les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Buslik Jean-François

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 17 Sep 2011 - 17:16

UN monde de gens hors du commun :
TARASS BOULBA ,copain de Alain BLUME (colon)mari de FRAITURE Claudine ,copine du para MOLL,,ce petit monde buvant des pots avec les gus de la CIA (ds 1 taverne de BXL ,bien connue )et bien sur en business avec MR MONSIEUR cheers cheers cheers
ILs sont quasi tous des frères 3 ... ! vive la vente des armes pour que la lumière se fasse sur la terre !
Revenir en haut Aller en bas
Willy-Nilly



Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2011

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Dim 18 Sep 2011 - 9:42

HERVE a écrit:

Ajoutons encore que ce Yacht Club à l'époque avait comme voisin la
base nautique de réserve de l'armée belge où végétaient nos dragueurs
de mine, cela en fait un peu beaucoup en matière de curieuses
coïncidences... et que le Yachting Club de l'armée se trouvait aussi à
Nieuwpoort.


Le yachting club & port de la Force Aérienne se trouve effectivement à Nieuwpoort.
Certains généraux paumés en mer ont dû être sauvés par leur propre hélico Seaking.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Dim 18 Sep 2011 - 10:10

Il y a un fil de discussion sur Jacques De Vlieghere, que je connaissais peu.

Je considèrerais avec beaucoup de prudence ce que sous-entend Père Ubu ... Buslik est très suspect dans l'affaire des Tueries du Brabant mais il y a plusieurs raisons pour que Jacques De Vlieghere mette son bateau là-bas (il était un ancien de la Force Aérienne).
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Dim 18 Sep 2011 - 16:03

PERE UBU :mais qui se cachait derrière père UBU ?
Papa UBU ,issu de jeune EUROPE ,5/7ans prof /prive de LAURENT ,et si fier avoir ete le plus jeune militant oas /metropoleIII/belgique
très souvent en contact avec les YANKEES et les gus du BETAR .
Sa soeur ,officer de police Judiciaire adj/marnette (soeur décédée )
Son cousin ,au SGR
et ses copains des journalistes (dont les articles lne pouvaient pas sortir dans la grande presse )
et des flics dégoûtés du système .....oui ,ceux qui font du terrain et non pas 1 carriere a l'état -major !
ah !,j allais oublier ,il avait aussi des correspondants du barreau ,et pas les moindres .......
alors ,oui ,il y a ete publie des conneries ......mais si peu .
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 24 Sep 2011 - 13:14


Pour Alain : vous devriez écrire un livre sur ces affaires parce que vous semblez en connaître un bout !

Par ailleurs, sur Buslik :

http://archives.lesoir.be/outre-les-dossiers-roses-la-commission-revient-sur_t-19970305-Z0DE65.html?queryand=%22Luc+Hennart%22%2C+haquin&firstHit=0&by=10&when=-1&sort=datedesc&pos=5&all=17&nav=1

OUTRE LES DOSSIERS ROSES, LA COMMISSION REVIENT SUR MENDEZ, BOAS, ZWARTS, WNP, TUERIES DES PISTES DANS LES DOSSIERS INTERDITS..

HAQUIN,RENE

Page 15

Mercredi 5 mars 1997

Outre les dossier roses, la commission revient sur Mendez, Boas, Zwarts, le WNP...

Tueries : des pistes dans les dossiers interdits ?

Outre les dossiers roses, sur lesquels il a été bloqué (lire en première page), le substitut Edwig Steppé, entendu hier par la commission «bis» sur les tueries, a aussi rouvert un volet de l'affaire Mendez (l'ingénieur de la FN abattu en 1986) en attirant l'attention sur Jean-François Buslik. Un Américain de Saint-Josse, ami d'enfance de Bouhouche, condamné à mort par contumace (Buslik s'était retiré en Floride) dans le procès des anciens gendarmes Bouhouche-Beijer, en 1995.

Déjà impliqué dans l'attentat contre la BSR de Bruxelles en 1981, puis dans la disparition de l'agent de sécurité Francis Zwarts, volatilisé avec un chargement d'or sur l'aéroport de Zaventem le 26 octobre 1982, Buslik est actuellement recherché par les enquêteurs de Jumet. Mais il n'a été signalé à rechercher qu'en Belgique, et seulement fin 1996.

Buslik, pilote breveté, gravita dans les années 80 autour de la compagnie Galaxy (charters pour fret et passagers), voisine d'Abelag où Bouhouche avait « copié» la plaque apposée sur son tout-terrain volé.

La commission demandera au procureur général de Bruxelles si tout a été ou non tenté pour obtenir son extradition.

L'audition du juge Bruno Bulthé a aussi permis aux commissaires d'apprendre que, chargé du dossier de la disparition de Zwarts, il se le vit retirer prématurément sur un coup de force du juge Luc Hennart, épaulé par le procureur Deprêtre de Nivelles. L'épouse de Bouhouche venait de révéler qu'elle avait eu une montre Cartier provenant de la cargaison d'or volatilisée avec Zwarts. Les enquêteurs m'avaient prévenu. Hennart s'est mis en colère. J'ai refusé de me dessaisir du dossier. Le procureur Poelman était de mon avis, comme l'avocat général de la Cour. Mais deux jours plus tard j'étais convoqué chez le procureur général. Poelman avait changé d'avis. Je ne le reconnaissais pas. Quelque chose s'était passé dans mon dos. J'ai senti que les dés étaient pipés. J'ai reçu l'ordre d'inventorier d'urgence mon dossier pour le céder à Hennart.

Les juges Mahieu et Kesteloot ont déjà parlé de la volonté de Nivelles de s'accaparer ainsi de certains dossiers.

Le juge Bulthé avait aussi demandé au procureur l'accès au dossier à charge du marchand d'armes Roger Boas, convaincu qu'on avait fait chanter certaines personnes citées. Il a essuyé un refus. C'est dans ce dossier qu'on retrouvait le réseau de call-girls parmi lesquelles Israël, l'amie de Boas.

- Ces noms de personnalités, je n'ai pas pu les faire coller en raison de la disparition de pièces au greffe, a expliqué Bulthé.

ET BIEN D'AUTRES BLOCAGES

Quant au dossier Pinon, c'est le Loch Ness. Tout le monde parlait. Personne n'avait rien vu. Ou c'était un dossier mal foutu, ou il manque des pièces.

Quant aux cassettes Pinon enfermées dans l'armoire du commissaire Marnette, la première commission «tueries» voulut les entendre : elles étaient devenues inaudibles. Elles contenaient notamment des entretiens avec les avocats Guy Yernaux et Jean-Paul Dumont. Le juge Bulthé ne peut expliquer pourquoi il a entendu Yernaux et pas Dumont, ni Marnette.

Hier en fin de soirée, le commissaire Glen Audenaerde a expliqué comment les documents et les cassettes Pinon lui furent arrachées manu militari par Marnette, sur ordre de l'ancien chef de la PJ Frans Reyniers, pense Audenaerde.

L'incident est révélateur de la guerre qui déchirait la PJ de Bruxelles il y a six ans. Après son audition par la première commission «tueries», Audenaerde avait d'ailleurs été viré aux «vols à l'étalage».

Bref, sur ce chapitre moeurs, les questions des chantages exercés sur des personnalités et des protections qui en découlent sont loin d'être vidées !

L'audition du commissaire Georges Marnette a aussi ramené la commission sur la piste de l'extrême droite. Il enquêtait sur les activités du Westland New Post, sur la mort de son chef, Paul Latinus. Pas suicidé mais assassiné, pense encore Marnette, qui fait état de pressions diverses exercées sur lui pour lui faire abandonner la piste menant au commissaire Smets, de la Sûreté.

- Le procureur du roi Poelman, décédé, m'a même demandé un jour, alors qu'il téléphonait à Albert Raes (patron de la Sûreté), de déchirer certains procès verbaux au sujet de ces infiltrations. Ce que j'ai refusé, ajoute Georges Marnette.

Il explique aussi qu'il a dû lui-même organiser en 1983 une fuite pour que l'enquête sur le WNP devienne «inarrêtable», tant les pressions exercées étaient importantes. C'était à l'automne 1983, alors que «Le Soir» révélait l'existence du WNP, les vols de telex Otan à l'Etat-Major, les dissensions entre le canard, le chien et le lapin dans la basse-cour de la Sûreté, au grand dam du ministre de la Justice de l'époque, Jean Gol.

Quant au WNP de Latinus, Marnette le voit toujours comme une bande de demi-cerveaux manipulables et capables de faire n'importe quoi, mais appartenant à une nébuleuse plus importante et plus dangereuse, du style du groupe G (de Gendarmerie), ou d'un Gladio.

Prochaine séance vendredi.

RENÉ HAQUIN
Revenir en haut Aller en bas
Fischer



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 07/01/2014

MessageSujet: Impressionnant !   Mar 7 Jan 2014 - 21:06

Au vu des connaissances de Minus et des méconnaissances de Bouten, je suis tout simplement impressionné !
Connaître autant de choses sur Jean-François Buslik fait penser à un lien privilégié que Minus a (ou avait) avec lui !?

Saviez-vous que Buslik et Bouhouche jouaient ensemble au tennis au "Tennis Club de l'OTAN" à Evere où ils étaient membres ?
Saviez-vous que l'avocat et ex-député régional bruxellois PSC Jean-Paul Dumont (décédé 22 mars 2009) était l'avocat de Buslik, de Bouhouche, d'Axel Zeyen (bande de Patrick Haemers) avec lesquels il était plus qu'un avocat mais un ami ?
Saviez-vous que Buslik possédait les clés du bureau d'avocat Guy Yernaux et Jean-Paul Dumont et qu'il pouvait y aller de jour comme de nuit ?
La carrière de Me Dumont s'était terminée sur une note moins glorieuse. Il a été condamné le 5 mars 2009 à 12 mois de prison avec sursis pour une escroquerie au préjudice d'un de ses clients à qui il avait fait croire qu'il était recherché en Belgique.
Saviez-vous que le Berger Allemand de Buslik s'appelait Diane ?
Saviez-vous que le père Buslik tenait un stock américain à St-Josse ?
Saviez-vous que Buslik avait deux maîtresses à Bruxelles, Y et M ?
Y est toujours en contact avec Buslik !
Saviez-vous que des perquisitions avaient été faites chez une de ces deux maîtresses ?
Saviez-vous que Buslik était revenu pour la dernière fois en Belgique en 2000 pour revoir ses deux maîtresses (une à BXL et l'autre à Genval) et qu'il y est resté plus d'1 an ?
Saviez-vous que Buslik ne s'appelle plus Buslik ?

Je constate que beaucoup de personnes écrivent du "recuit" avec son lot de vérité mais trop souvent avec son lot de déductions (fondée ou non).
Même le grand journaliste d'enquête René Haquin (que j'ai connu lors de l'enquête sur Oesling 84) écrivait (rarement) ses propres déductions pour des vérités. Il corrigeait par la suite lorsqu'il recevait de plus amples informations de la Gd, de la police ou du SGR. "Prêcher le faux, pour obtenir la vérité" ....

Par contre, je constate que d'anciens membres de la Gd, de la police ou du SGR écrivent également sur ce forum ... "la vérité n'est pas toujours bonne à dire !"

minus a écrit:
Kranz a écrit:
minus a écrit:

Buslik est bien un ami d'enfance de Bouhouche mais il n'est ni agent de la CIA, ni du DEA. Il n'a jamais eu aucun contact avec le BND.
Il a très simplement été abusé par Bouhouche et ce à cause de leur amitié.
Buslik n'est pas soeur Thérésa, il a trempé dans plusieurs affaires louches; explosifs, 4X4, Zaventem et j'en oublie peut-être, ce qui n'est pas rien quand même.
De là à le considérer comme une dupe de Bouhouche....
Bien sûr que ce n'est pas soeur Thérésa et heureusement pour lui.
Comme, je vous l'ai déjà dit, il a été acquitté sur toute la ligne.
Mais revenons un instant au livre de Bouten, puisque c'est sur cela que vous vous basez pour étaler votre haine:
Notre super-enquêteur (5 ans quand même!) nous brosse "rapidos" un portrait de Buslik entre les pages 493 et 499. Peu de pages mais assez pour des conneries flagrantes.
- Très fort le Bouten, puisqu'après une enquête aussi minutieuse, il lui est impossible de dire le prénom correct de Buslik qui est pourtant apparu dans tous les médias. Buslik ne n'est jamais appelé Francis !
- L'ex-amie de Buslik, Graciella n'a jamais été espagnole mais depuis sa naissance, elle est Italienne.
- Les voyages fréquents de Buslik vers Milan sont donc à mettre en relation avec les rapports que Buslik entretenait avec son amie Graciella et non avec le fait que la maffia italienne... bla bla bla.. N'importe quoi!
- Le père de Buslik était un "juif allemand" et non un "nazi allemand" ! Je me demande si Bouten connaît la différence et je peux imaginer avec quel écoeurement, Buslik devra livre ce livre, s'il le fait un jour!
- La mère de Buslik n'était pas française mais de nationalité belge.
- Buslik n'a jamais approché, ni de loin ni de près Frank Eaton, dont il ne connaissait même pas l'existence. Alors, de là à la présenter à Bouhouche, comme l'affirme Bouten.
- Son père, un ancien de l'OSS et de la CIA. Pure fantaisie. Au lieu de lancer n'importe quoi, que Bouten prouve ses allégations et on commencera à peut-être à s'intéresser à ce qu'il dit.
- Encore plus fort! Bouten soutient "que la police retrouva chez Buslik des montres exclusives signées "Cartier" identiques à celles volées lors de l'attaque sur le transport Zwarts". Faux ! Aucune montre n'a jamais été retrouvée ni saisie dans cette affaire, à l'exception d'une seule qui a été saisie chez un certain Michel Angeli à Bruxelles, lequel n'a rien à voir ni avec Buslik ni Bouhouche ni Beijer et lequel, bizarrement, n'a jamais été cité dans l'affaire Zwarts.
Pourquoi? Ca ce sont de bonnes questions.
De telle sorte que lors du procès Bouhouche Beijer, il n'y avait aucune montre saisie à monter!
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7024
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mar 7 Jan 2014 - 21:39

Fischer a écrit:
Au vu des connaissances de Minus et des méconnaissances de Bouten, je suis tout simplement impressionné !
Connaître autant de choses sur Jean-François Buslik fait penser à un lien privilégié que Minus a (ou avait) avec lui !?

Saviez-vous que Buslik et Bouhouche jouaient ensemble au tennis au "Tennis Club de l'OTAN" à Evere où ils étaient membres ?
Saviez-vous que l'avocat et ex-député régional bruxellois PSC Jean-Paul Dumont (décédé 22 mars 2009) était l'avocat de Buslik, de Bouhouche, d'Axel Zeyen (bande de Patrick Haemers) avec lesquels il était plus qu'un avocat mais un ami ?
Saviez-vous que Buslik possédait les clés du bureau d'avocat Guy Yernaux et Jean-Paul Dumont et qu'il pouvait y aller de jour comme de nuit ?
La carrière de Me Dumont s'était terminée sur une note moins glorieuse. Il a été condamné le 5 mars 2009 à 12 mois de prison avec sursis pour une escroquerie au préjudice d'un de ses clients à qui il avait fait croire qu'il était recherché en Belgique.
Saviez-vous que le Berger Allemand de Buslik s'appelait Diane ?
Saviez-vous que le père Buslik tenait un stock américain à St-Josse ?
Saviez-vous que Buslik avait deux maîtresses à Bruxelles, Y et M ?
Y est toujours en contact avec Buslik !
Saviez-vous que des perquisitions avaient été faites chez une de ces deux maîtresses ?
Saviez-vous que Buslik était revenu pour la dernière fois en Belgique en 2000 pour revoir ses deux maîtresses (une à BXL et l'autre à Genval) et qu'il y est resté plus d'1 an ?
Saviez-vous que Buslik ne s'appelle plus Buslik ?

Je constate que beaucoup de personnes écrivent du "recuit" avec son lot de vérité mais trop souvent avec son lot de déductions (fondée ou non).
Même le grand journaliste d'enquête René Haquin (que j'ai connu lors de l'enquête sur Oesling 84) écrivait (rarement) ses propres déductions pour des vérités. Il corrigeait par la suite lorsqu'il recevait de plus amples informations de la Gd, de la police ou du SGR. "Prêcher le faux, pour obtenir la vérité" ....

Par contre, je constate que d'anciens membres de la Gd, de la police ou du SGR écrivent également sur ce forum ... "la vérité n'est pas toujours bonne à dire !"

minus a écrit:
Kranz a écrit:
minus a écrit:

Buslik est bien un ami d'enfance de Bouhouche mais il n'est ni agent de la CIA, ni du DEA. Il n'a jamais eu aucun contact avec le BND.
Il a très simplement été abusé par Bouhouche et ce à cause de leur amitié.
Buslik n'est pas soeur Thérésa, il a trempé dans plusieurs affaires louches; explosifs, 4X4, Zaventem et j'en oublie peut-être, ce qui n'est pas rien quand même.
De là à le considérer comme une dupe de Bouhouche....
Bien sûr que ce n'est pas soeur Thérésa et heureusement pour lui.
Comme, je vous l'ai déjà dit, il a été acquitté sur toute la ligne.
Mais revenons un instant au livre de Bouten, puisque c'est sur cela que vous vous basez pour étaler votre haine:
Notre super-enquêteur (5 ans quand même!) nous brosse "rapidos" un portrait de Buslik entre les pages 493 et 499. Peu de pages mais assez pour des conneries flagrantes.
- Très fort le Bouten, puisqu'après une enquête aussi minutieuse, il lui est impossible de dire le prénom correct de Buslik qui est pourtant apparu dans tous les médias. Buslik ne n'est jamais appelé Francis !
- L'ex-amie de Buslik, Graciella n'a jamais été espagnole mais depuis sa naissance, elle est Italienne.
- Les voyages fréquents de Buslik vers Milan sont donc à mettre en relation avec les rapports que Buslik entretenait avec son amie Graciella et non avec le fait que la maffia italienne... bla bla bla.. N'importe quoi!
- Le père de Buslik était un "juif allemand" et non un "nazi allemand" ! Je me demande si Bouten connaît la différence et je peux imaginer avec quel écoeurement, Buslik devra livre ce livre, s'il le fait un jour!
- La mère de Buslik n'était pas française mais de nationalité belge.
- Buslik n'a jamais approché, ni de loin ni de près Frank Eaton, dont il ne connaissait même pas l'existence. Alors, de là à la présenter à Bouhouche, comme l'affirme Bouten.
- Son père, un ancien de l'OSS et de la CIA. Pure fantaisie. Au lieu de lancer n'importe quoi, que Bouten prouve ses allégations et on commencera à peut-être à s'intéresser à ce qu'il dit.
- Encore plus fort! Bouten soutient "que la police retrouva chez Buslik des montres exclusives signées "Cartier" identiques à celles volées lors de l'attaque sur le transport Zwarts". Faux ! Aucune montre n'a jamais été retrouvée ni saisie dans cette affaire, à l'exception d'une seule qui a été saisie chez un certain Michel Angeli à Bruxelles, lequel n'a rien à voir ni avec Buslik ni Bouhouche ni Beijer et lequel, bizarrement, n'a jamais été cité dans l'affaire Zwarts.
Pourquoi? Ca ce sont de bonnes questions.
De telle sorte que lors du procès Bouhouche Beijer, il n'y avait aucune montre saisie à monter!
Bienvenue à vous, Fischer
Est-il exact que le domicile de Buslik se trouvait rue Verbist à Saint-josse?
Est-il exact qu'il existait un stand de tir illégal à Saint-Josse fréquenté par les gendarmes, par Beijer, Bouhouche et Buslik? (Rue saint-Josse ou Rue Verbist).
Buslik a-t-il participé aux affaires Zwarts, Vernaillen, Goffinon, ESI? Il y a prescription maintenant.

Merci de vos éventuelles réponses.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Mer 8 Jan 2014 - 8:46

.


Dernière édition par K le Sam 16 Aoû 2014 - 14:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Dim 22 Juin 2014 - 11:50


https://www.apache.be/2014/05/06/vader-en-zoon-buslik-van-katanga-naar-de-bende-van-nijvel/

Vader en zoon Buslik: van Katanga naar de Bende van Nijvel

Van vader Max Buslik naar zoon Jean-François Buslik loopt, gespreid over een periode van twintig jaar, een rechte lijn. De vader organiseerde begin jaren zestig een trafiek van gevechtsvliegtuigen naar Katanga, wellicht in opdracht van de CIA, zo ontdekte Apache.be. De zoon was in de jaren tachtig actief in de bende van Bouhouche en Beijer, mogelijk eveneens in opdracht van de Amerikaanse geheime dienst.





Politieman Victor Van Humskerke snapte er niets van. Op 1 mei 1962 was er op de luchthaven van Deurne een Harvard (North American T-6 Texan) geland, een gevechtsvliegtuig dat normaal nooit op de luchthaven te zien was. Verdacht, vond hij, temeer omdat het toestel geen militaire kentekens droeg. Een dag later arriveerden er nog twee Harvards. En weer een dag later nog eens zes. Toen de politieman een kijkje ging nemen naast hangar A, waar de toestellen op een rijtje geparkeerd stonden, telde hij tien stuks. Eentje was blijkbaar ongemerkt gearriveerd. (1)

“De toestellen zijn kortelings in het zilver geschilderd”, noteerde de politieman. En verder:

De immatriculatienummers zijn nog vers en grofweg aangebracht. Op de romp is nog een overschilderde driekleurige cocarde merkbaar. Ik vermoed dat deze toestellen origineel aan de Belgische luchtmacht hebben behoord. Ze werden nog door de luchtmacht gebruikt bij de moeilijkheden in Congo. Deze toestellen zijn tweepersoons gevechtsvliegtuigen. Bij de luchtmacht waren ze bewapend met machinegeweren en raketten. Ze worden ook bij de luchtmacht gebruikt als schoolvliegtuig, als overgang van schroefvliegtuig naar straaljager. Het vliegtuig is zeer wendbaar en luchtvast, maar heeft in verhouding tot zijn zware motor een betrekkelijk lage snelheid. Het leent zich uitstekend voor scheervluchten over de grond. Ik heb vastgesteld dat er geen bewapening meer zichtbaar was. De openingen voor de monden van de machinegeweren in de voorliggers van de vleugels waren slechts met toile overplakt.

Katanga

Van Humskerke ging op onderzoek. Hij ontdekte dat de vliegtuigen inderdaad van de Belgische luchtmacht afkomstig waren, dat ze een omweg hadden gemaakt langs het Zwitserse Genève en de luchthaven van Oostende, en dat ze nu eigendom waren van de Compagnie Générale d’Exploitation Aéronautique (Cogea) in Brussel. Informanten vertelden hem dat de toestellen naar Deurne waren gevlogen om hier gedemonteerd te worden en vervolgens via de Antwerpse haven zouden worden verscheept naar Katanga. Kort na de onafhankelijkheid van het vroegere Belgisch Congo in 1960 had de koperrijke provincie Katanga zich onder leiding van Moïse Tshombe afgescheurd. Geen enkel land erkende de secessie, maar Tshombe kon rekenen op financiële steun van de Union Minière du Haut-Katanga en op discrete steun van de Belgische regering. De Katangese gendarmes, het legertje van Tshombe, vocht samen met een allegaartje van huurlingen in 1962 tegen de troepen van de centrale regering én tegen de blauwhelmen van de Verenigde Naties.

“Er worden momenteel pogingen gedaan om vliegtuigen over te brengen naar Katanga”, schreef Van Humskerke in zijn proces-verbaal. “Deze pogingen worden gedaan door Aviaton Benelux, waarvan de zetel gevestigd is op de Place Wéry in Brussel.”

Dit bleek de firma te zijn van Max Buslik en zijn echtgenote Thérèse Moncarey. Veel was er op dat moment niet bekend over het echtpaar. “De vrouw zou vroeger reeds betrokken geweest zijn in een zaak van diamantsmokkel”, wist de politieman.

Beide personen baten eveneens in Brussel een garage uit. Ze hebben op de luchthaven van Deurne twee halfzware, tweemotorige transporttoestellen staan. Er zou op een gelegenheid gewacht worden om de toestellen naar Katanga over te vliegen. Er zouden reeds twee toestellen zijn overgevlogen naar Afrika. Ook zouden er Spitfires, die door de luchtmacht verkocht werden, verdwenen zijn. Er is samenwerking geweest tussen Cogea an Aviation Benelux, maar er is een meningsverschil ontstaan over het bezit van vliegtuigmotoren en voor het ogenblik is er tussen beiden een vete.

Cogea, zo vernam de politieman nog, had de Harvards gekocht voor 40.000 frank (1.000 euro) per stuk en kon ze verkopen aan Katanga voor het tiendubbele: 400.000 frank (10.000 euro) per stuk.
Kolonel Brown

In de loop van de maand mei, 1962 volgde de gerechtelijke politie het traject van de ‘verdachte’ vliegtuigen op de voet. Eerst werden de Harvards overgebracht naar de ateliers van de firma B.K.S.I. in de Gashuishoevestraat in Merksem. Daar werden ze gedemonteerd en klaargemaakt voor verzending. Elk gedemonteerd vliegtuig werd verpakt in een kist, die 3.500 kg woog. “Er is in iedere kist een zeer kleine opening, met een schuifdeurtje, om de douane toe te laten vast te stellen dat er zich in iedere kist een vliegtuig bevindt”, noteerde de politie. Daarna werden de kisten door de Ruysnatie naar kaai nummer 26 in de Antwerpse haven getransporteerd. Tenslotte, op 6 juni 1962, werden de tien kisten onder het goedkeurend oog van de douane aan boord van het Portugese stoomschip Sao Silverio geladen. Het schip vertrok met bestemming Lissabon, de hoofdstad van het destijds door de fascistische dictator Salazar geregeerde Portugal.

“Er worden momenteel pogingen gedaan om vliegtuigen over te brengen naar Katanga”, schreef Van Humskerke in zijn proces-verbaal.

Wellicht gingen de tien gevechtsvliegtuigen vervolgens naar de toenmalige Portugese kolonie Angola, een buurland van Katanga, waar ze opnieuw in elkaar werden gezet. Het vervolg staat te lezen in een geschiedenis van de Avikat (Aviation Katangaise), zoals de Katangese luchtmacht werd genoemd:

Rond het midden van september 1962 zijn een half dozijn T-6′s geland in Kolwezi, het eerste deel van een serie van tien toestellen die besteld werden bij Cogea in Oostende. Normaal bestemd om te dienen als antiguerilla-vliegtuigen, werden ze door de Portugezen aan Katanga geleverd zonder bewapening. Van zodra ze aankwamen in Katanga, werden ze voorzien van mobiele systemen voor bommen van 50 kilo. Samen met de vliegtuigen arriveerde een ploeg van een tiental piloten en een aantal Poolse mechaniciens, die gerecruteerd waren door ‘kolonel’ Jean Zumbach. (2)

Diezelfde Jean Zumbach was eerder ook gesignaleerd op de luchthaven van Deurne. Op 3 mei 1962, de dag waarop er zes Harvards in Deurne zouden landden, arriveerde de ‘kolonel’ aan de stuurknuppel van een klein personentransporttoestel van het type De Havilland Dove. “Dit vliegtuig kwam vier piloten opladen om hen naar Genève te brengen”, wist de politie, “waar ze elk een Harvard moesten gaan halen om het toestel naar Deurne over te vliegen.” Zumbach, die zich ook ‘Colonel Johnny Brown’ liet noemen was een Poolse piloot die tijdens de Tweede Wereldoorlog had gediend in de Britse Royal Air Force. Hij was in 1962 door Tshombe ingehuurd om de Katangese luchtmacht uit te bouwen. (Vijf jaar later, in 1967, deed Zumbach precies hetzelfde voor de opstandige provincie Biafra in Nigeria, GT.)
Stock américain

Pas vele decennia later raakten meer details bekend over Max Buslik. Hij was een Duitser, geboren in 1919 in Leipzig en van beroep horlogemaker. Zijn echtgenote, de française Thérèse Moncarey, was pilote. Beiden hadden op het einde van de Tweede Wereldoorlog vermoedelijk samengewerkt met de OSS, de voorloper van de Amerikaanse geheime dienst CIA. Na de oorlog woonde het echtpaar enkele jaren in New York, waar in 1952 hun zoon Jean-François werd geboren. Het gezin vestigde zich vervolgens in Brussel. Vader Buslik begon er een garage op de Place Verte in Sint-Joost-ten-Node. In 1959 volgde de oprichting van Aviation Benelux, de chartermaatschappij die gevechtsvliegtuigen leverde aan Katanga. Begin jaren zestig opende Max Buslik de Surplus 13, een stock américain waar afgedankte legerspullen werden verkocht, in de Verbiststraat in Sint-Joost-ten-Node.

Toen vader Buslik in de jaren zeventig verlamd raakte als gevolg van een beroerte, werd zoon Jean-François zaakvoerder van Aviation Benelux en van de Surplus 13-winkel. “De Surplus 13 was bijzonder populair bij de klasgenoten van Jean-François uit het plaatselijk atheneum, die er in de zomer vakantiejobs kregen”, schreef Humo. Een van die schoolvriendjes was Madani Bouhouche, “die gefascineerd was door de wereld die voor hem openging bij de familie Buslik: een pakhuis vol met legerrommel, combat boots, dolken, hopen geld, vakanties in Club Med, en geheime agenten die in en uit liepen.” (3)

Buslik, die electronica had gestudeerd aan de ULB en een opleiding als piloot had gekregen bij Abelag Aviaton, fungeerde in de bende van Bouhouche als technicus en klusjesman



Via de Busliks kwam Bouhouche ook in contact met Frank Eaton, een Amerikaanse agent van de DEA die in die tijd op de Amerikaanse ambassade in Brussel werkte en bekend stond als een vertrouwensman van de CIA.

Madani ‘Dany’ Bouhouche, zijn kompaan Robert ‘Bob’ Beijer, Martial Lekeu en een reeks anderen werden later beroemd en berucht. Als gestuurd door een onzichtbare hand gingen ze begin jaren zeventig bij de rijkswacht, eerst bij de drugsectie, later bij de infosectie van de Brusselse BOB. Daar maakten ze niet zozeer jacht op boeven, maar ontpopten ze zichzelf tot criminelen en terroristen. Vaak werden ze als speurders ingezet op misdaden die ze zelf hadden gepleegd of waar ze iets mee te maken hadden, zodat ze ideaal geplaatst waren om het onderzoek in de war te sturen. Ook nadat ze uit de rijkswacht werden gezet, bleven ze onder het mom van privédetective betrokken bij talloze (grotendeels nooit opgeloste) criminele activiteiten, vaak gelinkt met de misdaden van de Bende van Nijvel.
Kaiserslautern

Buslik, die electronica had gestudeerd aan de ULB en een opleiding als piloot had gekregen bij Abelag Aviaton, fungeerde in de bende van Bouhouche als technicus en klusjesman. Hij knutselde bijvoorbeeld het ontstekingsmechanisme van de bom in elkaar waarmee in 1981 een dienstauto van de BOB werd opgeblazen. Hij werd hiervoor een eerste keer aangehouden. Gerald Damseaux, een agent van de Staatsveiligheid die bevriend was met Buslik, had hem geholpen bij het maken van de bom. “Toen de moeder van Buslik me kwam vragen om tussen te komen toen haar zoon opgepakt was, heb ik alles verteld aan mijn oversten”, vertelde Damseaux later. “Ik werd aangeraden niets te zeggen.” (4)

Na drie maanden voorarrest werd Buslik voorwaardelijk vrijgelaten in februari 1982. In oktober van dat jaar volgde de roemruchte overval op de luchthaven van Zaventem, waarbij Sabena-veiligheidsagent Francis Zwarts werd vermoord. De daders waren volgens het parket Bouchouche, Beijer en Buslik. Volgens een Amerikaanse krant reed Buslik meteen na de overval naar de Amerikaanse basis in het Duitse Kaiserlautern, om er als vrijwilliger dienst te nemen in het Amerikaanse leger. “Could there be a better place to hide?”, vroeg de krant zich af. Na een jaar dienst, onder meer in Fort Jackson, het opleidingscentrum van het Amerikaanse leger in Zuid Carolina, kwam hij terug naar België. (5) Buslik zelf beweerde dat hij niet aan de overval kon hebben deelgenomen, omdat hij op dat moment in het Amerikaanse leger zat. (6)

Na een tweede aanhouding, opnieuw voor de bomaanslag in 1981, nam Buslik de benen en vestigde zich in North Palm Beach in Florida.

Na een tweede aanhouding, opnieuw voor de bomaanslag in 1981, nam Buslik de benen en vestigde zich in North Palm Beach in Florida. Hij vond er werk als vlieginstructeur bij Kemper Aviation op de luchthaven van Lanthana. Buslik werd in februari 1995 door het assisenhof van Brabant bij verstek veroordeeld tot de doodstraf voor zijn aandeel in de roofmoord op Zwarts. Maar vreemd genoeg werd hij na dit vonnis niet internationaal geseind en deed het Belgische gerecht geen enkele moeite om zijn uitlevering te vragen. Pas eind 1996 kwam er een internationaal aanhoudingsbevel. Buslik veranderde prompt zijn naam. Hij was ondertussen in Florida getrouwd met Diane Somerville en liet zich voortaan Jean-François Somerville noemen.

Nog eens drie jaar later schoot het gerecht eindelijk in actie, nadat het weekblad Humo het adres van Buslik gewoon op het internet had gevonden. Op een ochtend in april 1999 werd hij op vraag van de Belgische justitie door de Amerikaanse politie opgepakt, toen hij in short en op sandalen uit zijn woning aan het strand stapte. Meer dan een jaar later werd hij door de VS uitgeleverd aan ons land. Zijn proces volgde in oktober 2001, op beschuldiging van roofmoord, heling van gestolen goederen, bomaanslag en beziet van explosieven. Buslik werd vrijgesproken over de hele lijn en mocht van de rechtbankvoorzitter “in alle sereniteit terugkeren naar zijn echtgenote in de VS”.


(1) De informatie over het verkoop van vliegtuigen aan Katanga is gebaseerd op dossier nummer 5743, PK Antwerpen 2001 C, dat wordt bewaard in het Rijksarchief in Beveren.
(2) “L’Aviation Militaire Katangaise, 1960-1963″, Jean-Pierre Sonck & Daniel Despas, périodique trimestriel n° 3/97 des Vieilles Tiges de Belgique.
(3) “Jean-François Buslik, de spin in het web”, Hilde Geens, Humo, oktober 2001.
(4) “Zaak Buslik: getuigenis inspecteur Staatsveiligheid”, Belga, 12 oktober 2001.
(5) “Undercurrents”, Broward New Times, Tom Walsh, 17 juni 1999.
(6) “Buslik, un Américain un peu trop tranquille”, René Haquin, Le Soir, 10 oktober 2001.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Dim 22 Juin 2014 - 18:25


Y a-t-il un lien possible avec Richard Holm ???

Revenir en haut Aller en bas
luanda



Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 05/12/2013

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Lun 23 Juin 2014 - 14:15

en fait tous est la ,depuis bien longtemps
si l enquete n est pas resolut ce n est pas a cause d un manque de savoir
mais plutot un manque de pouvoir
et certain continuent a noyer le poisson

merci herve pour ton travaille qui nous ouvrent les yeux
Que ceux qui ne veulent pas voir (savoir)les garde fermer et reste dans leurs obscurantismes


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Juil 2014 - 20:38


La référence

(2) “L’Aviation Militaire Katangaise, 1960-1963″, Jean-Pierre Sonck & Daniel Despas, périodique trimestriel n° 3/97 des Vieilles Tiges de Belgique.

est sur :

http://www.vieillestiges.be/files/vtb-magazines/3-1997.pdf

Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Juil 2014 - 20:43

.


Dernière édition par alain le Sam 19 Juil 2014 - 16:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Juil 2014 - 22:06


Sur Claudine Fraiture :




President
North Atlantic Consult SA
mai 1978 – Aujourd'hui (36 ans 3 mois)

Assistant to the Vice-Chairman of the Board
Sabena
septembre 1967 – septembre 1978 (11 ans 1 mois)Sabena

Aircraft Performance Engineer
Sabena
1967 – 1972 (5 ans)

Université libre de Bruxelles
Cepac
1973 – 1974

Université de Liège
Aeronautical engineer
1962 – 1967

_ _

http://didier.cardon37.over-blog.com/article-6087841.html

(...)   Une ancienne connaissance de Jacques Monsieur, Claudine Fraiture, polytechnicienne, consultante pour des sociétés américaines et lobbyiste officiellement habi­litée auprès des milieux militaires belges et à l'Otan (2), se souvient des «confidences» de Monsieur. À la fois pas­sionnés d'équitation et intéressés à la chose militaire, ils avaient sympathisé. « Un jour, il m'a raconté qu'il fréquentait le Mossad, et qu'il avait "retourné" un Iranien pour eux », explique celle qui avait loué, au début des années 1990, une partie de ses grands bureaux au trafiquant. Des locaux situés juste en face du quartier général de l'Otan, à Bruxelles. Pour avoir eu le malheur de prêter son fax à Jacques Monsieur en 1994, Claudine Fraiture ne décolère pas d'avoir été convo­quée, questionnée, soupçonnée par les enquêteurs ...  (...)

(2). En Belgique, sa société North Atlantic Consult (NAC) dispose de la licence de vente d'armes.

_ _

Etablie à ETTERBEEK, au 1040 Etterbeek, la société NORTH ATLANTIC CONSULT est active depuis 18 ans. Cette société étrangère immatriculée au registre du commerce a vu le jour le 18 décembre 1995, suite à son enregistrement à Tours, sous l'immatriculation 403 113 251 et cette entreprise est spécialisée dans le secteur d'activité du conseil pour les affaires et autres conseils de gestion. A ce jour, le capital social de la société NORTH ATLANTIC CONSULT est de 884 204,30 euros.

Mme Claudine FRAITURE, née en 1944, en tant que représentant en france d'une société étrangère, est dirigeante de l'entreprise NORTH ATLANTIC CONSULT.

_ _

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/cargos-de-nuit-vague-2-39363

(...)  En la personne de Claudine Fraiture, la gérante du cabinet North Atlantic Consult. Une dame aujourd’hui représentante exclusive des lunettes de visée nocturne ITT, denrée très prisée en ce moment par tout le monde militaire  (...)

Jacques Monsieur est un cas d’espèce atypique dans le monde des marchands d’armes : c’est un juriste de formation mais aussi un officier de réserve de l’armée belge qui fit plusieurs missions en son temps pour le Service général de renseignement (SGR, ex-SGDRA) de l’armée belge. On comprend pourquoi dans ce cas on a autant hésité en Belgique à l’arrêter une fois sa ou ses contrebande(s) découverte(s). Le journal de Morgen révéla en effet le 23 août 1989 qu’il fournissait des armes dans le cadre de l’Irangate, en réussissant même à vendre 600 missiles US Tow à Téhéran... il n’avait en fait qu’un boulevard à traverser pour se rendre au siège de l’Otan, où il avait toujours eu ses entrées.

_ _

http://archives.lesoir.be/tueurs-en-serie_t-19930703-Z06YWG.html

(...)   interpellation de Patrick Dewael, le chef de groupe du VLD. Ce dernier interrogeait le Premier ministre à propos d'une note datant du 24 novembre 1988 dans laquelle Benoît Remiche, alors chef de cabinet-adjoint du ministre de la Justice, Melchior Wathelet, soulignait notamment: il semble que l'ombre de Claudine Fraiture et d'une certaine mafia socialiste plane sur ce dossier dans l'attribution du marché à la firme Agusta.   (...)

_ _

( ... ) le juge Gérard Canolle a mis en examen, en octobre 2000, la ressortissante belge Claudine Fraiture (gérante du cabinet North Atlantic Consult), l'homme d'affaires français François Lasnosky (alias Jean-Bernard Lasnaud), et Patrice Bourges (fils d'Yvon Bourges, ancien ministre gaulliste de la Défense et proche du très opusien archiduc Otto de Habsbourg). Les éléments de l'enquête font apparaître un trafic organisé avec l'assentiment de la France et des États-Unis. Des armes produites par la firme d'État iranienne Modelex auraient été acheminées clandestinement vers des pays sous embargo, voire aux différents protagonistes d'un même conflit. Le réseau aurait notamment vendu des armes en Bosnie-Herzégovine, au Qatar, en Afrique du Sud et au Congo-Brazzaville, au Vénézuela, en Côte d'Ivoire et en Angola. Cette instruction française s'ajoute aux huit affaires pénales impliquant Jacques Monsieur qui ont été instruites en Belgique.

_ _

http://www.bendevannijvel.com/forum/viewtopic.php?id=1170&p=2

(...)   een andere interessante link is die tussen Bull en Claudine Fraiture (ex-Sabena, die ook Deferm kende) die getrouwd was met Alain Blume (Kol. Vlieger) van SDRA. Zie Pere UBU van 22 januari 2004.  'LE SWAR et sa mémoire à éclipses'. Zie ook forum 'annéesdeplomb'.

_ _

http://fr.wikipedia.org/wiki/Isabelle_Blume

Isabelle Blume, née Grégoire, est une femme politique belge, née à Baudour, dans le Borinage, le 22 mai 1892 et décédée le 12 mars 1975. Elle est une figure du féminisme belge et de la lutte contre le fascisme. (...)

Elle est la mère de Jean Blume. Ses autres enfants furent Edith Goldschlager et Alain Blume, colonel dans l'armée de l'air belge. Elle est aussi la grand-mère d'Alain Goldschlager.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Blume

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Goldschlager

_ _

http://www.belgian-wings.be/Webpages/Navigator/Photos/MilltaryPics/post_ww2/Gloster%20Meteor%20F.8/Gloster%20Meteor%20F.8%20demo-team.html





_ _

Et sur les socquettes rouges :

http://anneesdeplomb.topdiscussion.com/t1520-general-guy-sokay-les-socquettes-rouges

ainsi que

VDB Un Citoyen Au-Dessus De Tout Soupcon
Par Jan Willems





Extrait du schéma de Michel Libert :




Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Dim 13 Juil 2014 - 11:37

.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Ven 8 Aoû 2014 - 11:39



Les Années noires vous intéressent ?

Gérald Damseaux












(...)





Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Ven 8 Aoû 2014 - 12:28

@ HERVE,
Je fais partie de ceux qui apprécient ton travail mais je me demande s'il est bien correct de faire paraître des pages d'un livre qui vient à peine de paraître et dont la plupart d'entre nous n'on pas encore lu la moindre ligne.
Si tu as demandé l'autorisation à l'auteur et qu'il te l'a accordée, pas de problème mais si ce n'est pas le cas, je trouverai ce procédé incorrect.
Je vais bientôt recevoir l'exemplaire commandé et cela me gêne de voir déjà des extraits sur un forum car je pense qu'il faut reconnaître la propriété intellectuelle d'un auteur.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7024
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Ven 8 Aoû 2014 - 13:04

Une partie de ces pages sont lisibles chez l'éditeur je crois.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Ven 8 Aoû 2014 - 13:17


Bien entendu !

Cela vient du site internet de l'éditeur qui utilise quelque chose ressemblant très fort à Google Books. Ce que j'ai posté est tout-à-fait public.

J'ai par ailleurs commandé le livre mais je ne l'ai pas encore reçu.

A vrai dire mon intérêt pour ce livre ne venait pas de ces (intéressants) passages sur Buslik et sur "Joe" Kemper ... mais "on" m'a dit qu'il était question de l'ambassadeur des USA en Belgique...

Cela n'est pas dans la partie accessible sur internet. Acheter le livre est donc tout-à-fait justifié.



Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Ven 8 Aoû 2014 - 13:49

Au temps pour moi dans ce cas, je présente mes excuses à HERVE, j'ignorais la présence de pages sur le site de l'éditeur.
Revenir en haut Aller en bas
luanda



Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 05/12/2013

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Ven 8 Aoû 2014 - 18:06


affaire zwarts 80 millions en or et diamant avion zurich
+valise diplo avion moscou

Combien une pièce d'or 1978 Krugerrand 1 once vaut?
1600 €

La Krugerrand est une monnaie d’or de la République d'Afrique du Sud


---------


Gérald Damseaux, qui dit avoir été empoisonné par les multiples convocations reçues et par la parution de son nom dans la presse. Tout ça lui valut un blâme non mérité. En 1981, Buslik me disait qu'il partait comme pilote en Afrique

.
Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego



Nombre de messages : 1141
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Ven 8 Aoû 2014 - 18:31

.


Dernière édition par Et In Arcadia Ego le Sam 16 Aoû 2014 - 18:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Ven 15 Aoû 2014 - 16:01




http://www.apache.be/2014/05/06/vader-en-zoon-buslik-van-katanga-naar-de-bende-van-nijvel/

Vader en zoon Buslik: van Katanga naar de Bende van Nijvel

Van vader Max Buslik naar zoon Jean-François Buslik loopt, gespreid over een periode van twintig jaar, een rechte lijn. De vader organiseerde begin jaren zestig een trafiek van gevechtsvliegtuigen naar Katanga, wellicht in opdracht van de CIA, zo ontdekte Apache.be. De zoon was in de jaren tachtig actief in de bende van Bouhouche en Beijer, mogelijk eveneens in opdracht van de Amerikaanse geheime dienst.

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 16 Aoû 2014 - 6:28



http://ships.findthebest.com/l/330018/Seatern-in-North-Palm-Beach-Florida

Seatern

Registered Owner : Jean-francois Buslik-somerville

Owner/Organization Address North Palm Beach, Florida 33408 United States

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 16 Aoû 2014 - 6:32


http://raymarine.ning.com/forum/topics/gyroplus-ii-2-with-t300-course-computer-autopilot?commentId=6492755%3AComment%3A42675&xg_source=activity

Gyroplus II 2 with T300 Course Computer / Autopilot

   Posted by Jean-Francois Somerville on September 22, 2012 at 11:32am in Autopilots

Is there any documentation beside document #81198-1 Pathfinder Smart Heading System available on interfacing, installing, connecting, configuring and using a Gyroplus 2 and a T300 Course Computer?

81198-1 Pathfinder Smart Heading System has only one page on this.

Thank you

_ _ _

http://raymarine.ning.com/forum/topics/seatalk-ng-vs-nmea-2000-bus-cabling?commentId=6492755%3AComment%3A42178

Seatalk NG vs. NMEA 2000 bus/cabling

Posted by Jean-Francois Somerville on September 24, 2012 at 10:28am in Instruments
View Discussions

As I understand, Seatalk NG and NMEA 2000 are compatible.

Are there any advantages and/or limitations/problems in installing (cabling) a NMEA 2000 network to support Seatalk NG instruments?

Can a Seatalk 1 - Seatalk NG bridge be installed in the NMEA 2K network?

JF - S/V Seatern

(...)

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Aujourd'hui à 23:02

Revenir en haut Aller en bas
 
Buslik Jean-François
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Saint Jean François Régis
» FLAMAND (Jean-François) Baron - Maréchal de camp
» Tristes Afriques d'Isabelle et Jean-François Lagrot
» Jean-François LE GONIDEC
» RÉMY (Jean-François) - Capitaine - 24è de ligne -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Autres-
Sauter vers: