les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Bougerol

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Ven 2 Fév 2018 - 15:01


The Political Warfare Cadres Academy (Chinese: 政治作戰學校), also known as Fu Hsing Kang College (復興崗, "Renaissance Hill"), is a military academy in Beitou District, Taipei, Republic of China.

Note : avec une mention de Ray Cline






_ _ _






(...)




Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Ven 2 Fév 2018 - 19:37


Michel Libert sur sa mutation au SGR / SDRA (par les soins du major Bougerol)

_ _ _


>>> La demande de mutation au SGR / SDRA fut le résultat d'un entretien réellement spontané et bi-latéral avec Emile Lecerf durant lequel je faisais part de mon désir d'être plus efficace encore, propos sur lesquels celui-ci a surfé pour me dire que ma vraie place, vu les résultats performants que je lui apportais, serait au sein du renseignement de l'Armée et qu'il pourrait en quelques coups de cuillère à pot à la fois, d'une part, me contenter/me satisfaire et, d'autre-part faire profiter/bénéficier cette administration des pouvoirs et moyens de l'infrastructure de laquelle j'étais issu.

Il me demanda de me revenir quelques jours plus tard à son bureau et me présenta au Major Bougerol qui me confirma avoir eu un entretien constructif avec celui-ci, que j'étais certainement digne d'occuper ma place au sein du SGR et que le nécessaire administratif serait accompli incessamment sans problème aucun.

Il y a peu, j'ai eu confirmation à ce sujet, par un ancien contact attentionné, que j'apparaissais comme personnel intégré au SDRA dans les documents de l'époque.

_ _ _

Le major Bougerol était-il au courant de vos liens avec le PAL / MAD ?

_ _ _

>>> Je n'en ai jamais parlé mais ... Paul Latinus, m'ayant introduit dès le debut de notre collaboration près de Emile Lecerf, recevant ses ordres/instructions de (entre-autres) de celui-ci et, enfin, connaissant le major Bougerol ... je suis convaincu que ce dernier était nécessairement au fait de mes activités pré-WNP sans en connaître le détail. J'étais par ailleurs tenu au silence à ce sujet par les protocoles en vigueur.

TC

ML

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Sam 3 Fév 2018 - 15:20


Commentaire de Michel Libert sur le major Bougerol et la Milice de Jésus-Christ :

_ _ _ _ _


J'ai rencontré le major Bougerol au minimum deux fois. Trois fois est possible, pas plus.

Je me vois mal faire partie d'une quelconque milice religieuse engagée comme l'est / l'était celle-ci, qui plus est "catholique" et "vaticanement überisée" à moins d'y être "physiquement" forcé (LOL).

Pour rappel, je suis depuis toujours adepte de la Stoa, apprenti dans la Voie de l'Alchimie spirituelle et rejette donc toute voie dogmatique, car incompatible avec mes état et parcours.

TC

ML

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Sam 3 Fév 2018 - 15:48


Un autre témoignage sur le major Bougerol...

_ _ _ _ _


Bougerel je l'ai rencontré deux ou trois fois . Il parlait beaucoup et voulais recruter tout le monde y compris Claude Meesen . Je n'ai jamais rien fait avec lui .
Bizarrement Claude le considérait comme un dangereux rival et un opportuniste. ???.
Il était très proche de De bonvoisin c'est le Baron qui la présenté à Meesen .


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Sam 3 Fév 2018 - 20:55


Le séjour de Jean Bougerol au Fu Hsing Kang College lui a très probablement donné une vue détaillée de la "mouvance" anticommuniste dans le monde (notamment le Costa-Rica ?) et a dû étoffer son carnet d'adresses. Il est aussi passé par Fort Bragg (où Paul Aussaresses a enseigné... mais sans doute pas à la même époque).

_ _ _ _ _

https://mondediplo.com/2016/06/10taiwan

(...)

Taiwan also has to deal with an embarrassing past. Fu Hsing Kang College, a military academy in northern Taiwan highly reputed for its training in anti-communist warfare, has among its former students Roberto d’Aubuisson, founder of El Salvador’s Nationalist Republican Alliance (Arena) and a leader of the death squads. Taiwan still has close links with rightwing parties in Central America. But since the peace agreements and return of democracy in the region, several countries, including El Salvador, Guatemala and Nicaragua, have had changes of government; those now in power are the political wings of former guerrilla organisations — such as the Farabundo Martí National Liberation Front (FMLN) in El Salvador — with close ideological links to the communist ideas that Taiwan once helped to fight.

(...)

_ _ _

Latin America Facing China: South-South Relations beyond the Washington ...
publié par Alex E. Fernandez Jilberto




_ _ _

Costa Rica: A Country Guide
Tom Barry
Inter-Hemispheric Education Resource Center, 1 janv. 1991 - 108 pages




Hundreds of Costa Rican ministers, politicians, and police officers have received training at the Fu Hsing Kang College in Taiwan, which offers a two-month long "Higher Course in Political Warfare."20 Since 1974 Costa Ricans have attended more than 80 political warfare courses. According to a report by Joel Millman of the Institute of Current World Affairs in New Hampshire, diplomas from the Fu Hsing Kang College are displayed on the walls of many government officials.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Dim 4 Fév 2018 - 9:22

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Dim 4 Fév 2018 - 10:06


https://isgp-studies.com/miscellaneous/cercle-david-teacher/2017-rogue-agents-le-cercle-6i-private-cold-war-1951-1991-david-teacher-5th-edition.pdf






_ _ _

https://fr.scribd.com/document/264230379/Des-Barbouzes-Americains-en-Sauraient-Long







Note : je ne me souviens pas d'un tel passage dans l'interview...

_ _ _

https://www.washingtonpost.com/archive/lifestyle/magazine/1984/07/08/de-borchgrave/1e78f085-ff39-4aa3-8856-e1f8e1bf7ea3/?utm_term=.b3357b33bfc9

(...) Ray S. Cline, former deputy director for intelligence at the CIA, and now a colleague of de Borchgrave's at Georgetown Center for Strategic and International Studies, a foreign policy think tank, says de Borchgrave "has a view that is perhaps inclined to credit the deviousness and skill of Soviet analysis and deception more than the clearly documented facts justify . . .   (...)

_ _ _

https://www.sourcewatch.org/index.php/Ray_Cline

(...)   U.S. Global Strategy Council is a Washington-based organization, which [was] under the chairmanship of founder Ray Cline, former Deputy Director of the CIA, who maintain[ed] very close ties with the U.S. Intelligence community. "Taiwan became a laboratory for total and unconventional warfare." It established a Political Warfare Cadres Academy--D'Aubuisson is a graduate--with the assistance of WACL associate Ray Cline, who was CIA station chief in Taiwan form 1958-1962, then CIA deputy director for intelligence, State Department director of intelligence and founder of the U.S. Global Strategy Council. U.S. military personnel taught at the Academy....Moonie connections with the U.S. right...are extensive...[late] Major General Daniel Graham [CNP], a member of CAUSA USA's advisory board, heads the Star Wars lobby group, High Frontier. F. Lynn Bouchey [CNP], president of the Council for Inter-American Security and member of the Committee of Santa Fe, helped organize two CAUSA conferences. Washington Times editor Arnaud de Borchgrave [CNP] serves on Ray Cline's U.S. Global Strategy Council, a Ronald Reagan advisory group. The Strategy Council's executive director is retired General E. David Woellner, president of CAUSA World Services. Washington Times columnists include Ray Cline's son-in-law Roger Fontaine, a Committee of Santa Fe member and former Reagan Latin America adviser, and Jeremiah O'Leary, formerly special assistant to National Security Adviser William Clark. [Sklar, p. 78, 80][3]

_ _ _

Ray Cline, de Borchgrave, Douglas MacArthur II, Alexander Haig et Daniel O. Graham supportaient la secte Moon (qui a rencontré le WNP).

Washington's War on Nicaragua
Par Holly Sklar




_ _ _

Ray Cline a aussi travaillé avec John K. Singlaub (OSS à Kunming, China).


Revenir en haut Aller en bas
Etienne



Nombre de messages : 1040
Date d'inscription : 26/11/2015

MessageSujet: Re: Bougerol   Dim 4 Fév 2018 - 11:38

Pour ou contre l'achat de F35?
La Belgique a-t-elle besoin d'avions d'attaque furtifs réseauxcentrés capables B61 au détriment de la supériorité anti-aérienne au-dessus de son territoire ou celui de ses voisins amis/alliés. Tout un débat. Etions-nous confronté dans les années de plomb à pareil dilemme?
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Dim 4 Fév 2018 - 13:58


Un dilemme plus grave encore : l'installation sur le sol européen de missiles nucléaires venant des USA.

Les Etats-Unis avaient notamment envoyé David Abshire en Europe pour nous convaincre :

https://en.wikipedia.org/wiki/David_Manker_Abshire

Fondateur du CSIS (1962), il a été le représentant permanent des USA auprès de l'OTAN de 1983 à 1987.

Pour en revenir à Bougerol et au PIO, l'objectif était de s'opposer aux mouvements pacifistes hostiles à l'armée et aux projets du ministre Paul Vanden Boeynants (notamment sur le service militaire).

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Dim 4 Fév 2018 - 14:06


Selon Guy Bouten ("De bende van Nijvel - verraad, manipulatie, geheime diensten"), Bougerol louait un appartement près de Bruges et pouvait donc facilement aller à Knokke où Carl Armfelt tenait un magasin.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Dim 4 Fév 2018 - 14:37


Ray Cline et John Singlaub ensemble aux Philippines en 1986 :








Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Dim 4 Fév 2018 - 15:11

A relire :

http://plus.lesoir.be/archive/recup/%25252Fstay-behind-et-les-autres-reseaux-les-mysteres-du-major_t-19910904-Z04D57.html

Extrait :

(...) Les mystères du major Bougerol

A la fin des années soixante, le besoin de mieux faire connaître la «vérité militaire» s'est fait sentir. C'était une époque marquée par «mai 68» et la contestation de l'ordre établi ainsi que par la guerre du Vietnam. Il en résultait un assez grand discrédit de la chose militaire en général. C'est dans ce contexte qu'est née l'idée de conférenciers militaires - ce qu'on va bientôt appeler le «Speaker's Bureau». Le but était de les envoyer exprimer le point de vue de l'armée à l'occasion de conférences, de débats, de rencontres avec des lycéens par exemple.

En 1974, sera créée une organisation qui prendra plus tard le nom de «Public Information Office» (PIO). La direction de PIO est confiée au major J.-M. Bougerol, connu comme conférencier militaire et solide débatteur antisubversion.

PIO avait deux branches: une militaire et une civile. La branche militaire incluait les conférenciers, mais également un groupe d'action dont la mission première était de porter la contradiction dans un certain nombre d'assemblées. PIO a donc véritablement fait de l'activisme: sabotage organisé de conférences, infiltration d'associations et de groupes que l'on estimait a priori favorables aux thèses de l'armée: NEM Club, Cepic, mais aussi la Confrérie des Hospitaliers de Notre-Dame d'Aulne, l'Ordre souverain et militaire du Temple de Jérusalem, la milice de Jésus-Christ, par exemple, ces trois dernières sociétés rayonnant surtout en région de Charleroi; il s'agissait parfois pour les membres de PIO de participer aux votes lors de réunions de ces organisations pour mettre certaines personnes en minorité. En d'autres circonstances des cours, sous forme de conférences, étaient donnés à des groupes d'extrême droite (Forces nouvelles par exemple).

INFOREP

La branche civile a publié à partir de septembre 1977 un bulletin, «Inforep», revue de presse orientée vers l'anticommunisme et l'antisoviétisme éditée à environ deux cents exemplaires, destinée aux conférenciers militaires, envoyée également dans différents services de l'armée, à la gendarmerie, à la Sûreté de l'État, dans quelques cabinets ministériels.

Dès l'origine, le PIO, en plus de sa mission antisubversion, s'est fait couvrir pour développer une mission de recherche de renseignement et de contre-information. En relation avec ces activités le major Bougerol a effectué plusieurs déplacements à l'étranger, notamment à Taiwan (1976) où existe une école de guerre psychologique et au Liban (1978), mais aussi en Espagne, en Irlande, au Portugal, en Italie, en Hollande et en France.

Dans le cadre de cette dernière mission, le major Bougerol a tissé un véritable réseau que les initiés appelèrent «Groupe Miller», Miller étant par ailleurs le pseudonyme de Bougerol lorsqu'il fournissait des articles au quotidien «La Dernière Heure». Des équipes «antisubversion» étaient organisées en différents groupes répartis au sein de certaines régions (en Hainaut notamment).

La branche militaire était installée à Evere, puis dans appartement situé au no 68 de la chaussée d'Auderghem; la branche civile avait des bureaux au no 3 rue de la Science. À cette époque, le ministre de la Défense nationale aurait pris en charge certaines dépenses afférentes aux activités d'autant que le major Bougerol bénéficiait du soutien sans réserve du lieutenant-général Roman, chef d'état-major des forces terrestres, le seul à être bien au courant des activités multiples de PIO. Mais dès l'origine, la SA Promotion et Distributions générales (PDG) a été associée au financement de certaines activités de PIO, en particulier Inforep et les conférenciers militaires; depuis 1975, des remboursements de frais de voyage furent par ailleurs effectués au profit du major Bougerol. Sise au 39, rue Belliard, à Bruxelles, fondée en 1971, dirigée par J.-M. Detournay, elle était, semble-t-il, contrôlée totalement par le baron Benoît de Bonvoisin; depuis l'augmentation de capital de 1974, elle comptait des Libanais parmi ses principaux actionnaires. En principe PDG s'occupait de promotion industrielle et de relations publiques au plan international en Afrique, en Amérique latine et au Moyen-Orient; elle assurait également la promotion et la commercialisation d'un brevet d'«économisateur» d'essence appelé SVB 3, qui appartenait à une société panaméenne. En échange de ses services, PDG recevait des exemplaires d'Inforeb vendu à des sociétés sympatisantes à raison de 60.000 F par abonnement; en 1978, il y en avait eu neuf.

Le problème qui s'est posé aux militaires qui se réunissaient chaussée d'Auderghem était de savoir s'ils étaient couverts par leurs chefs. Une réunion fut dès lors organisée au cabinet du ministre de la Défense nationale, en présence du ministre Van den Boeynants, de certains de ses collaborateurs et du baron de Bonvoisin; il était désormais clair pour chacun qu'ils étaient en service commandé.

JAMAIS AU SGR

Le major Bougerol n'a jamais appartenu à SGR et SDRA; il affirme toutefois avoir disposé d'un bureau au SDRA pendant quelques mois en 1974-1975 sans pour autant faire partie de ce service; ce fait est nié par le chef actuel de SGR. Il apparaît cependant de façon irréfutable que des membres de SGR et de SDRA ont travaillé en permanence, en étroite collaboration avec PIO et que ces relations ont dépassé le strict contact individuel. Il en a été ainsi avec le commissaire Fagnart, agent civil du service de sécurité militaire de SDRA (section contre-ingérence) décédé en 1983. C'est avec lui que les membres de PIO traitaient le plus souvent. Fagnart, dans les faits, était chargé au nom de SDRA de chapeauter et de surveiller le groupe; par ailleurs SDRA demandait aux militaires de PIO de faire rapport.

Il en était ainsi avec le commandant Dery, officier de renseignements (analyste) à SGR qui dès l'origine a appartenu à la branche militaire de PIO. Par ailleurs, SGR avait établi en septembre 1974 une note de singalement classifiée Secret à l'occasion de la demande de promotion du commandant Bougerol au grade de major; cette note spécifiait que la promotion «serait de plus très souhaitable étant donné le rôle qui lui était destiné». En outre, MM. Fagnart et Dery, ainsi que d'autres membres de PIO appartenaient aux mêmes Ordres de chevalerie en région carolorégienne, ce qui bien sûr contribuait en dehors des heures de service à renforcer les liens personnels.

Au cours de la réunion, mentionnée ci-dessus qui s'est déroulée au cabinet, les membres de PIO, inquiets de leur sécurité ont demandé protection et à la suite de cette requête, il leur a été permis par SGR de porter une arme.

La fin chaotique du «PIO»

Dans les dernières semaines de 1978, la dissolution de PIO fut décidée; elle fut effective au début de 1979. Plusieurs raisons paraissent avoir incité certaines autorités militaires à recommander la mise à l'écart du major Bougerol: non seulement, on lui reprochait ses indiscrétions, son incapacité à respecter la clandestinité, mais on s'inquiétait de son inféodation financière «au service d'action du ministre de la Défense nationale», donc d'un homme politique à l'avenir par essence incertain, or, la structure mise en place bénéficiat d'un soutien de 600.000 F par mois et dans les derniers mois de 1978 les dettes accumulées à l'égard du «Groupe Miller» s'élevaient à un peu plus de deux millions.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
C.P.



Nombre de messages : 404
Age : 61
Localisation : Hainaut
Date d'inscription : 05/01/2018

MessageSujet: Re: Bougerol   Dim 4 Fév 2018 - 15:42

HERVE a écrit:
A relire :

http://plus.lesoir.be/archive/recup/%25252Fstay-behind-et-les-autres-reseaux-les-mysteres-du-major_t-19910904-Z04D57.html

Extrait :

JAMAIS AU SGR

Le major Bougerol n'a jamais appartenu à SGR et SDRA; il affirme toutefois avoir disposé d'un bureau au SDRA pendant quelques mois en 1974-1975 sans pour autant faire partie de ce service; ce fait est nié par le chef actuel de SGR. Il apparaît cependant de façon irréfutable que des membres de SGR et de SDRA ont travaillé en permanence, en étroite collaboration avec PIO et que ces relations ont dépassé le strict contact individuel. Il en a été ainsi avec le commissaire Fagnart, agent civil du service de sécurité militaire de SDRA (section contre-ingérence) décédé en 1983. C'est avec lui que les membres de PIO traitaient le plus souvent. Fagnart, dans les faits, était chargé au nom de SDRA de chapeauter et de surveiller le groupe; par ailleurs SDRA demandait aux militaires de PIO de faire rapport.


Pour autant que la mémoire ne me fasse pas défaut, en 1976, Bougerol arborait les insignes de Capitaine-commandant sur les "coins de col" bleu ciel de la logistique. Plus tard, il me semble avoir vu des photos de lui portant le grade de Major sur fond noir avec les insignes de l'Ecole de Guerre, actuellement "Institut Supérieur de Défense".
Je ne garde qu'un très vague souvenir d'un officier style "british" (baudrier de cuir sur service-dress kaki, badine également de cuir), fumeur de pipe, à la couperose prononcée d'un gros buveur de Whisky... Pour le reste, je devais être aussi attentif que d'habitude, voire endormi, probablement lors d'un conférence donnée à la Div. Interforces de l'E.R. Cad. à Laeken. Faut dire si c'était passionnant!
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Dim 4 Fév 2018 - 16:13


Cela vaut certainement la peine d'avoir davantage de témoignages sur Jean Bougerol.

On m'a dit qu'il regrettait de ne pas avoir été para-commando. On m'a aussi dit que lorsqu'il était en Allemagne, il connaissait bien les ESR.

Vu ses compétences militaires et son carnet d'adresses (notamment via Fort Bragg, Peitou et ses nombreux autres voyages), c'est sans doute le principal suspect pour l'organisation des tueries... mais à mon avis pour répondre aux souhaits de gens plus haut placés (via Carl Armfelt et Ray Cline ? et/ou Douglas MacArthur II qui correspondait avec Paul Vanden Boeynants ?).

Revenir en haut Aller en bas
C.P.



Nombre de messages : 404
Age : 61
Localisation : Hainaut
Date d'inscription : 05/01/2018

MessageSujet: Re: Bougerol   Dim 4 Fév 2018 - 17:58

Hervé, je vous lis toujours avec beaucoup d'intérêt, mais cependant j'ignore si vous avez connu l'armée belge des années septante/quatre-vingt.

Il faut se remettre dans le contexte de ces années charnières où se côtoyaient encore les vétérans de la seconde guerre, ceux de Corée, du Congo, et tous ceux qui n'avaient "rien fait". Je crois que Bougerol était de cette dernière catégorie.

Je vais tenter de m'expliquer, mais je crains que cela n'aie que peu de chose à voir avec les affaires du Brabant wallon.

Tout d'abord, les officiers généraux, les hauts gradés commandant les grandes unités étaient pour la plupart des vétérans de la dernière guerre. Certains avaient refusé la capitulation et avaient continué le combat soit au côté des alliés, soit en entrant en résistance contre l'occupant nazi. D'autres firent le choix de la captivité...

Il va sans dire que des clans se formèrent, des rancunes tenaces, et des rivalités avérées émaillèrent la carrière de tout ce beau monde après la guerre. Les uns reprochant aux autres leur passivité face à l'ennemi, les autres se défendant de n'avoir que suivi les ordres, le Roi, etc. Et parmi ceux qui avaient combattu, il y avait la rivalité entre les anciens SAS de Blondeel, les anciens Commandos de Danloy, les fantassins de Piron, sans oublier ceux de la RAF. On ne peut pas oublier non-plus ceux de la Résistance, des agents du SOE... Et je crois que la concurrence entre eux pour l'accession aux plus hautes fonction devait être aussi rude que parmi les cadres des multinationales émergentes de l'époque.

Certains officiers ayant connu la captivité se "rachetèrent" en cinquante en s'engageant pour la Corée, ce fut le cas du Colonel, futur général Crahay. Le Général Close fit, lui, carrière dans la "cavalerie" et commanda une brigade des FBA (vous avez très fait de publier la photo où on le voit en déguisement très "Pattonien"). D'autres encore partirent pour le Congo, soit dans les forces métropolitaines qui y étaient déployées, soit au sein de la Force publique congolaise.

Beaucoup de ces officiers généraux ont trouvé leur successeur parmi leurs adjoints de l'époque. Un exemple comme tant d'autre: le général Roman, chef d'Etat-major général, était l'adjoint de Danloy au sein des Commandos en Angleterre. Le dit Roman, dont la rumeur voulut qu'il prépara un coup d'état militaire au début des années septante. Il se serait vanté d'être suivi par tout le Régiment Para-Commando. Complota-t-il? Probablement. Fût-il suivi? L'histoire a démontré que non. Un putch militaire en Belgique? Resté à l'état de fantasme chez quelques vieillards séniles...

A un niveau en-dessous, toute une catégorie d'officiers qui n'avaient pas fait la guerre, trouva à ce faire une certaine expérience militaire au Congo. Au rang de ceux-ci, Frédéric Vande Waele et Guy Weber, celui-ci avait servi dans la Brigade Piron. Je les cite ici car ils représente l'archétype des officiers idéalistes qui, comme tant d'autres, se sont fourvoyés dans la gabegie de l'indépendance du Congo. Ils en furent pénalisés dans leur carrière au sein de l'Armée belge, et en conçurent une très grande frustration.

Et pour terminer la description du cadre des officiers de cette, il y avaient tous ceux qui n'avaient participé à aucune action, et qui dans la course la promotion, devaient se faire remarquer d'une manière ou d'une autre. Les appuis politiques devinrent indispensables, de même qu'une surabondance de titres universitaires pour pouvoir accéder aux plus hauts postes de l'armée.





Revenir en haut Aller en bas
ginlo



Nombre de messages : 271
Date d'inscription : 27/05/2014

MessageSujet: Re: Bougerol   Dim 4 Fév 2018 - 19:27

C'est étonnant, il était donc déjà au SGR/SDRA en 1974 - 1975, et c'est en 1974 qu'il m'a fait passer des test intellectuels à la caserne du 1er Chasseur Ardennais à SPITCH sous les ordres du Commandant BEM Magon, voilà pourquoi le Colonel Rémy Ulens m'a recruté en 1984 ....j'avais donc un dossier dans les tiroirs du SDRA depuis 1974, ils n'oublient jamais rien, et sont très organisés, la preuve......
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Lun 5 Fév 2018 - 8:04


Jean Bougerol connaissait bien Emile Lecerf. Connaissait-il aussi son épouse "Betsy" Heris qui travaillait au Management Centre Europe ( The European Headquarters of the American Management Association International, rue Caroly 15 à 1040 Bruxelles ). Encore un beau carnet d'adresses...







(...)



_ _ _

Un lien avec ce qui suit ?





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Lun 5 Fév 2018 - 8:25


Plus ancien :










Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Lun 5 Fév 2018 - 18:22



Un commentaire de Michel Libert sur les contacts de Jean Bougerol ...

_ _ _ _ _


Les seuls contacts du major Bougerol dont je suis sûr (pour le faible environnement dans lequel il m'était permis de m'immiscer) étaient Emile Lecerf et Bernard Mercier, le premier car il m'en parlait et me l'a présenté, le second car il en avait abordé le sujet dans diverses conversations. Je suis persuadé qu'il rencontrait Paul Latinus car celui-ci, dès le début de notre collaboration, en abordant le sujet des "couvertures", citait le major comme une des références. Un autre contact aurait été Robert Thomas de la Commission.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Mar 6 Fév 2018 - 9:50


http://www.lesoir.be/archive/recup/quel-rapport-existait-entre-luc-jouret-et-le-major-boug_t-19970416-Z0DL01.html

Mis en ligne le 16/04/1997 à 00:00
Alain Lallemand

Quel rapport existait entre Luc Jouret et le major Bougerol ?

Denis Guillaume tout comme Jouret ayant un passé qui les assimile à l'élite du renseignement militaire, il est des aspects particulièrement obscurs dans ce dossier, liés soit à certaines officines du renseignement, soit au commerce d'armes. Extrait d'audition :

Serge Moureaux (président de la commission) : X. dit que Y. et Luc Jouret auraient travaillé ensemble dans l'armée belge, et auraient infiltré les groupes ésotériques à la demande du PIO, le Public Information Office, du major Bougerol. Alors, là... Là on est sur quelque chose de tout à fait étonnant ! Quand vous avez enquêté sur Guillaume Denis, il semble quand même bien que vos enquêteurs ont eu quelques petits problèmes...

Bruno Bulthé : Je ne peux que le confirmer.

Serge Moureaux : D'abord , certaines de vos intentions ont été portées à sa connaissance. Ce qui a fait échouer certains plans des enquêteurs. Et, d'autre part, vous avez eu l'impression d'être suivis par d'autres services...

Bruno Bulthé : Effectivement, je crois que l'un des enquêteurs - qui est un professionnel en la matière - a eu manifestement le sentiment qu'il était suivi.

Serge Moureaux : Ce qui est frappant dans tout cela, c'est que Luc Jouret est un ancien para-commando; l'abbé Motmans (NDLR : qui a rencontré Di Mambro et officie dans le Luxembourg), si je me souviens bien, c'est un ancien aumônier militaire... Quant au gendarme Z., il y a quand même des gens de son organisation qui sont sur la fameuse liste de 400 personnes (membres de l'OTS). Or, il ressort de votre rapport qu'en 1983 Denis Guillaume avait fourni des armes à Jouret à la demande de ce dernier. Les armes fournies étaient un P 38 et une carabine 22 long rifle. Des munitions ont également été fournies par Guillaume. Comme il le dit lui-même : «J'aurais aimé suivre Jouret, devenir son garde du corps, j'aurais donné ma vie pour lui»...

Bruno Bulthé : C'est d'autant plus étonnant qu'à l'époque Denis Guillaume est officier para-commando, donc, en principe, n'avait pas quitté les structures de l'armée. (...)

Jacques Francois : Des armes de ce type-là n'ont pas été retrouvées (dans les dossiers suisses et canadiens de «suicides collectifs»). Elles ont vraisemblablement disparu après 1993. Pourquoi ne s'agit-il pas des armes de Denis Guillaume qu'on retrouve dans cette enquête ? Parce qu'il y a eu, en 1993, une sorte de «provocation» - mais qui, au Canada, est une procédure normale : des membres des services de renseignement canadiens ont proposé des armes à Luc Jouret, qui les a acceptées - mais jamais achetées - en vue d'attentats, etc. D'où l'inculpation de Jouret pour trafic d'armes. En conséquence, l'hypothèse des Canadiens est de dire que, suite à l'affaire des armes, la secte est allée en Suisse parce qu'elle se savait surveillée.

C'est dans ce cadre littéralement pourri qu'ont eu à évoluer les enquêteurs de la cellule Bulthé. Ce n'est alors pas une surprise s'ils concluent leur rapport de la sorte : «A la lumière de ces données, et étant donné que Guillaume entretient de bons contacts avec un certain nombre de survivants de l'OTS, les membres de la cellule OTS estiment qu'il convient qu'à l'avenir également les services spécialisés évaluent régulièrement la situation. »

Explication de texte par l'enquêteur Jacques François : On est un peu perplexe vis-à-vis de ce personnage. Je vais le dire d'une petite phrase : Heureusement qu'il n'a pas les moyens (de perpétrer un autre « transfert»). Pour moi, cette personne doit rester relativement, euh... Surveillée ?

A. L.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Mar 6 Fév 2018 - 9:56

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Mar 6 Fév 2018 - 11:39


Autre document sur l'académie de Beitou :

https://international.thenewslens.com/article/59354

(...) Yet it was the training that he received at Fu Hsing Kang College in Taipei's Beitou District that he spoke of most fondly. Calling his political warfare course there “the best class I ever studied,” he was particularly effusive about the instruction on how to transform a military organization into a political party. “Those lessons were what I applied when [...] we started organizing civic groups,” he said. It was on the back of this training that D'Aubuisson cofounded the Nationalist Republican Alliance (ARENA), which dominated the political landscape in El Salvador for over 20 years.

While it seems most of what was taught at Fu Hsing Kang was indeed geared toward moving away from violence toward political propaganda and indoctrination, there have been claims that psychological terror and torture were also on the agenda. Some alumni of the program have all but confirmed this. Pressed on this issue, one official of Taiwan's Ministry of Foreign Affairs replied, “Let's not talk about torture. Let's call it information collection.” (...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Mar 6 Fév 2018 - 14:34








Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Mer 7 Fév 2018 - 11:10


Commentaire de Michel Libert ...

_ _ _

Une chose m'a interpellé, c'est le fait que Robert Thomas aurait donné des cours au WNP. Jamais je n'ai été au courant de telle initiative et rejoins le major (Bougerol) lorsqu'il précise que ces cours étaient à destination du FJ.

Enfin, le major ne peut pas avoir rencontré Paul Latinus que deux fois, comme il le prétend. Mes souvenirs, quoique diffus quant aux détails, sont riches de la répétition du nom du major dans de nombreux entretiens, notamment ceux résultant des fréquentes réunions qu'il avait chez Emile Lecerf.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bougerol   Sam 17 Fév 2018 - 11:54






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bougerol   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bougerol
Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» CHU Sud Grenoble — Pr Bougerol, psychoéducation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: les suspects-
Sauter vers: