les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 SERGE PIERRIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: SERGE PIERRIN   Dim 14 Aoû 2011 - 10:29

DH Infos > Faits divers >
Partager sur Twitter. Partager sur Facebook. Exécuté sur sa moto(10/08/2004)
Le tueur, un très bon tireur, n'a laissé aucune chance à Serge Pierrin!
LIÈGE Sans risque de lourdement se tromper, on peut affirmer que la personne qui, durant la nuit de dimanche à lundi, a tué Serge Pierrin est un professionnel.

Le coup, en tout cas, a manifestement été bien préparé. Vers 0 h 30, Serge Pierrin, un Liégeois de 35 ans, quitte le dancing l'Edelweiss, situé sur la route du Condroz, à Boncelles. L'homme monte sur sa moto, sa nouvelle amie l'accompagne. Le couple s'éloigne lentement du dancing. Puis, moins de deux kilomètres plus loin, alors qu'il roule à une vitesse normale, Serge est rejoint par une voiture de teinte grise, probablement une BMW. La voiture se porte à sa hauteur. Le passager ouvre sa vitre. Serge ne remarque rien... Le passager sort alors une arme par la vitre. Il ouvre le feu à sept reprises! Serge est touché six fois. Il est mortellement blessé. La moto tangue, part sur le côté et heurte une haie puis un pilastre.
Voiture incendiée
La compagne de Serge, physiquement indemne, se relève! Elle ne pourra rien faire pour sauver son ami. Malgré les efforts des secouristes, l'homme décède à même la route. Evidemment, les deux occupants de la voiture n'ont pas demandé leur reste. Le coup fait, la voiture a démarré en trombe. Mais, une dizaine de minutes plus tard, les pompiers de Liège ont été avertis qu'une voiture était la proie des flammes dans un coin isolé de Tilff, distant de quelques kilomètres du lieu de l'assassinat. Il est encore trop tôt pour établir un lien entre les deux faits. Tout juste se bornera-t-on à remarquer que la voiture a été complètement détruite, qu'il s'agissait d'une BMW volée il y a trois semaines et que l'incendie est d'origine criminelle. Reste à savoir qui en voulait à Serge Pierrin au point de l'assassiner. De ce côté, les choses sont très nébuleuses. Condamné pour des faits de vols et liés aux armes, l'homme était connu des autorités judiciaires comme fréquentant le milieu liégeois. Il avait des amitiés que les policiers qualifient de suspectes avec des personnes inquiétées dans des braquages. Est-ce de ce côté qu'il faut aller chercher? Les enquêteurs lancent en tout cas un appel à toutes les personnes qui auraient été témoins de la fusillade, de l'incendie de la BMW ou qui auraient vu Serge Pierrin peu avant sa mort. Ces personnes sont priées de prendre contact avec le SJA de Liège au 04/232.50.50. La discrétion est assurée.
Jean-Michel Crespin © La Dernière Heure 2004

DH Infos > Faits divers >
Le tueur à gage identifié(15/10/2005)
Thierry Dalem aurait engagé Vincent Buret pour assassiner Léopold Maréchal. Le tueur présumé est en cavale

LIÈGE Vendredi après-midi, le parquet fédéral a confirmé nos informations parues mercredi. La juge d'instruction Danièle Reynders a bel et bien placé Thierry Dalem sous mandat d'arrêt pour le meurtre de Léopold Maréchal, réputé être un des lieutenants de Marcel Habran. Les motivations de cette exécution semblent dignes d'un film d'action américain. Ainsi, il ressort de plusieurs témoignages qu'un différend serait né entre Maréchal et Dalem. Dans ce milieu, ce genre de divergence se règle souvent à coups de revolver... Dans cette optique, Léopold Maréchal aurait contacté Serge Pierrin pour qu'il abatte Dalem. Mais Pierrin connaît Dalem et semble l'apprécier. Du coup, il aurait refusé le contrat. Pire, il aurait contacté Dalem pour l'avertir du danger. Il le paiera de sa vie! Le 9 août 2004, Serge Pierrin est abattu alors qu'il sort d'un dancing de la banlieue liégeoise où Dalem officiait d'ailleurs comme sorteur. Un des premiers sur les lieux du meurtre, Dalem comprend alors que Pierrin ne lui avait pas raconté des blagues... Ayant sans doute un peu peur pour sa vie. Il décide à son tour de lancer un contrat sur la tête de Maréchal. C'est là que Vincent Buret apparaît. L'homme est bien connu du milieu liégeois. Surnommé Le tranquille, il se rend le 15 septembre 2004 à Soumagne, dans la propriété de Maréchal. Il se terre dans un coin et attend que l'homme sorte pour rentrer la voiture de sa femme dans le garage. Il bondit et abat Maréchal d'une demi-douzaine de balles. Pour exécuter le fameux contrat, Buret a pris de sacrés risques. C'est que le gaillard est activement recherché par les autorités luxembourgeoises pour un hold-up commis à l'aéroport national. Il est aussi recherché en Belgique pour être entendu dans un autre dossier criminel où il apparaîtrait, cette fois, comme commanditaire. Bénéficiant de la double nationalité (française et belge), Buret se cacherait en France. Inutile d'écrire que tout ce scénario repose sur des déclarations d'autres personnes. En effet, Dalem nie énergiquement les faits et, malheureusement pour eux, les autres ne sont plus là pour être entendus. Reste que les différents dossiers liégeois avancent à grands pas. Selon les enquêteurs, tout partirait du braquage mortel d'un fourgon blindé, à Waremme, le 12 janvier 1998. On retrouverait là-bas, plusieurs membres d'une organisation criminelle qui s'entre-déchirent depuis. C'est dans cette optique que plusieurs assassinats auraient eu lieu, pour des motifs parfois futiles, des différends d'argent ou des suspicions concernant l'un ou l'autre qui aurait trop parlé. C'est ainsi qu'actuellement 6 assassinats seraient élucidés, ceux de Onofrio Cacciatore, Robert Bovenisty, Georges Hardy, Mario Tomasi, Serge Pierrin et Léopold Maréchal. Dans ces différents dossiers, en ce compris le braquage de Waremme, 12 personnes, dont Marcel Habran, sont actuellement sous les verrous.
Jean-Michel Crespin © La Dernière Heure 2005

Procès Habran: Francesco Vella a été "saucé" par Maréchal

Les différents témoignages qui ont permis de confondre Pépé Rosato comme commanditaire de l'assassinat de Francesco Vella ont été détaillés lundi par les juges d'instruction devant la Cour d'assises de Liège, au procès de Marcel Habran et consorts. L'un des témoins protégés avait révélé que, lors de l'exécution, Pol Maréchal avait "saucé" sa victime pour être certain de ne pas la manquer. Les juges d'instruction Viviane Joliet et Danielle Reynders ont retracé l'historique des devoirs d'enquête effectués après l'assassinat de Vella le 8 novembre 2001. Plusieurs pistes ont été exploitées en début d'enquête et ont mis en évidence des faits de menaces pouvant expliquer l'exécution. La compagne de Vella avait souligné que la victime se sentait menacée dans la période qui a précédé les faits. Vella lui avait notamment confié qu'il pensait qu'il allait être tué en raison d'un conflit qui l'opposait à Pépé Rosato et Tony Samardzic. L'enquête a stagné jusqu'en septembre 2004. Les révélations de Cej Bejtulah ont relancé la procédure lorsqu'il a apporté des éléments neufs expliquant une partie du déroulement des faits. Il y impliquait déjà Pépé Rosato comme commanditaire et Pol Maréchal comme exécutant.Le témoin protégé Didier Singleton avait ensuite relayé des confidences reçues de Pol Maréchal à l'époque où il vivait encore. Maréchal lui avait avoué qu'il était bien l'auteur de l'assassinat de Vella, qu'il avait tiré avec un pistolet mitrailleur Uzi et qu'il avait "saucé" sa cible, tirant à de nombreuses reprises afin d'être certain de ne pas la manquer. Tony Samardzic avait pour sa part dénoncé Rosato comme commanditaire, expliquant que c'est Rosato lui-même qui lui avait avoué ce rôle. L'enquête a pu démontrer que la Mercedes dans laquelle circulait Francesco Vella avait autrefois appartenu à Mike Alison (le propriétaire du bar où a été tué Georges Hardy) puis à Pol Maréchal. Elle avait été revendue à Vella par l'intermédiaire du garage dont Schraenen est le propriétaire. Selon Singleton, Maréchal se serait beaucoup amusé lorsqu'il a tué Vella qui se trouvait au volant de son ancienne voiture. Les enquêteurs Braye et Bielen ont détaillé les révélations effectuées par les témoins protégés. C'est d'abord Cej Bejtulah, ayant obtenu des confidences de Samardzic en prison, qui a dénoncé Rosato qui commanditaire. Mais il pointait Serge Pierrin comme exécutant et Samardzic comme accompagnant. Le motif de Rosato aurait été une haine profonde qu'il entretenait à l'égard de Vella après différents conflits d'intérêt. Les révélations de Didier Singleton ont confirmé la thèse selon laquelle Pol Maréchal a tué Vella pour rendre service à Rosato qui, en contrepartie, devait tuer Cacciatore. Mais Singleton avait aussi évoqué une participation du tueur à gages Serge Pierrin dans les faits, le plaçant comme tireur à la place de Maréchal. Tony Samardzic avait lui aussi désigné Serge Pierrin comme tueur. Plusieurs thèses sont donc évoquées au dossier pour désigner le tireur lors de l'assassinat de Vella. Outre celle retenue par l'accusation selon laquelle Maréchal est le tireur, celle selon laquelle Serge Pierrin serait l'exécutant d'un contrat lancé par Pol Maréchal a été évoquée par plusieurs témoins lors de l'enquête. (belga)
03/11/08 16h21

Mise à jour : jeudi 27 novembre 2008 06h00
Procès Habran & Cie: Pierrin était un tueur à gages très discret

CRISNÉE - L'enquête relative à l'assassinat de Serge Pierrin a été développée jeudi devant la Cour d'assises de Liège au procès de Marcel Habran et consorts. Ce tueur à gages était encore inconnu de la justice avant sa mort. C'est l'enquête qui avait permis de mettre en lumière la spécificité de ses activités. Le médecin légiste Ravache-Quiriny, qui a examiné Serge Pierrin à l'autopsie, a précisé que l'ensemble des projectiles a atteint la victime sur le côté gauche. Pierrin a été touché une fois au cou, une fois au coude et à trois reprises au thorax. L'un de ces derniers tirs l'a touché en plein coeur. Laetitia B., la compagne de Serge Pierrin qui était présente à l'arrière de la moto, a détaillé les circonstances dans lesquelles il a été abattu. Elle a exposé que Serge Pierrin pilotait sa moto de manière calme pour ménager sa passagère. Ils venaient de quitter le dancing l'Edelweiss à Boncelles lorsqu'une voiture est arrivée sur le côté gauche de la moto et les a coincés comme dans une souricière. "C'était une BMW ou une Mercedes", a expliqué la dame. "On nous a braqués avec deux armes. Deux coups de feu sont partis et j'ai senti Serge qui s'affaissait sur sa moto. Cinq autres coups de feu ont été tirés. La moto s'est dirigée vers un poteau. Nous avons été expédiés en l'air et j'ai rebondi sur la route. Serge était couché par terre lorsque je me suis relevée. Il ne semblait rien avoir mais il était mort", a-t-elle poursuivi. Serge Pierrin était connu comme tenancier d'un bar de prostitution situé à Crisnée. Sa compagne, ayant travaillé pour lui avant d'entamer leur relation, a précisé qu'il avait mis fin à ce commerce qui ne lui convenait pas. Elle a décrit Serge Pierrin comme un homme gentil, tendre et attentif. Il n'avait peur de rien. Quelques semaines avant sa mort, il refusait de parler encore à Pol Maréchal. Il était devenu plus froid. Les enquêteurs Biazot et Bielen ont confirmé que Serge Pierrin était pratiquement inconnu des services de police à l'époque de son assassinat le 9 août 2004. Seuls quelques antécédents de vols de voiture étaient répertoriés à son compte. Sa première apparition dans le dossier survient en 2003 lors de l'assassinat de Mario Tomasi, décrit à cette époque comme son meilleur ami. Serge Pierrin a été décrit comme un homme froid, ténébreux, antipathique, déplaisant et taiseux. Il aimait rester discret. Peu de personnes étaient informées de son lieu de résidence. Il ne fréquentait personne dans le milieu et restait dans l'ombre de Mario Tomasi. Il avait rompu avec tous ses anciens contacts, dont ceux entretenus avec Pol Maréchal. Une des raisons de cette séparation pourrait être l'attitude de la femme de Maréchal, Hata Prekopuca, qui avait des "appétits" envers les petites amies de Pierrin. Selon les enquêteurs, Serge Pierrin doit son exécution à son rapprochement avec Thierry Dalem. Ce sont les témoins protégés (Cej, Prekopuca et Singleton) qui ont permis de mener à la conclusion selon laquelle Pol Maréchal serait le commanditaire de cet assassinat qui implique Anouar Bennane, Joël Schraenen et Eric Weyns. Les débats au sujet de cet assassinat reprendront vendredi devant la Cour d'assises.

Habran: des révélations inédites
publié le 29/11/2008 à 14h26

Le témoin privilégié Jean-Philippe Mathieu a été entenduLe témoin privilégié Jean-Philippe Mathieu a fait de révélations inédites, vendredi après-midi devant la cour d'assises de Liège au procès de Marcel Habran et consorts. A la surprise générale, il a cette fois impliqué pour la première fois Eric Weyns. Le témoin privilégié Jean-Philippe Mathieu a été entendu pour la sixième reprise, cette fois dans le cadre de l'assassinat de Serge Pierrin, soutenant qu'il avait obtenu ses informations par les confidences de Thierry Dalem après la mort de Pierrin. Comme dans d'autres dossiers, ses révélations ont apporté les éléments principaux de l'accusation. Le témoin a évoqué Pol Maréchal comme commanditaire des faits. Selon lui, celui-ci se sentait menacé par Thierry Dalem car il pensait être "filé". Il croyait que Dalem complotait dans son dos. Jean-Philippe Mathieu a aussi soutenu que ce n'est pas uniquement Pierrin qui était visé le soir des faits. "Pierrin, Dalem et Kremer devaient être abattus tous les trois, a annoncé le témoin. Cette exécution aurait même pu être commise dans le sas du dancing l'Edelweiss. Quand Serge Pierrin a été abattu, c'est Thierry Dalem qui était visé. Il roulait avec la même moto et la même veste que Pierrin." Le témoin privilégié a aussi fait une révélation qui a surpris tous les avocats de la défense, et en particulier ceux d'Eric Weyns. Pour la première fois, il a soutenu que ce dernier était impliqué dans les assassinats de Serge Pierrin et Philippe Maréchal. Egalement entendu, le témoin protégé Cej Bejtulah a affirmé que, lorsqu'il était emprisonné avec Tony Samardzic, celui-ci lui avait parlé de la personnalité de Serge Pierrin, le décrivant comme un homme inconnu de la justice, appelé le "Squelette", capable de tuer hommes, femmes ou enfants dans le cadre de sa profession de tueur à gages. Serge Pierrin s'était confié à un ami très proche et avait avoué plusieurs exécutions dont il était l'auteur. Plusieurs de ces faits présentent des liens balistiques avec les assassinats de Mario Tomasi et Philippe Maréchal. Vers la fin de son existence, Serge Pierrin était devenu imprévisible. Il était comme un chien fou. Un ami proche, qui était également son homme de paille dans le cadre de la gestion de son bar de prostitution, a confirmé qu'il était très agité, perturbé et recherchait de plus en plus d'argent. Cet ami - qui n'est pas Christophe D. contrairement à ce qui a été écrit précédemment - a confirmé avoir reçu récemment la visite d'un prétendu émissaire de Bennane le remerciant de ne pas avoir évoqué, lors de son dernier témoignage devant les assises, un sac d'arme manipulé par Bennane à destination de Pierrin. Cette démarche a été perçue par lui comme une menace potentielle. Une information a été ouverte au parquet de Liège pour des faits de tentative de subornation de témoin. Lundi, la cour entendra la juge d'instruction Reynders sur l'assassinat de Serge Pierrin et le témoin protégé Hata Prekopuca, qui comparaîtra pour la 10e fois./.MPA ./.

Les signatures du tueur à gages
posté le 16 juin 2009 | catégorie Affaire Patrice Debruyne

A chaque tueur à gages ses outils et ses recettes : les spécialistes – tels ces experts qui étaient appelés à témoigner mardi devant la cour d’assises de Liège dans le cadre du procès de Patrice Debruyne, qui nie avoir été le commanditaire dans cette affaire – considèrent ainsi les armes, les projectiles et les techniques de tir utilisés comme autant de discrètes mais probantes signatures. Ainsi, ont-ils établi que les contrats passés sur les têtes de Cindy Ory, Edith Guilleaume et Eric Guilleaume avaient bien été exécutés par Serge Pierrin, professionnel du crime qui fut à son tour abattu sur sa moto en août 2004. Eric Guilleaume, a-t-il été rappelé aux jurés, fut éliminé en mai 1997 devant son fils de 15 ans. Une balle a traversé le foie et les poumons. Les suivantes lui ont pulvérisé le cœur. Quelques mois plus tard, c’est la sœur d’Eric, Edith Guilleaume, qui fut hachée par une rafale de pistolet-mitrailleur Uzi alors qu’elle était dans son garage. « Dix-sept projectiles ont été tirés, 12 ont atteint leur cible, ont rappelé mardi les enquêteurs liégeois. Aucune douille n’a pas contre été retrouvée. L’intention manifeste de l’auteur était de supprimer les éléments balistiques afin de rendre l’expertise impossible. » Le tireur, estiment policiers et experts en balistique, avait pris le soin de greffer sur son arme un système de collecte des douilles. Vraisemblablement un sachet ou un bas en nylon. Comparant cette technique froide et efficace à celle utilisée pour commettre d’autres assassinats – notamment celui de Daniel Cohen à Bruxelles et celui de Philippe Maréchal à Liège, tous deux attribués à Serge Pierrin –, les experts ont donc pu mettre un nom sur le dernier visage qu’ont probablement vu Eric et Edith Guilleaume. C’est encore le même Serge Pierrin, dont le nom avait été cité à plusieurs reprises dans le dossier Habran et consorts, qui, au mois d’août 1998, aurait mis à mort Cindy Ory, l’ancienne compagne de l’accusé. La voiture dans laquelle la jeune fille se trouvait avec son nouvel ami avait été criblée de balles en plein centre de la commune de Herve. Touchée au bassin, dans le dos et à la poitrine, elle était parvenue à ouvrir la portière et à – provisoirement – se réfugier sous le véhicule. Mais la tirant par les cheveux, le tueur l’avait extirpée de sa fragile cachette, s’était mis à califourchon sur elle et l’avait achevée de deux balles dans la tête. Reste à établir, et c’est l’enjeu de cette session d’assises, que le commanditaire de ce jeu de massacre est bien Debruyne, le trentenaire assis dans le box des accusés.
BELGA,MATRICHE,JOEL

Mise à jour : mercredi 17 juin 2009 06h00
BONCELLES
Assises de Liège: les amis du tueur Serge Pierrin décrivent sa personnalité
0020Source: Belga

SERAING - La personnalité du tueur à gages Serge Pierrin a été évoquée mercredi après-midi devant la Cour d'assises de Liège au procès de Patrice Debruyne, accusé d'être le commanditaire de trois assassinats. Un de ses amis a confirmé son implication dans le triple assassinat reproché à l'accusé. Avant d'être assassiné le 9 août 2004 sur la route du Condroz à Boncelles, Serge Pierrin était un tueur à gages. C'est à lui que se serait adressé, par un intermédiaire, Patrice Debruyne pour faire exécuter Eric Guilleaume, Edith Guilleaume et Cindy Ory. Pierrin avait très peu d'amis mais certains lui ont été fidèles. Marc D. le considérait comme son frère après avoir sympathisé avec lui en prison. A tel point que Serge Pierrin se livrait à certaines confidences sur des exécutions qu'il avait commises. "Il m'avait laissé deviner que c'était lui qui avait commis les trois assassinats pour le compte d'un aveugle, a expliqué Marc D. Il avait aussi avoué qu'il avait commis l'agression sur Cindy Ory, défigurée au couteau. Finalement, après avoir tué Eric et Edith Guilleaume, il a tué Cindy Ory. Je lui avais fait comprendre qu'il devait arrêter de s'en prendre à cette famille. Mais il a considéré qu'il restait "des crasses" et il a abattu Cindy Ory."Les confidences de Serge Pierrin se sont étendues sur le double assassinat commis à Diepenbeek (De Palo et Wagemans) et sur celui commis au CHU (Philippe Maréchal). Pierrin avait avoué qu'il était l'auteur des faits. Mais ce n'est qu'après sa mort que ces informations ont été révélées. A la fin de sa vie, les amis de Serge Pierrin ont trouvé qu'il avait changé de caractère. Il était devenu plus froid encore, faisait des dettes sur le dos de ses amis et envisageait même de faire exécuter certains d'entre eux. Serge Pierrin était aussi actif dans le milieu de la prostitution où, par l'intermédiaire d'un homme de paille, il gérait un bar. Guy C., son homme de paille, explique qu'il a pris peur face au comportement de Pierrin. "Il avait changé et il n'avait plus l'esprit à faire les choses correctement, a-t-il expliqué. Il escroquait les gens en leur demandant de l'argent qu'il ne remboursait jamais. Il était devenu sauvage, agressif et ses réactions étaient fulgurantes. Il inspirait une grande crainte." La Cour a également entendu la dernière compagne de Patrice Debruyne, qui vient de rompre avec lui parce qu'elle a pris connaissance de sa réelle personnalité. "C'est un homme qui étouffe et qui veut diriger la vie des autres, a-t-elle dit. Il faut faire les choses comme il le décide, quand il le décide. Notre fille n'a aucune vie, aucun ami et aucune famille." La jeune femme a précisé que, depuis sa rupture, Patrice Debruyne se comporte comme il le faisait avec Cindy Ory. Il la surveille et la harcèle au point que ce comportement fait apparaître une certaine résignation chez la personne visée. Actuellement, cette ex-compagne se dit encore menacée car, initialement à l'origine de la relation entre Debruyne et son avocat, elle n'a pas tenu ses engagements financiers. Debruyne aurait proféré de nouvelles menaces en apprenant qu'il risquait de perdre son conseil. Parmi les membres des familles des victimes qui ont été entendus, l'épouse d'Eric Guilleaume a avancé sa conviction que Patrice Debruyne était lié aux faits et qu'il s'était fait "monter la tête" par Pépé Rosato avant de commanditer cet assassinat. La soeur d'Eric et d'Edith Guilleaume a ajouté qu'aucune personne, à part Patrice Debruyne, n'avait de raison de leur en vouloir. Le père de Cindy Ory a confirmé que sa fille se sentait menacée à la fin de sa vie et qu'elle craignait les relations de Patrice Debruyne. Le procès reprendra jeudi avec la suite des auditions des témoins
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: SERGE PIERRIN   Dim 14 Aoû 2011 - 22:44

Pourquoi rattachez-vous ces histoires aux tueries, CS ?
Pourriez-vous développez ?
A titre informatif, je vous informe que Dalem à été acquitté du meurtre de Maréchal.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: SERGE PIERRIN   Dim 14 Aoû 2011 - 23:26

Henry a écrit:
Pourquoi rattachez-vous ces histoires aux tueries, CS ?
Pourriez-vous développez ?
A titre informatif, je vous informe que Dalem à été acquitté du meurtre de Maréchal.

Bonsoir Henry, c'est toujours un plaisir d'avoir un interlocuteur courtois, ce qui me change des messages personnels de quelques excités. Mon but est d'une manière ou d'une autre de lancer des pistes et de faire le tour du potentiel de dangerosité de certains individus de l'époque. Ainsi, comme un peintre, il est question par touches successives d'aboutir à un tableau autrement dénommé TBW. C'est une méthode comme une autre sauf à exclure a priori la piste du grand banditisme. Au plus les sources d'information seront diverses et variées sur cette période et son milieu, au plus, à mon sens, des recoupements seront susceptibles d'être faits le cas échéant. Je pense avant toute chose à la seconde vague. Pour la première, mon opinion est faite. Parlons donc de cette deuxième vague : Piste française ? Bande à Habran ? à Haemers ? Le Milieu du nord de Bruxelles ? Vous lâchez un ballon d'essai et vous attendez ce qui retombe. Dans un autre registre, et croyez-moi, je connais bien le dossier belge, je tente de cerner la piste complotiste, sans l'exclure au demeurant.
Pourquoi en tel succès par rapport à cette piste ? Géopolitique oblige, le SHAPE et les liens avec le dossier Français viennent à l'esprit. Mais dans l'inconscient collectif , je pense à la poussière sous le tapis de la Belgique, créatrice de maintes suspicions : Assassinat de M. Lahaut, Rexisme etc....En aval, le Belgique pour les raisons précitées a été l'enfant gâté de l'Europe. D'innombrables magouilles trouvent leur origine sur un constat trés simple : l'argent appelle l'argent...Et tout le monde veut en profiter, les politiciens et le Milieu.Il serait dommageable de ne pas contribuer au festin n'est-ce-pas ?
Soyez assuré Cher Henry, de mes plus cordiales salutations.
Revenir en haut Aller en bas
dislairelucien



Nombre de messages : 1145
Age : 77
Localisation : B - 6660 Houffalize
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: SERGE PIERRIN   Lun 15 Aoû 2011 - 10:17



Bonjour,
comment pouvez-vous dresser un quelconque recoupement ou rapprochement entre les faits qui nous intéresse et qui datent du début des années 80 et des faits de banditisme liègeois de 2.004 soit plus de 20 ans après ?
Pierrin avait 35 ans en 2004 . Il est donc né en 1969-70' : il faisait sa grande communion au moment de la première vague TBW...
Restons liègeois: on replace également l'assassinat de Julien Lahaut en 1950 comme piste? Un assassinat datant de 35 ans avant les TBW
" Vous lâchez un ballon d'essai et vous attendez ce qui retombe".

Logiquement ce qui retombe c'est une baudruche vide de tout intérêt
"Pour la première vague , mon opinion est faite."
Si vous pouviez déja nous instruire sur votre opinion ce serait une belle avancée.
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: SERGE PIERRIN   Lun 15 Aoû 2011 - 12:35

@ CS,
Ce procès Habran, première mouture à Liège fin 2008 a aussi été révélateur d'une certaine manière d'agir du parquet.
Il n'aurait jamais du s'appeler "Procès Habran" mais procès Maréchal car il faut s'avoir que les fait reprochés à Marcel Habran ne comportaient que l'attaque de Waremme, l'attaque de Findel et l'association de malfaiteurs alors que le nom de Maréchal revenait dans toutes les attaques et surtout tous les meurtres?
Pour info, Habran a été acquitté de l'attaque de Findel, même la partrie civile a reconnu qu'il ne pouvait y avoir participé.
Dalem sur qui existait 15 prévention a été acquitté pour 11.
Stéphane Lewus a été lui aussi acquitté.
Eric Weyns a été lui aussi acquitté de deux préventions de meurtres
Annouar Bennane, condamné à Liège été acquitté à Nivelles lors du deuxième procès.
Je crois sincèrement que ce procès liégeois a été un grand fourre-tout ou beaucoup de faits ont été regroupés autour d'un nom, ce qui a donné lieu à un grand spectacle suivi par la télévision et la presse assez complice du parquet.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: SERGE PIERRIN   Lun 15 Aoû 2011 - 21:43

Et l'histoire des videos Henry ? IL était mal le père Habran à ce moment où il en a été question...
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: SERGE PIERRIN   Lun 15 Aoû 2011 - 21:56

CS1958 a écrit:
Et l'histoire des videos Henry ? IL était mal le père Habran à ce moment où il en a été question...
Vous parler des vidéos dans une galerie commercante ou Habran était en compagnie de César Bruzesse (orthographe pas certaine) ?
Si c'est le cas, mettez-vous à sa place mais je vous rappelle puisque vous connaissez bien le dossier que Habran n'était pas poursuivi pour ces faits.
Soyons clairs, je ne me pose pas en défenseur de Marcel Habran, il n'a pas besoin de moi, j'explique seulement certaines scènes de ce procès qui n'ont pas été mises en évidence par la presse.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: SERGE PIERRIN   Lun 15 Aoû 2011 - 22:17


Et renson et Antemus Henry ?


La « bande à Habran »

Cet individu qui ressemble à Habran a été vu par un automobiliste dans la Golf GTI des tueurs entre l'attaque de Braine-l'Alleud et celle d'Overijse. Il a été surnommé "le vieux" par les enquêteurs".

Marcel Habran, Jean Renson, Thierry Dalem, Claude Kremer, Joël Schraenen, Jean-Marie Geerts et d’autres truands ont à leur actif notamment l'attaque, restée tristement célèbre le lundi 12 janvier 1998, d'un transport de fonds - avec deux convoyeurs tués - sur l'autoroute Bruxelles-Liège à Waremme, huit assassinats. De mémoire, certainement le plus lourd dossier criminel de l'après-guerre. Braquage de Dison : le 19 décembre 1996, deux hommes se sont attaqués à un fourgon allant alimenter la poste de Dison. Un convoyeur avait été blessé par balle. Selon le parquet, les deux hommes seraient Thierry Dalem et Claude Kremer.

Fourgon de Waremme : 12 janvier 1998, cinq hommes ont ouvert le feu à l'arme lourde en direction d'un fourgon circulant sur l'autoroute E40, à hauteur de Waremme. Deux transporteurs de fonds, Koenraad Meirens et Benny de Meester, ont trouvé la mort. Pour le parquet fédéral, les cinq hommes sont : Marcel Habran, Jean Renson, Thierry Dalem, Claude Kremer et Joël Schraenen. Dison : 20 février 1998, 4 hommes ont braqué le bureau de poste local. Ils ont frappé un employé pour avoir accès aux locaux et sont repartis avec l'argent des pensions. Selon le parquet fédéral, Dalem et Kremer feraient partie de la bande.
Braives : le 4 décembre 1998, plusieurs hommes ont pénétré dans le bureau de poste de Braives à bord d'une Opel Frontera. Ils ont braqué le personnel et sont repartis avec l'argent. Selon le parquet, les coupables seraient Dalem et Kremer. Luxembourg : le 9 octobre 2000, des hommes réussissent à voler plus de 73 millions de francs en braquant un... avion sur le tarmac de l'aéroport Findel. Parmi les personnes impliquées : Habran, Dalem, Kremer, Schraenen, Jean-Marie Geerts, Vincent Buret et Léopold Maréchal. Nandrin : le 10 décembre vers 17 h 45, un fourgon de la firme Securitas circulait sur la route du Condroz, en direction de Liège. Arrivé à Nandrin, le fourgon a été rejoint par un véhicule de type monospace. Des coups de feu ont alors éclaté. Le chauffeur du fourgon a accéléré. Au total, une vingtaine de coups de feu ont été tirés mais, par bonheur, il n'y a eu aucune victime. Là aussi, le parquet suspecte Dalem et Kremer. Chaudfontaine : le 31 décembre 2001, 4 hommes ont fait exploser l'entrée du casino. Ils ont braqué les personnes présentes et se sont enfuis en emportant les boîtes à billets. Dalem et Kremer seraient parmi les auteurs. Ces derniers sont aussi accusés de faire partie de la bande qui, le 13 mai 2002, rue Saint-Nicolas, à Liège, avait fait main basse sur 200.000 € en y braquant un fourgon. Les moyens en sont identiques - des armes de guerre dans la plupart des cas - mais les raisons sont multiples et les mobiles nombreux. C'est Marcel Habran qui est le plus connu des paysages judiciaire et médiatique belges. Considéré à une époque comme l'un des plus grands truands belges. Marcel Habran a été condamné à 12 reprises au cours de sa vie. Sa peine la plus lourde fut une condamnation à 18 ans de travaux forcés, prononcée par la cour d'assises de Bruxelles en 1974 après un hold-up avec mort d'homme à Schaerbeek (Bruxelles). Des rapports d'expertise l'ont à l'époque (entre 1960 et 1992) présenté comme un déséquilibré mental ou un psychopathe. Habran a même été interné. Jean Renson est un ami proche de Marcel Habran, dont il avait fait la connaissance en prison. Marcel, peu doué pour les études bien que cultivé, travailla comme manoeuvre dans des usines liégeoises. Jusqu'en 1974, l'année de sa condamnation aux assises du Brabant pour l'attaque mortelle d'un transport de fonds à Schaerbeek en 1972, Marcel Habran n'avait qu'un casier judiciaire très léger: un vol de métaux sur un chantier en 1952. Mais son nom avait été déjà cité en 1962 en marge de plusieurs affaires retentissantes dont des hold-up à Courtrai et à Saint-Servais, pour lesquels il fut innocenté, ainsi que dans une sombre affaire de règlement de comptes qui s'était soldée, en 1973 (Habran était à cette époque sous les verrous), par l'exécution d'un Bruxellois de 38 ans retrouvé à Bertrix, abattu de deux balles. Dans l'histoire récente de la pègre belge, son nom est souvent cité à la suite de ceux du Grand Robert et de Michel Dewit. Le premier, enfant du juge (de son vrai nom Robert Steurebaut), régna dans les années cinquante sur le bas de Bruxelles, d'Anvers, de Liège avec de solides attaches au clan des Zémour en France. Rolando Cerri avait bénéficié d'avantages judiciaires en dénonçant l'entourage de Habran, pour Waremme et d'autres braquages (Aywaille, aéroport de Luxembourg et Esch) ainsi que deux mortels règlements de compte. Autre "protégé" : Didier Singleton, entre-temps décédé de maladie, qui a "expliqué" 3 autres assassinats. Tout comme le précédent, il connaissait fort bien un autre truand notoire, Michel Anthemus. Rolando Cerri a fait connaissance, depuis 1981, de Marcel Habran, Nicolas Geyer, Michel Anthemus, Thierry Dalem, Claude Kremer, Léon Destaerke ou encore Joël Schraenen.

01/09/08 13h44, 7s7

« Douze accusés seront jugés pour un ensemble de faits qui reprennent notamment 8 assassinats et plusieurs attaques de fourgons commises en région liégeois et au Luxembourg. Marcel Habran (75 ans), Jean Renson (69 ans), Thierry Dalem (50 ans), Claude Kremer (55 ans), Joël Schraenen (50 ans), Jean-Marie Geerts (60 ans), Stefan Lewus (31 ans), Vincent Buret (36 ans), Giuseppe Rosato (42 ans), Anouar Bennane (28 ans), Tony Samardzic (37 ans) et Eric Weyns (40 ans) sont les différents accusés qui doivent répondre des faits détaillés dans un acte d'accusation de 130 pages. Seuls Vincent Buret, toujours en fuite, et Jean Renson (malade) seront absents du procès ».

Procès Habran: l'analyse des faits verviétois a débuté (29/09/2008)

Ce sont les faits qui se sont déroulés dans la région et de Verviers et à Braives qui seront au centre des débats cette semaine, avec en priorité un éclairage sur une tentative de braquage d'un fourgon de la poste commise à Dison en 1996. Patrick Postman, le chauffeur du fourgon, a expliqué comment il a échappé au guet-apens tendu par les braqueurs. "C'est quand j'ai vu un homme cagoulé et avec une arme que j'ai réalisé qu'on venait nous braquer, a-t-il exposé. J'ai enclenché la marche arrière. Ils ont tiré sur le côté du fourgon. Puis, je suis parvenu à me dégager et à traverser la place. J'ai vu que mon convoyeur était touché à une jambe." Le témoin a expliqué que l'attaque a été très rapide et que les agresseurs ont fait preuve de calme. "Il a tiré deux balles, calmement, à hauteur de ma tête, a précisé le chauffeur. J'ai été blessé par des éclats de verre. Je me suis penché avant qu'une troisième balle ne traverse la fenêtre." Le convoyeur plus lourdement blessé lors de cette attaque, Guy Bourmanne, a expliqué qu'il avait reçu une balle dans le mollet. Cette balle s'est scindée en quatre fragments. L'homme conserve des séquelles physique et psychologiques depuis cette attaque. Dans un exposé explicatif des faits, l'inspecteur Pierre Hanson a expliqué que l'attaque du fourgon avait été préparée depuis longue date par les agresseurs.

Michel Anthemus et Nicolas Geyer avaient été désignés dans ce dossier pour avoir fait des repérages dans le cadre de l’attaque, jamais leurs ADN n’avaient été comparés aux échantillons des ADN de ces mégots.

Procès Habran: une vidéo confond Marcel Habran(03/10/2008)
Marcel Habran et César Bruzzèse ont été clairement identifiés le 17 juin 2000 alors qu'ils réalisaient des repérages pour le braquage d'un fourgon
LIEGE Cette vidéo tend à confondre Marcel Habran dans les faits d'organisation criminelle qui lui sont reprochés.

Si les faits relatifs à cette tentative de braquage au complexe Auchan ont été écartés par les juridictions d'instruction parce qu'ils n'ont pas été exécutés, ils permettent aux enquêteurs d'expliquer le système de fonctionnement de l'organisation criminelle au centre de laquelle Marcel Habran jouerait un rôle important. Des allusions à la "bande Habran" et à la "mouvance Habran" ont été évoquées par l'enquêteur luxembourgeois. Dans un film de 28 minutes montré aux jurés, Marcel Habran a été clairement identifié en compagnie de César Bruzzèse alors qu'il effectuait des repérages en vue du braquage. Les images ont notamment montré qu'il prenait connaissance des lieux, qu'il prenait soin d'effacer les empreintes laissées et qu'il avait écouté à travers le volet métallique d'un sas d'entrée les mouvements effectués par le fourgon entré dans un compartiment de chargement.
© La Dernière Heure 2008

Liège: Habran, Rosato et Bennane en Cassation
publié le 12/03/2009 à 11h00

C’est désormais officiel: Giuseppe Rosato, Anouar Bennane vont se pourvoir en cassation. Ils sont suivis dans cette démarche par Marcel Habran.
D.L.
Les avocats restent discrets sur leur motivation, mais épinglent malgré tout l’illégalité du procès. Ceci étant dit, Marcel Habran a de nouveau déménagé: depuis dimanche, il est détenu à Nivelles, et a cessé sa grève de la faim. Ce qui n’est pas le cas de Joël Schraenen, car lui a été transféré à la prison de Jamioulx dimanche. Joël Schraenen a donc poursuivi sa grève de la faim, entamée il y a 13 jours. Ceci étant dit, il n’a pris aucune décision en ce qui concerne un éventuel pourvoi en cassation. Comme d’ailleurs Thierry Dalem. Par contre, ce dernier a aussi déménagé: de la prison de Lantin, il est passé à celle de Verviers, où est actuellement incarcéré Tony Samardzic. Jean-Marie Geerts ne se pourvoira pas en Cassation. Toujours détenu à Lantin, il devrait toutefois être prochainement extradé vers la France dans le cadre d’un nouveau dossier de trafic de stupéfiants. Restent Pépé Rosato et Anouar Bennane. Eux sont toujours détenus à Lantin. Tous deux condamnés à la perpétuité. Leur pourvoi en Cassation n’est donc pas une surprise, d’autant que leurs avocats ont, au cours du procès, déposé des conclusions, laissant entrevoir leurs “ motivations ”. La Cassation, c’est un peu le procès du procès. Sur requête(s) soit des avocats, soit du Parquet, la plus haute instance du pays examine si tout le procès s’est déroulé dans les règles. En clair, elle statue sur la forme, mais pas sur le fond du dossier. Ce n’est pas parce qu’un avocat se pourvoit en Cassation, qu’un Arrêt est forcément “ cassé ”. Tout dépend des arguments des avocats. Mais le fait est que si cette instance estime que certaines règles ont été violées, et que ces règles concernent l’ensemble des accusés du procès, c’est l’ensemble des accusés, à l’exception des acquittés, qui pourraient en bénéficier, bref être rejugés, dans une autre juridiction, et par d’autres juges.


Marcel Habran, Pépé Rosato et Anouar Bennane. belga/SP


Le 3 mars 2009, Marcel Habran a été condamné à une peine de 15 ans de prison par la Cour d’assises de Liège ainsi qu’à une mise à disposition du gouvernement pendant 20 ans.

Procès Habran & Cie bis: le procureur évoque un système mafieux (02/09/2010)
"Nous sommes face à des hommes pratiquant la religion du silence. Dans ce milieu-là, on ne parle pas et on ne passe pas aux aveux" a déclaré le procureur
NIVELLES Le procureur fédéral Michel Yernaux a évoqué jeudi devant la cour d'assises de Bruxelles, siégeant à Nivelles, au procès Habran et consorts bis, une loi du silence digne de l'"omerta de la mafia" pour décrire le système dans lequel les accusés ont évolué.

Dans ce second procès, des faits de grand banditisme sont jugés d'une part, dont l'attaque mortelle d'un fourgon de la Brink's le 12 janvier 1998 (Marcel Habran et Thierry Dalem doivent en répondre); et quatre assassinats d'autre part (Giuseppe Rosato et Anouar Bennane en sont accusés). Malgré ces deux volets distincts, l'accusation estime qu'ils sont reliés dans un système de criminalité organisée liant tous les accusés. "Habran et Dalem comme dirigeants, Rosato et Bennane comme exécutants", estime l'accusation. "Nous sommes face à des hommes pratiquant la religion du silence. Dans ce milieu-là, on ne parle pas et on ne passe pas aux aveux", a lancé jeudi le procureur Yernaux. "Celui qui parle est abattu", a-t-il aussi dit, évoquant les assassinats d'Onofrio Cacciatore et de Georges Hardy, parce qu'ils auraient été des "balances"; ou la crainte d'être éliminé du témoin protégé Rolando Cerri (dont les confidences à la justice ont amené à l'interpellation de Marcel Habran et de Thierry Dalem).
"Nous sommes aussi face à des hommes rompus à la dissimulation. Tout est fait pour ne laisser aucune trace", a scandé le procureur Yernaux, soulignant un manque d'état d'âme chez les auteurs. "On crée de fausses pistes, on demande à d'autres d'utiliser son GSM, on brûle les véhicules, on se crée des alibis". Face au manque d'éléments matériels, le procureur a aussi demandé aux jurés de faire confiance aux témoignages; dont ceux des témoins protégés, bien que ceux-ci soient critiqués par la défense. Le procureur a également évoqué la lourdeur du dossier "A force d'être plongé dans le dossier, on en vient en quelque sorte à banaliser les faits. Waremme devient une date et un fait. L'image des convoyeurs tués s'estompe, d'autant plus qu'aucun avocat n'est encore là pour perpétuer leur souvenir", a-t-il regretté. "Mais nous jugeons bien ici deux meurtres. Des hommes ont été abattus comme des chiens dans une cage." Marcel Habran doit uniquement répondre de cette attaque de fourgon mais sans la circonstance aggravante de double homicide. L'accusé est toutefois en complète dénégation "M. Habran peut être vu comme un bon papy mais il s'agit d'une personne continuant à laisser subsister de la crainte, y compris chez M. Dalem", a estimé le procureur. M. Yernaux a enfin relevé que Marcel Habran, en 1972, alors qu'il devait répondre d'un vol avec violences similaire, s'était dit "innocent et amnésique" pour ne pas fournir d'explications. "Ses réponses, ici au procès, ont toujours été fuyantes", a regretté le procureur. Et d'ajouter " Nous parlons ici d'un psychopathe, à savoir une personne avec une capacité de manipulation et une absence de tout remord. Cet homme n'a pas changé depuis 1972 : un psychopathe qui fait peur". Après cette introduction relative à la criminalité organisée, les trois magistrats du ministère public vont s'attacher à tenter de prouver méthodiquement la culpabilité des accusés dans les faits qui leur sont reprochés. Les réquisitions vont s'étaler jusque lundi.
© La Dernière Heure 2010

Je constate que trois individus gravitant (ou ayant gravité) autour de Habran ont été suspectés dans les TBW : Hormans, Renson, Anthémus.

Constant Hormans, truand membre de la « bande à Habran » selon le magazine satirique « Père Ubu » de Juin 2008, aurait avoué sa participation à l'attaque de l'armurerie Dekaise. Il sera arrêté au printemps 2008 avec l'ex-membre des CCC Sassoye. Il y a donc un lien concret entre la « bande Habran » et les CCC ? Etonnant, non ? Hormans avait parmi ses proches un autre membre de la « bande à Habran » : Jean Renson.

Selon le détective privé André Rogge, Renson aurait été l'objet d'un contrôle de routine le jour de l'affaire Dekaise, à proximité de l'endroit où les tueurs ont abandonné la Santana. Il est vrai que dans son livre, André Rogge parle beaucoup de Jean Renson. Renson qui passera d'ailleurs aux assises de Liège dans le cadre de la mouvance Habran. Hormans se fournissait en « came » chez Castris qui avait une villa près de Ronquieres et un pied à terre près du Tumuli.



Habran


Hormans chez Dekaise ? Hormans est intéressant, il était dans la mouvance Uccloise avec C…… et des anciens de la « bande Haemers » (Voir le rapport sur la corruption à 'Uccle notamment, rapport Toussaint).

Parmi les autres personnes soupçonnées, Michel Anthemus, truand évadé de la prison de Lantin en 1980 avec son complice Francis Royen. Certains témoins auraient reconnu en lui l’un des assaillants de l'Armurerie Dekaize.

Procès Habran: enquêteurs français auditionnés (23/09/2008) Il se sont penchés sur le cas du truand Michel Anthemus

LIEGE Des enquêteurs de la BRB (Brigade de Répression du Banditisme) ont dressé mardi après-midi le portrait du truand français Michel Anthemus devant la cour d'assises de Liège. Alors que ce personnage est considéré comme dangereux sur le territoire belge, jamais il n'a fait parler de lui en France où il jouit toujours d'une bonne réputation."C'est un personnage qui est d'une grande courtoisie, ont expliqué les enquêteurs français qui l'ont entendu sur base des commissions rogatoires belges. Anthemus ne chasse pas sur les terres où il a établi son gîte. Il n'est connu pour aucun fait en France. Il vit à Courbevoie, une banlieue chique de Paris. C'est aussi un personnage qui ne lâche des informations que quand il est acculé. C'est ce qu'on considère comme "un beau mec" dans le jargon policier."Michel Anthemus a raconté peu de choses aux policiers français. Son implication dans le braquage de Waremme avait pu être écartée, même s'il avait reconnu avoir effectué des surveillances de fourgon. Anthemus avait été entendu lundi par la cour d'assises de Liège et avait démenti avoir fait les révélations que Cerri, le témoin protégé, disait avoir obtenues de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: SERGE PIERRIN   Lun 15 Aoû 2011 - 23:26

Je vais relire tous ces textes à tête reposée mais soyons réaliste, il s'agit surtout de la version du parquet relayée par la presse et j'ai même vu une phrase qui émane d'un de mes message sur ce forum ou sur celui des années de plomb.
Revenir en haut Aller en bas
FAITESVITE



Nombre de messages : 989
Date d'inscription : 08/10/2010

MessageSujet: Re: SERGE PIERRIN   Mar 16 Aoû 2011 - 3:26

et de toute façon reste l'anachronisme, et hormis le fait que ces gens là n'ont pas des pédigrés de voleurs de pralines et de café, le seul qui n'était pas en culottes courtes aux moments des tbws, c'est habrant. De la à l'appeler 'le Vieux' pour des faits du debut des années 80...il lui manque 10 ans il me semble.

Par contre tout ces articles nous révélent une chose, même les tueurs à gages se confient à leur entourage proche, bref des gens savent. Et alors qu'il est abattu en 2004, les langues se sont immédiatement libérées, et alors qu'il était inconnu des services de police (comme quoi çà aussi c'est possible), on a connu quasi immédiatement son 'palmares'.

Donc si des tueurs de cet genre avaient été utilisés our les TBW, pourquoi rien n'a filtré depuis tout ce temps...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SERGE PIERRIN   Aujourd'hui à 19:12

Revenir en haut Aller en bas
 
SERGE PIERRIN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Serge de Beketch (archives)
» Serge de Beketch (archives)
» Serge Lama chante le Je vous salue Marie
» Programme du marquage de l'humanité selon Serge Monast
» L'islam selon Serge de Beketch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: les suspects-
Sauter vers: