les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Bilderberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Bilderberg   Mar 25 Juin 2013 - 19:18

http://www.dailymotion.com/video/x10w4t3_le-juge-anti-mafia-imposimato-accuse-le-groupe-bilderberg-de-terrorisme_news#.UcnPaZziuoU

Le juge anti-mafia Imposimato accuse le groupe Bilderberg de terrorisme.

_ _ _


http://www.voltairenet.org/article177324.html

Terrorisme : le juge Imposimato accuse le Bilderberg

Réseau Voltaire | 30 janvier 2013

Dans un ouvrage paru début janvier, La Repubblica delle stragi impunite. I documenti inediti dei fatti di sangue che hanno sconvolto il nostro Paese (La République des massacres impunis. Les documents non publiés des événements sanglants qui ont secoué notre pays), le juge Imposimato accuse l’OTAN d’avoir organisé les attentats qui ensanglantèrent l’Italie dans les années 80.

Le juge Ferdinando Imposimato est connu pour avoir instruit aussi bien l’assassinat du président du conseil Aldo Moro que la tentative d’assassinat du pape Jean-Paul II. Il a été l’un des principaux juges anti-mafia et est devenu président honoraire de la Cour de cassation. Il a été élu à la Chambre des députés sous l’étiquette Parti de la gauche démocratique, puis au Sénat.

Le magistrat publie notamment un document de 1967 montrant l’implication du Groupe de Bilderberg, un club rassemblant les personnalités les plus influentes pour défendre les intérêts de l’OTAN.

_ _ _


Un long article ...

http://www.voltairenet.org/article169364.html


Ce que vous ignorez sur le Groupe de Bilderberg

par Thierry Meyssan

Depuis plusieurs années, l’idée s’est répandue que le Groupe de Bilderberg serait un embryon de gouvernement mondial. Ayant eu accès aux archives de ce club très secret, Thierry Meyssan montre que cette description est une fausse piste utilisée pour masquer la véritable identité et fonction du Groupe : le Bilderberg est une création de l’OTAN. Il vise à convaincre des leaders et à manipuler l’opinion publique à travers eux pour la faire adhérer aux concepts et aux actions de l’Alliance atlantique.

(...)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mar 25 Juin 2013 - 19:24

http://www.voltairenet.org/article169364.html









Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mar 25 Juin 2013 - 19:30



Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mar 25 Juin 2013 - 19:33




Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mar 25 Juin 2013 - 19:39







Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mar 25 Juin 2013 - 19:43




Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mar 25 Juin 2013 - 19:47




Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mar 25 Juin 2013 - 20:09

Olof Palme n'avait pas que des amis ...

































Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mar 25 Juin 2013 - 21:23

http://www.rtbf.be/info/economie/detail_exclusif-etienne-davignon-leve-le-voile-sur-le-groupe-de-bilderberg?id=6253113

Entrepremière: Etienne Davignon lève le voile sur le groupe de Bilderberg

ECONOMIE | Mis à jour le samedi 11 juin 2011 à 8h41

(...)

https://docs.google.com/file/d/0B4bHQWfjplAINjAxZmI1NGMtNjlmMC00NzVjLTljN2MtMjJiODUxY2M0MWM5/edit?hl=en_US&authkey=CLXemsMD
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mer 26 Juin 2013 - 9:51

Lors de la première réunion du groupe Bilderberg, un des présidents de séances était Paul Van Zeeland, ministre belge sortant des affaires étrangères. 

Paul Van Zeeland était le beau-père de Arnould de Briey, cité dans la tentative de coup d'état de 1973.

http://www.bendevannijvel.com/forum/viewtopic.php?id=469

Hubert Lampo verijdelde de staatsgreep van 1973

Uit politierapporten en latere getuigenissen voor parlementaire onderzoekscommissies kan worden afgeleid dat het aantal complotteurs in 1973 op ongeveer honderd man mag worden geschat. Er was sprake van een dertigtal Luikse legerofficieren die zichzelf de Rode Haan noemden en een veertigtal Vlaamse officieren gegroepeerd in de Zwarte Leeuw. Zij konden rekenen op een onbekend aantal rijkswachters, een handvol ambtenaren en burgers en enkele onbekend gebleven rechtse prominenten.

Voormalig Humo-journalist Hugo Gijsels noemde in zijn boek De Bende & Co (Kritak, 1990) voor het eerst een aantal namen: para-kolonel en PRL-parlementslid Jean Militis, ex-minister van Defensie José Desmarets (PSC), de gewezen stafchef van het leger Georges Vivario, procureur Raymond Charles (voorzitter van het Hoog Comité van Toezicht), voormalig rijkswachtgeneraal Fernand Beaurir, majoor Jean Bougerol (chef van de privé-inlichtingendienst PIO), graaf Arnould de Briey (een hoge ambtenaar van het Abos) en natuurlijk de onvermijdelijke baron Benoît de Bonvoisin.

(...)

Note : on retrouve Jean Militis, dont le fils a été procureur à Arlon jusqu'en 2007.

_ _ _ _ _ _ _ _


Plus récemment :





Etienne Davignon apparaît ailleurs sur le forum : dans ce qui touche l'assassinat de Lumumba et aussi parce qu'il a conseillé à Richard C. Strauss de faire appel à la société ARI (Beijer, Bouhouche ...) ; on voudrait en savoir plus sur les liens Davignon - ARI (via Intertel ??? ou autre chose).
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mer 26 Juin 2013 - 10:17

http://news.bbc.co.uk/2/hi/americas/4290944.stm

Inside the secretive Bilderberg Group

How much influence do private networks of the rich and powerful have on government policies and international relations? One group, the Bilderberg, has often attracted speculation that it forms a shadowy global government. As part of the BBC's Who Runs Your World? series, Bill Hayton tries to find out more.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Jeu 27 Juin 2013 - 18:45

Voir aussi :

Kissinger Associates

Kissinger Associates, créée en 1982, est une société de conseil fondée et dirigée par Henry Kissinger et Brent Scowcroft.

Kissinger Associates est une entreprise de consultance spécialisée dans les relations et la négociation de contrats entre multinationales et gouvernements.

American Express, Daewoo, H. J. Heinz, ITT, Lockheed Martin, Banca Nazionale del Lavoro, Coca-Cola, Fiat, Revlon et Union Carbide figurent parmi ses clients

Quelques personnalités marquantes ayant été ou sont membres de Kissinger Associates :

   Lawrence Eagleburger, secrétaire d'État de 1992 à 1993, administrateur de Halliburton entre autres2,3
   Général Brent Scowcroft, ancien directeur du Conseil de sécurité nationale, administrateur de Qualcomm
   Pehr G. Gyllenhammar, ancien président de Volvo, fondateur de la Table ronde des industriels européens
   Étienne Davignon, ancien vice-président de la Commission européenne, ancien président de la Société générale de Belgique et actuel président du Groupe de Bilderberg
   Paul Bremer, directeur de Kissinger Associates de 1989 à 2000

_ _ _


Voir :

http://www.fas.org/irp/congress/1992_rpt/bcci/20kiss.htm

BCCI AND KISSINGER ASSOCIATES

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Jeu 27 Juin 2013 - 21:41


Une note du livre de Peter Dale Scott "La machine de guerre américaine" ...

Page 384

Le coup d'Etat militaire de 1976 en Argentine fut accueilli favorablement par Kissinger, qui était alors secrétaire d'Etat du Président Ford. Kissinger organisa une rencontre entre le ministre de l'économie de la junte militaire José Alfredo Martinez de Hoz et David et Nelson Rockefeller afin de discuter des plans argentins pour les privatisations et les investissements étrangers. En (moins d') un an,selon Naomi Klein, "les salaires perdirent 40% de leur valeur, des usines fermèrent leurs portes et la spirale de la pauvreté s'accentua vertigineusement".

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Ven 28 Juin 2013 - 10:52

http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20130606.OBS2308/ces-puissants-et-mysterieux-messieurs-du-cercle-bilderberg.html


Ces puissants et mystérieux messieurs du cercle Bilderberg


Créé le 06-06-2013 à 18h46 - Mis à jour à 19h00


François Fillon, invité jeudi soir sur France 2, se rend vendredi à la conférence de ce club très fermé, qui se réunit jusqu'à dimanche près de Londres.


Le dîner ne figure pas à l'agenda officiel. L'hôte et ses invités tiennent à cette discrétion. Début novembre 2011, alors que la crise de l'euro est à son comble, François Fillon prend le temps de recevoir à Matignon un groupe obscur d'une trentaine de personnes dont les noms sont presque tous inconnus du grand public, mais pas des initiés.

Ce soir-là, le Premier ministre de Nicolas Sarkozy planche sur l'état de la France devant les membres d'un petit club qui ne fait jamais la une des journaux, mais fascine les obsédés du complot : le Bilderberg. A croire les "conspirationnistes", ce cercle, fondé en 1954 par un prince hollandais et un milliardaire américain pour endiguer le communisme, serait le "vrai gouvernement du monde". On lui devrait la victoire de Bill Clinton, la guerre en Irak ou la nomination de Herman Van Rompuy, président du Conseil européen. Rien de moins !

Gotha politico-financier occidental

Comparés au Bilderberg, d'autres forums internationaux bien plus célèbres, tels la Trilatérale ou Davos, auraient autant d'influence qu'une fête de patronage. Les convives de François Fillon sont tous d'éminents représentants du gotha politico-financier occidental. Sous les lambris de l'hôtel Matignon, il y a là, entre autres, le patron de la banque Goldman Sachs, Peter Sutherland, le big boss de la banque d'affaires Lazard, Ken Jacobs, l'inspirateur des néoconservateurs américains, Richard Perle, le grand manitou de Shell, Jorma Ollila, le futur chef du gouvernement italien, Mario Monti, ou la présidente du Musée d'Art moderne de New York, Marie- Josée Kravis, par ailleurs épouse du propriétaire d'un fonds d'investissement américain.

Le grand ordonnateur du dîner n'est autre qu'Henri de La Croix, comte de Castries, PDG du groupe d'assurances Axa et premier Français à présider le Bilderberg. Petit-fils d'un ministre de la IVe République et inspecteur des Finances, ce pilier de l'establishment français est aussi proche de Nicolas Sarkozy que de François Hollande, son camarade de la promotion Voltaire à l'Ena. On l'a compris : à un tel aréopage, même le chef du gouvernement de la cinquième puissance mondiale ne peut refuser l'hospitalité. Ce repas est-il pour autant le signe d'une vaste conspiration ? "Je ne comprends pas l'hystérie autour du Bilderberg, s'amuse aujourd'hui François Fillon. Je ne trouve pas qu'il s'y dise des choses si confidentielles..."

Groupe ultramondain ou confrérie d'influence planétaire ?

Groupe ultramondain ou confrérie d'influence planétaire ? De 6 au 9 juin, le club réunira, à l'abri des regards, sa soixantième et unième conférence annuelle, dans un palace près de Londres. Comment fonctionne ce groupe, dont la liste des membres n'est publiée officiellement que depuis trois ans ? A-t-il le pouvoir qu'on lui prête ? "Le Nouvel Observateur" a interrogé une trentaine de personnalités françaises et étrangères qui ont participé aux travaux du Bilderberg. Elles racontent, souvent pour la première fois, les coulisses de cette institution qui suscite tant de fantasmes.

"C'est un Davos en plus fermé", dit Jean-Pierre Jouyet, président de la Caisse des Dépôts et autre camarade de promotion de François Hollande à l'Ena. Le célèbre forum suisse accueille plus de mille VIP issus des cinq continents. Le Bilderberg, lui, s'adresse à un cercle bien plus restreint - cent trente personnes, jamais plus, venues d'Europe et des Etats-Unis. Les fondateurs du club l'ont voulu ainsi, discret et transatlantique. Le prince Bernhard des Pays-Bas et David Rockefeller l'ont créé en 1954, au plus chaud de la guerre froide, avec un objectif précis : la lutte contre le communisme. La première réunion se déroule du 29 au 31 mai, en catimini, à Oosterbeek, aux Pays-Bas, dans un hôtel appelé Bilderberg.

Les participants : de grands leaders politiques et économiques du Nouveau et du Vieux Continent - tels les Français Guy Mollet, Jean Monnet et Antoine Pinay. "A l'époque, le but était de convaincre les dirigeants européens et américains de resserrer leurs liens et de ne pas baisser la garde face à la puissante Union soviétique", explique l'ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine.

Dans les premières années du Bilderberg, on s'exprime en français et en anglais, les deux langues officielles de l'Otan. On parle défense de l'Europe de l'Ouest et contre-propagande. On réfléchit à des actions communes contre le péril rouge.

Rien ne doit filtrer

Rien ne doit filtrer. David Rockefeller veille. Le richissime héritier de la Standard Oil est un expert en opérations spéciales. Comme il le raconte dans ses Mémoires (1), le futur patron de la Chase Manhattan Bank a fait la guerre dans le renseignement militaire, à Alger. Francophone, il a poursuivi ses activités d'espion en 1945 à Paris. Son goût du secret a imprégné l'esprit du club, dont on n'a découvert l'existence qu'au milieu des années 1960.

L'institution est véritablement sortie de l'ombre en 1976, à l'occasion d'une grande affaire de corruption qui a durablement terni son image. On a appris que le prince Bernhard monnayait son prestige pour favoriser le groupe d'armement Lockheed auprès de l'armée néerlandaise et que ses conciliabules avec les dirigeants de la firme américaine avaient notamment lieu en marge de la conférence du Bilderberg, qu'il présidait depuis vingt ans. "Ce scandale a failli tuer le club, reconnaît Thierry de Montbrial, patron de l'Institut français des Relations internationales (Ifri) et membre du Bilderberg jusqu'à aujourd'hui. On l'a sauvé en remplaçant le prince par l'ancien Premier ministre britannique, lord Home." L'odeur de soufre est restée.

En dépit de ce passé controversé, le Bilderberg est toujours le cercle le plus sélect de l'élite transatlantique. Sa grande affaire n'est plus le communisme, mais la mondialisation et les défis qu'elle pose à l'Occident. Au sommet, on trouve un petit cénacle, le comité directeur, composé de trente personnalités du monde du grand business et de la géopolitique, celles-là mêmes qui ont dîné à Matignon.

"De l'entregent et une vision planétaire"

"Pour y être coopté, il ne suffit pas d'être patron de Coca-Cola : il faut avoir de l'entregent et une vision planétaire", explique l'avant- dernier président du Bilderberg, le flamboyant vicomte Etienne Davignon, dans son immense bureau qui surplombe la place Royale à Bruxelles. Lui-même tutoie la terre entière. Ancien commissaire européen, cet octogénaire belge toujours bronzé et courtois est administrateur d'une dizaine de multinationales. "Steevie", comme le surnomment ses amis du gotha, a siégé pendant des décennies au comité directeur du club, aux côtés de figures historiques, tels le magnat italien Giovanni Agnelli ou l'ex-secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger, et de personnalités montantes, comme l'avocat Tom Donilon, qui deviendra conseiller de Barack Obama pour la sécurité.

Les trente se réunissent deux fois par an - généralement dans une capitale européenne pour parler de la situation du club et du monde. Ils en profitent pour dîner discrètement avec les dirigeants locaux ou les leaders prometteurs. En février, c'était à Rome, autour du nouveau président du Conseil italien, Mario Monti, un fidèle du Bilderberg depuis trois décennies. Il n'a fait que présenter ses réformes au club. Mais ces repas peuvent avoir une influence sur le cours des choses. En novembre 2009, le comité directeur se retrouve à Bruxelles. On invite le chef du gouvernement belge d'alors, Herman Van Rompuy. "Personne ne connaissait ce petit homme discret et quadrilingue, raconte "Steevie". Il nous a fait un explosé très clair. Il a défendu l'euro avec force et brio, face aux Américains incrédules."

Quelques jours plus tard, à la surprise générale, le "petit homme" est désigné à la présidence de l'Union européenne. "Sa brillante présentation l'a peut-être ajouté, au dernier moment, à la liste des candidats possibles",reconnaît son compatriote Davignon, sans livrer d'autres détails. En revanche, les trente n'ont pas réussi à rencontrer le futur président français, François Hollande. En novembre 2011, Henri de Castries avaient convié son camarade de l'ENA, qui venait tout juste de remporter la primaire socialiste, à plancher devant le steering committee à Paris. L'adversaire de Nicolas Sarkozy avait accepté, avant de se décommander. C'est son ami Jean-Pierre Jouyet, autre "voltairien", qui l'a remplacé au pied levé.

100 invités

Le comité directeur a une autre prérogative : établir la liste des cent invités à la prestigieuse conférence annuelle du Bilderberg, qui se déroule début juin, en Europe ou aux Etats-Unis. Comme tous les ans depuis 1954, David Rockefeller, 97 ans, assistera à la prochaine, "si sa santé le lui permet", précise le vicomte belge. Rares sont ceux qui déclinent l'invitation. Certains redoutent encore d'être épinglés par les "conspirationnistes". François Fillon, par exemple, a refusé d'y assister tant qu'il dirigeait le gouvernement. Vladimir Poutine aussi. C'était en 2002 quand le président russe a commencé à vociférer contre l'Occident. Mais, le plus souvent, les invités acceptent, flattés.

"Etre convié à ce forum annuel est un signe de reconnaissance, une marque de prestige, assure Thierry de Montbrial, membre du steering committee jusqu'en 2011. J'y ai été coopté en 1976, en remplacement de Wilfrid Baumgartner, ministre des Finances sous de Gaulle", glisse-t-il pas peu fier. C'est donc lui qui, pendant trente-cinq ans, a désigné les heureux élus français à la conférence du Bilderberg - "quatre par promotion", précise-t-il. Délicieux privilège pour cet X-Mines, éternel patron de l'lfri.

De l'ère Giscard au quinquennat Sarkozy, Thierry de Montbrial a fait défiler à la conférence du Bilderberg une grande partie de l'élite parisienne. Quand le français a été abandonné comme langue officielle du club, à la fin des années 1980, il n'a plus convié que des anglophones. "Ca limite le choix", ironise-t-il. Sont venus des dirigeants politiques, de droite et de gauche, des grands patrons, des journalistes réputés. Aujourd'hui encore, craignant d'être stigmatisés par les obsédés du complot, certains n'avouent leur participation que du bout des lèvres. "Moi, je regrette de ne pas avoir été invité plus souvent", reconnaît franchement le député UMP Pierre Lellouche, grand spécialiste de l'Otan.

Jets privés et limousines

La conférence annuelle est organisée comme un sommet de chefs d'Etat. Arrivés en jets privés et en limousines aux vitres teintées, les 130 happy few sont enfermés pendant deux jours et demi dans un hôtel de luxe entièrement privatisé. L'obsession de la sécurité et de la confidentialité est telle que le lieu exact de la rencontre est tenu secret jusqu'au dernier moment. "A ce point, c'est ridicule, confie Hubert Védrine. Il y a même un système de triple badge pour franchir chacune des trois barrières de sécurité." "Il est interdit de venir avec son conjoint ou sa secrétaire", ajoute Nicolas Bazire, l'ancien directeur de cabinet de Balladur et témoin de mariage de Nicolas Sarkozy. Et "pas le droit non plus de partir avant la fin du week-end", précise le patron de Publicis, Maurice Lévy.

A l'extérieur, des militants altermondialistes tentent de prendre des photos des participants. Leurs pancartes dénoncent une conspiration. "Cette idée de complot est une farce, assure Hubert Védrine. Le Bilderberg réunit des gens du même monde qui se rencontrent dans d'autres cercles." "Contrairement aux fantasmes, aucune décision n'y est prise", assure l'économiste et éditorialiste au "Figaro" Nicolas Baverez, qui vient de remplacer Thierry de Montbrial au comité directeur. "En fait, on est là pour travailler. Les deux jours et demi sont très intenses. De 8 heures à 20 heures, il y a une succession de débats." Les thèmes ? Depuis peu, le site du Bilderberg en publie une liste dont on ignore si elle est exhaustive.

Au menu officiel de la conférence 2012, à Chantilly (Etats-Unis) :"austérité et croissance", "l'Occident face à l'Iran" ou "géopolitique de l'énergie". Selon nos informations, cette année, ils débattront de l'accélération de la croissance aux Etats-Unis et en Europe, du nationalisme et du populisme ou des orientations prioritaires de la recherche médicale... Bref, les grands dossiers du moment. "Les exposés sont strictement limités à dix minutes et les questions à trois minutes", raconte l'ancien patron de la banque Paribas André Lévy-Lang. Seul Henry Kissinger n'est pas rappelé à l'ordre quand il déborde.

Confidentialité absolue

Autre règle, plus surprenante : tous les membres, sans distinction de titre, doivent accepter d'être assis par ordre alphabétique. Ainsi, lors des trois conférences auxquelles elle a assisté, la star du petit écran Christine Ockrent s'est-elle retrouvée à la droite de Béatrix d'Orange-Nassau, reine des Pays-Bas (et fille du prince Bernhard). Tandis que la Russe Lilia Shevtsova, kremlinologue réputée, côtoyait l'autre souveraine habituée du Bilderberg, la reine Sofa d'Espagne.

Au Bilderberg, tout le monde est traité sur un pied d'égalité. Le compte rendu des débats est rédigé par deux journalistes de l'hebdomadaire économique britannique "The Economist", qui font office de greffiers mais n'ont pas le droit d'en publier le contenu. Tous les participants sont tenus de respecter une confidentialité absolue. Même les think tanks les plus stricts, comme le prestigieux club de géostratégie Chatham House, autorisent que l'on dévoile la substance des discussions, à condition de ne pas citer de personnalités précises. "A Bilderberg, c'est le silence total", souligne, admiratif, Maurice Lévy. "A cause de cette contrainte, certains journalistes réputés refusent de venir", admet le vicomte Davignon. Mais les hauts responsables parlent plus librement que dans d'autres forums. Le patron des services secrets britanniques a pu ainsi décrire la cyberdéfense en détail, bien avant que le sujet ne devienne médiatique.

Cette liberté de parole provoque parfois des étincelles. En juin 2003, alors que l'armée américaine vient d'envahir l'Irak, la conférence annuelle se déroule au Petit Trianon à Versailles. Le ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, fervent opposant à la guerre, accepte de se déplacer. L'éditeur Conrad Black, propriétaire notamment du "Daily Telegraph", le prend à partie. Il l'accuse d'avoir souhaité une défaite des Etats-Unis. "C'est faux", s'insurge Villepin. "Pourtant quand l'un de mes journalistes vous a demandé si vous préfériez une victoire de Saddam Hussein ou de George Bush, vous avez refusé de répondre", lance Black. Le Français dément. "J'ai ici la cassette de l'interview, vous voulez l'entendre ?", rétorque le Canadien.

"Un niveau inégalé dans le monde"

"Parce que rien ne fuite, les conversations du Bilderberg sont d'un niveau inégalé dans le monde", dit, enthousiaste, Michel Rocard. Plus réservé, Philippe Villin, ancien patron du "Figaro", trouve les invités "assez conformistes", "tous attachés au capitalisme et au libre-échangisme". "Les sessions sont d'un intérêt variable", commente Anne Lauvergeon. L'ex-patronne d'Areva se souvient du jour où, en 2007, José Luis Zapatero est venu présenter, en avant-première, les mesures financières que son gouvernement allait prendre. "Il a été applaudi à tout rompre, raconte-t-elle. Et puis on a vu le résultat..."

Passionnante ou pas, la conférence du Bilderberg est l'occasion de se faire repérer par des hommes très puissants. Manuel Valls, Michel Sapin et Jean-François Copé y sont allés. "Copé, vous êtes sûr ? Je ne l'ai pas remarqué", dit, vachard, le vicomte Davignon. Margaret Thatcher a été invitée dès 1975, quatre ans avant sa nomination à Downing Street. Et Bill Clinton, en 1991, quand personne ne misait sur lui. C'est l'un des piliers du club et grand argentier du Parti démocrate, Vernon Jordan, qui a repéré l'obscur gouverneur de l'Arkansas.

Le Bilderberg a joué un rôle dans la présidentielle américaine de 2004. En juin, alors qu'il est en passe d'être désigné candidat face à George Bush, John Kerry (autre habitué du club) cherche un colistier. Selon le "New York Times", il reçoit alors un appel de son ami le diplomate Richard Holbrooke. Celui-ci est à Stresa, en Italie, où il assiste à la fameuse conférence annuelle. Il vient d'écouter une intervention du sénateur de Caroline du Nord John Edwards, et a été séduit. Il lui recommande de le choisir. Kerry écoutera son conseil.

Christine Lagarde, Valérie Pécresse et François Fillon

"Le plus souvent, ce sont les à-côtés de la conférence qui sont les plus intéressants", dit Anne Lauvergeon. Pendant deux jours et demi, du petit déjeuner au coucher, les cent trente invités ne se quittent pas. "C'est plus intime que Davos, souligne Maurice Lévy. On a le temps de construire des relations qui vont au-delà du 'speed dating'." Autour d'un verre ou pendant une promenade, des discussions inattendues s'amorcent. Lors du Bilderberg de 1998, en Ecosse, l'ancien directeur de la stratégie de Matra Jean-Louis Gergorin a appris que l'allemand Dasa et l'anglais BAE négociaient leur rapprochement. Du coup, il a initié la fusion entre Matra et Aerospatiale, qui a donné ensuite naissance à EADS. Philippe Villin, lui, a rencontré là-bas le banquier qui l'a aidé à démarrer dans la finance quand il a quitté "le Figaro".

Pour la première fois depuis 1954, le Bilderberg vient de publier sur son site la liste des participants à sa conférence annuelle qui démarre le 6 juin dans le Herfordshire, au nord de Londres. Seront présents notamment Christine Lagarde, Valérie Pécresse et... François Fillon.

(1)"Mémoires" de David Rockefeller, Editions de Fallois, 2006.

Odile Benyahia-Kouider et Vincent Jauvert - Le Nouvel Observateur
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Ven 28 Juin 2013 - 11:10


A voir :

http://www.youtube.com/watch?v=OrQqHwgUA8U

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Sam 29 Juin 2013 - 13:26


Sur un membre du groupe Bilderberg, que l'on retrouve aussi sur le fil de discussion "Philippe Lebrun":

Vernon Jordan

Homme de loi

Vernon Eulion Jordan, Jr. est un homme d'affaires afro-américain. Il est considéré comme l'une des éminences grises démocrates de Washington. Il a participé à de nombreuses réunions du groupe Bilderberg et est membre de la direction de ce groupe.

Il est membre du Council on Foreign Relations depuis (au moins) 1995.

Naissance : 15 août 1935 (77 ans)

Ce qu'en dit le site de son employeur :

http://www.akingump.com/en/lawyers-advisors/vernon-e-jordan.html

Vernon E. Jordan Jr.
Senior Counsel

Washington, D.C.

(...)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Jeu 4 Juil 2013 - 9:30

http://www.bilderberg.org/bb1954at.pdf









Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Jeu 4 Juil 2013 - 10:21

Voir :

http://rendezvous.blogs.nytimes.com/2013/06/07/masters-of-the-universe-gather-in-watford/

View From Europe June 7, 2013, 7:25

Masters of the Universe Gather in Watford

By HARVEY MORRIS

(...)

_ _

http://www.nytimes.com/2004/07/11/weekinreview/nation-conspiracy-theorists-unite-secret-conference-thought-rule-world.html

The Nation: Conspiracy Theorists Unite; A Secret Conference Thought to Rule the World

By ALAN COWELL and DAVID M. HALBFINGER

Published: July 11, 2004

(...)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Jeu 1 Aoû 2013 - 9:40



Il y a un article sur le Bilderberg dans

http://fr.scribd.com/doc/157389077/Le-vrai-pouvoir-des-societes-secretes

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Jeu 1 Aoû 2013 - 16:08



Je n'ai pas (encore) lu le livre dont il est question ci-dessous... je n'ai donc pas encore d'avis pertinent à donner :

http://www.dailymotion.com/video/xoshjs_les-bilderbergs-par-christophe-deloire-circus-politicus_news

http://www.dailymotion.com/video/xp4jxr_christophe-deloire-a-propos-du-livre-circus-politicus-lcp_news

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Jeu 1 Aoû 2013 - 16:21


Pour information :

http://loeildebrutus.over-blog.com/article-l-oligarchie-ou-la-superclasse-invisible-le-siecle-la-trilaterale-bilderberg-circus-politicus-115180945.html

(...)

Au niveau international, la conférence Bilderberg fait fantasmer les conspirationnistes[iv]. Pourtant, elle est bien réelle. Elle se réunit périodiquement dans un lieu qui n’est pas connu à l’avance, bien sûr les débats n’y sont pas publics et la liste des invités n’est communiquée qu’après coup (page 130). Parmi les habitués (on remarque une très forte présence de la technocratie européenne, un tiers des membres de la Commission participant à la Conférence (page 162) et … des banquiers) : Henry Kissinger, David Rockefeller, Herman Van Rompuy, Joaquime Almunia, Neelie Kroes (ces deux derniers sont vice-présidents de la Commission européenne), Pascal Lamy (encore lui !), Peter Mandelson (ancien commissaire au Commerce), Peter Sutherland (ancien commissaire à la Concurrence), Jean-Claude Trichet, Robert Zoellick (président de la Banque mondiale), Peter Orszag (Citigroup), Marcus Agius (Barclays), Douglas J. Flint (HSBC), Kenneth Jacobs (Lazard), Joseph Ackerman (Deutsche Bank), Eric Schmidt (Google), Jeff Bezos (Amazon), Craig Mundie (Microsoft), Chris Hughes (Facebook), Georges David (Coca-Cola), John Elkann (Fiat), Thomas Enders (Airbus), John Kerre (Royal Dutch Shell). Ici aussi, au final, il ne s’y passe pas grand-chose, mais, comme le relève Pascal Lamy : « Si on passe du temps dans un milieu, on finit par en adopter les codes et les croyances, qu’il s’agisse d’ouvriers ou de patrons » (page 133). Et force est de constater, comme pour Le Siècle, que tous ces membres sont de fervents adeptes de l’idéologie néolibérale. Et même si officiellement il ne s’y passe pas grand-chose, il semblerait tout de même que l’une des conférences Bilderberg ait été l’occasion de faire passer son grand Oral à Herman Van Rompuy avant qu’il ne soit intronisé président du Conseil Européen (pages 134-138). Et puis comment ne pas s’interroger sur de potentiels conflits d’intérêts lorsqu’à la conférence de Saint-Moritz, le commissaire européen à la concurrence rencontre le patron de Google, alors qu’une procédure d’enquête est en cours à l’encontre du géant américain (page 163) ? Comment ne pas s’étonner de la proximité du patron d’Amazon avec les commissaires européens alors même qu’il part en guerre contre les éditeurs européens (page 164) ?

Bilderberg a donc bien une existence réelle. Mais cela n’empêche pas certains « intellectuels » de nier son existence ou, tout simplement, d’affirmer qu’il n’y aucun intérêt à s’y intéresser comme ce fut le cas lors d’une émission de C dans l’air de Jacques Calvi avec Jean-François Kahn, Nicole Bacharan et Gérard Chaliand (pages 139-140). Pourtant, la conférence a même son site internet : http://www.bilderbergmeetings.org/index.php.

Les Français ne sont bien sûr pas exclus de la conférence. D’ailleurs, depuis 2011, le président du directoire n’est autre qu’Henri de Castries, le président d’AXA (page 146). L’une d’entre elle a même eu lieu à Versailles en 2003. On y retrouvait Alexandre Adler, Nicolas Beytout (Les Echos), Denis Ranque (Thales), Philippe Camus (EADS), Jean-Louis Gergorin (EADS), Valery Giscard d’Estaing, Jean-François Copé, Pierre Lellouche. Dominique de Villepin, en plein polémique sur la guerre américaine en Irak, y a fait une apparition remarquée qui aurait entrainé un belle passe d’armes et quelques éclats de voix avec les néoconservateurs (faits exceptionnels dans cette ambiance feutrée). En 2011, Bilderberg a retrouvé l’hexagone à Saint-Moritz. Les Français y étaient un peu moins nombreux, avec Nicolas Bazire (LVMH et proche de Nicolas Sarkozy), Nicolas Baverez (Le Point), Thierry de Montbrial (Ifri), Christine Lagarde. La gauche n’est pas en reste non plus : Lionel Jospin avait également participé à la conférence de Toronto en 1996, Laurent Fabius à Helsinki en 1994, Manuel Valls en 2008 en Virginie et Jean-Pierre Jouyet à plusieurs occasions (pages 143-146).

_ _

Crée en 1973 à l’initiative de David Rockefeller, Henry Kissinger et Zbigniew Brzezinski, la Trilatérale est un autre de ces organisations que regroupe le gotha mondial. Alors que Bilderberg est concentré sur la sphère occidentale, la Trilatérale, qui en est une émanation, a pour vocation de s’ouvrir sur l’Asie, et en particulier sur le Japon (page 181).

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Jeu 1 Aoû 2013 - 18:43


Un document (1970) qui me semble important :

http://fr.scribd.com/doc/130910197/Kissinger-Violet

Kissinger est un (le ?) pilier du Bilderberg.

Rockefeller est un (le ?) pilier de la Trilatérale

Violet est un (le ?) pilier du "Cercle"

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Lun 5 Aoû 2013 - 14:44



Pour information ...

http://www.rue89.com/2011/02/24/complocratie-plongee-dans-un-monde-de-conspirations-192002?page=0%2C2#

(...)

un entretien avec Etienne Davignon, le président du groupe Bilderberg. Autrement dit, « le chef des maîtres du monde », selon les conspirationnistes, que Bruno Fay est le premier journaliste à avoir interviewé.

(...) Avant d’interviewer Etienne Davignon, le président du groupe Bilderberg, dans son bureau bruxellois, Bruno Fay revient sur les théories conspirationnistes que suscite ce club très fermé et très élitiste.

Plus encore que la société secrète des Skull and Bones, qui recrute l’élite des étudiants de l’université Yale aux Etats-Unis, les réunions annuelles du club Bilderberg sont présentées comme les rendez-vous secrets des vrais maîtres du monde, l’organe principal au service de la création d’un « Nouvel Ordre mondial », selon l’expression usitée.

Tous les conspirationnistes que j’ai rencontrés au cours de mon enquête ont fini par m’en parler d’une manière ou d’une autre. Les tenants de la théorie du complot ont leurs têtes d’affiche. Tony Gosling est l’une d’entre elles, la plus mesurée sans doute.

L’ancien journaliste de la BBC, que j’ai appelé au téléphone, m’a raconté comment il avait découvert l’existence du club : « Un activiste écolo m’a un jour parlé de Bilderberg, j’ai d’abord pensé que ce type était complètement fou. Puis la question a commencé à m’intriguer et j’ai acheté le nom de domaine www.bilderberg.org pour créer un site Web citoyen aussi complet que possible. »

Il se rend à deux rencontres de Bilderberg et parvient à décrocher quelques rares confidences de participants. « Ils disent que c’est une réunion privée entre personnes privées, mais c’est étrange car ils ont tous de lourdes responsabilités dans les affaires publiques et parlent de l’avenir du FMI ou de la Banque mondiale en présence de leur président respectif, de la libéralisation de l’Europe en présence des commissaires européens. Il est évident que les débats permettent d’aboutir à un consensus, de créer la toile de fond des politiques et des décisions qui seront prises par la suite au FMI, au G8 ou ailleurs. »

(...)

La porte s’ouvre derrière moi. Etienne Davignon est disposé à me rencontrer. [...] Je lui présente l’objet de mon livre. Il sourit en m’écoutant parler des théories du complot.

Ma première question porte sur l’organisation du club qu’il préside depuis maintenant une dizaine d’années. Il me répond d’une voix posée.

– Le Bilderberg n’a pas de membres à proprement parler. Il a ce qu’on appelle un « Steering Committee » avec des membres permanents qui se relaient. C’est ce « comité de direction » qui définit le programme de l’année suivante et qui choisit le nom des personnes que l’on va inviter en fonction de l’ordre du jour arrêté. Grosso modo, les réunions du Bilderberg sont composées de trois quarts de personnes, y compris les membres du Steering Committee, qui ont déjà participé à une réunion du Bilderberg et d’un quart de personnes qui ne sont jamais venues. C’est très informel, il n’y a pas de protocole. C’est très important, comme dans une classe, que les nouveaux se sentent à l’aise avec les anciens. En cela, le Bilderberg se distingue de la Commission trilatérale qui, elle, a des membres permanents.

La Commission trilatérale, créée en 1973 à l’initiative des principaux dirigeants du groupe Bilderberg pour intégrer l’Asie-Pacifique, agite également les milieux conspirationnistes qui lui attribuent un rôle important dans l’instauration d’un gouvernement mondial occulte. La Commission trilatérale regroupe entre trois cents et quatre cents personnalités parmi les plus influentes de la planète. Elle est une émanation du Bilderberg.

[Citation d’un chercheur canadien, ndlr] « La création de cette organisation opaque, où se côtoient à huis clos et à l’abri de toute compromission médiatique des dirigeants de multinationales, des banquiers, des hommes politiques, des experts de la politique internationale, ou encore des universitaires, coïncide à ce moment avec une période d’incertitude et de turbulence dans la politique mondiale. La gouvernance de l’économie internationale semble échapper aux élites des pays riches, les forces de gauche paraissent de plus en plus actives, en particulier en Europe, et l’interconnexion croissante des enjeux économiques appelle une coopération plus étroite entre les grandes puissances. La Trilatérale va rapidement s’imposer comme un des principaux instruments de cette concertation, soucieuse à la fois de protéger les intérêts des multina- tionales et d’“éclairer” par ses analyses les décisions des dirigeants politiques, écrit Olivier Boiral, professeur à l’université Laval (Canada). Loin d’être un “vieux serpent de mer” qui referait surface au ravissement de quelques adeptes d’ésotérisme et de “théorie du complot”, la Commission trilatérale est une institution bien établie, dont la discrétion facilite la collusion entre responsables politiques et grandes entreprises. »

Je poursuis mon interview. [...]

– Comment se déroule précisément la conférence annuelle ?

– C’est un lieu de rencontre interactif en ce sens que nous avons à peu près douze ou treize sessions au cours de notre réunion. Ce sont des sessions avec un, deux ou trois présentateurs compétents qui ont environ dix minutes pour présenter le sujet, par exemple l’évolution de la médecine et ce que ça signifie du point de vue scientifique et du point de vue de la sécurité sociale. Pour la session sur la faim, on a invité quelqu’un de la FAO. Pour la session sur l’impact des réseaux sociaux, on a invité le fondateur de Facebook. [...]

– La règle de Chatham House, la loi du silence, est-elle si nécessaire ?

– Le fait que ce soit confidentiel permet aux gens de parler sachant qu’ils ne vont pas être cités comme tels. C’est à la fois important pour monsieur Tout-le-monde mais aussi pour les officiels qui peuvent sortir du discours convenu. C’est totalement anti-langue de bois.

(...)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Jeu 15 Aoû 2013 - 17:49



BILDERBERG MEETINGS
Brussels, Belgium
1-3 June 2000
LIST OF PARTICIPANTS

Honorary Chairman:

B Etienne Davignon Chairman, Société Générale de Belgique

Honorary Secretary General:

G B J. Martin Taylor Chairman, WHSmith Group PLC, International Adviser, Goldman Sachs International


http://ia700707.us.archive.org/19/items/Bilderberg-listOdParticipants/Bilderberg-listOfParticipants.pdf

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11297
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mer 4 Sep 2013 - 14:53




(...)









Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bilderberg   Aujourd'hui à 4:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Bilderberg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» BILDERBERG 2006 DEBUSQUE : OTTAWA, CANADA, DU 8 AU 10 JUIN !
» Bilderberg : une réunion secrète qui fait beaucoup de bruit
» Les Bilderberg,c'est quoi ca?
» Le groupe de Bilderberg?
» Dégonflage de baudruches : le groupe Bilderberg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Organisations-
Sauter vers: