les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 schéma de Michel Libert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 14 ... 25  Suivant
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Dim 18 Mar 2012 - 0:13


@dim

Nous avons en fait parlé de la même personne :

http://archives.lesoir.be/il-etait-le-pere-du-cbbd-deces-de-l-echevin-ixellois-je_t-19960824-Z0CHW4.html

IL ETAIT LE PERE DU CBBD DECES DE L'ECHEVIN IXELLOIS JEAN BREYDEL DE GROENINGHE

BOURTON,WILLIAM

Page 32

Samedi 24 août 1996

Vendredi matin, Jean Breydel de Groeninghe a été froudroyé par une crise cardiaque, dans sa résidence d'Anthisnes, dans le Condroz liégeois. Il était âgé de 52 ans, marié et père de trois enfants.

La carrière de Jean Breydel (il demandait volontiers que l'on «oublie» sa particule) était déjà bien remplie avant qu'il accède au poste d'échevin de la Culture et de l'Information ixelloises. Il restera en effet, avant tout, comme le père du Centre belge de la bande dessinée (le CBBD) de la rue des Sables.

Architecte diplômé de l'Académie royale des Beaux-Arts de la ville de Bruxelles, responsable du département «Patrimoine architectural» à la Commission communautaire française (Cocof), vice-président de l'ASBL Quartier des Arts, membre du comité organisateur des Journées du patrimoine, administrateur de l'Iselp et de la Fondation pour l'architecture..., il réussit à convaincre le ministre Louis Olivier de racheter les anciens grands magasins Waucquez, dessinés par Victor Horta en 1903 et à l'abandon depuis 20 ans. C'était au début des années 80.

- J'ai visité Waucquez, totalement vide et, dès ce moment, j'ai pensé à associer la BD et Horta, nous expliquait-il il y a quelques années. Horta était abandonné et la BD foutait le camp à Angoulême. Il fallait les rassembler pour les ressusciter. L'opportunité s'est présentée en 1983, quand j'ai eu à m'occuper du patrimoine architectural à la Commission française de la culture (ancêtre de la Cocof, NDLR). J'ai fait publier un «livre blanc» du patrimoine, qui comprenait une étude de la réaffectation de Waucquez... Louis Olivier finit par racheter les lieux pour la somme ridicule de 24 millions. Trois ans plus tard, la rénovation commençait. Pour 128 millions, la Régie des bâtiments de l'Etat en a fait un écrin magnifique pour les bijoux belges de la BD !

Le nom de Jean Breydel fut également étroitement associé à un autre sanctuaire fort couru des visiteurs : le Centre mondial de l'automobile (l'Autoworld), au Cinquantenaire, dont il fut créateur et administrateur.

Politiquement, Jean Breydel de Groeninghe se définissait comme un Belgicain. Unitariste convaincu, il milita longtemps dans les rangs du PSC, où il fut notamment trésorier du Cepic. C'est là, au début des années 70, qu'il fit la connaissance du jeune Yves de Jonghe d'Ardoye, qui, des années plus tard, allait devenir «son» bourgmestre.

- Je connaissais Jean Breydel depuis l'âge de 16 ans, nous confirmait Yves de Jonghe, hier, depuis son lieu de vacances. A l'époque, il m'a présenté à VDB, alors au sommet de sa carrière. C'est grâce à lui que je suis entré en politique, au sein du PSC. Jean Breydel a quitté la famille sociale-chrétienne pour le PRL avant moi. Aux élections communales de 1988, je lui ai «renvoyé l'ascenseur», en me battant pour qu'il se retrouve en ordre utile sur la liste du bourgmestre Demuyter. Six ans plus tard, j'ai milité pour qu'il devienne échevin.

En quelques mois, Jean Breydel avait presque réussi à faire oublier son illustre prédécesseur, Georges Mundeleer. Il se distingua en faisant acheter quelques oeuvres de choix pour le musée communal («Le portrait d'Albert Devis», de Henri Evenepoel), en parachevant les travaux de modernisation du lieu et, surtout, en engageant un cicérone, historien de l'art, afin de sensibiliser les enfants des écoles ixelloises à l'art plastique.

- C'était un homme apparemment sévère et bourru, que l'on gagnait à connaître, conclut Jacques De Grave, bourgmestre ff, qui a fait mettre en berne tous les drapeau de la commune. Il était honnête, direct et avait énormément de bon sens. Il fut un excellent échevin.

Au moment où nous mettions sous presse, la famille n'avait pas fait connaître ses souhaits concernant les funérailles.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Lun 19 Mar 2012 - 10:13


Dans le schéma de Paul Latinus, il est mentionné :

Charles MAZY
" La Renaissance "

Une possibilité : un militaire envoyé au Congo vers 1960 portait ce nom

http://www.regiment-premier-guides.com/avant.htm

http://www.regiment-premier-guides.com/o_b.htm

mais son prénom était Georges.

Cependant, les liens vers les "mercenaires" seraient compréhensibles ...

Dans le schéma de Latinus, la place prise par ces "mercenaires" est importante ...


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Lun 19 Mar 2012 - 10:42


Voir aussi

http://golias-news.fr/article4910.html

http://cite-catholique.org/viewtopic.php?p=209943

Note : les règles de ce forum sont claires ... " Cet espace n'est pas un lieu de débat mais d'exposé de la religion chrétienne ; les messages de ce forum sont modérés a priori et les réponses hétérodoxes ne seront pas publiées. "

Revenir en haut Aller en bas
Shadow



Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 17/01/2008

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Lun 19 Mar 2012 - 13:12

HERVE a écrit:

Dans le schéma de Paul Latinus, il est mentionné :

Charles MAZY
" La Renaissance "

Une possibilité : un militaire envoyé au Congo vers 1960 portait ce nom

http://www.regiment-premier-guides.com/avant.htm

http://www.regiment-premier-guides.com/o_b.htm

mais son prénom était Georges.

Cependant, les liens vers les "mercenaires" seraient compréhensibles ...

Dans le schéma de Latinus, la place prise par ces "mercenaires" est importante ...

Hervé,

Ch. Mazy était effectivement mercenaire mais aussi le patron du Bistrot "La Renaissance" à deux pas de la grand-place.
Il y avait une salle à l'étage qui servait de salle de réunion, de projection et qui dans la fin des années 80 début 90 servait de permanence au FN de Feret. Certains soirs, La Renaissance était totalement dédiée aux anciens d'Afrique.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Lun 19 Mar 2012 - 15:24



Pour information sur le "mercenaire" Jean Schramme :

http://storiacontroversa.blogspot.com/2011/01/colonel-jean-schramme.html

COLONEL JEAN SCHRAMME:LE BATAILLON LEOPARD (souvenirs d' un Africain blanc)
CHAPITRE PREMIER: LE CONGO A DIX-HUIT ANS

ROBERT LAFFONT 1969

Bruges la Gothique, ma ville natale. Une enfance flamande et champêtre. A dix-huit ans, je deviens Africain.

D'abord, partir en brousse. La plantation de la Lindi. Une fabuleuse richesse au cœur du continent noir.

Portrait d'un vrai colon. Les feux de camp de la Force publique. Découverte du métier des armes. Stage dans les paras-commandos de Kamina.

Au cœur de l'Afrique, certains soirs de nostalgie, quand la chaleur humide monte de la brousse endormie, je pense à ma ville natale.

Il me suffit toujours de fermer les yeux pour la voir, avec ses canaux glauques et froids où glissent les cygnes, ses maisons de briques blanches sous les toits de tuiles usées par les nuages et les souvenirs, son beffroi fantastique où carillonnent des heures paisibles.

Bruges, ma ville. Bruges, toujours semblable à elle-même dans les matins brumeux, quand les quais, les ruelles, les ponts surgissent lentement de la nuit, inchangés à travers les âges. Vieille cité de la vieille Europe. Non, rien n'a bougé depuis les siècles d'or sur cette place du Bourg où les pavés sombres moutonnent et luisent sous la « drache[1] », entre l'hôtel de ville gothique et la basilique du Saint-Sang.

Aux jours de fêtes, les étendards frissonnent dans la brise. Nous sommes en Flandre. Des lions sombres avec des griffes gigantesques et des crinières sauvages, bondissent sur l'or des étamines qui, entre deux averses, prennent la couleur du soleil.

Mais mon animal symbolique, mon totem, ce n'est pas le lion. C'est le léopard.

Au Congo, aujourd'hui, tous m'appellent « le Léopard ».

C'est une longue histoire...

Comme toutes les histoires, elle commence dans une maison où s'éveille un enfant. Ma mère vit encore dans cette vaste demeure. La lumière du jour prend toutes les couleurs des vitraux et vient jouer sur les boiseries sombres des murs. Dehors, il fait gris; la brise de la mer, toute proche — une vingtaine de kilomètres, à peine — chasse de gros nuages qui virevoltent avec le vent tout autour du beffroi, comme de grosses mouettes sombres.

Un carillon... Mon père va bientôt rentrer. Il était avocat au barreau de Bruges et nous habitions rue Haute, tout près du palais de Justice. Les enfants l'entourent en riant.

Aujourd'hui, mon père est mort. La famille se trouve dispersée. Ma sœur vit à Paris, mariée avec un magistrat. Mes deux frères sont restés en Belgique. L'un est avocat et l'autre médecin.

Et moi? Je suis colonel, ne rêvant que de retourner au Congo. J'aime que dans ce terme de colonel, il y ait le mot de colon. Car, dans cette aventure africaine, j'ai été tout autant paysan que guerrier. On m'a toujours présenté comme un mercenaire. Qui aurait pu dire que j'étais d'abord un cultivateur?

Dans mon enfance, je n'imaginais pas que je deviendrais un jour, et pour si longtemps, soldat.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Lun 19 Mar 2012 - 15:36


Sur Google Book :

De l'avant à l'après-guerre, l'extrême droite en Belgique francophone

Par Françis Balace, Centre de recherches et d'études historiques de la seconde guerre mondiale (Belgium)

(...) Entretemps, la Jeunesse Belge / Belgische Jeugd de Jean Breydel avait récupéré la tendance nationaliste belge du défunt CEN et ses membres. (...)

Note 169 : selon S. DUMONT, p. 147, Jean Breydel serait un ancien du CEN. On doit faire remarquer que la création des JBJ remonte au 31 octobre 1968 et pourrait être mise en parallele avec l'éclatement du CEN suivi de la création d'Occident. On doit aussi signaler comme "continuation" du CEN le "Comité de soutien à la République du Vietnam" (CSRV) fondé en avril 1972 qui servait d'échangeur entre la LIL, le CNK, les JBJ mais aussi les sections "jeunes" de partis politiques conservateurs.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Mar 20 Mar 2012 - 10:00


Dans le schéma de Latinus :

Christian Taverniers


TAVERNIERS : MERCENAIRE UN JOUR, MERCENAIRE TOUJOURS

BRAECKMAN,COLETTE

Page 8

Samedi 25 janvier 1997

Le Belge Christian Taverniers roule pour Mobutu dans les forêts du Zaïre. C'est un familier des lieux...


Back to the sixties... Retour aux années 60 : les événements actuels dans l'est du Zaïre rappellent furieusement les années qui suivirent l'indépendance. Mêmes images de «rebelles» portant des uniformes hétéroclites ou de guerriers Maï Maï, combattant nus, ceints d'amulettes. Même comportement initial de l'armée zaïroise, plus prompte à piller les civils qu'à affronter l'ennemi. Mêmes supplétifs aussi, des deux côtés : dans les années 60 aussi, Che Guevara le rappelle dans ses mémoires, des Tutsis du Rwanda s'étaient déjà engagés aux côtés des troupes révolutionnaires, tandis qu'en face, l'armée de Mobutu ne tint le choc que grâce à l'appui de mercenaires blancs.

Les mêmes noms reviennent aussi. Laurent-Désiré Kabila, qui à l'époque tenait le Sud-Kivu, et en face de lui les «affreux», le Français Bob Denard, le Sud-Africain Mike Hoare, de vieux complices du maréchal Mobutu. Ces derniers ne se trouvent pourtant pas en première ligne aujourd'hui : ils ont cédé la place à un autre de leurs contemporains, le Belge Christian Taverniers. L'envoyé spécial de « Libération» l'a rencontré dans la région de Kisangani, où il dirige une «légion blanche» de 280 mercenaires, appelés à la rescousse pour enrayer l'avancée des rebelles de l'Alliance des forces démocratiques de libération. Parmi ces soldats de fortune, des Français, Serbes, Croates et Sud-Africains issus des anciennes forces spéciales et recyclés par la société privée Executive Outcomes.

S'il aura peut-être de la peine à unifier ces forces composites, et à calmer les jalousies de l'armée zaïroise face aux soldes promises aux mercenaires, Taverniers se retrouve, au Kivu et dans le Haut-Zaïre, en terrain connu: en 1964-65, il dirigeait le 14e codos, une unité de mercenaires, contre les rebelles. Après, il n'a jamais réellement décroché du Zaïre: membre du Conseil de sécurité de Mobutu, il a toujours rempli pour le maréchal des missions de confiance : collecte d'informations, analyse de situation, lobbying.

«FIRE»

La soixantaine nerveuse et affable, Taverniers, ces dernières années, passait plus son temps à Bruxelles et à Paris. Il dirigeait, depuis Bruxelles, la revue Fire, spécialisée dans les armes et sorte de bourse d'emploi pour ex-militaires en disponibilité. Mais Taverniers avait gardé le contact avec ses amis et compagnons d'armes, dont Bob Denard, qui le mit en rappport avec Jacques Foccart, le conseiller officieux des gaullistes sur l'Afrique. Outre ses missions de conseiller au Congo Brazzaville, où il proposa au président Lissouba un plan de réforme de l'armée, il demeurait surtout intimement lié aux affaires zaïroises, s'entretenant régulièrement avec le chef de l'Etat.

A plusieurs reprises, dont au moins une fois en compagnie de Jacques Brassinne, personnalité connue du PRL, ancien chef de cabinet de François-Xavier de Donnéa à la Coopération et à la Défense, Christian Taverniers visita le «Zaïre profond» pour un «état des lieux» à l'intention de Mobutu. Il y découvrit l'état d'abandon des populations, le délabrement de l'armée, le danger que représentait, à ses yeux, la contagion islamique, et en ramena des suggestions concrètes, tant sur l'éventuelle réforme de l'armée zaïroise que du problème que posaient les camps de réfugiés hutus.

Christian Taverniers, qui avait communiqué observations et suggestions dans de nombreux rapports adressés aux Affaires étrangères et même au Premier ministre Dehaene, estimait, non sans raison, que les camps de réfugiés rwandais représentaient une menace pour la stabilité de toute la région, proposant, comme première mesure, d'en retirer les militaires et miliciens qui s'y trouvaient, pour sécuriser la frontière. Selon lui, cette armée en exil aurait pu être regroupée au Shaba, du côté de la base de Kamina, cessant ainsi de représenter une menace directe pour Kigali.

LA MEME COULEUR DU SANG

Ses idées furent reprises par Léo Tindemans, mais le «plan Tindemans», à l'époque approuvé tant par Mobutu que par les ex-FAR rwandais, demeura dans les cartons, le gouvernement belge n'étant guère soucieux de remettre en selle l'ex-vedette du CVP. L'application, même partielle, de ce plan aurait peut-être permis l'économie d'une guerre au Kivu...

Quoiqu'il en soit, Taverniers a repris du service actif, sur le terrain, épaulé par d'autres spécialistes, français cette fois. Même si Paris dément toute implication dans la situation au Zaïre, il est peu concevable que plusieurs dizaines d'ex-militaires et «anciens gendarmes de l'Elysée» puissent se retrouver du côté de Kisangani sans avoir bénéficié, au minimum, d'un feu vert officieux. Faut-il rappeler que l'Organisation de l'unité africaine interdit le recours aux mercenaires, qui rappelle les pages les plus sombres de l'histoire du continent?

Malgré leur probable supériorité en armements et leur suprématie aérienne, reste à savoir si les «affreux» qui jouent dans les forêts du Zaïre un remake des années 60 se trouveront devant les mêmes adversaires. Nous avons toujours su qu'en défiant Mobutu, nous nous trouverions face aux mercenaires, déclarait voici peu le commandant des rebelles, André Kisasse Ngandu, ajoutant : Ça ne nous effraie pas, ils verront que leur sang a la même couleur que le nôtre...

COLETTE BRAECKMAN
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Mar 20 Mar 2012 - 10:26

Dans le schéma de Latinus :

Christian Taverniers


TAVERNIERS : MERCENAIRE UN JOUR, MERCENAIRE TOUJOURS

BRAECKMAN,COLETTE

Page 8

Samedi 25 janvier 1997

Le Belge Christian Taverniers roule pour Mobutu dans les forêts du Zaïre. C'est un familier des lieux...


Back to the sixties... Retour aux années 60 : les événements actuels dans l'est du Zaïre rappellent furieusement les années qui suivirent l'indépendance. Mêmes images de «rebelles» portant des uniformes hétéroclites ou de guerriers Maï Maï, combattant nus, ceints d'amulettes. Même comportement initial de l'armée zaïroise, plus prompte à piller les civils qu'à affronter l'ennemi. Mêmes supplétifs aussi, des deux côtés : dans les années 60 aussi, Che Guevara le rappelle dans ses mémoires, des Tutsis du Rwanda s'étaient déjà engagés aux côtés des troupes révolutionnaires, tandis qu'en face, l'armée de Mobutu ne tint le choc que grâce à l'appui de mercenaires blancs.

Les mêmes noms reviennent aussi. Laurent-Désiré Kabila, qui à l'époque tenait le Sud-Kivu, et en face de lui les «affreux», le Français Bob Denard, le Sud-Africain Mike Hoare, de vieux complices du maréchal Mobutu. Ces derniers ne se trouvent pourtant pas en première ligne aujourd'hui : ils ont cédé la place à un autre de leurs contemporains, le Belge Christian Taverniers. L'envoyé spécial de « Libération» l'a rencontré dans la région de Kisangani, où il dirige une «légion blanche» de 280 mercenaires, appelés à la rescousse pour enrayer l'avancée des rebelles de l'Alliance des forces démocratiques de libération. Parmi ces soldats de fortune, des Français, Serbes, Croates et Sud-Africains issus des anciennes forces spéciales et recyclés par la société privée Executive Outcomes.

S'il aura peut-être de la peine à unifier ces forces composites, et à calmer les jalousies de l'armée zaïroise face aux soldes promises aux mercenaires, Taverniers se retrouve, au Kivu et dans le Haut-Zaïre, en terrain connu: en 1964-65, il dirigeait le 14e codos, une unité de mercenaires, contre les rebelles. Après, il n'a jamais réellement décroché du Zaïre: membre du Conseil de sécurité de Mobutu, il a toujours rempli pour le maréchal des missions de confiance : collecte d'informations, analyse de situation, lobbying.

«FIRE»

La soixantaine nerveuse et affable, Taverniers, ces dernières années, passait plus son temps à Bruxelles et à Paris. Il dirigeait, depuis Bruxelles, la revue Fire, spécialisée dans les armes et sorte de bourse d'emploi pour ex-militaires en disponibilité. Mais Taverniers avait gardé le contact avec ses amis et compagnons d'armes, dont Bob Denard, qui le mit en rappport avec Jacques Foccart, le conseiller officieux des gaullistes sur l'Afrique. Outre ses missions de conseiller au Congo Brazzaville, où il proposa au président Lissouba un plan de réforme de l'armée, il demeurait surtout intimement lié aux affaires zaïroises, s'entretenant régulièrement avec le chef de l'Etat.

A plusieurs reprises, dont au moins une fois en compagnie de Jacques Brassinne, personnalité connue du PRL, ancien chef de cabinet de François-Xavier de Donnéa à la Coopération et à la Défense, Christian Taverniers visita le «Zaïre profond» pour un «état des lieux» à l'intention de Mobutu. Il y découvrit l'état d'abandon des populations, le délabrement de l'armée, le danger que représentait, à ses yeux, la contagion islamique, et en ramena des suggestions concrètes, tant sur l'éventuelle réforme de l'armée zaïroise que du problème que posaient les camps de réfugiés hutus.

Christian Taverniers, qui avait communiqué observations et suggestions dans de nombreux rapports adressés aux Affaires étrangères et même au Premier ministre Dehaene, estimait, non sans raison, que les camps de réfugiés rwandais représentaient une menace pour la stabilité de toute la région, proposant, comme première mesure, d'en retirer les militaires et miliciens qui s'y trouvaient, pour sécuriser la frontière. Selon lui, cette armée en exil aurait pu être regroupée au Shaba, du côté de la base de Kamina, cessant ainsi de représenter une menace directe pour Kigali.

LA MEME COULEUR DU SANG

Ses idées furent reprises par Léo Tindemans, mais le «plan Tindemans», à l'époque approuvé tant par Mobutu que par les ex-FAR rwandais, demeura dans les cartons, le gouvernement belge n'étant guère soucieux de remettre en selle l'ex-vedette du CVP. L'application, même partielle, de ce plan aurait peut-être permis l'économie d'une guerre au Kivu...

Quoiqu'il en soit, Taverniers a repris du service actif, sur le terrain, épaulé par d'autres spécialistes, français cette fois. Même si Paris dément toute implication dans la situation au Zaïre, il est peu concevable que plusieurs dizaines d'ex-militaires et «anciens gendarmes de l'Elysée» puissent se retrouver du côté de Kisangani sans avoir bénéficié, au minimum, d'un feu vert officieux. Faut-il rappeler que l'Organisation de l'unité africaine interdit le recours aux mercenaires, qui rappelle les pages les plus sombres de l'histoire du continent?

Malgré leur probable supériorité en armements et leur suprématie aérienne, reste à savoir si les «affreux» qui jouent dans les forêts du Zaïre un remake des années 60 se trouveront devant les mêmes adversaires. Nous avons toujours su qu'en défiant Mobutu, nous nous trouverions face aux mercenaires, déclarait voici peu le commandant des rebelles, André Kisasse Ngandu, ajoutant : Ça ne nous effraie pas, ils verront que leur sang a la même couleur que le nôtre...

COLETTE BRAECKMAN
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Mar 20 Mar 2012 - 10:45



Des articles de presse sur Jean Schramme sont disponibles sur :

http://www.scribd.com/doc/86052806/Jean-Schramme-Articles

Après l'Afrique, il a été en Amérique latine, notamment en Bolivie.

Aurait-il pu avoir des contacts avec des gens comme Stefano Delle Chiaie, Elio Ciolini ou Klaus Barbie ?

Voir

http://www.scribd.com/doc/76881930/The-Shadow-World-Nazi-Connection-MEREX

De tels contacts conduisent notamment aux ex-nazis, à la WACL et à Aginter ...

Je ne sais pas si la piste des mercenaires a été assez étudiée par les enquêteurs ...


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Mar 20 Mar 2012 - 10:56



Des articles de magazines relatifs aux mercenaires et à Jean Schramme sont sur

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/86054584/Mercenaires-Jean-Schramme-1


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Mar 20 Mar 2012 - 11:33



La suite des articles de magazines sont sur :

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/86056992/Mercenaires-Jean-Schramme-2





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Mer 21 Mar 2012 - 11:06


Pour information, le n° 18 de l'intéressante publication LOBSTER est sur

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/86184694/Lobster-n%C2%B0-18-Aginter

On y parle d'Aginter à partir des pages 9 ou 10.

Il y est confirmé que Guérin-Sérac (Guillot) a fait partie du "11° Choc", basé en Algérie à la disposition du SDECE pour les "dirty tricks" ... Si j'en crois ce qui est dit plus haut, Trinquier et Faulques (voir Katanga ... Guy Weber) en faisaient aussi partie. Voir aussi les notes 86 à 111.

A remarquer qu'il y a (vers le second tiers du document, qui n'est pas numéroté et n'est pas d'OCR) un article de David Teacher sur le Cercle Pinay. C'est également important pour ce qui nous occupe. Il est suivi d'un article sur Jean Violet, cité dans le schéma de Latinus (voir page 3 de ce fil) où il est relié à de Bonvoisin. La "saga" Violet a pris un nouveau tournant en 1965 avec le comte belge Alain de Villegas et Aldo Bonassoli ... pour les "avions renifleurs". Il est noté que de Villegas (aussi dans le schéma de Latinus, où il est relié aux mercenaires), avait adhéré à l'Union Pan-Européenne ... où Otto de Habsbourg était très actif (voir Wikipedia). Ce dernier est dans le schéma de Libert.


Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7277
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Mer 21 Mar 2012 - 15:12

au dessus du P du nom Paul latinus je vois un nom feminin:IRIS


vers MERCIER


qqun a une idee qui est cette IRIS ?
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Mer 21 Mar 2012 - 15:45

Ce n'est pas nécessairement un prénom, K, cela peut-être une association, un groupement.
Vous remarquerez que les lettres sont capitales.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Mer 21 Mar 2012 - 16:00

Ce n'est pas un nom féminin :

IRIS = International Reporting Information System

C'est dans le livre

Des Taupes dans L'Extreme-Droite La Surete de l'Etat et le WNP

Par René Haquin

Page 72

" Lorsque Paul Latinus rentre de son exil, c'est dans l'espoir, dit- il lui-même, de présenter la deuxième épreuve d'admission comme inspecteur à le Sûreté de l'Etat, mais il n'y sera finalement pas admis.

Aux WNP, certains membres ont fait état de liens existants entre le groupe et la fantomatique agence mondiale de renseignements IRIS (International Reporting Information System) fondée en 1981 à la suite de la perte de confiance américaine dans la CIA, provoquée par la mauvaise évaluation de la situation politique en Iran (...) "

Page 107

" Les premiers rapports écrits, rédigés par le Chien et le Lapin, rentrent à la Sûreté en 1982. A la fin de cette année-là, la Sûreté fait savoir au Service général de renseignement de l'armée (SGR) que des liens existent probablement entre le groupe extrémiste de Latinus et de Libert d'une part, et une mystérieuse agence privée d'information créée en 1980 par quelques hommes d'Etat prestigieux dont Henry Kissinger, et que préside l'ancien Premier britannique Edward Heath. Il s'agit de l'agence IRIS, sorte de CIA privée, offrant ses réseaux d'information aux multinationales et à certains gouvernements, et basée aux Pays-Bas. "


J'avoue n'avoir rien lu d'autre à ce sujet. Latinus en savait-il plus ?

(Cela aurait dû intéresser Betsy Heris, le Management Center Europe et l'AMA ...)


Note : Douglas MacArthur II, qui y a été ambassadeur, a également mal évalué la situation en Iran ...


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Mer 21 Mar 2012 - 21:31


http://www.multinationalmonitor.org/hyper/issues/1982/01/brooks.html

The Multinational Monitor

JANUARY 1982 - VOLUME 3 - NUMBER 1

G L O B A L N E W S W A T C H

IRIS: Global bankers, diplomats, spies and a computer launch a private CIA

by Philip Brooks in Paris

(...)

_____________


http://www.bendevannijvel.com/atlas/encyclopedie/afkortingen.html

IRIS : International Reporting Information System. Denktank, opgericht in 1981, met hoofdkwartier in Rotterdam, en samengesteld uit topfiguren van de internationale politiek zoals de Amerikaan Kissinger, de Britse expremier Heath en generaal Haig.


Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7277
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Jeu 22 Mar 2012 - 11:05

AKN
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Jeu 22 Mar 2012 - 11:14


A titre d'information, la revue britannique Lobster mentionne une autre IRIS : Industrial Research and Information Services (think tank anti-syndicats) :

http://www.8bitmode.com/rogerdog/lobster/

(les premiers numéros de Lobster sont considérés par les rédacteurs eux-mêmes comme moins fiables)

Voir les n°11, 12,19, 21, 25 ,28.

Quelques extraits :

IRIS (Industrial Research and Information Services Ltd.) which does a bit of "subversive" spotting and a bit of propagandising on behalf of "moderate" trade union leaders.

- -

East-West Digest, a hard-line anti-Soviet journal wich was sent free to all MPs. East-West Digest was published by Stewart-Smith's Foreign Affaires Publishing Company (FAPC) which, in the early 1970s was acting as a distributor for publications from a wide spectrum of the British right, including Aims, Common Cause, Economic League, IRIS, the Centre for the Sudy of Religion and Communism and the Slavic Gospel Association.

- -

Truemid, apparently an organisation to bolster "moderates" in trade unions, established links with IRIS and the Economic League.

- -

As well as putting out its quartely bulletin of research on the unions and the British Left, Common Cause was acting as a "front", chanelling money from Brutish industry to Industrial Research and Information Services (IRIS), a group of anti-communist trade union officials running a similar, if differently slanted operation to that of Common Cause.

- -

What is interesting is that the covert funding of anti-socialist trade union leaders visible in the 1950s with the Common Cause-IRIS connection mentionned above, should have been happening in the early 1920s.

- -

Yet there have been enough examples of British capital funding union leaders from the BCU onwards, through the IRIS/Common Cause episode described above and TRUEMID in the 1970s to make me wonder.

- -

In 1956 The Times included Martell in a long list of groups working against "communism", including : MRA, Common Cause, IRIS, Mosley's Union Movement, and something called the Anti-Communist League of Great Britain.

- -

Perhaps because of the threat of proscription, Common Cause created a "front" organisation, Industrial Research and Information Services (IRIS), the following year. Its fist big pamphlet, The Communist Solar System (1957), a study of "Communist front organisations in Britain", (published by Hollis and Carter) announced that IRIS was founded to provide trade unionists with the facts enabling them "to protect them from the insidious encroachments of Communists and "fellow travellers". Common cause split soon after the birth of IRIS.

(...)

Je ne crois pas que cette "IRIS" ait un lien avec Paul Latinus ...

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Jeu 22 Mar 2012 - 18:31



Guérin-Sérac (Guillot) a fait partie du "11° Choc", basé en Algérie à la disposition du SDECE pour les "dirty tricks" ...

Trinquier et Faulques en faisaient aussi partie.

http://fr.wikipedia.org/wiki/11e_r%C3%A9giment_parachutiste_de_choc

Par ailleurs, dans le document suivant :

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/86357332/Stay-Behind-in-France-11th-Choc

on peut lire (page 952) :

The 11th Choc and Stay-Behind

Finally, the question arises as to whether the French stay-behind program "strayed off the reservation", so to speak, as did the italian one, with the scandal of the P-2 lodge, etc. If this was the case, the finger sould likely point to Service Action, the paramilitary arm of the SDECE and the military unit that supported it, the 11th Choc Regiment. With the Evian peace accords of 1962, the 11th Choc divided over the question of independence for Algeria, and part of the 11th Choc went over to the Organisation de l'armée secrète (OAS), which opposed the French government's policy. Therefore, it is possible that some elements of the 11th Choc who may have been associated with the stay-behind program undertook terrorist-type actions on behalf of the OAS in Algeria and/or elsewhere. This possibility is alluded to by former DGSE Director-General Pierre Lacoste in his interview with Jonathan Kwitny ("The CIA's Secret Armies in Europe").

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Jeu 22 Mar 2012 - 19:20


En fait, c'est aussi dans Wikipedia :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_Gu%C3%A9rin-S%C3%A9rac

Yves Guérin-Sérac (alias Jean-Robert de Guernadec, alias Yves Guillou, alias Ralf), né en 1926 à Plouzbere, est un militant catholique anti-communiste français, animateur de la fausse agence de presse Aginter Press, hébergé par le Portugal de Salazar.

Ex-officier de l'armée française, il avait pris part à la guerre d'Indochine (1945-54), la guerre de Corée (1950-53) et la guerre d'Algérie (1954-62). Yves Guérin-Sérac était aussi membre de la 11e Demi-Brigade parachutiste de choc (« 11e choc »), bras armé du service action du SDECE[1]. Après les accords d'Évian de mars 1962, il fuit en Espagne franquiste, où Franco l'engage pour combattre l'opposition. Il partit ensuite pour le Portugal de Salazar.

Au Portugal, Yves Guérin-Sérac se lia avec des fugitifs de l'OAS, tandis que le pétainiste Jacques Ploncard d'Assac l'introduisait à la PIDE, les services secrets de Salazar. Yves Guérin-Sérac a ensuite été recruté comme instructeur pour la Légion portugaise et pour les unités contre-insurrectionnelles de l'armée portugaise[2]. En 1965 il érige la fausse agence de presse Aginter Press, organisation d'extrême droite basée à Lisbonne mais qui s'active dans la stratégie de la tension en Italie. Le 31 janvier 1968, il rencontre ainsi Pino Rauti, alors dirigeant du groupuscule néo-fasciste Centro Studi Ordine Nuovo — Pino Rauti rentre l'année suivante au sein de son parti d'origine, le MSI (Mouvement social italien) [3].

Tout comme le Cubain anti-castriste Luis Posada Carriles, Yves Guérin-Sérac conçoit la lutte anti-communiste à l'échelle de la planète: "Lors de cette période nous avons systématiquement établi des contacts proches avec des groupes partageant notre idéologie [like-minded groups] émergeant en Italie, en Belgique, en Allemagne, en Espagne ou au Portugal, afin de former la base [kernel] d'une véritable Ligue Occidentale de Lutte contre le Marxisme [Western League of Struggle against Marxism]." [4]

Suite à la « révolution des œillets », il se réfugie en Espagne franquiste. Il croise alors, pendant les funérailles de Franco, le 20 novembre 1975 à Madrid, l'Italien Stefano Delle Chiaie[5].

1.↑ D. Ganser (2005), Operation Gladio and Terrorism in Western Europe, London, Franck Cass, 2005, p.116 La fiabilité de cette source est cependant discutée : voir (en) The Journal of Intelligence History [archive], Volume 5, Number 1 été 2005.
2.↑ D. Ganser, p.117
3.↑ Mort (non-accidentelle) d'un anarchiste [archive], Le Courrier, 3 mai 2005
4.↑ Stuart Christie, Stefano Delle Chiaie (London, Anarchy Publications, 1984, p.27), cité par D. Ganser, p.117
5.↑ Marie-Monique Robin, Escadrons de la mort, l'école française [détail des éditions], 2008, p.381

Il faut noter que dans le 11° Choc se trouvait aussi le général Paul Aussaresses, connu pour son utilisation de la torture.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Mer 28 Mar 2012 - 21:14


Le schéma de Libert s'éclaire un peu quand on lit les documents repris sur :

http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t1974p15-pv-1184-9-avril-1986

(par exemple : Michel Naro et Modul Med)

A noter aussi : (Patrick) Huart et Comité Ouwendijk.

Je n'ai pas grand-chose sur ce comité mais il en est question dans un des documents reproduits dans un livre de René Haquin :

http://www.scribd.com/doc/87036809/Des-taupes-dans-l-extreme-droite-extraits

Il s'agit de la "fiche Geischer" :

"connaît personnellement Patrick Huart du Comité Ouwendijk"

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Mer 28 Mar 2012 - 21:34


A noter aussi, dans les documents signés par Libert dans

http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t1974-pv-1184-9-avril-1986

Annexe du 16 avril 1986 :

... une affirmation claire sur les dirigeants de VW Belgique et ceux de Mercedes Belgique...

(rencontrés par Paul Latinus et Karel de Lombaerde ; dans le cas de VW Belgique, Libert parle d'anciens SS et collaborateurs !)

Y a-t-il eu des vérifications ? Les entreprises allemandes n'ont-elles pas fait un nettoyage en leur sein ?

Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7277
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Jeu 29 Mar 2012 - 13:23

Citation :
Les entreprises allemandes n'ont-elles pas fait un nettoyage en leur sein ?

Herve , vous faites un super boulot de recherche mais il faut aussi etudier l'histoire des années avant en europe:


les dignitaires Nazie ont ete pendus et condamné a qqs dizaines d'années après Nuremberg


Churcjhill a voulu en fusilles qqs milliers mais c'est pas passé comme cela


ceux qui ne sont pas enfuit ,sont très vite recyclés ds l'economie et ds la police

la traque de la RAF == des policiers ex NAZie car le patron de l'industrie allemande=Grand NAZIE = Schleyer a été tué par le RAF etc


http://fr.wikipedia.org/wiki/Hanns_Martin_Schleyer


l'economie mondiale est tissé par des crapules de droite et de gauche




Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Jeu 29 Mar 2012 - 14:59


J'avoue que j'ignorais la biographie de Hanns Martin Schleyer, devenu président de Daimler-Benz ...

Par contre, le recrutement massif d'anciens nazis par "les services" des Alliés ne m'est pas inconnu.

Voir les travaux de John Loftus :

http://www.scribd.com/doc/77666691/America-s-Nazi-Secret

et "A Mosque in Munich" de Ian Johnson

http://www.ian-johnson.com/

sans oublier la trajectoire de Klaus Barbie, notamment en Bolivie (a-t-il rencontré Elio Ciolini et/ou Jean Schramme ?)

J'ai lu assez récemment ce qui concerne l'ancien patron de Agfa-Gevaert et je devrais relire "L'Ordre nouveau" :

http://www.scribd.com/doc/77005107/L-Ordre-nouveau

Ceci dit, je découvre seulement maintenant que les responsables de VW Belgique ont rencontré Paul Latinus et Karel de Lombaerde ; à leur sujet, Libert parle d'anciens SS et collaborateurs ... ce n'est pas rien ...

Il y a quelque temps, je m'étais renseigné sur l'histoire de la compagnie d'assurance Allianz dont le siège est à Munich ... Cela vaudrait la peine de se replonger là-dedans.

Je me souviens qu'un journaliste parlait d'un "triangle" de l'extrême-droite en Europe : nord de l'Italie, Bavière et région anversoise ...






Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Jeu 29 Mar 2012 - 16:03


Sur le Liban ...

A voir : la vidéo suivante à partir de 00:51 et aussi à 03:10

http://www.dailymotion.com/video/x56fr8_1986-les-tueurs-du-brabant-wallon-4_news

A-t-on retrouvé la trace de Pierre Attala ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: schéma de Michel Libert   Aujourd'hui à 5:03

Revenir en haut Aller en bas
 
schéma de Michel Libert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 25Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 14 ... 25  Suivant
 Sujets similaires
-
» Appel aux Témoins du 5 Novembre 1990 par Michel (responsable de cette rubrique)
» NEUVAINE A SAINT MICHEL ET AUX NEUF CHOEURS DES ANGES
» Michel et Augustin : 100% oeufs de batterie ! & Action !
» Anniversaire Jean Michel
» Archange Michel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: DOCUMENTATION SUR LES TUERIES DU BRABANT :: Documentation :: Autres documents et sites web-
Sauter vers: