les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22, 23  Suivant
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Mer 23 Déc 2015 - 12:23

http://www.senate.be/lexdocs/S0523/S05231297.pdf





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Mer 23 Déc 2015 - 12:37

Note Westmoreland

http://www.senate.be/lexdocs/S0523/S05231297.pdf












https://fr.wikipedia.org/wiki/William_Westmoreland




John K. Singlaub et William Westmoreland






William Westmoreland et Robert K. Brown

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Mar 29 Déc 2015 - 14:21


Un très intéressant article :

November 18, 1990 article by The Observer

est disponible sur

https://fr.scribd.com/doc/294203932/The-Observer-Nov-18-1990








Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Mar 29 Déc 2015 - 19:23






Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Mar 29 Déc 2015 - 19:45





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Mer 30 Déc 2015 - 17:24



The secret history of the CIA
Par Joseph J. Trento

(page 369)

One of Helm's greatest tactical successes had been in keeping the paramilitary side of the United States covert activities under the aegis of the Defense Intelligence Agency (DIA). "This is how he kept his tunic clean", Robert Crowley explained. "The CIA-DIA partnership was one of many ways the CIA hid the dirtiest and most vile of its operations. It gave the Agency deniability". In 1975, when Senator Frank Church's select Committee held its hearings on CIA transgressions, many Americans believed they were learning all there was to know about the CIA's "family jewels", its darkest secrets. But the real dark secret is how the CIA became the public whipping boy while military secrecy was used to protect even more damaging operations.

For Helms, the DIA arrangement meant no decrease in power. He was very much the director of central intelligence - the person who oversaw all U.S. intelligence activities, not just the CIA. The other intelligence agencies deferred to him. And, if an operation failed or was exposed, he could deflect blame and responsibility. (...)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Helms

Richard McGarrah Helms, né le 30 mars 1913 à Philadelphie, mort le 23 octobre 2002, est un haut fonctionnaire américain. Il a été directeur de la Central Intelligence Agency (CIA) de 1966 à 1973. Il est le seul directeur à avoir été condamné pour mensonge devant le Congrès des États-Unis sur les activités secrètes de la CIA. (...)

https://en.wikipedia.org/wiki/Richard_Helms

http://www.slate.com/articles/news_and_politics/obit/2002/11/the_gentlemanly_planner_of_assassinations.html

The Gentlemanly Planner of Assassinations

The nasty career of CIA Director Richard Helms.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Mer 30 Déc 2015 - 18:10


La machine de guerre américaine
Par Peter Dale Scott

(page 230)

Le directeur de la CIA Bush promut son ami Theodore Shackley, qui durant des années s'était occupé des exilés cubains travaillant pour la CIA à Miami. Selon Kevin Phillips, "Fin 1976, Bush avait aussi protégé des agents troubles et incontrôlables de la CIA - des vétérans ayant participé aux assassinats au Chili, au programme Phoenix au Vietnam ou à des opérations de surveillance domestique illégales - de poursuites de la part du département de la Justice du Président Ford".

Mais l'état d'esprit prudent de l'époque post-Watergate fit son retour lors de la présidence Carter, grâce au directeur de la CIA qu'il nomma, l'amiral Stansfield Turner. L'influence de Shackley au sein de la CIA diminua jusqu'à son départ en 1978, principalement en raison d'une série de révélations concernant son ami Edwin Wilson.

Cependant, William Corson et Joseph Trento affirment que l'esprit d'une CIA alternative et plus engagée a survécu sous Shackley, qui, comme nous l'avons déjà vu, était le protégé de l'ancien agent de l'OPC Desmond Fitzgerald. Trento écrit que Shackley était soutenu par le Safari Club du Shah d'Iran (...) et par Richard Helms, ambassadeur américain en Iran. Le chef officiel du bureau de la CIA en Iran "se plaignit à maintes reprises que Helms semblait lancer ses propres opérations de renseignements en dehors de l'ambassade" et que des vétérans de la CIA, qui avaient travaillé sous les ordres de Shackley "formaient une organisation d'espionnage secrète au sein des services de renseignements américains officiels".

_


Peter Dale Scott fait référence aux pages 436 et 437 du livre de Joseph J. Trento "The secret history of the CIA" :

By the end of 1978, Wells and Shackley themselves were among the casualties. Shackley, though he prospered under George Bush, could not escape the taint of scandal under Turner.   (...)  Before Turner was done, 823 experienced members of Clandestine Services were fired, and the animosity toward Carter and Turner was intense. Years later, during the second Reagan Administration, Shackley resurfaced in ways that, had Turner been more astute, might not have happened.

_


A la page 344 du livre de Joseph J. Trento

The colorful Special Operations expert, General John K. Singlaub, chief of Military Assistance Command Vietnam Special Operations Group (MACV-SOG) in Vietnam, also worked with Shackley and his team in Cambodia and at the secret CIA air base at Udorn in Laos  (...)  The relationships Shackley developed during his time in Laos eventually made him one of the most powerful men in the CIA, because he and his associates held a common secret : the CIA was in an alliance with Laotian drug lords (...) Once again, the CIA was in business with the mob.

Note : Tony Poe et Guillaume Vogeleer étaient bien au courant !

_


Peter Dale Scott fait aussi référence au livre de David Teacher (dont la quatrième édition vient de sortir) : Shackley opérait en collaboration avec la très secrète Fondation internationale pour la liberté, un groupe créé par le lobbyiste Jack Abramoff...

http://www.mediafire.com/view/4pq91px3iya284d/Rogue_Agents_-_the_Cercle_and_the_6I_in_the_Private_Cold_War_1951_-_1991_by_David_Teacher_%284th_edn%2C_2015%29.pdf

_ _ _ _ _


Pour information :

http://spartacus-educational.com/JFKfitzgeraldD.htm

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Mer 30 Déc 2015 - 21:17



La machine de guerre américaine
Par Peter Dale Scott

(page 231)

(...) le conglomérat d'assurances American Underwriters Corp (...) faisait d'abord partie de l'empire des assurances dirigé par l'ancien agent de l'OSS C.V. Starr, et aujourd'hui de la multinationale géante AIG. Block rapporte que l'American International Underwriters Corp. (à présent AIG) "était un conglomérat d'assurances que l'on soupçonnait d'entretenir des liens avec la CIA en Asie du Sud-Est", et "dont on pensait qu'il prenait part aux opérations de renseignements en Asie du Sud-Est." (...)

_ _ _


Cela fait référence au livre de Block "Masters of Paradise"

https://books.google.be/books/about/Masters_of_Paradise.html?id=trFcGY20LX8C&redir_esc=y

_ _ _


Il y a d'autres informations sur internet :

http://japanfocus.org/-peter_dale-scott/3436/article.html

The C. V. Starr companies (later the massive AIG group) allegedly had “close financial ties” with Chinese Nationalists in Taiwan,54 and in any case they would of course have had a financial interest both in restoring the KMT to power in China and in consolidating a Western presence in Southeast Asia.55 At the time of Corcoran’s lobbying, Starr’s American International Assurance Company was expanding from its Hong Kong base to Malaysia, Singapore, and Thailand. In 2006, that company was “the No. 1 life insurer in Southeast Asia.”56 And its parent AIG, before AIG’s spectacular collapse in 2008, was listed by Forbes as the eighteenth-largest public company in the world.

Traduction partielle :

Les compagnies d'assurance de C.V.Starr, qui deviendront l'immense groupe AIG, sont suspectées d'avoir entretenu "des liens financiers étroits" avec les nationalistes chinois de Taïwan. Dans tous les cas, elles auraient bien évidemment eu des intérêts financiers dans le retour au pouvoir du KMT en Chine et dans la consolidation d'une présence occidentale en Asie du Sud-Est."

_ _ _


https://en.wikipedia.org/wiki/Cornelius_Vander_Starr

Cornelius Vander Starr also known as Neil Starr or C. V. Starr (October 15, 1892 – December 20, 1968) was an American businessman and operative of the Office of Strategic Services who was best known for founding the American International Group (AIG), a major corporation in the 21st century.

(...)

In 1919 he founded what was then known as American Asiatic Underwriters (later American International Underwriters) in Shanghai, China. He had long been aware of the described and looming "Chinese Century." His first employee, and office boy, was Edwin Manton, who eventually became chairman of A.I.U. and executive vice president of AIG. Eventually, he hired Maurice "Hank" Greenberg's father as his driver, saw exceptional promise in the young man, paid for his education, and hired him as a trainee. It has been reported that he worked for the Office of Strategic Services during World War II while in China.[2] After the war, he hired O.S.S. captain Duncan Lee, a lawyer, who was the long-term general counsel of AIG. AIG left China in early 1949, as Mao Zedong led the advance of the Communist People's Liberation Army on Shanghai,[3][4] and Starr moved the company headquarters to its current home in New York City.[5] AIG was once the world's largest insurance company.


Note : intéressant de noter que le fondateur de AIG a été agent de l'OSS... Les liens de AIG avec l'OSS puis la CIA sont multiples et on y retrouvera Frank Wisner Jr ... (proche de Nicolas Sarkosy)

Il faudrait aussi s'intéresser à un autre géant de l'assurance : Allianz, basé à Munich et lié à la compagnie de réassurance Munich Re.

Cela a déjà été discuté ailleurs sur le forum, notamment à la page 44 de

http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t1372p645-ciolini-elio-bande-haemers-loge-p2-en-italie

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Ven 8 Jan 2016 - 10:32

Pour information (en italien) :

http://www.ilgazzettino.it/collaborazioni/altro/morto_giuseppe_cismondi_comand_stay_behind_gladio_nord_est_friuli-1467616.html
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Ven 8 Jan 2016 - 14:51

Sur l'ACCG, voir

http://www.foia.cia.gov/sites/default/files/document_conversions/5829/CIA-RDP80B01676R000900060012-6.pdf





_ _ _ _


The Norwegian Intelligence Service, 1945-1970
Par Olav Riste




(...)







_ _ _



En 1960, Lyman Lemnitzer devait être directement concerné ...

La France n'a très probablement plus fait partie de la direction de l'ACCG quand elle a quitté la structure militaire de l'OTAN ...
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Sam 9 Jan 2016 - 23:31


http://www.globalresearch.ca/natos-secret-armies-operation-gladio-and-the-strategy-of-tension/5500132

NATO’s Secret Armies. Operation GLADIO and the Strategy of Tension

Interview with Dr. Daniele Ganser

(...)

Voir aussi :

http://themindrenewed.com/transcripts/792-int-70t

_ _ _

L'exposé de Daniele Ganser est très convaincant. Le seul bémol est un point de détail : il n'y a à mon avis rien d'étonnant à ce que la structure métallique du WTC7 se soit effondrée lors de l'incendie du 11 septembre 2001.

Quelques ajouts concernant plus particulièrement la Belgique : nous savons que Lyman Lemnitzer avait de longues conversations avec Léopold III et que celles-ci se prolongeaient parfois au golf de Mons. Le rôle de Guy Weber ne peut être sous-estimé, même s'il ne fut pas très longtemps l'adjoint de Lyman Lemnitzer.

Il faut aussi rappeler les liens entre la gendarmerie de l'époque, qui faisait partie de l'armée, avec l'OTAN ... ainsi que ceux entre la DIA (notamment présente au SHAPE) et le SDRA (y compris très probablement son réseau stay-behind SDRA VIII). Lyman Lemnitzer était aussi à l'origine de la DIA. Il n'y a rien d'étonnant à ce que la DIA et le SHAPE soient proches. N'oublions pas que Paul Latinus a déclaré avoir été recruté par la DIA et que Guillaume Vogeleer a aussi travaillé pour ce service (par ailleurs très proche de la CIA, voir le cas de Daniel O. Graham). Le témoignage de Joël Lhost est très clair sur le rôle de la DIA lors des attaques de Braine l'Alleud et Overijse. Il est également vraisemblable que la gendarmerie a joué un rôle dans la manipulation de Ronquières.

_ _ _





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Mar 12 Jan 2016 - 10:29

Il ne faut pas oublier le lien entre Lyman Lemnitzer et la GLNF.



http://survie.org/francafrique/article/cia-et-inities-le-temple-et-ses



(...)  avant d’être rebaptisée GLNF. En application du Rite Écossais Rectifié, « tout candidat à la GLNF doit prêter serment sur l’Évangile de Saint-Jean et jurer fidélité à la sainte religion chrétienne. Au début de chaque “tenue” [réunion], la Bible est ouverte sur l’autel. » La GLNF va décoller au lendemain de la Seconde Guerre mondiale avec « l’installation du siège de l’Otan à Paris » et l’arrivée de « milliers de militaires américains, canadiens et britanniques, souhaitant pratiquer la maçonnerie de leur pays. »  

Indice significatif : « L’actuel siège européen de la franc-maçonnerie américaine se situe toujours à Heidelberg, QG des forces alliées occupant l’Allemagne après la Seconde Guerre mondiale. » Dans les trois premières stratégies atlantistes (nucléarisation, stay behind, finance parallèle), la plupart des acteurs européens vont appartenir à des obédiences reconnues par les Anglo-Saxons.    (...)

La GLNF connaît un passage à vide en 1965 lorsque l’Otan déménage de Paris à Bruxelles. Jean Baylot, ancien préfet de police de Paris, est l’artisan du redémarrage avec Yves Trestournel, nommé en 1972 secrétaire de l’association qui régit l’obédience. En 1980, tous deux poussent à la tête de la GLNF Jean Mons, ancien directeur de cabinet des présidents du Conseil Léon Blum et Paul Ramadier - celui qui a négocié l’implantation du stay behind en France. Rien d’étonnant, dans ces conditions, que Mons ait été compromis dans le trafic des piastres, un filon barbouzard pour financer la guerre d’Indochine . Avec Claude Charbonniaud, un temps gendre de Mons, Trestournel pousse à la recherche intensive de « candidats intéressants », solvables et décisionnaires. La GLNF passe de 5 000 à 20 000 membres : tout un gotha industriel, financier, politique, judiciaires, médiatique, militaire, barbouzard.   (...)

Il est quand même curieux que de hauts gradés d’une institution hiérarchisée, censés en connaître les règles secrètes, évoquent un double fond du secret, une partie immergée de l’iceberg, des réseaux occultes. En réunion plénière du Souverain Grand Comité, l’ancien patron de la DGSE Pierre Marion, Grand Porte Glaive, demande « une enquête sur les activités de Trestournel. » Une bande de gros bras l’entoure aussitôt : « On aura ta peau. » Le même Marion, dans une lettre à Charbonniaud, suggère que le secrétaire de la GLNF se vante « sans retenue d’être un “marionnettiste” confirmé de Grand Maître. » Ottenheimer et Lecadre disent de Trestournel qu’il est un « maître absolu », un « homme-clé ». « Il sait tout. » Pierre Marion leur confie : « Il est très fort, il a eu l’habileté de lover une organisation [xxx] dans une société secrète. Allez l’en déloger... Depuis vingt-huit ans qu’il est à la tête de l’obédience, il tient tout le monde. »

Les deux journalistes n’ont pas osé retranscrire l’adjectif, assez transparent, qui qualifie l’organisation “lovée”. On songe évidemment aux méthodes stay behind. Quoi de plus tentant que de greffer un bout de service secret sur une société secrète ? Lorsqu’il commandait la DGSE, Pierre Marion était le patron du service Action, relais en France du stay behind. Le général Jeannou Lacaze a dirigé ce service, avant de devenir chef d’état-major des Armées et d’engager une interminable carrière de conseiller militaire auprès des dictateurs françafricains. Il est, lui, parfaitement à l’aise à la GLNF, à « la très secrète loge La Lyre, non numérotée dans l’annuaire de la GLNF, de peur que des frères encore ingénus ne puissent en connaître la composition... » Il y côtoie notamment deux anciens dirigeants de chez Bouygues, Jean-François Humbert et Pierre Boireau. La Lyre est allée à Brazzaville célébrer l’élévation au titre de Grand Maître d’un vaillant combattant du monde libre et du pétrole, l’ex-marxiste Denis Sassou Nguesso, dont le retour au pouvoir s’est corsé d’une rafale de crimes contre l’humanité.   (...)

_ _ _


Pierre Marion a beaucoup écrit sur le "complexe militaro-industriel" français ... Il a succédé au comte de Marenches (qui a créé le Safari club) à la tête du SDECE.

_ _ _


Sur le comte de Marenches (surnommé "Porthos") :

Histoire politique des services secrets français: De la Seconde Guerre ...
 Par Roger FALIGOT,Jean GUISNEL,Rémi KAUFFER




Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Jeu 21 Jan 2016 - 18:51


http://www.rtbf.be/tv/guide-tv/detail_retour-aux-sources-kgb-cia-au-corps-a-corps?uid=1057207944668&idschedule=6df43b584ac1e43070c87d303d68b46d

22:45 - Vendredi 22 janvier

Retour aux sources : KGB - CIA au corps à corps

Pendant 50 ans, Berlin fut le symbole vivant de la guerre froide. Le décor d'un roman d'espionnage à ciel ouvert. La ville au coeur de l' « intelligence war » entre les Etats-Unis et le « bloc soviétique ».

Pendant 50 ans, CIA et KGB s'y observent, s'y confrontent. Directement. Continuellement. Ils vont s'y livrer sans merci à la plus grande bataille du renseignement de l'histoire.

Pressions économiques, diplomatie secrète et espionnage étaient les maîtres mots de cette guerre larvée qui jamais ne se transformera en conflit armé. Une guerre souterraine entre deux institutions, à l'insu de la diplomatie officielle. Tour à tour, KGB et CIA ont infiltré les services ennemis, se sont opposés, créant d'énormes tensions entre les deux blocs, mais ont aussi permis, on le sait moins, un réchauffement des relations Est-Ouest en désamorçant certaines crises.

Raconter l'opposition KGB / CIA, c'est plonger au coeur de la guerre froide, ce conflit majeur du XXème siècle. En pénétrant dans l'intimité des espions, on découvre la face cachée de la grande Histoire. Et l'on réalise que mensonges, coups de bluff et trahisons ont présidé au destin des principales puissances de l'époque.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Dim 24 Jan 2016 - 17:02


http://www.rtbf.be/video/detail_retour-aux-sources?id=2077419

Retour aux sources KGB - CIA au corps à corps

Vous pourriez aussi être intéressés par Rainer Rupp (Topaz) ... in the NATO headquarters in Brussels from 1977 until 1989 ...

https://en.wikipedia.org/wiki/Rainer_Rupp

https://www.youtube.com/watch?v=7ciy5R-tLiE

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Jeu 28 Jan 2016 - 14:43


http://www.deutschlandfunk.de/geheimorganisationen-im-kalten-krieg-partisanen-der-nato.1310.de.html?dram:article_id=343599

25.01.2016

Geheimorganisationen im Kalten Krieg

Partisanen der NATO

In der heißen Phase des Kalten Krieges bauten westliche Geheimdienste und die NATO geheime Widerstandsgruppen für den Fall auf, dass die Sowjetunion die Bundesrepublik besetzen sollte. Die Existenz dieser Geheimarmee wurde erst in den 1990er-Jahren bekannt. Durch kürzlich freigegebene Akten wurden jetzt brisante Einzelheiten über "Die Partisanen der NATO" bekannt.

Von Otto Langels

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Jeu 28 Jan 2016 - 15:29


http://www.lavocedellevoci.it/?p=4448

20 gennaio 2016 autore: Andrea Cinquegrani

RIVELAZIONI SUL CASO MORO / SPUNTA UN’ALFA SUD DELLA DIGOS

Caso Moro. Una verità “storica” ormai accertata, soprattutto grazie all’imponente lavoro di ricostruzione effettuata da calibri come Sergio Flamigni, Ferdinando Imposimato e Sandro Provvisionato. Gli ultimi due, autori di una pietra miliare come “Doveva morire”, con una Dc targata Andreotti-Cossiga ben consapevole del tragico destino dello statista, la super regia Usa orchestrata da Steve Pieczenick (arrivato ad ispirare quel “comitato di crisi” composto da 11 piduisti su 12) e il braccio operativo di Gladio.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Ven 5 Fév 2016 - 6:22


http://www.heise.de/tp/artikel/47/47290/1.html

"Struktur jenseits des demokratischen Systems"

Reinhard Jellen    04.02.2016

Jürgen Roth propagiert in seinem neuen Buch einen "tiefen Staat" in Deutschland

Der Ausdruck "tiefer Staat" entstand in den 1990er Jahren in der Türkei und bezeichnet ein geheimes Netzwerk aus Politik, Verwaltung, Justiz, Militär und Extremisten, das manche Beobachter als Teil der Stay-Behind-Strukturen in den NATO-Staaten einordnen. Der bekannte Enthüllungsjournalist Jürgen Roth wendet diesen Ausdruck in seinem gleichnamigen neuen Buch auch auf Deutschland an.

(...)





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Sam 6 Fév 2016 - 15:32


Italian Neofascism: The Strategy of Tension and the Politics of ...
Par Anna Cento Bull
















(...)

_ _ _ _ _


Le général Magi-Braschi (proche de l'OTAN) était aux côtés de Stefano Delle Chiaie !


https://it.wikipedia.org/wiki/Convegno_dell'hotel_Parco_dei_Principi

Il convegno dell'hotel Parco dei Principi è il nome con cui divenne noto il "Convegno sulla guerra rivoluzionaria"; organizzato dal 3 al 5 maggio del 1965 dall'Istituto di studi militari Alberto Pollio a Roma all'hotel Parco dei Principi.






Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Sam 6 Fév 2016 - 16:15


Sur

http://lagrepigge.com/article/adriano-magi-braschi

on apprend que Magi-Braschi a été décoré de l'Ordre souverain militaire de Malte, Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte.

Il est passé (brièvement) au Vietnam avant 1968... (qui a-t-il rencontré ?)

_ _ _


Psyops
Par Solange Manfredi




(...)



(...)





(...)





(...)



(...)





Revenir en haut Aller en bas
lrnt



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 23/04/2015

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Dim 7 Fév 2016 - 1:25

HERVE a écrit:
Il ne faut pas oublier le lien entre Lyman Lemnitzer et la GLNF.

Luis M. Gonzalez-Mata, Les vrais maîtres du monde, Grasset, Paris, 1978, pp. 20-23 :

Citation :
En. 1952, après un voyage aux États-Unis, le secrétaire général du Mouvement européen, M. Retinger, à son retour en Europe, prêche « la nécessité de créer un organisme international au sein duquel Américains et Européens se rencontrent dans le but d'améliorer les relations entre les deux continents ».

La réunion constitutive ayant eu lieu à Paris, un comité d'organisation est créé afin de jeter les bases de la future
institution. Les promoteurs et premiers membres en sont, entre autres, le prince Bernard de Hollande, M. Van Zeeland (président de l'Association pour l'unité européenne et ministre des Affaires étrangères de Belgique), MM. John Colleman, W. Donnavan (directeur de la CIA), Bedell-Smith (de la CIA), Paul Rijkens (P-DG d'Unilever), Guy Mollet et AntoineP inay (hommes politiques français), Espiritu Santo et F. Nogueira (banquiers portugais), N. Franco (frère du dictateur). Herman ABs (ex-banquier nazi et financier). Joseph Luns (diplomate hollandais. ex-ministre des Affaires extérieures, actuel secrétaire général de l'OTAN), Sosthène Behn P-DG d'ITT), Mertens (ex-colonel nazi et homme d affaires), Harald Quandt (financier allemand et fils de la seconde épouse de Goebbels), Gunther F. Fahl (ex-directeur de IG Farben, lui-même condamné par le tribunal de Nuremberg pour crimes de guerre, et l'un des dirigeants de la Lockheed), etc.

Outre leur anticommunisme viscéral et leur philo-américanisme profond, un point unit nombre de ces personnages, futurs adhérents au Club de Bilderberg: ils sont, pour la plupart, des membres éminents de loges maçonniques affiliées au "rite écossais*", d'influence - pour ne pas dire d'inspiration - nord­américaine et que, depuis 1945, nous trouvons mêlées aux activités droitières les plus diverses. Trait qui mérite que nous arrêtions notre attention sur ce phénomène assez méconnu de l'opinion publique.  

(* En France, les francs-maçons de rite écossais se regroupent dans la Grande Loge de France mais, assez récemment, des centaines de "frères écossais" l'ont quittée pour rejoindre la Grande Loge nationale française, plus traditionaliste et droitière.)

Franc-maçons « écossais », services secrets dirigeants politiques, Mafia, fascisme apparaissent mêlés dans toute une série d'organisations « anticommunistes» patronnée par la C1A en Europe:

Ligue européenne de coopération économique, Mouvement européen, Centre européen de la culture, Congrès d'Europe, Association internationale pour l'unité européenne, American Committee 0f United Europe.

Dans toutes ces organisations, dont la liste n'est pas exhaustive.
nous rencontrons alors:

Allen Dulles, fondateur de la CIA (dont il sera le directeur de 1953 à 1961). Franc-maçon de rite écossais.

Retinger, conseiller diplomatique du chef du gouvernement polo­nais en exil à Londres. Secrétaire du Mouvement européen. plus tard secrétaire général du Club de Bilderberg. Franc-maçon de rite écossais.

Braden. directeur des affaires internationales de la CIA. Franc­maçon de rite écossais.

Kohnstamm, bras droit du prince Bernard, il deviendra à son tour secrétaire général du Club de Bilderberg. Franc-maçon de rite écossais.

Donnavan, autre directeur de la CIA. Franc-maçon de rite écossais. Brosio, Italien, à l'époque secrétaire général de l'OTAN. Franc­-maçon de rite écossais.

Martin, ambassadeur américain. Franc-maçon de rite écossais.

Gigliotti, chef du secteur européen de la CIA, agent de liaison entre la CIA et les différents « Orients» de la Franc-maçonnerie écossaise. Franc-maçon de rite écossais.

La Guardia, maire de New York. Franc-maçon de rite écossais. Cortini, grand maître du Grand Orient italien.

Van Zeeland, ministre belge des Affaires étrangères, grade 33 du rite écossais.

Truman, président des USA. Franc-maçon de rite écossais.

Dewen, gouverneur de l'État de New York. Franc-maçon de rite écossais.

Ford, président des USA. Franc-maçon de rite écossais.

Gelli, Vénérable Maître de la loge P 2 du Grand Orient du rite écossais italien.

De nombreux directeurs de multinationales figurent également sur les listes de différentes Loges du même rite.

Le fer de lance du rite écossais en Europe a été durant des années non pas un Grand Orient, comme il serait logique, mais une « petite» Loge appartenant au Grand Orient d'Italie: la P 2, que nous trouvons directement mêlée à toute une série d'actions. Toutes les enquêtes concernant la stratégie de la tension en Italie, et
par conséquent en Europe, font apparaître que des membres importants de la Loge P 2 ont manipulé et utilisé des extrémistes et activistes de tout poil. Lors de ses investigations concernant l'assassinat en Italie du procureur Occorsio en 19762, la police trouva au domicile de l'assassin une série de documents se rapportant à une société commerciale italienne spécialisée dans la vente d'armes, la RACOIN (Raporti Commerziali Internazionali)
dont le chiffre d'affaires annuel dépasse les 500 millions de dollars. Derrière la RACOIN, les enquêteurs débusquèrent certaines hautes personnalités politiques (la presse parla d'un ministre, d'un secrétaire
d'État, d'un député, de directeurs des services de sécurité et des...francs-maçons écossais !) Le procureur assassiné, M. Occorsio, avait inculpé pour "complicité de séquestration et de dissimulation de fonds
illégaux" M. Minghelli, secrétaire général de la Loge P. Le Père Coppola, intérmédiaire entre l'Anonyme des séquestrations et les familles des victimes était également membre de cette Loge "pas comme les autres".
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Mar 9 Fév 2016 - 22:28


http://www.deutschlandfunk.de/geheimorganisationen-im-kalten-krieg-partisanen-der-nato.1310.de.html?dram:article_id=343599

Geheimorganisationen im Kalten Krieg

Partisanen der NATO


(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Mar 1 Mar 2016 - 14:32


Pour information, une lecture instructive :

https://libcom.org/library/making-atlantic-ruling-class-kees-van-der-pijl

Kees van der Pijl traces the formation of a transatlantic ruling class from the early 20th century through to the Cold War era.

•Introduction
•Class formation on an Atlantic scale
•The Atlantic economy in the liberal era
•The Wilson offensive
•The New Deal synthesis
•The Atlantic Charter and the Roosevelt offensive
•The Marshall offensive and capitalist restoration in Europe
•The Kennedy offensive and the new liberalism
•The meridian of Atlanticism
•The crisis of Atlantic integration
•Epilogue - from trilateralism to unilateralism
•Notes and references

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Lun 7 Mar 2016 - 11:57


Un article "historique" :

http://www.cambridgeclarion.org/press_cuttings/vinciguerra.p2.etc_graun_5dec1990.html

Secret agents, freemasons, fascists... and a top-level campaign of political 'destabilisation'

5 December 1990,

Ed Vulliamy in Rome on the 'strategy of tension' that brought carnage and cover-up

(...)

General Pietro Corona, head of the "R" office from 1969-70, told the Venice inquiry about "an alternative clandestine network, parallel to Gladio, which knew about the arms and explosives dumps and who had access to them". General Nino Lugarese, head of SISMI from 1981-84 testified on the existence of a "Super Gladio" of 800 men responsible for "internal intervention" against domestic political targets.

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Lun 2 Mai 2016 - 10:10


Une série d'articles sur "The Secret Team"

https://www.scribd.com/doc/311194204/The-Secret-Team

The Secret Team = Ted Shackley, Thomas G. Clines, Richard Secord, Ricardo Chavez, Rafael Quintero, Albert Hakim, Edwin Wilson, and Richard L. Armitage.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Jeu 5 Mai 2016 - 10:24


Un livre que l'on m'a recommandé :

https://ohiostatepress.org/index.htm?books/book%20pages/Kisatsky%20United.html

The United States and the European Right, 1945–1955

Deborah Kisatsky

“This book is an excellent example of the new international history. Kisatsky’s superb examination of the American response to the political right adds to and challenges our understanding of U.S.-German relations after World War II.” —David Schmitz, Whitman College

“Kisatsky argues that the United States employed a variety of diplomatic responses—containment, cooptation, and cooperation—to Right-wing challenges in postwar Europe with the objective of protecting and increasing American ‘power and hegemony.’ History will not be able to dispute her evidence about America’s extreme reaction to a security threat at the height of the Cold War, a reaction that most Americans have come to regret.” —Thomas Schwartz, Vanderbilt University

Nazi Germany’s defeat in May 1945 commenced a decade-long Allied effort to democratize the former Reich. The United States simultaneously began sheltering scientists, industrialists, and military officers complicit in Nazi crimes. What explained this conflict between the spirit and practice of denazification? Did U.S. Cold War anticommunism simply replace antifascism in the postwar period? Did Americans favor rightists over leftists in a quest to restore “order” in Europe?

In this groundbreaking study, Deborah Kisatsky shows that opportunity, not order, galvanized U.S. foreign policy, and that American dealings with the European Right were more complex than has been presumed. U.S. leaders cooperated with West German Chancellor Konrad Adenauer to achieve shared Atlanticist goals. And the United States co-opted nationalistic fighters into a secret stay-behind net of the Bund Deutscher Jugend-Technischer Dienst. But Allied leaders jointly worked to contain such vocal neutralist-nationalists as the ex-Nazi Otto Strasser. Cooperation, co-optation, and containment of French and Italian, as of German, rightists advanced American hegemony in Europe. These strategies extended techniques of social control perfected within the United States and synthesized domestic and international systems of power in the twentieth century.

Based on extensive multinational research, this book raises bold questions about the deep sources of U.S. foreign policy, past and present.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Sur Konrad Adenauer, avec Antoine Pinay et Jean Violet :

http://www.faz.net/aktuell/politik/politische-buecher/johannes-grossmann-heimliche-verteidiger-des-abendlandes-13285673/deutsch-franzoesisches-13296064.html#fotobox_1_3285673





_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Il est question de Bund Deutscher Jugend-Technischer Dienst dans le livre de Daniele Ganser :

NATO's Secret Armies: Operation GLADIO and Terrorism in Western Europe

Par Ganser Daniele

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


http://www.spiegel.de/spiegel/print/d-21977860.html

29.10.1952

Die BDJ-Affäre hat in den Hauptquartieren des amerikanischen Geheimdienstes in Europa erhebliche Beunruhigung ausgelöst. Der "Technische Dienst" in Deutschland ist nämlich nur ein Zweig einer über ganz Europa verbreiteten und von den Amerikanern unterstützten Partisanen-Organisation, deren Schwergewichte in Frankreich, den Benelux-Ländern, Italien, aber auch auf der Iberischen Halbinsel liegen. In Frankreich wurde diese Organisation bereits 1948 unter Förderung des Sozialistenführers Jules Moch aufgezogen.

_ _ _ _ _ _


http://www.heise.de/tp/artikel/47/47290/2.html

Jürgen Roth

(...)
Il est clair qu'il y avait dans le passé, en particulier dans les années cinquante, une armée secrète en Allemagne: je décris en détail les activités de la Fédération de la jeunesse allemande (BDJ) et le service soi-disant technique. Ce dernier a été une tâche force paramilitaire et rechtsterroristischer, qui a été financé et co-contrôlée par la CIA. Au moins, il ressort des documents maintenant déclassifiés de la CIA.

Dans l'ensemble, le renseignement américain a recruté au moins 1.000 anciens officiers nazis, membres de la Gestapo et des SS pour des actions contre l'Union soviétique, à savoir les personnes qui avaient déjà exercé leur métier d'assassiner pendant la domination nazie. Le service technique de la BJD, qui, incidemment, a été soutenu par le gouvernement alors Adenauer a été organisée militairement, composée de conservateurs nationaux et néo-nazis et a conduit soi-disant listes de décès des communistes et sociaux-démocrates. Aucun des responsables n'a jamais été tenu responsable.

Il y avait aussi dans les années cinquante, une armée secrète, les Sud-allemande des associations d'anciens combattants, a également organisé et financé par la CIA. Derrière se cachèrent, entre autres choses, le fondé en 1950 geheimbündlerischen cercles d'un soi-disant "Fraternité". Votre groupe de leadership, le «Frères», se composait presque exclusivement d'anciens membres supérieurs de la Wehrmacht qui avaient un passé nazi. Jusqu'en 2014, le gouvernement fédéral savait officiellement rien de cette armée secrète. Depuis le milieu des années cinquante, les protagonistes de ces organisations secrètes étaient partie importante de la Bundeswehr, le Service fédéral de renseignements que la police criminelle fédérale .
(...)

_ _ _ _ _

(...)
Fest steht, dass es in der Vergangenheit, insbesondere in den fünfziger Jahren, auch eine Geheimarmee in Deutschland gab: Ich beschreibe ausführlich die Aktivitäten des Bund Deutscher Jugend (BDJ) und dessen sogenannten Technischen Dienstes. Letzterer war ein paramilitärischer und rechtsterroristischer Kampfverband, der vom CIA finanziert und mitgesteuert wurde. Das zumindest geht aus inzwischen freigegebenen Dokumenten der CIA hervor.

Insgesamt rekrutierte der US-Geheimdienst mindestens 1000 ehemalige Nazi-Offiziere, Angehörige der Gestapo und SS für Aktionen gegen die Sowjetunion, also Personen, die bereits während der Naziherrschaft ihr Mordhandwerk ausgeübt hatten. Der Technische Dienst des BJD, der übrigens von der damaligen Adenauer-Regierung gestützt wurde, war militärisch organisiert, bestand aus Nationalkonservativen und Neonazis und führte sogenannte Todeslisten für Kommunisten und Sozialdemokraten. Keiner der Verantwortlichen wurde jemals zur Verantwortung gezogen.

Es gab ebenfalls in den fünfziger Jahren eine geheime Armee, die süddeutschen Veteranenverbände, ebenfalls vom CIA organisiert und finanziert. Dahinter verbargen sich, unter anderem, die im Jahr 1950 gegründeten geheimbündlerischen Kreise einer sogenannten "Bruderschaft". Ihre Führungsgruppe, der "Bruderrat", bestand fast ausschließlich aus ehemaligen hohen Wehrmachtsangehörigen, die eine braune Vergangenheit hatten. Bis ins Jahr 2014 wusste die Bundesregierung offiziell nichts von dieser geheimen Armee. Ab Mitte der fünfziger Jahre wurden die Protagonisten dieser geheimen Organisationen wichtiger Teil der Bundeswehr, des Bundesnachrichtendienstes wie des Bundeskriminalamtes.
(...)

_ _ _ _ _ _


Le WNP pourrait-il avoir eu des contacts avec ce genre de choses ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Aujourd'hui à 5:04

Revenir en haut Aller en bas
 
Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 21 sur 23Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22, 23  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ITALIE] L'héraldique ... italienne - Vocabulaire
» Mémoires de Napoléon Bonaparte Tome I : La campagne d'Italie
» Grave accident en Italie
» Les nouvelles des latinistes en Italie (voyage 2010)
» Petite aide, géographie, Italie :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Les axes exploités :: La piste terroriste/Gladio-
Sauter vers: