les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Organisation Hyperion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Organisation Hyperion   Mar 30 Nov 2010 - 11:20

Organisation logistique pour la livraison d armes et d'explosifs au divers groupes extrêmes gauches et droites en Europe pour exécutions assassinats et bombes dans les années 80/90

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mar 30 Nov 2010 - 13:53

"...es, durch exzessive Gewaltakte angeblich linksradikaler Täter die politische Linke insgesamt in der Öffentlichkeit in Mißkredit zu bringen712. Die Roten Brigaden waren hierfür besonders gut geeignet. Sie standen links von der KPI, die sie als bieder und harmlos an-sahen. Die Öffnung Moros und der Christdemokraten nach links taten sie verächtlich als kompromißlerisch ab. Andererseits erhielten die Brigaden Zuwendungen aus den USA713.
Weitere Hinweise auf die Steuerung der Aktion durch amerikani-sche Dienste lassen sich aus der engen Zusammenarbeit der Roten Brigaden mit der Sprachschule Hyperion in Paris gewinnen, deren Sprachlehrer, wenn auch nicht in toto, so doch zahlreich mit der CIA eng verflochten waren714. Die Schule war von drei pseudo revo-lutionären Italienern gegründet worden, von denen einer, Corradi Simioni, für die CIA schon bei Radio Free Europe gearbeitet hatte. Ein anderer, Duccio Berio, gestand, Informationen über italienische linke Gruppen an den Geheimdienst SID weitergegeben zu haben. Hyperion eröffnete kurz vor der Entführung Moros eine Zweigstelle in Rom, um sie wenige Monate später wieder zu schließen. Ein italie-nischer Polizeibericht besagt, Hyperion könne als das wichtigste Büro der CIA in Europa bezeichnet werden. Mario Moretti, der für die Roten Brigaden Waffengeschäfte und die Verbindung zu Hype-rion vermittelt und persönlich den Nationalratspräsidenten entführt hatte, gelang es, sich drei Jahre lang der Verhaftung zu entziehen715. Daß die staatlichen Stellen es mit der Aufklärung des Falles nicht sonderlich eilig hatten, geht aus der Klage des Ermittlungsrichters im Fall Moro hervor, außer einer Sekretärin habe er auf keinerlei Ermittlungspersonal zurückgreifen können, ja ihm sei nicht einmal ein eigener Telefonanschluß zur Verfügung gestellt worden716.
Der venezianische Richter Carlo Mastelloni jedenfalls kam 1984 zu der Erkenntnis, daß die Roten Brigaden jahrelang Waffen von der PLO erhalten hätten. Dabei habe es eine stillschweigende (de facto) Geheimdienstvereinbarung zwischen den USA und der PLO gegeben, die für die Untersuchung des Verhältnisses der Roten Brigaden zur PLO von nicht unerheblicher Bedeutung sei. Philip Willan721 kommt zu dem Ergebnis, daß das Waffengeschäft zwischen der PLO und den Roten Brigaden Teil eines Geheimabkommens der USA mit den ita-lienischen Geheimdiensten darstelle. Seine Nachforschungen deuten an, daß die Übereinkunft im Jahre 1976 zustande kam, ein Jahr nach- ..." IM NAMEN DES STAATES- page 318- Von Bülow

La CIA utilisait les traducteurs/école de langues (Berlitz, MENDEZ?) comme antennes, c'est connu.

Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mar 30 Nov 2010 - 23:13

michel a écrit:
Organisation logistique pour la livraison d armes et d'explosifs au divers groupes extrêmes gauches et droites en Europe pour exécutions assassinats et bombes dans les années 80/90

Cela sort d'où cette 'organisation'?
Sources?
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 1 Déc 2010 - 7:46

.


Dernière édition par alain le Ven 28 Nov 2014 - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Ven 3 Déc 2010 - 0:52

alain a écrit:
Source de cette info :echange de bon procede (MOSSAD-SURETE de L ETAT )
SI vous voulez + d infos ,ouvrez les yeux sur le mythe ABBE PIERRE et les compagnons d EMMAUS .
VOIR aussi Michele D auria ,ou Antonio Camino ,les COCORI,PRIMA LINEA et puis CCC,Action directe ,etc,etc
Vous devez trouver + sur le net .
Bonne lecture .

Sorry. Cette réponse est un peu 'nébuleuse'...
Un lien internet? Lequel?
www....

Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Ven 3 Déc 2010 - 7:51

.


Dernière édition par alain le Ven 28 Nov 2014 - 16:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Ven 3 Déc 2010 - 7:55

.


Dernière édition par alain le Ven 28 Nov 2014 - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mar 14 Déc 2010 - 23:40

Vous pourriez être intéressés par

http://julesbonnotdelabande.blogspot.com/2009/11/6-hyperion-et-le-superclan.html

L’institut français Hypérion était-il réellement une école de langues ou la chambre de compensation de divers services secrets ?

Il n’existe pas de moment unique reconnu pour dater la naissance des BR. Certains supposent qu’il s’agit de la réunion de Chiavari en novembre 1969, d’autres qu’il s’agit de la réunion de Pecorile en août 1970. Cependant, Il est sûr que deux composantes différentes ont vu le jour après ces rencontres. Certains, Curcio, Franceschini et Cagol, ont fondé les Brigades Rouges. D’autres hommes ont plutôt décidé de s’éloigner, estimant que la structure et la stratégie adoptées par les BR naissantes étaient inadéquates.

Parmi ceux-ci, Corrado Simioni, Vanni Mulinaris, Duccio Berio, Mario Moretti, Prospero Gallinari et Innocente Salvoni, dont la femme, Françoise Tuscher, était non seulement secrétaire d’Hypérion mais aussi la nièce de l’Abbé Pierre.

Dans une lettre à son beau-père Malagugini, responsable du PCI [Parti communiste italien] pour les problèmes de l’Etat, Duccio Berio aurait admis être un informateur des services secrets militaires italiens (SID). Vont dans ce sens GLADIO: The secret U.S. war to subvert Italian democracy d’Arthur E. Rowse et Puppetmasters: The Political Use of Terrorism in Italy de Philip Willan.

Ce sont eux les hommes qui ont décidé de fonder le Superclan, une nouvelle structure super clandestine, avec une volonté hégémonique et pour coordonner les différentes organisations terroristes à l’échelle internationale.

La figure de Corrado Simioni est particulièrement controversée. Au début de sa carrière politique, il milite dans les rangs du PSI [Parti socialiste italien] avec Bettino Craxi mais en 1965 il est exclu du parti pour indignité morale. Peu après a commencé sa collaboration avec l’USIS [United States Information Service], les services secrets américains. Par la suite Simioni, parmi les principaux spécialistes de Luigi Pirandello, déménage à Münich en Bavière pour approfondir des études de latin et de religion. Puis il réapparaît en Italie à la veille de 68 et il participe à la constitution du CPM [Collectif politique métropolitain].

Mais les relations avec Curcio ont commencé à se détériorer jusqu’à la rupture finale.

Simioni avait projeté un attentat à la dynamite contre le siège de l’ambassade des Etats-Unis à Athènes. Le plan prévoyait l’utilisation d’une femme, à choisir parmi les personnes appartenant aux soi-disant « tantes rouges ». Simioni s’était d’abord tourné vers Mara Cagol, à laquelle il avait néanmoins demandé de ne pas en parler, même à Curcio.

Suite au refus de Cagol, Simioni cherche de nouveaux volontaires. Il les trouve en la personne du Chypriote Giorgio Christou Tsikouris et de Maria Elena Angeloni. Le 2 septembre 1970, les deux montent à bord d’une Volkswagen et se dirigent vers l’ambassade, mais le mécanisme d’horlogerie de la bombe se coince. La voiture explose.

Tous deux meurent. La conclusion tragique de l’évènement provoque la rupture définitive des relations entre Simioni et Curcio.

Dans le livre d’interview avec Mario Scialoja À visage découvert, Curcio dit :

« Tout a commencé par une lutte de pouvoir à la réunion de Pecorile. Corrado Simioni est arrivé avec l'intention de conquérir une position hégémonique à l'intérieur de la gauche prolétarienne agonisante : il a prononcé une intervention particulièrement dure, et soutenu que le service d'ordre allait être ultérieurement militarisé. Son opération a échoué, mais, une fois retourné à Milan, il ne s'est pas donné pour vaincu : il a proposé des attentats inconcevables pour une organisation ancrée, insérée dans un mouvement très vaste et, pratiquement, ouverte à tous. Margherita, Franceschini et moi étions d'accord pour juger ses idées irréfléchies et dangereuses. Nous avons décidé de l’isoler ainsi que les camarades qui étaient les plus proches de lui, Duccio Berio et Vanni Mulinaris : nous les avons tenus à l'écart de la discussion sur la naissance des Brigades Rouges et nous ne les avons pas informés pas de notre première action contre la voiture de Pellegrini. Simioni rassembla un groupe d'une dizaine de camarades, parmi lesquels Prospero Gallinari et Francoise Tuscher, la nièce du célèbre Abbé Pierre : ils se détachèrent du mouvement en soutenant qu'ils n’étaient plus maintenant que des francs-tireurs. Il y avait cependant des amis communs qui nous tenaient informés de leurs discussions internes et nous connaissions leur projet de créer une structure fermée et sûre, super clandestine, qui pourrait entrer en action comme groupe armé dans un deuxième temps : quand, d'après leurs prévisions, repérés et désorganisés, nous aurions tous été capturés ».

Les militants du Superclan déménagèrent rapidement à Paris, où ils fondèrent tout d’abord les associations culturelles internationales Agora et Kiron, puis l’école de langues Hypérion, considérée par beaucoup comme une centrale internationale du terrorisme.

Le général Maletti a révélé l’existence d’un rapport daté de 1975 où il dénonçait le risque que les BR, décapitées suite aux arrestations de Curcio et Franceschini, puissent renaître sous la direction d’hommes d’une envergure culturelle supérieure, mais au prix d’une mutation considérable de leur matrice politique. Une référence à Hypérion ?

À l’automne 1977, Hypérion ouvre un bureau de représentation à Rome, 26, via Nicotera. Dans le même immeuble opèrent des sociétés couvertes par le SISMI [Servizio per le Informazioni e la Sicurezza Militare]. Les bureaux resteront ouverts jusqu’en juin 1978, c’est-à-dire dans la période qui va du projet d’enlèvement de Moro jusqu’à peu après son épilogue tragique.

Le juge Pietro Calogero découvre des preuves qui impliquent la participation de l’école dans l’activité des BR, mais la fuite providentielle de nouvelles publiées dans le Corriere della Sera, contrôlé par la P2 [Propaganda Due], rend vaine la perquisition imminente des locaux de l’école par la magistrature.

Antonio Savasta, brigadiste repenti, raconte que Simioni, Berio et Mulinaris coordonnaient une structure internationale de liaison de toutes les organisations terroristes, dans la période de la « seconde saison » des BR, celle de la militarisation et de l’hégémonie de Mario Moretti.

Cette structure et ses coordinateurs clandestins avaient leur siège à Paris où Moretti se rendait souvent, avait un logement et maintenait un contact direct avec les « super clandestins » italiens et avec Jean-Louis Baudet, membre d'un service de renseignements privé, « Le Groupe », protégé par les services secrets français et en contact avec toutes les réalités de la clandestinité et du renseignement, en Europe et au-delà.

En 1980, l’honorable Craxi, supposant l’existence d’un chef occulte des Brigades Rouges, avait averti : « Il faudrait fouiller dans notre mémoire, penser aux personnages qui ont commencé à faire de la politique avec nous, puis ont disparu et sont peut-être à Paris où ils travaillent pour la lutte armée » ; un profil qui rappelle fortement la figure de Corrado Simioni.

Giovanni Pellegrino, à la tête de la Commission Stragi pendant 7 ans, a avancé le soupçon qu’Hypérion a pu être un point de croisement des Services secrets de l’Ouest et de l’Est, absolument nécessaire dans la logique du maintien des équilibres de Yalta. Equilibres qu’Aldo Moro, avec sa politique d’ouverture au PCI, minait gravement.

Pellegrino a retrouvé une référence à Hypérion dans un témoignage du général Nicolo Bozzo, collaborateur de confiance de Dalla Chiesa. Bozzo a raconté au Tribunal que Dalla Chiesa avait demandé d’enquêter sur « une structure secrète paramilitaire avec fonction d’organisation anti-invasion, mais qui avait ensuite débordé dans des actions illégales et avec des fonctions de stabilisation du cadre interne, structure qui avait pu trouver son origine dans l’époque de la Résistance, par l'infiltration d’organisations de gauche et le contrôle de certaines organisations. »

Voici comment le juge Carlo Mastelloni se souvient de sa rencontre avec l’Abbé Pierre qui, au milieu des années 80, s’est présenté au Tribunal de Venise.

« Il était venu de France pour faire des déclarations spontanées en faveur du groupe des Italiens résidant à Paris qui tournaient autour de l’école de langues Hypérion. J’avais émis contre eux une série de mandats d’arrêt pour des délits en rapport avec le terrorisme rouge. Il est venu me dire qu'il s'agissait de personnes persécutées par une administration centrale située à droite, qu’il les avait accueillies au sein de son organisation, qu’au pire ils avaient commis des erreurs de jeunesse.

Il a fait huit jours de grève de la faim. Je me suis rendu compte que l’Abbé était une sorte de référent d’Hypérion parce que sa nièce Françoise Tuscher, secrétaire de l’école, était la femme d’une des personnes recherchées, Innocente Salvoni. La photo de Salvoni a été diffusée par le ministère de l’intérieur le jour de l’enlèvement de l’homme d’Etat de la DC [Démocratie chrétienne] ainsi que celles de 19 autres accusés en fuite, soupçonnés d’être impliqués dans le guet-apens de la via Fani. Mais elle n'a plus été reproposée dans les semaines qui ont suivi.

Nous savons aussi que, pendant la séquestration, on amena l’Abbé au siège de la DC, piazza del Gesu, pour parler avec le secrétaire du parti, Zaccagnini. Mais nous ne savons pas s'ils se sont rencontrés ni ce qu’ils se sont dit.

L'Abbé Pierre était un héros de la Résistance, un homme qui avait une vision supérieure du cours des choses. Il avait l'attitude de ceux qui ont vu le scénario complet. »


Traduit de l'italien par Jules Bonnot de la Bande.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 0:06


Voir aussi (en italien) :

http://ricerca.gelocal.it/tribunatreviso/archivio/tribunatreviso/2009/10/29/VT1TC_VT102.html

et on peut supposer qu'Hypérion est l' " école de langues à Paris soupçonnée par la police d'aider d'ex-brigadistes, " dont on parle ci-dessous :

http://www.lexpress.fr/informations/ce-qui-a-fait-chuter-l-abbe-pierre_613908.html

( ... )

A la fin des années 70, alors que l'Italie fait la chasse aux anciens des Brigades rouges, de nombreux extrémistes, plus ou moins impliqués dans cette mouvance, mais inquiets pour leur sort, s'exilent à Paris. La communauté Emmaüs de Charenton (Val-de-Marne) sera l'un de leurs havres, une nièce de l'abbé Pierre étant liée à l'un d'entre eux. Plusieurs sont proches de la «colonne vénitienne» des Brigades rouges, très liée au Fatah palestinien, qui lui avait fourni des armes de guerre. Une demi-douzaine de ces «Italiens» finissent par gagner la confiance de l'abbé Pierre, au point d'intégrer son secrétariat et de se retrouver à la tête des nombreuses associations filiales d'Emmaüs. Ainsi Corrado Simioni sera-t-il secrétaire particulier de l'abbé, vice-président de la Fondation Abbé-Pierre pour le logement et président de l'Association pour le renouveau du drame sacré (Ardras). Cette association, dont la trésorière est Giulia Archer, organisera en 1988 la tournée de l'une des pièces écrites par l'abbé Pierre, Permis de vivre. Giuseppe Ferrari sera membre du conseil d'administration de la fondation Abbé-Pierre et Pierro Sacchi un autre de ses secrétaires particuliers. Carlo Fortunato est le fondateur, avec Corrado Simioni, des Rencontres humanitaires internationales, placées sous le patronage de l'abbé Pierre.

Ses premiers excès
Pour eux, il délaisse un temps son combat contre la pauvreté, mettant toute son énergie au service de Giovanni Mulinaris, incarcéré en Italie dans le cadre d'une enquête sur un trafic d'armes avec des terroristes palestiniens. Il observe une grève de la faim dans la cathédrale de Turin, en 1984, pour exiger sa libération.

Certains de ses proches remarquent que c'est sous leur influence qu'il commet ses premiers excès. A propos d'une école de langues à Paris soupçonnée par la police d'aider d'ex-brigadistes, il dénoncera une «campagne de diffamation et de soupçons comme il n'y en avait pas eu depuis l'affaire Dreyfus». En 1988, il déclare que les membres d'Action directe sont l'objet de «tortures» dans les prisons françaises. Il est obligé de démentir, expliquant avoir été mal informé...
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 6:26


http://fr.wikipedia.org/wiki/Giovanni_Senzani

( ... ) Willan (2002) ajoute que Senzani a hérité, après l'arrestation en 1981 de Mario Moretti, de ses contacts avec l'école Hyperion de Paris[2], dont le rôle exact dans les BR n'a jamais été élucidé, ainsi qu'avec Paul Bauder, un collaborateur du Ministère de l'Intérieur qui se faisait passer pour un activiste gauchiste [2].

L'école Hyperion (it), selon la journaliste Giovanni Fasanella (it), aurait été une sorte de structure de rencontre entre les services de l'Est et de l'Ouest visant à maintenir une sorte d'équilibre entre les deux blocs pendant la guerre froide. Elle citait notamment les figures de Corrado Simioni, Duccio Berrio et Vanni Mulinaris en tant que leaders de cette école, voire d'un « super-clan » au sein des BR [3].

Philip Willan, Puppetmasters: The Political Use of Terrorism in Italy (2002), p. 326-335

http://books.google.be/books?id=9g-UIMo1SaYC&pg=PA345&lpg=PA345&dq=Philip+willan,+HYPERION&source=bl&ots=726qPIEu0F&sig=yu8JWshkMDKFJAEWivW0VGh-x3I&hl=fr&ei=TE4ITZ65NIqdOrejpOsE&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&sqi=2&ved=0CCEQ6AEwAA#v=onepage&q&f=false

Voir aussi :

http://books.google.be/books?id=6NkTeLEY9qYC&pg=PA128&dq=Philip+willan,+HYPERION&hl=fr&ei=U1EITbfaI4abOti19cIE&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=2&ved=0CDQQ6AEwAQ#v=onepage&q=Philip%20willan%2C%20HYPERION&f=false
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 6:37

http://diquadila.splinder.com/post/21833945

( ... ) However, from the beginning, the Red Brigades included elements
belonging to what Brescia prosecutor Giovanni Arcai has characterized
as a "technostructure" controlling both right-wing and left-wing
extremism. Interestingly, Arcai's enemy, P2 member Captain Delfino
(today a general), fully agreed with him on this.

Senator Pellegrino identified such a structure in Hyperion, officially
a language school based in Paris, founded by Vanni Molinaris, Corrado
Simioni, and Duccio Berio, three participants in the 1969 founding of
the Red Brigades. Those three formed, with Mario Moretti, a
superclandestine group, called the Superclan. While Moretti stayed in
Italy, and eventually became the military leader of the Red Brigades,
the other three moved to Paris in 1974, where they founded Hyperion.
Hyperion was highly protected: when Padua prosecutor Guido Calogero,
in 1979, secretly went to Paris to investigate it, the number two of
D'Amato at the Ufficio Affari Riservati, Silvano Russomanno, leaked
the information to the press, and suddenly all doors for Calogero in
Paris were closed. ( ... )


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 8:45

Quelqu'un sait-il de quel "autre institut" Antonella Beccaria parle dans cet article ?

http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/articles-de-presse-f23/article-en-italien-t2056.htm

O ancora, i membri della scuola di lingue Hyperion, sospetto luogo da cui viene condotta la sovversione in Italia, che da Parigi si spostano nella capitale belga, dove fondano un altro istituto.

Or, les membres de l'École de langue Hyperion, je soupçonne le lieu à partir duquel vous effectuez la subversion en Italie, se déplaçant de Paris à la capitale belge, où ils fondèrent un autre institut.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Marchenoir



Nombre de messages : 287
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 8:50

eurologos
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 9:44

Merci !

Parlez-vous bien de la société ci-dessous ?

http://www.eurologos-brussels.com/index.php?page=brussels

http://fr.yauba.com/?q=Eurologos%2C%20Bruxelles&target=people&ss=y&lout=dyn&tag=1955779183I1292402388
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 9:56

Sur un autre fil de discussion ("Dubois"), il y a ce qui suit :

Dans les annees 85/90,il a ete demande a des agents SR de collecter des infos sur :EUROLOGOS
C etait dans le cadre recherche sur l extreme droite et TBW en Belgique et en EUROPE
POURQUOI :EUROLOGOS ET HYPERION ???
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 10:21

.


Dernière édition par alain le Ven 28 Nov 2014 - 16:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 10:30

Je ne connais pas cette structure ...

Les moteurs de recherche ne sont pas très utiles ici (que ce soit Google ou http://fr.yauba.com ).

Si vous pouvez en dire plus, cela serait utile...

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 10:56

Je serais très intéressé de savoir comment une "chambre de compensation" de ce genre peut fonctionner.

Michel parle même d'une 'Organisation logistique pour la livraison d'armes et d'explosifs au divers groupes extrêmes gauches et droites en Europe pour exécutions assassinats et bombes dans les années 80/90', ce qui est encore plus étonnant que de simples transferts de fonds. Je ne sais pas d'où il tire cette information.

Dans mes rêves les plus fous, j'ai déjà imaginé que des "chambres de compensation" pouvaient exister via des compagnies d'assurance et des faux "sinistres" qui permettraient de transférer de l'argent incognito (en faisant payer au passage les co-assureurs). Mais on resterait là dans de la finance.

J'ai aussi imaginé que des "accidents" (incendies, explosions ...) pouvaient permettre de transférer une partie des explosifs dans des circuits illégaux, en les faisant payer aux assureurs.

Mais ce n'est pas parce que j'imagine des montages de ce genre qu'ils existent vraiment.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 14:42

Il y a au moins une personne qui est passée d' Hyperion Paris à Eurologos Bruxelles : Franco TROIANO, qui a fondé Eurologos en Belgique.

Voir :

http://www.observatoiredelafranchise.fr/ACTU/Breves/breves66.htm

EUROLOGOS, réseau spécialisé dans les prestations linguistiques (traduction, interprétation, doublages, localisation de sites Web, localisation de logiciels ...) déjà implanté dans une vingtaine de pays lance son réseau en France. D’origine Belge et fondé par Franco TROIANO, Eurologos a axé son concept sur une idée forte : " il faut produire les services linguistiques là où les langues sont parlées. (...)

et :

http://www.comayala.es/Libros/ddc2i/ddc2e17.htm

( ... ) In April of 1979, Padua Judge Pietro Calogero took testimonies that implicated in subversive activity leaders of the Hyperion Institute, a “language school” founded in Paris in 1974 by Corrado Simioni, Giovanni Mulinaris, Duccio Berio, Franco Troiano, Françoise Tuscher and Innocente Salvoni. The directors of the school had obtained the approval of the French secret police and enjoyed the support of the Dominican Felix Andrew Morlion, founder of the Vatican secret service Pro Deo and CIA agent. The Hyperion Institute has (or had) its center in Paris [80] . ( ... )

[80] In Quai de la Tournelle, 27.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 14:50

Pour information :

http://archives.lesoir.be/traducteurs-et-interpretes-ne-parlent-pas-la-meme_t-20000415-Z0J3Q8.html?query=Eurologos&firstHit=0&by=10&sort=datedesc&when=-1&queryor=Eurologos&pos=0&all=3&nav=1
Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 17:05

HERVE a écrit:
IlThe directors of the school had obtained the approval of the French secret police and enjoyed the support of the Dominican Felix Andrew Morlion, founder of the Vatican secret service Pro Deo and CIA agent. The Hyperion Institute has (or had) its center in Paris [80] . ( ... )

[80] In Quai de la Tournelle, 27.
Felix MORLION= Jésuite BELGE


When Wolff hammered out the secret surrender terms with Dulles, he had in the back of his mind a safe diaspora for his nazi compatriots. This is where the OSS, William Donovan and the sovereign state of the Vatican came in. "Wild Bill" Donovan was top dog in the OSS. Shortly before the Germans overran Europe, Father Felix Morlion, a papal functionary, had set up a Vatican intelligence organization called Pro Deo in Lisbon. When the U.S. entered the war Donovan moved Morlion lock, stock and barrel to New York and opened a sizeable bank account for him to draw on. The priest founded the American Council for International Promotion of Democracy Under God, on 60th Street. In the same building is the office of William Taub, whose name popped up during the Watergate affair. Taub is well-known as a wide-ranging middleman for such powerful figures as Nixon, Howard Hughes, Aristotle Onassis and Jimmy Hoffa, and his behind-the-scenes maneuvers were invaluable to Nixon in his 1960 run at the presidency. Taub was especially close to Cardinal Alfredo Ottaviania of the Holy See, who arranged Mussolini's 1929 "donation" of $89 million to the Vatican to ensure its neutrality with Mussolini and Hitler. The money went into a special fund in the Vatican Bank, and after the war part of it was entrusted to "God's Banker" Michele Sindona for investment. Sindona channeled a good chunk of it to the Nixon campaign.

=====



Recently declassified OSS reports describe Morlion in 1945 as leader
of a faction in the Vatican pushing for an authoritarian, Spanish
Falange-like solution for postwar Italy.
Morlion was supported by
anti-Roosevelt U.S. factions, while his opponent in the Vatican,
Monsignor Giambattista Montini (later Pope Paul VI), in agreement with
Roosevelt, wanted a democratic regime in which the party of the
Christian Democracy, of which he was the spiritual father, played a
central role. Eventually, Montini prevailed.

Morlion kept influencing right-wing policies in Italy, through the Pro
Deo University which he founded with U.S. money. In 1991
, he was
exposed by Prime Minister Giulio Andreotti as the recruiter of Turkish
terrorist Ali Agca in the plot to assassinate Pope John Paul II.

Revenir en haut Aller en bas
Jean Marchenoir



Nombre de messages : 287
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 17:08

sources sources sources svp merci
Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 17:18

http://diquadila.splinder.com/post/21833945

http://www.maebrussell.com/Mae%20Brussell%20Articles/Nazi%20Connection%20to%20JFK%20Assass.html

http://www.namebase.org/cgi-bin/nb01?_MORLION_FELIX_

http://www.findagrave.com/cgi-bin/fg.cgi?page=gr&GRid=8743424
Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Mer 15 Déc 2010 - 17:31

From 1932 until 1938 Myron Charles Taylor was the Chairman of U. S.
Steel. In 1939 he became the U.S. envoy to Pope Pius XII, a post he
would maintain until 1950. Meanwhile, according to Anthony Cave Brown,
OSS chief William Donovan secretly had established an intelligence
connection with the Vatican as early as 1941, when he evacuated from
Lisbon to New York the Dominican Father Felix A. Morlion, who had
founded "a European Catholic anti-Comintern'' called Pro Deo. (See
sidebar.) Throughout the war Donovan financcd Morlion's Pro Deo service
and in June 1944 he "went to considerable expense, time, and trouble to
transport Morlion from New York and establish him at the Holy See.''8

Subsequently Morlion became a key figure in Vatican intelligence,
working closely with Giovanni Battista Montini, the future Paul VI.

According to Frederic Laurent,

"All studies [of the post-WWII Nazi networks] have shown the determining
role played by the Catholic Church in the flight of war criminals. Since
April 1943, following negotiations between Pius XII and the
ultra-reactionary American archbishop Francis Spellman, the Holy See
became the clandestine center of Anglo-American espionage in Italy. This
collaboration in fact had begun the previous year .....


http://www.arcticbeacon.com/articles/11-Feb-2008.html
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Jeu 16 Déc 2010 - 7:04


Pour information ...

http://archives.lesoir.be/franco-troiano-batisseur-d-entreprises_t-19920710-Z05KE4.html

FRANCO TROIANO : BATISSEUR D'ENTREPRISES

VAES,EVE-MARIE

Page 3

Vendredi 10 juillet 1992

C'est en bon mari moderne que Franco Troiano a quitté son Italie natale il y a quinze ans, afin de suivre son épouse engagée aux Communautés européennes à Bruxelles. À l'époque, la crise économique commence à se faire sentir partout en Europe, et comme pour se faire pardonner de son «intrusion» dans notre royaume, le milanais décide immédiatement de créer sa propre entreprise. Riche d'une certaine expérience dans l'édition, «Papa» Troiano met alors au monde son premier enfant: Eurologos, société de traduction et de services linguistiques.

Outre mon tempérament indépendant, les conditions extérieures se prêtaient à cette initiative, explique-t-il aujourd'hui, car j'ai trouvé en Belgique des conditions légales favorables à la création des entreprises et une mentalité génératrice d'énergie pour combattre la crise. En 1981, Eurologos devient une SA et ouvre son capital à son personnel. En 1988, elle atteint la deuxième position dans son secteur. Doux mélange de belges et d'étrangers de toutes nationalités, son personnel est aussi cosmopolite que ses activités d'entreprise multilingue.

Mais Franco Troiano ne s'arrête pas là: le développement naturel des affaires fait que chaque entreprise doit avoir plusieurs enfants, son activité engendrant naturellement d'autres activités annexes et complémentaires. En 1989 est ainsi créée la première filiale d'Eurologos, Littera Graphis, spécialisée dans l'«editing» (photocomposition et studio graphique); 1991, deuxième naissance: celle de Telos advertising et marketing, une agence de publicité. Et ce n'est pas fini...

Patron exigeant et respecté, Franco Troiano est aussi un européen convaincu. Je ne suis pas un immigré au sens classique du terme, explique-t-il. Je fais plutôt partie d'une certaine «immigration de haut niveau» florissante ici à Bruxelles. D'ailleurs j'adore cette ville; pour moi c'est la plus riche d'Europe tant elle brasse d'idées, de langues et de culture différentes. A-t-il songé à se faire naturaliser? Non. Aujourd'hui ça n'a plus de sens pour les «immigrés de la Communauté». Je suis italien en attendant de devenir européen. Ici, je me sens déjà chez moi.

Il y a trois ans, Franco Troiano fêtait ses trente premières années de travail. De l'électro-mécanicien de Milan à l'administrateur délégué de multiples sociétés en Belgique, le chemin parcouru est considérable. Mais s'il a réussi à se faire une place dans une économie belge nuageuse, il ne désespère pas de retrouver un jour son soleil natal, pour ce qu'il nomme lui-même ses projets «du troisième âge». Bâtisseur, jusqu'au bout.

E.-M. V.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Organisation Hyperion   Aujourd'hui à 11:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Organisation Hyperion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Organisation Musicale
» Organisation semaine : planning
» SONDAGE organisation du classeur
» L'Organisation des Nations Unies - L'ONU
» Organisation du territoire chez le chat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Organisations-
Sauter vers: