les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Mer 11 Juil 2012 - 20:40

dim a écrit:
CS1958 a écrit:
Merci Dim mais je suis dirigé vers le site des Années de plomb, auquel je suis inscrit. Impossible d'y accéder ces derniers temps, j'ai perdu le code d'accés...
suffit de cliquez sur "Récupérer mon mot de passe" ou s'inscrire de nouveau sous un autre nom
Oui mais il y a toujours la même adresse de courrioel et ça bloque...Bref, c'est bien compliqué pour les vieux....
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Mer 11 Juil 2012 - 20:53

HERVE a écrit:

Attention : dans les dossiers, on parle parfois de Simon Genevois et parfois de Jacques Genevois. Ce sont deux personnes distinctes et je ne sais pas s'il y a des liens entre elles.

Je ne connais pas le nombre de membres de Yggrasil mais j'ai été étonné par l'évaluation de Libert pour le WNP (voir son "fameux" PV 1184 du 09-04-1986, à lire absolument dans les détails) : dans la première suite à l'annexe n°1, on peut lire

(...) je puis vous dire qu'en 1981, soit au premier octobre 1981, il y avait déjà eu 120 promotions de 4 à 6 personnes qui avaient reçu une formation de base (...) je peux faire un calcul simple soit environ 7 à 8000 personnes qui ont pu oeuvrer en Belgique - Allemagne - France - Hollande et Grande-Bretagne. (...)

Genevois, on voit sa photo en noir et blanc avec la bonne orthographe sur Google images, pour les Sénatoriales.Si ma mémoire est bonne, pour Y....on est à 150 voire plus (mais ces sectes ont tendance à exgérer).
Avec leur message écologique, ils ont peut-être majoré leur effectif.
Il y avait en outre probablement des grades et donc des gens absolument pas initiés à leurs délires, des éternels apprentis...
Je reste sur ma question du schéma Libert qui accable Latinus-KDL et occulte Y.....
J'aimerais en savoir également un peu plus sur ce proprioétaire terrien ayant hébergé les scouts de Libert.
Pour parler de Libert, l'image qu'il donne à la TV est celles plutôt d'un repenti, qui collabore. Qu'en-est-il exactement ? Que fait-il maintenant ?
Pour le schéma Latinus, je n'ai pas trop compris à quelle occasion celui-ci a été rédigé par l'intéressé.
Pour revenir aux effectifs, il est certain que le sentiment d'oeuvrer pour l'Etat confidentiellement a dû majorer ceux-ci.
Pour Y...ce n'est pas le cas a priori, trop new age avant la lettre ?
Le schéma Libert m'intéresse dans la mesure où il renvoie à l'Espagne et donc à Rex. Et par la même occasion à Cocu et son oubli dans la photocopieuse. Et à Vittorio quand on parle de Cocu.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Mer 11 Juil 2012 - 22:02


Selon Michel, Asmaoui est l 'homme qui fait la liaison entre deux pistes : celle de la filière boraine (il était en contact avec Vittorio dès 1982 ou 1983) et celle des (ex)gendarmes (il connaissait aussi fort bien Amory). Il serait utile peut-être de se pencher un peu plus sur cet Asmaoui.

Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Mer 11 Juil 2012 - 22:44

HERVE a écrit:

Selon Michel, Asmaoui est l 'homme qui fait la liaison entre deux pistes : celle de la filière boraine (il était en contact avec Vittorio dès 1982 ou 1983) et celle des (ex)gendarmes (il connaissait aussi fort bien Amory). Il serait utile peut-être de se pencher un peu plus sur cet Asmaoui.


Le problème, c'est que l'on ne trouve pas grand chose sur le net et que le nom est trés commun. Amory n'était pas inscrit sur ce forum ?
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Mer 11 Juil 2012 - 22:48

Cabinet Drs Bahar-Asmaoui
Rue de l'Egalité,24
7380 Quaregnon:arrow:
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 5:45



www.nieuwsblad.be/article/detail.as-px?articleid=DMF20120711_00219787

Graafwerken Bende van Nijvel noodgedwongen stilgelegd

donderdag 12 juli 2012, 03u00

De graafwerken in Haacht in het onderzoek naar de Bende van Nijvel worden tijdelijk gestaakt om technische redenen. Een tegenslag voor de speurders die na twee dagen zoeken nog niets vonden in de tuin van de extreemrechtse 'druïde' Herman M. 'Tien jaar geleden vonden ze er ook niets. Hij is een fantast', reageert zijn broer.

Het moest een grootschalige zoekactie worden in de tuin van Herman W. (78) aan de Wilde Heide in Haacht. Maar de speurders van de Bende van Nijvel moeten al na twee dagen noodgedwongen stoppen, zonder dat ze ook maar iets vonden. 'De zoekactie is gestaakt vanwege technische redenen, maar we gaan zeker door. Mogelijk over een maand, dat moeten we nu bekijken', zegt onderzoeksrechter Martine Michel, die belast is met het onderzoek naar de Bende-aanslagen.

Bij die misdaden vielen eind jaren tachtig 28 doden, maar de daders werden nooit gevonden. De speurders zijn er evenwel van overtuigd dat ze de misdadigers in het extreemrechtse milieu moeten zoeken. In het kader daarvan komt nu Herman W. (78) opnieuw in het vizier.

Herman W. is een man die zichzelf 'een druïde' noemde, en die door zijn rechts-radicale gedachten al meermaals opdook in het Bende-dossier. 'Onzin', reageert de broer van Herman W., die verbaasd is dat de speurders in zijn tuin in Haacht graven. 'Tien jaar geleden zochten ze daar al, maar ook toen vonden ze niets. Het is een grap', zegt hij. 'Bovendien, wat noemt u extreemrechts? Iedereen bepaalt zoiets toch voor zichzelf?'

Nochtans richtte Herman W. in de jaren 70 en 80 verschillende schimmige extreemrechtse organisaties op. Hij kwam daarbij in contact met de kopstukken van Westland New Post (WNP), een extreemrechtse groepering die gelinkt wordt aan de Bende van Nijvel. Daarnaast heeft Herman W. ook contact gehad met twee dodelijke slachtoffers van de Bende.

'Kijk, mijn broer amuseerde zich met organisaties op te richten. Maar hij is nogal een fantast. En ja, hij zat inderdaad in het taximilieu, maar dat is gewoon een apart milieu. Dat wil niets zeggen.'

Het gerecht had een tip gekregen dat er wapens - en misschien wel een lijk - in zijn tuin in Haacht liggen. De vraag blijft wat Herman W. daar uiteindelijk mee te maken heeft.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 8:03



http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/1468651/2012/07/12/Tueurs-du-Brabant-les-fouilles-interrompues.dhtml

Tueurs du Brabant: les fouilles interrompues


12/07/12 - 06h40 Source: belga.be

Les fouilles entreprises à Haecht (Brabant flamand) dans l'enquête sur les tueries du Brabant ont été interrompues après deux jours pour raison technique et ne pourraient reprendre que dans un mois, indiquent jeudi De Standaard et Het Nieuwsblad.

Les enquêteurs cherchent à vérifier si des armes employées par les tueurs du Brabant ont été cachées dans les environs. Ils recherchent également le corps d'un suspect.

"Nous allons certainement poursuivre" les fouilles, a assuré la juge d'instruction Martine Michel, qui ne pouvait toutefois préciser quand. "Dans un mois peut-être, nous allons voir".

Les enquêteurs sont rentrés bredouilles de leurs deux journées de fouilles dans le jardin d'un homme de 78 ans réputé proche de l'extrême droite.

Le frère de ce dernier s'est étonné de ces fouilles. "Ils en ont déjà mené il y a dix ans, sans rien trouver non plus".

Les crimes attribués à la bande des tueurs du Brabant ont fait 28 victimes entre 1982 et 1985.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 8:35


Pour information, j'ai copié le document suivant (tiré du forum) :

Audition de Libert - PV 1184 - 9 avril 1984 (et jours suivants)

Il est sur

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/99881129/LIBERT-Audition-PV1184-Avril-1986

La qualité n'est pas excellente et il n'est pas complet mais il demeure très intéressant.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 9:10



Les articles de Père UBU sur les cassettes de Simon Genevois sont sur :

http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

http://www.scribd.com/doc/99883202/Pere-UBU-cassettes-Simon-Genevois


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 12:18



Vittorio était connu pour « ses relations interlopes avec l'extrême droite, notamment le tristement célèbre Service d'action civique » (SAC).

Voir

http://www.scribd.com/doc/99282211/Les-Tueurs-Gilbert-Dupont-Paul-Ponsaers-extraits

Vittorio a été un voisin de Simon Genevois qui recevait (et enregistrait) des militaires (dont des gradés), des militants du WNP et des admirateurs de Léon Degrelle (j'ouvre une parenthèse pour noter que "Le Vif" de ce jour publie un dossier sur les liens de la famille de la reine Fabiola avec Franco).

J'ai relu ce qui suit :

http://www.scribd.com/doc/59001131/31/B-Jacques-Foccart-et-le-Service-action-civique

(...)

Le SAC était issu du service d'ordre (SO) du RPF créé le 7 avril 1947 et du BCRA, et fut officiellement mis sur pied en janvier 1960. D'après le spécialiste des services secrets Jacques Baud, bien que les preuves manquent, "certains spécialistes ont suggéré que les activités des réseaux stay-behind français aient été menées sous le couvert de Service d'action civique, créé en 1958." Créée par Foccart, cette police parallèle recrutait ses effectifs parmi les réservistes du 11° choc et du service Action du SDECE. Cercottes, le centre d'entraînement du service Action, se transforma en un lieu "de pèlerinage pour les membres du SAC" dans les années 1950. Au moyen de ses contacts maçonniques et avec les anciens du BCRA, Foccart recruta aussi ârmi la police et les services secrets.

(...)

A la manière des réseaux stay-behind, le SAC avait pour but de créer une sorte de nouvelle résistance, sur laquelle de Gaulle pouvait compter pour agir clandestinement. Lors de sa constitution officielle le 4 janvier 1960, "le SAC hérite ainsi d'un patrimoine génétique comportant une propension à l'action violente, une bonne dose d'anticommunisme, une méfiance constante envers les partis politiques (...)"

La commission parlementaire qui fut mise sur pied en 1982 après la tuerie d'Auriol (l'assassinat de Jacques Massié le chef du SAC qui sonna la dissolution par le gouvernement Mitterand du SAC) découvrit que l'organisation avait attiré un nombre important de truands, et s'était financée par des voies clandestines, y compris au moyen de fond du SDECE et du trafic de drogue.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 13:40



Dans le milieu des mercenaires, il avait été question, il y a une vingtaine d'années, d'un dénommé Jacques Laffaille (parfois orthographié Lafaille). Il y a un fil de discussion à son sujet : Algérie, Katanga, Bob Denard ... Je n'ai rien lu de neuf à son sujet ...

Il présente des points communs avec d'autres dont on a déjà parlé ...

Roger Trinquier par exemple ... Officier supérieur parachutiste, il a participé à la guerre d'Indochine, à la crise de Suez et à la guerre d'Algérie. Commandant un des trois régiments de la 10e division parachutiste de Jacques Massu, il participa à la bataille d'Alger de 1957. Guy Weber n'en a pas voulu au Katanga ...

Je pense à Trinquier en lisant plus haut voyant que des réservistes du 11e Choc ont rejoint le SAC.

A noter encore, au sein du 11e Choc : Yves Guérin-Sérac, que l'on retrouvera dans Aginter Press ... Au risque de me répéter, Aginter Press présentait des analogies avec Soldier of Fortune (créé par Robert K Brown dont on parle dans le fil consacré à Vogeleer).

A Alger, Trinquier était sous les ordres du général Jacques Massu.

Voir :

http://www.lemonde.fr/afrique/article_archive/2000/11/23/je-me-suis-resolu-a-la-torture-j-ai-moi-meme-procede-a-des-executions-sommaires_1671136_3212.html

A remarquer : Jacques Massu et Rober K Brown se sont rencontrés ...

http://www.scribd.com/doc/96131318/Article-31-n%C2%B05-1985

" Parachutiste du monde libre " - 1984

Il y a même une photo ...

C'est le milieu dans lequel évoluait Vittorio ...

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 15:49


Selon Alain, il existait des facteurs entre les Borains et le WNP (dont 1 francis, proche de Simon Gevenois) ...

Si quelqu'un en sait plus ...

Selon le "Morgen" :

https://www.scribd.com/doc/254896678/De-Morgen-2-September-2000

une partie des conversations enregistrées par Simon Gevenois était relative au SDRA-8, la partie "militaire" du Stay-behind belge.

Si l'on se souvient que Adriano Vittorio faisait partie du SAC et que ce dernier faisait partie, selon des spécialistes, du Stay-behind français, on peut supposer qu'il y avait plus que des relations de voisinage entre Gevenois et Vittorio.

Reste à savoir comment Simon Gevenois a obtenu la cassette relative au "Caillou qui bique" et ce qu'il comptait en faire ...  il est permis de penser à un possible chantage...

Quant à José Steppe, "un des meilleurs amis" (et "facho" comme lui) de Simon Gevenois, il n'a jamais caché ses liens avec la bande à Dutroux, du moins sur le plan des vols de voitures. On voudrait vraiment en savoir plus sur lui.

_ _ _


Journal télévisé: "Ici, dans les locaux de la police judiciaire de Mons, Simon Poncelet a été tué par quatre balles tirées à bout portant, à 11.30 h hier soir. Simon Poncelet effectuait seul le service de nuit. Un témoin a entendu les coups de feu mais la victime n'a été retrouvée qu'une demi-heure plus tard, par hasard, par un collègue qui, à travers la vitre, a vu des traces de sang. Simon Poncelet est le fils de l'Avocat général de Tournai. On n'exclut aucune hypothèse. La surveillance de l'entrée par des caméras et le parlophone pourraient indiquer que Simon Poncelet connaissait son agresseur. Les règles sont strictes: ne faire entrer aucun inconnu. On a toutefois constaté que l'appareil de surveillance ne fonctionnait pas. Les premières enquêtes montrent que, ces derniers temps, Simon Poncelet ne s'occupait pas d'affaires problématiques. Il n'avait pas non plus été menacé".

Nous roulons vers Mons, dans le sud de la Belgique, pour rencontrer le père de Simon Poncelet. L'Avocat général est maintenant à la retraite. Il connaît à la perfection le labyrinthe de la justice. Il essaie de tout mettre en œuvre pour éclaircir l'assassinat de son fils.

Poncelet: "Depuis l'assassinat de mon fils, je suis convaincu qu'il existe deux possibilités: soit un règlement de comptes interne, pour lequel je ne vois aucun mobile, soit c'est lié au trafic international de voitures qui, dernièrement, occupait toute l'énergie de Simon".

Dans le milieu des receleurs de voitures dans lequel Simon menait ses enquêtes, Dutroux s'est toujours servi pour organiser les enlèvements des enfants.

Guy Poncelet ne peut pas admettre qu'on ne retrouve pas l'assassin de son fils. Il nous conduit sur les lieux du crime. Le bâtiment est maintenant désaffecté. Ce qui étonne le père, c'est que dans l'affaire Dutroux, le dossier des vols de voitures et celui des abus d'enfants, qui sont intimement liés, aient atterri dans deux parquets différents.

(...)


Dernière édition par HERVE le Ven 6 Fév 2015 - 10:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 18:32

Retour au calme suite à notre déception.

Les enquêteurs reviendront-ils réellement ?

Est-ce que cela aurait un sens ?

J'ai l'impression qu'ils ont abandonné parce que c'était une fausse piste...
Revenir en haut Aller en bas
flanby



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 09/06/2012

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 18:44

je pense aussi puisqu'ils y sont allés il y a 10 ans et sont rentrés bredouille...auraient-ils mal cherché la première fois ??


Dernière édition par flanby le Jeu 12 Juil 2012 - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 18:49

Qui vivra verra ...

Qu'il y ait quelque chose ou pas dans le jardin est important parce que l'on cherche une base solide et que des armes ou un cadavre auraient pu changer le cours de l'enquête.

Il y a encore des gens qui savent (et qui parlent peut-être) ... D'où venaient les informations ?

Si vous trouvez quelque chose sur José Steppe, je suis intéressé ...

Revenir en haut Aller en bas
flanby



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 09/06/2012

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 18:55

"José Steppe, petit truand de Charleroi. Contacte un journaliste pour lui confier des informations sur Dutroux. Meurt chez lui, juste avant la rencontre. Victime d’une crise d’asthme. Dans son appareil respiratoire, on aurait retrouvé du benzodiazépine, le même principe actif contenu dans le Rohipnol."

Mais quel rapport avec les tueries ? Il était lié à l'affaire Dutroux, donc a priori rien à avoir...
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 18:55

José Steppe. Décédé le 25 avril 1997.
Au début des années 80, José Steppe habite le quartier de Marc Dutroux à Goutroux. Ancien jeune communiste, Steppe vire à l’extrême-droite En avril 1997, José Steppe contacte un journaliste, il affirme détenir des informations sur l’affaire Dutroux et parle de remettre au journaliste des copies de cassettes vidéo sur lesquelles on peut voir Dutroux et d’autres en train de violer des enfants. « Il était inquiet », dit un témoin anonyme au journaliste français Eric Bellahouel ; « Un jour, tu me trouveras avec une balle dans la tête », lui aurait dit J. Steppe ; il lui aurait encore dit que ces cassettes vidéo c’était de la dynamite ; qu’on pouvait y reconnaître des notables de Charleroi, des politiciens connus. Steppe « ne voulait pas donner la cassette à la police. Parce qu’il y avait là, disait-il, trop de gens corrompus qui les feraient certainement disparaître ». José Steppe souffre d’asthme, et pour soulager les crises qui l’accablent, il se sert d’un respirateur. Le 25 avril 1997, quelques jours avant sa rencontre avec le journaliste avec qui il a pris contact, une femme d’ouvrage de l’hôtel dans lequel il réside découvre son corps dans un couloir, son masque à oxygène recouvre toujours son visage. Au fond de la bouteille de l’inhalateur, on découvre du Rohypnol ... trois jours après l’enterrement.

Liste des morts suspectes dans l'affaire Dutroux



Le 11/09/2010



Autour de Marc Dutroux depuis cinq ans, c'est l'hécatombe. La chaîne de télévision ZDF a présenté, le 30 janvier 2001, une liste bien macabre. Celle de douze témoins ou acteurs de l'affaire ayant trouvé une mort violente depuis l'arrestation de Marc Dutroux en août 1996.



José Steppe, petit truand de Charleroi. Contacte un journaliste pour lui confier des informations sur Dutroux. Meurt chez lui, juste avant la rencontre. Victime d'une crise d'asthme. Dans son appareil respiratoire, on aurait retrouvé du benzodiazépine, le même principe actif contenu dans le Rohipnol.



Et :



De Bernard Weinstein, il ne reste qu'un tas de ferraille. Mais pas de preuves pour soutenir l'affirmation de Dutroux. La maison de Weinstein a été démolie après qu'un inconnu y ait mis le feu. Certains affirment que Weinstein voulait quitter Dutroux. A-t-il été tué pour ça ? Beaucoup se posent la question: Dutroux voulait-il empêcher que Weinstein devienne un témoin dangereux ?



Weinstein et la réponse sont enterrés dans cette tombe anonyme. Il ne reste de lui qu'un numéro.



Dans un autre cimetière de Charleroi se trouve la tombe d'un personnage intriguant. José Steppe gît ici. José Steppe était un homme d'un milieu simple mais, de son vivant, connu de tout le monde à Charleroi.



La commune a fait démolir sa maison vétuste dans le quartier de Marchienne-au-Pont après sa mort, comme s'il ne fallait laisser aucune trace. Dans son quartier, il était un confident important pour les habitants. Si quelque chose avait lieu à Charleroi, Steppe était au courant. Quelques semaines après l'arrestation de Dutroux, il a contacté par téléphone un journaliste pour lequel il travaillait de temps en temps en tant qu'informateur. Il aurait eu d'importantes informations sur Dutroux à lui donner ...



Casper Nader : "Ce jour-là, il appelé le matin et était paniqué. Il avait, disait-il, des informations explosives et me demandait de venir le plus tôt possible. Malheureusement, ma voiture était chez le garagiste. J'ai donc fixé un rendez-vous avec lui pour le lundi suivant. J'ai ensuite essayé de le contacter, mais sans succès. Le jour suivant, j'ai été contacté par la gendarmerie. Elle savait que j'avais eu une conversation téléphonique avec lui. Il était mort et ils m'ont demandé de venir témoigner".



Le jour de sa mort, Joseph Steppe quitte sa maison tôt le matin, vers 7 h comme d'habitude, pour se rendre au "Renaissance" et boire son premier café. Au "Renaissance", tout le monde le connaît: il habite juste en face. Une heure après, sa femme l'entend revenir. Quand elle arrive dans le couloir, Steppe est allongé à terre.



La voisine: "Ce monsieur-ci s'y est vite rendu en courant. Nous avons appelé une ambulance mais il était trop tard. Il ne pouvait plus respirer. Il est mort dans nos bras".



Casper Nader: "Son appareil respiratoire était à côté de lui. Il avait souvent des problèmes de respiration, une forme d'asthme. J'ai vu moi-même l'appareil quand je suis entré ici. Son fils me l'a montré. A l'intérieur, on a trouvé un comprimé de Rohypnol".



Le Rohypnol, dont parle Casper Nader, est un anesthésiant. Il n'y a aucune raison de l'utiliser dans un appareil respiratoire. Coincidence: Dutroux aimait utiliser ce produit pour calmer ses victimes. Nous avons interrogé le juge d'instruction chargé de cette affaire: malgré ce détail, le décès de Steppe n'a pour lui rien de suspect. Une autopsie n'a jamais été effectuée.



Les collègues du gendarme Guy Geubels frappent inutilement à la porte de son logement de fonction. Quand ils défoncent sa portent, ils le trouve mort, à côté de son arme de service. Officiellement, Guy Geubels s'est suicidé. Mais des doutes subsistent ...

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 18:56

Voici un début ...

http://www.observatoirecitoyen.be/article.php3?id_article=291

José Steppe. Décédé le 25 avril 1997.

Au début des années 80, José Steppe habite le quartier de Marc Dutroux à Goutroux. Ancien jeune communiste, Steppe vire à l’extrême-droite En avril 1997, José Steppe contacte un journaliste, il affirme détenir des informations sur l’affaire Dutroux et parle de remettre au journaliste des copies de cassettes vidéo sur lesquelles on peut voir Dutroux et d’autres en train de violer des enfants. « Il était inquiet », dit un témoin anonyme au journaliste français Eric Bellahouel ; « Un jour, tu me trouveras avec une balle dans la tête », lui aurait dit J. Steppe ; il lui aurait encore dit que ces cassettes vidéo c’était de la dynamite ; qu’on pouvait y reconnaître des notables de Charleroi, des politiciens connus. Steppe « ne voulait pas donner la cassette à la police. Parce qu’il y avait là, disait-il, trop de gens corrompus qui les feraient certainement disparaître ». José Steppe souffre d’asthme, et pour soulager les crises qui l’accablent, il se sert d’un respirateur. Le 25 avril 1997, quelques jours avant sa rencontre avec le journaliste avec qui il a pris contact, une femme d’ouvrage de l’hôtel dans lequel il réside découvre son corps dans un couloir, son masque à oxygène recouvre toujours son visage. Au fond de la bouteille de l’inhalateur, on découvre du Rohypnol ... trois jours après l’enterrement.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 19:27


Les messages se croisent !

@flanby : il y a des liens entre "les Borains" et le WNP ; un des "borains", Adriano Vittorio (SAC, Stay-behind?), est un suspect dans l'affaire des Tueurs du Brabant. Il était plus que probablement en relation avec Simon Genevois (un nazi qui recevait et enregistrait des militaires et d'autres ... et possédait une cassette "porno" compromettante pour des personnalités). José Steppe (aussi un "facho") était un ami de Simon Genevois et était "lié à la bande à Dutroux" (en tout cas pour les vols de voitures). Il aurait aussi parlé d'une vidéo compromettante. Tenant compte de tout cela, il est légitime de faire l'hypothèse d'un lien entre l'affaire Dutroux et les Tueurs du Brabant, même si cela semble "un peu gros" ...

Quelqu'un en sait-il plus sur cette bande de voleurs de voitures ?


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Jeu 12 Juil 2012 - 21:17

Je crains de me perdre dans un dossier difficile ...

Dans les "disparitions" , on a parlé, outre José Steppe, de gens comme Bruno Tagliaferro (5 novembre 1995) et Jean-Paul Taminiau (2 avril 1995).

Voici un article sur Taminiau :

http://archives.lesoir.be/justice-une-affaire-dutroux-sans-dutroux-et-pas-un_t-20060802-005XXL.html?queryand=%22On+n%27avait+retrouv%E9+que+son+pied%22%2C+Demanet%2C+Taminiau&firstHit=0&by=10&when=-1&sort=datedesc&pos=0&all=1&nav=1

On n'avait retrouvé que son pied

METDEPENNINGEN,MARC

Page 5

Mercredi 2 août 2006

Justice Une affaire Dutroux sans Dutroux et pas un crime sentimental, dit la maman

Onze ans après avoir été commis, le meurtre de Jean-Pol Taminiau, l'exploitant d'un bar à champagne de Charleroi, demeure un poids pour la justice carolorégienne qui n'a toujours pas clôturé l'instruction. « C'est une affaire Dutroux, sans Dutroux », s'exclame Jeanine Deulin, la maman de la victime. Depuis des années, elle cultive la conviction que son fils, dont on n'a retrouvé qu'un pied dans le canal de Charleroi, n'a pas été assassiné pour « un motif sentimental » comme semble le conclure l'enquête, mais bien en raison de la connaissance qu'il avait de trafics de voitures impliquant, selon elle, le fils de l'ex-procureur général de Mons Philippe Demanet, et des ex-gendarmes (dont le célèbre René Michaux) et policiers de Charleroi. « On a voulu le faire taire », affirme-t-elle.

Jeanine Deulin a accueilli « avec satisfaction » l'arrêt rendu le 13 juillet par la chambre des mises en accusation de Mons, ordonnant au juge d'instruction de la Serna d'exécuter de nouveaux devoirs d'enquête : analyses ADN, interrogatoire du gendarme Michaux, nouvelle enquête de téléphonie.

Dans la nuit du 1er au 2 avril 1995, Jean-Pol Taminiau se retrouve vers 3 h du matin au dancing « La Luna », lieu de rencontre de la pègre carolo. Son ex-compagne, Nadège Renard, s'y trouve aussi. Son nouvel ami, Alexandre Varga, a quitté les lieux peu de temps auparavant. Nadège quitte l'établissement, suivie quelques instants plus tard par Taminiau qui lance au portier, sans payer ses consommations : « Je vais revenir. »

On ne revit jamais Jean-Pol Taminiau. L'enquête établit que des voisins de la maison de l'oncle d'Alexandre Varga, à Tarcienne, avaient entendu la même nuit un coup de feu tiré « après 2 h du matin ». Et des relations de Taminiau émirent le soupçon que sa disparition pourrait être en relation avec sa rupture d'avec Nadège Renard, dorénavant en relation avec Alexandre Varga, ce qu'il ne supportait pas.

Peu après cette nuit, Varga était précipitamment parti en vacances de neige, emmenant, hors vacances scolaires, sa fille. Et une perquisition menée dans la maison de l'oncle de Varga permit de découvrir un tapis taché de sang qui avait été abondamment lavé à l'eau et aux produits détergents.

Le 28 février 1996, la Renault Clio de Jean-Pol Taminiau fut découverte dans les eaux de la Sambre à Charleroi. Le hayon arrière était manquant. Les éléments de la banquette arrière avaient été démontés. Le siège conducteur, habituellement réglé pour le 1 m 93 que mesurait Taminiau avait été avancé pour un conducteur mesurant 1 m 80 : tout cela laissait penser que le corps de la victime, enfermé dans le coffre, aurait pu être emmené dans sa propre voiture. Alexandre Varga et Nadège Renard furent placés sous mandat d'arrêt.

Le 13 août 1996, un pêcheur remontait du canal Luttre-Pont-à-Celles le pied de Taminiau.

Durant des années, les enquêteurs tentèrent de recueillir de nouvelles preuves contre Varga. Durant des mois, son GSM fut placé sous écoute. Il demandait à des amis de placer sous surveillance la mère de Taminiau, échangeant aussi avec des intimes des plaisanteries indélicates sur le disparu. Les recherches établirent que Nadège Renard, peu après le 2 avril, avait acquis dans une quincaillerie une chaîne de 7 mm d'épaisseur et de 90 cm de longueur. Un couple d'amis de Varga et Renard fut placé sous écoute et sous surveillance vidéo dans les locaux mêmes de la police fédérale. Lui invitait sa compagne « à ne rien dire ». Elle assurait que l'oncle de Varga avait « tout dit ». Tous deux furent placés sous mandat d'arrêt. Un informateur de la police avait aussi affirmé que le couple avait contribué à effacer les traces du crime dans la villa de Tarcienne. Enfin, une écoute fut réalisée à la prison de Nivelles le 7 octobre 2003 lors d'une conversation entre Varga et un codétenu. Il y était question d'une stripteaseuse qui aurait dit : « Vous êtes quatre avec A. pour Taminiau. »

Malgré ces éléments troublants, Jeanine Deulin, la maman de Jean-Pol Taminiau, ne croit pas en la culpabilité de Varga et de ses complices. La veille de sa mort, son fils aurait eu une conversation téléphonique agitée à propos d'une voiture: une Porsche immatriculée LRS 911, appartenant à Philippe Demanet, le fils de l'ex-procureur général de Mons. Il s'agissait d'une escroquerie à l'assurance. Taminiau aurait dû la conduire à la Côte d'Azur. Et dans un carnet retrouvé chez Taminiau figuraient les indications « DOC-MDL-chef Michaux » et « Arme-MDL chef Quinet », suivies de leurs numéros à la BSR de Charleroi.

René Michaux nous a précisé que la présence de ces numéros dans le carnet de Taminiau était « normale » car un bar qu'il avait repris, le « 85 », faisait à l'époque l'objet d'une enquête.



Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7026
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Ven 13 Juil 2012 - 13:09

L’homme de 78 ans au centre des nouvelles fouilles se dit serein et rejette tout lien avec les tueurs du Brabant
HAECHT Herman Wachtelaer rejette tout lien avec les tueurs du Brabant. L’homme de 78 ans dit qu’il est serein, qu’il ne craint pas l’enquête, qu’il n’a rien à cacher, et qu’il ne comprend pas ce qu’on cherche. Herman Wachtelaer est néanmoins le personnage-clé des fouilles entamées lundi à Haecht autour d’un chalet retiré dans le bois de Wilde Heide. Selon lui, les policiers “perdent leur temps, ils ne trouveront rien”.
Wachtelaer est le fils d’un Waffen SS, un ancien aussi des Jeunesses hitlériennes. Nous l’avons rencontré : il exprime des opinions nazies. Wachtelaer a créé l’Union National Socialiste. Il a aussi créé Hagal, puis Yggdrasil… et c’est au siège de cette société secrète active dans les années 1980 à 2005 que les policiers recherchent, depuis lundi, un corps ou des armes en lien avec les tueries du Brabant. Aussi incroyable que cela puisse paraître, Wachtelaer tombe des nues lorsque nous le rencontrons hier matin. Il n’a pas lu les journaux ni regardé les JT. Il ignore qu’on fouille chez lui à Haecht. Et éclate de rire. “Vrai ? C’est une blague ? Qu’est-ce qu’ils cherchent encore ?”
Wachtelaer a conservé une liste de membres d’Yggdrasil. Des noms en lien avec les tueries ressurgissent ! Ce sont ceux de gens du Westland Newpost ou WNP, groupuscule néo-nazi, un des grands axes d’enquête dans le dossier des tueries. Michel Libert s’inscrit chez Yggdrasil le 30 octobre 1982, Jean-Francis Calmette le 8 novembre, Christian Elnikoff le 20 décembre 1982, Frédéric Saucez le 31 mai 1983. Elnikoff devait se suicider plus tard, comme Paul Latinus en 1984 : “Mon ami Paul, un type bien, un gars de valeur qui ne s’est pas suicidé. On l’a suicidé.”
Wachtelaer dit avoir été interrogé 144 heures, entre mars et juillet 1989, dans le cadre des tueries. “Et toujours les mêmes questions ! Et les photos : Celui là, tu le connais ? Du temps perdu. Ils ne trouveront rien, parce qu’il n’y a rien à trouver.”
Début 1980, Herman Wachtelaer est chauffeur de taxi à Bruxelles. Comme l’étaient Constantin Angelou et José Vanden Eynde, deux victimes particulières des tueurs du Brabant : tuées après tortures, coup sur coup, et sans motif apparent. Les deux roulaient ou avaient roulé pour la firme STI, société des taxis indépendants. Wachtelaer était chez Orange et Autolux. “Non, je ne les connaissais pas. Ou alors de vue. Et je n’étais pas aux funérailles d’Angelou. Je m’en souviendrais, non ?”
Le fils Vanden Eynde affirme que son père était resté en contact avec Rex, Léon Degrelle et qu’après son meurtre, du courrier conservé dans une mallette a disparu. “Pas au courant.”
Wachtelaer dit vivre d’une petite retraite. Il tient une forme physique incroyable. Chez lui, deux photos encadrées de Hitler. Sur le buffet, des livres et des objets liés à la symbolique druidique. Encore qu’il tienne à préciser : “On ne dit pas druide, mais godi. Druide, c’est celte. Godi, l’équivalent païen germanique. Je suis Godi Forseti. J’ai célébré des mariages en tenue druide.”
On y découvre également des ouvrages sur les bombardements par les Alliés de Dresde et Hambourg. En 1944, lui était à Hambourg. Il avait 10 ans. Herman Wachtelaer dit aussi qu’il ne se cache pas. “Je sais ce qu’on pense de mes opinions. Pas grave : je les assume.”
Revenant sur les fouilles, il traite les enquêteurs de “toqués” , de “mafts” (en bruxellois.) “Qu‘est-ce qu’ils veulent ? Je ne sais rien sur les tueries. Qu’est-ce qu’ils imaginent ? La seule chose qui s’est dite à l’époque est que Michel L. en aurait fait partie. Je l’ai viré d’Yggdrasil. Ils perdent leur temps à Haecht. Et combien ça coûte ?”


Gilbert Dupont
© La Dernière Heure 2012


Source : http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/401540/tueries-du-brabant-ils-ne-trouveront-pas-de-cadavre-chez-moi.html

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Ven 13 Juil 2012 - 14:13


Intéressant cet article ...

Il y a quelque chose d'étonnant : Herman Wachtelaer dit ne pas connaître Constantin Angelou ("ou alors de vue") alors qu'il a déclaré par ailleurs "le connaître comme taximan".

Il a même affirmé que, selon lui, "Angelou a été liquidé parce qu'il était mêlé dans le transport de drogue et mineurs pour orgies de sexe (voir le dossier Pinon)".

Par ailleurs, Herman Wachtelaer connaissait Lammers, Barbier et Libert.

Barbier s'est marié dans sa propriété à Haecht, vêtu en blanc avec la croix de malte rouge ; Lammers y venait en moto et se vantait devant des amis d'être mêlé au double meurtre de la Pastorale à Anderlecht en février 1982.

Ce double meurtre pourrait avoir été un exercice avant les Tueries qui ont commencé quelques mois plus tard.

_ _ _


Dans un autre fil de discussion, on peut lire :

Guy Bouten dans son livre a interviewé Eric Lammers (traduction ella) :

Le père de Eric Lammers ouvre la porte .. Le vieil homme fume un joint et il sourit. Il a aussi fait de la prison. Cet ancien professeur de l’école technique d’Etterbeek était un fervent adepte du practical shooting et c’est de cette façon qu’il a fait la connaissance de Jean Bultot.
De notre petite discussion je peux déduire qu’il a connu de près plusieurs gangsters.
Sans gène il cite des noms : Bouhouche, Weykamp, Castris, Haemers.
Avec Bouhouche il se rendait souvent au club de tir Target 121 à Leopoldsburg, l’unique endroit en Belgique où on pouvait tirer avec des armes de guerre.
Eric a été libéré de la prison après avoir eu une condamnation à vie pour le meurtre de 2 diamantaires à Anvers. Avant cela il a été condamné avec son ami Barbier pour le double meurtre qui a eu lieu rue de la Pastorale à Anderlecht. Il a été libéré grâce au talent de maître Jean-Paul Dumont.
Eric entre, il est grand et costaud, un beau mâle, un athlète, cheveux roux et une petite barbe.
Il était un excellent alpiniste.
Eric parle un peu le Néerlandais et il a connu comme portier du Jonathan et du Vaudeville la crème du monde criminel.
‘Dans le Jonathan j’ai connu des beaux moments. Les histoires sur les parties dans la boue et la confiture sont exagérées mais il se passait des choses amusantes.
Mon nom de code chez Westland New Post était S35. Ce qui m’intéressait surtout c’était les camps d’entraînements dans les Ardennes et le practical shooting.
En 1979, pendant une dispute dans un bistrot j’ai tapé sur un marocain. Mon compagnon Jean-Louis Nemry a fini le boulot. Il l’a tué. C’était un vrai nazi. Son diminutif était «Ulysse» .
J’étais également présent quand Jean-Marie Paul a tué en tirant sur un Algérien pendant une dispute dans un bistrot. J’ai pu m’échapper à temps et Paul s’est enfui au Paraguay.
Des bagarres, je les considérais comme un sport et pour cela je suivais des cours de karaté et je faisais de l’alpinisme sans m’intéresser à la politique.

‘Est-ce que tu as bien connu Paul Latinus, le meneur de WNP ?’

‘Par vraiment. Paul se considérait comme un agent secret qui devait rassembler des informations pour l’armée américain. Sa maman m’a raconté une fois que Paul avait de bons contacts avec le général Haig qu’il admirait beaucoup et qu’il visitait régulièrement la Moonsecte. Mais je n’ai jamais vu d’Américains.
Dans l’organisation je n’avais pas un haut rang, il y avait des cloisons. Une structure de cellules, comme dans un service secret.
Au sommet se trouvait Bernard Mercier. Il avait le titre de « Landesvetreter » ou «Inspecteur général» et il s’occupait des contacts entre le quartier général situé à Cologne et Mujo le chef des Falangistes espagnoles. Mercier avait également une haute fonction dans le CEPIC de VDB et était pendant des années collaborateur du cabinet de plusieurs ministres PSC.
Il était également ami avec l’avocat Vincent Vanden Bosch. Il nous a mis à disposition un flat Witte Bergstraat.
‘Latinus était sans aucun doute intelligent mais j’ai l’impression qu’il a été manipulé’.

‘Par qui ?’

‘Un officier de l’armée mais je ne connais pas son nom. Paul était fort ami avec le commissaire Smets de la sûreté de l’état. Il nous donnait cours parfois. Je me souviens qu’une fois on a dû surveiller l’amie du terroriste internationale Carlos’.
Il disparaît de la petite pièce et il revient avec une feuille A4 avec le titre ‘Opération Esperanza ‘.
Exercice dans la rue des Erables, Etterbeek. Signalement de la femme : +/- 1m 65, maigre, peau basanée, type pakistanais, plus foncé que les Marocains, élégant, lunettes avec bords foncés, vernis à ongles et rouge à lèvres, porte un manteau de couleur bleu marine, jupe turquoise et veste en peau de lapin ; cheveux très longs noirs, foulard bleu, sont sur sa garde, sans doute une prostituée, amie occasionnelle de Illitch Ramirez Sanchez, mieux connu sous le nom de Carlos. Mission : observer tout ce qui bouge, attention, au numéro 35 habite un médecin ; surveiller la femme. Si elle prend un taxi : noter le numéro de plaque, le nom de la société de taxi, a-t-elle de la compagnie, prendre une photo si possible. Attention, parfois elle fait le trajet en voiture CUU165, couleur pommebleuvert.
‘Le but de l’exercice était de passer le plus longtemps possible inaperçue en surveillant. Du résultat on faisait un rapport qui était destiné au SEREG, c’était le service de renseignement du WNP dirigé par Michel Libert, nom de code Wagner. Smets recevait une copie et pouvait organiser un débriefing’.

‘Comment tu es devenu membre de la WNP ?’

‘Tu pouvais seulement entrer après intervention d’un parrain, comme dans une assemblée de francs-maçons. Marcel Barbier m’a engagé. A mon tour je pouvais seulement introduire 3 nouveaux membres : mon cousin Marc Vander Meiren, Michel De Bont et Denis Megrette.
Mais je n’étais sûrement pas un nazi. Je le faisais pour le fun, pour le kick. Les vieux clichés, les phrases indigestes, les rêveries fascistes et l’antisémitisme à la Libert ne me convenaient pas. En fait on faisait chez le WNP du travail secret de policier : surveiller des gens, voler des documents, espionner… Le Russe Elnikoff, qu’on appelait pour la plupart du temps « Muller » gardait des fiches coloriées sur des politiciens et des syndicalistes.
Sur les fiches se trouvaient toutes sortes d’informations, jusqu’aux préférences sexuelles. Muller les encodaient dans un ordinateur et recevait chaque mois 8000 franc pour ceci de la sûreté de l’état. On utilisait des méthodes professionnelles et puis soudainement l’amateurisme se pointait de nouveau dans les rangs. Le double meurtre en février 1982 à la rue de la Pastorale à Anderlecht était un exercice pratique!’
‘On apprenait même à fabriquer des bombes. Ici tu peux voir un schéma pour fabriquer un cocktail molotov. A l’écriture on peut voir que cela provient du commissaire Smets.’
(suit l’explication de la fabrication du cocktail Molotov).
‘ On était en guerre. Nous ne savions pas mieux. Combien de fois Libert ne m’a pas assuré qu’on travaillait pour la sûreté de l’état ! Et Smets nous informait et il nous guidait.
J’obtenais un Colt 45 et une carte de membre de la WNP qu’on pouvait montrer lors d’un contrôle policier. Je me souviens qu’une fois on poursuivait un groupe d’arabes qui avait donné un coup de couteau à Barbier. La gendarmerie nous a arrêté Porte de Namur mais après avoir montré les cartes nous recevions l’information comment localiser les attaquants.’

‘Qui finançait WNP ?’

‘Je ne sais pas. Les seuls à nous donner de l’argent étaient le chef nazi Delombaerde et le journaliste Faez Al Ajjah, qui se trouvait souvent à Beyrouth et qui possédait de moyens financiers importants. Marcel Barbier jouait son chauffeur et il répondait au téléphone, Latinus faisait aussi beaucoup de tâches et lui procurait une fois un dossier sur le Zaïre et des documents secrets du NAVO. On vendait aussi de l’information à l’ambassade de l’Argentine sur la position des bateaux anglais pendant la guerre des Falkland. Smets nous racontait que cette guerre servait uniquement pour tester le nouveau matériel du NAVO, comme de l’électronique, canons et la mobilité et l’intérêt des troupes de la flotte britannique. Delombaerde avait aussi une fonction supérieure dans la société Modulmed qui fournissait des petits hôpitaux de campagnes dans des conteneurs à des pays en développement. WNP recevait un pourcentage sur la vente’

‘Et de Bonvoisin’

‘Je ne pense pas que le Baron nous finançait. Ce qui est vrai c’est que Latinus a fait des corvées pour lui. Quand j’appartenais encore au Front il mettait un local à disposition.
D’ailleurs, le baron n’avait jamais un sous sur lui, même pas pour payer un verre. C’était un véritable avare. Je me souviens de lui comme d’un vent fort. Quand je me trouvais dans la cave sous le bureau de Nouvel Europe Magazine en réunion j’entendais la clé tourner dans la serrure, une porte qui se fermait et un pas rapide vers le premier étage ou il conspirait avec le rédacteur en chef. Le baron nous tolérait. Pas plus. On était juste bon pour aller coller des affiches de propagandes pour VDB, mettre des folders dans les boîtes aux lettres, donner des coups à des autres équipes qui collaient des affiches ou pour régler des affaires louches. Par exemple, en servant le Zaïre en provoquant des altercations devant l’ambassade d’Angola après la deuxième invasion Shaba ou en aidant des jeunes de la partie de Mobutu à organiser des meetings. On apprenait que le baron se mettait les millions de Mobutu en poche. Il était fort ami avec l’ambassadeur Inonga. Nous, on ne recevait rien. En fait la politique ne l’intéressait pas. La seule chose qui comptait était : comment je peux utiliser les cons de droite pour me remplir les poches !’
Commissaire Smets avait le rang de colonel chez WNP et il obtenait le nom de code ‘canard’, parce qu’il se déplaçait dans un Citroën 2PK. Apparemment il ne rapportait jamais à ses supérieurs, en tout cas pas par écrit, parce que le commissaire Kausse a entendu parler pour la première fois de la WNP par son informateur Libert en février 1983. Le ministre de la justice Gol n’a jamais sanctionné Smets pour cette grave erreur professionnelle. Pourquoi ?
Est-ce que Smets travaillait pour les services secrets Israéliens ? En tout cas les Israéliens s’intéressaient au mouvement et Gol travaillait pour le Mossad. Comme ça le ministre avec l’aide de la société aérienne TEA de son ami Jood Gutelsman, a été associé dans l’évacuation de dizaines de milliers de Falasha’s Ethiopiens via Bruxelles vers l’Israël et chaque année il faisait une collecte pour l’état juif.

Suite Lammers :

‘On avait 6 adresses pour se cacher. J’y ai croisé un jour les gendarmes Bouhouche et Beyer ensemble. Je suis sûr qu’ils travaillaient pour le WNP, quoiqu’ils n’étaient pas des membres officiels mais des auxiliaires. Marbaix par contre possédait bien une carte de membre. En faisant des actions illégales tout le monde devait se brûler, c’était à peu près la règle. Ça pouvait aller de donner des informations ultra secrets militaires jusqu’à devoir liquider quelqu’un. Peut-être que tu peux mieux situer les vols d’armes chez la SIE et dans certaines casernes de la province.
Derrière WNP il y avait sans doute une organisation encore plus secrète.
Et là-dedans des gros bonnets avaient une place centrale comme le colonel de la gendarmerie Mayerus et Mercier dont je t’ai parlé tantôt. Latinus faisait tout un mystère autour de ça.
Nous, nous étions que l’infanterie. J’ai fait connaissance avec Dany Bouhouche via mon ami Alain Weykamp. Comme examen de passage il devait dérober les dossiers de la gendarmerie de Dossogne et Garot, le rédacteur en chef de l’hebdomadaire d’extrême gauche Pour et de l’attentat sur le quartier juif à Anvers en octobre 1981. Cet attentat était l’œuvre d’un Palestinien qui a fait exploser également une synagogue à Paris et qui s’est enfui vers le Canada plus tard. Qui d’autre que l’Israël pouvait s’intéresser à cela. Beijer a aidé Bouhouche à rassembler ces informations. Barbier m’a raconté qu’un jour quand il était dans l’habitation de Faez, où il répondait parfois au téléphone, il est tombé sur le prince Albert, qui est parti vite par une autre porte quand il l’a aperçu. Tu le vois, que des gens importants. Tu peux comprendre qu’on pensait être en sécurité. S’il nous arrivait quelque chose nous pouvions compter sur une protection. Regarde comment Jean-Marie Paul a pu s’échapper et Van Engeland après l’incendie chez Pour !’

‘Après l’arrestation de Barbier tu t’es quand-même enfuit. Pourquoi si tu étais innocent ?’

‘Une réaction de panique. Avec l’aide de Dossogne je pouvais partir au Paraguay et en attendant je me suis caché au fort Dave à Namur où je connaissais bien la région comme alpiniste. Quelqu’un du SDRA qui je pensais être un ami m’a dénoncé et a averti la police. Est-ce qu’on voulait me faire taire ? Est-ce que je savais trop ?’
‘Un des suspects était Bouchouche. Une des victimes a été abattue avec de la munition spéciale hollow-point, du mercure était intégré dedans. Bouhouche préparait ainsi sa munition et toi tu étais ami avec lui.’
‘Selon moi Libert était impliqué dans le massacre. Il en était capable en tout cas, un vrai nazi. Libert a remplacé Latinus comme informateur de la sûreté de l’état et il a informé le commissaire Kausse de l’existence de WNP et du rôle de Smets. Et après les disputes et rivalités à la sûreté de l’état il a été jeté. Une revanche pour Kausse qui était en dispute avec Smets. Il accusait son collègue d’avoir été l’auteur d’un article dans le Nouvel Europe Magazine. Plus tard il y a eu l’accusation que Smets dirigeait une section spéciale, la SS «P» qui se chargeait de sales tâches. Mais on pouvait aussi le voir autrement. Voulait-on neutraliser Barbier et moi ? En savait-on trop ?
Deux mois après le drame de la rue de la Pastorale Latinus nous a proposé de suivre un camp d’entraînement pour terroristes au Libye. Des Palestiniens radicaux allaient nous instruire et nous recevrions une grande récompense. Mais Smets m’a conseillé de ne pas accepter l’offre parce que c’était un piège pour nous tuer. Il y a eu d’autres choses bizarres.
Est-ce que tu savais que nous devions faire un attentat contre le ministre de la justice Moureaux par vengeance fin 1981 pour son rôle dans la lutte contre le Front de la Jeunesse et le CEPIC ? Heureusement les socialistes ont perdu les élections et il a été remplacé par Jean Gol, sinon on aurait certainement été tué.
Pendant cette même période nous avons sous la direction de Libert organisé des exercices de grande envergure à proximité de grandes surfaces. Les opérations ont reçu le nom de «les grands événements». Nous recevions nos « ordres de mission » via une formule mathématique que nous devions d’abord décoder.
On commentait et notait comme des observateurs de l’artillerie, la position, la situation du trafique, le nombre de caisses, le parking et la surveillance.
Pas seulement chez Delhaise mais aussi chez GB et Colruyt.
Pour qui l’information était destinée est resté un grand secret et nous n’avons pas reçu de rémunération.
Nous avons de cette façon surveillée le GB de Kraainem pendant des jours jusqu’au moment où on a remarqué des tireurs d’élite sur le toit. On a vu comment une Golf est arrivé avec 4 hommes et comment elle a fait demi-tour pour disparaître via le ring.
Est-ce qu’on a fait appel à nous pour un exercice que nous allions réaliser pour de vrai des années après ? Parfois on nous faisait faire des choses dont on ne comprenait pas le sens, comme attendre à la gare de Midi sur la voie 16 pendant des heures pour recevoir une lettre d’une connaissance. On avait l’air bête. Est-ce qu’on était les pions de Latinus, qui voulait impressionner avec son délégant américain ou est-ce qu’il s’agissait d’un entraînement poussé ?
Ou alors s’introduire chez le marchand d’armes Herman Geschier, une relation professionnelle de VDB et du baron Bonvoisin. Un commissaire de la sûreté de l’état nous couvrait. Il opérait sous le nom de « monsieur Vincent ». Seule Libert connaissait son identité.
Par après il s’avérait que c’était Kausse. Nous le faisions pour l’honneur et pour nos idéaux anti communistes. Si jamais on rencontrait des problèmes pendant une mission, on pouvait toujours fuir vers le Paraguay.

Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7026
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Ven 13 Juil 2012 - 18:44

Yggdrasil se réunissait dans le bois de Weide Heide, là où la police recherche un corps et des armes liés aux tueries du Brabant
Herman Wachtelaer, chez qui se déroulent les fouilles concernant les tueries du Brabant affirme que non, les policiers ne sont pas encore venus perquisitionner chez lui, là où nous le retrouvons hier matin. “Entrez, dit-il, c’est pour quoi ? Si c’est pour de l’argent ? Non ! Les tueries du Brabant ? Ah ! Et qu’est-ce qu’il y a de neuf là-dedans ?”
Wachtelaer apprend ainsi – ou fait mine (mais nous ne le pensons pas) – que les enquêteurs du juge de Charleroi Mme Martine Michel mènent des fouilles dans le bois de Wilde Heide à Haecht, où il a vécu 25 ans, à la recherche d’un corps ou d’armes en lien avec le dossier des tueries du Brabant (28 assassinats entre 1982 et 1985). “Qu’ils fassent comme bon leur semble, si ça leur dit, mais je vais leur faire gagner du temps et de l’argent : c’est inutile. Il n’y a rien à trouver. Ils devraient quand même le savoir. J’ai passé tellement d’heures à répondre aux questions en 1989. J’étais chauffeur de taxi. Un jour, ils sont arrivés, ils ont d’abord voulu me menotter. Des collègues taximen sont intervenus pour qu’ils retirent les menottes. Ils m’ont donc embarqué. J’ai passé des jours avec eux. Je leur faisais remarquer que c’était bien beau de répondre à leurs questions, mais moi, je devais aussi gagner ma croûte. Alors, on a fait un marché : on ne se verrait plus que le samedi matin, à l’Extension du palais de justice de Bruxelles, rue des Quatre-Bras.
“144 heures au total. Selon moi, 144 heures perdues pour moi et pour eux : je ne leur ai rien appris. Parce que je ne sais rien. Puis, je n’ai plus entendu parler de rien jusque dans les années 2000 : ils voulaient alors me montrer les nouveaux portraits-robots : je n’en ai reconnu aucun !”
Né en juillet 1934 à Hambourg d’une mère belge et d’un père allemand, Wachtelaer est incorporé, à l’âge de 6 ou 7 ans, dans les Hitlerjugend de Fulda. Son père est Untersturmführer, premier grade d’officier dans la SS. “Les Jeunesses hitlériennes, finalement, à cet âge-là, il y avait un côté scout.” Wachtelaer en a conservé le poignard, qu’il nous montre.
Ce n’est pas cette enfance, dit-il, qui l’a rendu nazi. “Je suis devenu national-socialiste en arrivant en 1953 en Belgique. Je le suis resté. Je suis nazi.”
Il raconte aussi avoir dû payer pour obtenir la nationalité belge.
Études d’ingénieur agronome à l’ULB, 7 ans comme agent territorial au Congo. Employé de banque à son retour en Belgique dans les années 1960. Wachtelaer devient ensuite chauffeur de taxi. Entre-temps trois fois marié. À 78 ans, il reste un incroyable coureur de jupons.
En 1989, les enquêteurs saisissent une liste des membres de cette société secrète Yggdrasil qu’il a créée et il s’établit à Haecht : 207 noms. Hier, Wachtelaer dit que ce n’était qu’une partie. Yggdrasil a compté 700 membres, dont beaucoup de femmes. Et est en lien avec d’autres sociétés ésotériques, Thule en Suisse, Orion en Irlande, Irmin en France, Artgemeinschaft en Allemagne. Wachtelaer organise des déplacements en Angleterre à Stonehenge et à Externsteine, dans le Teutoburgerwald. “C’est tout, dit-il , rien à voir avec les tueries. […] Je ne sais même pas tirer à la carabine” .


Gilbert Dupont

Un sinistre individu
Par Stéphane Tassin
COMMENTAIRE Nous ne sommes pas responsables des erreurs et des crimes commis par nos parents. Si, par contre, nous les continuons, notre responsabilité est peut-être plus grande car nous avons le recul de l’histoire. Être le fils d’un Waffen SS ne fait pas de quelqu’un un sinistre individu. Mais si le fils continue d’honorer les idoles monstrueuses du père et se revendique d’un régime qui a fait plusieurs millions de morts, nous ne pouvons nous taire.
Au nom de la liberté d’expression, chacun a quasiment le droit de dire ce qu’il pense. La personne interrogée dans ces articles a donc le droit de souscrire aux thèses nazies, de l’affirmer et même d’en être fière. Au nom de cette sacro-sainte liberté d’expression, nous avons donc le droit absolu de le considérer, pour les thèses puantes qu’il défend et revendique, comme un sinistre individu et un triste sire. Et, il vaut peut-être mieux s’arrêter là !

Source : http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/401541/une-societe-secrete-de-700-membres.html

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Ven 13 Juil 2012 - 22:21



Intéressant de relever que les enquêteurs semblent beaucoup s'intéresser à deux véritables "nazis" : Simon Genevois et Herman Wachtelaer.

Etonnant aussi de voir les nombreux "contacts" : militaires mais aussi membres du WNP se rendant chez Simon Genevois ("pour l'ambiance" ???), des centaines de membres pour l'organisation de Herman Wachtelaer.

Je ne peux pas m'empêcher de penser au PV de l'audition de Libert, notamment en ce qui concerne la réunion "Volkswagen" (il est aussi question de Mercedes dans ce PV ; quant à moi, j'ajouterais Allianz et sans doute aussi Mitsui).

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11301
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Sam 14 Juil 2012 - 15:24


http://www.standaard.be/artikel/detail.aspx?artikelid=DMF20120713_179

'Ontkennen heeft geen zin: ik ben een nazi'


zaterdag 14 juli 2012, 14u22

De speurders van de cel Bende van Nijvel groeven een hele week lang in zijn tuin naar de wapens van de Bende van Nijvel en -misschien- het lijk van de killer. Maar echt druk maakt de extreem-rechtse druïde Herman Wachtelaer (78) zich daar niet over. 'Zijn ze daar weer met hun onzin?'

‘Eind jaren ’80 hebben ze me 144 uur lang ondervraagd over de Bende van Nijvel. En nu zegt u me dat ze ook alweer een hele week in Tildonk aan het graven zijn. In mijn tuin van vroeger. Dat ze maar doen. Vinden zullen ze toch niks. Er valt nu eenmaal niks te vinden.’

Druïde herman Wachtelaer (78) leeft de laatste jaren alleen in zijn Brusselse appartementje, omringd door boeken en symbolen uit de Keltische en Germaanse mythologie en een reeks nazi-boeken en memorabilia, waaronder een afbeelding van de Führer Adolf Hitler, een mes van de Hitlerjugend en een embleem van de Vlaamse afdeling van de Waffen SS.

Op zijn 78e kent Wachtelaer alle nazi-liederen nog uit het hoofd en -zo laat hij ons zien- hij speelt ze ook foutloos na op zijn elektrische piano. ‘Ik ben een nazi. Een echte nationaal-socialist. Het heeft geen zin om dat te ontkennen want het is de waarheid. Mijn vader was een Duitser. Hij was tijdens de oorlog bij de Waffen SS. Zelf was ik als klein jongetje bij de Hitlerjugend. Na de oorlog ben ik met mijn moeder naar België gekomen. Zij was Belgische. Ik ben tijdens mijn jeugd een overtuigde nazi geworden. Het is niet omdat de nazi’s de oorlog verloren hebben en iedereen tegen ons is dat ik mijn overtuiging heb afgezworen. Zo zit ik niet in mekaar.’

Hoe komt het dan dat de excentrieke Godi Wachtelaer ooit in verband is gebracht met de Bende van Nijvel? ‘Dat is allemaal de schuld van journalist René Haquin (wijlen René Haquin van Le Soir, redactie).

Hij heeft in de jaren ’80 een boek geschreven over het extreem-rechtse Westland New Post (WNP) met als titel ‘Les Taupes dans l’ extrême droite’ Een aantal van de leden van WNP kwamen ook naar onze Yggdrasil-bijeeenkomsten (heidense bijeenkomsten), schreef Haquin. En dat was juist.

Eind jaren ’80 werd Wachtelaer opgepakt door de speurders die onderzoek deden naar de Bende van Nijvel.

‘Ze hielden ons in het oog natuurlijk. Er stond af en toe een anonieme camionette van de rijkswacht met twee man met een verrekijker aan de Wilde Heide. Wat wil u? Mijn religie en overtuiging is niet die van hen. En volgens sommigen zijn mijn ideeën nu eenmaal extreem. Ze zijn mij komen halen met de handboeien toen ik in mijn taxi zat. Volgens hen kende ik twee van de slachtoffers van de Bende van Nijvel: Constantin Angelou en José Vanden Eynde, ook twee taxichauffeurs in Brussel. Ze vonden dat verdacht. Maar Angelou kende ik alleen van ziens en die andere helemaal niet.’

Enfin, ze hebben mij terug vrijgelaten maar ik ben daarna vele zaterdagen aan een stuk naar het politiekantoor getrokken. Dat was onze afspraak. Ik werd telkens opnieuw ondervraagd over de mensen die mij kwamen. In totaal 144 uur lang. Maar ik kon toen alleen maar net hetzelfde zeggen als nu. Ze verliezen hun tijd. In Haacht is nooit niets onwettelijk gebeurd. Ik heb zelf geen strafregister en ik kan zelfs niet eens met een geweer schieten. Wat zouden wij over de Bende van Nijvel weten?’




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)   Aujourd'hui à 21:26

Revenir en haut Aller en bas
 
Domaine Wilde Heide à Tildonk (Haacht)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le domaine de Rambouillet
» Gyles Brandreth : "Oscar Wilde et le cadavre souriant"
» Métiers dans le domaine du droit de la famille
» domaine professionnelle
» Domaine Biologique de Bressol

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Les lieux-
Sauter vers: