schleiwenhaff. Il entraîne la chute de trois autres pylônes et un carambolage de dix voitures sur l’autoroute. Bilan : cinq blessés légers.


27 mai 1985. Un bâtiment de la gendarmerie est attaqué, au Verlorenkost.


28 mai 1985. Le(s) terroriste(s) s’acharne(nt) sur la Cegedel. Cette fois, c’est un pylône situé à Itzig et alimentant la firme du Pont de Nemours qui est détruit.


23 juin 1985. Jour de la Fête nationale, juste après le feu d’artifice, une conduite explose près de l’usine à gaz de Hollerich.


5 juillet 1985. Deux bombes sont posées dans les casemates. L’une explose et endommage du matériel des Télécoms. Un troisième engin est repéré par des promeneurs et désamorcé, à Asselscheuer.


26 juillet 1985. Changement de cible. Une bombe explose au siège du plus grand journal grand-ducal, le Luxemburger Wort.


29 août 1985. Il est 23 heures. En pleine Schouberfouer, au Glacis, un attentat touche une voiture de la police et un garage des Ponts et Chaussées.


30 septembre 1985. Nouveau changement de cible. Cette fois, c’est la très coûteuse et flambant neuve piscine olympique du Kirchberg qui est touchée.


20 octobre 1985. Le palais de justice, notamment le bureau du juge d’instruction Heisbourg, est pris pour cible.


9 novembre 1985. Un engin détruit des radars de l’aéroport Findel. Un ouvrier est blessé grièvement à la main.


30 novembre 1985. De nouveaux pylônes de la Cegedel sont touchés au Gréngewald.


2 décembre 1985. Lors d’un sommet européen, au Kirchberg, un terroriste jette une bombe de faible puissance par la fenêtre de sa voiture.


16 février 1986. Une charge placée sous la voiture de la fille du notaire Camille Hellinckx explose devant sa maison.


25 mars 1986. Dernier attentat attribué au Bommeleeër : la maison du colonel à la retraite Wagner, à Belair.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: la piste française   Lun 15 Nov 2010 - 12:08


Pour information, un lien vers l'article de Mr Christian Souris dans le Pourquoi Pas ?

http://www.scribd.com/doc/28694771/Olof-Palme-Brabant-wallon-meme-gachette-2

Il y est question de la mort de Olof Palme, mais aussi de Securitas.

Après une "piste française", une "piste hollandaise", "une piste luxembourgeoise", voici un rappel de la "piste suédoise"

Je cite la conclusion :

Mais, qu'il s'agisse de la "filière belge" ou de la "filière suédoise", une chose est certaine : il existe, en Europe, une vaste organisation d'extrême droite bien organisée et qui tisse sa toile en se moquant des frontières comme si elles n'existaient pas. Et qu'elle utilise, comme hommes de main, des barbouzes de tout poil qui ont des attaches certaines avec les truands, les trafiquants de drogue et d'armes. Une véritable toile d'araignée dont on ne découvrira pas les tenants et aboutissants avant longtemps.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: la piste française   Lun 15 Nov 2010 - 14:11



Petit complément :

http://archives.lesoir.be/la-chasse-contre_t-19890302-Z01EXK.html?queryand=haemers%2C+%22Olof+Palme%22&firstHit=0&by=10&when=-1&sort=datedesc&pos=0&all=2&nav=1

Patrick Haemers ( ... ) La police norvégienne a bien saisi la Mercedes noire de son amie Denise Tyac en octobre 1986 lors de l'embarquement du véhicule sur un ferry, mais cette saisie touchait à des enquêtes ouvertes non en Norvège mais bien en Suède (après une attaque contre Securitas à Malmö et l'assassinat d'Olof Palme). Le signalement d'un des agresseurs relevé lors d'attaques contre Securitas en Belgique et en Suède semblait en effet correspondre à celui de Patrick Haemers.

Revenir en haut Aller en bas
dislairelucien



Nombre de messages : 1145
Age : 77
Localisation : B - 6660 Houffalize
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: la piste française   Lun 15 Nov 2010 - 15:11


Herve
Monsieur,
Ne mélangeons pas les affaires. Bommeleeër est une affaire luxembourgoise.
Les particularités des attentats Bommeleeër:
Au Luxembourg il n'y a pas eu usage d'armes: uniquement des attentats à l'explosif
( attentats qui ressemblaient parfois à de gros pétards: cfr « charge sous la voiture de la fille du Notaire »...)
1 - Il n'y a pas eu d'explosifs volés à la caserne deVielsalm.
2 -Les explosifs employés au Luxembourg ne viennent pas d'Ecaussines ( vol reconnu officiellement CCC- A.D.)
3 -La plupart des 28 armes volées à Vielsalm ont été retrouvées dans des caches CCC-A.D.
Certaines ont servi dans des attentats en Belgique et en France.

Les Luxembourgeois n'ont jamais développé ni eut de relations avec les CCC- A.D. ou les TBW.L'inverse serait absurde.
Il faut savoir que sur une population totale de moins de 500.000 habitants, le GDL compte seulement 300.000 Luxembourgeois de souche.
Ils ont le meilleur niveau de vie du monde.
Les 200.000 étrangers qui complètent la population ( et qui n'ont pas de passeports Luxembourgois) s'y trouvent "le cul dans le beurre".
Sa dimension exigue et sa densité ( 190 hab./ Km2 contre 20.775 à Paris ) permet un quadrillage policier efficace. Formation à la germanique. C'est pas au GDL qu'il faut aller se planquer. J'en sais quelque chose...
Je doute donc qu'on puisse monter une cellule terroriste au GDL.

Titu pourrait normalement vous dire quel type d'explosif a été employé dans les attentats Bommeleeër? ou c'est toujours couvert par le secret de l'instruction?
Je rappelle à Titu que depuis deux ans il nous annonce le dénouement de cette affaire des Bommelleër. Comme monsieur Marlair était affirmatif sur de rapides arrestations pour l'attaque de Vielsalm.
Y at-il des avancées chez l'un comme chez l'autre?



Revenir en haut Aller en bas
FAITESVITE



Nombre de messages : 989
Date d'inscription : 08/10/2010

MessageSujet: Re: la piste française   Lun 15 Nov 2010 - 15:28

Beau travaille, l'article sur la Hollande nous montre bien ce qu'était l'ambiance et les interets de l'époque, on comprend mieux les hypothèses formulées sur les tbws.
Toutefois on se rend compte également que -si tel est le cas- l(objectif aurait pu être atteind sans victimes, dès lors la cruauté des tbws laisse perplexe, sans toutefois écarter cette hypothèse...le mobile pourrait bien être le bon. En revanche concernant les exécutants comme je l'ai dit je ne pense pas a des membres du grands banditismes, des agents secrets, des para-militaires ou autres qui auraient été un minimum équipés (en armes) dès le départ et auraient commis moins d'erreur (regardez le professionalisme de la bande hammers à l'époque, c'était du lourd!).
En revanche, si ce que nous dit Dossogne est vrai, il semble qu'àprès les premiers problème du Front e la jeunesse (après l'incendie du pour je crois), certains groupe n'aient eu bizarrement aucun problèmes, alors qu'aurait circulé par la suite des armes volées chez DEKAISE chez eux sans qu'ils puissent en donner une explication valable. Il s'agit d'une bande de motards

Je cite: (FD) Dans les heures qui suivirent l’incendie, certains des protagonistes, proches du Front, furent rapidement arrêtés. D’autres passèrent curieusement à travers les mailles du filet dont les membres d’une bande de motards basés dans un café de Diegem par où passeront un jour les armes volées lors du casse de l’armurerie Dekaize à Wavre, prélude aux actions des fameux tueurs du Brabant…

Cà pourrait coller en même temps aux mobile supposé tout en explicant le relatif amateurisme. On aurait préféré conditionner ces jeunes 'loubard' plutot que de devoir informer des equipes 'professionnelles' de certaines opérations. En se débrouillant bien, les exécutant pense travailler pour leur cause, ne connaissent pas les commanditaires, nin le but, si ils tombent, ils tombent tout seul et rien ne filtre ni dans les services, ni dans le milieux qu'ils ne connaissent ni ne cotoient...qu'en pensez vous?

Maintenant il ne s'agit pas d'accuser sans preuve, mais déjà de valider une hypothèse avant de faire des recherches inutiles et qui 'noient le poisson', ce qui au final nous dessert plutot que l'inverse.
Revenir en haut Aller en bas
dislairelucien



Nombre de messages : 1145
Age : 77
Localisation : B - 6660 Houffalize
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: la piste française   Mar 16 Nov 2010 - 2:37


..."Sa dimension exigue et sa densité ( 190 hab./ Km2 contre 20.775 à Paris ) permet un quadrillage policier efficace. Formation à la germanique. C'est pas au GDL qu'il faut aller se planquer..."


Triple meurtre à Wemmel: un suspect arrêté

...un homme, au volant d'un des deux véhicules volés lors du homejacking, a été arrêté par la police du Grand Duché du Luxembourg à Luxembourg ce lundi matin. On ignore encore l'implication précise du conducteur dans le triple assassinat. La justice bruxelloise va demander son extradition.

Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1388
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: la piste française   Mar 16 Nov 2010 - 6:02

FAITESVITE a écrit:

Cà pourrait coller en même temps aux mobile supposé tout en explicant le relatif amateurisme. On aurait préféré conditionner ces jeunes 'loubard' plutot que de devoir informer des equipes 'professionnelles' de certaines opérations. En se débrouillant bien, les exécutant pense travailler pour leur cause, ne connaissent pas les commanditaires, nin le but, si ils tombent, ils tombent tout seul et rien ne filtre ni dans les services, ni dans le milieux qu'ils ne connaissent ni ne cotoient...qu'en pensez vous?

Maintenant il ne s'agit pas d'accuser sans preuve, mais déjà de valider une hypothèse avant de faire des recherches inutiles et qui 'noient le poisson', ce qui au final nous dessert plutot que l'inverse.

Que voilà donc une déduction hautement réfléchie !
Et si pour resserrer le terrain des recherches, histoire de perdre moins de temps, les investigations s'orientaient vers... "Qui" ?

Qui pouvait tout à la fois manipuler une équipe de branquignoles assez furieux pour sombrer dans le carnage sans sourciller, sure de passer au travers des gouttes... et réussir à faire accepter par les CCC un cadeau aussi empoisonné que les armes de Vielsam ?

Autre sujet de réflexion pour déciller un peu leurs "lourds à la comprenette" ; on sait que les CCC étaient infiltrés pratiquement DES leur départ... disons; leur structuration opérationnelle en matière de "terrorisme"... car si l'on ôte du bilan de leurs exactions les 2 victimes dues essentiellement à l'apathie des flics n'ayant pas jugé bon de bouger leurs fesses en pleine campagne de dynamitage; on ne peut pas prétendre que le bilan de ces "terroristes" ait dépassé en "terreur" le quota de rires occasionnés aux dépens de l'autorité... ce qui était d'ailleurs le but recherché par les manipulateurs ; une dualité assez marquée pour supprimer tout risque de rapprochement... et créer un cahos tous azimuts en provoquant dans l'ensemble des sensibilités politique une réaction de révolte.

Une autre "anecdote" qu'il serait intéressant de vérifier "à fond"... la fameuse cible de l'OTAN visée par les CCC et dont le bruit médiatique eut bien plus d'échos que celui de la charge utilisée... Est-ce qu'il était toujours en service ?... Quel impacte a eu cet attentat sur le fonctionnement de la stucture proprement dite, alors qu'il eut suffit de surveiller quelques bordels de renom pour "soulever" un mlitaire aux manches constellées ?

Qui a bien pu diriger aussi sottement une équipe pourtant opérationnelle ?

Quel "espion" présent dès l'origine a-t-il "oublié" d'avertir sa hiérarchie de l'endroit où se trouvait planqué plus de 200 kg d'explosif provenant d'Ecaussine... et de l'arrivée dans l'équipe d'un arsenal graissé par le sang d'un malheureux trouffion ?

Quel irresponsable (officier traitant l'infiltré, ou plus haut ?) a-t-il jugé inutile de récupérer et l'explosif, et des armes suranées, certes, mais largement suffisantes pour trouer le cuir des mamifères à peau tendre ?

Au cas ou un doute vous effleurait... comptez le temps qu'il a fallu pour neutraliser la totalité des CCC après que le feu vert eut été donné !
Revenir en haut Aller en bas
B.G.



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 10/06/2010

MessageSujet: Re: la piste française   Mer 17 Nov 2010 - 0:10

B.G. a écrit:
Les fausses plaques de cette voiture venaient d'un véhicule identique dont le propriétaire habitait boulevard de l'Hermine, à quelques mètres d'une autre maison de Farcy.


Je préfère corriger mon erreur: le propriétaire du véhicule identique n'aurait, à l'époque, pas habité boulevard de l'Hermine mais dans les environs...

Désolé pour cette "imprécision" géographique...
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: la piste française   Mer 3 Aoû 2011 - 12:05

Dans le Rapport Van Brussel-De Jonghe, il est écrit que Haemers avait declaré qu'il travaillait pour une organisation de :

"Fous avec des idées politiques dangereuses".

Années de plomb – Contacts d’information – Mise à jour 9/05/2009
RESULTAT DE L'INFO

Suite à notre contact du 26/07/2009, Robert DARVILLE a été interpellé et arrêté. Ses empreintes digitales ont été comparées à celles qui ont été trouvées dans le box à UCCLE. Elles apparaissent sur une commande à distance pour explosifs ROBBE (à l'intérieur). DARVILLE reconnaît les faits. Son ancien associé est également arrêté. Il s'agit d'un nommé GAUTIER qui serait responsable de la fabrication d'explosifs artisanaux. DARVILLE était un bon ami de MENDEZ et BOUHOUCHE. L'arme avec la quelle Thierry SMARS se serait suicidé a également été fournie par DARVILLE, de même qu'une WINCHESTER transformée, qui a été saisie chez Patrick HAEMERS en 1986 (octobre).

Contact X 58 du 23/04/1990

From X 58 : Eric HAEMERS a participé au hold-up du GB Drogenbos le 17/03/1986 avec Philippe LACROIX et Patrick HAEMERS. Ils ont suivi le fourgon SECURITAS pendant plusieurs semaines, depuis le boulevard Pacheco (Crédit Communal) à BRUXELLES. Ils exerçaient cette surveillance avec quatre
véhicules privés. Corinne CASTIER y participait également. Le jour du braquage, Denis TYACK a réalisé les maquillages. Ils ont utilisé une Mercedes volée, qui se trouvait dans un box à GANSHOREN (ou dans les environs). Avant le hold-up, Patrick surveillait les environs depuis une cabine téléphonique du GB.
Eric HAEMERS devait bloquer le fourgon avec la Mercedes, ce qui a eu lieu. Ce fut toutefois
un peu plus compliqué que prévu, étant donné que son chemin a été entravé par un véhicule
conduit par une femme. Une fois le véhicule arrêté, Eric a sorti une mitraillette, type vigneron, du coffre et en a menacé le chauffeur. Pendant ce temps, Philippe et Patrick sortaient l'argent du fourgon et
l'embarquaient dans la Mercedes. Avant de s'enfuir, Philippe LACROIX tira quelques coups dans la radio de bord du fourgon. Le trio prit la fuite vers l'avenue Mettewie, où ils louaient un deuxième box près du stade du RWDM. La voiture fut rentrée dans le box et les sacs ont été déchargés. Cette activité doit avoir été tellement bruyante qu'un des habitants de l'immeuble est venu frapper à la porte du
garage, menaçant de prévenir la police. Le trio s'est mis à paniquer, tout a été rembarqué et on a foncé à travers la porte du garage pour partir à toute allure vers un deuxième box. Les chèques ont été brûlés à la demande d'Eric. Le butin s'élevait à 36.000.000 FB, dont 11.000.000 en chèques. La part d'Eric s'élevait à 175.000 FB, ce qui lui valut le surnom de "con de frère" de la part de Patrick HAEMERS. Eric aurait participé à ce hold-up sur un défi de Patrick HAEMERS. Sa participation au hold-up précédent (VERVIERS 3 novembre 1985) se serait limitée à l'observation. Bob BERGEN aurait renoncé à ce hold-up juste avant les faits, à la vue d'explosifs. Thierry SMARS est celui qui a fait feu sur le combi depuis un pont. Philippe LACROIX et Patrick HAEMERS ont également participé à ces faits. Les armes et les explosifs avaient été livrés par Robert DARVILLE et Thierry SMARS. Après les faits, les armes furent cachées dans l'appartement d'Aline HANQUART (à Woluwe) dans un des salons, sans qu'elle le sache, par Eric HAEMERS et Philippe LACROIX. SMARS est allé les rechercher chez Aline, mais elle n'était au courant de rien.

INFO PERSO :

HALA Jean-Pierre : à propos de cette enquête, nous avons pu vérifier que Philippe LACROIX
et Basri BAJRAMI ont quitté la villa de Roquefort-les-Pins le 10/07/1988. Ils y sont retournés
le 17/07/1988.Si notre hypothèse est juste, ils sont allés au LUXEMBOURG pour le rendez-vous avec
HALA. L'intéressé serait donc décédé entre le 13/07/1988 et le 17/07/1988.

Contact X 58 du 02/08/1990

A propos de la personne qui a été abattue par Philippe LACROIX après le hold-up d'ETTERBEEK en date du 29/06/1988, notre informateur confirme qu'il s'agissait de HALA Jean-Pierre. X 58 ajoute qu'il a appris personnellement de Philippe LACROIX dans quelles circonstances l'intéressé est décédé. Cela lui a été dit en août 1988. Un rendez-vous avait été fixé entre Philippe LACROIX et HALA pour préparer un nouveau coup. HALA ne devait absolument pas s'inquiéter de l'état de Marc VANDAM (blessé lors de l'attaque). Ils allaient montrer leur cachette à HALA (drève des Renards). A un endroit précis de la forêt de Soignes, HALA a dû creuser sa tombe et il a été exécuté sous les protestations de BAJRAMI. INFO PERSO : Nous savons qu' HALA a été vu pour la dernière fois le 13/07/1988, alors qu'il partait au LUXEMBOURG (RDV LACROIX ?).


KONTAKT X 00 du 06/09/90

Serge COLY nous a mis en contact avec une personne qui souhaite garder le plus strict anonymat. X se considère comme le "frère" de HALA. X a eu un contact avec HALA la veille de son départ pour Luxembourg, le 13/07/1988. Depuis lors il n'a plus aucune nouvelle d'HALA, ce qui l'étonne beaucoup. C'est un fait que HALA "disparaissait" parfois pour un mois ou deux, il rendait alors visite à quelques connaissances, des prostituées au Luxembourg. X a remarqué que, quelques semaines avant son départ, HALA se comportait bizarrement et qu'il consommait de la cocaïne. Il avait besoin d'argent et était en bons termes avec LACROIX; Notre informateur était persuadé que Fanny CASTIER était hébergée chez BAUDE Georgette. X considère la bande HAEMERS comme des fous dangereux, et ne comprend pas pourquoi HALA se laissait embarquer par eux. La bande a dû laisser entendre que HALA était une des personnes qui avaient fui à RIO. DE JONGHE-VAN BRUSSEL Années de plomb – Contacts d’information – Mise à jour 9/05/2009 59/81 Contact X 18 du 18/09/1990 Achiel HAEMERS a été en contact avec les avocats de Patrick HAEMERS (VANDERVEREN – MOTTE DE RAEDT) à propos de la conférence de presse pour TYACK. Achiel HAEMERS, Patrick HAEMERS et Michèle DEWIT partent le 19/09/1990 dans le sud de la France (PORT-CERBERE), à la frontière franco-espagnole après MONTPELLIER. Achiel HAEMERS serait intéressé par la reprise d'une boulangerie dans un village de vacances. Cette boulangerie aurait appartenu au père d'Hervé DEHULST, et Achiel HAEMERS aimerait éventuellement la reprendre pour son fils Eric, au cas où l'affaire du camping tournerait mal. A propos du camping, Achiel HAEMERS doit payer 8.000.000 à la propriétaire pour fin octobre. L'exploitant actuel a toutefois un droit de préemption. Le comptable d'Achiel HAEMERS dit qu'il aurait reçu 1.000.000 FB de Patrick HAEMERS, dont il aurait remboursé 100.000 FB. Patrick se serait rendu chez lui avec tout un paquet d'argent. (Période inconnue). (Le comptable = BELLEMANS). MESURES PRISES Prévenu OCRB (ROCHERAU) Le père d'Hervé DEHULST = Etienne DEHULST (décédé le 16/06/1990) Habitait à EVERE, Av. H. Dunant 7/48

Contact info DUMONCEAU du 08/01/1991

Le milieu français est activement à la recherche de Corinne CASTIER dans le but de l'éliminer. Ils la rendent responsable de l'assassinat de HALA. Il serait question d'enlever la fillette pour attirer LACROIX. Ce plan est proposé par HALA Marilyn et son concubin VALEZ Norbert. Il se trouve ou se trouvait à MONTPELLIER et sert d'intermédiaire à Henri FABERES. Les recherches pour retrouver l'adresse actuelle de CASTIER sont effectuées par Serge COLY et le couple BOHAN Jean Claude et Jocelyne DELORY. Le premier plan était d'enlever la mère de CASTIER afin d'obtenir l'adresse de LACROIX et CASTIER. Ils ont abandonné ce plan après que CASTIER se soit rendue. D'après notre informateur, HALA Jean Pierre aurait déclaré avant son départ :"Ou bien je reviens les poches pleines, ou bien tu ne me reverras plus". Cela signifie clairement que HALA partait au Luxembourg avec l'intention de commettre un hold-up avec la bande.

PERSONNES SUSCEPTIBLES D'UNE ACTION SUR CASTIER

MILIEU FRANÇAIS LILLE

HALA Marilyne, LILLE, rue de la Méditerranée 2/21
VALLEZ Norbert (11/10/1951), VILLE/S/LA FERTE, Hameau de Clairveau
VALLEZ Patrick, (17/12/1952)
RENARD José, (27/02/1957) LILLE, rue Solferino 215
LECESNE Bernard (04/11/1954), MONS-EN-BAROEUL, rue Parmentier 75

MILIEU FRANÇAIS MARSEILLE

CIRILLI Evaristo (NINO)
MONTPELLIER (23/06/1950)
FABERES Henri (21/09/1944)
QUARANTA Antoine (17/10/1931)
CIRILLI André (01/06/1953)
ROOM Michel (08/09/1945)

MILIEU FRANCO-BELGE

COLY Serge (11/03/51) Adresse officielle (av. de la Couronne Ixelles)
BOHAN Jean-Claude
DELORY Jocelyne

Contact J.C. BOHAN du 14/01/1991
Nous avons pris contact avec l'intéressé afin d'en apprendre davantage sur les menaces à
l'encontre de CASTIER. Elle est en effet recherchée activement par le milieu français (en ce qui concerne la Belgique, Serge COLLY), à la demande insistante de la famille HALA. On n'a pas parlé des intentions qu'on avait à son égard, d'après BOHAN ils veulent simplement parler avec elle afin de tirer l'affaire au clair. CIRILLI et FABERES (les meilleurs amis de HALA se trouvent toujours dans le sud de la
France. BOHAN ignore s'ils sont au courant du décès de HALA. La menace ne viendrait pas de leur côté (pas encore). Nous avons fait comprendre à BOHAN que cela n'a aucun sens de se venger sur CASTIER. Il nous a promis de prendre contact le plus rapidement possible avec HALA Marilyn afin de l'en persuader.



Au début de l’enquête sur les TBW, les soupçons des policiers se dirigeaient vers la gendarmerie. Probablement par rapport à l’affaire François. Restent privilégiées par les enquêteurs trois seules hypothèses à ce jour : 1. Le Banditisme, 2. Le Terrorisme, 3. Le racket.

Le Milieu de la prostitution du nord de Bruxelles est une piste (très) privilégiée.

J.P. Hallla, homme de grande taille, a vu son nom prononcé à plusieurs reprises dans le dossier des TBW. Il est soupçonné et a d’ailleurs été dénoncé pour l’attaque contre l’armurerie Dekaize, semble-t’il. En tous cas, il est soupçonné pour une attaque à Wavre en 1983. Deux complices pour cette attaque : Jean-Pierre B…., né en 1950, qui a une très forte ressemblance avec Juan Mendez, français de La Ciotat, et Roland C…... Ces deux derniers connaissent Michel T……., décédé de mort naturelle assez récemment, qui vivait à l’époque à Watermael Boisfort. Mohammed C…, né en 60 à Tanger pourrait être « le petite tapette marocaine » (sic) décrite par Daniel Dekaize.

J.P. Halla a à son actif, à l’époque, des hold up dans des grandes surfaces dans la région de Lille. Mais également l’attaque du magasin SARMA à Bruxelles. Il fréquente à Bruxelles les frères V…… et José Claude B…….

Halla est arrivé à Lille, dans le Milieu de la prostitution où règnaient Marcello Brigida (éxecuté Place Rihour à Lille) et ses neveux, les frères C….i. L’un d’eux vit actuellement dans le Midi. S’y étaient implantés après guerre une maffia composée de corses (Filippi), niçois (Michel S….) et marseillais (Antoine Q…….., dans l’affaire du Bar du Téléphone). La gestion de la prostitution est confiée au quotidien à Halla et sa sœur en cas d’indisponibilité, prénommée C…... Halla est en réalité Messaoud Halla. Il a également un frère, N….., accusé de meurtre. La première « femme » de Halla, c’est Aïcha K……. Elle est hôtesse à Charleroi.

Halla a de nombreuses relations, essentiellement à Ixelles. On y trouve la famille M….., truands notoires, une bande franco-belge. Corrine C……, sa « femme » de l’époque le suit. Il est « en affaires » aux alentours de 1978 avec un dénommé A……, propriétaire de nombreux bars louches. Aux Pays-Bas. Outre la prostitution, Halla s’intéresse à la drogue. Il fera de la prison et sortira en 82. La relation va ensuite se drégrader entre les deux. F….., le lieutenant de A……. pouvait passer à l’époque vestimentairement pour un jeune cadre dynamique. Il y a la donc là-bas bande A…….-F……. J.P. Halla et J.R……vont aller aux Pays-bas pour racketter les bars d’Amitié en 1986. Amitié est semble-t’il Antillais. Henri F……..est un marseillais. Proxénète, il est le bras droit de Amitié.

Il semblerait que J.P. Halla avait un grain de beauté au même endroit que celui de Patrick Haemaers.

Il a été introduit dans le Milieu bruxellois par André Ci……., agé d’une bonne trentaine d’années à l’époque. Halla a été exécuté dans les circonstances relatées plus haut et sa maitresse, Corrine C……… est devenue celle de Lacroix.

Le dénommé JR…… domicilié en France, réputé extrèmement dangereux travaillait pour la bande à Ci……... Il a été libéré de prison en 1985…le 3 Septembre….A son actif, le cambriolage (violent ?) à Gand d’un établissement vendant des vins et spiritueux en 81. Il a été condamné pour ces faits. Il s’est également attaqué à une grande surface de Mouscron à cette époque. Les armes ayant servies lors des attaques ont été jetées dans le canal ; à Lille. Il est qualifié par les enquêteurs de « fou furieux ». Il a longtemps prêté assistance à Halla en Belgique. Il tue dans un bar en Belgique un des frères B……..

Années de plomb – Contacts d’information – Mise à jour 9/05/2009

Lors de l'attaque d'un fourgon de la BRINKS-ZIEGLER à ETTERBEEK (le 29/06/1988 à 15h20), un tireur inconnu a fait feu sur un des complices (VAN DAM). L'attaque avait été commise par quatre individus, parmi lesquels Patrick HAEMERS, Philippe LACROIX et Marc VAN DAM. Le quatrième individu a été abattu par Philippe LACROIX quelques jours (semaines) plus tard d'une balle dans la nuque. Cela s'est passé dans la forêt de Soignes, pas loin de l'appartement de la Drève des Renards. La victime aurait été agenouillée, les mains sur la tête, quand LACROIX l'a abattu à un mètre de distance, par derrière. La victime ferait partie de l'entourage de Philippe LANNOY et M'BAREK Karim. Il s'agirait d'un métis. Ceci nous a été confirmé par BAJRAMI Basri, qui a ajouté qu'il s'agissait d'un barman italien ou d'un portier. Nous pouvons imaginer qu'Eric HAEMERS était présent lors de l'exécution.

A……… ?
HALLA ?
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: la piste française   Mer 3 Aoû 2011 - 16:34

michel a écrit:
Voici la traduction effectuée par lagloupette 02 :

L'enquête sur les tueurs du Brabant wallon se dirige vers le Nord de la France

Vingt-cinq ans après les faits, la cellule Brabant wallon lance un nouvel appel à témoin dans l'enquête sur les tueurs. Les enquêteurs espèrent pouvoir confirmer l'hypothèse selon laquelle il s'agissait essentiellement de gangsters du Nord de la France. En révélant des détails sur les trente dernières heures d'activité des bandits, la cellule Brabant wallon espère rassembler des éléments qui confirmeraient une hypothèse. "Cela tourne surtout autour de bandes françaises qui étaient actives dans le milieu de la prostitution et du trafic d'armes" dit Eddy Vos qui dirige l'enquête sur les tueurs du Brabant wallon.

"Nous continuons à poursuivre différentes pistes", déclare Eddy Vos. Nous pensons aujourd'hui qu'il n'est pas exclu que des personnes actives dans le milieu criminel du Nord de la France soient impliquées. Nous avons relié entre eux les faits dont nous disposons. Cela nous mène à des gangsters du Nord de la France qui avaient des liens avec le milieu de la prostitution du quartier Nord de Bruxelles. Il existe des liens connus depuis longtemps : le deuxième hold-up en août a eu lieu à Maubeuge. Dès le début, des véhicules immatriculés en France ont également été utilisés. D'autres étaient immatriculés en Belgique, mais des trous dans les plaques correspondaient précisément à la taille d'une plaque française.

A l'époque des attaques, le milieu bruxellois de la prostitution du quartier Nord était partiellement aux mains de gangsters du Nord de la France, et c'était un haut lieu de trafic d'armes. Nous y avons trouvé une arme qui provenait probablement de l'attaque de l'armurerie Dekaise à Wavre. Une prostituée belge a également fait des déclarations dont il semblait ressortir que des français du Nord avaient été impliqués dans le hold-up du Colruyt de Halle en 1983. Vos ajoute qu'il dispose de noms de bandes de malfaiteurs. On enquête au sujet de ces noms, et on réalise également des recherches sur des traces d'ADN.

Knack – Mai 2010


C'est trés exactement vers quoi nous nous dirigeons (cf. La Piste Française - mon message de ce jour, Affaire Halla J.P. )
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7250
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: la piste française   Mer 3 Aoû 2011 - 17:03

boulevard ou avenu Mettewie revient 2 fois


-la casse


Eric HAEMERS a participé au hold-up du GB Drogenbos le 17/03/1986 avec Philippe LACROIX et Patrick HAEMERS

Citation :
Avant de s'enfuir, Philippe LACROIX tira quelques coups dans la radio de bord du fourgon. Le trio prit la fuite vers l'avenue Mettewie, où ils louaient un deuxième box près du stade du RWDM. La voiture fut rentrée dans le box et les sacs ont été déchargés. Cette activité doit avoir été tellement bruyante qu'un des habitants de l'immeuble est venu frapper à la porte du
garage, menaçant de prévenir la police........
-puis aussi quand isl se sont échappés


http://www.youtube.com/watch?v=bj5TdsRiYbA&feature=youtu.be



mais ce boulevard est longue et Latinus et LEKEU ont aussi habité dans cette rue

à un moment

http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t851-g
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: la piste française   Mer 3 Aoû 2011 - 22:02

Serge COLY nous a mis en contact avec une personne qui souhaite garder le plus strict anonymat. X se considère comme le "frère" de HALA. X a eu un contact avec HALA la veille de son départ pour Luxembourg, le 13/07/1988. Depuis lors il n'a plus aucune nouvelle d'HALA, ce qui l'étonne beaucoup. C'est un fait que HALA "disparaissait" parfois pour un mois ou deux, il rendait alors visite à quelques connaissances, des prostituées au Luxembourg. X a remarqué que, quelques semaines avant son départ, HALA se comportait bizarrement et qu'il consommait de la cocaïne. Il avait besoin d'argent et était en bons termes avec LACROIX; Notre informateur était persuadé que Fanny CASTIER était hébergée chez BAUDE Georgette. X considère la bande HAEMERS comme des fous dangereux, et ne comprend pas pourquoi HALA se laissait embarquer par eux. La bande a dû laisser entendre que HALA était une des personnes qui avaient fui à RIO. DE JONGHE-VAN BRUSSEL Années de plomb – Contacts d’information – Mise à jour 9/05/2009 59/81 Contact X 18 du 18/09/1990 Achiel HAEMERS a été en contact avec les avocats de Patrick HAEMERS (VANDERVEREN – MOTTE DE RAEDT) à propos de la conférence de presse pour TYACK. Achiel HAEMERS, Patrick HAEMERS et Michèle DEWIT partent le 19/09/1990 dans le sud de la France (PORT-CERBERE), à la frontière franco-espagnole après MONTPELLIER. Achiel HAEMERS serait intéressé par la reprise d'une boulangerie dans un village de vacances. Cette boulangerie aurait appartenu au père d'Hervé DEHULST, et Achiel HAEMERS aimerait éventuellement la reprendre pour son fils Eric, au cas où l'affaire du camping tournerait mal. A propos du camping, Achiel HAEMERS doit payer 8.000.000 à la propriétaire pour fin octobre. L'exploitant actuel a toutefois un droit de préemption. Le comptable d'Achiel HAEMERS dit qu'il aurait reçu 1.000.000 FB de Patrick HAEMERS, dont il aurait remboursé 100.000 FB. Patrick se serait rendu chez lui avec tout un paquet d'argent. (Période inconnue). (Le comptable = BELLEMANS). MESURES PRISES Prévenu OCRB (ROCHERAU) Le père d'Hervé DEHULST = Etienne DEHULST (décédé le 16/06/1990) Habitait à EVERE, Av. H. Dunant 7/48
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: la piste française   Mer 3 Aoû 2011 - 22:05

KONTAKT X 00 du 06/09/90

Serge COLY nous a mis en contact avec une personne qui souhaite garder le plus strict anonymat. X se considère comme le "frère" de HALA. X a eu un contact avec HALA la veille de son départ pour Luxembourg, le 13/07/1988. Depuis lors il n'a plus aucune nouvelle d'HALA, ce qui l'étonne beaucoup. C'est un fait que HALA "disparaissait" parfois pour un mois ou deux, il rendait alors visite à quelques connaissances, des prostituées au Luxembourg. X a remarqué que, quelques semaines avant son départ, HALA se comportait bizarrement et qu'il consommait de la cocaïne. Il avait besoin d'argent et était en bons termes avec LACROIX; Notre informateur était persuadé que Fanny CASTIER était hébergée chez BAUDE Georgette. X considère la bande HAEMERS comme des fous dangereux, et ne comprend pas pourquoi HALA se laissait embarquer par eux. La bande a dû laisser entendre que HALA était une des personnes qui avaient fui à RIO. DE JONGHE-VAN BRUSSEL Années de plomb – Contacts d’information – Mise à jour 9/05/2009 59/81 Contact X 18 du 18/09/1990 Achiel HAEMERS a été en contact avec les avocats de Patrick HAEMERS (VANDERVEREN – MOTTE DE RAEDT) à propos de la conférence de presse pour TYACK. Achiel HAEMERS, Patrick HAEMERS et Michèle DEWIT partent le 19/09/1990 dans le sud de la France (PORT-CERBERE), à la frontière franco-espagnole après MONTPELLIER. Achiel HAEMERS serait intéressé par la reprise d'une boulangerie dans un village de vacances. Cette boulangerie aurait appartenu au père d'Hervé DEHULST, et Achiel HAEMERS aimerait éventuellement la reprendre pour son fils Eric, au cas où l'affaire du camping tournerait mal. A propos du camping, Achiel HAEMERS doit payer 8.000.000 à la propriétaire pour fin octobre. L'exploitant actuel a toutefois un droit de préemption. Le comptable d'Achiel HAEMERS dit qu'il aurait reçu 1.000.000 FB de Patrick HAEMERS, dont il aurait remboursé 100.000 FB. Patrick se serait rendu chez lui avec tout un paquet d'argent. (Période inconnue). (Le comptable = BELLEMANS). MESURES PRISES Prévenu OCRB (ROCHERAU) Le père d'Hervé DEHULST = Etienne DEHULST (décédé le 16/06/1990) Habitait à EVERE, Av. H. Dunant 7/48

Contact X 18 du 07/01/1991

TYACK est chez sa mère du vendredi 04/01 au mardi 08/01. Elle partira à PARIS avec sa
mère le vendredi 11/01 pour rendre visite à sa tante (?). TYACK a repris contact avec ses "anciens amis du milieu Français). Elle négocie la reprise d'une taverne, dans les environs de l'avenue Brugman, à côté de la Quincaillerie. D'une part, des placeurs de bingo interviendraient financièrement, de son côté elle doit apporter 600.000 FB. Ces négociations seraient bien avancées. Ce café aurait été précédemment exploité par Jean Pierre HAEMERS. Eric HAEMERS part le 08/01/1991 à PORT CERBERE avec Michèle DEWIT et sa petite fille. (Tél; 00.33.68.86.12.72) – Magasin D'après notre informateur, l'entente entre CASTIER et LACROIX ne serait plus des meilleures, d'une part suite à leur vie clandestine, et d'autre part suite à une relation avec DUQUE en COLOMBIE.
DE JONGHE - VAN BRUSSEL

Contact info DUMONCEAU du 08/01/1991

Le milieu français est activement à la recherche de Corinne CASTIER dans le but de l'éliminer. Ils la rendent responsable de l'assassinat de HALA. Il serait question d'enlever la fillette pour attirer LACROIX. Ce plan est proposé par HALA Marilyn et son concubin VALEZ Norbert. Il se trouve ou se trouvait à MONTPELLIER et sert d'intermédiaire à Henri FABERES. Les recherches pour retrouver l'adresse actuelle de CASTIER sont effectuées par Serge COLY et le couple BOHAN Jean Claude et Jocelyne DELORY. Le premier plan était d'enlever la mère de CASTIER afin d'obtenir l'adresse de LACROIX et CASTIER. Ils ont abandonné ce plan après que CASTIER se soit rendue. D'après notre informateur, HALA Jean Pierre aurait déclaré avant son départ :"Ou bien je reviens les poches pleines, ou bien tu ne me reverras plus". Cela signifie clairement que HALA partait au Luxembourg avec l'intention de commettre un hold-up avec la bande.

PERSONNES SUSCEPTIBLES D'UNE ACTION SUR CASTIER

MILIEU FRANÇAIS LILLE

HALA Marilyne, LILLE, rue de la Méditerranée 2/21
VALLEZ Norbert (11/10/1951), VILLE/S/LA FERTE, Hameau de Clairveau
VALLEZ Patrick, (17/12/1952)
RENARD José, (27/02/1957) LILLE, rue Solferino 215
LECESNE Bernard (04/11/1954), MONS-EN-BAROEUL, rue Parmentier 75

MILIEU FRANÇAIS MARSEILLE

CIRILLI Evaristo (NINO)
MONTPELLIER (23/06/1950)
FABERES Henri (21/09/1944)
QUARANTA Antoine (17/10/1931)
CIRILLI André (01/06/1953)
ROOM Michel (08/09/1945)

MILIEU FRANCO-BELGE

COLY Serge (11/03/51) Adresse officielle (av. de la Couronne Ixelles)
BOHAN Jean-Claude
DELORY Jocelyne

Contact J.C. BOHAN du 14/01/1991
Nous avons pris contact avec l'intéressé afin d'en apprendre davantage sur les menaces à
l'encontre de CASTIER. Elle est en effet recherchée activement par le milieu français (en ce qui concerne la Belgique, Serge COLLY), à la demande insistante de la famille HALA. On n'a pas parlé des intentions qu'on avait à son égard, d'après BOHAN ils veulent simplement parler avec elle afin de tirer l'affaire au clair. CIRILLI et FABERES (les meilleurs amis de HALA se trouvent toujours dans le sud de la
France. BOHAN ignore s'ils sont au courant du décès de HALA. La menace ne viendrait pas de leur côté (pas encore). Nous avons fait comprendre à BOHAN que cela n'a aucun sens de se venger sur CASTIER. Il nous a promis de prendre contact le plus rapidement possible avec HALA Marilyn afin de l'en persuader.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: la piste française   Jeu 4 Aoû 2011 - 10:46

Peut-être faudrait-il mettre cette rubrique dans : "axes exploités" ?
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: la piste française   Jeu 4 Aoû 2011 - 20:43

Halla avait de mauvaises fréquentations. Il en est mort. Quant à dire qu'il est un TBW, il y a une marge. Nous sommes ici dans le milleu (sans jeu de mots) des spécialistes par définition. Peu de messages parviendront sur ce sujet. TBW ? Affaire belgo-belgicaine n'est-ce pas ? Je pense que la CBW à l'égard de laquelle je n'avais pas d'a priori sait parfaitement ce qu'elle fait. Le Commissaire Voos a d'ailleurs été trés clair.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7250
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: la piste française   Ven 5 Aoû 2011 - 16:07

je pense que le debut

lille
maubeuge
(wavre)
peut avoir des elements français

puis ala fin Alost


ds les autres il y a trop de légionnaires


1.:Pour: départ du café de Trous.son

2.Nivelles -Tournai simulané avec l'escapade de Desta.ercke

3.Cocu : > fuit à Marseille pour la Legion

4.Beersel- Angelou : fils= legion

5.Dekaise: Témoin de la legion

6.et pe d'autres comme le copain de Bou. ds le village en France

mais bon la belgique est petite et tout le monde a bien un voisin de la légion.
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: la piste française   Ven 5 Aoû 2011 - 16:35

n'oubliez pas Calmette (ex-OAS) et Vittorio (ex-SAC)
et puis Farcy et co. pour les affaires de drogues
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: la piste française   Ven 5 Aoû 2011 - 19:35

Je penche plutôt pour le grand banditisme de part et d'autre de la frontière à l'époque, sur fond de drogue et de prostitution. Ce petit monde se mélange, peut-être via Vittorio pour certains coups. Des équipes mixtes parfois. Des armes et des véhicules qui circulent d'un coté puis de l'autre et ensuite...Ronquières pour mélanger tout cela.
Revenir en haut Aller en bas
Kranz



Nombre de messages : 743
Date d'inscription : 08/11/2008

MessageSujet: Re: la piste française   Ven 5 Aoû 2011 - 20:20

CS1958 a écrit:
Je penche plutôt pour le grand banditisme de part et d'autre de la frontière à l'époque, sur fond de drogue et de prostitution. Ce petit monde se mélange, peut-être via Vittorio pour certains coups. Des équipes mixtes parfois. Des armes et des véhicules qui circulent d'un coté puis de l'autre et ensuite...Ronquières pour mélanger tout cela.

Ce qui risque de faire pas mal de monde avec des risques de fuites accrus comme corollaire, et pourtant peu d'informations émanent du milieu, ce qui est inhabituel.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la piste française   Aujourd'hui à 1:23

Revenir en haut Aller en bas
 
la piste française
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Initiation à la vie politique Française Option B
» [Autorité héraldique] [BELGIQUE] Communauté française de Belgique : du nouveau !
» Cabale Française ?
» Petit débat sur la nécessité d'inscrire la gastronomie française au patrimonie mondial de l'UNESCO
» [En ligne] Armorial de la noblesse française (XVII-XIX)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Les axes exploités :: Autres pistes-
Sauter vers: