les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 pistes des diamants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
K



Nombre de messages : 7584
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: pistes des diamants   Lun 13 Déc 2010 - 13:14

il existe en belgique des protections
légale et d'influence de sang bleu

mais aussi lie au pouvoir economique ds le pays

Les usines d'armements sont une exemple et l'autre c'est le circuit de l'industrie du diamant qui tournent autour de 3% du bnp
semble -t-il

On a beaucoup penser ds ce direction pour
1.:un des victimes de ALOST (lien avec Zaire)
mais aussi pour
2.: F.lien avec Zaire ?
3.:les diamantaires ds les club de tir/practical shooting
4.: le proprietaire du plaque immatriculation du Saab copie sur un diamantaire Anversios habitant ou voisin d'un general du gend.

parmi les diff. plaques signalées je trouve en effet une adresse à bruxelles à 800m du tumuli mais avec une firme maintenent ds les rues connus d'Anvers.

Je me demande naturellement si
1.:c'est bien toujours le même firme qu'en 1983

2.:Si le saab venait pas aussi du garage Jadot comme les VW qui venait Souvent de VW de Waterloo
3.:Si ce Saab a donné l'idee au gendarmes ,casques jaunes ,d'en acheter aussi pour eux?

4.:Si les Saabs envisagés ont été testé officielement ou officieuzement car des exercices semblent avoir eu lieu sur le circuit de nivelles

sous la bonne direction d'un cascadeur avec de l'experience.

et n'oublions pas

5.: les libanais avec nos duponts

6.:le diamantaire tué par L.

et pe plus

donc

toutes les pierres du petit poucin par ici:
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7584
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: pistes des diamants   Lun 13 Déc 2010 - 13:57

et 7.:n'oublions pas que un des trois dossiers copiés du bic par nos duponts pour
faire bonne figure à bou à son entree ds le WNP était l'attentat ds cette rue mondialement connue à Anvers.
je n'y connais rien et cela m'interesse de savoir où c'était dans cette rue?

un numero specifique ou toute la rue qui etait visé?

(les deux autres dossiers étaient le "pour" et le...... "contre" Doss.)
Revenir en haut Aller en bas
VicarInAspic



Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: pistes des diamants   Lun 13 Déc 2010 - 19:45

Oui K il y a certainement un lien diamants, peut-être pas directement avec les TBW, mais en ce qui concerne les évènements des années 80.
Quelle est pour vous la raison de lancer un topic spécial 'diamants' (outre les 7 points ci-dessus?).

Au risque d' être accusé à nouveau de chercher midi à deux heures: TEMPELSMAN.
TEMPELSMAN: diamants, milliardaire, Belge, Lumumba, Katanga, Zaïre, Mobutu, CIA, NED National Endownment for Democracy et oui...désolé: ami de Jacky Kennedy, JFK, Permindex...Atlas, Pouvoir Absolu
Et puis, à mon avis, il y avait un lien Kirschen , Cams, diamants, Zaïre..
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7584
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: pistes des diamants   Lun 13 Déc 2010 - 20:40

je suis convaincu que le vol du type Saab et la Santana ne Sont pas un hasard et en plus
le choix des plaques copiés et coupés en miètes ,non plus.

pour le Saab on a qqs idées à renforcer avant de s''exprimer

pour le Santana et son plaque coupé en pièces , j'ai pas grand chose .
Revenir en haut Aller en bas
luanda



Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 05/12/2013

MessageSujet: Re: pistes des diamants   Mar 22 Juil 2014 - 20:18

Les pays privilégiés étaient le Burkina-Faso, le Zaïre du temps de Mobutu et le Rwanda (après 1998), mais aussi le Togo et la Côte d'Ivoire. La mission a également identifié une filière de contrebande de diamants à travers la Namibie, l'Afrique du Sud et la Zambie. Les diamants de l'Unita étaient « blanchis » dans les mines sud-africaines, puis exportés légalement vers Londres, avant d'arriver à Anvers. L'argent de ce trafic servait à acheter des armes ou du carburant.

L'enquête de l'ONU révèle que l'Unita passait ses commandes à des intermédiaires (souvent des ressortissants sud-africains ou ukrainiens)

Les premiers diamants ont été découverts en Sierra Leone en 1930 et une production digne de ce nom a commencé dès 1935. À cette date, les dirigeants coloniaux britanniques signaient un accord avec une filiale de De Beers, lui réservant les droits exclusifs d'exploitation et de prospection dans tout le pays pour une durée de quatre-vingt-dix-neuf ans.

(...)

n 1968, sept ans après l'indépendance, Siaka Stevens est devenu Premier ministre, puis président de la République, en Sierra Leone. Autoritaire, mais incapable d'élargir la base régionale de son pouvoir, confronté à une crise économique, le président Stevens encouragea l'extraction minière illicite et abandonna progressivement la conduite du pays à un homme d'affaire libanais, Jamil Mohammed. En 1985, Stevens quittait le pouvoir et était remplacé par le général Joseph Momoh, qui a confié encore plus de responsabilités à Jamil Mohammed.

De la fin des années 1970 au début des années 1990, les affrontements de la guerre civile libanaise se répercutèrent en Sierra Leone. Plusieurs milices libanaises trouvèrent sur place, auprès de leurs compatriotes, une aide financière, et les diamants du pays constituèrent une importante source de revenus pour les différentes factions. L'affaire fût suivie avec attention par le gouvernement israélien, ne serait-ce que parce que le leader du groupe libanais Amal, Nabih Berri, était né en Sierra Leone et était un ami d'enfance de Jamil Mohammed. En 1987, après une tentative ratée de coup d'État en Sierra Leone, Jamil Mohammed s'exilait, ouvrant la voie à de nouveaux investisseurs, israéliens mais aussi canadiens.

Liberia, Sierra Leone, Congo, Angola : le diamant est le fil conducteur qui permet de relier ces guerres africaines qui n'ont, au départ, rien en commun, si ce n'est précisément de se dérouler dans des riches zones diamantifères. De ce point de vue, on peut parler d'une géopolitique du diamant, qui donne aux conflits africains une autre dimension que les traditionnelles explications ethniques ou religieuses.


http://alliance-democratie-progres.over-blog.com/article-12275691.html
Revenir en haut Aller en bas
dislairelucien



Nombre de messages : 1145
Age : 77
Localisation : B - 6660 Houffalize
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: pistes des diamants   Mar 22 Juil 2014 - 22:46

Décidément vous faites les poubelles du forum tueries du Brabant Wallon : la piste nucléaire, la piste des diamants...les guerres africaines Angola Sierra Leone Congo Angola : ou est le rapport?
Revenir en haut Aller en bas
luanda



Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 05/12/2013

MessageSujet: Re: pistes des diamants   Mer 23 Juil 2014 - 1:51

puis exportés légalement vers Londres, avant d'arriver à Anvers. L'argent de ce trafic servait à acheter des armes ou du carburant.

et abandonna progressivement la conduite du pays à un homme d'affaire libanais,

De la fin des années 1970 au début des années 1990, les affrontements de la guerre civile libanaise se répercutèrent en Sierra Leone

L'affaire fût suivie avec attention par le gouvernement israélien, ne serait-ce que parce que le leader du groupe libanais Amal, Nabih Berri, était né en Sierra Leone et était un ami d'enfance de Jamil Mohammed. En 1987, après une tentative ratée de coup d'État en Sierra Leone, Jamil Mohammed s'exilait, ouvrant la voie à de nouveaux investisseurs, israéliens mais aussi canadiens.
----
Derrière ses verres fumés - souvenir de l'attaque dont il fut victime en 1989 de la part de l'ex-gendarme Madani Bouhouche, et dans laquelle il perdit un œil -, le maître des lieux a la mine sombre. C'est comme cela depuis le 11 septembre 2001, dit-il. Avec ces accusations qui lient le diamant à Al-Qaïda, au terrorisme islamique. Ça n'a pas de sens : le diamant, c'est un milieu de professionnel, où tout le monde se connaît. Moi, je suis là depuis 1975...
Revenir en haut Aller en bas
perplexe



Nombre de messages : 546
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: pistes des diamants   Mer 23 Juil 2014 - 10:59

@dislairelucien

Quand le frigo est vide, on fait les poubelles ... et j'ai bien peur qu'il en soit ainsi jusqu'en novembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
luanda



Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 05/12/2013

MessageSujet: Re: pistes des diamants   Mer 23 Juil 2014 - 11:56


n avez vous que du discredit a apporter sur ce forum?
Revenir en haut Aller en bas
totor



Nombre de messages : 1080
Date d'inscription : 11/11/2012

MessageSujet: Re: pistes des diamants   Mer 23 Juil 2014 - 12:37

luanda a écrit:
 
n avez vous  que du discredit a apporter sur ce forum?

c'est surtout à des gens comme vous que j'ai envie d'apporter du discrédit
Revenir en haut Aller en bas
luanda



Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 05/12/2013

MessageSujet: Re: pistes des diamants   Mer 23 Juil 2014 - 14:07

oui ça j avais comprit

vous pouvez faire mieux!

qu est ce qui vous derange dans mes message?

et si c est si derangeant pour vous , ne les lisser pas.
Revenir en haut Aller en bas
totor



Nombre de messages : 1080
Date d'inscription : 11/11/2012

MessageSujet: Re: pistes des diamants   Mer 23 Juil 2014 - 15:55

luanda a écrit:
oui ça j avais comprit

vous pouvez faire mieux!

qu est ce qui vous derange dans mes message?

et si c est si derangeant pour vous , ne les lisser pas.

je lis tous les messages (sauf quand c'est une tartine incompréhensible) et ce n'est pas le cas de vos messages donc je les lis
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2329
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: pistes des diamants   Mer 23 Juil 2014 - 17:26

Sleep 
Revenir en haut Aller en bas
luanda



Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 05/12/2013

MessageSujet: Re: pistes des diamants   Sam 26 Juil 2014 - 12:50

.

Le Congo et l’Angola ont hérité une frontière tracée par les Portugais et les Belges. Cette ligne traverse une savane sans obstacle et coupe en deux des populations qui sont identiques de part et d’autres. Elle est donc difficile à retrouver. Un document de 1956 fait état d’incidents relatifs à la délimitation de la frontière entre les deux pays à cet endroit.

Le commissaire du district du Kwango de l’époque, M. Carels, avait informé son supérieur hiérarchique, le gouverneur de la province de Léopoldville, de ces incidents. Il indiquait à l’époque que la frontière entre les deux pays se situait dans la région comprise entre les rivières Loange et Lushiko sur le 7e parallèle sud. A la source de la rivière Kakamba en territoire congolais, existe un poteau minier placé par des prospecteurs miniers en 1972. Ce poteau signale la présence des richesses minières de cette rivière. La partie angolaise tenterait de transformer actuellement ce poteau en une borne de délimitation frontalière.
Si l’on considère quelles sont les frontières, quelles sont les ressources naturelles locales, en particulier la situation de l’explotation du diamant en Angola, et le passé du trafic de diamat dans la région, on aura bientôt quelque idée de l’enjeu .

La frontière Ouest du Congo.

(...)

Le diamant en Angola (données chiffrées de 2002)

Bien que des permis de prospection existent dans presque tout le pays, la richesse en diamants se concentre dans le Nord-Est. Une série de vallées parallèles, toutes affluentes du Kasaï, coulent du sud vers le nord, du Cuango à l'O au Kasaï lui-même (Cassai en portugais) à la frontière orientale; les principales sont celles du Cuilo, de la Chicapa, du Luachimo et du Lubembe. Outre leurs sites alluviaux, on a trouvé des kimberlites dans leur bassin; le nombre de cheminées est évalué à quelque 700!    
Le principal gisement, et de loin, est celui des kimberlites de Catoca (Lunda Sul), le plus méridional, mis en valeur par la SMC; il est resté à l'écart des incursions de l'Unita et qui a reçu un financement décisif russo-israélien; il fournit une bonne moitié de la production actuelle. Dans la vallée du Cuango, le deuxième centre de production est Luzamba (ancienne Cuango), confié à la SDM, où se trouvent Ashton (donc Rio Tinto) et une firme brésilienne.
Dans la partie orientale du Lunda Norte, la plus touchée par les conflits, plusieurs gisements, la plupart alluviaux, sont très partagés. Le site complexe de Lucapa est géré par la SML et inclut les gisements voisins de Mufuto et de Calonda; juste à côté se trouve Camafuca, où s'affairent Southern Era et la Welox de Leviev. Le long de la vallée de la Chicapa, en amont et en aval de Calonda, sont les sites de Luo et Yetwene, qui relèvent de DiamondWorks et ont été en grande difficulté, ainsi que celui de Luarica dans la vallée voisine, où TransHex s'est associée à Endiama en septembre 2002. Enfin, près de la frontière congolaise, la situation est encore plus confuse dans les petites concessions entremêlées autour de N'Zagi (anc. Andrada) et Dundo (Chitotolo, Tejok), où se trouvent AmCan et des sociétés relevant de militaires angolais récompensés, parfois sur des terres qui avaient été concédées à De Beers. D'autres périmètres sont concédés au nord-ouest (à American Mineral Fields dans la basse vallée du Cuango le long de la frontière congolaise), à l'ouest dans le bassin de la Cuanza (AmCan), au sud-est près de Mavinga (De Beers).      
Ces sites et ces concessions laissent une grande place aux artisans garimpeiros[1], sans doute plus de 100 000, 300 000 selon certaines sources, dont beaucoup ont eu à fournir l'Unita. Celle-ci a mis la main sur certains gisements à différentes reprises, et a obtenu jusqu'aux deux tiers de la production, et même 90% de 1992 à 1994, soit un revenu évalué à 3,7 G$ de 1992 à 1998. La production totale, estimée à 1 Mct en 1988, 1,4 Mct en 1990, était de l'ordre de 700 M$/an, dont seulement 21% en régime «légal» en 1995. Elle aurait été de 3 Mct en 1998, mais certaines sources avançaient qu'on aurait alors extrait en réalité 5,1 Mct: 2,5 par des artisans sous le contrôle ou pour le compte de l'Unita, 1,2 par d'autres indépendants, 1,4 dans les gisements «officiels». Le chiffre officiel est de 3,7 Mct pour 1999, 4,3 pour 2000 (739 M$), 5,9 pour 2001 (800 M$), ce qui fait de l'Angola le 6e pays du monde en poids, mais le 4e en valeur, la production «artisanale» étant estimée à 2 Mct (400 M$). Toutefois, Catoca annonce à elle seule 7,5 Mct pour l'année, ce qui porterait le total à plus de 10 Mct. La part de l'«officiel» est montée à 3,8 Mct en 2001 (74%), pour 439 M$ (60%). Les réserves sont supposées être de 180 Mct.          

(...)

On trouve à ce sujet un témoignage précieux dans les archives du Sénat Belge.




M. Filip De Boeck. – À partir de 1987, j’ai travaillé au Congo, dans la province de Bandulu (sic, pour Bandundu), à la frontière entre le Congo et l’Angola. Je participais à une étude d’anthropologie médicale. J’ai passé deux années dans un petit village Nzofu, à cinq kilomètres de la frontière. Ce village est situé entre les villes de Kahemba et de Tembo, lesquelles étaient, à la fin des années 80 et au début des années 90, les plaques tournantes
du trafic de diamant entre la province du Lunda Norte, en Angola, et le Congo.
J’y ai séjourné jusqu’en 1989 et, par la suite, à nouveau en 1991, en 1994 et en 1997. Dès 1987, j’ai été le témoin du développement et, en partie, du déclin du trafic de diamant.[2]



Ce trafic peut être subdivisé en trois grandes phases. Il a été créé entre 1981 et 1982 par des Congolais issus des centres diamantaires traditionnels du Kasaï, de Kinshasa ou de Kikwit. Ceux-ci recrutaient des villageois sur place afin de former une caravane pour transporter toutes sortes de marchandises dans le but de traverser la frontière, en direction du Lunda Norte, pour se rendre dans la région située autour de la vallée Kwango, dans deux grands sites
miniers du nord-ouest du Lunda Norte
, Cafunfo et Luzamba, et plus à l’est, vers la frontière avec Tshikapa et le Katanga. Les caravanes parcouraient la grande forêt de Corta Mata.
La plupart du temps, c’est pendant la nuit qu’elles se rendaient dans les villages proches de sites miniers, dans lesquels des Angolais échangeaient des diamants contre des marchandises. À l’époque, le troc était très avantageux. Les Congolais traversaient aussitôt à nouveau la frontière, ce qui n’était pas sans danger puisque la frontière entre le Congo et l’Angola était officiellement fermée. La région minière de Lunda était sous le contrôle des troupes  gouvernementales.
En dehors des petites villes, de nombreuses patrouilles des rebelles UNITA circulaient. Ce trafic était une entreprise dangereuse, parfois mortelle. Du côté congolais, ce n’était guère mieux. De petits groupes de militaires zaïrois y patrouillaient, officiellement pour surveiller la frontière mais, en réalité, ils allaient de village en village pour y attendre les caravanes qui revenaient et pour dérober les diamants. Pour éviter cela, nombreux étaient ceux qui avalaient les diamants.
Il arrivait que dans les villages, pour récupérer ces diamants, on éventre le cadavre de ceux qui avait été victimes d’une mine terrestre et étaient décédés à la suite d’une hémorragie.
À la fin des années 80, des comptoirs ont commencé à s’installer dans les villes frontalières comme Kahemba et Tembo ainsi que dans des petits villages. Un grand nombre de ces comptoirs étaient aux mains de Congolais. À un moment donné, Mobutu a fait fermer un certain nombre de comptoirs mais, par la suite, il y a eu une période de libéralisation. Les comptoirs étaient contrôlés par des Sud-Africains, des Portugais, des Belges, des Sénégalais, des Libanais ainsi que des Israéliens, tant à Tembo qu’à Kahemba. Les diamants étaient vendus par la population locale pour être transférés via les comptoirs vers Kinshasa, avant d’être acheminés, généralement vers Anvers.

http://www.virunganews.com/content/view/155/9/

------

Aginter Press

Une opération de déstabilisation au Congo Brazzaville, a avorté suite à des informations fournies au gouvernement du pays par les services français de Jacques Foccart, qui pourchassent les anti-gaullistes de l'Aginter Press. Plusieurs membres sont capturés et manquent d'être exécutés, ils sont finalement relâchés après intervention extérieure.


Lors de la Révolution des Œillets en avril 1974, Yves Guérin-Sérac, Joao Da Silva et leurs associés quittèrent Lisbonne en catastrophe pour Albufereta, siège de l'organisation espagnole Paladin group, près d'Alicante. Avec des faux-passeports français, ils s'envolèrent pour Caracas, avec « la bénédiction des réseaux Foccart »

On soupçonne ainsi Aginter Press d'avoir assassiné, entre autres, Humberto Delgado (1965), leader de l'opposition portugaise, le célèbre leader anticolonialiste Amilcar Cabral (1973)et Eduardo Mondlane(1969)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aginter_Press

-------

Dès 1962, le FNLA forme un gouvernement angolais en exil à Léopoldville et l'ONU condamne les massacres portugais et reconnaît le droit du peuple angolais à l'indépendance. Pour calmer les mouvements indépendantistes, le Portugal abolit le travail forcé en 1962, et accepte d'investir plus d'argent en Angola. En effet, l'effectif des enseignants quadruple entre 1961 et 1974. Cependant la plupart des élèves du secondaire étaient toujours blancs. La métropole offre la citoyenneté portugaise à tous les Angolais ; si certains l'acceptent et émigrent au Portugal à la recherche d'un meilleur niveau de vie, d'autres la rejettent par conviction nationaliste. Lisbonne chercha un soutien étranger en ouvrant sa colonie aux capitaux étrangers, l'exploitation du pétrole fut confiée aux entreprises française et américaines, celle du diamant aux Belges  et aux Sud-Africains. Ceci marque un tournant dans l'histoire africaine, les puissances coloniales perdent petit à petit pied dans le continent, pas seulement au profit des Africains mais aussi de nouvelles puissances impériales

3300 soldats portugais mourront en 14 ans de guerre tandis que dans d'autres provinces d'outre-mer, au Mozambique et en Guinée, se déclenchent des guerres du même type. L'effort de guerre absorbera 40 % du budget de l'État

http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27Angola

.
Revenir en haut Aller en bas
luanda



Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 05/12/2013

MessageSujet: Re: pistes des diamants   Lun 28 Juil 2014 - 10:50

.

'Unita. Celle-ci a mis la main sur certains gisements à différentes reprises, et a obtenu jusqu'aux deux tiers de la production, et même 90% de 1992 à 1994, soit un revenu évalué à 3,7 G$ de 1992 à 1998. La production totale, estimée à 1 Mct en 1988, 1,4 Mct en 1990, était de l'ordre de 700 M$/an, dont seulement 21% en régime «légal»
http://www.virunganews.com/content/view/155/9/
-------
http://archives.lesoir.be/le-diamant-brille_t-19890328-Z01H4Q.html
Le diamant brille
à nouveau...

le premier trimestre 1989 promet d'être excellent, grâce au développement des ventes en Asie du Sud-Est, particulièrement au Japon, sous l'effet conjugué de la faiblesse du dollar par rapport au yen et d'une campagne agressive de marketing.

Nick F. Oppenheimer, le PDG du CSO, à la tête du «syndicat» depuis 1984, voit sa stratégie de relance triompher. Trois créneaux: les pays d'Asie, les bijoux pour hommes, les pièces de qualité. La CSO est parvenue à concilier la vente en série et le privilège d'offrir des pierres uniques en soulignant la qualité des pièces, le pouvoir affectif, les formules de vente à crédit mises au point par les bijoutiers et les banquiers.
Si la CSO commercialise le minerai brut d'Afrique du Sud (40 % de la production mondiale) et qui provient des mines appartenant à la maison mère De Beers, elle traite aussi la quasi totalité des pierres extraites dans le monde (à l'exception de l'URSS), et notamment en Afrique noire. De nouveaux sites sont en voie d'exploitation en Afrique australe et au Brésil.

------

Selon une étude récente de la Banque Mondiale, portant sur quarante-sept guerres civiles entre 1967 et 1999, la lutte pour le contrôle des minerais, est au cœur de la plupart des conflits qui ensanglantent l'Afrique. La géographie des principales guerres civiles africaines actuelles – Angola, République démocratique du Congo (RDC), Sierra Leone, Liberia, Guinée

http://alliance-democratie-progres.over-blog.com/article-12275691.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: pistes des diamants   

Revenir en haut Aller en bas
 
pistes des diamants
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Diamants du Zaïre et du Gongo
» Zimbabwe diamants de sang
» diamants et éthique
» Qui a des pistes pour travailler Vendredi ou la vie sauvage?
» Les Diamants de Guinée : Documentaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Les axes exploités :: Autres pistes-
Sauter vers: