les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Michel RELECOM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Michel RELECOM   Mar 7 Fév 2012 - 21:46


Le 13 janvier 1960, au Congo belge, est constituée la SCARL Unibra par regroupement de quatre brasseries dont Michel Relecom vient de prendre la présidence. Suite à l’indépendance du Congo intervenue le 30 juin de la même année, Unibra devient, le 29 décembre, une société anonyme de droit belge et installe son siège social à Bruxelles tandis qu’est constituée sur place Unibra-Congo.

_ _


Michel Relecom A Belgian businessman who acted as an unofficial diplomat between Belgian's big business community and Mobutu, the ruthless dictator of Zaire. Relecom's firm Unibra owned a peculiar private intelligence firm called the "European Institute of Management" (EIM). (voir fil dédié)

EIM was chaired by General Douglas MacArthur II, son of the brother of the famous general. (voir fil dédié)

_ _


Il y a dans les archives de Ronald Reagan (président de 1981 à 1989) le manuscrit d'une lettre à Michel Relecom. La transcription est :


To: Mr. Michele Relecom
1040 Bruxcelles L E
Ave. Des Arts 40 - Boite 6

Dear Mr. Relecom

Ambassador Price forwarded your letter of 2nd November to me. Please accept my thanks for your generous words. I am most grateful.

You were kind to write as you did. Mrs. Reagan sends her regards and thanks for ??tre "homages." [this was typed as "vos hommages"]

Please give my greetings & regards to your family.

Sincerely,

RR


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 8 Fév 2012 - 9:48

L'adresse de l'avenue des Arts est l'adresse d' UNIBRA dans les années 1980. C'est très proche de l'ambassade des Etats-Unis.

Pour information, un extrait de

P. Lumumba, justice pour le héros
Par Léonard Kapita Mulopo

(...) Dès juillet 1957, à 32 ans, Lumumba va donc s'installer à Kinshasa où il est engagé par un certain M. Roland le directeur des Brasseries du Bas-Congo, Unibra, comme agent commercial (représentant), aux appointements de 20 000 francs congolais par mois : le pactole ! Ce qui lui permet de vivre largement et de sillonner le pays à sa convenance dans le cadre de ses tournées de représentation commerciale. Il développe, exerce, affermit ses dons d'orateur. Les ventes de la maison "Polar" montent en flèche ! Le dynamisme et le bagout de Lumumba font merveille dans "Kin-Kiese". En août 1958, Patrice est déjà promu au grade de directeur commercial-adjoint de l'Unibra, l'une des principales brasseries de la capitale congolaise.

Dans la capitale, il noue de nombreuses relations intéressantes. Il s'entretient avec Joseph Iléo, rédacteur du Manifeste de la Conscience africaine, avec Cyrille Adoula, Joseph Ngalula, avec touc ceux "qui comptent" tels que Kalonji Albert, Nguvulu, excepté ... Kasavubu qui élide la rencontre. (...)

Note : sur Albert Kalonji, voir
http://www.lumumba.be/getuigendetail.php?naam_get=KALONJI%20ALBERT

A noter qu'il a aussi été question à cette époque d'un trafic de diamants impliquant Albert Kalonji et Félix Przedborski ainsi que Maurice Templeton. Ceci devrait être approfondi.

A cette époque on retrouve aussi Mario Spandre, ami et avocat de Benoît de Bonvoisin (voir le fil de discussion à son sujet)
http://www.lumumba.be/getuigendetail.php?naam_get=SPANDRE MARIO

On retrouve aussi Guy Weber :
http://www.lumumba.be/getuigendetail.php?naam_get=WEBER GUY

Etienne Davignon :
http://www.lumumba.be/getuigendetail.php?naam_get=DAVIGNON ETIENNE

et il faut rappeler que l'ambassadeur des USA à Bruxelles était Douglas MacArthur II, que l'on retrouvera plus tard à l' EIM (dépendant de UNIBRA dont le propriétaire est Michel Relecom).

Voir aussi :
http://umiacs.umd.edu/~jbg/temp/wisdom_en_data/11039


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 8 Fév 2012 - 12:38



http://www.texaf.be/historique.htm

En 1972 , Monsieur Michel Relecom entre au Conseil d'Administration de Texaf sur proposition de la Compagnie Belge de Participations Paribas (COBEPA) qui a réuni les titres de Texaf détenus par les filiales de la Banque Paribas.

Note : COBEPA, c'est Yves du Monceau de Bergendal ... ancien bourgmestre d'Ottignies et sénateur, membre du CEPIC, patron de BG-Inno-BM et beau-frère de de Kerchove. Ce dernier est l'homme de contact du CEPIC avec Ies organisations non militaires de l'OTAN. Il est un des membres belges du groupe de Bilderberg et président des Jeunes Dirigeants Politiques Atlantiques, une organisation civile dépendant de l'OTAN.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 8 Fév 2012 - 13:15


Le Soir - Mercredi 18 janvier 1989

Zaïre: Paris, Washington et Pretoria prêts à prendre la relève de la Belgique ?

(...)

L'Agence zaïroise de presse (AZAP) rapporte que, «mandaté à Kinshasa par des hommes d'affaires belges ayant des intérêts au Zaïre», M. Michel Relecom, président de la Chambre de commerce belgo-africaine, y a lancé, lundi soir, à l'issue d'un entretien avec le Président Mobutu, «un appel à la presse belge et à certains hommes politiques belges, pour qu'ils cessent d'empoisonner les relations entre le Zaïre et la Belgique».

M. Relecom a reconnu, écrit l'AZAP, «que certains écrits et propos des journalistes et hommes politiques belges manquaient du simple respect que l'on doit à un chef d'Etat, surtout lorsque l'on sait qu'en Afrique, le chef doit être totalement respecté».

Par ailleurs, rapporte l'AZAP, le Président Mobutu a rassuré M. Relecom, qui désirait savoir si les investissements belges sont toujours bien accueillis au Zaïre: il lui a rappelé qu'il avait invité les Zaïrois à maintenir leurs traditions d'accueil et d'hospitalité à l'égard des Belges ayant choisi d'oeuvrer au Zaïre dans le respect des lois du pays.

_ _


Vendredi 19 février 1993

Le collège des secrétaires généraux de la République du Zaïre a édicté samedi dernier une mesure d'expulsion à l'encontre de l'administrateur-délégué d'Unibra-Zaïre, Jean-François Pagano, de nationalité française, a déclaré le président de la société brassicole, Michel Relecom, jeudi à Bruxelles. Cette mesure a été édictée parce que la société Unibra a refusé d'accepter en paiement des coupures de 5 millions de zaïres, a expliqué M. Relecom. Jean-François Pagano a quitté le Zaïre avant la mise en application de la mesure d'expulsion. Un recours a été introduit.

_ _ _

Jeudi 8 décembre 1994

DÉCÈS

Michel Relecom, ami du Zaïre, s'est éteint

Michel Relecom, président de la Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture Belgique-Luxembourg-Afrique-Caraïbes, terrassé en plein travail mardi soir par une crise cardiaque, fut, tout au long de sa carrière d'industriel, intimement lié au Zaïre et aussi l'avocat infatigable des «bonnes» relations belgo-zaïroises. Président et administrateur de plusieurs sociétés belges et étrangères, «patron» d'Unibra, un des plus importants groupes brassicoles d'Afrique, vice-président de Skol International (multinationale de la brasserie) notamment, M. Relecom avait tout mis en oeuvre pour contribuer à résoudre les multiples crises qui ont secoué les relations entre la Belgique et le Zaïre.

Agé de 60 ans, il s'était signalé depuis 1981 par ses diverses initiatives pour réconcilier Belges et Zaïrois, provoquant parfois quelque irritation au ministère belge des Affaires étrangères qui voyait d'un mauvais oeil ses tentatives de «diplomatie parallèle».

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 8 Fév 2012 - 15:32

Une recherche bibliographique sur l'E.I.M. donne ce qui suit :

Who owns whom

O. W. Roskill., 1975

Titre Who owns whom
Éditeur O. W. Roskill., 1975
Original provenant de Northwestern University
Numérisé 29 juil. 2011

Page 53

UNIBRA S.A., Avenue des Arts 40 , B-1040 Bruxelles
- Brasserie du Bas-Congo
- Brasserie du Kasaï
(…)
- Cipari S.A.H. Luxembourg
- La Estrella de Africa – Fabrica de Cervezes S.A., Spain
- European Institute of Management E.I.M.

_ _ _


Marchés tropicaux et méditerranéens Volume 33

1977

Titre Marchés tropicaux et méditerranéens, Volume 33
Publié 1977
Original provenant de l'Université du Michigan
Numérisé 22 janv. 2011

Page 1957

MUANDA : une usine de bitume – (…) elle produira le bitume nécessaire au Zaïre à partir d’un brut d’une qualité particulière à haute teneur en paraffine. La capacité de cette usine sera évaluée après une étude de marché en cours qui a été confiée à la société belge EIM (European Institute of Management) de Bruxelles.

Page 2236

Les études pour la réalisation du projet de forage ont été faites par la société de la recherche pétrolière du Zaïre (Sorepza) en association avec la Fina-Belgique.

En prévision du démarrage des travaux, une vingtaine de techniciens se trouvent déjà sur le chantier. D’autre part, les deux premières études faites par les bureaux belges European Institute of Management (E.I.M.) tandis que la troisième étude menée par l’Institut français du pétrole (I.F.P.) ont déjà été présentées au …

_ _ _


European university news Numéros 20 à 46

Page 23

L’ « European Institute of Management » propose aux cadres un enseignement original et efficace (séminaires préparés à domicile) dans les matières de pointes du management : programmation, marketing, gestion, relations publiques, organisation, informatique. Renseignements : E.I.M. 12, rue Belliard, Bruxelles 4. (1040 Bruxelles)

Cette adresse se retrouve aussi dans

Publishers' international directory
Saur, 1979 - 798 pages


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 8 Fév 2012 - 18:44


Dans l'article suivant ...

http://www.scribd.com/doc/78861418/Hoe-Prins-Alexander-de-Kost-Verdiende

on apprend que le prince Alexandre de Belgique a travaillé pour UNIBRA (Michel Relecom) au Zaïre.

On parle aussi de ses relations avec Félix Przedborski.

Des photos du prince Alexandre sont sur

http://www.scribd.com/doc/79316421/Photos-mondaines

Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Jeu 9 Fév 2012 - 14:51

à priori rien à voir avec Unibra/Relecom (bien que), mais concernant le Congo et ses mercenaires:

a une certaine époque ('50s-'60s) on y parlait d'un pilote d'automobile nommé Robert Darville ... famille de l'autre Robert de la bande Haemers (lui, né à Leopoldville en '56!)

http://www.racingsportscars.com/driver/Robert-Darville-BCO.html
http://www.congo-1960.be/gustavanderpol.htm (photo + les 24h de Léopoldville)

intéressant, car il y a aussi cet autre Darville, Jean-Claude, un client du Dolo/atrebates (fiche APV/Voyage de Forgeot) et cité par damsaint comme un des organisateurs des TBW, qui était un ex-mercenaire d'Afrique (et proche de Schramme)...?

on parle trop souvent de Darville comme un simple armurier qui se serait retrouvé, presque par hasard, dans la bande Haemers...
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Jeu 9 Fév 2012 - 17:59

Au sujet de mercenaires, il faut jeter un coup d'oeil à

http://www.congonline.com/Culture/Litterature/Mercenaires02.htm

Guy Weber en a connu beaucoup au Katanga (notamment des Français ayant oeuvré en Indochine)

( voir aussi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_katangaise )


On mentionne Michel RELECOM dans l'article suivant

Martens au Zaïre

BRAECKMAN,COLETTE
Page 1;3
Mardi 8 novembre 1988

Martens au Zaïre: un voyage ambigu parsemé de peaux de banane...

(...) Quant au périple en province, il fut axé sur des thèmes, voire des intérêts économiques: le diamant à Mbuji Mai - c'est-à-dire, exclusivement, la société MIBA -, le café à Isiro, sur le domaine de l'UNIBRA, une société appartenant à un entrepreneur belge, M. Relecom (...)


Un discours de Michel RELECOM (C.C.B.A. Chambre de commerce belgo-africaine) est repris dans :

Marchés tropicaux et méditerranéens
Numéros 2199 à 2211
1988
Page 464

Nous pensons qu’en Afrique, comme en Europe, l’entreprise privée a un rôle primordial à jouer. Ceci, pour autant qu’aussi bien du côté africain que du (...)


Encore deux livres ...

Congo: république démocratique
Par Dominique Auzias,Jean-Paul Labourdette

Page 130

Issue de la réunion de 4 brasseries indépendantes (brasserie de Kisangani fondée en 1949, du Kasaï, du Bas-Zaïre et d’Isiro) Unibra est créée en 1959. La société se développe rapidement et de nouvelles brasseries seront créées à travers le pays dont à Kinshasa. A la mort de son président M. Relecom en 1994, la société est revendue au groupe Castel et prend le nom de Bracongo.

_ _


La Revue coloniale belge
Numéros 126 à 149

1951

M. Bruneel remercia pour leur parfait dévouement les membres sortants, le vice-président M. Relecom et les conseillers MM. Goeman, Orls, Thèves, Vanhove, Verdussen et Vindevoghel. En leur nom, M. Verdussen rendit hommage à M. Bruneel, (...)



Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Ven 10 Fév 2012 - 16:22


Pour information :

http://www.nzdl.org/gsdlmod?e=d-00000-00---off-0hdl--00-0----0-10-0---0---0direct-10---4-------0-1l--11-en-50---20-about---00-0-1-00-0-0-11-1-0utfZz-8-00&a=d&c=hdl&cl=CL2.23.15&d=HASH019ef5726f7067244be9e947.6.10

The Courier N°137 January-February 1993 Dossier: Development and Cooperation - Country Reports Mauritania

An interview with Michel Relecom, Chairman of UNIBRA

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Ven 10 Fév 2012 - 16:29


Pour information :

http://www.africaintelligence.fr/

LA LETTRE DU CONTINENT N°166 - 18/06/1992
ECONOMIE
LES INVITES DE ROQUEBRUNE

Dans sa villa de Roquebrune au Cap Martin (Nice), le président Mobutu a reçu le 20 mai une délégation d'hommes d'affaires belges, conduite par Michel Relecom, président de la Chambre de commerce belgo-africaine et PDG de la brasserie Unibra, et composée de représentants de CFE (Dumez), Petrofina, la Générale de Belgique (Suez), Texaf (Paribas) et Forrest (Ingéniérie, BTP). (...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Ven 10 Fév 2012 - 18:42


http://www.digitalcongo.net/article/21402

Les 50 ans de Bracongo placés sous le signe de nouveaux investissements

Kinshasa, 31/08/2004

(...) la Bracongo a été fondée en 1949 à Kisangani sous la présidence du Général Albert Dupont, qui l’inaugura en décembre 1951. C’est seulement à l’avènement du général Lefranc que furent créées successivement la Brasserie de Luluabourg, actuellement Kananga en juillet 1953, celle du Bas-Congo à Léopoldville, actuellement Kinshasa en juillet 1954 et la Brasserie de Paulis actuellement Isiro, inaugurée en décembre 1957.

Ces quatre sociétés, a expliqué le Président du Conseil d’Administration de Bracongo, ont fonctionné totalement séparées et de façon autonome jusqu’au 14 octobre 1959, jour où Michel Relecom accéda à la présidence de celles-ci, quelques mois après le décès du Général Lefranc.

Ces quatre brasseries indépendantes fusionnèrent sous la dénomination de « l’Union des Brasseries » en sigle « Unibra » le 5 décembre 1961 lorsque fut constituée la société Congolaise par actions à responsabilité limitée « Unibra Congo », dont le capital social était de 680 millions de Francs belges.

L’Unibra-Congo devint Unibra Sarl suite au changement du nom du pays de la RDCongo en Zaïre intervenu le 27octobre 1971. A cette époque le capital social de l’Unibra Sari connut de nombreuses augmentations exprimées en monnaie locale.

En novembre 1973, à la suite de la «Zaïrianisation » suivie de la « radicalisation » en 1974 du petit commerce appartenant aux étrangers et des grandes entreprises, il fut nommé en janvier 1975 un Délégué Général à la tête de la société pour assumer la responsabilité de la gestion.

La mort inopinée, le 6 décembre 1994 du Président Michel Relecom, à son bureau de travail à Bruxelles, provoqua quatorze mois après un bouleversement total dans l’actionnariat de la société jusqu’en février 1996, lorsque le Groupe des Brasseries Glaceries Internationales, « B.G.I. » dirigé par Pierre Castel, racheta à travers certaines de ses filiales, la totalité des actions de l’Unibra Sarl. (...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Ven 10 Fév 2012 - 22:05

Pour se souvenir du climat de l'époque ... des extraits de deux livres ...

Main basse sur Bruxelles

Par Georges Timmerman

(page 26 …)

Un réseau aux racines américaines

Il n’est pas étonnant que VdB s’intéresse, à l’automne de sa vie, à l’idée européenne. Il renoue ainsi avec un de ses idéaux datant de l’aube de sa carrière. A l’âge de 29 ans, le premier pas fait en politique par le fils de boucher Paul Vanden Boeynants (avant même son élection comme député) a été de participer au deuxième congrès de l’Union Européenne des Fédéralistes (UEF) à Rome. Il s’agit d’une période (novembre 1948) où une série d’organisations militaient pour ce qu’on appelait alors le Mouvement européen. « Aucune autre organisation n’aura autant d’influence au sein du Mouvement européen que l’Union Européenne des Fédéralistes. Après quelques années de vaches maigres pendant lesquelles elle dut compter sur le soutien de Nestlé et de l’Oréal, elle prit son envol grâce aux importants moyens mis à sa disposition par le Département d’Etat américain et la CIA par le biais de l’American Committee on United Europe. (…)

Outre-Atlantique, le général William « Wild Bill » Donovan, responsable, pendant la guerre, de l’OSS (Office of Strategic Services, l’ancêtre de la CIA), a été en 1949 le président fondateur de l’American Committee on United Europe (ACUE). Parmi les autres éminences de cette association, on retrouvait Allen Dulles (devenu plus tard directeur de la CIA), Tom Braden (officier de la CIA) et le géénral Walter Vedell Smith (directeur de la CIA de 1950 à 1953). L’organisation comptait aussi dans ses rangs une série de banquiers et d’hommes d’affaires, comme Conrad Hilton de la chaîne d’hotels du même nom. (…)

Dans ce milieu, se trouvait également, aux côtés de VdB, une autre vieille connaissance : le baron Pierre de Bonvoisin, le père de Benoît, à l’époque directeur de la Société Générale, qui fut pendant plusieurs années le trésorier de la section belge du Mouvement européen. En tant que tel, il a reçu, entre autres, le soutien financier du groupe de construction Blaton, un partenaire du groupe De Pauw. La famille Blaton a conservé jusqu’à ce jour un intérêt certain pour l’idée européenne. Ado Blaton est par exemple secrétaire général de l’American Commun Market Club. On rertouve aussi certaines firmes du groupe Blaton dans la liste des membres de la Belgian American Chamber of Commerce, aux côtés de la Compagnie de Promotion (groupe De Pauw) et de la Foire Internationale de Bruxelles (dont VdB est président). De son côté, la Chambre Américaine du Commerce en Belgique compte parmi ses membres diverses sociétés du groupe Blaton.

On peut donc raisonnablement admettre que la majeure partie des figures clés qui appartiennent au clan qu’on appellera plus tard « les amis de VdB », se trouvaient ensemble à la fin des années 40 et au début de la guerre froide, dans des milieux résolument anticommunistes et pro-américains.

Note : voir « Een Amerikaans plan voor Europa, achtergronden van de EEG, Kees Van der Pijl, SUA, Amsterdam, 1978.

(page 47)

L’affaire des parcmètres

Dans le cadre d’une enquête fiscale concernant les agissements de Benoît de Bonvoisin, le parquet a effectué plusieurs perquisitions en mai 1990, notamment au quartier général de la Générale des Eaux à Paris, dans les bureaux de Bâtiments & Ponts à Bruxelles, dans la firme de parkings Cidesud (…) et à la CGE à Liège. (…)

La Justice soupçonne Goldine d’avoir, sur ordre de Bonvoisin, versé un million FB dans la cassette électorale du bourgmestre de Liège Edouard Close (PS) en échange de l’attribution des contrats d’exploitation de parcmètres. (…)

La moitié des actions d’Ado Blaton Properties est entre les mains de la Société Internationale de Participation Financière (SIPF). Cette société, fondée en 1928, était, à l’origine, une société coloniale cotée en Bourse. Au début des années 70, après la débâcle du Congo, c’était une boîte vide. (…) Les actionnaires de la SIPF sont Delta Securities (une filale de Petercam), le groupe Frère, le groupe d’assurances Josi, Comargaz, Unibra et le fabricant de tapis BIC. Almabo, le holding de la famille Saverys, détient lui aussi une participation dans SIPF. (…) Le conseil d’administration est ujn échantillonnage du monde financier belge : trois responsables de Petercam, parmi lesquels Van Campenhout et l’administrateur Peterbroeck, mais aussi Gérald Frère, Jean-Pierre Laurent Josi, Philippe Saverys, Lucien Vlerick, Michel Relecom (Unibra) et Pierre van der Mersch (Brederode).

(…) le nom de Blaton a été cité dans divers dossiers politico-financiers et juridiques, parfois dans des circonstances assez bizarres. (Montaricourt, etc)

(…) Une chose encore. Pendant l’enquête sur les négriers de la construction dans la région de La Louvière, consécutive à l’assassinat de Stéphane Steinier, il est apparu que la connexion dirigée par le mafioso sicilien Bongiorno avait, par l’intermédiaire de petites entreprises, livré du personnel à de grandes firmes de construction bruxelloises telles que CIT E. Blaton.

Note : voir aussi le procès Boschloos au début 1990. Le cumulard Charles-Félix Boschloos a commencé sa carrière en 1959 comme chef de cabinet-adjoint du ministre Paul Vanden Boeynants… avant de devenir PRL.

_ _ _


L'Europe des parrains / La Mafia à l'assaut de l'Europe

Par Fabrizio Calvi

Voici un extrait à partir de la page 158, dans la chapitre "Cosa Nostra à l'assaut de l'Europe" ...

(...) Peu après son arrivée à Cologne, Gerlando Caruana était déjà à la tête d'une florissante entreprise d'import-export de produits alimentaires et d'insecticides, sans oublier l'inévitable pizzeria située 49, Eichandorffstrasse. Ces activités ne l'empêchaient pas de conserver des intérêts en Italie, dont la gérance du "Café centrale" de Cupra Maritima ou encore au Canada, où on le retrouve au sein du conseil d'administration de diverses sociétés de la Famille, dont Video Select Inc., Financement Video Select Inc., etc

Les autres contacts de Giuseppe Cuffraro et Pasquale Cuntrera se recrutaient parmi des immigrés de plus vieille souche (...)

Après avoir constaté que Pasquale Caruana se rendait régulièrement en Belgique, les policiers de la BKA se demandèrent si la Famille de Siculiana n'y disposait pas des mêmes facilités qu'en Allemagne. L'existence d'une forte communauté italienne laissait augurer le pire. Les pizzerias, trattorie et autres ristaurante italiano qui proliféraient dans le royaume abritaient-ils eux aussi les Familles de Cosa Nostra ? Les ambassadeurs de l'Organisation en Europe du Nord feraient-ils tous dans la restauration ? Au vu des contacts belges de Pasquale Caruana, les policiers du BKA en étaient presque sûrs. L'organigramme établi par les enquêteurs allemands attribue la direction de la branche belge à un propriétaire de pizzerias apparenté à Pasquale Cuntrera, secondé par deux autres Siciliens, un industriel du bâtiment et un autre du textile.

Dans la région de Charleroi, Pasquale Caruana comptait sur l'appui d'un autre Sicilianais dont le train de vie aurait dû intriguer le moins suspicieux des policiers belges. Ouvrier au chômage de son état, l'homme possédait un magnifique château fort de 1 600 mètres carrés, restauré à grands frais au milieu d'un vaste domaine qui semblait toujours parfaitement entretenu. Dans la région, les mauvaises langues jasaient sur cette soudaine richesse que l'intéressé justifiait par une chance insolente aux jeux de hasard.

Outre la baraka, notre chômeur possédait également un sens inné de l'hospitalité. Dissimulés autour de la propriété, les agents du BKA assistèrent à un véritable défilé de têtes connues (des Caruana et des Cuntrera), et d'autres qui devaient l'être des services de la police italienne, mais aussi des ressortissants belges ou allemands au-dessus de tout soupçon. Après une courte enquête, les agents du BKA comprirent l'usage que la Famille de Siculiana avait du château de Charleroi.

"Il est notoire, affirment-ils dans un rapport, que les réunions au sommet (de la Criminalité organisée) ont lieu dans de telles propriétés, difficiles à observer. Elles sont généralement achetées et entretenues à cet effet par des prête-noms." Serait-ce le cas du domaine de Charleroi ? Oui, répond le BKA, visiblement bien informé. Régulièrement fréquenté par des hommes d'honneur, l'endroit a, semble-t-il, laissé de bons souvenirs à Giuseppe Cuffaro aui, après son arrestation, ne trouva rien de mieux pour occuper ses journées que d'en dessiner de mémoire les douves, les tours et les murailles.

Le propriétaire du château de Charleroi n'était d'ailleurs pas inconnu de la police belge, même si les services du Procureur du Roi n'avaient jamais pu le déférer devant les tribunaux. Les enquêteurs belges le soupçonnaient d'être à la tête des hommes de main employés par deux gros industriels de la construction, les frères Allatta, pour faire régner la loi du silence dans le milieu des "négriers de l'emploi".

Le scandale des "négriers" a éclaté au grand jour en Belgique après l'assassinat, le 26 janvier 1989, d'un journaliste de la Nouvelle Gazette de Charleroi, Stéphane Steigner. Au moment de sa mort, le jeune journaliste enquêtait sur un vaste trafic de main-d'oeuvre dans le centre de la Belgique qui était dirigé par un Sicilien originaire de Caltanisetta, Carmelo Bongiorno, une affaire colossale, oeuvrant principalement dans le secteur du bâtiment et du textile. Les "négriers" font travailler clandestinement près de 10 000 personnes dans toute la Belgique. Ils fournissent en main-d'oeuvre illégale les plus grands chantiers du royaume, soustrayant des sommes faramineuses aux caisses de l'Etat par le biais d'un système de "sociétés poulets" destinées à la faillite "dans le but d'endosser les créances générées par une activité principale". Payés généralement en liquide, les employés n'en bénéficient pas moins des couvertures sociales prévues par la loi grâce à un réseau de corruption qui s'étend jusqu'aux différentes caisses de retraite ou d'assurance sociale.

L'affaire a un fort parfum de Cosa Nostra : loi du silence, attentats, extorsions, tueurs à gages spécialement venus de Sicile et, pour couronner le tout, une dizaine d'assassinats. Autres faits troublants : la fuite, en Sicile, de Carmelo Bongiorno, le commanditaire présumé de l'assassinat du journaliste Steignier, ou encore la présence dans l'enquête d'un des plus gros constructeurs immobiliers siciliens, trafiquant de cocaïne présumé, blanchisseur de narcodollars, propriétaire d'établissements de jeu, que l'on disait lié à la famille de Cosa Nostra de Catane. (...)


Note : en mai 1985, les douanes britanniques tombèrent à leur tour sur un trafic de drogue organisé par le clan Caruana-Cuntrera (Francesco Di Carlo) ... en société avec le gotha de Cosa Nostra, Pasquale Caruana, senior Leonardo Greco (chef de la Famille de Bagheria), sans oublier Nunzio Barbarossa, le partenaire de Michele Zaza, ou encore le caissier de la Cosa Nostra, Pipo Calo, chef de la Famille de Porta Nuova ... Le témoin de Di Carlo lors de son mariage en 1967 était le prince Alessandra Vanni Calvello Mantegna di San Vincenzo ...


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Lun 13 Fév 2012 - 16:44

Voici la lettre de Michel Relecom à Ronald Reagan, qui a entraîné la réponse donnée ci-dessus.

Le papier est à l'en-tête de Michel Relecom avec comme adresse : 1040 Bruxelles, avenue des arts, 40, Boîte 6.

Elle est datée du 2 novembre 1983.


_ _ _ _



Mr. President,

I am proud to be a friend of the U.S.A.
I sincerely regret the various reactions of journalists in free Europe regarding the U.S. invasion of Grenada. You certainly know better than anyone else what the journalists" reputation is, Mr. President. But I would like you to know that, with many many other Belgians and Europeans, my family and I thank you for your firm attitude in the face of the Russians and the Cubans in the protection of democracy and the free world.

You are a great President. Thank you Mr. President. May God bless you and give you a long, and safe, life. As we say in French, may I ask you, Mr. President, to present "mes hommages" to your wife.

Respectfully


_ _ _ _


Rappel de la réponse :


To: Mr. Michele Relecom
1040 Bruxelles L E
Ave. Des Arts 40 - Boite 6

Dear Mr. Relecom

Ambassador Price forwarded your letter of 2nd November to me. Please accept my thanks for your generous words. I am most grateful.

You were kind to write as you did. Mrs. Reagan sends her regards and thanks for ??tre "homages." [this was typed as "vos hommages"]

Please give my greetings & regards to your family.

Sincerely,

RR
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Lun 13 Fév 2012 - 20:05


Le site suivant donne quelques informations sur UNIBRA :

http://www.stanleyville.be/brastan_stanor.html

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 9:44



Un échange de correspondance entre Michel RELECOM et Ronald REAGAN est sur :


http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/81559411/Correspondance-Michel-RELECOM-Ronald-REAGAN
Revenir en haut Aller en bas
aurore



Nombre de messages : 203
Date d'inscription : 09/08/2010

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 10:09

Etonnante correspondance.

1. La lettre de Relecom est très mal écrite (beaucoup de fautes d'orthographe).

2. Reagan répond avec une lettre manuscrite.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 10:33


Le ton général de la correspondance semble indiquer qu'ils se connaissaient bien. Le fait que l'ambassadeur ait accepté de servir de facteur renforce ce sentiment.

Il y a une version dactylographiée de la lettre manuscrite. Je ne sais pas ce que l'ambassadeur a remis à Michel Relecom à son retour.

A ne pas oublier non plus : l'échange de correspondance entre Paul Vanden Boeynants et Douglas MacArthur II ... eux aussi semblaient se connaître. C'est Jean Josi qui servait alors de facteur.

Douglas MacArthur II a ensuite dirigé l'EIM ... qui appartenait à Michel Relecom.

Alexandre de Belgique a aussi travaillé pour Michel Relecom en Afrique ... et ses liens avec Félix Przedborski sont connus ... de même que ceux avec la famille de Liedekerke (la comtesse étant proche du WNP et ayant organisé le séjour précipité de Paul Latinus dans sa famille au Chili).



Revenir en haut Aller en bas
aurore



Nombre de messages : 203
Date d'inscription : 09/08/2010

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 10:47

HERVE a écrit:
Il y a une version dactylographiée de la lettre manuscrite
Effectivement. Je viens de me rendre compte. A quoi sert la copie manuscrite? Et qui l'a redigée? Relecom voulait-il faire impressioner ses copains en leur montrant une lettre manuscrite de la part du président? La lettre dactylographiée est sans signature et beaucoup moins impressionante.

HERVE a écrit:
Le ton général de la correspondance semble indiquer qu'ils se connaissaient bien.
Je ne suis pas convaincu. Peut-être que Reagan a dit "who the hell is this guy, why are you bothering me with this?" Réponse: Il sert à nos interêts à l'étranger. Voilà pourquoi on a rédigé une lettre "impressionante" qu'il peut montrer à ses copains.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 10:56


Je ne suis pas du tout d'accord.

Je ne crois pas que Ronald Reagan avait une machine à écrire sur son bureau et le PC d'IBM venait juste de sortir. A cette époque, il était courant de garder une lettre dactylographiée avec des corrections manuscrites (ou d'utiliser du "Tippex") ... même à la Maison Blanche.

En outre, c'est dans la collection des notes manuscrites de Ronald Reagan que j'ai trouvé ce document. Si cela n'avait pas été manuscrit, nous n'en parlerions même pas aujourd'hui ...

Enfin, le fait que l'ambassadeur ait servi de facteur indique l'importance de la correspondance.

Il me semble donc clair que ces trois personnes se connaissaient bien.
Revenir en haut Aller en bas
aurore



Nombre de messages : 203
Date d'inscription : 09/08/2010

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 12:01

OK, Relecom a envoyé une lettre, chantant des éloges, via l'ambassadeur Charles Price. Reagan répond chaleureusement. Mais est-ce que ce n'était pas son style habituel? Je pose simplement la question..

Vous avez fait un bon boulot en trouvant cette correspondance. Chapeau!

Infos sur Charles Price..

http://en.wikipedia.org/wiki/Charles_H._Price_II
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 12:06


Il faut dire merci aux moteurs de recherche ...

C'est aussi l'occasion de se renseigner sur l'invasion de l'île de la Grenade par les USA :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Invasion_de_la_Grenade

(on est alors moins étonné d'entendre parler du Surinam et de l'implication de Bouhouche dans une tentative, avortée, de coup d'état - selon van haperen - ... le dictateur local se serait "calmé" après l'invasion de la Grenade)
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 12:45

HERVE a écrit:

A ne pas oublier non plus : l'échange de correspondance entre Paul Vanden Boeynants et Douglas MacArthur II ... eux aussi semblaient se connaître. C'est Jean Josi qui servait alors de facteur.

à mettre en rapport avec: "Pierre Salik était membre du Cercle des Nations, administrateur du groupe Josi et de la Codenaat, la société tombée en faillite gérant jusqu'il y a peu le restaurant du Cercle des nations."

donc prince alexandre > przed.
macarthurII, vdB>josi>sal.ik>przed. ???
Revenir en haut Aller en bas
Willy-Nilly



Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2011

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 16:13

dim a écrit:
HERVE a écrit:

A ne pas oublier non plus : l'échange de correspondance entre Paul Vanden Boeynants et Douglas MacArthur II ... eux aussi semblaient se connaître. C'est Jean Josi qui servait alors de facteur.

à mettre en rapport avec: "Pierre Salik était membre du Cercle des Nations, administrateur du groupe Josi et de la Codenaat, la société tombée en faillite gérant jusqu'il y a peu le restaurant du Cercle des nations."

donc prince alexandre > przed.
macarthurII, vdB>josi>sal.ik>przed. ???

@DIM: quelle source pour 'Salik, administrateur du groupe Josi..' ? Merci!

JOSI= dossier Kirschen (ou l' on retrouve CAMS, BEELEN, GOL, MENDEZ...etc.... et le chateau de Herbeumont, la 'grosse caisse').
Revenir en haut Aller en bas
Willy-Nilly



Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2011

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 16:20

HERVE a écrit:

Il faut dire merci aux moteurs de recherche ...

C'est aussi l'occasion de se renseigner sur l'invasion de l'île de la Grenade par les USA :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Invasion_de_la_Grenade

(on est alors moins étonné d'entendre parler du Surinam et de l'implication de Bouhouche dans une tentative, avortée, de coup d'état - selon van haperen - ... le dictateur local se serait "calmé" après l'invasion de la Grenade)

A cette même époque sur l' île de Antigua, il y avait Gerald Bull qui faisait des essais de son artillerie à longue portée (usage nucléaire?)
sponsorisés par Israel (Yair Klein, Baruch Rappaport) alors que Antigua servait d' entrepot des armes destinés aux Contras (en passant par Costa Rica, Mike Harari)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 16:30

La réponse est notamment dans le livre suivant (sur GoogleBook) :

Main basse sur Bruxelles

Par Georges Timmerman

Page 113 :

(...) Il faut encore mentionner un troisième assureur-investisseur immobilier : le groupe Josi. Il y a quelques années, ce groupe familial faisait encore partie du Top5 du secteur de l'assurance, une situation qui a bien changé aujourd'hui. La société centrale du groupe est le Groupe d'Assurances Josi qui a pour actionnaires le Holding Groupe Josi (59,4%) et Cobepa (20,1%). Son conseil d'administration comprend quelques noms ronflants. Aux côtés du président Jean-Pierre Laurent Josi (beau-fils du fondateur) siègent Pierre Scohier (Cobepa), Albert Frère, Aldo Vastapane, Adolphe Blaton (groupe Blaton) et Pierre Salik (Salik International)


_ _ _


J'ai mis la correspondance entre Paul Vanden Boeynants et Douglas MacArthur II, par l'intermédiaire de Jean Josi, sur

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/81586870/Lettre-de-Paul-Vanden-Boeynants-a-Douglas-MacArthur-II

http://www.scribd.com/doc/81587520/Reponse-de-Douglas-MacArthur-II-a-Paul-Vanden-Boeynants

(à télécharger)









Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Aujourd'hui à 10:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Michel RELECOM
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Appel aux Témoins du 5 Novembre 1990 par Michel (responsable de cette rubrique)
» NEUVAINE A SAINT MICHEL ET AUX NEUF CHOEURS DES ANGES
» Michel et Augustin : 100% oeufs de batterie ! & Action !
» Anniversaire Jean Michel
» Archange Michel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Autres-
Sauter vers: