les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Michel RELECOM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
gilbertmuda



Nombre de messages : 62
Date d'inscription : 02/01/2011

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 16:36

josi qui était aussi propriétaire de l'hebdomadaire libéral Pourquoi pas, et accessoirement du réseau de radio privée belge Station Indépendante Satellite (SiS) de 87 à 88
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 16:48


@ Willy-Nilly

Peut-on en savoir plus sur

JOSI= dossier Kirschen

Je crois que l'affaire Kirschen est liée à Comuele et donc au dossier Atlas (mafia russe, etc) mais je ne me souviens plus d'avoir vu Josi là-dedans ... par contre, via la maison de Paul Cams, je pense évidemment à Sergio Ferrari et à la mafia italienne (dossier Panda).
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 17:29


Pour en revenir à Michel Relecom, j'ai appris qu'il en était question dans un livre de Niemegeer qui a pour titre " Les Trois Defis du Burundi " (page 136) mais je n'ai pas encore mis la main dessus.

Par contre, je suis surpris de le voir apparaître dans

https://www.registro-publico.gob.pa/scripts/nwwisapi.dll/conweb/MESAMENU?TODO=SHOW&ID=116686

GOJUSA CORP. ( PANAMA ? )

PRESIDENTE ANDRE POLLAK
TESORERO MICHEL RELECOM
SECRETARIO MARIO BENBASSAT

et dans

https://www.registro-publico.gob.pa/scripts/nwwisapi.dll/conweb/MESAMENU?TODO=SHOW&ID=68607

GAMIPAR INC. ( PANAMA ? )

PRESIDENTE MICHEL RELECOM
VICE-PRESIDENTE MUARICE LASOEN
TESORERO ALBERT JEAN-NICOLAS TUMMERS
SECRETARIO MUARICE LASOEN

S'agit-il bien de la même personne ? Pourquoi le Panama ?

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 14 Fév 2012 - 21:22


http://trends.knack.be/economie/nieuws/bedrijven/red-house-haalt-unibra-van-de-beurs/article-1194819270853.htm

Red House haalt Unibra van de beurs

vrijdag 17 september 2010 om 09u56

Eerst Out of Africa, nu weg van de beurs. Hoofdaandeelhouder Red House doet een uitkoopbod op de resterende aandelen van de beursgenoteerde holding Unibra. Maar wie en wat schuilt achter het discrete en bizarre vehikel Unibra?

(...)

Maar Unibra bleef. Met de eigenaarfamilie. Die schuilt in Red House. Die naam spettert alvast meer dan Unibra. En spettert zeker meer dan de erg discrete familie. Moederweduwe Marie-Thérèse Bordot-Lacroix (in het jaarverslag staat ze als Maïté Relecom). Met thuisadres in de gekende wintersportplaats Verbier in Zwitserland. Ook haar 28-jarige zoon Thibault woont er. De 31-jarige dochter Bérangère Relecom heeft twee stekjes. Beurtelings in Sint-Genesius-Rode en op het eiland Mauritius.

De troonopvolger loopt zich warm

Thibault, geboren in Chicago, loopt zich warm en voelt zich blijkbaar lekker voor de troonopvolging van vader Michel. Want die startte Unibra in het koloniale verleden. In 1960 ging de onderneming naar de beurs. Met vier brouwerijen in Congo. Jarenlang was Unibra marktleider in de voormalige kolonie. Stichter/bezieler/entrepreneur Michel Relecom was iemand die tot in de hoogste regionen _ lees: president Mobutu _ zijn netwerkvrienden sprokkelde. Maar met de brouwerijen ging het zoals met de ex-kolonie. In verval. De laatste activiteit in Congo werd verkocht in 1996.

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 15 Fév 2012 - 15:43


Il est brièvement question de Michel RELECOM dans le livre "Les trois défis du Burundi ..." de Marcel Niemegeers (1995) ... L'auteur écrit :

" J'étais devenu délégué de la CCBA (Chambre de Commerce Belgo-Africaine) fondée à Bruxelles, sous la présidence de Michel RELECOM, président d' UNIBRA, et qui développait des relations d'affaires entre la Belgique et la plupart des pays Afrique francophone (aujourd'hui la CCBA est devenue la CBL-ACP comprenant aussi les Caraïbes et le Pacifique). "

Petit rappel : les ex-gendarmes katangais à Kolwezi, c'était en 1977 - 1978 ... Mobutu a été sauvé par Giscard d'Estaing.

Dans la littérature, on apprend que les brasseries que Michel RELECOM a fusionnées faisaient auparavant partie du groupe du baron Empain.

Michel RELECOM était proche de Paul Vanden Boeynants et de Leo Tindemans. Il avait aussi des liens avec COBEPA.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 15 Fév 2012 - 16:56



http://firestarter1987.posterous.com/post/1108395456


(...) Het begon allemaal met bier in het toenmalige Belgisch Congo. Michel Relecom was in 1958 in dienst getreden van de Belgische industriële groep rond baron Empain. Hij bracht de vier Congolese brouwerijen van die groep samen in een nieuw bedrijf, Unibra, dat hij in 1960 naar de beurs bracht, kort voor de onafhankelijkheid van Congo. Uiteindelijk verkocht Empain zijn resterende 30 procent van de aandelen en haalde Relecom een pak Zaïrese aandeelhouders aan boord. Unibra, dat zich uitbreidde richting limonades, koekjes en landbouw, groeide op een bepaald moment uit tot de grootste privéwerkgever van Zaïre. Het marktaandeel in bier beliep ruim 60 procent. Maar na de plotse dood van Michel Relecom, die bij zijn zaken steeds kon terugvallen op een uitgebreid politiek en zakelijk netwerk - hij had lange tijd goede banden met president Mobutu, onderhield een nauwe relatie met onder anderen Leo Tindemans en Paul Vanden Boeynants, had bestuurszitjes bij onder meer Copeba en was voorzitter van de Belgisch-Afrikaanse kamer van koophandel -, veranderden de zaken snel. De problemen in het toenmalige Zaïre stapelden zich op, mensen hadden geen geld meer om goederen, laat staan bier, te kopen. Unibra kreeg klappen.

In 1996 werden de brouwerijen in Zaïre verkocht. Daarna slonk geleidelijk de interesse om als consumentengoederenbedrijf in Afrika actief te zijn. Steeds meer ging Unibra zijn vermogen aanwenden om te investeren in vastgoed en participaties.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 15 Fév 2012 - 17:03



A lire également :

http://archives.lesoir.be/la-justice-decortique-les-affaires-de-willermain-le-che_t-19890915-Z01ZH2.html

LA JUSTICE DECORTIQUE LES AFFAIRES DE WILLERMAIN , LE CHEF DE CABINET ARRETE

GUILLAUME,ALAIN; DEPAS,GUY

Page 1;7

Vendredi 15 septembre 1989

(...)

Robert Willermain retrouve ses amours africaines et les habitudes de grand courtier qu'il avait contractées au début de sa carrière, sous l'égide de Cobepa. Mais les bénéfices de Cecoforma fondent rapidement... En notes de frais, accusent ses détracteurs. Et la société, reprise en main par son directeur général, Jacques Chabot, échevin socialiste à Waremme, ne peut éviter la demi-culbute. Frisant la faillite, elle est tout récemment renflouée par le budget wallon, seule échappatoire pour l'exécutif qui la cède avec soulagement à des intérêts privés liégeois...

Président de l'asbl «Perspectives du Brabant wallon», Robert Willermain met son dynamisme incontestable au service d'ambitions politiques locales auxquelles il n'a jamais tout à fait renoncé. Il est encore vice-président de la Chambre de commerce belgo-africaine aux côtés de son actuel beau-frère, M. Relecom. Un beau-frère qu'il s'est d'ailleurs efforcé, mais en vain, d'asseoir dans un siège éjectable voici quelques mois sous prétexte de revitaliser l'organisation par une transfusion de sang neuf... Le sien, bien sûr. Anecdote: c'est en l'absence de M. Relecom, en mission à l'étranger, qu'a eu lieu cette tentative de putch...

(...)



Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 15 Fév 2012 - 17:10



http://archives.lesoir.be/une-nouvelle-affaire-de-fuites-diplomatiques-un-lobby-p_t-19971001-Z0E99L.html

UNE NOUVELLE AFFAIRE DE FUITES DIPLOMATIQUES (...) UN LOBBY PRO-MOBUTU QUI A MAL TOURNE, L'EPOPEE DES TELEX VOLES (I)

BRAECKMAN,COLETTE

Page 8

Mercredi 1er octobre 1997

(...) «MAXO» CAHEN

D'où provenaient ces télex ? Ils auraient pu s'être envolés de l'un ou l'autre parti politique, d'une ambassade, des Affaires étrangères elles-mêmes. Mais à l'époque, l'attention se porta sur un allié de circonstance de Christian Tavernier, qui depuis 1995 s'était attelé à la noble tâche de remettre Mobutu en selle. Il s'agissait de Max-Olivier Cahen, fils de l'ambassadeur de Belgique à Paris et ami de longue date du président Mobutu. Non sans courage, au lendemain de la mort du président zaïrois, M. Cahen confiait à la «Libre Belgique» toute l'admiration et l'affection qu'il avait longtemps nourri pour le Guide. Ces liens trouvent leurs racines au début des années 60 lorsqu'à Kinshasa un jeune diplomate appelé Cahen découvre un jeune militaire plein d'avenir, Joseph Désiré Mobutu.

Ancien boxeur, féru de cinéma, joli garçon n'hésitant pas à parier sur sa jeunesse et sur son charme, lancé dans la vie et dans le monde africain par son père, «Maxo» avait fondé en 1994, avec le soutien financier du président gabonais Bongo (600.000 dollars) une Fondation pour l'Afrique. Celle-ci était chargée d'organiser des rencontres, des conférences visant à redorer l'image de certains chefs d'Etats africains. Le premier bénéficiaire devait être le président Mobutu, à l'occasion d'un dîner-débat qui se tint au Hilton en mars 1994 et auquel assista le gratin belgo-zaïrois (feu Michel Relecom, les dirigeants de la Belgolaise, etc.).

LA TROISIÈME VOIE

Le véritable but de l'opération était de préparer l'ouverture de la troisième voie, symbolisée par Kengo wa Dondo, soutenu par Mgr Monsengwo et qui devait permettre à un Mobutu assagi, doté d'une confortable liste civile, de préparer tranquillement les prochaines élections. Cette «voie», soutenue jusqu'au bout par les Français, qui devait se concrétiser l'été suivant lorsqu'à la faveur du génocide rwandais et de l'exode de réfugiés sur Goma, Kengo prêta serment comme Premier ministre et Mobutu fut présenté comme «incontournable».

Cette action de lobbyiste, et ses liens familiaux avec Mobutu (le Guide était son parrain, de même que Nguza Karl I Bond, Marcel Lihau et Justin Bomboko) devaient faire porter sur Max Olivier Cahen les soupçons de vol de télex, sans doute dans l'ambassade de son père, à laquelle il avait libre accès.

Par la suite, début 1997, Max-Olivier Cahen, décidément éclectique, devait se rendre à Goma en compagnie du colonel Mallants, y rencontrer les dirigeants de l'Alliance. Pour leur proposer ses services, ou pour informer Mobutu ? Le fils de l'ambassadeur assure en tout cas que le «Guide» était au courant de sa démarche. Par la suite, «Maxo» devait aussi introduire Mallants et le neveu de Kabila, Gaëtan Kakudji, dans les réseaux africains de Paris...

Quant aux vols de télex, l'affaire aurait été classée sans suite, sinon enterrée à la belge, si de nouvelles révélations n'étaient apparues en 1997.

Voici plusieurs semaines en effet, «Le Soir Illustré» et «Le Soir» reçurent un étrange envoi : un informateur anonyme leur faisait parvenir un lot de documents établissant que Max-Olivier Cahen avait, durant toutes ses années, entretenu des relations au plus haut niveau, tant en France qu'aux Etats-Unis, jusque dans l'entourage de Bill Clinton. L'affaire pourrait donc rebondir au niveau de la fameuse «troïka» occidentale, qui était minée par des réseaux parallèles, tissés depuis trente ans entre Kinshasa, Bruxelles, Paris et les Etats-Unis.

COLETTE BRAECKMAN



Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 15 Fév 2012 - 21:25



Dans la revue " Courrier hebdomadaire " du CRISP, numéros 681 à 694 :

M. Jean-Marie Josi siège aussi, en qualité de vice-président, au conseil d'administration de la S.A. Société belge d'imprimerie "Sobeli" (capital : FB 6 660 000), à Bruxelles, qui édite un autre quotidien d'information financière et boursière, "Le Courrier de la Bourse et de la Banque". Le conseil d'administration de Sobeli, présidé par M. Michel Relecom, comprend MM. J.-M. Josi, vice-président, René Robert, administrateur délégué ...

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 15 Fév 2012 - 21:54




Dans la revue " Courrier hebdomadaire " du CRISP, numéros 986 à 996 (1983) :

Michel Relecom (administrateur de Cobepa, président d'Unibra)

_ _ _


http://archives.lesoir.be/les-multiples-crises-du-groupe-gib-le-premier-distribut_t-19951117-Z0A9XW.html

LES MULTIPLES CRISES DU GROUPE GIB LE PREMIER DISTRIBUTEUR BELGE: UN GRAND BAZAR BRICOLAGE: LE REVE AMERICAIN BRISE

BERNS,DOMINIQUE; CHARLET,MARC; WOUTERS,JEAN

Page 2;5

Vendredi 17 novembre 1995

(...)

CRISE DE L'ACTIONNARIAT

Quand les bénéfices débordent, pas de problème. Les actionnaires, de quelqu'horizon qu'ils viennent, filent le parfait amour. Mais lorsque les pertes se renouvellent, le cours de l'action chute. Or, à 1.320 F, l'action GIB est aujourd'hui au même niveau qu'il y a huit ans. Pas vraiment de quoi réjouir les actionnaires. Au premier rang desquels on trouve, avec 17 % du capital, le holding Cobepa, lui-même contrôlé par les Français de Paribas. Suivent, avec 14 %, les groupes familiaux, c'est-à-dire, primo, les descendants de François Vaxelaire, l'ancien patron décédé en 1990, deuxio, les descendants de son frère Raymond et, tertio, ceux d'Yves du Monceau de Bergendael, époux de Rainy Vaxelaire, la soeur de Raymond et François. Les autres actionnaires de taille sont le fonds de pension du groupe (3,9 %) et la Sofina, le holding contrôlé par la famille Boël (3,2 %). Le reste des titres est disséminé entre les investisseurs institutionnels (sicav, compagnies d'assurance, fonds de pension, fondations, etc: au total 13,5 %) et le grand public (environ 50 %).

Depuis que Cobepa s'est installé au premier rang (début 92) et que le cours de l'action se traîne, la belle unanimité a fait place à la zizanie. On ne s'oppose pas seulement à propos des plans de restructuration, mais on s'interroge sur le «leadership» du groupe. Intronisé par François Vaxelaire, qui y avait notamment vu un moyen de resserrer les rangs du clan familial, Diego du Monceau, administrateur délégué depuis 1988 (lire son portrait ci-dessous) est régulièrement contesté au sein du conseil d'administration par certains actionnaires non familiaux. Yves Boël, qui ne l'a jamais vraiment soutenu et qui avait un moment projeté de le faire doubler par John Goossens, l'actuel patron de Belgacom et à l'époque époux d'Anita Vaxelaire, ne serait plus aujourd'hui isolé dans «l'opposition». Du côté de Cobepa (dont GIB est la principale participation) et de sa maison mère Paribas, on commencerait aussi à rechigner. Certes, même à un cours bloqué, l'acquisition des actions GIB reste toujours une bonne affaire. Mais à Paris, on pourrait finir par se lasser des promesses non tenues...

Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 15 Fév 2012 - 21:55

Cahen > dossier Atlas
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 15 Fév 2012 - 21:55

Cahen > dossier Atlas
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Jeu 16 Fév 2012 - 5:41



Sur Alfred Cahen, voir notamment :

http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t2275p15-l-organisation

http://www.uitpers.be/artikel_view.php?id=258

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Ven 17 Fév 2012 - 22:20


Il est un peu étonnant de voir le nom de Michel RELECOM apparaître dans le journal officiel de la république du Nicaragua :

La Gaceta

Managua, 10 mars 1975 - n° 58

Reg. No. 4409 — B/U 844004 — Valor <£ 45.00

Michel Relecom, domiciliada Kinshasa Bélgica,

mediante apoderado, solicita registro marca fábrica :

RELSKA

Clases: 48, 50, 5a y 52.

Opónganse.

Ríigiatro Propiedad Industrial — Managua,
D. N., 19 de Julio,; 1974.

_ _ _


Ceci est daté de 1975, quand le clan Somoza était au pouvoir (1956 - 1979) avant d'être renversé par le front sandiniste.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Sam 18 Fév 2012 - 9:46



Il pourrait être intéressant de se pencher sur les volumes de FRUS (notamment ceux relatifs à l'Afrique) sur le site internet de la University of Wisconsin Library

http://library.wisc.edu/#books

On peut y télécharger des PDF dans la forme d'origine.

Par ailleurs, sur le Nicaragua et sur Somoza, voir

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicaragua

http://en.wikipedia.org/wiki/Anastasio_Somoza_Garc%C3%ADa

Il semblerait donc que Relecom ait essayé d'obtenir une licence du gouvernement somoziste ou un contrat pour fabriquer de la vodka RELSKA. A-t-il reçu une réponse négative ? (Opónganse = subjonctif de "s'opposer", bien que je ne sois pas sûr de la signification de ce verbe dans ce contexte ).

Si il faisait des affaires avec les Somoza, on comprend d'autant mieux son soutien à la politique étrangère de Reagan dans cette région après la victoire des révolutionnaires...

Il est possible qu'il ait été incité à investir au Nicaragua par ses associés ou amis du patronat américain.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Sam 18 Fév 2012 - 10:43


Selon un ami :

'Opposition' = un tiers s'est opposé à l'enregistrement, p.e. parce que la marque ressemble à sa marque plus ancienne.


A voir aussi (Panama)

https://www.registro-publico.gob.pa/scripts/nwwisapi.dll/conweb/MESAMENU?TODO=SHOW&ID=116686

GOJUSA CORP. ( PANAMA ? )

PRESIDENTE ANDRE POLLAK
TESORERO MICHEL RELECOM
SECRETARIO MARIO BENBASSAT

et dans

https://www.registro-publico.gob.pa/scripts/nwwisapi.dll/conweb/MESAMENU?TODO=SHOW&ID=68607

GAMIPAR INC. ( PANAMA ? )

PRESIDENTE MICHEL RELECOM
VICE-PRESIDENTE MUARICE LASOEN
TESORERO ALBERT JEAN-NICOLAS TUMMERS
SECRETARIO MUARICE LASOEN

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Sam 18 Fév 2012 - 21:30


Pour information :

http://www.confrerie-vindecahors.fr/chapitres/1990-1999.html

Chapitre Exportation en Belgique (Bruxelles)

Le mardi 5 Novembre de l'An de Grâce 1991, au CERCLE des NATIONS, nous intronisons :


ALBERGE Michel, Directeur Général LMC - Bruxelles
ANDRIES Marcel, Négociant en vins - Begejnendijk
BOCAUX Philippe, Administrateur délégué de la SA LOUISA - Carnières
BOSCHMAN Eric, Sommelier "La Manufacture" - Bruxelles
BOUTSEN Patricia - Kester - Monaco
BOUTSEN Thierry, Coureur automobile - Kester - Monaco
BRACHOT Isy, Galerie d'Art - Bruxelles
BRATKOWSKI Waldimir, Importateur Secteur Vin, Etablissement CHACALLI DE DECKER - Wommelgem
BREDAL Jacques, Rédacteur en chef R.T.B.F. - Bruxelles
CAMBRELIN Michel, Directeur Communication de LMC - Bruxelles
CAVENS Jan Eric, Négociant en vins - Anvers
CHALE Ado, Artiste Sculpteur de renommée internationale - Bruxelles
DEGHAYE Yvon, Professeur à l'école d'Hôtellerie de Liège-Lonsin
DELATTRE Michel, Négociant en vins à Bruxelles
DELHALLE Michel, Négociant en vins à Liège
DESMEDT Franc, Sommelier, Restaurateur - Waregem
D'KINDT Elisabeth, Administrateur, Gérante du Cirque Royal - Bruxelles
DOCKS Jean-Paul, Acheteur pour GIB à Bruxelles
DUPORT Nicolas, Attaché agricole à l'Ambassade de France - Bruxelles
EECKHOUT Raph, Président National du Vlaamse Winje Guilde - Ardooie
GIGANTELLI André�, Responsable des Achats vins pour GIB - Bruxelles
GOL Jean, Ministre - Beaufays
HAVAUX Louis, Rédacteur en chef : Revue Belge des Vins et Spiritueux - Nivelles
JACOMAIN André, Architecte - Genval
LAMY André, Artiste comique - Paris
LE COURT Maxim (de), Négociant en vins chez CINOCO (Bruxelles)
LEMAHIEU José, Sommelier "Hôtel Régina" - Ieper
MAGNIN Claude, Restaurateur - Erch sur Alzette (Luxembourg)
MAMPAEY Michel, Négociant en vins - Groot Bijgaarden
MEERT Benoît, Sommelier "La Truffe Noire" - Bruxelles
MUFF Georges, Directeur de l'Auberge de Boendal - Bruxelles
REDON Gérard, Sommelier - Ohain
RELECOM Michel, Administrateur de Sociétés - Bruxelles
STOBBELEIR Marcel (de), Négociant en vins - Alost
STRELLI Olivier, Styliste - Paris-Bruxelles
TEERLINCK Wilfried, Négociant en vins - Mechelen
THIRY Jacques, Sart Dames - Avelines
TRICOT Franz, Négociant en vins - Zoning De Jumet
VANHAM Michel, Commissaire Priseur - Bruxelles
VASTAPANE Aldo, Administrateur de Sociétés - Le Roeulx
VICINI Pierre, Sommelier - Bruxelles


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 21 Fév 2012 - 9:01

Pour en revenir à la correspondance entre Michel Relecom et Ronald Reagan, l'ambassadeur qui a servi de facteur était Charles H. Price II (1981 -1983).

J'aurais pensé à Geoffrey Swaebe (1983 - 1988) qui était un voisin et un intime de Ronald Reagan :

"Geoffrey was a reputed member of President Reagan's old kitchen cabinet from California, along with Judge Clark, Charlie Wick and others. (...) His background was as a department store executive, and he was successful at that and quite wealthy.

On peut noter que Geoffrey Swaebe était à la direction de grands magasins. Les couples Reagan, Swaebe et Wick passaient les réveillons ensemble.

(voir le fil de discussion sur Geoffrey Swaebe).

Cependant, il apparaît ci-dessous que Charles Price II était aussi proche de Ronald Reagan. Il venait également du monde des affaires : assurances et banques ...

http://memory.loc.gov

Notes : les négociations MBFR = négociations sur la réduction mutuelle et l'équilibre des forces en Europe ; engagées dès 1973 entre le Pacte de Varsovie et l'OTAN, elles ont abouti à la signature en 1990 d'un important accord de désarmement des Forces armées conventionnelles en Europe.
Par ailleurs, DCM = Deputy Chief of Mission
http://en.wikipedia.org/wiki/Deputy_Chief_of_Mission


Interview with Edward L. Killham

(...)

But I was only there a year or so. Then I went to Brussels, where I was DCM for three years.

Q: Before going on to the Brussels experience, MBFR seemed to go on interminably, years and years and years. The initial hopes for it was more or less dashed, killed during the Gorbachev era. Do you have any comments to make about that?

KILLHAM: Well, it was still fairly interesting. The end of my stay there was in December 1979. That was after the Soviets had broken off negotiations on SALT and other bilateral items because they were furious over Allied implementation of INF--Intermediate range missiles in Europe. But it was clear that they intended to focus a fair amount of attention on MBFR, simply as a fall back. And it looked at that point as thought we might be able to get some kind of worthwhile agreement there. However, that petered out too. Eventually the Soviets got back on board with bilateral disarmament talks, such as START and the INF negotiations. Again it was the question of right timing. The situation just simply wasn't ripe before the Gorbachev changes. It was useful, I thought, to keep in touch in MBFR. This was aggressive patrolling, in military terms. We were certainly very close to a lot of people on the Eastern side and we got to know both their official and personal positions.

Incidentally, one of my former colleagues, antagonists, or whatever you want to call it, was on the Polish delegation. Adam Rotfeld's personal history was a remarkable one. Born a Jew, he never knew about his ancestry until after the war, when the Catholic couple who raised him told him about it. I was at Stockholm last year and went out to SIPRI to have a chat and who was there but my Polish friend, Rotfeld, who is now working for SIPRI. He is also working with John Moroz' group, in New York.

Q: Oh, yes. I have worked for them too. Well, why don't we go on to your period in Brussels. This was what year?

KILLHAM: This was from December 1979 to the autumn of 1982.

Q: You were Deputy Chief of Mission. Who was the Ambassador?

KILLHAM: At first it was Mrs. Anne Cox Chambers, who had been appointed by President Carter. She left immediately after the 1980 elections, departing early in January the following year. We didn't get a new ambassador until June or July, so I was Chargé for five or six months.

Q: That is always interesting.

KILLHAM: Yes, it was fascinating. The new ambassador was Charles Price II, with whom I worked for about a year. Shortly after I left he went on to be Ambassador in London.

Q: What was his background?

KILLHAM: He was a businessman. He was into a number of different things...insurance and banking. His family had owned a couple of companies and he moved in to manage them. He was a good manager.

Q: I would have thought so if he went on to London.

KILLHAM: Yes. He was very close to the President. As a matter of fact his wife, who was a very outspoken lady on occasion, commented several times that he, Charlie, knew Ron a lot better than this guy who was in London. She wanted London and eventually got it. She generally got what she wanted.

I went from there to Madrid to serve as Max Kampelman's deputy on the U.S. Delegation at the CSCE conference, that is, the second half of the Madrid CSCE meeting.

Q: Any observations about your tour in Brussels as DCM, which obviously was a big job?

KILLHAM: The most important thing we were doing during the time I was there was trying to get the Belgians into line on the INF missiles. They were waffling to some extent. I was confident that eventually they would do it, but there were a lot of difficulties. To be fair, however, the government did have genuine political problems.

Q: Was my namesake, Martens, already Prime Minister?

KILLHAM: Well, he was the once and future Prime Minister frequently. He is caretaker now and I am not sure whether this is the eighth or ninth time. But he is a very decent guy, very capable. I got to know him very well indeed, especially when I was Chargé, but even before then because we would get these rockets in the middle of the night from Washington, which had heard that the Belgians were backing out again. I would have to chase down the Prime Minister, which I did repeatedly. His assurances usually were that they hadn't made a decision yet, but not to worry about it too much. Somehow they would work it all out. He was a very capable politician.

Aside from running the Embassy, INF was my particular charge. Fortunately, I had a very good staff. It was a big job from the management point of view because the Embassy supplied administrative support for the other two missions--NATO and the European Communities. So we have an enormous administrative structure there, which is part of the Embassy.

That was my third time in Brussels and by that time I was pretty well up on Belgium's complicated linguistic affairs. But I did manage, I think, to stay out of the political section's hair as much as I could, except for the missiles.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mar 21 Fév 2012 - 9:24


L'ambassadeur Charles Price II est récemment décédé :

http://www.nytimes.com/2012/01/17/world/europe/charles-h-price-ii-ambassador-to-britain-dies-at-80.html

Charles H. Price II, Ambassador to Britain, Dies at 80

By DAVID KOCIENIEWSKI

Published: January 16, 2012

Charles H. Price II, a former United States ambassador to Britain who helped sustain warm relations between President Ronald Reagan and Prime Minister Margaret Thatcher, died on Thursday at his home in Indian Wells, Calif. He was 80.

Mr. Price took over as ambassador to the Court of St. James’s in November 1983, a moment of unease between the two nations. Mrs. Thatcher was upset because she had not been notified before the United States invasion of Grenada the previous month, and many British elected officials opposed a plan to station American cruise missiles in Britain.

During his five years as ambassador, Mr. Price participated in talks between the British and the Irish Republican Army and helped Mrs. Thatcher defuse protests after the United States used British bases to carry out attacks on Libya in 1986. He also deployed his sense of humor and Midwestern humility to try easing the anti-American sentiment that Reagan’s policies had stoked among many Britons: he hosted elaborate receptions for members of government and the royal family, became a familiar face on television news and talk shows and, on occasion, made widely publicized visits to pubs to hear the viewpoints of working-class citizens.

When a terrorist bomb brought down Pan Am Flight 103 over Lockerbie, Scotland, in December 1988, killing all 259 people aboard, Mr. Price and his wife were at the scene within hours. He later accompanied Mrs. Thatcher during a tour of the wreckage and was praised for the compassion he showed for Lockerbie residents, 11 of whom were killed by falling debris.

Shortly before Mr. Price left his post in 1989, The Times of London hailed him as “the most energetic, engaging and popular American ambassador in many years.”

Mr. Price was involved in a variety of philanthropic causes and was active on an assortment of corporate boards, including those of Texaco, British Airways, Hansen P.L.C. and Sprint. He was named to the board of The New York Times Company in 1989 and served until 2002.

Charles Harry Price II was born in Kansas City, Mo., on April 1, 1931. He earned an M.B.A. at the University of Missouri and, after serving in the Air Force from 1953 to 1955, took a job at Price Candy, a confection company founded by his father. He became chairman of Price Candy in 1969 and operated it until it was sold in 1982. Mr. Price was also chairman and chief executive of American Bank and Trust Company of Kansas City from 1973 to 1981.

Mr. Price met Reagan in the early 1970s, his wife said, and the couple held several receptions on his behalf during the 1976 Republican National Convention in Kansas City. Mr. Price helped raise money for Reagan’s 1980 presidential run and in 1981 was named ambassador to Belgium, where he served until his appointment to Britain.

After leaving the diplomatic world Mr. Price returned to banking, as chief executive of AmeriBanc, and led the company through its merger with Mercantile Bancorporation. He retired from the chairmanship of Mercantile Bank of Kansas City and Mercantile Bank of Kansas in 1996.

In addition to his wife, he is survived by their son, Charles III; his stepdaughters, Caroline McCallister and Melissa Carlson; two children from a previous marriage, Charles Blair Price and Pickette Price; and eight grandchildren.

_ _ _

Voir aussi :

http://en.wikipedia.org/wiki/Charles_H._Price_II

http://www.latimes.com/news/obituaries/la-me-charles-price-20120115,0,715254.story

(...)

In the 1970s, he met Reagan at a New Year's Eve party thrown by publishing magnate Walter Annenberg and his wife, Lee.

"What clicked the most between my husband and Ronald Reagan was their sense of humor," Price's wife, Carol, told the Kansas City Star in 2004.

When Reagan offered to make his fellow Republican an ambassador, Price later recalled, he thought, "If I'm going to undertake an adventure, this was probably a good time."

In a statement released Friday, former First Lady Nancy Reagan called the Prices close friends who were "extraordinary" hosts when the Reagans traveled to England on state visits. She said she would "miss Charlie's good humor, his generosity and great stories."

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 22 Fév 2012 - 20:52


Sur un site de généalogie ... (à vérifier) :

http://users.telenet.be/familytree/Registerboek_Van_Releghem_Relecom.htm

Jacques Théophile Charles Léon Relecom 14.04.1904, Gent (B), beroep: Ingenieur Geologie., X (1) 28.07.1932, Elisabeth Dupont 02.07.1912, X (2) 09.04.1953, Cécile Alexandra Marie Ernestine Dessy 02.10.1918,
Jacques overleden 19.02.1964, Eschweiler (D). ( Directeur van verschillende Congolese Firmas ) ( Geological Ingeneer ) Cécile: ( P van Pauline ).

Kinderen bij Elisabeth Dupont:

+ 649. i Michel Marie Leon Alfred Relecom 15.05.1934.

Kinderen bij Cécile Alexandra Marie Ernestine Dessy:

650. ii Fabienne Relecom 05.08.1954, Brussel (B), beroep: Consultante,
X (1) Jean Keusters , X (2) Robert Willermain ( 2 kinderen Nicolas en Fabian ).


_____


Jacques RELECOM 1904-1964 fils de Léon RELECOM et Gabrielle LECLERCQ

Titre Les industries minières
Auteur Jacques Relecom
Publié 1940
Longueur 12 pages

_____

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 22 Fév 2012 - 21:04



http://digicoll.library.wisc.edu/cgi-bin/EcoNatRes/EcoNatRes-idx?type=turn&entity=EcoNatRes.MinYB1940.p0693&id=EcoNatRes.MinYB1940&isize=text

Belgian Congo.—According to a report by Jacques Relecom submitted before the National Colonial Congress at Brussels in April 1940, the Congo is likely rapidly to reach an annual output of 30,000 tons of metallic tin.


_ _ _


A voir :

https://sites.google.com/site/royalleopoldclubtennis/Home/leo-tennis-en-un-click/palmares-1

RESULTATS DES MEMBRES DU ROYAL LEOPOLD CLUB

Championnats de Belgique

Simples Messieurs Deuxième Série


1921

Paul-Henry Spaak


1923

Jacques Relecom


Peut-on en déduire que Paul-Henry Spaak connaissait bien Jacques Relecom, le père de Michel Relecom ?



Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Mer 22 Fév 2012 - 21:13

A voir (et à écouter) également :

http://historytools.net/findingaid/nixon/065-1-1

Date:
Nov 27, 1962 (All day)

Participants:
President John F. Kennedy, Paul-Henri Spaak, Minister of Foreign Affairs of Belgium, Douglas MacArthur II, Ambassador to Belgium. Other attendees included Robert Rothschild, Viscount Etienne Davignon, Private Secretary to Minister Spaak, Count Jean d'Ursel, Counselor of the Belgian Embassy, George McGhee, Under Secretary of State for Political Affairs, Adlai Stevenson, U.S. Representative to the United Nations, Arthur Schlesinger, Jr., Special Assistant to the President, Ralph Dungan, Special Assistant to the President, G. Mennen Williams, Asst. Secretary for African Affairs, Harlan Cleveland, Asst. Secrectary for International Organiztion Affairs, William Burdett, Deputy Asst. Secretary for European Affairs, Edmond Glenn, Interpreter, Alec Toumayan, Interpreter.

Topic/s:

EUROPE

Download Audio Files:
MP3
FLAC
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Jeu 23 Fév 2012 - 6:32



Pour information ...

Jacques Relecom, de Bruxelles, a eu un diplôme en "hydraulic engineering" au "California Institute of Technology" aux environs de 1925.

Voir aussi :

http://caltechcampuspubs.library.caltech.edu/69/1/dec1925.pdf
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Jeu 23 Fév 2012 - 6:39


Pour être précis :

http://caltechcampuspubs.library.caltech.edu/69/1/dec1925.pdf

page 191 du document :

ROSTER OF STUDENTS
GRADUATE STUDENTS-Continued

RELECOM, JACQUES THEOPHILE C.Eng. Brussels, Belgium
C.M.E., University of Brussels, 1925
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Jeu 23 Fév 2012 - 14:59



Les enfants de Michel Relecom sont nés aux USA ... à Chicago, en 1979 et en 1982 ...

Voir la page 23 de

http://www.cbfa.be/files/pros/opa/2011-(408)-FR-OPA20101199-A18-B01-C01-NP-CD01_02.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michel RELECOM   Aujourd'hui à 5:03

Revenir en haut Aller en bas
 
Michel RELECOM
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Appel aux Témoins du 5 Novembre 1990 par Michel (responsable de cette rubrique)
» NEUVAINE A SAINT MICHEL ET AUX NEUF CHOEURS DES ANGES
» Michel et Augustin : 100% oeufs de batterie ! & Action !
» Anniversaire Jean Michel
» Archange Michel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Autres-
Sauter vers: