les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Buslik Jean-François

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 16 Déc 2009 - 13:18

Minus, merci pour les réponses. Ça fait plaisir de voir qu'il y a intention de répondre même si je dois vous avouer que je reste sur ma faim. Somme toute c'est logique, puisque je suppose que cet attentat aura une place de choix dans le livre de Beijer. Toutefois essayons d'avancer un mm de plus.

Quand vous dites que Buslik fut victime de son amitié pour Bouhouche, je crois que vous ne surprenez pas grand monde. Mais quelles ont pu être les motivations de Bouhouche pour envoyer son ami d'enfance comme un benêt acheter des composants électriques et électroniques qui se retrouveront formant la mise à feu d'un engin explosif? Ne rien dire du but réel de la télécommande, je peux comprendre. Mais le laisser tout acheter sans précautions pour qu'on puisse remonter jusqu'à Buslik après l'attentat? Bouhouche a l'air loin d'être un imbécile, que pensez-vous de cette erreur, si s'en fut une?

Sur l'endroit: si j'ai bien compris vos explications le sous-marin était posté à l'angle de la rue de la Tribune (la petite rue dont vous parliez?) et celle de la Croix de fer, il a suivi la voiture de la BSR dans la rue de Louvain et attendu que la voiture BSR arrive au carrefour de la rue du Nord pour activer l'engin. Je suppose qu'après l'explosion il n'était pas question de faire traverser ce carrefour par le sous-marin et qu'ils sont partis par la Drukpersstraat (désolé je ne sais pas traduire). Je trouve tout de même l'opération très risquée, je m'explique: j'ai parlé de 5 kg d'ANFO mais les experts parlent de 10 kg, plus les billes et les écrous, si ça explose complètement le sous-marin est vraiment exposé puisqu'il ne peut pas être à plus d'une centaine de mètres (je crois que moins) du lieu de l'explosion. Est-ce correct? Ne peux-t-on pas légitimement douter qu'une explosion complète était prévue?
D'autre part, il est difficile de croire qu'après les repérages, ils ne sachent pas que le parlement Flamand était là (s'il l'était à l'époque, merci de me corriger) et que, même si ce n'était pas voulu (?), ça allait faire des remous dans ce sens, car, entre le nationalisme flamand, le régionalisme wallon et la belgitude bruxelloise (ce n'est pas de moi, c'est dans beaucoup d'analyse de la situation politique de l'époque), on ne pouvait que s'y attendre.

J'ai pas mal d'autres questions mais c'est bon pour l'instant. Si vous pouviez éclairer ma lanterne sur ces points?
Revenir en haut Aller en bas
minus



Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 16 Déc 2009 - 16:38

Jacques B. a écrit:
.... Quand vous dites que Buslik fut victime de son amitié pour Bouhouche, je crois que vous ne surprenez pas grand monde. Mais quelles ont pu être les motivations de Bouhouche pour envoyer son ami d'enfance comme un benêt acheter des composants électriques et électroniques qui se retrouveront formant la mise à feu d'un engin explosif? Ne rien dire du but réel de la télécommande, je peux comprendre. Mais le laisser tout acheter sans précautions pour qu'on puisse remonter jusqu'à Buslik après l'attentat? Bouhouche a l'air loin d'être un imbécile, que pensez-vous de cette erreur, si s'en fut une?....
D'après beijer, cela tient au personnage de Bouhouche lui-même. C'était quelqu'un de sûr de lui. Il était certain qu'il ne se ferait jamais prendre (ce qui fût le cas ici). Il était sans aucun doute certain aussi que cette bombe allait exploser et donc, qu'on ne retrouverait plus rien ou dans tous les cas, plus rien d'exploitable. C'est un peu simple comme réponse mais c'est apparemment la réalité.
Vous retrouvez ce schéma dans beaucoup d'affaire le concernant.
Par exemple, comment, après plusieurs perquisitions, on retrouve chez lui, le pistolet qui aurait servi à tuer Mendez? (Je dis "aurait" car Bouhouche contestait les expertises et qu'il a été acquitté de ce fait).
Revenir en haut Aller en bas
minus



Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 16 Déc 2009 - 16:51

Jacques B. a écrit:
... Sur l'endroit: si j'ai bien compris vos explications le sous-marin était posté à l'angle de la rue de la Tribune (la petite rue dont vous parliez?) et celle de la Croix de fer, il a suivi la voiture de la BSR dans la rue de Louvain et attendu que la voiture BSR arrive au carrefour de la rue du Nord pour activer l'engin. Je suppose qu'après l'explosion il n'était pas question de faire traverser ce carrefour par le sous-marin et qu'ils sont partis par la Drukpersstraat (désolé je ne sais pas traduire). Je trouve tout de même l'opération très risquée, je m'explique: j'ai parlé de 5 kg d'ANFO mais les experts parlent de 10 kg, plus les billes et les écrous, si ça explose complètement le sous-marin est vraiment exposé puisqu'il ne peut pas être à plus d'une centaine de mètres (je crois que moins) du lieu de l'explosion. Est-ce correct? Ne peux-t-on pas légitimement douter qu'une explosion complète était prévue?
D'autre part, il est difficile de croire qu'après les repérages, ils ne sachent pas que le parlement Flamand était là (s'il l'était à l'époque, merci de me corriger) et que, même si ce n'était pas voulu (?), ça allait faire des remous dans ce sens, car, entre le nationalisme flamand, le régionalisme wallon et la belgitude bruxelloise (ce n'est pas de moi, c'est dans beaucoup d'analyse de la situation politique de l'époque), on ne pouvait que s'y attendre...
Il faudrait vérifier mais je pense qu'il s'agit de la rue de la Presse et non de la Tribune.
Mais quoi qu'il en soit, un sous-marin ne se déplace généralement pas. Et dans ce cas précis, il ne s'est pas déplacé. Toujours selon les explications de Beijer, le presse-bouton a attendu que le véhicule 404 passe et remonte la rue de la Presse et ensuite tourne dans la rue de Louvain jusqu'au moment où il n'était plus en visuel (car protégé par l'angle du bâtiment). C'est à ce moment qu'il actionne sa télécommande.
Ensuite, le véhicule sous-marin a été abandonné sur place et le presse-bouton est reparti par d'autres moyens. Le sous-marin en question a été récupéré le lendemain sans encombre, puisqu'il n'avait pas été repéré. Il avait été préparé en cas de découverte.
Pour répondre à votre question, il n'y a pas eu de repérage du contenu des bâtiments aux alentours. Cela n'avait pas d'importance puisque cela n'entrait pas en considération d'après beijer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 16 Déc 2009 - 17:05

La réponse de Beijer sur Bouhouche est logique et correspond à ce qu'on peut percevoir du personnage au travers de ce qui a été écrit sur lui. Je dois dire que ça m'embête pas mal, le fait que dans toutes ces affaires on oscille toujours entre les erreurs grossières, les erreurs intentionnelles et machiavéliques ou pas d'erreurs du tout dans un plan parfait, pour expliquer les mêmes faits.

Donc pour résumer: Beijer confirme d'une part qu'il n'y avait aucune intention de laisser trainer des pistes vers Buslik et que d'autre part, l'engin était destiné à exploser pour de bon. A-t-il des doutes, ne serait-ce que légers?

D'autre part, je suis curieux de savoir comment Beijer s'y prenait pour gérer Bouhouche, qui selon le portrait qu'il en fait était une vraie bombe à retardement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 16 Déc 2009 - 17:19

Je réviserais tout ça sur carte et on en reparlera peut-être plus tard, si vous le voulez bien.
minus a écrit:

Ensuite, le véhicule sous-marin a été abandonné sur place et le presse-bouton est reparti par d'autres moyens. Le sous-marin en question a été récupéré le lendemain sans encombre, puisqu'il n'avait pas été repéré. Il avait été préparé en cas de découverte.
Ouille! Ils ont piégés le sous-marin, c'est ça? C'est vicelard et ça fait très mal ce genre de technique.
Le presse-bouton est parti par d'autres moyens? Il est quand-même pas allé prendre son quart à la BSR, ou si? C'est plus ou moins une blague, ne nous énervons pas.
C'était Bouhouche le presse-bouton? Contre le vice d'interroger, il y a la vertu de refuser de répondre. Wink
minus a écrit:

Pour répondre à votre question, il n'y a pas eu de repérage du contenu des bâtiments aux alentours. Cela n'avait pas d'importance puisque cela n'entrait pas en considération d'après beijer.

Bon, ce n'est peut-être qu'une coincidence. Mais tout le monde savait plus ou moins à quoi étaient destinés les bâtiments proches de la BSR, non?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 16 Déc 2009 - 17:27

J'ai peut-être déduit un peu vite que le sous-marin préparé veut dire piégé à l'explosif. Que veut dire Beijer? Préparé pour effacer les traces ou piégé?
Revenir en haut Aller en bas
jc1243401



Nombre de messages : 1094
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 16 Déc 2009 - 17:30

Attention Jacques B. !!! Comme l'a dit Beijer à minus qui nous l'a rapporté : " Aie, aie. Vous êtes reparti dans des questions qui vont vous amener à poser des hypothèses et vont vous écarter des faits..."
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7253
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 16 Déc 2009 - 18:09

.


Dernière édition par K le Sam 16 Aoû 2014 - 13:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 16 Déc 2009 - 18:19

jc1243401: vous avez raison, je me suis laissé emporter Wink

K: heureusement que les humains ont le sens olfactif moins pointu que les chiens. On aurait des problèmes dans les salles d'attente, les halls de gare et autres lieux de rassemblement. Néanmoins ce serait marrant qu'un témoin rapporte que Bouhouche ou un autre n'arrêtait pas d'éternuer un jour important dans la chronologie des faits.
Revenir en haut Aller en bas
jc1243401



Nombre de messages : 1094
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 16 Déc 2009 - 18:29

Jacques B. a écrit:
ce serait marrant qu'un témoin rapporte que Bouhouche ou un autre n'arrêtait pas d'éternuer un jour important dans la chronologie des faits.
Et dire que pendant tout ce temps, on a cru que Bouhouche se triturait les moustaches ! Non, il éternuait discrètement.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7253
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 16 Déc 2009 - 19:30

.


Dernière édition par K le Sam 16 Aoû 2014 - 13:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
auliffes



Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 16 Déc 2009 - 20:54

jc1243401 a écrit:
@ Jacques B.

Peut-être avez-vous raison sur l'aspect " terreur " ( mais nous ne sommes jamais qu'en 1981 à ce moment ). Personnellement j'en doute.

Le mobile des attentats contre la BSR, Vernaillen, vol ESI et ...


De Viktor Suvorov : Spetsnaz, the inside story of the soviet special forces (1988)

Widespread terrorist and sabotage operations are known officially in the GRU as the "preparatory period",

and unofficially as the "overture". The overture is a series of large and small operations the purpose of

wich is, before actual military operations begin, to weaken the enemy's morale, create an atmosphere of

suspicion, fear and uncertainty, and divert the attention of the enemy's armies and police forces to a huge

number of different targets, each of wich may be the object of the next attack.

The overture is carried out by agents of the soviet secret services and by mercenaries recruited by

intermediaries. The principal method employed at this stage is "gray terror", that is, a kind of terror wich

is not conducted in the name of the Soviet Union. The Soviet secret services do not at this stage leave their

visiting cards,or leave other people's cards. The terror is carried out in the name of already existing extremist

groups not connected in any way with the Soviet Union, or in the name of fictitious organisations
Revenir en haut Aller en bas
auliffes



Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 16 Déc 2009 - 21:30

auliffes a écrit:
jc1243401 a écrit:
@ Jacques B.

Peut-être avez-vous raison sur l'aspect " terreur " ( mais nous ne sommes jamais qu'en 1981 à ce moment ). Personnellement j'en doute.

Le mobile des attentats contre la BSR, Vernaillen, vol ESI et ...


De Viktor Suvorov : Spetsnaz, the inside story of the soviet special forces (1988)

Widespread terrorist and sabotage operations are known officially in the GRU as the "preparatory period",

and unofficially as the "overture". The overture is a series of large and small operations the purpose of

wich is, before actual military operations begin, to weaken the enemy's morale, create an atmosphere of

suspicion, fear and uncertainty, and divert the attention of the enemy's armies and police forces to a huge

number of different targets, each of wich may be the object of the next attack.

The overture is carried out by agents of the soviet secret services and by mercenaries recruited by

intermediaries. The principal method employed at this stage is "gray terror", that is, a kind of terror wich

is not conducted in the name of the Soviet Union. The Soviet secret services do not at this stage leave their

visiting cards,or leave other people's cards. The terror is carried out in the name of already existing extremist

groups not connected in any way with the Soviet Union, or in the name of fictitious organisations


Pour comprendre le contexte belliciste de l'époque 1981- , et comprendre la chronologie (l'"opération Ryan"

commence en Mai 1981), lire l'article sur "Able Archer 83" : http://en.wikipedia.org/wiki/Able_Archer_83


Dernière édition par auliffes le Mer 16 Déc 2009 - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jc1243401



Nombre de messages : 1094
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 16 Déc 2009 - 22:21

Non, aulliffes, Beijer n'a pas l'étoffe. Les jeux pré-adolescentaires avec Bouhouche ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Jeu 17 Déc 2009 - 15:17

@auliffes
Enfin quelqu'un qui jette un coup d'oeil de l'autre côté de la barrière. Mais il n'est pas superflu de faire noter que, comme pour les analyses dans le sens contraire, la prudence doit être de mise.
D'une part, on ne sait pas grand-chose des vraies motivations de Beijer et de sa réelle appartenance à une structure, quelle que soit celle-ci. S'il publie son livre, il faudra y chercher les vrais éléments qui pourraient confirmer ses dires et les recouper. Ce n'est pas si facile que ça, de mentir sur ce sujet.
D'autre part, malgré que les gendarmeries européennes furent très certainement un objectif pour les services soviétiques, rien n'est moins sûr que ces attentats s'encadrent dans leurs efforts et opérations pour les faire disparaitre ou en réduire l'organisation militaire.
Revenir en haut Aller en bas
auliffes



Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 19 Déc 2009 - 1:34

minus a écrit:
D'après Beijer, "ils" ont préféré s'attaquer à des carrières civiles plutôt qu'à des dépôts militaires. "Ils" étaient partisans du profil bas et de prudence dans les préparations et les opérations. Si vous observez leur façon de travailler (encore faut-il savoir ce qu'ils ont fait ou pas), vous ne pouvez pas manquer de remarquer qu'on ne peut les confondre avec d'autres "bandes"... "Ils" avaient un style bien à eux, si l'on peut dire.
Je suppose que la "profileuse" et les enquêteurs objectifs (car il y en a qui ne le sont pas) n'auront pas manquer de remarquer cela.

Et si la profileuse se trompait ? Si jamais elle reconnaissait la même trace dans vos affaires et celles des TBW ?
Il est vrai qu'elle a été formée au FBI, et que vous revendiquez une appartenance au GRU. Un fameux match
en perspective, FBI contre GRU, comme dans les années 8O !!!
J'invite tous nos amis forumeurs à exprimer leurs vues quant aux ressemblances et différences entre les
affaires que vous revendiquez (Peugeot Goffinon,Vernaillen, Esi, Zwarts...) et les autres faits des TBW,
dans un fil appelé "aidons la profileuse"...
Revenir en haut Aller en bas
romain gary



Nombre de messages : 319
Date d'inscription : 10/10/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Lun 21 Déc 2009 - 16:01

@ auliffes:

vous mettez le doigt là où il faut: les affaires revendiquées par BR ont-elles un rapport avec les TBW?

Hum... bien malin qui pourra y répondre! Ceci dit: Beijer n'a jamais varié dans ses déclarations: il affirme ne rien à voir avec les TBW.

Il affirme avoir aidé la cellule d'enquête à l'époque avant de s'apercevoir que la machine judiciaire se retournait contre lui, et ceci à une époque charnière où il suspectait son collègue Bouhouche d'être mêlé de près ou de loin aux TBW. Il affirme enfin ne pas pouvoir aujourd'hui encore se positionner par rapport au bien fondé de cette suspicion...

Le livre de BR d'après ce qu'on peut lire entre les lignes sera une divulgation circonstanciée de faits auxquels il fut impliqué mais qui selon lui furent indûment attribués aux TBW par certains enquêteurs.

Il a déclaré à Bouffioux en 2007 qu'il ferait un livre pour ses enfants. Je crois que si il y a une seule chose qui doit l'affecter c'est l'image que ses enfants ont de lui. Et pour lire les posts du sieur, et notamment les critiques qu'il a lancé à l'encontre de Bouten, il n'a pas l'air de commettre les mêmes erreurs.

Nous devrons donc nous attendre à voir s'écrouler une série de pistes connexes....

Nous essayons de donner un sens par ricochet, en cherchant le sens ailleurs pour expliquer les TBW. C'est une erreur à mon sens mais sans le dossier sous les yeux, il n'y a pas beaucoup d'autres solutions.
Revenir en haut Aller en bas
romain gary



Nombre de messages : 319
Date d'inscription : 10/10/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Lun 21 Déc 2009 - 16:07

@ auliffes:

je note que sur le site néerlandophone, BR a été décrit comme la tête du duo BR - Bouhouche.

D'ailleurs, Bouhouche ne quittera-t-il pas l'agence A.R.I....?

Pour lire les posts de BR, alias... je le trouve redoutablement intelligent. Pour relire les articles postés par Michel sur son procès, force est de constater qu'il a réussi quelques fameux coups de théâtre....

D'ailleurs, je trouve dommage qu'il ne nous éclaire pas d'avantage sur les boxes de garage dont il connaissait bien le contenu... Il a toujours affirmé que c'était pour le compte de la Sureté...
Revenir en haut Aller en bas
minus



Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Lun 21 Déc 2009 - 16:43

Aie aie, romain gary. Vous allez être voué aux enfers. Vous faites définitivement partie de la bande à BR. affraid
Revenir en haut Aller en bas
minus



Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Lun 21 Déc 2009 - 16:49

romain gary a écrit:
..... D'ailleurs, je trouve dommage qu'il ne nous éclaire pas d'avantage sur les boxes de garage dont il connaissait bien le contenu... Il a toujours affirmé que c'était pour le compte de la Sureté...
BR me demande de vous poser une question.
Si vous alliez sortir un livre, serriez d'accord d'en raconter le contenu à une série d'anonymes sur Internet et dans quel but?
Revenir en haut Aller en bas
minus



Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Lun 21 Déc 2009 - 16:57

romain gary a écrit:
... Le livre de BR d'après ce qu'on peut lire entre les lignes sera une divulgation circonstanciée de faits auxquels il fut impliqué mais qui selon lui furent indûment attribués aux TBW par certains enquêteurs....
BR me fait préciser encore:
Que s'il est nécessaire d'expliquer certains faits, ne fut-ce que pour démonter le bien fondé de ce qu'il écrit, pour lui l'essentiel à transmettre sera les mobiles sous-jacents et la nouvelle grille de lecture que l'on aura des faits rapportés.
Revenir en haut Aller en bas
jc1243401



Nombre de messages : 1094
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Lun 21 Déc 2009 - 17:03

C'est ça ! En 2007, c'était rendez-vous pour mon bouquin en 2009. Aujourd'hui, c'est peut-être, on verra, si Beijer estime que ....

En quelle année cette fois, le bouquin ?
Revenir en haut Aller en bas
romain gary



Nombre de messages : 319
Date d'inscription : 10/10/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Lun 21 Déc 2009 - 17:32

@ minus:

je répondrai que "l'enfer: c'est les autres" ;-)

Non, je ne suis pas de votre bord: je ne vous connais pas, je ne sais pas qui est BR. Je constate qu'il a sur ce site une approche rationnelle des faits. Sans aller plus loin dans l'analyse sur la raison qui le pousse à adopter cette attitude: est-ce pour entretenir le suspens sur son bouquin comme le pense certains? bof... on est combien à lire ce forum? C'est pas nous qui allons faire vivre son bouquin... et encore la moité des membres ne le porte pas dans son coeur...

Si je devais écrire un livre sur ce sujet, je commencerais pas me poser la question du genre littéraire. Comme je l'ai déjà dit, la fiction, le pamphlet, l'essai de part leur liberté de ton me paraissent les plus appropriés.

Je pencherais pour la fiction: une démarche à la James Ellroy qui a lui aussi proposé une interprétation personnelle du mystère du "Dalhia Noir". Qu'est-ce qui fait que son bouquin est intéressant, mis à part son style et son génie? C'est qu'il propose une lecture, une plongée dans le Los Angeles des années cinquante. Si les faits en eux-mêmes ne sont pas exacts, il décrit de manière convaincante des milieux sociaux: celui du show-bizz, celui de la police, des politiciens, etc... Il décrit l'organisation d'une part de la société par la "fenêtre" de ses travers, de ses vices, de sa corruption. Une seconde lecture est celle qu'il nous offre du genre humain, plus précisément de l'américain, de ses ambitions, de ses vices, de ses tourments...

Nous sommes tous belges ici: nous n'avons pas conscience réellement de qui nous sommes, de la façon dont nous avons organisé notre société, de ce qui la rend si particulière, si atypique aux yeux des autres. Nous avons la justice que nous méritons.

Cette période, c'est un peu la fin des illusions: la fin de la Belgique à Papa. La Justice, la police, la société toute entière n'était pas préparée à faire face aux TBW. Les gendarmes roulaient en R4 comme dans les Gendarmes à Saint-Tropez ;-)

Marguerite Duras avait l'habitude de dire: ce n'est pas l'histoire qui est importante, c'est la manière de la raconter qui l'est. C'est l'éclairage, le point de vue qui compte. Chacun peut saisir le sens de ces propos en pensant au cinéma et aux réalisateurs. Prenez Michael Mann et Lucas Belvaux et confiez leur les TBW: il y en a une qui engagera une bonne cinquantaine de cascadeurs avec deux trois tonnes d'effets spéciaux et l'autre qui se contentera d'une table et d'une chaise ;-)

Alors, dans quel but écrire un polar sur les TBW? C'est pour revenir sur notre histoire, pour comprendre cette période charnière où la Belgique a commencé institutionnellement à se saborder. Où l'opinion publique a commencer à perdre confiance en ses institution. Où les régionalismes ont fleuri.

Nous vivons dans un monde confortable aujourd'hui (on peut se demander pour combien de temps encore!) mais à l'époque, ne prenez rien que la bande des Borains et les "ferrailleurs" parfois suspectés: qui se souvient l'état de misère sociale dans laquelle ils évoluaient? Qui se souvient que bon nombre d'entre eux vivaient parfois de génération en génération dans des caravanes, sans instruction, comme des pestiférés. Comment évoquer leur sort à travers la description qui peut en être faite dans un roman?

Vous voyez pourquoi choisir la forme d'un roman? Un récit historique ne peut pas faire sortir ces choses, un ouvrage sociologique non plus (ou pas comme çà), un essai politique est ciblé, etc...

Pour ma part, je pense que la fiction est plus à même de toucher les gens, de les amener à ses poser des questions sur cette affaire et plus largement sur la justice.

Et puis, la vérité n'est rien sans l'assentiment des autres.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 6 Jan 2010 - 10:38

Condamné à mort en 1995, réclamé en 98 par la Belgique, extradé à la mi-octobre Buslik était détenu à Forest sans motif: il est libre

HAQUIN,RENE
Vendredi 10 novembre 2000
Condamné à mort en 1995, réclamé en 98 par la Belgique, extradé à la mi-octobre Buslik était détenu à Forest sans motif: il est libre

Si le ridicule tuait encore, la cour d'appel de Bruxelles prendrait le deuil. Réclamé en 1998 par la Belgique pour purger la peine de mort prononcée par contumace en 95 (et abolie depuis), arrêté en Floride il y a 18 mois, extradé il y a trois semaines («Le Soir» du 16 octobre) l'Américain Jean-François Buslik a été libéré mercredi.

Il avait fabriqué la radiocommande de mise à feu d'une bombe placée il y a dix-neuf ans dans une voiture de la BSR de Bruxelles. L'engin n'explosa pas, et l'affaire est prescrite depuis belle lurette. Arrêté en 1982, il déclara avoir cru livrer une radiocommande d'ouverture de porte à un client non identifié.

Un long compagnonnage avec l'ex-gendarme Madani Bouhouche, arrêté en 1996 dans le cadre de l'assassinat de l'ingénieur Mendez, valut à l'Américain d'être soupçonné dans plusieurs autres vieilles affaires, dont l'assassinat présumé de l'agent de la Sabena disparu en 1982 en même temps que la cargaison d'or qu'il convoyait vers Brucargo.

Rentré dès 1988 aux Etats-Unis, où il fut interrogé cette année-là par une commission rogatoire belge, Buslik fut - sans signification de l'arrêt de renvoi - condamné à mort par contumace en février 1995 par la cour d'assises du Brabant.

Escorté par des officiers de la PJ, Buslik est arrivé le 14 octobre à Zaventem en manches de chemise, et sans aucun document d'identité. Le consul des Etats-Unis à Bruxelles lui a rendu visite le lendemain à la prison de Forest, avant de rédiger un document certifiant son identité et se disant prêt à lui délivrer un passeport de remplacement. A Forest, il n'a été signifié à Buslik que la page 123 (la prise de corps) de l'arrêt de renvoi de 1994 devant les assises, sans référence à la page suivante qui reprenait la décision de non-exécution de cette prise de corps.

Il apparaît en outre que dans le cadre de la procédure menée à l'époque devant la chambre des mises, en l'absence de Buslik, le président, M. Cerckel, avait formulé une demande de dommages et intérêts à l'égard d'un coprévenu. Il apparaît donc dans ces conditions que le magistrat devenait juge et partie.

Lundi à l'audience de la chambre des mises en accusation de Bruxelles, les avocats de Jean-François Buslik, Me Jean-Paul Dumont, qui fut et reste son premier conseil, ainsi que Me s Fernande Motte de Raedt et Pierre Chomé, ont fait opposition contre l'arrêt de renvoi de 1994 qu'ils considèrent comme nul. Ils ont dès lors conclu à l'absence de tout titre de détention valable et ont déposé une requête de mise en liberté.

La cour l'a libéré sous caution d'un million, à condition de rester en Belgique et de régulariser son titre de séjour. Avec l'attestation du consulat des Etats-Unis à Bruxelles, M e Dumont a pu extraire son client de Forest mercredi. Buslik a fêté ses 48 ans ce vendredi. Libre.

RENÉ HAQUIN

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
minus



Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 6 Jan 2010 - 13:04

romain gary a écrit:
@ minus:
..... Pour ma part, je pense que la fiction est plus à même de toucher les gens, de les amener à ses poser des questions sur cette affaire et plus largement sur la justice.

Et puis, la vérité n'est rien sans l'assentiment des autres.
Le problème dans la fiction, c'est que l'on discrédite automatiquement votre propos, s'ils ne conviennent pas au lecteur, en disant.. "oui, mais ce n'est jamais que de la fiction".
En plus, il faut être écrivain pour faire de la bonne fiction.
Personnellement, je pense que le récit est plus direct et plus facile pour un non-écrivain. Mais dans ce cas, il faut effectivement avoir des expériences personnelles à rapporter.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Aujourd'hui à 13:29

Revenir en haut Aller en bas
 
Buslik Jean-François
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Saint Jean François Régis
» FLAMAND (Jean-François) Baron - Maréchal de camp
» Tristes Afriques d'Isabelle et Jean-François Lagrot
» Jean-François LE GONIDEC
» RÉMY (Jean-François) - Capitaine - 24è de ligne -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Autres-
Sauter vers: