les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 27, 28, 29
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Sam 11 Aoû 2018 - 16:24





_ _ _


En mai 1944, avec la fonction spécifique de «dépôt de personnel et de matériel du bataillon NP pour la partie destinée aux opérations« spéciales », ce qui fut transmis à l’histoire sous la forme du bataillon« Vega », même s’il était structuré comme un véritable et juste "groupe" complètement autonome.


_ _ _


In May 1944, with the specific function of "deposit of personnel and materials of the NP battalion for the part intended for" special "operations, what was passed to history as" Vega "battalion was founded, even though it was structured as a real and completely autonomous "Group".


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Sam 11 Aoû 2018 - 16:32


http://cesim-marineo.blogspot.com/2018/04/da-gladio-moro.html

(...)

Quando nacque Gladio, l’organizzazione paramilitare anticomunista che, durante la guerra fredda, fu messa in piedi anche in Italia sotto la regia degli Stati Uniti, attraverso la Nato e la Cia? Secondo la relazione che Giulio Andreotti, allora presidente del Consiglio, inviò il 26 febbraio del 1991 alla Commissione Stragi del Parlamento, la costituzione risalirebbe al 1951.

In base ad altre più che credibili e pausibili indagini, e ora, soprattutto, alla ricerca di Giorgio Cavalleri, scrittore e storico comasco, in realtà Gladio sarebbe stata concepita addirittura nella tarda primavera del 1944. Fu partorita dal gruppo Vega, un reparto speciale del battaglione Nuotatori Paracadutisti della Decima Mas fascista del principe Junio Valerio Borghese, con il beneplacito attivo dell’O.s.s., il servizio segreto americano progenitore della Cia, e di settori della Regia Marina del Regno del Sud del maresciallo Pietro Badoglio.

Non ne sarebbero stati estanei neppure alcuni esponenti nazisti, che, come si sa, si stavano preparando alla fuga in Sud America grazie all’organizzazione Odessa delle Ss e al Vaticano, ma pure al riciclaggio in chiave anti-Urss nell’intelligence degli Usa e poi degli inglesi. Lo stesso principe Borghese, futuro golpista, venne salvato e fatto fuggire dall’O.s.s. a Milano, nei giorni della Liberazione, e sottratto pertanto alla prevedibile condanna a morte partigiana.

(...)

_ _ _


Quand est né Gladio, l'organisation paramilitaire anti-communiste qui, pendant la guerre froide, a été mis en place en Italie sous la direction des États-Unis, par l'intermédiaire de l'OTAN et la CIA? Selon le rapport que Giulio Andreotti, alors Premier ministre, envoyé le 26 Février 1991, la Commission Massacres du Parlement, la création remonte à 1951.

Dans un département spécial sous autre que pausibili et enquêtes crédibles, et maintenant, en particulier, à la recherche de Giorgio Cavalleri, écrivain et historien de Côme, en fait Gladio a même été conçu dans la fin du printemps 1944. Il a été enfanté par le groupe Vega, nageurs bataillon de parachutistes de la Decima Mas fasciste prince Valerio Borghese, avec l'approbation active, l'OSS, le géniteur de la CIA de services secrets américains, et les régions du sud du maréchal Pietro Badoglio le Royaume royal Navy.

Là, ils seraient estanei même certains dirigeants nazis, qui, comme vous le savez, se préparaient à fuir en Amérique du Sud grâce à l'organisation de la SS et Odessa au Vatican, mais aussi dans la clé lutte contre le blanchiment d'argent des États-Unis et de l'URSS dans l'intelligence alors des anglais. Le prince Borghèse lui-même, futur golpiste, fut sauvé et renvoyé par les O.s. à Milan, aux jours de la libération, et soustrait donc à la peine de mort prévisible partisane.

_ _ _

When was Gladio, the anti-Communist paramilitary organization that was set up in Italy under the direction of the United States, through NATO and the CIA? According to the report that Giulio Andreotti, then president of the Council, sent on February 26, 1991 to the Commission for Massacres of Parliament, the constitution dates back to 1951.

Based on other more than credible and unsustainable investigations, and now, above all, in search of Giorgio Cavalleri, writer and historian from Como, in reality Gladio was conceived even in the late spring of 1944. It was given birth by the Vega group, a special department of the Battalion Swimmers Paratroopers of the Fascist Decima Mas of Prince Junio ​​Valerio Borghese, with the active consent of the US, the secret American service of the CIA, and of sectors of the Royal Navy of the Southern Kingdom of Marshal Pietro Badoglio.

Neither were some Nazi exponents, who, as we know, were preparing to flee to South America thanks to the organization Odessa of the SS and the Vatican, but also to the anti-USSR money laundering in US intelligence and then of the English. Prince Borghese himself, the future golpist, was saved and sent away by the O.s.s. in Milan, in the days of the Liberation, and subtracted therefore to the predictable death sentence partisan.


_ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Il est aussi question du "bataillon VEGA" dans

http://boowiki.info/art/les-acteurs-italiens/osvaldo-valenti.html

Voir les références :

^ Sergio Nesi, Flottille dixième notre ..., Mursia Editore, 1986-1987, Milan, p. 79
^ à b c Marino Perissinotto Le service auxiliaire des femmes de la Flottille dixième MAS 1944-1945, Ermanno Albertelli Éditeur, 2003, Parme, p. 39
^ Aldo Bertucci, guerre secrète au-delà des lignes, Murcie, 1995, Milan, p. 153


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Sam 11 Aoû 2018 - 19:57


Parmi les créateurs de réseaux "stay-behind", on aurait donc :

- Otto Skorzeny  (selon Ralph P. Ganis dans "The Skorzeny Papers"), décédé en 1975

- Valerio Borghese  (à partir du bataillon "VEGA" de la "Decima Mas"), décédé en 1974

- Léon Degrelle  (selon le journal "Die Welt" du 14 février 1970), décédé en 1994

Ils étaient ensemble en Espagne vers 1970 (quand Stefano Delle Chiaie parle d'un "presidium").

Certains réseaux "stay-behind" étaient donc nettement fascisants et créés par des militaires.

L'implication de certains services secrets militaires (MAD, SISMI, DIA...) doit manifestement être étudiée.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Dim 12 Aoû 2018 - 9:35


Un commentaire de Dr. Jeffrey M. Bale...

_ _ _

I think that the problem with this kind of claim is that it lumps together many different types of paramilitary or stay/behind networks that were set up by very different groups. So without actual evidence that such people were involved in setting up actual NATO- and/or secret service-sponsored s/b networks (outside of the Iberian peninsula and in Egypt), as opposed to, say, "private" paramilitary or s/b networks that were not sponsored by such entities, one ends up greatly oversimplifying a much more complex picture.

_ _ _

Le commentaire de Jeffrey M. Bale est bien entendu pertinent.

Les historiens qui ont écrit le livre "Qui a tué Julien Lahaut ?" posent par ailleurs la question de savoir si "Milpol" était un réseau "stay-behind"...

C'est peut-être la même chose avec le WNP dont le "maréchal" Paul Latinus (au service de la DIA) a dit à Michel Libert (PAL/MAD) : "Je suis déconnecté, reconnecte-moi"... Il faut se souvenir que Michel Libert insiste fortement sur l'existence d'autres réseaux que le WNP.

_ _ _


A la page 202 de " Qui a tué Julien Lahaut ? ", on apprend que les interlocuteurs de André Moyen en France sont Wybot (directeur à la surveillance du territoire), Vidal (directeur des renseignements généraux) et Boursicot (directeur général de la Sûreté nationale). "Depuis mai 1948, chaque mois, je voyais l'une ou l'autre de ces personnalités et nous échangions les renseignements qui concernaient la lutte antisoviétique dans nos deux pays".

(note : Milpol avait aussi des liens avec le MAD)

Il est intéressant de noter qu'il est beaucoup question de Wybot dans "The Skorzeny Papers" de Ralph P. Ganis. Wybot aurait aussi été lié à la formation de réseaux "stay-behind". Voir notamment le chapitre 16 sur ses liens avec Skorzeny.

Pour terminer, il faut se pencher sur ce que Daniele Ganser dit sur André Moyen en Espagne :

http://www.voltairenet.org/article169649.html

Question : y a-t-il eu des contacts entre André Moyen et Léon Degrelle ?

Il faudrait que des historiens puissent étudier les archives auxquelles Ralph P. Ganis a eu accès et qu'on puisse faire une synthèse des informations aujourd'hui disponibles sur les réseaux "stay-behind"...


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Dim 19 Aoû 2018 - 11:28

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Mar 21 Aoû 2018 - 12:21

.
Il semble que Lyman Lemnitzer ait été présent à la création même de l'OTAN (et des réseaux "stay-behind")




(...)



.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Mar 21 Aoû 2018 - 18:55


Il est intéressant de lire ce qui concerne le "Bund Deutscher Jugend" en Allemagne, ainsi que sa branche paramilitaire, le "Technischer Dienst".

https://en.wikipedia.org/wiki/Bund_Deutscher_Jugend

(...)  The group was allegedly founded as part of the CIAs program of creating guerrilla and stay-behind groups in Germany and Western Europe that would fight the Soviets should they occupy Western Europe during a future confrontation. The CIA was training them in covert guerrilla warfare to be part of this future resistance movement. Many members of the BDJ were veterans of the Wehrmacht and Waffen-SS.  

A raid of local police units in the premises of the BDJ in 1952 revealed that the U.S. funded the organization with a monthly sum of $50,000 and supplied it with arms, ammunition and explosives. A weapons cache with machine guns, grenades, light artillery guns and explosives were found in the Odenwald near Frankfurt am Main.   (...)

_ _ _

Il en est question dans

https://books.google.be/books/about/The_United_States_and_the_European_Right.html?id=UAMZMoMuCEcC&redir_esc=y

The United States and the European Right, 1945-1955
Deborah Kisatsky
Ohio State University Press, 2005 - 237 pages

"Nazi Germany's defeat in May 1945 commenced a decade-long allied effort to democratize the former Reich. The United States simultaneously began sheltering scientists, industrialists, and military officers complicit in Nazi crimes. What explained this conflict between the spirit and practice of denazification? Did U.S. Cold War anticommunism simply replace antifascism in the postwar period? Did Americans favor rightists over leftists in a quest to restore "order" in Europe?" "In this groundbreaking study, Deborah Kisatsky shows that opportunity, not order, galvanized U.S. foreign policy, and that American dealings with the European Right were more complex than has been presumed. U.S. leaders cooperated with West German Chancellor Konrad Adenauer to achieve shared Atlanticist goals. And the United States co-opted nationalistic fighters into a secret stay-behind net of the Bund Deutscher Jugend-Technischer Dienst. But allied leaders jointly worked to contain such vocal neutralist-nationalists as the ex-Nazi Otto Strasser. Cooperation, co-optation, and containment of French and Italian, as of German, rightists advanced American hegemony in Europe. These strategies extended techniques of social control perfected within the United States and synthesized domestic and international systems of power in the twentieth century."--BOOK JACKET.

_ _ _

Extrait :





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Jeu 23 Aoû 2018 - 14:12

.

Sur "Catena" :

https://www.mail-archive.com/ctrl@listserv.aol.com/msg29866.html


The Great Heroin Coup - Drugs, Intelligence, & International Fascism
Henrik Kruger







_ _ _ _ _ _

Sur Jorge Cesarsky

http://www.transicion.sbhac.net/Transicion02.htm

(traduction)

Jorge Cesarsky Goldstein was born in Buenos Aires on July 8, 1927. When Perón falls, in September 1955, he militates, despite his Jewish origin, in the far-right and pro-Nazi National Liberation Alliance of Argentina, a group of gunmen dedicated to ravaging the streets of Buenos Aires with absolute impunity, protected by its character as the shock force of Peronism. Later he belongs to the guard of the minister López Rega and of the president María Estela Martínez de Perón and connects with the Fascist International. When he arrives in Spain, he starts working as an insurance agent in the tourism sector. He is denounced and condemned for fraud, but he is not expelled from the country. By then he already has good friends in the police corps. Then he gets a new job in the private health insurance company Sanitas, he begins to frequent the New Force circles and receives an honorable mention from this organization. On November 20, 1976, he actively participates in the organization of the Francoist concentration that is celebrated in the Plaza de Oriente in memory of Franco, on the first anniversary of his death. In December of that same year he tried aggressively to approach, in Barajas, the prime minister Olof Palme, who during the last years of the Franco regime has made public collections in favor of the Spanish political prisoners and visits Madrid to participate in the XXVII Congress of the PSOE. In addition, he demands those responsible for the movie "La Lozana Andaluza", for aggravating the Catholic Church. After leaving prison, where he remains only a year, he settled in the Canary Islands. There he has good contacts between the local far right. Dedicated "officially" to the sale of insurance, frequents the most luxurious restaurants of the islands and spends large amounts of money in the casino of the Tamarindo hotel. His mentor López Rega had invested significant amounts of money in the Canary Islands when he was Minister of Social Welfare in Argentina.

.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Jeu 23 Aoû 2018 - 15:16

.
Le terme "Catena" ne semble plus être cité dans la nouvelle édition du livre suivant :

Great Heroin Coup: Drugs, Intelligence & International Fascism
De Henrik Krüger, Jerry Meldon, Peter Dale Scott

_ _ _ _ _ _ _ _ _

Albert Spaggiari (casse de Nice) l'a cependant utilisé...

Les journaux ont différentes versions de ce qu'est la "Catena" :


https://www.humanite.fr/node/210301

Samedi, 3 Juillet, 1999

(...)   Dans une interview publiée par notre confrère italien l'Espresso (5 décembre 1976), Bert présente son groupe : " une moitié de truands, une moitié de politiques ". Il ajoute : " j'ai donné ma part à la Catena. Elle aide les camarades en difficulté, surtout en Italie, en Yougoslavie et au Portugal. Elle a des sièges dans toute l'Europe ". La Catena ? Une officine occulte liée à la Main rouge, organisation terroriste ayant multiplié les meurtres et les attentats politiques en Afrique du Nord et en France entre 1952 et 1960. Et, derrière ces sigles, on retrouve les services secrets français (le SDECE) et l'OTAN. En pleine guerre froide, l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord avait mis en place une stratégie terroriste d'extrême droite, Gladio (le Glaive), qui devait agir en cas de " subversion communiste ". La Catena est un maillon de cette chaîne et Spaggiari un simple exécutant de l'internationale Noire.


_ _ _

http://www.lefigaro.fr/cinema/2008/04/14/03002-20080414ARTFIG00351-un-mercenaire-qui-parvint-a-se-faire-passer-pour-un-robin-des-bois.php

Publié le 14/04/2008 à 10:26

(...)  Était-il vraiment un fasciste? Ancien de l'Indo, Spaggiari ne faisait pas mystère de ses sympathies pour l'extrême droite. Après le casse, il a affirmé avoir financé une association d'Amérique du Sud, la Catena. «Catena est véritablement une organisation de récupération des nationalistes dirigée par d'anciens SS et qui veut regrouper toutes les forces pour combattre le communisme et rétablir un certain ordre hitlérien.» Une provocation de plus? «Il a bien dû aider un ou deux frères d'armes dans le besoin, mais les nazis, j'en doute» , dit un policier.  (...)


_ _ _

https://www.lexpress.fr/culture/livre/albert-spaggiari-marc-edouard-nabe_823656.html

publié le 29/07/2009 à 00:00

(...) Spaggiari, ancien d'Indochine, jadis emprisonné pour son activisme OAS et qui justifiera son casse par la volonté de financer un obscur mouvement fasciste international (la Catena), penche nettement à droite.  (...)


_ _ _

https://www.parismatch.com/Actu/Societe/Casse-du-siecle-Spaggiari-une-truffe-dans-les-egouts-1457822

Publié le 12/02/2018 à 10h59 |Mis à jour le 04/06/2018 à 16h42

(...)   Mieux, il s'est répandu sur cette entreprise souterraine, fournissant aux enquêteurs un luxe de détails. Il avoue même son noble mobile: le financement d'un groupe de «patriotes» italiens d'extrême droite, la Catena (la chaîne), ayant pour objectif de combattre le terrorisme des Brigades rouges. (La Catena est en fait le nom d'un réseau nazi qui a organisé la fuite en Amérique du Sud de dignitaires du IIIe Reich après la défaite allemande de 1945.) En racontant que l'arsenal retrouvé dans sa bergerie est destiné à cette mystérieuse organisation, inconnue en Italie, Spaggiari se pose en militant-délinquant politique, et refuse avec hauteur de donner le nom de ses complices  (...)

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

C'est néanmoins intéressant parce que André Moyen cite ce nom et parce que "Catena" pourrait bien être en lien avec Otto Skorzeny (et donc Léon Degrelle ?), auquel cas la déclaration de Michel Cocu sur une organisation à laquelle Léon Degrelle participait aurait un sens.

.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Jeu 23 Aoû 2018 - 15:56

.












(...)


.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Jeu 23 Aoû 2018 - 16:18

.






(...)





.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Jeu 23 Aoû 2018 - 16:29

.



(...)





(...)
.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Jeu 23 Aoû 2018 - 18:15


Albert Spaggiari ... Elio Massagrande

"Catena" incluait donc les fascistes italiens réfugiés en Espagne ?


Great Heroin Coup: Drugs, Intelligence & International Fascism
De Henrik Krüger, Jerry Meldon, Peter Dale Scott





_ _ _

Il y a un fil de discussion sur Elio Massagrande

http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t2029-massagrande-elio

Voir aussi

L'Orchestre noir: Enquête sur les réseaux néo-fascistes
De Frédéric LAURENT










Dernière édition par HERVE le Jeu 23 Aoû 2018 - 21:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2020
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Jeu 23 Aoû 2018 - 20:48

CATENA, ou "comité anti-terroriste Nord-Africain" est une émanation de l'OAS. De fait, elle s'apparente à tout ce qui est d'obédience "extrême droite"... Or, s'il est une filière aussi bien organisée que celle de la lutte anti-communiste à outrance organisée par les USA, c'est bien la ligue xénophobe et hyper friquée de la droite extrême.
Revenir en haut Aller en bas
Etienne



Nombre de messages : 1040
Date d'inscription : 26/11/2015

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Jeu 23 Aoû 2018 - 22:16

WASP. Egocentrés et hégémonistes. Au départ, les choses se définissent simplement. Après cela se complique.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Ven 24 Aoû 2018 - 10:39

.
Pour en revenir à Albert Spaggiari et Elio Massagrande (casse de Nice), il est intéressant de lire ce qu'en dit Stefano Delle Chiaie :

L'aquila e il condor
De Stefano Delle Chiaie, Massimiliano Griner, Umberto Berlenghini

(traduction)

L'inaction de Spaggiari commença en mai 1977, lorsqu'il s'était échappé de la fenêtre lors d'un interrogatoire devant un magistrat. Il avait été arrêté pour le vol de la Société Générale de Nice le 19 juillet 1976.

(...)

Ne sachant pas que j'étais déjà parti pour l'Argentine, Albert, après s'être échappé, est passé par Madrid, laissant pour moi à un camarade espagnol les cinq barres d'or qu'il avait apportées avec lui. Massagrande, à mon insu, se les faisait livrer en mon nom et partait pour le Paraguay. Je ne l'ai su que longtemps après, du camarade espagnol, qui s'est excusé d'être dupe.

Quand je suis sorti de prison en 1989, ils m'ont dit qu'Albert voulait me parler. Je savais qu'il était malade mais pas grave. Il était en Italie. J'étais soumis à l'obligation de signer, alors j'ai dû trouver un écart entre une signature et une autre et faire attention à ne pas compromettre sa liberté.

La veille de mon arrivée, je l'ai entendu au téléphone. Se forçant à parler, il me disait qu'il m'attendait. Le matin, j'ai reçu la nouvelle de sa mort d'un cancer.

Je n'avais pas pu le saluer une dernière fois. Je garde toujours la fiche d'un hôtel avec ses empreintes digitales au bas de la page et avec un écrit qui délègue "tous les pouvoirs" à son partenaire, qui sera proche de lui jusqu'au dernier moment.

_ _ _

Cela confirme que lorsque Albert Spaggiari parlait de "Catena" à qui il avait donné toute sa part de butin, cela incluait les Italiens installés en Espagne et notamment Stefano Delle Chiaie.

Assez semblable au casse de la rue Haute à Bruxelles dont les exécutants étaient proches de Léon Degrelle... notamment un certain Robert Wellens qui sera en contact avec Elio Ciolini.

Robert Wellens dénonça le financier ucclois Serge de Thibault de Boesinghe (qui collectionnait des emblèmes nazis et des documents d'extrême-droite).

Le Belge Raymond Lippens et son beau-frère Chadly Missaoui furent aussi arrêtés.
 
Des six prévenus renvoyés en correctionnelle, Serge de Thibault fut le seul à être acquitté.

http://www.lesoir.be/archive/recup/casse-de-la-rue-haute-rejuge-a-mons_t-19890915-Z01ZFU.html

L'ex-truand Raymond Lippens hébergeait Claude Dubois.

Raymond Lippens s'est aussi associé à Ronald Rossignol qui était en affaires avec Jacques Van Camp, patron du restaurant « les Trois canards ». Le père de Ronald Rossignol était proche de Paul Vanden Boeynants.

Rappelons que selon André Moyen, "Catena" était une dissidence de "Gladio".

.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13779
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Sam 25 Aoû 2018 - 18:04


Les liens avec le banditisme ne sont pas neufs.

Dans "Dossier d... comme drogue" (Alain Moreau - 1974), il est question du procès des bijoux de la Bégum (1953). Le chef de la Sûreté à l'époque du vol, Pierre Bertaux, était l'ami de celui qui avait dérobé les bijoux (en 1949), Paulo Leca, et avait joué un rôle très équivoque dans la genèse du vol et de ses suites.

Pierre Bertaux avait fondé une firme fictive, la S.E.M.I.C., dans laquelle on retrouvera Otto Skorzeny (cela est confirmé dans le livre de Ralph P. Ganis).

Il voulait confier à Otto Skorzeny la direction des Allemands de l'Ouest qui se réfugieraient en France en cas d'invasion de l'Allemagne par les Soviétiques.

Reconnu dans la rue à Paris, Skorzeny fut expulsé de France.

Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2020
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Sam 25 Aoû 2018 - 21:48

Otto qui fut aussi fortement soupçonné d'avoir été le VRAI cerveau de l'attaque du train Glasgow-Londres dont seulement une infime partie du butin fut retrouvée....   références à rechercher, mais absolument authentiques.
Revenir en haut Aller en bas
guy mayeu



Nombre de messages : 1348
Date d'inscription : 30/08/2016

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Sam 25 Aoû 2018 - 21:57

C'est le journaliste et historien Piers Paul Read, ici Michel :  

https://books.google.be/books?id=wPxXDwAAQBAJ&pg=PT354&lpg=PT354&dq=otto+skorzeny+glasgow+londres&source=bl&ots=ZuKzuOt1H9&sig=8y694qThn7n-iyU67yx9OVBAkGA&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiX38Oy_YjdAhWC-KQKHdFTBQQQ6AEwAHoECAAQAQ#v=onepage&q=otto%20skorzeny%20glasgow%20londres&f=false


Cordialement,
_________________________________________________________________________________

Qui a donné l'ordre de laisser Alost sans défense ce jour là ?
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2020
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Dim 26 Aoû 2018 - 10:22

Merci de l'info, Guy... mais il existe d'autres pistes émanant, si je ne m'abuse, d'historiens. Dès que j'ai un moment, je cherche.
Revenir en haut Aller en bas
Cheshire cat

avatar

Nombre de messages : 956
Date d'inscription : 06/08/2013

MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   Dim 26 Aoû 2018 - 19:04

HERVE a écrit:

Il voulait confier à Otto Skorzeny la direction des Allemands de l'Ouest qui se réfugieraient en France en cas d'invasion de l'Allemagne par les Soviétiques.
En 1963 il travaillait pour Mosad...
Il a créer le Paladin group en 1970 mais il est mort d'un cancer à Madrid le 6 juillet 1975
https://fr.wikipedia.org/wiki/Otto_Skorzeny
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stay-Behind (OTAN & CIA) / Gladio (Italie)
Revenir en haut 
Page 29 sur 29Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 27, 28, 29
 Sujets similaires
-
» [ITALIE] L'héraldique ... italienne - Vocabulaire
» Mémoires de Napoléon Bonaparte Tome I : La campagne d'Italie
» Les nouvelles des latinistes en Italie (voyage 2010)
» Petite aide, géographie, Italie :)
» (2009) Vidéo ovni triangle en mai à Torino Italie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Les axes exploités :: La piste terroriste/Gladio-
Sauter vers: