les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 chronologie générale des faits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
benji87fr



Nombre de messages : 26
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Lun 26 Fév 2007 - 22:24

nobody a écrit:
Vu le contexte de l'epoque, il est normal d'avoir developpé cette these. Je vous invite àlire les ouvrages de rené haquin

De quels ouvrages parlez-vous ?
Je ne connais que deux ouvrages de René Haquin :
1- Les tueries du Brabant ( Qui reprend en grande partie le rapport de la première commission d'enquête )
2- Des taupes dans l'extrême droite ( Livre au sujet de l'affaire du WNP et de Paul Latinus )

nobody a écrit:

Par contre, l'assassinat de mendez a eu lieu en janvier 1986, et comme certains le lie aux tueurs; ils pourraient avoir continué jusque là et non jusqu'en novembre 1985.

A priori, aucune preuve n'a été apporté jusqu'à maintenant pour lier le meurtre de Juan Mendez le 7 janvier 1986 aux TBW
De plus, le suspect principal, Madani Bouhouche, sera innocenté de ce meurtre lors de son procès.
Par contre, mais ceci fait l'objet d'un autre sujet du forum, on peut se poser des questions sur les rapports entre l'assassinat de Mendez et les affaires de vols d'armes comme celles de l'ESI.
Revenir en haut Aller en bas
james007



Nombre de messages : 375
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Lun 2 Avr 2007 - 21:12

michel a écrit:
jack a écrit:
Pourquoi les tueurs se sont t'ils calmés en 1984 ?

La deuxième vague de tueries (1985) est terriblement meurtrière, et plus courte que la première, est t'on sûrs à 100% qu'il s'agit des mêmes hommes qu'en 82/83 ?

Bonne question. Peut-être que l'un des auteurs était détenu? J'imagine que cela a été vérifié.
Certains ont émis l'hypothèse que les auteurs de 1985 étaient différents de ceux de 1982-1983. Mais les armes étaient pareilles et le fameux "géant" a été vu lors des deux vagues.

Amusant ce que vous dites...
Il y a quelques années, j'ai surpris une conversation entre deux officiers de gendarmerie ( Guido Torres et david Janssen) parler des TBW...
Ils rigolaient et disaient qu'on ne toruverait pas les auteurs parce qu'ils étaient en prison au moment des faits...
Certains réintégraient leur cellule après l'attaque...
Mais qui aurait pu leur ouvrir la porte ?
Revenir en haut Aller en bas
undercover

avatar

Nombre de messages : 2165
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Lun 2 Avr 2007 - 21:22

Citation :
Après 15 minutes les deux véhicules partaient tous phares éteints. Un an après, Delta demande à une équipe de plongeurs de vérifier à cette endroit le canal. On y retrouve un coffret du Delhaize d’Alost ensemble avec d’autres souvenirs des braqueurs.
En tout cas le jour après le soit disant « meurtre » du géant (le leader) les tireurs étaient bien vivants en route à trois.

Petite erreur, c'est deux jours plus tard que l'on fouilla mais sans resultat.
Pour des raisons obscures, le JI utilisa de plus gros moyens , un an plus tard. Il dira que c'etait suite à la relecture du dossier. Je pense qu'il y avait autre chose.

Pour l'histoire d'ouverture de portes, il y a bien un sous directeur qui aurait pu le faire, mais rien ne le prouve.
Ce qui m'inquiete, c'est ce dialogue sur ce sujet. Ce qui m'inquiete encore plus sont les noms que vous donnez. Car TOTO etait present sur un parking lors d'une attaque.
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1364
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Lun 2 Avr 2007 - 21:39

magnum a écrit:

Amusant ce que vous dites...
Il y a quelques années, j'ai surpris une conversation entre deux officiers de gendarmerie ( Guido Torres et david Janssen) parler des TBW...
Ils rigolaient et disaient qu'on ne toruverait pas les auteurs parce qu'ils étaient en prison au moment des faits...
Certains réintégraient leur cellule après l'attaque...
Mais qui aurait pu leur ouvrir la porte ?
Cette hypothèse a été développée en relation avec Jean Bultot, directeur de la prison de St-Gilles qui paraît-il rendait de menus services via son appartement de fonction, aux détenus avec lesquels il avait des 'affinités' nécessairement sélectives.
Mais rien n'a débouché sur le plan judiciaire en relation avec ces rumeurs. Mais il faut lire le livre d'un ancien repris de justice qui était proche du milieu bruxellois (Léopold Van Esbroeck) et qui a écrit sur les tueries. Il livre quantité d'informations très surprenantes sur les liens entre policiers ripoux, genre Godfroid (ex-PJ) viré et condamné, cité dans bons nombres de livres en relation avec le proxénétisme, l'extrême-droite, et les partouzes et le milieu de la truanderie proche de l'extrême-droite.
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1364
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Lun 2 Avr 2007 - 22:40

fialin a écrit:
Michel a écrit:
Mais les armes étaient pareilles et le fameux "géant" a été vu lors des deux vagues.

Le géant est peut-être le lien entre deux bandes distinctes, l'une agissant en 82-83, l'autre en 85. les objectifs et les méthodes employées lors de ces deux vagues semblent bien distinctes.

Que sait-on d'ailleurs précisément de ces tueurs? Les portraits robots semblent indiquer qu'ils furent 6 au total (?). Mais le géant a t-il été vu lors de chaque attaque, et le vieux, et d'autres? Ont-ils agit parfois à plus de trois?
Serait intéressant d'aligner les noms de personnes dont on a dit ou suspecté qu'ils puissent être le 'géant'. Il ne doit pas y avoir tellement de type qui ont à la fois le profil de l'emploi ' (si l'on peut s'exprimer ainsi) ; que l'on a repéré ou suspecté à la périphérie de l'enquête et qui ont le gabarit physique correspondant aux témoignages...
Je sais qu'un des accusés du procès Bouhouche-Beijer avait la carrure dans le box. Désolé pour lui de l'évoquer mais son rôle reste équivoque. Il a évacué des armes 'chaudes ' d'un box à la demande de Bouhouche (via son épouse)... travaillait à la brigade Dyane et a eu accès au plan des grands magasins et au plan de défense de ceux-ci. Ce n'est qu'un petit exemple. Je suppose qu'il y a d'autres profils intéressant comme le fameux Claude Dubois qui ais-je lu lors de l'affaire de Namur en 1984 avait le 'physique' de l'emploi.
Revenir en haut Aller en bas
kael

avatar

Nombre de messages : 336
Localisation : au millieu du bois
Date d'inscription : 20/02/2007

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Dim 22 Avr 2007 - 12:31

Ella a écrit:
Fin dans le bois.
La nuit de dimanche une autre Golf verte foncée ou bleue a été vue mais sûrement pas un nouveau modèle.
L’exploitant d’une friterie près du canal de Ronquières a été réveillé aux alentours de minuit. Il a entendu des portières claquer. Le monsieur qui avait déjà reçu la visite de malfrats a sorti sa carabine et il a regardé par la fenêtre.
Il a vu deux hommes près de la Golf foncée. A proximité se trouvait un autre véhicule, un break clair.
Les hommes près de la Golf étaient occupés à changer les plaques. Un troisième homme est resté en permanence dans la voiture. Un autre témoin a vu la même scène et a raconté qu’un des hommes est allé jeter quelque chose dans le canal sans doute un sac en plastic.
Après 15 minutes les deux véhicules partaient tous phares éteints. Un an après, Delta demande à une équipe de plongeurs de vérifier à cette endroit le canal. On y retrouve un coffret du Delhaize d’Alost ensemble avec d’autres souvenirs des braqueurs.
En tout cas le jour après le soit disant « meurtre » du géant (le leader) les tireurs étaient bien vivants en route à trois.
donc les armes auraient été jetéés le dimanche 10 novembre 1985 aux alentours de minuit , j'ai enfin réponse a ma question.
me reste juste une derniere question sait-on si les 2 véhicules sont repartit par la route ou par le long du canal?
si c'est par le canal je peux dire que le break était une ford taunus je pense de couleur beige.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7568
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Dim 22 Avr 2007 - 12:34

Comment pouvez être aussi affirmatif sur la couleur?

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
undercover

avatar

Nombre de messages : 2165
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Dim 22 Avr 2007 - 12:51

C'est lui qui conduisait? Very Happy Very Happy Very Happy
Bon , ok, je Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Pol Silentblock

avatar

Nombre de messages : 256
Age : 58
Localisation : Belgique unifiée
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Lun 6 Aoû 2007 - 0:17

Voici quelques dates qui peuvent être considérées comme importantes dans l'histoire des « années de plomb » belges.

Avril 1971
« Le Nouvel Europe magazine » (NEM) publie un « mode d’emploi » pour commettre un « coup d’Etat idéal » (sic). C’est un signal adressé aux laxistes du régime. Le NEM était un journal néofasciste lié au CEPIC, l'aile ultradroite du Parti social-chrétien.

Septembre 1973
La gendarmerie est informée de l'élaboration d'un projet de coup d’Etat pensé au sein du NEM-Club, l'organisation politique du « Nouvel Europe magazine ».

Janvier 1974
Création du Front de la jeunesse (FJ), une organisation d'extrême droite, sous le parrainage du NEM.

Juin 1976
Pierre Carette, récemment, passé à gauche, met sur pied, à Bruxelles, le Comité de soutien aux prisonniers politique de la Fraction Armée Rouge allemande (RAF). La police, la gendarmerie, la Sûreté de l’Etat et d’autres services de sécurité vont directement surveiller de près ce milieu « gauchiste ». Tous ses activistes sont alors fichés.

Juin 1977
L’officier de réserve Paul Latinus rejoint le Front de la jeunesse. Il est également un agent du Public information office (PIO), une structure de l’armée belge de propagande politique anticommuniste liée au NEM.

4 juillet 1979
Paul Latinus est engagé comme informateur de la Sûreté de l’Etat. Son "agent traitant" est le futur commissaire Christian Smets.

27 août 1979
Début de l’ « affaire François ». Elle implique le Bureau national des drogues de la gendarmerie dans un trafic de stupéfiants qui avait officiellement pour but d’infiltrer, selon les méthodes de ses instructeurs américains, une filière internationale.

22 septembre 1979
Début de l’« affaire Pinon ». Cette affaire concerne des partouzes auxquelles aurait participé l’épouse du docteur Pinon en compagnie de hautes personnalités de l’Etat. Des mineurs y auraient également été « livrés ». Plus tard, cette affaire sera souvent évoquée dans le cadre des enquêtes sur les tueries du Brabant, du WNP et d'autres « dossiers chauds ».

15 novembre 1979
Début du procès contre le Front de la jeunesse (FJ).

Cette même année, au sein du FJ, Paul Latinus avait fondé un groupe encore plus radicale, le Westland national socialistische ordnung (WNSO), mieux connu sous le nom de Westland new post (WNP). Ce dernier — comme le FJ auparavant — se mettra au service de certains notables du CEPIC. Pierre Carette pour sa part entre en contact avec Frédéric Oriach, des NAPAP (un groupe terroriste français d’ultragauche) et futur d’Action directe. Les activités « clandestines » de Carette sont parfaitement connues des autorités policières.

23 décembre 1980
Le néonazi Paul Latinus est engagé au cabinet de la secrétaire d’Etat, Cécile Goor (PSC), avec le soutien direct de dirigeants du CEPIC.

15 janvier 1981
Le journal de gauche « Pour » publie un dossier dénonçant les activités d’infiltration au sein d’organisations démocratiques de Paul Latinus. Ce dernier s’exilera ensuite au Chili avec l’aide de la DINA, la police politique de Pinochet.

Fin mars 1981
Retour de Latinus en Belgique.

Avril-mai 1981
Le docteur Pinon rencontre pour la première fois Jean-Claude Garot (rédacteur en chef du journal « Pour »). Il lui fournira son dossier sur les « ballets roses ».

Juin 1981
Premier vol de télex ultrasecrets de l’OTAN, au QG des forces armées belges à Evère, par des militaires membres du WNP.

Juillet 1981
Latinus montre à Christian Smets les documents OTAN volés par son groupe.

4-5 juillet 1981
Les locaux du journal « Pour » sont incendiés par un commando d'extrême droite constitué de nervis du FJ, du WNP ainsi que du VMO, une organisation néonazie flamande.

11 octobre 1981
Attentat à la bombe contre l’adjudant de la BSR Guy Goffinon. Qui enquêtait sur l’« affaire François » (>27/08/79). L’Américain Jean-François Buslik, un ami de longue date du gendarme Madani Bouhouche, est impliqué dans cette action terroriste.

25 octobre 1981
Tentative d’assassinat de Herman Vernaillen, le collègue de Goffinon.

Novembre-décembre 1981
Le commissaire de la Sûreté de l’Etat (SE) Christian Smets donne son « premier cours de filature » aux militants du WNP.

31 décembre 1981
Vol d’armes de l’Escadron spécial d’intervention de la gendarmerie. L'extrême droite est soupçonnée.

18 février 1982
Double meurtre de la rue de la Pastorale (à Anderlecht) par un commando du WNP.

Début avril 1982
Deuxième cours de filature de Smets donné aux membres du WNP.

Mai 1982
Pierre Carette met en place le premier noyau militant qui donnera, quelques mois plus tard, naissance aux Cellules communistes combattantes (CCC).

1er. Juin 1982
Les contacts entre Christian Smets et Paul Latinus prennent officiellement fin, lorsque le premier sera muté au service protection des personnalités de la Sûreté de l'Etat.

Août 1982
Sortie du premier numéro de « Subversion ». Cette publication est éditée par Pierre Carette et Frédéric Oriach (Action directe). Elle propage les idéaux des différents groupes d'ultragauche de « guérilla urbaine ». Cette revue est singularisée par un antisioniste radical.

14 août 1982
Un grand magazin est attaqué à Maubeuge (nord de la France). Un blessé. Cet hold-up aurait été la première action des tueurs du Brabant.

30 septembre 1982
Deuxième action des tueurs : l’armurie Dekaise, à Wavre, est dévalisé. Plusieurs armes sont volées. Un mort et deux blessés.

22 décembre 1982
Elimination, à l’auberge du Chevalier à Beersel, de José Vanden Eynde, un vieux militant fasciste qui en savait déjà sans doute trop sur les opérations de déstabilisation qui venaient de débuter.

12 janvier 1983
Le cadavre du taximan Constantin Angelou est retrouvé. Un lien existe entre cette nouvelle élimination et l’assassinat de José Vanden Eynde, servenu 20 jours plutôt à Beersel.

7 février 1983
Premier rapport à la Sûreté de l'Etat réalisé sur l’existence du WNP. Il fut réalisé par le groupe Massart-Kausse-Estiévenart (hostile au commissaire Christian Smets).

11 février 1983
Attaque de la grande surface Delhaize de Genval. Pas de victime.

25 février 1983
A Uccle, un Delhaize est à son tour attaqué. Un blessé.

3 mars 1983
Attaque de la grande surface Colruyt de Hal. Un mort.

10 mars 1983
Pour la première fois, Christian Smets rédige un rapport sur le WNP, avec lequel il était en contact depuis près de 3 ans.

18 mars 1983
Le journal d'extrême droite « Nouvel Europe magazine » publie l’article : « La Sûreté de l’Etat prépare-t-elle un coup d’Etat d’extrême droite ? ». Début de la croisade d'un certain milieu conservateur contre ce « service secret » belge.

21 avril 1983
Madani Bouhouche et Robert Beijer quittent la gendarmerie et mettent sur pied une agence de détectives privés, l’ARI.

Mai 1983
Fin de l’opération des vols des documents de l’OTAN par le WNP.

16 août 1983
Marcel Barbier (le n°3 du groupe action du WNP) est arrête, à Saint-Gilles (une commune de Bruxelles), suite à une bagarre de rue. Néanmoins, il fait des révélation sur le WNP. Des documents confidentiels de l’OTAN volés par cette organisation sont retrouvés dans son appartement. L’affaire WNP débute.

Septembre 1983
Pierre Carette crée le collectif Ligne rouge, une structure de soutien aux groupes terroristes ouest-européens.

10 septembre 1983
L’usine de tissage Wittock-Van Landeghem, à Tamise, est cambriolée. Sept gilets pare-balles y sont dérobés. Un mort. Cette actions sera mise ensuite à l'actif des tueurs du Brabant.

17 septembre 1983
Cambriolage du Colruyt de Nivelles. L’implication d’une équipe mixte (composée de petits gangsters du Borinage et d’éléments « militaristes ») est évoquée. Les forces de l’ordre tombent dans une véritable embuscade. Trois morts.

2 octobre 1983
Jacques Van Camp, le patron de l’auberge des Trois canards (à Ohain, près de Waterloo), est froidement abattu.

7 octobre 1983
Le Delhaize de Beersel est attaqué. Un mort.

11 octobre 1983
Le procureur du Roi ordonne une instruction à charge de trois dirigeants du WNP (Barbier, Libert et Latinus) du chef de la création d’une association de malfaiteurs et de milices privées. L’instruction est menée par la juge d’instruction de Bruxelles Madame Lyna.

28 octobre 1983
Paul Latinus porte plainte pour menace de mort.

24 avril 1984
Latinus est retrouvé suicidé.

12 mai 1984
Important vol d’armes de guerre à la caserne des chasseurs ardennais de Vielsalm.

17 septembre 1984
En coulisses, le ministre de la Justice Jean Gol ordonne la création d'un Groupe interforce antiterroriste (GIA). Ce GIA va regrouper tous les services de police (gendarmerie et police judiciaire) et les services de renseignements civils (BSR, Sûreté de l'Etat) et militaires.

2 octobre 1984
A point nommé, les Cellules communistes combattantes (CCC) de Pierre Carette rentrent en scène. Dans le cadre d’une "campagne anti-impérialiste" visant l’OTAN (également ciblée récemment par une opération de déstabilisation orchestrée par le WNP), leur première bombe explose. La cible : les installations, à Evère, d’une firme industriel américaine.

19 octobre 1984
Officiellement en vue de mettre la main sur les CCC, le ministre PRL de la Justice, Jean Gol, lance l’« opération Mammouth ». Elle sera un échec concernant l’enquête sur les vrais terroristes. Par contre, elle permettra de réactualiser les fichiers politiques sur l’ensemble de la gauche.

12 décembre 1984
Les CCC font sauter des oléoducs de l’OTAN… sur base d’un propre plan de l’OTAN (en prévision d’une attaque soviétique) ! Suite à l’ensemble des attentats anti-atlantiques des CCC, le gouvernement américain et l’OTAN critiqueront vivement les réactions tièdes des autorités belges.

15 mai 1985
A Overijse, des armes de guerre de collection sont volées chez Juan Mendez. Cet ingénieur commercial de la Fabrique nationale et grand amateur d'armes, était un ami de longue date de l'ex-gendarme d'extrême droite Madani Bouhouche.

27 septembre 1985
Attaque du Delhaize de Braine-l’Alleud (3 morts) et de celui d’Overijse (5 morts).

3 octobre 1985
Mise en place d’une cellule d’information, d’analyse et de coordination « enquête Brabant ». Elle est composée de gendarmes et de membres de la PJ de Nivelles. On met également sur pied une « task force GD-PJ » (gendarmerie-Police judiciaire).

9 novembre 1985
Hold-up au Delhaize à Alost (8 morts). Réaction : création d’une nouvelle « task force » à Termonde.

19 novembre 1985
Le gouvernement fait descendre dans la rue les parachutistes pour venir en aide à la gendarmerie afin de maintenir la sécurité face aux CCC et aux tueurs du Brabant. Deux jours plus tard, le président américain Ronald Reagan arrive en Belgique.

16 décembre 1985
Arrestation à Namur de Pierre Carette et de trois autres militants des CCC. Fin des opérations de ce groupe terroriste. Résultat : les moyens des forces de l’ordre ont considérablement augmenté, le mouvement pacifiste anti-missiles a été discrédité, une tentative de déstabilisation de l’extrême gauche eut lieu et les militants de la gauche politique fichés.

7 janvier 1986
Juan Mendez est assassiné (>15/05/85). Il pensait que certaines de ses armes, qui avaient été volées quelques temps auparavant, auraient été utilisées par les tueurs du Brabant.

26 janvier 1986
Madani Bouhouche est arrêté. Il est soupçonné d’avoir assassiné Mendez.

27 janvier 1986
Jean Bultot; militant bien connu de l'extrême droite bruxelloise et par ailleurs directeur-adjoint de la prison de Saint-Gilles, s’enfuit au Paraguay. Il profita du soutien logistique d'une filière d'évasion organisée par Francis Dossogne (l’ex-dirigeant du Front de la jeunesse).

16 octobre 1986
Le Procureur du Roi du parquet de Nivelles, Jean Deprêtre déclare que la motivation des tueurs du Brabant « c’est l’argent. C’est le mobile, ce sont des gangsters. Ce sont des prédateurs ».

6 novembre 1986
Découverte d’une partie de l’arsenal des tueurs dans le canal Bruxelles-Charleroi, à la hauteur de Ronquières.

Novembre 1986
Découverte dans des box de garages à Woluwé-Saint-Lambert d’armes volées à l’ESI (le 31 décembre 1981) et chez Juan Mendez.

Avril-mai 1986
Procès devant la Cour d’assises de Mons de la bande des Borains. Par manque de preuves, ils seront tous acquittés.

17 novembre 1986
Bouhouche est remis en liberté.

21 Janvier 1987
Le juge d’instruction nivellois Schlicker est dessaisi du dossier des tueries. Celui-ci est cédé à Lacroix du parquet de Charleroi.

4 mai 1987
Début du procès devant la Cour d’assises de la Province du Brabant de Marcel Barbier et Eric Lammers du WNP pour le double meurtre de la rue de la Pastorale (>18/02/82).

25 mai 1987
Barbier est condamné aux travaux forcés à perpétuité. Eric Lammers est acquitté.

Novembre – Arrestation de Robert Beijer pour des faits de corruption (il avait fait placer une écoute téléphonique). Découverte dans des box de garages à Woluwé-Saint-Lambert d’armes volées à l’ESI et chez Mendez
Revenir en haut Aller en bas
pierre



Nombre de messages : 633
Localisation : charleroi
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Lun 6 Aoû 2007 - 1:00

28 octobre 1983:
Paul Latinus porte plainte pour menace de mort.

Je suis curieux de connaître la nature de cette menace de mort, comment et par qui a-t-il été menacé
Cela doit être détailler dans un procès verbal qu’il a du signer.
Revenir en haut Aller en bas
http://soscharleroi.com
Anonymou
Invité



MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Lun 6 Aoû 2007 - 5:56

Pol Silentblock a écrit:
Voici quelques dates qui peuvent être considérées comme importantes dans l'histoire des « années de plomb » belges.......
Novembre 1986
Découverte dans des box de garages à Woluwé-Saint-Lambert d’armes volées à l’ESI (le 31 décembre 1981) et chez Juan Mendez.........
En non Pol! Encore une grosse erreur qui n'est pas juste!
Si vous voulez faire de la chronologie, vérifiez au moins les dates.
C'est dans tous les journaux!
Vous me direz qu'on est pas à deux ans près, surtout quand on veut absolument faire des recoupements accusateurs...
Revenir en haut Aller en bas
B.R.



Nombre de messages : 1874
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Mar 7 Aoû 2007 - 11:56

Dans le message précédent, j'ai confondu Pierre et Pol.
Il y a des choses qui ne se mélangent pas.
Je vous présente mes excuses Pierre pour ce lapsus.
Revenir en haut Aller en bas
maximenicolai

avatar

Nombre de messages : 147
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 07/08/2007

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Lun 19 Nov 2007 - 23:29

6 fois calibre 7,65mm
Revenir en haut Aller en bas
st@rik



Nombre de messages : 61
Localisation : brabant wallon
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: les napap   Lun 14 Jan 2008 - 17:00

cité plus haut, napap c'est ...Noyaux Armés pour l'Automie Populaire il y avait aussi à la meme époque les COLP, Camarades Organisés pour La Libération du Proletariat,le PGPM ,Parti Guerilla du Prolétariat Métropolitain, les CLODO , comités Liquidant Ou Détournant les Ordinateurs ( génial Comme nom!) et en Belgique n'oublions pas le GIA Groupe Inconnu Anarchiste ( une parodie du groupe interforce antiterroriste)
et le FRAP, front Révolutionaire d'Action Prolétarienne qui avait fait sauté dans les années 80 qq cocottes minutes.

Dans les années de plombs n'oubions pas non plus le 1er mouvement d'extreme droite veriablement hierarchisé et structuré : jeune Europe dont sont issus par mal de membre des mouvements nationalistes et qui reste un modéle d'organisation, JE fut le 1er a mettre sur pied une structure combattante les jeunesses Européennes et dont l'originalité fut d'être, contrairement à nombrte de ces suiveurs, anti américains vicéral
un des membres des jeunesses européennes (Roger Coudroy) est mort les armes à la main en combattant l'armée israelienne en palestine
Revenir en haut Aller en bas
WOLF



Nombre de messages : 67
Date d'inscription : 07/03/2008

MessageSujet: Tueries préludes Brainoise   Ven 21 Mar 2008 - 21:25

Bonjour


Je me permets de m’inscrire sur votre site et de débattre et
de développer certains faits qui me semble déterminant et par ce biais tenté de
prouver que cette affaire prends naissance sur l’arrondissement judiciaire de
Nivelles et plus particulièrement dans la commune de Braine l’Alleud.


Je tiens déjà à m’excuser pour les fautes de d’orthographe,
mais je ne manie pas particulièrement cette matière.


Je passe les événements qui se sont déroulé avant le
08/06/1983 (vol du véhicule Saab au garage Jadot) pour venir directement à la
période qui est à mon égard est la plus
riche en éléments et indices. Indices qui non jamais été exploités et qui
d’après moi aurait pu permettre l’arrestation des auteurs avant les fait de
1985.


Mais, avant de développer le fait de vol au garage Jadot, je
pense qu’un peu d’histoire s’impose.


Dans la fin des années 70 et le début des années 80, une
bande de voyous surnommée « la bande des sudistes » défrayait la
chronique pour les faits qu’ils commettaient sur la commune de Braine l’Alleud
et dans les communes avoisinantes.


Les membres de cette bande iront jusqu'à attaquer le commissariat
de Braine l’Alleud pour tenter de délivrer un des leurs.


Certains membres de cette bande sont en contact avec des
gendarmes de la brigade de Braine l’alleud avec qui il s’organisent des
escroqueries à l’assurance en provoquant de faux accidents de roulage.
Accidents de roulage qui à chaque fois était constaté par les mêmes gendarmes.


Ces mêmes personnes s’entrainent à la conduite automobile
sur le circuit de courses abandonné situé à Nivelles, et s’entrainent aussi aux
tirs dans des lieux privés et tenus secret. (Des photos de ces entrainements
sur le circuit de Nivelles ont été remises
à la cellule d’enquête) Ce point sera développer plus tard et portera la
référence « entrainements voitures et armes »


Il est intéressant de constater que certaines personnes
membre de ce groupe connaissent soit les lieux des agressions, les chemins environnants
et parfois mêmes certaines victimes.


De plus, certains d’entre eux fréquentent le même café (Le
421) qui est situé en face du numéro 404 ou les auteurs des faits de Nivelles
abandonneront Le véhicule Saab quelques heures après la tuerie du Colruyt de
Nivelles et à environ 200 mètres du Delhaize
de Braine l’Alleud qui sera attaqué le 27/09/1985.


Il est aussi très intéressant de constater qu’un certain Monsieur D P possède au même endroit un boxe de garage. Et que ce même Monsieur D P serra en 1985 propriétaire
de la pizzéria situé au niveau du carrefour jouxtant le parking du Delhaize de
Braine l’Alleud et d’ou les auteurs des faits de 1985(prendront un enfant comme
bouclier humain avant de descendre par le petit escalier et de faire leur
apparition sur le parking de la grande surface et de s’y positionner en
triangulation avant d’ouvrir le feu sur la camionnette de Monsieur ;;;;;;;











Nuit du 08/06/1983.
Vol de la Saab au garage Jadot situé Chaussée d’Ophain à Braine l’Alleud.



·
Lors du vol de la Saab, les auteurs ont pénétrés
dans le bâtiment par le toit. Une empreinte de main complète est visible sur le
rebord de la tabatière (empreinte marqué dans la suie. D’après mon
contact, cette empreinte n’a jamais été exploitée)


·



·
Cette voiture est restée dans la région et est
aperçue à deux reprises par un témoin qui se manifestera auprès de la B.S.R de
Nivelles environ une semaine après la tuerie du Colruyt du 17/09/1983. Ce
témoin dont je tais le nom déclarera les faits suivants.


·



·
J’étais stationner rue au Gué à hauteur de
l’école maternelle, quand j’ai vu passer la Saab Bleue de Jadot. Celle-ci était
conduite par une personne assez grande et qui portait une chemise a carreaux.
Le témoin précise que la plaque d’immatriculation qui y était apposée tenait
avec deux morceaux de fil de fer.


·
Ce même témoin revoit le véhicule environ quinze
jours plus tard venant de la place du môle et s’engageant dans la rue Cloquet. Le
témoin affirme que la personne qui était au volant est le dénommé A V. habitant
Braine l’Alleud. Le témoin précise encore que la plaque d’immatriculation
arrière est cette fois fixée correctement avec des boulons ou des écrous
blancs.


·
Lorsque le véhicule serra retrouvé, il n’aura
parcouru que environ 750 kilomètres depuis son vol.


·
Il est à noter que le concessionnaire Jadot
connait très bien le dénommé A V. (voir dossier : Achat de véhicule pour
la gendarmerie et entrainement à la conduite de gendarme de certaines unités).


·
Après quoi ce véhicule n’est plus aperçu jusqu’à
la nuit du 17/09/1983.





Vol du Chalumeau auprès du magasin « Paul André » situé
dans le bas de la rue Cloquet et de la rue des tisserands à Braine l’Alleud.






Un chalumeau portable type oxipact est volé dans ce brico.
En Juillet 1983, Le dénommé F V déclare que le vol a été commis par un certain
Delpierre, accompagné du Dénommé B et de N C.


Il est à noter que N C est un copain d’A V (voir photos au
circuit de Nivelles).


F V précise que le chalumeau à été transféré sur le parking
du café le 421 depuis le coffre de la BMW de Dépierre dans le coffre de la
voiture de marque Lada d’un dénommé DelB.


Il faut préciser que ce parking est le parking d’un mini
complexe commercial et n’est pas la propriété exclusive du débit de boissons.


Le Chalumeau en question est utilisé la nuit du 17/09/1983
pour découper la porte arrière du
magasin Colruyt de Nivelles.


Il est à noter que F V n’est pas un saint, qu’il est connu
pour fait de vols et est proche de la bande des sudistes.


Dans la prochaine partie nous développerons l’attaque de la
nuit du 17/09/1983.
Revenir en haut Aller en bas
undercover

avatar

Nombre de messages : 2165
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Ven 21 Mar 2008 - 21:43

Mais passer de voleur à tuers,...il y a une marge. Même si on n'est pas un ange? study study study
Revenir en haut Aller en bas
Henry

avatar

Nombre de messages : 2217
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Ven 21 Mar 2008 - 22:55

J'attends la suite, on ne sait jamais.
Nous avons ici la relation entre Jadot et Colruyt mais après, il faudra faire la relation avec l'arme qui a tué le chien de Jadot et les victimes humaines précédentes.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7568
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Sam 22 Mar 2008 - 9:52

Bienvenue à vous WOLF.

Piste intéressante et qui ne semble pas avoir été exploitée comme il faut à l'époque. Petite question : ces hommes dont vous parlez étaient-ils en relation avec des Grecs de Braine l'Alleud?

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
WOLF



Nombre de messages : 67
Date d'inscription : 07/03/2008

MessageSujet: Relation Jadot / Colruyt   Sam 22 Mar 2008 - 10:02

Henry a écrit:
J'attends la suite, on ne sait jamais.
Nous avons ici la relation entre Jadot et Colruyt mais après, il faudra faire la relation avec l'arme qui a tué le chien de Jadot et les victimes humaines précédentes.
.

Bonjour

Je n'ai pas fait jusqu'a présent de relation avec Mr Jadot et le Colruyt,mais une relation entre les faits (nuance). Quand à l'arme utilisée. Il y à effectivement un lien de part le calibre et la manière de s'en être servie.
Revenir en haut Aller en bas
WOLF



Nombre de messages : 67
Date d'inscription : 07/03/2008

MessageSujet: Lien Brainois et personne d'origine Grec   Sam 22 Mar 2008 - 10:04

michel a écrit:
Bienvenue à vous WOLF.

Piste intéressante et qui ne semble pas avoir été exploitée comme il faut à l'époque. Petite question : ces hommes dont vous parlez étaient-ils en relation avec des Grecs de Braine l'Alleud?

Bonjour Mr Michel

Je ne puis vous répondre avec certitude,Je dois relire mes notes et je vous tiendrai informé. A bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
WOLF



Nombre de messages : 67
Date d'inscription : 07/03/2008

MessageSujet: Voleur n'est pas tueur   Sam 22 Mar 2008 - 10:13

undercover a écrit:
Mais passer de voleur à tuers,...il y a une marge. Même si on n'est pas un ange? study study study

Bonjour Undercover.

A aucun moment,je ne laisse sous entendre que F V est un tueur, Il connaît les auteurs du vol. Ou du moins,les accussent de ce fait, et donne suffisament d'éléments à l'époque qui rende sa déclaration crédible,tous en tenant compte,que nous l'avons déjà pris en flagrant délit de vol sur un chantier de la région.
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1364
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Sam 22 Mar 2008 - 14:48

WOLF a écrit:
undercover a écrit:
Mais passer de voleur à tuers,...il y a une marge. Même si on n'est pas un ange? study study study

Bonjour Undercover.

A aucun moment,je ne laisse sous entendre que F V est un tueur, Il connaît les auteurs du vol. Ou du moins,les accussent de ce fait, et donne suffisament d'éléments à l'époque qui rende sa déclaration crédible,tous en tenant compte,que nous l'avons déjà pris en flagrant délit de vol sur un chantier de la région.

Sorry, je laisse Under répondre à l'interpellation, mais j'ajoute que FV si il est fiable, devrait donner quelques éléments sur les circonstances dans lesquelles le matériel volé à Braine s'est retrouvé aux mains des braqueurs-tueurs du Colruyt...
Et si comme votre message le laisse penser vous êtes d'ex-enquêteurs du coin, que pensez-vous de l'hypothèse des 'deux bandes' qui se retrouvent au Colruyt..., l'une pour voler, l'autre pour flinguer..
Revenir en haut Aller en bas
pierre



Nombre de messages : 633
Localisation : charleroi
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Dim 23 Mar 2008 - 4:22

Exactement
Revenir en haut Aller en bas
http://soscharleroi.com
WOLF



Nombre de messages : 67
Date d'inscription : 07/03/2008

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Dim 23 Mar 2008 - 9:14

billbalantines a écrit:
WOLF a écrit:
undercover a écrit:
Mais passer de voleur à tuers,...il y a une marge. Même si on n'est pas un ange? study study study

Bonjour Undercover.

A aucun moment,je ne laisse sous entendre que F V est un tueur, Il connaît les auteurs du vol. Ou du moins,les accussent de ce fait, et donne suffisament d'éléments à l'époque qui rende sa déclaration crédible,tous en tenant compte,que nous l'avons déjà pris en flagrant délit de vol sur un chantier de la région.

Sorry, je laisse Under répondre à l'interpellation, mais j'ajoute que FV si il est fiable, devrait donner quelques éléments sur les circonstances dans lesquelles le matériel volé à Braine s'est retrouvé aux mains des braqueurs-tueurs du Colruyt...
Et si comme votre message le laisse penser vous êtes d'ex-enquêteurs du coin, que pensez-vous de l'hypothèse des 'deux bandes' qui se retrouvent au Colruyt..., l'une pour voler, l'autre pour flinguer..

Bonjour.

Petite précision,que j'aurais du mentionner.

Quand F V,donne cette information,nous sommes environs trois mois avant les faits de Nivelles. F V est attablés au bar du café le 421 et remet cette information et ces détails à un informateur.Cette informateur transmettra l'info à un gendarme de la brigade de Braine L'Alleud. Gendarme du Nom de Bouchat. Bouchat qui sera plus arrêté dans le cadre des escroqueries à l'assurance opérée avec A V. Ce gendarme sera éjectée de la GD et condanné à une peine de prison ferme.
F V ne peut donc pas à ce moment faire un lien avec une affaire qui n'existe pas encore. Par contre," d'autres" à la lecture de cette info auraient dû percuter de suite.
Revenir en haut Aller en bas
AC30



Nombre de messages : 415
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   Jeu 3 Juil 2008 - 15:31

[quote="magnum"]
michel a écrit:
jack a écrit:
Pourquoi les tueurs se sont t'ils calmés en 1984 ?

La deuxième vague de tueries (1985) est terriblement meurtrière, et plus courte que la première, est t'on sûrs à 100% qu'il s'agit des mêmes hommes qu'en 82/83 ?

Bonne question. Peut-être que l'un des auteurs était détenu? J'imagine que cela a été vérifié.
Certains ont émis l'hypothèse que les auteurs de 1985 étaient différents de ceux de 1982-1983. Mais les armes étaient pareilles et le fameux "géant" a été vu lors des deux vagues.

Amusant ce que vous dites...
Il y a quelques années, j'ai surpris une conversation entre deux officiers de gendarmerie ( Guido Torres et david Janssen) parler des TBW...
Ils rigolaient et disaient qu'on ne toruverait pas les auteurs parce qu'ils étaient en prison au moment des faits...
Certains réintégraient leur cellule après l'attaque...
Mais qui aurait pu leur ouvrir la porte ?[/
quote]

Est-ce qu'on en sait un peu plus à ce sujet ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: chronologie générale des faits   

Revenir en haut Aller en bas
 
chronologie générale des faits
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les méfaits des régimes
» Astrologie sidérale
» moyenne générale
» Dossiers: Faits insolites en Ufologie
» Taille d'échantillon - Thèse de Médecine Générale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Les faits :: Chronologie générale des faits-
Sauter vers: