les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Jacques Monsieur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Lun 26 Déc 2011 - 15:14

http://www.bakchich.info/france/2008/03/28/monsieur-monsieur-bientot-devant-le-juge-52164

Par Laurent Léger
ven, 28/03/2008 - 16:11

Monsieur Monsieur bientôt devant le juge

A Bourges, où l’on fabriqua des missiles Exocet et des avions de chasse, on s’intéresse à l’industrie militaire. Mais les affaires de défense qui seront évoquées au tribunal local, lors du procès qui démarre lundi 31 mars 2008, devraient dévoiler des commerces moins reluisants. Ceux des trafics d’armes pratiqués à destination de théâtres de guerre sous embargos, d’États peu recommandables ou de rébellions.

En Croatie, en Bosnie, au Congo-Brazzaville, en Iran et ailleurs, Jacques Monsieur, un Belge qui fut installé à La Celle Condé, aux Amourettes, une charmante demeure berrichonne, exerçait des talents d’intermédiaire et de courtier en armements. A force de fréquenter les agents de la DST, de la CIA ou du Mossad, le service d’espionnage israélien, quand il ne prenait pas le thé avec les dirigeants d’Elf, voire les mollahs iraniens, qui furent longtemps de bons copains, il avait « oublié » de quémander les autorisations nécessaires à son joli métier…

C’est en 1986 que Monsieur attire pour la première fois l’œil des autorités de plusieurs pays. Tout commence avec une mystérieuse valise, interceptée par les douanes belges. Appartenant à David Benelie, un curieux personnage, la valise est remplie de documents concernant l’achat-vente d’armements, de papiers vierges suisses et sud-africains, de négatifs de cachets de douane.

On y trouve aussi des papiers de la société de Jacques Monsieur, avec qui Benelie fait du business, et un certificat de non réexportation – un document qui certifie que les armes achetées sont livrées au bon destinataire - falsifié. La valise leur vaudra à tous les deux leur première interpellation. « L’enquête révèlera l’appartenance de Benelie au Mossad, les services secrets israéliens », écrit la police belge dans l’un des premiers documents officiels consacrés au trafiquant.

Les trafics de Monsieur Jacques

Ce Benelie reste une énigme : il utilise son vrai nom, David Azoulay, né en 1938 au Maroc, ou alors celui de David Benelie, né en France ou à Casablanca en 1945… L’homme détient la double nationalité, israélienne et sud-africaine, c’est un ancien du secteur militaro-sécuritaire israélien.

Ex-officier de l’armée israélienne, et ancien chef de la sécurité de la compagnie aérienne El Al en Afrique, il utilisera un bureau dans les locaux de Jacques Monsieur. Son frère, haut gradé du Mossad, aurait contribué à l’enlèvement du criminel nazi Eichmann, en Argentine. Il est entré au service de Marc Rich, le célèbre trader dont la gigantesque fraude fiscale fut effacée par le président Bill Clinton à la veille de son départ de la Maison-Blanche, en 2001.

Voilà les fréquentations de Jacques Monsieur dans les années 1980. En 1985, lui et Azoulay-Benelie ont vendu à la Chine des lance-grenades fabriquées en Belgique, alors que la destination officielle était les Pays-Bas. En route, les lance-grenades s’étaient métamorphosés en « matériel de signalisation maritime ».

Ça sera souvent le cas avec Monsieur. Les documents nécessaires aux commerces d’armements internationaux manquent, ou des États qui lui font confiance lui procurent des certificats de complaisance. Il fait ami-ami avec les présidents ou leurs ministres, c’est bien pratique pour faire du business dans des pays à régime faible. Quand il le faut, des comptes bancaires à Dubaï – tels ceux de la puissante famille d’Ali Nategh Nouri, alors président du Parlement iranien - ou ailleurs reçoivent quelques belles gratifications, histoire de fluidifier la négociation commerciale…

Installé en France, Jacques Monsieur masque son activité derrière une pseudo exploitation agricole. En réalité, ce sont des obus de mortier, des munitions au phosphore, des fusils et autres joujoux qui sont promus et vendus depuis son bureau, au premier étage des Amourettes. Une poignée de proches ou de collaborateurs se retrouvent avec lui au tribunal pour « commerce de matériels de guerre, armes et munitions des quatre premières catégories sans l’autorisation du ministre de la Défense ».

Les copains d’abord

Parmi ses amis, il y a Patrice Bourges, fils de l’ancien ministre français de la Défense Yvon Bourges (sous Giscard), bon connaisseur des spécifications techniques des matériels, qui sert aussi d’intermédiaire. « On veut utiliser ses contacts à Chypre, en Turquie, ou en Algérie pour proposer 276 tonnes de cartouches ou des lunettes de tir israéliennes », relate une synthèse de police de 1997. Il aurait, selon le réquisitoire du parquet de Bourges, touché une somme pas bien importante : 7500 euros ! Patrice Bourges assure qu’il s’agit de simples frais remboursés… Au juge, il a expliqué que son boulot consistait notamment à vérifier si les acheteurs des armes de Jacques Monsieur disposaient des autorisations. Mais lui, par contre, n’avait pas pensé demander les siennes à Monsieur. Patrice Bourges a, depuis, été recruté à MBDA, la société de missiles, dans l’orbite du géant aéronautique EADS.

On trouve aussi Jean-Claude Uthurry-Borde (fidèle collaborateur de Monsieur pour les affaires croates et congolaises, intermédiaire avec la Côte d’Ivoire, le Togo et le Burkina Faso) et Pierre Ferrario (intervenu avec la Croatie et pour une vente de mitrailleuses au Qatar).

Cette affaire provoqua quelques tiraillements dans la Françafrique : Lissouba ayant perdu la guerre, son successeur Denis Sassou N’Guesso refusa de payer les hélicos. Les équipes africaines d’Elf, André Tarallo et Jack Sigolet, proches des Congolais, avancèrent une partie de l’argent pour régler la facture au trafiquant. Le tout sur fond de menaces, de pressions et chantages divers de tous les côtés…

Pas si 007 que ça

Car les relations troubles avec les services secrets sont au cœur de l’affaire Monsieur. Gageons que dans la salle du tribunal de Bourges se glisseront, la semaine prochaine, quelques barbouzes anonymes. A moins que ses avocats n’obtiennent gain de cause : ils ont demandé le huis clos, comme cela avait été le cas lors de son procès belge…

Jacques Monsieur et ses amis, comme Pierre Ferrario, assurent le cœur sur la main que « toutes les actions qu’il avait menées avaient reçu l’aval de la DST », selon le réquisitoire du parquet. Pour les Belges, les choses sont à peu près claires : Monsieur n’est qu’un simple « informateur » des services secrets, contrairement à ses affirmations selon lesquelles il serait un véritable agent, un « 007 » au service du roi des Belges, du gouvernement français, des services israéliens et de la CIA américaine. Un sacré programme !


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Lun 26 Déc 2011 - 16:14


Quand on parle du père et du fils Nejman de la banque bruxelloise Geoffrey (citée aussi dans le dossier ATLAS), y a-t-il un lien avec l'article suivant ?

http://www.nicematin.com/article/clubeco/le-petit-monde-merveilleux-des-parfums-bijoux.545763.html

Martine Micallef et Geoffrey Nejman dans leur show-room de Grasse. Ils vivent une véritable success story avec les 18 employés de leur unité de production.

(...)

Voir aussi

https://wikispooks.com/ISGP/dutroux_and_nebula/Beyond_Dutroux_part_two_Nebula.htm
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Lun 26 Déc 2011 - 17:28

HERVE a écrit:
http://www.bakchich.info/france/2008/03/28/monsieur-monsieur-bientot-devant-le-juge-52164

Par Laurent Léger
ven, 28/03/2008 - 16:11

Monsieur Monsieur bientôt devant le juge

A Bourges, où l’on fabriqua des missiles Exocet et des avions de chasse, on s’intéresse à l’industrie militaire. Mais les affaires de défense qui seront évoquées au tribunal local, lors du procès qui démarre lundi 31 mars 2008, devraient dévoiler des commerces moins reluisants. Ceux des trafics d’armes pratiqués à destination de théâtres de guerre sous embargos, d’États peu recommandables ou de rébellions.

En Croatie, en Bosnie, au Congo-Brazzaville, en Iran et ailleurs, Jacques Monsieur, un Belge qui fut installé à La Celle Condé, aux Amourettes, une charmante demeure berrichonne, exerçait des talents d’intermédiaire et de courtier en armements. A force de fréquenter les agents de la DST, de la CIA ou du Mossad, le service d’espionnage israélien, quand il ne prenait pas le thé avec les dirigeants d’Elf, voire les mollahs iraniens, qui furent longtemps de bons copains, il avait « oublié » de quémander les autorisations nécessaires à son joli métier…

C’est en 1986 que Monsieur attire pour la première fois l’œil des autorités de plusieurs pays. Tout commence avec une mystérieuse valise, interceptée par les douanes belges. Appartenant à David Benelie, un curieux personnage, la valise est remplie de documents concernant l’achat-vente d’armements, de papiers vierges suisses et sud-africains, de négatifs de cachets de douane.

On y trouve aussi des papiers de la société de Jacques Monsieur, avec qui Benelie fait du business, et un certificat de non réexportation – un document qui certifie que les armes achetées sont livrées au bon destinataire - falsifié. La valise leur vaudra à tous les deux leur première interpellation. « L’enquête révèlera l’appartenance de Benelie au Mossad, les services secrets israéliens », écrit la police belge dans l’un des premiers documents officiels consacrés au trafiquant.

Les trafics de Monsieur Jacques

Ce Benelie reste une énigme : il utilise son vrai nom, David Azoulay, né en 1938 au Maroc, ou alors celui de David Benelie, né en France ou à Casablanca en 1945… L’homme détient la double nationalité, israélienne et sud-africaine, c’est un ancien du secteur militaro-sécuritaire israélien.

Ex-officier de l’armée israélienne, et ancien chef de la sécurité de la compagnie aérienne El Al en Afrique, il utilisera un bureau dans les locaux de Jacques Monsieur. Son frère, haut gradé du Mossad, aurait contribué à l’enlèvement du criminel nazi Eichmann, en Argentine. Il est entré au service de Marc Rich, le célèbre trader dont la gigantesque fraude fiscale fut effacée par le président Bill Clinton à la veille de son départ de la Maison-Blanche, en 2001.

Voilà les fréquentations de Jacques Monsieur dans les années 1980. En 1985, lui et Azoulay-Benelie ont vendu à la Chine des lance-grenades fabriquées en Belgique, alors que la destination officielle était les Pays-Bas. En route, les lance-grenades s’étaient métamorphosés en « matériel de signalisation maritime ».

Ça sera souvent le cas avec Monsieur. Les documents nécessaires aux commerces d’armements internationaux manquent, ou des États qui lui font confiance lui procurent des certificats de complaisance. Il fait ami-ami avec les présidents ou leurs ministres, c’est bien pratique pour faire du business dans des pays à régime faible. Quand il le faut, des comptes bancaires à Dubaï – tels ceux de la puissante famille d’Ali Nategh Nouri, alors président du Parlement iranien - ou ailleurs reçoivent quelques belles gratifications, histoire de fluidifier la négociation commerciale…

Installé en France, Jacques Monsieur masque son activité derrière une pseudo exploitation agricole. En réalité, ce sont des obus de mortier, des munitions au phosphore, des fusils et autres joujoux qui sont promus et vendus depuis son bureau, au premier étage des Amourettes. Une poignée de proches ou de collaborateurs se retrouvent avec lui au tribunal pour « commerce de matériels de guerre, armes et munitions des quatre premières catégories sans l’autorisation du ministre de la Défense ».

Les copains d’abord

Parmi ses amis, il y a Patrice Bourges, fils de l’ancien ministre français de la Défense Yvon Bourges (sous Giscard), bon connaisseur des spécifications techniques des matériels, qui sert aussi d’intermédiaire. « On veut utiliser ses contacts à Chypre, en Turquie, ou en Algérie pour proposer 276 tonnes de cartouches ou des lunettes de tir israéliennes », relate une synthèse de police de 1997. Il aurait, selon le réquisitoire du parquet de Bourges, touché une somme pas bien importante : 7500 euros ! Patrice Bourges assure qu’il s’agit de simples frais remboursés… Au juge, il a expliqué que son boulot consistait notamment à vérifier si les acheteurs des armes de Jacques Monsieur disposaient des autorisations. Mais lui, par contre, n’avait pas pensé demander les siennes à Monsieur. Patrice Bourges a, depuis, été recruté à MBDA, la société de missiles, dans l’orbite du géant aéronautique EADS.

On trouve aussi Jean-Claude Uthurry-Borde (fidèle collaborateur de Monsieur pour les affaires croates et congolaises, intermédiaire avec la Côte d’Ivoire, le Togo et le Burkina Faso) et Pierre Ferrario (intervenu avec la Croatie et pour une vente de mitrailleuses au Qatar).

Cette affaire provoqua quelques tiraillements dans la Françafrique : Lissouba ayant perdu la guerre, son successeur Denis Sassou N’Guesso refusa de payer les hélicos. Les équipes africaines d’Elf, André Tarallo et Jack Sigolet, proches des Congolais, avancèrent une partie de l’argent pour régler la facture au trafiquant. Le tout sur fond de menaces, de pressions et chantages divers de tous les côtés…

Pas si 007 que ça

Car les relations troubles avec les services secrets sont au cœur de l’affaire Monsieur. Gageons que dans la salle du tribunal de Bourges se glisseront, la semaine prochaine, quelques barbouzes anonymes. A moins que ses avocats n’obtiennent gain de cause : ils ont demandé le huis clos, comme cela avait été le cas lors de son procès belge…

Jacques Monsieur et ses amis, comme Pierre Ferrario, assurent le cœur sur la main que « toutes les actions qu’il avait menées avaient reçu l’aval de la DST », selon le réquisitoire du parquet. Pour les Belges, les choses sont à peu près claires : Monsieur n’est qu’un simple « informateur » des services secrets, contrairement à ses affirmations selon lesquelles il serait un véritable agent, un « 007 » au service du roi des Belges, du gouvernement français, des services israéliens et de la CIA américaine. Un sacré programme !


AH ! les femmes cheers cherchez la FEMME ..........la,il y a iune veritable 007.......?
Elles sont bien souvent + efficaces que les mecs
Revenir en haut Aller en bas
larquin



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 22/02/2011

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Lun 26 Déc 2011 - 18:27

elle est mariée avec un grec , ta james bond girl ?
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Lun 26 Déc 2011 - 18:34

Alain, si vous en savez plus sur la James Bond girl qui serait meilleure que James Bond, n'hésitez pas à donner des détails !

A noter aussi : David Benelie. né David Azoulay ... Benelie détient la double nationalité israélienne et sud-africaine. Il a pour frère un militaire israëlien qui s'est illustré dans la capture d'Eichmann. Ils sont des agents du Mossad (selon l'émission radio de France Inter).

Voici un article publié le 04/04/2001 par RFI (David Servenay).

Jacques Monsieur, trafiquant d'armes

Après l'Angolagate, voici qu'une deuxième affaire de ventes d'armes illicites est mise au jour en France. La justice enquète sur des ventes d'armes qui ont alimenté un certain nombre de conflits, de l'ex-Yougoslavie à l'Amérique du sud, en passant par l'Afrique. Sur le continent, plusieurs pays sont directement concernés : le Congo-Brazzaville, en 1997, la RD Congo de Laurent-Désiré Kabila et l'Angola. Au centre de ces opérations, un homme longtemps protégé par les services de renseignements occidentaux. Jacques Monsieur, 48 ans, de nationalité belge, qui est officiellement détenu à Téhéran par ses anciens clients. En Belgique et en France, plusieurs magistrats sont en train de décortiquer les opérations de ce mystérieux marchand d'armes.

Lorsqu'ils pénètrent dans le haras de Jacques Monsieur, à Lignières, au sud de Bourges dans le centre de la France, les gendarmes n'en croient pas leurs yeux. Dans cette vaste demeure, les enquêteurs français et leurs collègues belges agissant sur commission rogatoire internationale d'un magistrat de Bruxelles découvrent une montagne de documents. Des fax, des bordereaux de commandes, des revues et des catalogues vantant les «mines les plus meurtrières du monde». Bref, les archives presque complètes de 20 ans de la vie professionnelle d'un marchand d'armes.

Face aux gendarmes, l'homme est affable, le sourire confiant car, dit-il, ses «protections permettront d'étouffer l'affaire». En quittant la propriété d'une centaine d'hectares, les gendarmes français savent qu'ils ont du pain sur la planche. Avec le magistrat instructeur Gérard Canolle, ils vont éplucher plus de 3 000 pièces pour décortiquer l'écheveau des opérations organisées dans le monde entier.

Dans cette histoire, les Belges ont de l'avance. A Bruxelles, Jacques Monsieur a épuisé six magistrats et sept enquêtes judiciaires: son cas n'a jamais dépassé le stade de l'instruction. Et puis en 1993, un juge trouve le bon angle, celui du droit des sociétés. Faux en écriture, non respect des procédures d'autorisation sur le commerce de matériel de guerre, autant de chefs d'inculpation qui permettent de mieux cerner le rôle joué par Matimco, société créée par Jacques Monsieur pour servir de coquille légale aux circuits financiers qui alimentent les trafics d'armes.

Du Golfe persique au Golfe de Guinée

Les armes, les hommes et surtout, le service: c'est cet aspect «clé en main» des services de Jacques Monsieur qui va séduire quelques présidences africaines. Au printemps 1997, le président Pascal Lissouba commence à sentir le vent de la fronde organisée par son vieil adversaire Denis Sassou Nguesso. Pour faire face aux Cobras, les troupes gouvernementales ont besoin d'armes et de munitions. Malheureusement, les caisses de l'Etat sont vides. Jacques Monsieur trouve la solution. Il faut une garantie de paiement. C'est là qu'interviennent les hommes d'Elf. Officiellement, André Tarallo et Jack Sigolet n'ont plus de fonctions au sein de la compagnie pétrolière.

Officieusement, ils continuent à gérer les satellites de la FIBA, la banque qui gère les revenus du pétrole pour le compte des Etats et des présidences africaines. L'idée est simple: Tarallo et Sigolet font une avance à Lissouba pour qu'il puisse acheter les armes. En échange, ils obtiennent des gages sur le pétrole congolais, sur de l'or noir qui ne sera extrait de terre que dans quelques années.

Après la victoire de ses «Cobras», Denis Sassou Nguesso reprend le pouvoir et les dettes de l'Etat congolais, dettes qu'il accepte dans leur ensemble, à l'exception des factures correspondant aux armes livrées par Jacques Monsieur. Là débute une négociation interminable, dont les enjeux dépassent de loin le cas du marchand d'armes. Comme l'a révélé le quotidien belge Le Soir, les protagonistes de l'affaire trouvent un terrain d'entente en décembre 1998, lors d'une réunion à l'hôtel Hilton de Genève, en Suisse. Au terme de cet accord, Jacques Monsieur et ses associés abandonnent une créance de 15 millions de dollars, contre paiement, pour solde de tout compte de cinq millions de dollars. Plus un renvoi d'ascenseur: Jack Sigolet s'engage à favoriser les affaires de Jacques Monsieur au Congo-Brazzaville et en Angola. Le Congo va rembourser quatre millions de dollars et puis au mois d'avril 2000, date du dernier paiement, tout coince. Pourtant Jacques Monsieur s'énerve, menace mais rien n'y fait.

Six mois plus tard, en novembre 2000, au cours d'un voyage à Téhéran, l'homme disparaît. L'agence de presse Irna annonce d'abord qu'un citoyen belge est détenu pour «espionnage». Ensuite, elle ajoute qu'il s'agit d'un citoyen ivoirien, puisqu'il est entré en Iran avec ce document. L'homme d'affaires possède au moins deux passeports, dont un diplomatique, délivrés par la Côte d'Ivoire quelques semaines avant le putsch de Noël 1999. Plusieurs sources ont, depuis, confirmé l'identité de l'intéressé. Tous les observateurs estiment aujourd'hui que Jacques Monsieur ne peut pas avoir été arrêté par ses anciens clients iraniens. A Bruxelles, la Chambre du Conseil du Roi qui instruit les enquêtes judiciaires- devrait bientôt le renvoyer devant un tribunal correctionnel. Tandis qu'à Bourges, un juge isolé a sollicité, il y a un mois du parquet, la diffusion d'un mandat d'arrêt international car il reste de nombreux points d'interrogation autour de cette affaire.

D'abord, comment un homme a-t-il pu tranquillement, pendant des années, organiser un trafic d'armes international dans la quiétude d'un haras dans le Berry ? Visiblement, les protecteurs de Jacques Monsieur, au sein des services de renseignements, ont changé d'orientation stratégique. Fait-il un parfait bouc-émissaire? Pourquoi une grande compagnie pétrolière s'est-elle servie d'un tel intermédiaire ? Pour le moment, Elf refuse de communiquer sur les «affaires en cours». Sans oublier toutes les affaires sur lesquelles l'ancien officier n'a pas été interrogé, en particulier un vaste montage Iran/RD Congo d'échange d'armes contre des minerais (diamants, coltan et même uranium enrichi proposé aux Iraniens qui ont, semble-t-il, refusé). Enfin, l'Angola, pays pour lequel une aide avait été promise par l'équipe de Jack Sigolet, est-il resté à l'écart du réseau Monsieur ?

En France, Jacques Monsieur risque au maximum cinq ans de prison.

Au coeur des investigations belges, l'Iran occupe une place de choix. Dans les années 80, la République islamique utilise les compétences et les relations de Jacques Monsieur pour obtenir des armes, en violation de l'embargo international. Comme les Etats-Unis veulent pouvoir faire pièce à l'Irak, Washington décide de recourir aux services de l'intermédiaire belge. Jacques Monsieur peut donc fournir des missiles américains, fabriqués sous licence belge, avec un certificat "end-user" israélien (autrement dit l'utilisateur final des armes est l'armée israélienne prétendent les certificats). En 1985, les douanes suisses découvriront le pot aux roses, car le circuit de paiement passe par l'ambassade iranienne.

Fort de cette expérience et d'appuis au sein des structures de l'OTAN, Jacques Monsieur va développer son entreprise. Entre 1993 et 1995, il vend des munitions aux musulmans de Bosnie, là encore en violation de l'embargo international. Sur le terrain, c'est un certain Marty Cappiau qui s'occupe de la logistique: fenêtre de passage pour les bateaux livrant le matériel en évitant les marines occidentales, chemins discrets pour parvenir à destination. De nationalité belge et croate, Marty «James» Cappiau se recyclera plus tard au Congo, mercenaire au côté de Pascal Lissouba, touchant 50000 dollars mensuels versés par Jacques Monsieur. Devenu tueur à gages, Marty Cappiau est mort le 24 mars dernier, après avoir été touché par le garde du corps du parrain croate qu'il avait pour mission d'éliminer. La cible, Vjeko Slisko n'a d'ailleurs pas survécu à cet attentat.


Lien utile:
Le Berry Républicain a été l'un des premiers journaux à évoquer l'affaire

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Lun 26 Déc 2011 - 18:50


Si vous avez l'occasion de faire des recherches documentaires, voici quelques sources :

Le dispositif de Jacques Monsieur, David Servenay, Radio-France Internationale, 6 décembre 2004

Jacques Monsieur extradé en France, David Servenay, Radio-France Internationale, 25 avril 2005

Jacques Monsieur, dit « le Renard » : marchand d’armes et espion?, David Servenay, Radio-France Internationale, 6 décembre 2004

Arrestation du trafiquant d’armes Jacques Monsieur aux États-Unis, Florian Monnerie, Veillée d’armes, 6 septembre 2009

Mobile tied to International arms dealer, Tiffany Craig, WKRG, 2 septembre 2009

Monsieur Monsieur bientôt devant le juge, Bakchich.info, 28 mars 2008

Les cas de Jacques Monsieur, de l’ANL Australia et de l’Arctic Sea : un éclairage sur la stratégie d’acquisition d’armes de Téhéran, Claude Moniquet, ESISC, septembre 2009

The Field Marshal, Alain Lallemand, ICIJ, novembre 2002

Un très discret marchand de canons, Gilles Gaetner, L’Express.fr, 24 juin 1999

Marchands d’armes : qui protège le réseau franco-croate? Les étranges liaisons de la milice parallèle du Front National, Enrico Porsia, Amnistia.net, 27 février 2002

L’après-Elf explosif de Jack Sigolet, Karl Laske, L’Express.fr, 3 mars 2002

Retour sur les circuits du marchand d’armes Jacques Monsieur, écroué il y a dix jours, Fabrice Tassel, Libération, 28 avril 2005

Le Croate qui en savait trop, Guillaume Dasquié, Libération, 26 novembre 2008

Armes : un témoin croate accuse la DST, Guillaume Dasquié, Libération, 24 octobre 2008

Joy Slovakia linked with illegal arms to Africa, Tom Nicholson, The spectator, 26 novembre 2001

Links between organized crime and Croatia’s top brass, AIM Zagreb, 11 avril 2001

Les hommes d’Elf ont financé des trafics d’armes, Le Soir, 20 mars 2001

_ _ _


Autres articles dans cette catégorie

Jacques Monsieur - Profession : trafiquant d'armes

http://www.listenoire.ca/modules/smartsection/item.php?itemid=56

Quand Tsahal livrait des armes aux ayatollahs

http://www.listenoire.ca/modules/smartsection/item.php?itemid=43

Les pourvoyeurs de l'Angola

http://www.listenoire.ca/modules/smartsection/item.php?itemid=28

Les hommes de la CIA (deuxième partie)

http://www.listenoire.ca/modules/smartsection/item.php?itemid=14

Les hommes de la CIA (première partie)

http://www.listenoire.ca/modules/smartsection/item.php?itemid=11

Profession : marchand d'armes, homme d'affaires et fraudeur

http://www.listenoire.ca/modules/smartsection/item.php?itemid=2

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Lun 26 Déc 2011 - 19:03


On ne rigole pas toujours dans ce "métier" ...

Laurent Léger, Le Parisien, samedi 16 mars 2002, p. 15.

L'ancien banquier d'Elf visé par un attentat

MERCREDI 13 MARS, 22 h 30 : une explosion secoue le tranquille village de Corsier, près de Genève, en Suisse. La villa d'un ancien haut responsable d'Elf, Jack Sigolet, 66 ans, vient d'être visée par une bombe. Le toit du bassin de la piscine s'est complètement effondré. L'aile nord de la belle demeure a été touchée par la déflagration, comme l'a décrit hier le journal suisse « la Tribune de Genève ». Une baie vitrée a volé en éclats et des fissures sont apparues dans les murs. Une enquête a été ouverte par le ministère public de Berne et des experts de la police technique et scientifique se sont rendus sur place.

Homme de l'ombre et du secret, Jack Sigolet a longtemps été au coeur des relations entre Elf et les pays africains. Proche d'André Tarallo ­ le Monsieur Afrique du groupe ­, il a présidé jusqu'en 1996 la Fiba, une discrète banque appartenant à la fois au groupe pétrolier et à la famille d'Omar Bongo, le président du Gabon. Plusieurs pays africains et leurs dirigeants ont eu des comptes à la Fiba jusqu'à sa récente liquidation. Depuis 1996, Jack Sigolet, spécialiste des préfinancements pétroliers, conseille plusieurs chefs d'Etat africains. En bon Bourguignon, il possède, aux côtés d'André Tarallo, une parcelle de vigne à Puligny-Montrachet...

Lettres de menaces et voitures incendiées

Hier après-midi, Sigolet a décrit aux enquêteurs suisses son environnement professionnel et privé. Selon l'un de ses proches, l'homme d'affaires recevait jusqu'à il y a encore trois mois des lettres de menaces, dans le but, semble-t-il, de le racketter.

Ce n'est pas la première fois que des bombes sautent dans l'entourage de Jack Sigolet. En 1998, sa voiture avait pris feu devant son domicile, en banlieue parisienne. En septembre 1999, c'est celle de sa femme qui explosait, près de Sainte-Maxime (Var) ! Des coups de fil anonymes, pendant des mois, avaient rendu leur vie impossible. L'homme d'affaires était en fait intervenu dans le financement, en 1997, d'un achat d'armes (hélicoptères, missiles, etc.) effectué par le président congolais Pascal Lissouba à un marchand belge installé en France, Jacques Monsieur. Un dossier instruit en France et en Belgique. Rencontrant des difficultés pour se faire payer, Jacques Monsieur n'avait pas hésité à se faire menaçant. L'année dernière, l'affaire avait néanmoins été réglée.


Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Lun 26 Déc 2011 - 19:59

larquin a écrit:
elle est mariée avec un grec , ta james bond girl ?
mariée ?ds ces métiers on n épouse pas !
Je dois rester discret ,avec cette nana .....car elle sait comment se termine parfois les aventures ....comme BULL avec qui elle a ete très proche affraid


Dernière édition par alain le Mar 27 Déc 2011 - 17:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
larquin



Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 22/02/2011

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Mar 27 Déc 2011 - 12:17

Bull .... mossad ??
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Mar 27 Déc 2011 - 23:07

sûrement

très interessant aussi: le mossad et juan borges....
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Mar 27 Déc 2011 - 23:53


Un point capital est la volonté états-unienne de prolonger autant que possible la première guerre du Golfe entre Iran et Irak ... ni vainqueur ni vaincu, au grand bénéfice des industries d'armement. Il fallait maintenir l'équilibre. Fournir des armes à l'Irak n'était pas un problème mais il y avait un embargo envers l'Iran ... d'où l'Irangate (découvert tardivement au milieu des années 1980).

Des quantités importantes d'armement ont été fournies et le circuit passait par Israël : elles venaient de leurs stocks et étaient remplacées par les Etats-Unis

Jacques Monsieur s'est rendu en Iran et a pu établir des contacts directs. Il s'est constitué un solide carnet d'adresses en Iran. Il a probablement aussi joué un rôle dans "l'Irangate français". Quand on vend des armes à un pays, on connaît les points faibles de son client. On se fait aussi des amis "bien renseignés" ... qui peuvent devenir des "agents". Jacques Monsieur a dû distribuer pas mal d'argent ... et la frontière est mince entre la vente d'armes et l'espionnage. Jacques Monsieur a été à l'origine du recrutement d'un général iranien qui est devenu une "taupe" des USA avant d'être découvert et exécuté.

Grâce à ses contacts à Téhéran, Jacques Monsieur était bien placé pour intervenir dans l'affaire des otages.

Par ailleurs, Benelie était hébergé à Bruxelles dans des locaux appartenant à Jacques Monsieur. Son vrai nom est Azouley. Ce personnage né à Casablanca est un ex-officier de Tsahal et a été chef de sécurité de la compagnie aérienne israélienne. Son frère a occupé de hautes fonction au Mossad. Benelie était très probablement un agent du Mossad

L'association avec Jacques Monsieur n'est guère étonnante car les Israéliens ont joué le rôle d'intermédiaire dans l'Irangate.

Monsieur a aussi représenté à Bruxelles une société de sécurité israélienne.

Le trafic vers l'Iran a pris fin avec les révélations aux Etats-Unis. Les "services" ont probablement "lâché" Jacques Monsieur à ce moment (découverte de la valise de Benelie).

Après son installation en France, il s'associe à un petit groupe hétéroclite et efficace ... avec aussi des individus d'extrême-droite et des mercenaires.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Mer 28 Déc 2011 - 9:06


Au sujet des liens de Jacques Monsieur ...

According to Van Damme, arms traders the Geoffrey's Bank was involved with included Jean-Bernard Lasnaud and Jacques Monsieur. Lasnaud was a known CIA asset during Iran Contra and has been involved in clandestinely buying and selling arms and other military equipment around the world: from Argentina to Sierra Leone and from Croatia to Ecuador. He was protected from prosecution by the Americans throughout the 1990s, some of his associates have died under mysterious circumstances, and Lasnaud himself mysteriously disappeared off the face of the earth in 2002. The other arms dealer, Jacques Monsieur, was also involved in the Iran-Contra affair, worked for the CIA, and has connections to numerous international intelligence agencies. He was arrested in 2009 in the United States. Monsieur and Lasnaud have worked together in the past, with Lasnaud largely having the role of mentor.

Il faudrait ajouter Benelie (Azoulay) lié au Mossad, Serge Frantsevitch et d'autres ...
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Mer 28 Déc 2011 - 9:14

et frantsevitch nous mène vers... (tout comme Borges, mossad, lui aussi)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Jeu 29 Déc 2011 - 0:09



Un commentaire de Willy Van Damme ...

Sa réaction à l'article suivant :

Laurent Léger, Le Parisien, samedi 16 mars 2002, p. 15.

L’ancien banquier d’Elf visé par un attentat

MERCREDI 13 MARS, 22 h 30 : une explosion secoue le tranquille village de Corsier, près de Genève, en Suisse. La villa d’un ancien haut responsable d’Elf, Jack Sigolet, 66 ans, vient d’être visée par une bombe. Le toit du bassin de la piscine s’est complètement effondré. L’aile nord de la belle demeure a été touchée par la déflagration, comme l’a décrit hier le journal suisse « la Tribune de Genève ». Une baie vitrée a volé en éclats et des fissures sont apparues dans les murs. Une enquête a été ouverte par le ministère public de Berne et des experts de la police technique et scientifique se sont rendus sur place.

Homme de l’ombre et du secret, Jack Sigolet a longtemps été au coeur des relations entre Elf et les pays africains. Proche d’André Tarallo ­ le Monsieur Afrique du groupe ­, il a présidé jusqu’en 1996 la Fiba, une discrète banque appartenant à la fois au groupe pétrolier et à la famille d’Omar Bongo, le président du Gabon. Plusieurs pays africains et leurs dirigeants ont eu des comptes à la Fiba jusqu’à sa récente liquidation. Depuis 1996, Jack Sigolet, spécialiste des préfinancements pétroliers, conseille plusieurs chefs d’Etat africains. En bon Bourguignon, il possède, aux côtés d’André Tarallo, une parcelle de vigne à Puligny-Montrachet…

Lettres de menaces et voitures incendiées

Hier après-midi, Sigolet a décrit aux enquêteurs suisses son environnement professionnel et privé. Selon l’un de ses proches, l’homme d’affaires recevait jusqu’à il y a encore trois mois des lettres de menaces, dans le but, semble-t-il, de le racketter.

Ce n’est pas la première fois que des bombes sautent dans l’entourage de Jack Sigolet. En 1998, sa voiture avait pris feu devant son domicile, en banlieue parisienne. En septembre 1999, c’est celle de sa femme qui explosait, près de Sainte-Maxime (Var) ! Des coups de fil anonymes, pendant des mois, avaient rendu leur vie impossible. L’homme d’affaires était en fait intervenu dans le financement, en 1997, d’un achat d’armes (hélicoptères, missiles, etc.) effectué par le président congolais Pascal Lissouba à un marchand belge installé en France, Jacques Monsieur. Un dossier instruit en France et en Belgique. Rencontrant des difficultés pour se faire payer, Jacques Monsieur n’avait pas hésité à se faire menaçant. L’année dernière, l’affaire avait néanmoins été réglée.


Antwoord


Nogmaals heel erg bedankt voor deze nieuwe bijkomende info. Nieuws is er voor mij wel niet bij. Het lijkt vooral gebaseerd op het werk van de Franse journalist Laurent Leger die in een boek over wapenhandelaars een hoofdstuk aan de man wijdde.

Hij maakte een prijzenswaardige beschrijving van de man. Erg in detail gaat hij wel niet. En zonder te willen pochen is mijn boek veel diepgaander. Zo zegt men in de uitzending ook dat hij in Leuven rechten studeerde. Dat klopt niet: het was de ULB wat toen voor liberalen in de regio rond Halle een niet onlogische keuze was. Ook was hij in essentie een agent van de Mossad en minder van de Franse, Belgische en Amerikaanse militaire inlichtingendiensten.

In mijn boek staan twee voorname fouten die echter de analyse en feiten niet ondergraven. Zo was Chichakli, de Amerikaanse rechterhand van Victor Bout geen voormalig agent van de CIA maar een Amerikaanse ex-militair. Ook was de Belgische Marokkaan Abdelkader Belliraj, naast informant voor onze Veligheid van de Staat volgens drie betrouwbare bronnen vooral een agent van de Mossad en niet van de VS.

Het dient herinnert dat van Belliraj met zekerheid geweten is dat contact had met o.m. Bin Laden. Een feit dat in onze media opvallend in mineur werd beschreven en door de internationale pers werd geheim gehouden.

Wat dit verhaal nog meer extra geloofwaardigheid geeft. Er kan immers maar een reden zijn waarom de media dit toch zeker sensationeel verhaal nooit hebben uitgespit: hogere nationale belangen. Alleen dat kan dit te opvallend stilzwijgen verklaren.

Verder nog twee opmerkingen. Jacques Monsieur heeft zich integenstelling tot collega’s steeds ver gehouden van zaken als drugs. En wat Sigolet betreft is dit het enige verhaal waar Monsieur mogelijks betrokken was bij terreur. Sigolet is echter van zo’n heel speciaal kaliber dat er mogelijks wel tientallen mensen hem wel in de lucht zouden hebben willen zien vliegen. Ik twijfel sterk aan de link naar Monsieur. Monsieur was in essentie een verkoper van wapens en informatie. En daarin was hij gewoon zeer goed.

Willy Van Damme
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Jeu 29 Déc 2011 - 0:45


9 december 2011 om 01:38

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/cargos-de-nuit-vague-2-39363

(…) Au procès de Jacques Monsieur, débuté le 31 mars dernier dans l’indifférence journalistique générale (c’est à huis clos paraît-il !), ce dernier indique avoir livré des hélicoptères MI-24 et MI-8 Modelex à l’ancien président Pascal Lissouba, contre des cargaisons de pétrole. Il y explique sans broncher que selon lui il n’avait rien à craindre car il était “couvert” par les services occidentaux (DST, CIA, Mossad) via sa société Matimco Ltd (d’origine mauricienne !). En fait il révèle aussi s’être fait aider par un dénommé David Benelie, en fait de son vrai nom David Azoulay, un homme ayant la double nationalité, israélienne et sud-africaine… et ancien du Mossad (c’est son frère qui avait capturé Eichmann !), lui-même en relation étroite avec Marc Rich, sulfureux homme d’affaires US… ayant acheté du pétrole à l’Iran en pleine crise iranienne des otages ! L’homme, réfugié en Suisse, sera absous en 2001 par Clinton, décidément dans tous les mauvais coups tortueux. Rich est juif, né en 1934, à… Anvers, et avait dû quitter la ville en 1942 sous la pression des nazis. Son accusateur, dans l’affaire de l’Irangate, s’appelait Rudolph Giuliani, à l’époque procureur général… et son avocat s’appelait Lewis Libby ! Le monde est trop petit, parfois. Rich était en fait lui aussi un trafiquant d’armes notoire :

“Pendant des décennies, Rich détint le contrat exclusif de la commercialisation à l’étranger des métaux précieux soviétiques. Par cette filière, il se livrait à un trafic d’armes de grande ampleur, qui aurait continué jusqu’à récemment, avec la collaboration d’un certain Viktor Bout, un gros trafiquant d’armes sur le ’marché noir’ russe qui a joué un rôle dans le scandale de corruption qui touche actuellement Ariel Sharon.”

(…)


_ _


Sur Lewis Libby :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lewis_Libby

Revenir en haut Aller en bas
wil



Nombre de messages : 1286
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Jeu 29 Déc 2011 - 12:54

"Eichmann, Adolf (SS-Obersturmbannführer, RSHA, participant à la Conférence de Wannsee du 20 janvier 1942) : s'évade sans être reconnu d'un camp d'internement en zone américaine en 1946. Appréhendé par des agents israéliens en Argentine et reconduit en avion en Israël pour y être jugé en mai 1960. Condamné à mort en 1961 et pendu le 1er juin 1962.
"
Pour info
Revenir en haut Aller en bas
http://dutroux.forumdediscussions.net
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Ven 30 Déc 2011 - 16:11



Dans les années 1950 - 1960, le textile était une branche où les Juifs se sont fait remarquer.

Il y avait une communauté juive de "textiliens" à Bruxelles et à Paris et ils payaient pour leur "protection".

Ils ont probablement été contraints (Mossad ?) d'envoyer de l'argent en Israël, la jeune nation.

Certains ont fait fortune comme les Levi et les Salik.

La société Levi-Strauss (basée en Californie ?) avait une usine à Arlon (usine occupée actuellement par Ferrero Ardennes).

C'est dans ce milieu que l'on retrouve le petit commerçant Félix Przedborski.

C'est aussi dans ce milieu que Jacques Monsieur a fait ses débuts (Matimco, voir article ci-dessous).

La famille Levi était proche de la famille Nejman qui a créé la banque Geoffrey (Geoffrey Nejman est actuellement dans la parfumerie à Grasse - http://www.gnejman.eu/ ), impliquée dans des trafics d'armes.

Lors du procès de Jacques Monsieur à huis clos en Belgique, on a parlé de ses liens avec Serge Frantsevitch. (voir Nihoul - Bouty).

Par ailleurs, un autre "marchand de mort" doit être cité dans ce cadre ; il s'agit de Ronald Rossignol (qui a fait ses débuts à l'aéroport d'Ostende, comme Viktor Bout).

Cela fait déjà deux "marchands de mort" issus du même milieu ...

On pourrait y ajouter Benoît de Bonvoisin (le commerce des armes est une "tradition familiale") et son avocat et ami Mario Spandre (qui a caché le terroriste Gaetano Orlando et dont on trouve des éléments biographiques dans le rapport Lumumba).

Sur Jacques Monsieur et Ronald Rossignol, il est instructif de lire le livre coordonné par Berghezan du GRIP. On a notamment parlé de Ronald Rossignol dans l'enquête relative aux Tueurs du Brabant.

_ _ _


A lire, sur Jacques Monsieur et Matimco, l'intéressant article qui suit :

http://www.liberation.fr/societe/0101268913-le-croate-qui-en-savait-trop


Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Ven 30 Déc 2011 - 19:30

belle contribution herve
Revenir en haut Aller en bas
wil



Nombre de messages : 1286
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Sam 31 Déc 2011 - 21:15

La société de Rossignol n'était elle pas propriétaire d'un 4x4, dont la plaque a été reproduite et utilisée sur un 4x4 dont le chauffeur était.....MB
Revenir en haut Aller en bas
http://dutroux.forumdediscussions.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Sam 14 Avr 2012 - 10:18

..


Dernière édition par TEM le Mar 16 Oct 2012 - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Jeu 19 Avr 2012 - 22:12

wil a écrit:
La société de Rossignol n'était elle pas propriétaire d'un 4x4, dont la plaque a été reproduite et utilisée sur un 4x4 dont le chauffeur était.....MB

Non, c'était la société ABELAG. Rien à voir avec Rossignol
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Mar 28 Aoû 2012 - 13:08


En ce qui cocnerne Jacques Monsieur, vous pourriez être intéressés par le chapitre que lui consacre Laurent Léger :

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/104163972/Monsieur-Monsieur

On y parle notamment de Jean-François Godbille et de l'enquêteur belge Pierre Fievez.

Ce dernier est mentionné dans un livre de Guy Bouten :

Pierre Fievez was in de jaren tachtig adjudant bij de rijkswacht en een echte wapenspecialist. Zijn naam stond in de agenda van Bouhouche

Hij onderhield ook nauwe contacten met Beijer en heeft op zijn aanraden een akte van de valse verklaring van wapenhandelaar Dekaize opgesteld. Daarbij was het de bedoeling enkele speurders van de BOB van Waver in diskrediet te brengen die in het Bendeonderzoek het spoor volgden naar extreemrechts en naar een group wapenhandelaars die connecties hadden met de CIA en de Mossad (...)

_ _

Bref, Guy Bouten parle de Fievez comme dun "CIA-agent en nu lid van de cel Waals-Brabant"


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Jeu 30 Aoû 2012 - 14:42



La suite de ce que Laurent Léger a écrit sur Jacques Monsieur est sur :

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/104404410/Monsieur-Monsieur-suite

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Jeu 30 Aoû 2012 - 16:08


Au vu de tout ce qu'on peut lire sur Jacques Monsieur, on ne peut que regretter de ne pas en savoir davantage sur ses liens avec Serge Frantsevitch, dont on aurait parlé lors de son procès (à huis clos) en Belgique.

On peut espérer que les enquêteurs en savent plus.

Serge Frantsevitch, c'est un lien avec Haemers :

http://www.scribd.com/doc/15109318/Rapport-VBDJ-Haemers-traduction-francaise

mais aussi avec ce qui tourne autour de Michel Nihoul - Anne Bouty ...

Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Jeu 30 Aoû 2012 - 20:44

moi je crois que comprendre "le cas frantsevitch", c'est comprendre bcp de choses...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jacques Monsieur   Aujourd'hui à 21:23

Revenir en haut Aller en bas
 
Jacques Monsieur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» ALLIX (Jacques-Alexandre-François) lieutenant-général
» Saint Jacques le Majeur Apôtre et commentaire du jour "Si vous, qui êtes mauvais, savez donner de bonnes choses à vos..."
» Jean-Jacques Vélasco s’exprime enfin !
» "Est-ce à votre cocher, monsieur, ou bien à votre cuisinier, que vous voulez parler? "- PARLEZ-NOUS DE VOS CASQUETTES!
» Jean Jacques Velasco: J'ai parlé des ovnis avec Lionel Jospin et Mitterrand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Autres-
Sauter vers: