les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Buslik Jean-François

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Ven 11 Déc 2009 - 14:26

correction:

11 septembre 1981 :Roberto Calstaldo(=Bo) loue le boxe 179 rue du Beau site

7
Octobre 1981 Toyota volée

11 octobre 1981 Attentat à la bombe contre voiture BSR

(BSR l’adjudant de la BSR Guy Goffinon n'etait pas de service par hasard et a recuperé cet attentat:c'est lui qui etait visé....
Il faut relire les actes du proces et la on voit clairement que Beijer et Goffinon ont encore des comptes à règler il me semble.)


25-26 octobre 1981

Tentative d’assassinat de Herman Vernaillen, le collègue de Goffinon


....

7 novembre 1987 :Goffinon visite Bey. en Tole avant de faire perquisition du 179 Beau site .Beyer gagne diu temps parce que le box est vidé pendant la nuit...

Toyota retrouvée avec plaques CLF 136= numero x ,fabriqués sur presses d'après 1985!!! de AUTAC qui se situait chaussée de Louvain pas loin du Pl.Meiser.
et du rue Chomé.....


Dernière édition par K le Ven 11 Déc 2009 - 15:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Ven 11 Déc 2009 - 14:38

minus a écrit:

Je ne pourrais vous apporter d'autres précisions à ce sujet, si ce n'est qu'il s'agissait, d'après Beijer, d'explosifs civils dérobés dans des carrières, le tout étant contenu dans une boite à lessive ronde. Cette boîte était pleine, ce qui vous donne une idée du poids. A vérifier.
La charge qui composait la "bombe" était constituée de:
1- granulés roses
2- de cordons détonants
3- de détonateur électrique.
4- système de mise à feu, style récepteur radio.

Si mes souvenirs sont bons ce genre de boite de lessive était appelé tambour ou baril et contenait 5 kg du produit. Pour la description que vous donnez on pourrait déduire que l'engin était composé de:

- aprox 5 kg d'un explosif ternaire type ANFO (j'envoie une photo à l'admin car je ne peux pas la poster en ce moment) qui se renforce généralement par de la poudre d'aluminium (ALANFO), ce qui ne semble pas avoir été le cas, heureusement.
- un noyau d'explosif secondaire composé de cordon détonant
- un détonateur primaire initiant la chaine

Il est probable que le gendarme, en tirant de l'antenne, a séparé le noyau de la charge ce qui a cassé la chaine et provoqué la détonation du noyau et de seulement celui-ci lors de la mise à feu.
Dans le cas d'une explosion complète dans la rue, il y aurait certainement eu des morts entre les occupants de la voiture et/ou des possibles passants.
On peut donc penser, sans beaucoup de risques de se tromper, que même si Beijer affirme qu'aucune cible humaine n'était particulièrement visée, il n'y a pas eu non plus de soins pris pour éviter les victimes sinon tout le contraire. Ces cibles le seraient donc seulement pour leur appartenance à la gendarmerie sans aucun soin non plus pour éviter des victimes civiles.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Ven 11 Déc 2009 - 15:06

.


Dernière édition par K le Sam 16 Aoû 2014 - 13:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jc1243401



Nombre de messages : 1094
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Ven 11 Déc 2009 - 15:26

Anonymou= BR alias Beijer - 8 Avr 2007 a écrit:
La permanence BSR était toujours composée de trois hommes de sections différentes, en principe (suivant les disponibilités du moment), un “stup”, un “hold-up” et un “info”. Les rôles des permanences étaient effectivement établis à l’avance et affichés au CTR.
Dans la première permanence, il y avait bien Daniel Cirlande. Au moment de monter dans le véhicule, il aurait aperçu un fil électrique dépassant par le dessous du coffre arrière. Il aurait tiré dessus en se demandant ce que cela pouvait bien être. Mais il n’a pas ouvert le coffre. On pense que par cette action, il a probablement endommagé partiellement le mécanisme de la bombe, si non, les dégâts auraient pu être considérables. Outre les trois gendarmes tués, une importante partie de l’environnement autour de la bombe aurait été détruite.
voir ici
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7025
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Ven 11 Déc 2009 - 16:24

Voici la photo des explosifs fournie par Jacques B.


_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
a h



Nombre de messages : 187
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Déc 2009 - 5:07

romain gary a écrit:
@ minus:

merci pour vos réponses... d'une certaine manière.

Elles me font penser à cet adage: "qui ménage sa monture ira loin".

Encore que à l'heure où nous parlons Mr Beijer ne doit plus trop avoir de raison de ménager sa monture et d'en garder sous la pédale pour reprendre une autre métaphore...

J'aimerais bien lui dire: "Vas-y mon gars, lâche-toi... envoie toute la gomme" (et ceci sans familiarité excessive) mais j'imagine que la satisfaction immédiate faisant suite à la prise de connaissance des mobiles ferait sans doute place à une forme de frustration ultérieure...

Hum... hum...

Je suis tombé sur le site flamand sur une photo de Mr Beijer, sans doute prise au procès, le montrant sous un aspect passablement fatigué, usé.... La photo était taguée ainsi: "Hij had de brains, Bouhouche het lef en de wapens." (y'a pas qu'ici qu'on fait des fautes d'orthographe)

vous dites plus haut concernant les armes de l'ESI: le mobile on l'a sous les yeux...
... les armes n'auraient jamais du réapparaître... le vol chez Mendez, c'était pour récupérer une arme de l'ESI

en filigrane: Mendez et??? étaient impliqués dans le vol de l'ESI?
vous semblez savoir qui est allé rechercher cette arme chez Mendez...
Mendez: directement impliqué ou recel? Il n'aurait pas résisté à la tentation de garder une arme rare par passion?

Cette affaire de l'ESI, elle n'a rien avoir avec les tueries?
Etonnant quand on sait que Mendez a paniqué -alors qu'il était en tournée en Amérique du Sud- quand il apprit qu'une nouvelle tuerie avait eu lieu et avec quel type d'arme...
Deux hypothèses: soit le vol n'a rien à voir avec la dernière tuerie et dans ce cas, il a pu paniqué parce qu'il aurait vendu une arme avant le vol à qqu'un qui était un tueur ou proche,

soit le vol de ses armes a permis directement de commettre la tuerie.

Dans ces deux hypothèses, son comportement peut s'expliquer...

Dernière chose: quand vous dites que la citation de K est fausse, vous voulez dire par là que ce n'est pas Goffinon qui était visé, je suppose?
Non, il veut dire par là que c'est une tentative d'attentat sans preuve que Goffinon est visé
Revenir en haut Aller en bas
minus



Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Déc 2009 - 6:22

romain gary a écrit:
@ minus:
................
J'aimerais bien lui dire: "Vas-y mon gars, lâche-toi... envoie toute la gomme"..........
Cela risque de ne pas sentir bon, hihi
...............
le vol chez Mendez, c'était pour récupérer une arme de l'ESI....
Cela, c'est une hypothèse de la part de Beijer, pas une affirmation. Beijer fera cette hypothèse quand il apprendra par le dossier qu'il s'agissait d'une arme de l'ESI (encore que les experts ne sont pas tous d'accord). Jusque là, Bouhouche prétendait que Mendez détenait cette arme, une HK type Gd, pour l'avoir reçue en cadeau d'un général péruvien avec qui il était en affaire pour compte de la FN

en filigrane: Mendez et??? étaient impliqués dans le vol de l'ESI?
Beijer n'a jamais dit cela et de ce que j'ai compris de son explication, Mendez est étranger à ce vol. Il ne fait aucun doute que si l'arme HK de Mendez est bien une arme provenant de l'ESI, elle n'a pu aboutir chez lui que par le canal de Bouhouche, soit pour un cadeau, soit pour un marchandage. Après tout, ces deux hommes étaient très liés.
vous semblez savoir qui est allé rechercher cette arme chez Mendez...
Mendez: directement impliqué ou recel? Il n'aurait pas résisté à la tentation de garder une arme rare par passion?
Si Mendez, connaisseur en arme, a bien reçu cette arme de Bouhouche, nul doute qu'il devait se douter ou comprendre l'origine de cette arme. Donc, oui sans doute pour le recel. Quand au reste, la passion, comme vous le dites, justifie certainement son attitude.
Cette affaire de l'ESI, elle n'a rien avoir avec les tueries?
D'après Beijer, non!
Etonnant quand on sait que Mendez a paniqué -alors qu'il était en tournée en Amérique du Sud- quand il apprit qu'une nouvelle tuerie avait eu lieu et avec quel type d'arme...
Deux hypothèses: soit le vol n'a rien à voir avec la dernière tuerie et dans ce cas, il a pu paniqué parce qu'il aurait vendu une arme avant le vol à qqu'un qui était un tueur ou proche,
soit le vol de ses armes a permis directement de commettre la tuerie.
Dans ces deux hypothèses, son comportement peut s'expliquer...
Je vous propose une troisième hypothèse.
Il faut d'abord se rappeler l'ambiance de l'époque. Il faut l'avoir vécu pour cela. Il y avait un sentiment généralisé de peur et finalement, tout le monde soupçonnait tout le monde, surtout peut-être et c'est normal, dans le milieu des armes ou des amateurs d'armes. Mendez connaît et a vécu cette ambiance. Dans ce cadre, il est aussi victime d'un vol et pas de n'importe quel vol. Et ce vol l'affecte réellement. Puis, il part en mission en amérique du sud, car il doit bien travailler aussi. Il entend qu'il est a eu une nouvelle tuerie importante et il se demande si ses armes n'auraient pas servi.

N'est pas une interrogation légitime de toute personne qui se serait trouvé dans la même situation?
C'est peut-être aussi simple que cela.

Pour ce qui est de la mort de Mendez, on ne peut que formuler des hypothèses.
Beijer a son avis sur le sujet mais ne souhaite pas l'exprimer sur le forum, car ce n'est qu'une hypothèse.
Beijer affirme en effet qu'il ne connaît pas le mobile de la mort de Mendez. Par contre, il est quasi certains de l'identité des voleurs.
Alors, la mort de Mendez est-elle liée aux TBW, au vol commis quelques mois plutôt chez lui, à son métier d'ingénieur a la FN ou encore est-ce une revanche de Stowell qu'il avait fait tomber à la frontière française avec 4 GP et sa ferrari?
On ne peut que formuler des hypothèses.


Dernière chose: quand vous dites que la citation de K est fausse, vous voulez dire par là que ce n'est pas Goffinon qui était visé, je suppose?
Vous supposez très bien
Réponse en bleu dans votre texte.
Revenir en haut Aller en bas
minus



Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Déc 2009 - 6:42

Jacques B. a écrit:
minus a écrit:

Je ne pourrais vous apporter d'autres précisions à ce sujet, si ce n'est qu'il s'agissait, d'après Beijer, d'explosifs civils dérobés dans des carrières, le tout étant contenu dans une boite à lessive ronde. Cette boîte était pleine, ce qui vous donne une idée du poids. A vérifier.
La charge qui composait la "bombe" était constituée de:
1- granulés roses
2- de cordons détonants
3- de détonateur électrique.
4- système de mise à feu, style récepteur radio.
Si mes souvenirs sont bons ce genre de boite de lessive était appelé tambour ou baril et contenait 5 kg du produit. Pour la description que vous donnez on pourrait déduire que l'engin était composé de:

- aprox 5 kg d'un explosif ternaire type ANFO (j'envoie une photo à l'admin car je ne peux pas la poster en ce moment) qui se renforce généralement par de la poudre d'aluminium (ALANFO), ce qui ne semble pas avoir été le cas, heureusement.
- un noyau d'explosif secondaire composé de cordon détonant
- un détonateur primaire initiant la chaine

Il est probable que le gendarme, en tirant de l'antenne, a séparé le noyau de la charge ce qui a cassé la chaine et provoqué la détonation du noyau et de seulement celui-ci lors de la mise à feu.
Dans le cas d'une explosion complète dans la rue, il y aurait certainement eu des morts entre les occupants de la voiture et/ou des possibles passants.
On peut donc penser, sans beaucoup de risques de se tromper, que même si Beijer affirme qu'aucune cible humaine n'était particulièrement visée, il n'y a pas eu non plus de soins pris pour éviter les victimes sinon tout le contraire. Ces cibles le seraient donc seulement pour leur appartenance à la gendarmerie sans aucun soin non plus pour éviter des victimes civiles.
Sorry pour le défaut de mémoire, mais à la relecture, je crois qu'il y avait aussi une espèce de pâte grise métallisée et explosive en petite quantité. C'est dans cette pâte que devait se trouver planter le détonateur. Cette pâte était elle-même entourée du cordon détonnant et le tout était noyé dans l'explosif rose qui ressemble assez bien à celui de la photo. Il y avait aussi des billes et clous divers.
Il est plus que certain que l'intervention du Gd Cirlande, est une intervention miraculeuse qui a sauvé pas mal de monde.
Revenir en haut Aller en bas
swansongunsung



Nombre de messages : 377
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Déc 2009 - 8:33

Citation :
Buslik est juif, Bouhouche est juif, Mendez est juif
Est-ce que c'est vrai pour Bouhouche et Mendez? (j'étais au courant pour Buslik). Ca m'intéresse tres fort si tous les trois sont juifs. Rien a voir avec une quelconque haine.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Mendes&co   Sam 12 Déc 2009 - 11:32

.


Dernière édition par K le Sam 16 Aoû 2014 - 13:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7025
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Déc 2009 - 12:02

Dans l’acte d’accusation Bouhouche-Beijer, il est décrit avec précision les objets retrouvés dans le coffre et qui ont servi à la fabrication de la bombe :
- Une batterie de 24 piles de 1,5 volt couplées en série et en parallèle.
- Un poste récepteur Daiwa search 9
- Un décodeur de tonalité travaillant sur la fréquence de 100 Mhz
- Un détonateur constitué d’un tube en aluminium rempli de poudre noire
- Les débris d’un tonneau de poudre à lessiver
- De la poudre rose granulée
- Des écrous hexagonaux
- Des morceaux de fils électriques
- Des fils de nylon (servant d’antenne au récepteur)

L’expert démontrera que la charge utilisée était assez forte pour faire sauter le véhicule et causer la mort des occupants.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
jc1243401



Nombre de messages : 1094
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Déc 2009 - 12:38

Manifestement, le mobile que dit connaîre Beijer n'était pas l'élimination d'une seule personne mais de faire bien plus de dégâts et le mobile ( Lequel ? ) aurait donc été d'une toute autre nature.

A moins que - nous n'en serions pas à la première piste digressive - de dissimuler l'élimination d'une personne bien précise ( Laquelle ? ) en laissant croire à un attentat au mobile plus large.

Je penche néanmoins pour la première hyothèse ( pure intuition )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Déc 2009 - 15:55

minus a écrit:
Jacques B. a écrit:
minus a écrit:

Je ne pourrais vous apporter d'autres précisions à ce sujet, si ce n'est qu'il s'agissait, d'après Beijer, d'explosifs civils dérobés dans des carrières, le tout étant contenu dans une boite à lessive ronde. Cette boîte était pleine, ce qui vous donne une idée du poids. A vérifier.
La charge qui composait la "bombe" était constituée de:
1- granulés roses
2- de cordons détonants
3- de détonateur électrique.
4- système de mise à feu, style récepteur radio.
Si mes souvenirs sont bons ce genre de boite de lessive était appelé tambour ou baril et contenait 5 kg du produit. Pour la description que vous donnez on pourrait déduire que l'engin était composé de:

- aprox 5 kg d'un explosif ternaire type ANFO (j'envoie une photo à l'admin car je ne peux pas la poster en ce moment) qui se renforce généralement par de la poudre d'aluminium (ALANFO), ce qui ne semble pas avoir été le cas, heureusement.
- un noyau d'explosif secondaire composé de cordon détonant
- un détonateur primaire initiant la chaine

Il est probable que le gendarme, en tirant de l'antenne, a séparé le noyau de la charge ce qui a cassé la chaine et provoqué la détonation du noyau et de seulement celui-ci lors de la mise à feu.
Dans le cas d'une explosion complète dans la rue, il y aurait certainement eu des morts entre les occupants de la voiture et/ou des possibles passants.
On peut donc penser, sans beaucoup de risques de se tromper, que même si Beijer affirme qu'aucune cible humaine n'était particulièrement visée, il n'y a pas eu non plus de soins pris pour éviter les victimes sinon tout le contraire. Ces cibles le seraient donc seulement pour leur appartenance à la gendarmerie sans aucun soin non plus pour éviter des victimes civiles.
Sorry pour le défaut de mémoire, mais à la relecture, je crois qu'il y avait aussi une espèce de pâte grise métallisée et explosive en petite quantité. C'est dans cette pâte que devait se trouver planter le détonateur. Cette pâte était elle-même entourée du cordon détonnant et le tout était noyé dans l'explosif rose qui ressemble assez bien à celui de la photo. Il y avait aussi des billes et clous divers.
Il est plus que certain que l'intervention du Gd Cirlande, est une intervention miraculeuse qui a sauvé pas mal de monde.

Ça complique, car cet explosif est surement de type plastique et d'usage militaire, C-4 ou Semtex (comme ça y en a pour tout le monde) et ça ne se trouve pas dans les carrières. Son rôle dans le dispositif est le même que le cordon détonant: servir d'explosif secondaire pour initier le ternaire.
Les billes et les clous: Là c'est la signature pour penser à un mobile: le carnage. C'est l'engin typique du terroriste qui cherche plus l'impact psychologique que viser une cible précise. Je crois que Beijer a raison. Cet engin était destiné à produire un carnage.
Et le lieu de l'explosion? Pourrait-on en parler un peu? Affluence à l'heure prévue de l'attentat, passants, type d'habitation autour, etc...
Je crois qu'on peut dire que la cible n'était personne en particulier (à titre individuel je veux dire), à moins de mettre une hypothèse de cadavre exquis de plus. Un engin beaucoup plus petit sous un siège aurait largement suffit et aurait été beaucoup plus facile à poser puis télécommander. Ou un tireur comme pour Vernaillen.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Déc 2009 - 15:57

swansongunsung a écrit:
Citation :
Buslik est juif, Bouhouche est juif, Mendez est juif
Est-ce que c'est vrai pour Bouhouche et Mendez? (j'étais au courant pour Buslik). Ca m'intéresse tres fort si tous les trois sont juifs. Rien a voir avec une quelconque haine.

La mention tuer des goys c'est quoi alors, sinon de la haine et de la stupidité? Car la citation que vous faîtes est incomplète. Il faut assumer ce qu'on dit et ce qu'on cite aussi.

Signé un goy (pour le cas où...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Déc 2009 - 17:53

michel a écrit:

- Un détonateur constitué d’un tube en aluminium rempli de poudre noire

Ça c'est très très bizarre. Après une détonation (même partielle de l'engin) ce que l'on a le moins de chance de retrouver est le détonateur et son contenu. Peut-être le culot du détonateur, mais le cylindre et son contenu, jamais. De plus la poudre déflagre mais ne détone pas et est donc complètement inadéquate pour initier une détonation.
Revenir en haut Aller en bas
minus



Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Déc 2009 - 19:01

Jacques B. a écrit:
...Ça complique, car cet explosif est surement de type plastique et d'usage militaire, C-4 ou Semtex (comme ça y en a pour tout le monde) et ça ne se trouve pas dans les carrières. Son rôle dans le dispositif est le même que le cordon détonant: servir d'explosif secondaire pour initier le ternaire.
Les billes et les clous: Là c'est la signature pour penser à un mobile: le carnage. C'est l'engin typique du terroriste qui cherche plus l'impact psychologique que viser une cible précise. Je crois que Beijer a raison. Cet engin était destiné à produire un carnage.
Et le lieu de l'explosion? Pourrait-on en parler un peu? Affluence à l'heure prévue de l'attentat, passants, type d'habitation autour, etc...
Je crois qu'on peut dire que la cible n'était personne en particulier (à titre individuel je veux dire), à moins de mettre une hypothèse de cadavre exquis de plus. Un engin beaucoup plus petit sous un siège aurait largement suffit et aurait été beaucoup plus facile à poser puis télécommander. Ou un tireur comme pour Vernaillen.
Apparemment, vous auriez dû être recruté pour ce travail, me dit Beijer. Vous semblez vous y connaître, en tout cas plus que lui qui reconnaît ne pas être intervenu dans la fabrication de la bombe.
Mais il certifie qu'il n'y a aucune matière militaire ou d’origine militaire qui entre en ligne de compte. Tous les produits, sans exception, proviennent du domaine civil et plus spécifiquement des carrières.
Cette matière grisâtre dont on parle était contenue dans une espèce de long boudin d'environ 6 à 8 cm de diamètre et long peut-être d'un mètre. Cela vous dit quelque chose?
Pour le lieu et l'heure, référez-vous aux PV de constatation. En tout cas, c'était le soir dans la rue de Louvain, près des Comptes Chèques et tout le quartier était constitué de bureaux. Donc, peu de chance de faire des victimes civiles, quoi qu'il y ait toujours un quidam ou l'autre qui aurait pu traîner par là. On peut donc dire que l'essentiel des victimes aurait été des gendarmes et j'ai envie de dire "des gens en armes" au cas où cet engin aurait fonctionné convenablement.
Cela dit, Beijer explique que le but a été atteint au même titre que si cela avait vraiment explosé.
Revenir en haut Aller en bas
jc1243401



Nombre de messages : 1094
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Déc 2009 - 19:34

minus a écrit:
On peut donc dire que l'essentiel des victimes aurait été des gendarmes et j'ai envie de dire "des gens en armes" au cas où cet engin aurait fonctionné convenablement.
Parmi lesquels ceux ci , cités ci-dessous ?

Anonymou = BR a écrit:
Ensuite le véhicule a été repris par une autre équipe dans laquelle se trouvait effectivement le Vangansberg que vous citez, ainsi que F. Achten et un certain Feyarts. (mais pour ce dernier, je suis moins sur!). Achten était un ancien du BND du Cdt Francois qui avait passé à la BSR Stup, après la dissolution du BND. Il travaillait même dans ma section, c’est-à-dire dans la section “trafic asiatique”.
minus a écrit:
Cela dit, Beijer explique que le but a été atteint au même titre que si cela avait vraiment explosé.
Là, vous m'étonnez !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Déc 2009 - 19:58

minus a écrit:
Apparemment, vous auriez dû être recruté pour ce travail, me dit Beijer. Vous semblez vous y connaître, en tout cas plus que lui qui reconnaît ne pas être intervenu dans la fabrication de la bombe.
Non merci. De plus dites-lui de faire attention aux blagues de ce genre. Ce n'est vraiment pas le bon endroit ici.
minus a écrit:

Mais il certifie qu'il n'y a aucune matière militaire ou d’origine militaire qui entre en ligne de compte. Tous les produits, sans exception, proviennent du domaine civil et plus spécifiquement des carrières.
Cette matière grisâtre dont on parle était contenue dans une espèce de long boudin d'environ 6 à 8 cm de diamètre et long peut-être d'un mètre. Cela vous dit quelque chose?
C'est vrai que j'ai opiné un peu vite car la frontière entre la démolition militaire et civile est ténue et vous n'aviez pas parlé de boudin, Mais voyez comme les choses peuvent s'interpréter dans des sens souvent opposés. Le boudin explosif est utilisé par exemple contre les mines et projeté par un char entre autres utilisations. Dans le civil il peut être utilisé pour couper des poutres. Donc on reste dans la spéculation. De toute manière l'utilisation d'ANFO qui n'est pas un explosif militaire, donne le ton. Je peux croire Beijer quand il dit qu'il n'y a rien de militaire là-dedans. Mais on peut rester attentif pour si un autre élément dans le sens contraire est apporté.
minus a écrit:

Pour le lieu et l'heure, référez-vous aux PV de constatation. En tout cas, c'était le soir dans la rue de Louvain, près des Comptes Chèques et tout le quartier était constitué de bureaux. Donc, peu de chance de faire des victimes civiles, quoi qu'il y ait toujours un quidam ou l'autre qui aurait pu traîner par là. On peut donc dire que l'essentiel des victimes aurait été des gendarmes et j'ai envie de dire "des gens en armes" au cas où cet engin aurait fonctionné convenablement.
Donc l'objectif était un corps armé, mais sans beaucoup de préoccupations pour que des civils
n'en fassent pas les frais aussi, non?
minus a écrit:

Cela dit, Beijer explique que le but a été atteint au même titre que si cela avait vraiment explosé.
Là je suis d'accord. Il suffit que tout le monde imagine ce qui aurait pu se passer pour que la terreur s'installe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Sam 12 Déc 2009 - 20:16

Ah j'oubliais. Et pourquoi n'ont-ils pas utilisé le boudin entier? Y avait-il d'autres utilisation prévues pour plus tard?
Revenir en haut Aller en bas
minus



Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Dim 13 Déc 2009 - 4:02

jc1243401 a écrit:
... Là, vous m'étonnez !
Je m'étonne et je m'émerveille tous les jours de tas de choses.
Ce qui me prouve que j'ai encore beaucoup de choses à apprendre et cela entretient la jeunesse.
Revenir en haut Aller en bas
minus



Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Dim 13 Déc 2009 - 4:17

Jacques B. a écrit:
..... De plus dites-lui de faire attention aux blagues de ce genre. Ce n'est vraiment pas le bon endroit ici.
Si on ne peut plus prendre les choses en rigolant et avec détachement, il ne lui restera plus que les yeux pour pleurer.
Donc l'objectif était un corps armé, mais sans beaucoup de préoccupations pour que des civils
n'en fassent pas les frais aussi, non?
N'est-ce pas ce que vous amis américains justifient en permanence en parlant de dommages collatéraux ou de "guerres justifiées" pour citer le dernier prix Nobel Obama
minus a écrit:
Cela dit, Beijer explique que le but a été atteint au même titre que si cela avait vraiment explosé.
Là je suis d'accord. Il suffit que tout le monde imagine ce qui aurait pu se passer pour que la terreur s'installe.
C'est correct mais Beijer explique que le mobile va bien au-delà de çà
Réponse en bleu dans votre texte
Revenir en haut Aller en bas
minus



Nombre de messages : 356
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Dim 13 Déc 2009 - 4:32

Jacques B. a écrit:
Ah j'oubliais. Et pourquoi n'ont-ils pas utilisé le boudin entier? Y avait-il d'autres utilisation prévues pour plus tard?
Pas d'autre utilisation prévue, selon Beijer.
Il ignore le pourquoi.
Peut-être que la boite de lessive n'était pas assez grande ou peut-être que le préparateur n'était pas assez pro...
Dans la cache de Sart-Dame-Ville, il me semble que de l'explosif (en très mauvais état) a aussi été trouvé mais pas le même. Je pense qu'il doit s'agir de bâton de dynamite.
D'après Beijer, "ils" ont préféré s'attaquer à des carrières civiles plutôt qu'à des dépôts militaires. "Ils" étaient partisans du profil bas et de prudence dans les préparations et les opérations. Si vous observez leur façon de travailler (encore faut-il savoir ce qu'ils ont fait ou pas), vous ne pouvez pas manquer de remarquer qu'on ne peut les confondre avec d'autres "bandes"... "Ils" avaient un style bien à eux, si l'on peut dire.
Je suppose que la "profileuse" et les enquêteurs objectifs (car il y en a qui ne le sont pas) n'auront pas manquer de remarquer cela.
Revenir en haut Aller en bas
jc1243401



Nombre de messages : 1094
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Dim 13 Déc 2009 - 12:22

minus a écrit:
Jacques B. a écrit:
..... De plus dites-lui de faire attention aux blagues de ce genre. Ce n'est vraiment pas le bon endroit ici.
Si on ne peut plus prendre les choses en rigolant et avec détachement, il ne lui restera plus que les yeux pour pleurer.
Donc l'objectif était un corps armé, mais sans beaucoup de préoccupations pour que des civils
n'en fassent pas les frais aussi, non?
N'est-ce pas ce que vous amis américains justifient en permanence en parlant de dommages collatéraux ou de "guerres justifiées" pour citer le dernier prix Nobel Obama
minus a écrit:
Cela dit, Beijer explique que le but a été atteint au même titre que si cela avait vraiment explosé.
Là je suis d'accord. Il suffit que tout le monde imagine ce qui aurait pu se passer pour que la terreur s'installe.
C'est correct mais Beijer explique que le mobile va bien au-delà de çà
Réponse en bleu dans votre texte
C'est là que je dis que vous m'étonnez, minus. Comment un attentat raté ( oui raté, puisque le brave Cirlande avec ses très bons yeux a vu le fil qui dépassait ) peut-il avoir atteint son but ( dont le mobile reste mystérieux mais évidemment connu de Beijer ) ?

A quoi bon se décarcasser à fabriquer une bombe aussi sophistiquée, casser une clé dans la serrure du coffre du véhicule ( sur ce coup, Cirlande à eu moins d'intuition ou plus mauvaise vue ) là où un pétard aurait suffi. Quant à la terreur installée, j'ose espérer que c'est de l'humour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Dim 13 Déc 2009 - 14:12

minus a écrit:
Jacques B. a écrit:
..... De plus dites-lui de faire attention aux blagues de ce genre. Ce n'est vraiment pas le bon endroit ici.
Si on ne peut plus prendre les choses en rigolant et avec détachement, il ne lui restera plus que les yeux pour pleurer.
Donc l'objectif était un corps armé, mais sans beaucoup de préoccupations pour que des civils
n'en fassent pas les frais aussi, non?
N'est-ce pas ce que vous amis américains justifient en permanence en parlant de dommages collatéraux ou de "guerres justifiées" pour citer le dernier prix Nobel Obama
minus a écrit:
Cela dit, Beijer explique que le but a été atteint au même titre que si cela avait vraiment explosé.
Là je suis d'accord. Il suffit que tout le monde imagine ce qui aurait pu se passer pour que la terreur s'installe.
C'est correct mais Beijer explique que le mobile va bien au-delà de çà
Réponse en bleu dans votre texte

L'humour c'est bien quand on sait le faire et je ne trouve pas du tout marrant la collection d'étiquettes que je récolte depuis que j'écris ici et qui va de défenseur d'une caste, négationniste, jusqu'à gauche caviar en passant par pédophile. Une de plus maintenant et de votre part, celle d'ami des américains. Alors celle de poseur de bombe, voyez-vous, je vous suggère de vous la coller où je pense (l'étiquette, la bombe vous ne savez pas, vous vous blesseriez).
Je pensais que les vies agitées inclinaient vers la réflexion sur le tard. Je dois me tromper.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Dim 13 Déc 2009 - 14:34

La boite de lessive n'était surement pas assez grande pour mettre tout le boudin explosif avec l'ANFO. Mais, le boudin seul sans ANFO, aurait constitué un engin beaucoup plus puissant et beaucoup facile à initier. S'ils ne l'ont pas fait, c'est bien parce qu'ils savaient que cet explosif est plus difficile à obtenir que l'ANFO et beaucoup plus facile à initier que celui-ci et on le réserve pour d'autres engins. Aussi qu'il peut être conservé avec moins de risques que la dynamite. Et qu'en ont-ils fait? Il doit pourrir quelque part enterré dans un parc, non? Et les détonateurs? Ou avaient-ils trouvé une boite de un?

jc1243401, non ce n'est pas de l'humour. Il y a certainement une expression de dépit dans le fait de dire que de toutes manières l'objectif était atteint alors que ce fut un coup foireux et mal fait, mais il ne faut pas oublier qu'une fois analysé l'engin et trouvé les écrous et les billes ont sait que quelqu'un veut nous passer au hachoir. C'est pour cela qu'un petit pétard qui fonctionne n'a pas le même effet qu'un gros même s'il n'a pas fonctionné. On commence des routines que l'on n'a pas l'habitude de faire. On ne monte plus dans une voiture sans regarder dessous, dans le coffre, etc... On fait gaffe un peu partout. On commence à suer dès que quelque chose de bizarre arrive dans la rue, aux feux rouges etc... Si l'objectif était que ces gendarmes sachent qu'ils sont passés du statut de chasseur à celui de gibier, il est partiellement rempli même si l'engin a foiré.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Buslik Jean-François   Aujourd'hui à 9:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Buslik Jean-François
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Saint Jean François Régis
» FLAMAND (Jean-François) Baron - Maréchal de camp
» Tristes Afriques d'Isabelle et Jean-François Lagrot
» Jean-François LE GONIDEC
» RÉMY (Jean-François) - Capitaine - 24è de ligne -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Autres-
Sauter vers: