les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 carton jaune pour De Decker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 40  Suivant
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Ven 19 Oct 2012 - 16:19



http://www.guardian.co.uk/business/2012/jun/12/enrc-chairman-africa-corruption-allegations?INTCMP=SRCH

The Guardian, Tuesday 12 June 2012 21.03 BST

ENRC chairman pledges to fly to Africa as corruption concerns mount

Mehmet Dalman wants face-to-face meeting with controversial Israeli tycoon Dan Gertler following Global Witness report

(...)

ENRC admits to being in an "ongoing dialogue" with the Serious Fraud Office after claims made by more than one whistleblower at the firm – an exchange that includes questions over the group's ties to Israeli tycoon Dan Gertler. Gertler has been dogged by accusations that a close relationship with the president of the Democratic Republic of Congo has allowed him to buy interests in the country's mining assets on the cheap.

(...)

Dalman's pledge to attempt to meet his company's business partner came as anti-corruption campaigners Global Witness published a report into the group's relationship with Gertler that called on ENRC to publish the results of an internal inquiry into the whistleblowers' allegations. The report stated: "Global Witness believes that [Gertler's] offshore structures [that sold assets to ENRC] could allow corrupt Congolese officials to benefit from these deals."

(...)

___________


http://www.guardian.co.uk/business/2012/jun/12/enrc-mining-congo-dan-gertler

The Guardian, Tuesday 12 June 2012

Mining group ENRC urged to reveal details of controversial Congo deals

Campaigners want Eurasian Natural Resources Corporation to publish results of inquiry into links with Israeli tycoon Dan Gertler

(...)

Controversial links between the FTSE 100 mining group Eurasian Natural Resources Corporation and an Israeli businessman with high-level contacts in the Democratic Republic of Congo have returned to plague the company on the eve of its annual general meeting in London on Tuesday.

Anti-corruption campaigner Global Witness is urging ENRC to publish the results of an internal inquiry into allegations made by at least two whistleblowers at the firm, which is understood to include an investigation into the group's ties to Israeli tycoon Dan Gertler.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Ven 19 Oct 2012 - 17:04



http://www.globalwitness.org/campaigns/corruption/oil-gas-and-mining/secret-sales/enrc

ENRC

Read the Global Witness press release about ENRC in the Democratic Republic of Congo

Read Global Witness's memo to ENRC's shareholders

Read Global Witness’s press release of July 27, 2012 related to a possible new ENRC deal that raises fresh corruption risks

Download more documents related to Global Witness's investigation into ENRC below

Eurasian Natural Resources Corporation (ENRC), one of the largest mining groups listed on London’s stock exchange, has over $2 billion worth of investments in the Democratic Republic of Congo. That could well increase to around $4 billion if additional deals are agreed, as is widely expected. ENRC’s mining deals in Congo are intimately wound up with the controversial businessman Dan Gertler, who is a friend of Congolese President Joseph Kabila.


Global Witness is concerned that ENRC’s business dealings with offshore companies in Congo, including those that are known to be linked to Mr Gertler, could pose serious corruption risks. ENRC has said that it “is resolutely opposed to bribery and corruption in whatever form it may take” and will take appropriate action to address corruption concerns. But for ENRC to properly address these issues, it must answer Global Witness’s questions in full within an external audit it has commissioned, and this should be made public.

The report linked to below about ENRC’s mining acquisitions in Congo, published 11 June 2012, comes out one month after Global Witness raised similar concerns around Glencore’s operations in the country. Glencore is the biggest commodities trading company in the world and, like ENRC, its business in Congo is tightly linked to Mr Gertler’s offshore firms.

Since 2010, the Congolese state has been selling off stakes in its prize mines to secretive offshore companies at small fractions of commercial valuations. Through these deals, Congo, one of the poorest nations in the world, has foregone billions of dollars in revenues. The profits are going into the hands of unknown people and their international partners. It is time for ENRC, Glencore and Mr Gertler to fully explain their business practices and shed full light on this matter.



Read the Global Witness Q&A on ENRC in the Democratic Republic of Congo

Lire les questions-réponses de Global Witness sur ENRC en République Démocratique du Congo


Read the questions Global Witness posed to ENRC

Read ENRC's statement to Global Witness

Read the questions Global Witness posed to Mr Gertler

Read the statement by Dan Gertler's spokesman regarding Global Witness


_ _ _


http://www.globalwitness.org/sites/default/files/DRC-SS220%20GW%20ENRC%20Q%26A%20June%2011%202012%20French.pdf

Questions/Réponses de Global Witness sur ENRC en République démocratique du Congo

ENRC est l’un des plus gros groupes miniers au monde, avec un chiffre d’affaires de 7,7 milliards de dollars rien que sur l’exercice dernier. La société est cotée à l’indice FTSE 100 de la bourse de Londres et détient des opérations minières en Amérique du Sud, en Asie et en Afrique.

Global Witness a enquêté sur les acquisitions qu’ENRC a effectuées en République démocratique du Congo. De 2009 à 2012, la société a acquis dans le pays des actifs miniers (cuivre et cobalt) d’une valeur de plusieurs milliards de dollars, transactions qui impliquaient l’homme d’affaires Dan Gertler, ami personnel du Président congolais Joseph Kabila.

Quels actifs ENRC a-t-elle acquis au Congo ?

ENRC a acquis un certain nombre de projets miniers au Congo. En septembre 2009, la société a déboursé 584 millions de livres sterling pour acquérir la CAMEC, une société minière qui contrôlait plusieurs projets d’exploitation du cuivre et du cobalt au Congo, et détenait notamment une participation de 50 % dans la mine de cuivre et de cobalt SMKK. En juin 2010, ENRC avait acheté les 50 % restants pour un montant total de 75 millions de dollars.

En août 2010, ENRC a annoncé qu’elle avait acquis des parts dans Kolwezi, un projet de grande ampleur de traitement des rejets miniers, que le gouvernement congolais avait confisqué à une compagnie rivale, First Quantum. ENRC a versé 175 millions de dollars pour acquérir Kolwezi et quelques autres actifs. ENRC déclare également contrôler les mines de cuivre Frontier et Lonshi, qui ont elles aussi été confisquées à First Quantum en 2010, mais elle n’a pas encore révélé combien il lui en avait coûté.

En juillet 2011, ENRC a acquis un autre permis minier à une société offshore, Dezita Investments Limited, pour un total de 195 millions de dollars.

Quelles sont les relations qu’entretiennent ENRC et Dan Gertler au Congo ?

Depuis début 2010, un scandale fait rage au Congo autour de ventes secrètes de participations dans plusieurs des mines de cuivre et de cobalt les plus importantes du pays.

D’après les données recueillies par Global Witness – données contestées par M. Gertler et les autorités congolaises –, ces actifs ont tous été vendus secrètement par des compagnies minières d’État congolaises, généralement à un coût très inférieur aux estimations commerciales de leur valeur. Dans certains cas, le prix de vente se situait autour des 5 % de leurs valorisations.

Les acquéreurs directs de ces actifs miniers étaient des sociétés offshore, qui dans certains cas se sont empressées de revendre les mines, réalisant ainsi des bénéfices considérables. La liste exhaustive des bénéficiaires de ces sociétés offshore – immatriculées dans les îles Vierges britanniques et ailleurs – est tenue secrète. Global Witness s’inquiète du fait que les bénéficiaires puissent inclure pourraient inclure des fonctionnaires congolais corrompus qui auraient pu jouer un rôle en permettant que les mines soient cédées à de si bas prix.

Des informations sont apparues selon lesquelles plusieurs des sociétés offshore concernées sont liées à M. Gertler.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Dim 21 Oct 2012 - 0:07



L'extrait d'un livre de Charles Pasqua est sur :

http://fr.scribd.com/BEGHINSELEN

http://fr.scribd.com/doc/110639181/Pasqua-Etienne-Des-Rosaies

Il mentionne brièvement J-F Etienne des Rosaies.

(page 174 : "Jean-François Etienne des Rosaies me rendait également de précieux services.")

Il parle plus de Jean-Charles Marchiani.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Dim 21 Oct 2012 - 15:26



http://www.ft.com/cms/s/0/d70a21e4-123b-11e2-b9fd-00144feabdc0.html#axzz29wH4DpO3

October 9, 2012 8:15 pm

ENRC poised for boardroom shake-up

(...)

The stock has been battered after ENRC last year found itself at odds with First Quantum over copper mines in Democratic Republic of Congo that were confiscated from the Canadian company and later sold to ENRC.

The board has also been dealing with an inquiry into the company by the Serious Fraud Office

_ _ _


Serious Fraud Office

http://www.sfo.gov.uk/

Combating major fraud and corruption

Our aim is to protect society from extensive, deliberate criminal deception which could threaten public confidence in the financial system. We investigate fraud and corruption that requires our investigative expertise and special powers to obtain and assess evidence to successfully prosecute fraudsters, freeze assets and compensate victims.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Dim 21 Oct 2012 - 16:37



http://blog.lesoir.be/wikileaks/2011/01/22/wikileaks-nouvelle-connexion-mafieuse-pour-le-belgo-kazakh-fatakh-chodiev/

WikiLeaks: nouvelle connexion mafieuse pour le Belgo-Kazakh Fatakh Chodiev

Publié le 22 janvier 2011 par admin

Un câble diplomatique américain daté de Tachkent (Ouzbékistan) évoque une video où évoluent ensemble, en 2005 à Tachkent, le chef mafieux ouzbek Salim Abduvaliev et l’une des principales figures du crime organisé kazakh, le Belge Fatakh Chodiev.

Selon le câble, les deux personnes auraient été réunies à l’été 2005 dans un restaurant de Tachkent, à l’occasion de l’anniversaire de l’épouse de Salim Abduvaliev, Shalho. Celle-ci eut un anniversaire heureux puisque la plupart des invités lui donnèrent 3.000 dollars en cash, annonce le câble US, cependant que l’épouse de Chodiev, elle, lui donna le triple de cette somme: 10.000 dollars.

Le Kazakh Fatakh Chodiev, naturalisé belge en 1997 à la barbe de la sûreté de l’Etat belge (seuls ses deux associés de l’époque ont été détectés et contrés à temps), est une personnalité double: en délicatesse lui-même avec la justice de plusieurs pays et proche de plusieurs figures mafieuses moscovites (Chodiev a admis au “Soir” plusieurs de ces amitiés étranges), il incarne également une véritable puissance industrielle et financière au Kazakhstan: il est très proche du dictateur Nazerbaiev, et l’empire Chodiev a représenté à lui seul, durant une partie des années nonante, près d’un tiers de l’assiette fiscale du pays entier. Chodiev a brièvement été le partenaire kazakh de Tractebel au Kazakhstan, avant que Tractebel ne doive se retirer de ce montage industriel avec pertes et fracas. Fin des années nonante, Chodiev avait temporairement trouvé refuge en Belgique (à une époque où les affaires se réglaient à coup de fusils-mitrailleurs) , s’était installé à Waterloo jusqu’à ce que la justice belge s’intéresse à son tour à l’origine de sa fortune et de son patrimoine immobilier.

“Hommes d’affaires” au pluriel: ce double profil accrédite un autre détail rapporté par le câble diplomatique américain selon lequel, lors de l’anniversaire de Mme Abduvaliev, se trouvaient également présents des représentants de la haute société ouzbek, à savoir l’ancien ministre des Affaires étrangères Mahmudova, de même que les épouses du ministre des Affaires étrangères alors en fonction Ganiev et du vice-Premier ministre Sultanov. A cette fête assitait encore l’une des chanteuses les plus populaires d’Ouzbékistan, Yulduz Usmanova.

Alain Lallemand

_ _ _


Vous écrivez “naturalisé belge en 1997 à la barbe de la sûreté de l’Etat ” en omettant de préciser que ce mafieux kazakh a bénéficié pour acquérir cette naturalisation de la complicité active et amicalement désintéressée, on n’en doute pas, de son voisin et ami le bourgmestre libéral de Waterloo Serge Kubla et de la lâcheté servile du commissaire de sa police communale Michel Vandewalle, contre l’avis de la Sûreté de l’Etat.

On lisait ainsi dans votre confrère De Morgen du 6 février 2002 que Tatokh Chodiev, “homme d’affaires” kazakh résidant à Waterloo et dirigeant présumé de la mafia russo-kazakhe en Belgique, a bénéficié en 1997 de la complaisance active de Serge Kubla, bourgmestre PRL de cette commune et par la suite ministre de l’économie et du commerce extérieur wallon pour obtenir la nationalité belge, qu’il a acquise le 13 août 1997.

Un procès-verbal de janvier 1997, signé par le commissaire de la police communale Michel Vandewalle, dont le chef direct était Kubla, avait été envoyé au Parquet pour attester que Chodiev parlait parfaitement français, ce alors qu’il ne s’exprimait qu’en anglais, et qu’il était apprécié de son voisinage et inconnu des services de police, ce alors que la Sûreté de l’Etat avait déjà tiré la sonnette d’alarme précédemment et avisé la police communale des connections mafieuses de l’individu.

_ _ _


De Morgen, woensdag 6 februari 2002

Auteurs: Walter De Bock & Walter Pauli

Patokh Chodiev, een speciale snel-Belg

Minstens even raadselachtig als de pogingen tot naturalisatie van Ibrahimov (zie hierboven), was de manier waarop Patokh Chodiev in 1997 zijn naturalisatie bekwam. Het bijzondere ervan is natuurlijk dat Chodiev als enige van het trio wél slaagde in zijn opzet. Alleen, zo blijkt uit politiedocumenten uit zijn woonplaats Waterloo die De Morgen kon inkijken, zijn er bij die procedure toch een paar merkwaardige bochten genomen.
Zoals de procedure voorziet, krijgt een kandidaat-Belg politiebezoek. Vandaar ook het document met de referentie: Demande de naturalisation du nommé Chodiev Patokh.

De tekst is kort en duidelijk: “Wij, agent brigadier van de politie (naam onleesbaar) zetten uiteen dat wij het dossier met de aanvraag tot naturalisatie van de genaamde Chodiev Patokh, geboren op 15/04/1953 in Jizak (Oezbekistan) en verblijvend in de avenue du Manoir nr. 101 in onze gemeente hebben bestudeerd. Rekening houdend met de inlichtingen ons verstrekt door de Veiligheid van de Staat betreffende de vermoedelijke relaties van de betrokkene met het Rusissche milieu en gezien de bedreigingen waarvan de betrokkene melding zou gemaakt hebben, vragen wij om de behandeling van zijn naturalisatiedossier te vertragen met het oog op een grondiger onderzoek.” Het document wordt naar adjunct-commissaris Fagot verzonden

Op 8 januari 1997 zorgt de politie van Waterloo echter voor een tweede document. De opsteller is nu niet een eenvoudige brigadier, maar commissaris Michel Vandewalle in persoon. Het oordeel klinkt ineens heel anders dan dat van zijn brigadier: “Wij zetten uiteen dat wij de taak uitvoeren die ons door de heer procureur werd opgedragen om de genaamde Chodiev Patokh te ontmoeten, wonende in onze gemeente avenue du Manoir, 101. Hij drukt zich perfect uit in de Franse taal en heeft in ons land ook professionele banden. Hij is niet bekend bij onze diensten en wordt bovendien naar waarde geschat in zijn onmiddellijke omgeving. Wij kunnen dan ook niet anders dan een positief advies verstrekken in verband met zijn aanvraag tot naturalisatie.” Weg opmerkingen van de staatsveiligheid, geen sprake meer van bedreigingen. Het lukte: op 13 augustus 1997 wordt Chodiev Belgisch staatsburger, samen met zijn drie kinderen, die in België geboren zijn. Een jaar later vraagt ook zijn echtgenote de naturalisatie aan.

Drie vragen hierbij. Eén: wie is de “onmiddellijke omgeving”? Als we de tekst letterlijk nemen, gaat het wellicht om zijn naaste buurman en tevens, zoals ingewijden aan De Morgen verklaarden, zijn persoonlijke vriend Serge Kubla. Kubla is burgemeester van Waterloo (PRL) – sinds 1999 ook Waals minister van Economie – en als burgemeester het hoofd van de politie, dus de rechtstreekse chef van commissaris Vandewalle.

Twee: waar haalt de politie het dat Chodiev Frans spreekt? Volgens zijn naaste omgeving spreekt hij ofwel “geen woord” Frans, anderen zeggen “dat hij het wel verstaat”. Op de enige persconferentie die hij totnogtoe toe in België gaf, sprak hij alleszins Engels, ook al had hij Franstalige ondervragers.

Drie: waarom schrapte de commissaris de cruciale inlichting over de Staatsveiligheid die zijn eenvoudige brigadier wel vermeldde? Nog op 1 maart 1999 ontvangt de Algemene Rijks Politie een nota van de staatsveiligheid: “Van een zeer gevoelige bron vernam de VS dat Pathokh Chodiev, voormalig vennoot van Boris Birshtein (crimineel van Litouwse afkomst, WDB / WP) en vermoedelijk kopstuk van de Russisch/Kazakse georganiseerde misdaad in België, doodsbedreigingen ontving. Dat zou gebeurd zijn via een fax die op 14 februari ’99 op zijn privé-adres (rue Manoir, 101, Waterloo) aankwam. In die fax, gericht aan de vrouw van Chodiev, werd gemeld dat het leven van de kinderen van Chodiev en zijn vennoten in gevaar zou zijn.” Getekend: Bart Van Lijsebeth. (WDB / WP)

_ _ _


http://www.globalwitness.org/fr/library/enrc

ENRC

20 Août 2012

Lire le communiqué de presse de Global Witness relatif aux activités de l’entreprise ENRC en République Démocratique du Congo
Lire le rapport de Global Witness aux actionnaires de ENRC
Lire le communiqué du 27 juillet 2012 relatif à une nouvelle transaction potentielle d’ENRC qui pose des risques de corruption

Télécharger plus de documents relatifs à l’enquête de Global Witness sur ENRC plus bas.

Eurasian Natural Resources Corporation (ENRC), un des plus importants groupe minier coté à la bourse de Londres possède des investissements d’une valeur supérieure à 2 milliards de dollars en République Démocratique du Congo. Il se pourrait que ces investissements atteignent environ 4 milliards de dollars, si des contrats supplémentaires sont signés, tel qu’escompté. Les contrats miniers de ENRC au Congo sont intimement liés à l’homme d’affaires controversé Dan Gertler, un ami du Président Congolais Joseph Kabila.

Global Witness s’inquiète de ce que les contrats de ENRC au Congo avec des entreprises offshore, incluant celles qui sont connues pour être liées à M. Gertler, pourraient poser un sérieux risque de corruption. ENRC a dit être résolument opposée aux pots-de-vin et à la corruption quelque soit la forme que celle-ci peut prendre et prendra les mesures appropriées afin d’adresser les questions de corruptions. Toutefois, afin qu’ENRC s’engage sérieusement dans cette voie, l’entreprise doit répondre a toutes les questions adressées par Global Witness dans l’audit externe qui a été commanditée. Les conclusions de cette dernières devraient être publiées.

Le rapport (disponible en cliquant sur le lien plus bas) relatif aux acquisitions d’ENRC au Congo, publié le 11 juin 2012, arrive un mois après que Global Witness ait soulevé des inquiétudes similaires concernant les opérations de Glencore dans le pays. Glencore est la plus grande entreprise de négoce dans le monde et, comme ENRC, ses affaires au Congo sont étroitement liées aux entreprises offshore de M. Gertler.

Depuis 2010, l’Etat congolais a vendu des parts dans des mines de grande valeur à des entreprises offshore, à une fraction de leurs estimations commerciales. A travers ces ventes, le Congo, un des pays les plus pauvres au monde, se prive des milliards de dollars de revenus. Ces profits vont dans les poches de personnes dont l’identité est inconnue et leurs partenaires internationaux. Il est temps pour ENRC, Glencore et M. Gertler d’expliquer pleinement leur manière de faire des affaires et de mettre la lumière sur cette question.

Lire les questions et réponses de Global Witness relatives aux activités de ENRC en République Démocratique du Congo

Lire les questions que Global Witness a adressé à ENRC

Lire la déclaration de ENRC à Global Witness

Lire la déclaration du porte-parole de Dan Gertler à Global Witness

_ _ _


20.08.2012 | Ventes Secrètes

Actualités

11.10.2012 | Les nouveaux codes minier et pétrolier de la RDC doivent inclure des mesures rigoureuses en matière de transparence, d’appels d’offres et de droits des communautés locales
République démocratique du Congo | Pétrole gaz et minerais

20.06.2012 | Le ministère congolais des Mines réagit aux documents publiés par Global Witness à propos de la controverse autour de « ventes secrètes »
République démocratique du Congo | Corruption

31.05.2012 | La reprise des combats dans l’est du Congo met en lumière le besoin urgent de mettre fin au commerce des minerais de conflit
Diligence raisonnable des entreprises | Minerais du conflit | République démocratique du Congo
plus de thèmes

Rapports

31.05.2012 | La reprise des combats dans l’est du Congo met en lumière le besoin urgent de mettre fin au commerce des minerais de conflit
Diligence raisonnable des entreprises | Minerais du conflit | République démocratique du Congo

18.05.2011 | L’avenir du commerce de minerais congolais dans la balance : opportunités et obstacles associés à la démilitarisation
Diligence raisonnable des entreprises | Minerais du conflit | République démocratique du Congo

08.03.2011 | L’accord sino-congolais conclu dans le secteur des ressources naturelles: Global Witness souligne la nécessité de durcir les mesures anti-corruption
République démocratique du Congo | Pétrole gaz et minerais | Corruption

_ _ _


Ventes Secrètes

20 Août 2012

Global Witness a mené une enquête sur deux géants de l’industrie des mines – Glencore et ENRC – qui ont des liens avec des ventes controversées et secrètes d’actifs miniers de valeur en République Démocratique du Congo.

Au Congo, les ventes secrètes de parts dans plusieurs mines de cuivre et de cobalt font scandale depuis le début de l’année 2010. D’après les données recueillies par Global Witness - et contestées par les autorités congolaises et les entreprises concernées – ces actifs ont été vendus en secret par des entreprises étatiques congolaises, généralement à un coût très inférieur aux estimations commerciales de leur valeur. Dans certains cas, le prix de vente se situait autour des 5 % de leur estimation.

Les acheteurs directs de ces actifs miniers étaient des compagnies off-shore qui dans certains cas ont revendu les parts en faisant un profit énorme. La liste complète des bénéficiaires effectifs de ces entreprises off-shore – enregistrées dans les Iles Vierges Britanniques et ailleurs – est secrète. Cependant, des informations ont révélé que plusieurs de ces compagnies off-shore sont liées à Dan Gertler, un ami du Président Joseph Kabila. M. Gertler dit que toutes les entreprises off-shore faisant parti du Groupe Fleurette, son holding, ont uniquement des membres de sa famille en tant que bénéficiaires.

Plus d'informations sur les enquêtes de Global Witness relatives à Glencore et ENRC.

Le Congo – un pays extrêmement pauvre et ravagé par la guerre – perd des milliards de dollars de revenus censés lui revenir. L’Etat congolais retire très peu de profit de beaucoup de ses meilleures mines. Les profits vont dans les poches de personnes dont on ne connait pas l’identité et de leurs partenaires internationaux.

De telles sommes d’argent en jeu, plus de gisements miniers à exploiter et le peuple congolais qui ignore où son argent est passé font de cette question une question trop importante pour être ignorée. Les entreprises concernées doivent expliquer le rôle qu’elles ont joué dans ces contrats controversés, conclus dans le secret. La lumière doit être faite sur les bénéficiaires de ces entreprises off-shore et leurs transactions.

La réaction du Ministère des Mines congolais aux briefings de Global Witness (18 juin)

La réaction de Global Witness à la déclaration du Ministère des Mines congolais (18 juin)

Des nouvelles concernant les propriétaires de blocs pétroliers congolais soulèvent d’avantage d’inquiétudes relatives à des risques de corruption (29 juin)

_ _ _ _ _ _

http://www.globalwitness.org/fr/library/les-nouveaux-codes-minier-et-p%C3%A9trolier-de-la-rdc-doivent-inclure-des-mesures-rigoureuses-en

Les nouveaux codes minier et pétrolier de la RDC doivent inclure des mesures rigoureuses en matière de transparence, d’appels d’offres et de droits des communautés locales

11 Octobre 2012

Alors que la République démocratique du Congo entame le processus de révision de ses codes minier et pétrolier, Global Witness a publié ses recommandations concernant la façon dont ces codes pourraient le mieux garantir une gestion transparente et responsable de ces secteurs clés.

Le Congo, pays dont la superficie équivaut aux deux tiers de celle de l’Europe occidentale, compte d’énormes richesses minérales, notamment du cuivre, du cobalt et des diamants. Par ailleurs, de vastes régions du pays sont progressivement ouvertes à l’exploration pétrolière, pouvant ainsi contribuer à transformer l’économie du pays, mais posant en même temps des risques sur le plan de l’environnement et de la corruption.

Pour l’instant, au Congo, l’accent est mis sur le code minier. Des associations de la société civile, l’industrie minière et le gouvernement ont élaboré, séparément, leurs recommandations avant que la première version d’un nouveau code ne soit soumise au parlement.

Parmi ses recommandations, Global Witness appelle à ce que les codes prescrivent que tous les avoirs miniers et pétroliers soient vendus par le biais d’appels d’offres. Cette disposition contribuerait à prévenir la corruption et garantirait à l’État l’obtention du prix le plus élevé possible pour ses ressources naturelles. Global Witness préconise également l’inclusion dans les codes de mesures visant à assurer une totale transparence en ce qui concerne les bénéficiaires réels ou “effectifs” des sociétés minières et pétrolières opérant au Congo, et demande que tous les revenus de l’État tirés de l’exploitation des ressources naturelles soient déclarés, y compris les pas-de-porte qui devraient faire l’objet d’informations détaillées.

Une autre recommandation clé souligne que le code minier devrait exiger des entreprises qu’elles effectuent des contrôles minutieux de leurs chaînes d’approvisionnement en minerais, conformément aux normes internationales, afin de veiller à ce que leurs activités commerciales ne servent pas à financer des groupes armés. Le gouvernement congolais a déjà voté un décret à cet effet, mais l’inclusion de cette mesure dans le code minier le renforcerait et donnerait davantage de poids à la loi américaine visant à endiguer le commerce des minerais des conflits.

« En mettant en place ces règles fondamentales, le Congo pourrait contribuer à prévenir bon nombre des problèmes qui affectent les secteurs minier et pétrolier », a déclaré Daniel Balint-Kurti, directeur de campagne pour la RDC à Global Witness. Depuis plusieurs années, Global Witness mène des recherches sur les questions liées à la corruption et au conflit au Congo, et l’organisation a publié récemment une série de documents d’information sur des contrats pétroliers et miniers controversés impliquant de grandes entreprises cotées à la Bourse de Londres.

La décision du Congo de réviser ses codes minier et pétrolier arrive à un moment crucial de la campagne mondiale en faveur de la transparence dans les industries extractives. En juillet 2010, les législateurs américains ont adopté la « Loi Dodd-Frank », laquelle inclut des mesures obligeant les sociétés minières et pétrolières à publier ce qu’elles versent aux gouvernements à travers le monde. Ladite loi comprend par ailleurs un article obligeant les entreprises à exercer un contrôle sur leurs chaînes d’approvisionnement afin de se prémunir de toute implication dans le commerce des minerais des conflits. Ces dispositions de la loi sont entrées en vigueur le 22 août 2012, lorsque la Securities and Exchange Commission (l’organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers) a publié les réglementations régissant leur mise en œuvre. L’Union européenne envisage d’adopter une loi analogue.

D’importantes mesures en matière de transparence ont également été incluses dans les codes minier et pétrolier adoptés par d’autres nations africaines au cours des deux dernières années. Le code minier adopté en septembre 2011 en Guinée et le code pétrolier adopté en juin 2012 au Sud-Soudan contiennent tous deux des dispositions obligeant les entreprises à déclarer leurs bénéficiaires effectifs. Ces lois stipulent par ailleurs que les compagnies sont tenues de se conformer à l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives en déclarant tous les montants qu’elles versent au gouvernement – mesure dont Global Witness préconise également l’adoption dans le cas du Congo.

Outre les recommandations mentionnées plus haut, Global Witness appelle à ce que le code minier et le code des hydrocarbures du Congo définissent des règles claires préservant les communautés locales et l’environnement. Toutes les opérations minières et pétrolières doivent être interdites dans des sites protégés, tels que les parcs nationaux ou les sites classés au patrimoine mondial. Les entreprises devraient du reste divulguer leurs évaluations de l’impact environnemental et social pour tous leurs secteurs d’opération. Les codes devraient stipuler comment les sociétés minières et pétrolières doivent indemniser les personnes qui sont déplacées en raison de leurs activités et ils devraient préciser clairement que les entreprises sont tenues d’assumer pleinement leur responsabilité pour la pollution causée par leurs activités.

« En disposant de ces outils, les communautés locales seront mieux à même de faire part de leurs préoccupations et de prendre des décisions lors des consultations avec les sociétés minières et pétrolières et le gouvernement local », a conclu Daniel Balint-Kurti.

Notes à l’intention des équipes de rédaction :

Le gouvernement congolais a inscrit la révision du code minier et du code des hydrocarbures parmi ses priorités dans son programme d’action du gouvernement pour la période allant de 2012 à 2016, date à laquelle la législature parlementaire actuelle prendra fin.
Cette année, Global Witness a publié une série de documents portant sur les ventes controversées et secrètes d’avoirs miniers et pétroliers opérées par le gouvernement congolais à des sociétés offshore. Ces documents peuvent être consultés sur www.globalwitness.org/fr/ventes-secretes
Le tout dernier rapport élaboré par une coalition nationale d’organisations de la société civile congolaise, reprenant leurs recommandations relatives à la révision du code minier, peut être consulté sur www.globalwitness.org/fr/library/la-société-civile-congolaise-apporte-sa-contribution-au-débat-sur-la-revision-du-code-minier
La Liste de Vérification à l’Attention des Citoyens développée par Global Witness, dont le but est de prévenir la corruption lors de l’octroi de licences pétrolières, gazières et minières, peut être consultée sur : http://www.globalwitness.org/node/7950


application/pdf iconLes recommandations de Global Witness concernant le nouveau code des hydrocarbures

application/pdf iconLes recommandations de Global Witness concernant le nouveau code minier

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Lun 22 Oct 2012 - 6:02

(février 2011)

http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/343582/le-belge-le-plus-riche-sera-juge.html




(19/02/2011)

Le Belge le plus riche sera jugé

Après 11 ans de procédure, la décision a été prise hier. Il pèse 3,3 milliards de dollars !

BRUXELLES Selon nos infos, le Belge le plus riche, Patokh Chodiev, sera jugé par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour : faux et usage, association de malfaiteurs et blanchiment.

La décision a été prise hier matin par la chambre du conseil de Bruxelles à l’issue de l’instruction du scandale dit du Kazakhgate , dont la procédure durait depuis 11 ans. Elle avait débuté en effet le 10 novembre 1999 après le dépôt d’une plainte par Tractebel, la société de conseil en ingénierie.

Les préventions retenues contre Chodiev peuvent lui valoir 5 ans de prison. En 2010, le magazine Forbes classait Chodiev 287e fortune du monde et première fortune belge avec 3,3 milliards de dollars, devant Albert Frère classé 367e avec seulement 2,6 milliards de $. D’origine kazakhe, Patokh Chodiev, 58 ans, est nelge depuis le 25 juin 1997.

Selon nos infos toujours, la chambre du conseil de Bruxelles siégeant dans ce dossier qu’instruisit le juge Frédéric Lugentz a également ordonné le renvoi en correctionnelle d’une demi-douzaine d’autres coïnculpés, dont deux partenaires d’affaires de Chodiev, Machkevitch et Ibragimov. Alexander Machkevitch est israélo-kazakh. Kazakh d’origine ouzbèke, Aoijan Ibragimov est devenu belge le 24 janvier 2005. Un inculpé a bénéficié du non-lieu.

L’affaire porte sur différentes malversations et singulièrement le paiement d’une commission de consultance suspecte de l’ordre de 55 millions de dollars.

Ils se sont battus comme des lions pour échapper au tribunal : la décision rendue hier a même battu tous les records de lenteur : alors que les chambres du conseil règlent la plupart des affaires en une audience, celle-ci durait depuis 4 ans. Les inculpés principaux tirent leurs colossaux revenus d’un empire financier fondé sur l’exploitation des minerais de métaux, du pétrole, du gaz.

Voisin immédiat de Serge Kubla, Patokh Chodiev habite une propriété hollywoodienne à Waterloo. En 2007, Serge Kubla, qui ignorait les démêlés judiciaires de M. Chodiev, assumait le fait qu’il était “intervenu comme bourgmestre de Waterloo dans la procédure en naturalisation de M. Chodiev. […] Le dossier était simple et l’avis ne pouvait qu’être favorable. On ne pouvait que s’enorgueillir qu’un homme comme (M. Chodiev) cherche à obtenir la nationalité belge et, comme Belge, de compter un nouveau concitoyen de cette qualité”.

La date du procès n’est pas encore connue.





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Lun 22 Oct 2012 - 9:01


http://www.dailymail.co.uk/news/article-412695/Borat-isnt-Kazakhstans-successful-export.html





(...)

A business acquaintance said: "The Chodiev family is very closed. No one outside the family can know anything about them.
"These kind of people are very self-conscious socially. They go to very private clubs. Everything is kept inside the family."
The family's money comes from a corporation created by their father, Patokh Chodiev, and his two close friends and partners, Alexander Machkevich and Alijan Ibragimov.
The three men are known as the Trio and their closeness, personal as well as in business, has become something of a legend. So, too, was the way they created their empire.
None of the Trio is originally from Kazakhstan. Chodiev comes from nearby Uzbekistan and the others are from Kyrgyzstan.
Chodiev was a diplomat specialising in foreign trade; Machkevich was an acclaimed academic and Ibragmiov ran state-owned industrial plants.
They met up in Moscow in the late 1980s as Gorbachev's reforms opened the way for the early stirrings of capitalism.
The three men traded anything they could get their hands on: scrap metal, iron ore, oil.
"You paid a stupid price, sold at a crazy price and made a lot of money," Chodiev recalled years later.
As the Soviet Union collapsed, the Trio detected exceptional opportunities in Kazakhstan.
Its once thriving minerals and mining industry was on the point of bankruptcy and the Trio snapped up everything they could, including the four largest mining companies.
Mining and minerals are at the heart of their Eurasian Natural Resources Corporation, the conglomerate they hope to float in London for a potential £3billion.
But back in the mid-Nineties, this kind of wealth was still in the future and ahead lay a lot of smart deals and, inevitably perhaps, controversy.
When the former Communist Party leader Nursultan Nazarbayev became president of Kazakhstan in 1991, he eagerly embraced the dash for capitalism and found himself much in demand from the ambitious Trio.
According to a knowledgeable source, the three businessman cultivated a relationship with Nazarbayev that flourishes to this day.
When the Trio produced a glossy brochure for potential investors, the president obligingly wrote a glowing introduction. It is believed that he will be guest of honour at their London party in a few weeks time.
Mr Chodiev and his partners have been accused of using a cosy relationship with Mr Nazarbayev to benefit others - at a price.
In 2002 an investigation by the BBC TV Money Programme alleged that the British-based steel tycoon Lakshmi Mittal gave Mr Chodiev's group £60 million to enable him to acquire a former state-owned steel plant in Kazakhstan.
A former Mittal executive, Johannes Sittard, said on film that the money was paid so the Chodiev concern would act as intermediaries with the Kazakh government.
Mr Mittal found himself at the centre of a row in Britain in 2001 when it emerged he had given £125,000 to the Labour Party and had received help from Tony Blair.
Just before the furore erupted, Mr Blair gave MrNazarbayev an honorary knighthood.
It seems former Soviet Bloc entrepreneurs have a gift for attracting controversy, and the Trio are no exception.
Although Mr Chodiev, his partners and family are mostly based in Switzerland and Britain, they also have property in Belgium.
Indeed, Mounissa Chodieva holds a Belgian passport. But the Belgian authorities there have been pursuing a moneylaundering investigation against the Trio for a number of years.
The allegation relates to funds used to buy a property in Belgium, but Mr Chodiev and his partners have stressed there was nothing suspect about the money. The investigation, they say, is wholly without merit.
Another alleged money-laundering inquiry began when the Royal Bank of Scotland filed a suspicious transaction report with police in Jersey.
The Jersey police liaised with their Belgian counterparts and the Trio's assets in Jersey, a tax haven, were frozen.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Lun 22 Oct 2012 - 9:09


http://www.ft.com/intl/cms/s/0/0dff5e18-9dca-11e0-b30c-00144feabdc0.html#axzz2A0cOtyZ5

June 23, 2011 8:23 pm

(...)


View from Kazakhstan

Boardroom battle revives questions about murky 1990s privatisations

As Kazakhstan’s biggest mining company lurched into controversy this month in London, where Eurasian Natural Resources Corp is listed, the administration in Astana remained officially aloof, writes Isabel Gorst. However, the furore is an embarrassment for the Kazakh government, which owns a 12 per cent interest in ENRC and backed the shareholder vote on June 8 that ousted two independent directors.

The Kazakh opposition has called for an investigation of the murky privatisations of the 1990s, when business groups with close links to the ruling elite built their fortunes.

One of these groups was the “Trio” of oligarchs that founded ENRC. Kyrgyzstan-born Alexander Mashkevich; Patokh Chodiev, an Uzbek; and Alijan Ibragimov, a Kyrgyzstan-born Uighur won control of huge metals, mining, energy and financial assets during the unruly early years of capitalism in Kazakhstan.

Although they each hold a 14.6 per cent stake, they were denied direct board representation when ENRC listed in London in 2007 following questions about their past business practices. A Belgian investigation of alleged money laundering by the men is not yet resolved. All three deny the charges.

How the Trio, none of whom is ethnically Kazakh, gained the political influence to build such a big empire has never been revealed. But according to Martha Olcott of the Carnegie Foundation for International Peace, Mr Mashkevich was said by the late 1990s to be close enough to Nursultan Nazarbayev, Kazakhstan’s authoritarian president, to shop for him at Versace in London.

Business acumen and close ties with the authorities enabled the Trio to play a pivotal role in the early privatisation of the Kazakh metals and mining industry – and eventually to win control of the country’s best chrome, iron ore and alumina assets, which form the backbone of ENRC. In some cases they acquired assets seized by the government during disputes with foreign mining groups.

The men are widely perceived to have acted as gatekeepers to Mr Nazarbayev, helping to broker metals and mining deals. Johannes Sittard, ENRC chief executive at the time (and now chairman), told the BBC in 2002 that Lakshmi Mittal, the Indian billionaire for whom he worked in the 1990s, gave a group linked to Mr Chodiev $100m in “commissions” for helping broker a deal transferring control of a Kazakh steel mill to ArcelorMittal, the world’s biggest steel group, headed by Mr Mittal.

The affair comes at an awkward time for a government planning to offer discounted shares in leading oil, mining and services companies in a series of “people’s” initial public offerings. Billed as an opportunity for ordinary citizens to share in national wealth, the listings are intended to turn a page on privatisations that still rankle with many Kazakhs.

But Bolat Abilov, co-founder of the Azat opposition party, says the privatisation of ENRC should be reversed and its assets returned to the people. “ENRC is odious,” he says. “It spoils things.”

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Lun 22 Oct 2012 - 11:27



http://www.independent.co.uk/news/business/news/londonbased-oligarchs-face-cash-probe-555761.html

Sunday 08 August 2004

London-based oligarchs face cash probe

Billionaires who 'practically own the Kazakh government' under investigation for money laundering.

Adrian Gatton reports

Three London-based oligarchs from Kazakhstan, who are understood to have invested heavily in the capital's property market, are under investigation by Belgian authorities for money-laundering.

Three London-based oligarchs from Kazakhstan, who are understood to have invested heavily in the capital's property market, are under investigation by Belgian authorities for money-laundering.

Patokh Chodiev, Alexander Mashkevitch and Alijan Ibragimov are the little-known billionaires. Collectively named "the Trio", they are the latest in a clutch of oligarchs from Russia and the Commonwealth of Independent States (CIS) to operate businesses from Britain.

The Trio, who have worldwide interests, made their fortunes in Kazakhstan from minerals, oil, gas and banking. They are close confidantes of the Kazakh President, Nursultan Nazarbayev.

The Independent on Sunday first learnt in 2001 about the visits by the Trio to London. At that time, one businessman said: "They practically own the Kazakh government, and swathes of land and businesses there. They have £20m-£30m of investments in London and want to set up their base here."

In the previous year the National Criminal Intelligence Service (NCIS) had devoted a chapter of its classified Millennium Report on organised crime in Russian to the Trio. The report, seen by the IoS, found no link between the Trio and organised crime.

However, a spokesman for the Belgian prosecutor's office in Brussels, said: "All three men have been under investigation for money-laundering. The file has been passed to the prosecutor and we expect the case to be brought before a court in the next few weeks."

In May 2001, the Trio were charged by a Belgian judge with money-laundering, allegedly through a country house near Waterloo. The money was alleged to have been "of criminal origin". The Trio have rejected the charges. Despite the charges, Lord Levy, envoy to Tony Blair, met Mr Mashkevitch in Kazakhstan last year.

The Trio are part of what some suspect to be an attempt in the past few weeks by a Dutch-registered company, Arduina Holdings, to take over Emperor Mining. Emperor, which is listed on the Australian Stock Exchange, operates a gold mine on Fiji.

As a result of regulatory pressures, Arduina has been forced to disclose some ownership details. The Trio were identified last week in a shareholders' and associates' notice and their address was given as the Second Floor, 16 St James Street, in central London. This is also the address of Alferon Management, a management company closely connected to the Trio.

Of the Trio, Mr Chodiev has particularly strong UK links. He is known to travel on business to London regularly. His children also live in London.

In 2001, Mr Chodiev's son Sabir, then 19 and living in Chelsea, was banned from driving after speeding down the M3 at 140mph in his BMW. He pleaded guilty to driving while banned, attempting to pervert the course of justice and dangerous driving, and narrowly avoided a custodial sentence.

Mr Chodiev's daughters live in apartments overlooking the Thames. One apartment is an address that Mr Chodiev has filed with Belgian prosecutors.

Norman Lamb MP, a member of the Treasury Select Committee, said: "The proceedings in Belgium have to be taken very seriously. I will be asking the Home Secretary whether they have done any work on oligarchs' wealth and whether there are any concerns in government about this rapidly growing trend."


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Lun 22 Oct 2012 - 13:11



http://www.sharecast.com/cgi-bin/sharecast/story.cgi?story_id=20442442

(...)

ENRC has resolved not to buy mineral rights via controversial middlemen who campaign groups say pose an appearance or risk of corruption, the Mail understands. Chairman Mehmet Dalman has taken an increasingly active role in addressing the firm’s reputation for boardroom rows and opaque deals to buy mineral rights in the developing world. The FTSE 100 group has suffered damage to its image over mineral concessions in the Democratic Republic of Congo (DRC) bought via companies controlled by Israeli diamond tycoon Dan Gertler. His companies are located in secretive tax havens, raising fears that a lack of transparency obscured whether the right price was paid or who the ultimate beneficiary of the deals was, although Gertler representatives have previously denied corruption and stated that the Gertler family are the only beneficiaries. ENRC was also forced to pay out £800m to fellow miner First Quantum earlier this year to settle claims that the Congolese government had seized mines before selling them on to ENRC via Gertler, The Daily Mail writes.

(...)

http://www.dailymail.co.uk/money/markets/article-2221033/Miner-ENRC-clamps-opaque-mining-deals.html

Miner ENRC clamps down on opaque mining deals

By Rob Davies

PUBLISHED: 20:50 GMT, 21 October 2012 | UPDATED: 20:50 GMT, 21 October 2012

ENRC has resolved not to buy mineral rights via controversial middlemen who campaign groups say pose an appearance or risk of corruption, the Mail understands.

Chairman Mehmet Dalman has taken an increasingly active role in addressing the firm’s reputation for boardroom rows and opaque deals to buy mineral rights in the developing world.

The FTSE 100 group has suffered damage to its image over mineral concessions in the Democratic Republic of Congo (DRC) bought via companies controlled by Israeli diamond tycoon Dan Gertler.

His companies are located in secretive tax havens, raising fears that a lack of transparency obscured whether the right price was paid or who the ultimate beneficiary of the deals was, although Gertler representatives have previously denied corruption and stated that the Gertler family are the only beneficiaries.

ENRC was also forced to pay out £800m to fellow miner First Quantum earlier this year to settle claims that the Congolese government had seized mines before selling them on to ENRC via Gertler.

But the Mail understands that Dalman has decided all future deals should be struck directly with governments, to avoid the appearance and the risk of corruption. A £63m purchase of the Frontier licence in the DRC earlier this year cut Gertler out of the transaction and any future mineral rights purchases are expected to follow the same format.

Dalman is understood to have flown to the Democratic Republic of Congo earlier this year for clear-the-air talks with Gertler.

While they will remain in partnership on existing contracts, ENRC is understood to have told the Israeli businessman that it cannot risk buying any more mining rights through him.

The decision will be seen as a milestone victory for campaign groups such as Global Witness, which has warned that the Congolese people are at risk of being cheated out of mineral revenues by complex deals that benefit Western companies and their go-betweens.

ENRC is still struggling to shake off its habit of boardroom conflicts, after director Sir Paul Judge accused colleagues earlier this month of acting like a ‘lynch mob’.

He was reacting to what he perceived as a power grab by Dalman, who is expected to take on a more executive role alongside chief executive Felix Vulis.

Last year, non-executive director Ken Olisa dubbed the firm – more than a third of which is owned by a trio of Kazakh billionaires –‘more Soviet than City’ after he and Sir Richard Sykes were ousted from the board.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Lun 22 Oct 2012 - 14:45



http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/169136/ibragimov-belge-lui-aussi.html

Ibragimov, Belge lui aussi

(22/03/2007)

Plus facile de devenir belge quand on est kazakh, riche et malhonnête que pour Johnny

BRUXELLES La facilité au moins apparente avec laquelle des ressortissants kazakhs sans lien ni attachement aucun avec la Belgique, mais liés à l'affaire Chodiev, ont obtenu la nationalité belge, pose question.

Hier, nous révélions que l'un des deux milliardaires belges (en dollars), Patokh Chodiev, avait été inculpé, à Bruxelles, de blanchiment, faux, usage et association de malfaiteurs.

Selon nos infos, un second Kazakh, inculpé dans le même dossier, a obtenu lui aussi la nationalité belge...

Malgré l'avis contraire de la Sûreté de l'État, de l'Office des étrangers et du parquet de Bruxelles.

Arrivé en Belgique en 1997 dans le sillage de Chodiev, Alijan Ibragimov, Kazakh né en Ouzbékistan le 5 juin 1973, a obtenu la nationalité belge le 24 janvier 2005.

Quel est le sérieux de cette naturalisation, peut-on s'interroger, dès lors qu'à peine huit mois après l'avoir obtenue, Ibragimov montrait son attachement à sa nouvelle patrie en allant vivre... en Suisse.

Selon nos infos, Ibragimov est radié d'office de son domicile en Belgique de l'avenue de la Tendraie à Lillois, depuis le 28 septembre 2005, et réside depuis lors à 8832 Willembei, Suisse.

Par quel tour de magie Ibragimov est-il devenu belge alors que le parquet de Bruxelles demande et veut obtenir son renvoi en correctionnelle pour son rôle présumé dans l'affaire Tractebel ?

Johnny Hallyday, dont le père était belge pur jus, n'a visiblement pas la chance d'être kazakh.

Codiev, Ibragimov et cinq autres comparaissent le 5 avril prochain devant la chambre du conseil de Bruxelles.


Gilbert Dupont

© La Dernière Heure 2007
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Lun 22 Oct 2012 - 15:52


La grosse villa de Alijan Ibragimov à Lillois (Braine l'Alleud) appartenait auparavant à un général britannique auprès de l'OTAN ...

( http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=141290 )

_ _ _

Un très intéressant article ...

Mardi 28 décembre 1999

http://archives.lesoir.be/le-parquet-de-bruxelles-enquete-kazakhgate-tractebel-co_t-19991228-Z0HNTZ.html

dont voici un extrait :

(...)

Ils sont trois, proviennent en fait d'Ouzbékistan et du Kirghizistan, mais dans la foulée de l'indépendance des républiques de l'ex-URSS, se sont enracinés dans la vie politique et économique kazakhe. Deux d'entre eux, Patokh Chodiev et Alexandre Machkevitch, connaissent bien la Belgique pour y avoir créé dès 1991 et 1992 leurs premières sociétés, alors qu'ils étaient encore domiciliés à Moscou. Ils créent à l'époque les sociétés belges PMC Trading Co et Astas, mais participent surtout à la mise sur pied de la société Seabeco Belgium, qui leur vaut d'emblée l'intérêt du monde du renseignement.

Pourquoi? Parce que leur partenaire, l'homme qui règne sur le réseau mondial des sociétés Seabeco, est un immigrant lituanien qui fera parler de lui dans les cercles liés au crime organisé russe: Boris Birshtein.

Le nom de Birshtein sera mentionné dans les schémas d'exfiltration des fonds du parti communiste d'Union soviétique, dans la chute en 1993 du gouvernement kirghize sur une transaction internationale d'or, et on retrouvera son nom dans le dossier Rustkoï, lorsque le vice-président russe sera accusé d'avoir permis l'évasion vers la Suisse de millions de roubles appartenant au gouvernement russe. On reparlera de Birshtein dans le dossier du mafieux présumé Sergueï Michaïlov lorsque, en mars 1997, la justice suisse viendra perquisitionner les sièges de Seabeco Belgium, Astas et Brussels Research Consulting (autre société où apparaît Chodiev). Si Tractebel avait connu le curriculum vitae de ce duo, elle n'aurait sans doute jamais fait affaire avec lui. Mais la société belge ne traite pas a priori avec eux: elle noue son premier contact avec un troisième homme que la justice belge ne connaît pas: Alijan Ibragimov, de nationalité kazakhe, qui semble avoir apporté des contacts privilégiés avec le Premier ministre kazakh de l'époque Akhezan Kajegueldine.

Ce n'est qu'à l'époque de cet arrimage à Ibragimov, et dans les années qui suivirent, que le «trio kazakh» va se constituer, les contacts de Chodiev (envers la présidence kazakhe) et d'Ibragimov (au niveau du Premier ministre kazakh) étant complémentaires.

LE DÉTAIL DES COMMISSIONS

Quand la Sûreté de l'Etat approchera la direction de Tractebel pour les mettre en garde, il est trop tard: ces «partenaires» sont entrés dans le capital des sociétés de Tractebel au Kazakhstan, à hauteur de 45 % dans les sociétés Intergas et Global Gas, à hauteur de 24 % semble-t-il dans la société Almaty Power Consolidated. Remarquons qu'à cette époque, la société d'aluminium Transworld n'a pas encore porté plainte pour menaces et associations de malfaiteurs à l'encontre du trio: Transworld ne saisit la justice belge que le 1 er décembre 97, Tractebel n'aurait donc pas su l'interpréter comme un signal d'alarme.

En vertu des accords liant Tractebel au trio - celui-ci ayant permis la percée de la société belge au Kazakhstan - Tractebel verse à la mi-juillet 97 une première commission de deux fois 15 millions de dollars, via l'European United Bank de Genève, à l'une des sociétés du trio, Emery International, basée aux Bahamas ou aux Antilles néerlandaises. Une autre tranche de 25 millions de dollars US devait être versée au trio sous la forme d'une participation aux bénéfices, à prélever en théorie sur les caisses des sociétés de Tractebel au Kazakhstan. Mais l'investissement étant peu rentable, Tractebel conclut avec eux trois nouveaux contrats de consultance - à hauteur des 25 millions de dollars restant dûs - qu'elle honore en juin 98 sous la forme de versements de 10, 11 et 4 millions de dollars. La commission de 55 millions de dollars (plus de deux milliards de francs) est ainsi complète.

Il n'y à là aucun délit. Le problème se pose en aval, lorsqu'est examiné ce qu'il advient de ces commissions. Le juge genevois Daniel Denaud, saisi par le Kazakhstan d'une demande d'entraide judiciaire concernant les avoirs à l'étranger de l'ex-Premier ministre Kajegueldine, tombe sur la société Emery International, sur les flux financiers de Tractebel, et découvre une série d'opérations - au bénéfice de la famille Kajegueldine et/ou de la famille du président kazakh - qui conduisent au gel de divers avoirs. Bien que ces devoirs d'instruction suisses aient été initiés à la demande du Kazakhstan, le juge Denaud remontera si haut qu'il provoquera même l'ire des diplomates kazakhs et du département fédéral suisse des affaires étrangères. Par ailleurs, ce juge semble avoir un dossier consistant sur le rôle qu'aurait joué Nicolas Athérinos, ex-vice-président d'EGI, bras international de Tractebel, dans ces montages. A notre connaissance, Atherinos ne serait plus pour l'heure sur le territoire belge.

LE MONTAGE DE SOCIÉTÉS

La justice belge ne reste pas inactive: elle aurait pour sa part identifié à Londres, en 1999, d'autres opérations elles-aussi liées aux commissions Tractebel. Comment et pourquoi? Nous l'ignorons. Mais les opérations sont de telle nature que la justice anglaise pourrait à son tour s'en saisir.

Ce qui est plus clair, c'est ce qui a été identifié en Belgique: la famille Kajegueldine - le nom de Mme Kajegueldina apparaît ici - fait revenir des fonds via une société des Antilles néerlandaises, la «Lostona», en direction de la société néerlandaise «Food and leisure», de La Haye, laquelle participe à la création des sociétés belges «Ina Invest» et «Belital Development». Là réside une des opérations de blanchiment présumé. Elle est elle-même réalisée avec l'aide d'un groupe de personnes centrées autour de la société «Euro Asian Travel», société belge où on retrouve... Chodiev et Ibragimov.

Vous avez dit «compliqué»? Oui. Et délicat, surtout: comme l'a rappelé le porte-parole du parquet de Bruxelles en confirmant ce lundi l'existence d'un dossier Tractebel-Kazakhstan, personne, jusqu'à ce jour, n'a été inculpé. On marche donc sur des oeufs.

(...)


_ _ _ _ _ _


De Morgen, woensdag 6 februari 2002

(...)

Drie vragen hierbij. Eén: wie is de “onmiddellijke omgeving”? Als we de tekst letterlijk nemen, gaat het wellicht om zijn naaste buurman en tevens, zoals ingewijden aan De Morgen verklaarden, zijn persoonlijke vriend Serge Kubla. Kubla is burgemeester van Waterloo (PRL) – sinds 1999 ook Waals minister van Economie – en als burgemeester het hoofd van de politie, dus de rechtstreekse chef van commissaris Vandewalle.

Twee: waar haalt de politie het dat Chodiev Frans spreekt? Volgens zijn naaste omgeving spreekt hij ofwel “geen woord” Frans, anderen zeggen “dat hij het wel verstaat”. Op de enige persconferentie die hij totnogtoe toe in België gaf, sprak hij alleszins Engels, ook al had hij Franstalige ondervragers.

Drie: waarom schrapte de commissaris de cruciale inlichting over de Staatsveiligheid die zijn eenvoudige brigadier wel vermeldde?

Nog op 1 maart 1999 ontvangt de Algemene Rijks Politie een nota van de staatsveiligheid: “Van een zeer gevoelige bron vernam de VS dat Pathokh Chodiev, voormalig vennoot van Boris Birshtein (crimineel van Litouwse afkomst, WDB / WP) en vermoedelijk kopstuk van de Russisch/Kazakse georganiseerde misdaad in België, doodsbedreigingen ontving. Dat zou gebeurd zijn via een fax die op 14 februari ’99 op zijn privé-adres (rue Manoir, 101, Waterloo) aankwam. In die fax, gericht aan de vrouw van Chodiev, werd gemeld dat het leven van de kinderen van Chodiev en zijn vennoten in gevaar zou zijn.” Getekend: Bart Van Lijsebeth. (WDB / WP)

_ _ _


http://rumafia.com/search.php?search=+Birshtein

Kingpins discussed the future criminal activities in Israel. Among the participants there were Kobzon, Mikhailov, Averin, Mogilevich, Alimzhan Tokhtakhounov (Taivanchik ranks seventh in the list of FBI most wanted), Leonid Bilunov, Boris Birshtein, Grigory Luchansky, etc.

_ _ _


British police issued a warrant for the arrest of Mogilevich. It was only in 1997 that his lawyers managed to overturn the order, but the UK banned Semen Mpgilevich from entering the country for life. He also became persona non grata in Slovakia. Then in some other countries.

At that point of time Mikhailov and Mogilevich realized that their financial interests were at risk, and quickly found a common language. Seva Kievsky agreed to pay the leader of Solntsevskaya group 5 million dollars, on which the conflict was settled. In October 1995 Mikhailov, Viktor Averin, Semen Mogilevich and several businessmen from Ukraine, including Vadim Rabinovich and Boris Birshtein, met at the Hilton Hotel in Tel Aviv. They discussed plans for the future. They make a decision to develop the Ukrainian direction, where Seva Kievsky’s confidents had good connections.

_ _ _


http://archives.lesoir.be/la-mafia-russe-avait-achete-l-elu-du-fn-justice-ex-elu-_t-20030925-Z0NKTH.html

La mafia russe avait acheté l'élu du FN

Jeudi 25 septembre 2003

(...)

Ce réquisitoire renvoie Rozenberg en correctionnelle, avec Sergeï Mikhaïlov. Au total, cinq membres de cette organisation criminelle se verront convoqués devant la justice belge, ainsi que deux autres Belges : Eric Van De Weghe, un intermédiaire, et Christian Amaury, un ancien gendarme. Ils devront répondre de corruption, blanchiment, faux et usages de faux, recel et association de malfaiteurs.·

(...)


Eric Van De Weghe : avec Robert Beijer en Thaïlande ...

Si je suis bien renseigné, Robert Beijer a toujours été lié avec la famille Van De Weghe, d'abord avec le père qui l'a aidé quand il était en prison à Bangkok (flagrant délit avec un faux passeport). Ce Van De Weghe fréquentait le bar Madrid à Bangkok, également fréquenté par Jimmy Vogeleer et d'autres ...

http://teakdoor.com/food-and-drink/24683-chis-madrid-review-oldest-expat-pub-2.html

The Madrid was an old CIA hangout during the Air America days. At that time, you most likely would run into Jack Shirley or Tony Poe downing a few beers in the Madrid. Tony Poe is who the Colonel Kurtz character from Apocalypse Now is based on. The photo below is an old one from the Lucy's Tiger Den. The walls at the Madrid are plastered with photos of customers new and old.




et

Christian Amaury : ex-gendarme, impliqué dans plusieurs affaires ...

Franz Reyniers a écrit dans son livre que Robert Beijer, Madani Bouhouche et Christian Amaury faisaient partie des Tueurs du Brabant.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Lun 22 Oct 2012 - 17:46



Si j'en crois ce qui suit, le troisième homme du "trio" n'est pas mal non plus ...


Alexander Mashkevitch envisage de créer une chaîne d’info continue sioniste

Le milliardaire israélien d’originaire d’Asie centrale, Alexander Mashkevitch, a annoncé son intention de créer en 2012 une chaîne satellitaire mondiale d’information continue présentant une vision sioniste de l’actualité. Il devrait présenter prochainement son projet au président Shimon Peres.

On serait tenté de dire qu’il en a déjà beaucoup, mais M. Mashkevitch, souhaite qu’elle présente le point de vue officiel israélien.

Alexander Mashkevitch a fait fortune avec ses amis Patokh Chodiev et Alijan Ibragimov à la chute de l’Union soviétique. Connus comme le « trio des Kazakhs », ils exploitent les principales ressources minière du Kazahkstan via Eurasian Natural Resources Corporation (ENRC), une société basée à Londres. Ils ont progressivement étendu leur empire en Zambie, RDC, Indonésie, Russie et Kosovo.

M. Mashkevitch préside l’Euro-Asian Jewish Congress, l’une des cinq branches régionales de Congrès juif mondial. Il milite pour la création d’un parlement mondial de la diaspora juive. Juif orthodoxe, il a financé la construction de nombreuses synagogues dans le monde.

Il a défrayé la chronique en septembre 2010 lorsqu’il a été arrêté, avec d’autres personnalités, au cours d’une partie organisée sur le , le yacht ayant appartenu à Kemal Atatürk. Selon la police turque, Alexander Mashkevitch serait un des membres d’une importante organisation internationale de traite des femmes, dirigée par Taufik "David" Arif. Il aurait reçu et caché dans ses hôtels de jeunes filles russes et ukrainiennes achetées et importées par Arif.

Le yacht avait été loué 300 000 dollars pour 9 jours par M. Mashkevitch pour divertir les clients de l’organisation. Lors du coup de filet, les policiers ont libéré des jeunes filles de 13-14 ans.

http://www.voltairenet.org/

Le milliardaire kazakho-israélien Alexander Mashkevitch a été arrêté par la police turque dans le cadre d'une enquête liée à un scandale sexuel survenu à bord du légendaire yacht de l'Ataturk, Mustafa Kemal.

La police a prit d'assaut le bateau suite à une information, et arrêté 20 personnes dont des prostituées – certaines mineures – sur le soupçon d'organisations "d'orgies sauvages" à bord du vaisseau historique.
Mashkevitch est un fameux bienfaiteur de nombreuses organisations juives :

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3966384,00.html

http://www.alterinfo.net/notes/Le-milliardaire-israelien-Alexander-Mashkevitch-arrete-par-la-police-turque_b2400792.html

Le bateau aurait été loué régulièrement dans le cadre d’un commerce du sexe dans laquelle les passagers paient plusieurs milliers de dollars pour une nuit à bord

http://www.jewishtimes.com/index.php/jewishtimes/news/jt/international_news/jewish_leader_arrested_in_alleged_sex_trade_scheme/21060

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Mar 23 Oct 2012 - 9:55


A noter que l'article du Canard Enchaîné (3 octobre 2012)

http://fr.scribd.com/doc/109328124/Le-canard-enchaine-3-octobre-2012-De-Decker

cite deux personnes qui ne sont pas reprises dans la lettre de J-F Etienne des Rosaies

http://fr.scribd.com/doc/109582767/Affaire-Armand-de-Decker-Lettre-de-Etienne-Des-Rosaies

Il s'agit de

Aymeri de Montesquiou-Fezensac (il faut ajouter d'Artagnan quelque part)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aymeri_de_Montesquiou

et

Amre Youness.

On peut noter que le premier a reçu l'Ordre kazakhstanais Dostyk en 2012 ...

( http://www.kazakhstan.orexca.com/awards_kazakhstan.shtml )

Selon

http://www.telegraph.co.uk/finance/newsbysector/industry/mining/9469162/ENRC-recruits-adviser-for-split.html

Amre Youness est "a key lieutenant of the company's founders" (ENRC)

Bien entendu, on retrouve Amre Youness (comme Chodiev, etc) dans des sociétés philantropiques ...

Cela démontre que Hervé Liffran, le journaliste du Canard Enchaîné, est bien renseigné et en sait plus que ce qui est dans la lettre de J-F Etienne des Rosaies.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Mar 23 Oct 2012 - 12:15


Pour information, un article citant Alexander Mashkevich :

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2055223/Tony-Blair-billionaire-donor-Lakshmi-Mittal--major-deal-Kazakhstan.html

Tony Blair, the billionaire donor Lakshmi Mittal... and a major deal in Kazakhstan
By Christopher Leake and Will Stewart

UPDATED: 10:15 GMT, 30 October 2011

(...) The foreign investors’ summit attracted a host of senior business figures and politicians with close links to Mr Blair and Labour.

The Kazakh council includes Oleg Deripaska, the Russian oligarch and close friend of Lord Mandelson, London-based Israeli Alexander Mashkevich, an associate of former Blair adviser Lord Levy, and Lord Renwick of Clifton, vice-chairman oinvestment bankers JP Morgan – which pays Mr Blair £2 million a year as an adviser. Another is Peter Voser, chief executive of Shell, which signa £375 million oil exploration deal with Colonel Gaddafi that was endorsed by Mr Blair. (...)

Sur Lord Levy :

http://en.wikipedia.org/wiki/Michael_Levy,_Baron_Levy

___________


http://www.voltairenet.org/article169390.html

http://eajc.org/page173

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4048812,00.html


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Mar 23 Oct 2012 - 14:38


J-F Etienne des Rosaies ayant été présenté à Charles Pasqua par Robert Pandraud

http://www.liberation.fr/societe/0101281167-dossier-fouille-au-ministere-de-l-interieur-pandraud-renvoie-a-pasqua

cela vaut la peine de relire certains articles, notamment sur le SAC :

http://www.liberation.fr/politiques/0101620111-l-ancien-ministre-de-la-securite-publique-robert-pandraud-est-decede

http://www.lexpress.fr/informations/la-saga-du-sac_590968.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Debizet

http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Pasqua

Etienne des Rosaies a été pendant 10 ans (1976-1986) le «chargé de mission auprès du président de la Compagnie générale des eaux» ...

Il convient donc de relire

http://archives.lesoir.be/vague-de-perquisitions-dans-l-affaire-benoit-de-bonvois_t-19900517-Z02P8Z.html




Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Mar 23 Oct 2012 - 15:00



Ceci, ainsi que l'expérence de J-F Etienne des Rosaies dans le renseignement, jette très probablement un éclairage intéressant sur ce qui suit :


Een Parkeermeterfraude kwam in 1987 in Luik aan het licht.

(...)

In 1987 was de Franse groep Compagnie Générale des Eaux in Luik neergestreken. De lobbyist baron Benoît de Bonvoisin had de directie in contact gebracht met de 'patron' van het Luikse, André Cools.

In 1988 werd een dochtermaatschappij opgericht, de CGEur, waar kolonel Jean Dubois, rechterhand van Cools, bestuurder van werd. De maatschappij kon de firma Oscar Rauwens, die een bestelling binnen had voor de levering en installatie van parkeermeters in Luik ervan overtuigen om als zijn onderaannemer hiervoor op te treden, met akkoord van het stadsbestuur. Een 'Société wallonne de gestion du stationnement' werd opgericht om de parkeermeters uit te baten. Als beloning hiervoor kreeg de Luikse burgemeester Edouard Close 1 miljoen Belgische frank cadeau. Dit smeergeld kwam via de liberale CGEur directeur Georges Goldinne terecht bij Jules Verbinnen, een vertrouweling van Close.


_ _ _



On retrouve J-F Etienne des Rosaies et le général Benoît Puga dans :

http://www.legion-etrangere.com/modules_media/doc/1/1_1_22042011150454.pdf

Voir la fin de

http://fr.scribd.com/doc/109582767/Affaire-Armand-de-Decker-Lettre-de-Etienne-Des-Rosaies


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Mar 23 Oct 2012 - 15:48


A noter que Armand De Decker déclare ce qui suit :

http://www.levif.be/info/actualite/belgique/affaire-chodiev-un-faux-la-lettre-qui-met-en-cause-de-decker/article-4000190819483.htm

"J’ai rencontré ce de Rosaies à Knokke quand j’avais 18 ans."

Une question qu'il est légitime de se poser est de savoir s'il y a eu des contacts entre eux depuis lors ... ou si J-F Etienne des Rosaies a voulu le rencontrer à nouveau 45 ans plus tard (pourquoi si ce n'est pas au sujet de Chodiev puisque Mme Degoul était là ?)

En se souvenant que Etienne des Rosaies était au minimum très proche du SAC (Pasqua, etc), qualifié de Stay-behind français ... et que De Decker était au courant de l'existence du Stay-behind belge au minimum depuis sa fonction de conseiller de Charles Poswick en 1980 (il le dit lui-même) ...

De Decker a aussi été parlementaire membre de la commission Défense depuis 1981 (tout le monde connaît son intérêt pour ces questions ainsi que son soutien à l'OTAN) ... alors que Etienne des Rosaies est resté proche de l'armée française (notamment de la légion étrangère) pendant toutes ces années et jusqu'à aujourd'hui.

Il reste à éclaircir des éléments troublants de la lettre, notamment "cousin germain" (quel sens donner à cette expression ... qui n'a pas été choisie au hasard) ...


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Mar 23 Oct 2012 - 16:22


A noter par ailleurs ...

... un participant me fait remarquer la similitude de ce qui précède avec une intervention de Alfred Cahen :

http://archives.lesoir.be/l-8217-al-capone-de-moscou-est-tombe_t-20080126-00ENN3.html

L’Al Capone de Moscou est tombé

LALLEMAND,ALAIN

Page 15

Samedi 26 janvier 2008

Crime organisé Semion Mogilevich, 62 ans, arrêté mercredi par la police russe

(...)

Il a dès lors approché un Belge fameux, Alfred Cahen, ancien ambassadeur de Belgique au Congo et en France, pour négocier avec les services de renseignements français son autorisation d’entrée dans l’Union en échange d’informations privilégiées. A l’époque, une information pour corruption avait été ouverte en Belgique.

(...)

- -

Ce qui nous ramène au dossier ATLAS ...

Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1388
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Mar 23 Oct 2012 - 18:52

HERVE a écrit:


Plus facile de devenir belge quand on est kazakh, riche et malhonnête que pour Johnny

Johnny Hallyday, dont le père était belge pur jus, n'a visiblement pas la chance d'être kazakh.

Gilbert Dupont

© La Dernière Heure 2007

Une ou deux valises d'argent (toujours en mal de blanchiment lorsqu'il provient de ces sources, de toute manière) assouplissent considérablement le caractère tatillon des bureaucrates... à plus forte raison si la demande se voit appuyée par un élu, lui aussi friand de valises à billets. Twisted Evil

Halliday a dû être jugé trop près de ses sous. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1388
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Mar 23 Oct 2012 - 18:58

HERVE a écrit:


En se souvenant que Etienne des Rosaies était au minimum très proche du SAC (Pasqua, etc), qualifié de Stay-behind français ... et que De Decker était au courant de l'existence du Stay-behind belge au minimum depuis sa fonction de conseiller de Charles Poswick en 1980 (il le dit lui-même) ...


Je m'interroge sur l'opportunité de comparer le stay behind (dont la conception avait pour but de contrer l'expansionnisme russe en direction de l'Atlantique) au réseaux Pasqua... purement axés sur le profit immédiat, voire carrément criminel dans certaines branches on ne peut plus connues des journalistes français "initiés".

La confusion des genre est très préjudiciable à l'approche de ces dossiers poour le profane... Car il ne faut pas rêver... le but premier des réseaux Pasqua étaient de concurencer les réseaux Foccard... pour le pillage de l'Afrique; rien d'autre !... Les rodomontade gaulienne ne sont là que pour le folklore.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Mar 23 Oct 2012 - 21:45



http://www.africaintelligence.fr/LC-/who-s-who/1993/03/25/j-f-etienne-des-rosaies,19252-ART


N° 184 25/03/1993

FRANCE

J-F ETIENNE DES ROSAIES


Conseiller technique au SGDN (Secrétariat général de la défense nationale), Jean-François Etienne des Rosaies a reçu le 3 mars les insignes de la légion d'honneur des mains de Guy Fouchier, le patron du SGDN devant de nombreuses personnalités dont certaines liées au continent africain: l'ambassadeur d'Algérie en France Ahmed Ghozali, Bruno Delaye conseiller pour les Affaires africaines et malgaches à l'Elysée, George Serres chargé des affaires économiques et financières dans la cellule africaine de l'Elysée, Yazid Zabeg (CSEE)... Ancien préfet de la Meuse, Jean-François Etienne des Rosaies a occupé des fonctions dans les cabinets Pandraud et Pasqua en 1986 et 1987. Il avait notamment participé à la libération des otages français du Liban, ce qui expliquait la présence à cette cérémonie de Béchir Gemayel et de responsables du renseignement tel que Rémy Pautrat, l'ancien conseiller à la sécurité de Michel Rocard à Matignon. Franc-maçon, Etienne des Rosaies, a également derrière lui une carrière africaine dans le renseignement - importante mais "forcément" méconnue - dans plusieurs présidences: Cameroun, Sénégal et Gabon.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Mer 24 Oct 2012 - 9:53



Je me demande, comme d'autres, si le fait que Jean-François Etienne des Rosaies est franc-maçon peut expliquer certaines expressions troublantes de sa lettre :

http://fr.scribd.com/doc/109582767/Affaire-Armand-de-Decker-Lettre-de-Etienne-Des-Rosaies

Cela ne m'éclaire pas a priori mais mes connaissances sont limitées. Je ne me souviens en tout cas pas d'avoir vu "cousin germain" dans un lexique franc-maçon. Ceci dit, il y a de la variété ... cela reste une hypothèse intéressante ... elle impliquerait Armand De Decker et peut-être les ministres cités ... elle impliquerait aussi Claude Guéant et, en ce qui le concerne, on a quelques éléments :

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/comment-les-francs-macons-manipulent-les-candidats_1068140.html

Comment les Francs-maçons manipulent les candidats

Par François Koch, publié le 06/01/2012 à 14:30

(...)

Un soutien à Sarkozy qui fait scandale

Le rôle de Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée (2007-2011) puis ministre de l'Intérieur, ne facilite pas l'opération séduction. A priori, la proximité de son collaborateur avec les réseaux maçonniques était un atout pour Sarkozy. Guéant a beau répéter : "Je ne suis pas franc-maçon et ne l'ai jamais été", il a privilégié, lors de nominations, des frères au détriment de profanes. Il n'a pourtant pas fait plaisir à l'ensemble du monde maçonnique car il a favorisé la Grande Loge nationale française (GLNF), courant régulièrement soupçonné d'affairisme.

Or, comme nous sommes en mesure de le révéler, le fils du ministre de l'Intérieur, François Guéant, élu UMP de la région Bretagne, est membre de cette obédience depuis décembre 2006. L'adhésion du fils a-t-elle favorisé les contacts du père avec le grand maître de la GLNF, François Stifani ?

Dans une interview à L'Express (2010), Claude Guéant reconnaissait avoir établi de bonnes relations avec le haut dignitaire. Et de préciser: "Il a, s'agissant d'une situation délicate à gérer, apporté une contribution positive." En clair, le franc-maçon a fait jouer ses réseaux en Guadeloupe afin d'aider le gouvernement à prendre langue avec le LKP d'Elie Domota pendant le mouvement de protestation qui a paralysé l'île, début 2009. Est-ce le fait du hasard ? C'est le moment choisi par François Stifani pour assurer, par écrit, le président de la République du soutien de l'ensemble des maçons de son obédience (L'Express du 1er décembre 2010).

Ce courrier a fait scandale dans les loges, dont l'une des règles est la neutralité politique. Il a amplifié la crise déclenchée par les opposants au grand maître, qui a conduit la justice à placer la GLNF sous administration judiciaire en janvier 2011. Du jamais-vu ! Il est donc fort peu probable que les frères de cette obédience, classée à droite, fassent campagne pour Sarkozy.

(...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Mer 24 Oct 2012 - 10:15


http://www.prevensectes.com/fm5.htm

Charlie-Hebdo, 29 septembre 1999, par Bernard Vions.

Une floppée de membres de la Grande Loge Nationale de France, obédience catho et «apolitique», pataugent dans les scandales.

Simon Gionavannaï, le nouveau responsable du Grand Orient de France, l'a lui-même reconnu il y a quinze jours dans L'Express : les francs-maçons souffrent des « dérives affairistes d'une certaine obédience ».

En clair : une flopée de membres de la Grande Loge nationale française (GLNF) barbotent dans les scandales qui font, depuis quelques années, l'angoisse des élus, le stress des PDG et la joie des juges d'instruction.

Dernier exemple en date : l'ouverture, lundi 27 septembre, à Paris des audiences d'appel d'une affaire injustement méconnue.

Les faits : en 1994 et 1995, Pierre Régis, directeur d'une agence parisienne du CIC, a accordé des prêts à des gens qui n'y avaient pas droit - en échange de pots-de-vin d'un montant de 5.000 à 10.000 F.

Surprise : nombre de ses « clients » étaient, comme lui, francs-maçons à la GLNF. Et tous appartenaient à un même « atelier » : l'atelier dit des « saints Épis » - sans doute parce qu'à y était beaucoup plus question de blé que de philosophie émancipatrice.

La liste des « frères » de l'atelier est d'ailleurs révélatrice - et belle comme un film d'Yves Boisset, lorsque celui-ci stigmatisait l'establishment politico-affairiste des années 70.

Les « frères » de la Côte

En étaient membres en vrac : des préfets, des sénateurs RPR, des fonctionnaires de l'Intérieur, de la Défense et des Finance, des cadres d'Elf-Sanofi et de Dassault-Aviation. Des avocats comme (.......... )- incarcéré dans l'affaire Carignon. Des « consultants » comme (...........), célèbre faux-facturier RPR. Auxquels il convient d'ajouter : le directeur d'un bureau d'études de l'Essonne, gendre d'un sénateur RPR, déjà mis en examen dans une affaire de corruption, et un « conseiller pour le commerce extérieur » de la France, condamné dans une affaire de fausse monnaie.

Joli tableau. D'autant que l'affaire dépasse le cadre d'une petite escroquerie au crédit. Tous les prêts accordés par le banquier indélicat ont en effet servi à acheter des actions d'une société canadienne - l'Amour Intemational Gold Metal - qui prétendait exploiter une mine d'or en Sibérie.

Depuis la Cornrnistion des opérations boursières (COB) a déterminé, dans un très confidentiel rapport d'enquête, que cet Eldorado sentait gravement le faisandé. Mais ce n'est là qu'une des anecdotes concernant la GLNF.

Au sein de la maçonnerie française (Grand Orient, Grande Loge de France, Droit humain, Grande Loge féIninine de France), la GLNF, créée en 1913 et revendiquant 17.000 adhérents, est la seule obédience à s'inscrire dans la tradition maçonnique anglaise («apolitisme» et croyance en Dieu). Mais quelques-uns de ses «frères» ont manifestement oublié les saiints commandements - comme : «Tu ne voleras point.» Au point d'en énerver leurs petits camarades heureusement restés intègres.

Ainsi, en 1996, un haut responsable de cette obédience écrivait : « Notre GLNF est en danger, en passe d'être déshonorée par une multitudes d'affaires candaleuses. » Et de citer, entre autres, « le dossier des Hauts-de-Seine [corruption, abus de biens sociaux] », « l'affaire Noir-Mouillot-Botton », ou « les magouilles [de la] tour BP [détournements financiers et sept suicides] », avant de lister les « frères impliqués dans ces affaires ». « De tels dévoiements doivent cesser, concluait la lettre, c'est une nécessité impérieuse ».

Plus accablant encore : en octobre 1995, un autre haut responsable de la GLNF adressait à son grand maître, Claude Charbonniaud, un courrier incendiaire : « Nous sommes un certain nombre de frères, assenait-il, à avoir fondé des espoirs sur votre accession à la grande maîtrise. [...] Mais nous constatons [...] que la situation de l'obédience est plus que jamais affectée par de graves menaces à son intégrité, à sa notoriété, à son éthique et peut-être à son unité. Faute d'une manifestation vigoureuse d'autorité, [...] elle se trouverait plus encore entraînée dans une spirale de trafics d'influence et de compromissions ».

L'auteur de ce brûlot était Pierre Marionon, ancien patron des services secrets français. Lequel a même développé sa pensée dans le livre qu'il vient de publier : « On trouve dans les logements à la base, une ambiance sans conteste fratemelle, [...] des hommes de qualité. Mais [...] les hauts gradés [...] versent parfois dans la corruption ».

La « profession de foi » de la GLNP stipule que cette obédience « s'affirme dans la prise de conscience de la morale » : il y a encore du boulot.

(1) : Mémoires de l'ombre, éd. Flammarion, 1999.
(2) : Les Francs-Maçons des années Mitterrand, par Patrice Burnat et Christian de Villeneuve, éd. Grasset, 1994.

http://www.amazon.fr/M%C3%A9moires-lombre-Pierre-Marion/dp/208067692X

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Mer 24 Oct 2012 - 11:36


http://fr.scribd.com/doc/109582767/Affaire-Armand-de-Decker-Lettre-de-Etienne-Des-Rosaies

A l'époque :

Ministre des finances : Didier Reynders MR

Ministre de la justice : Stefaan De Clerck CD&V

Ministre des affaires étrangères : Steven Vanackere CD&V


A méditer :





Par ailleurs, Elio di Rupo fait partie de la franc-maçonnerie belge. C'est en tout cas ce qui est écrit dans :


Isabelle Philippon, « Francs-maçons et pouvoir: le vrai et le faux », dans Le Vif/L'Express, no 2955, 22 février 2008



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: carton jaune pour De Decker   Aujourd'hui à 0:11

Revenir en haut Aller en bas
 
carton jaune pour De Decker
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 40Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sommes nous déjà cuits.......................................
» Carton rouge pour tout le monde
» Drap jaune pour pantalons et gilets de gendarmes 1er Empire
» Contractuel et pole emploi
» UN SAINT POUR L'ANNEE!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Magistrats et enquêteurs-
Sauter vers: