les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Bilderberg

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Dim 12 Juil 2015 - 20:10



Il est beaucoup question du Bilderberg dans "Rogue Agents" de David Teacher.

Notamment :




(...)



(...)



(...)



(...)



(...)



(...)



(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Dim 12 Juil 2015 - 20:15


Voir aussi "Dirty Work" de Philip Agee (1978), notamment

https://archive.org/stream/pdfy-9MwmH_nnJ4eOmL66/Philip%20Agee%20&%20Louis%20Wolf%20-%20Dirty%20Work%20%281978%29_djvu.txt

(...)

Since World War II the American government and its espionage branch, the Central Intelligence Agency, have worked systematically to ensure that the Socialist parties of the free world toe a line compatible with American interests. CIA money can be traced flowing through the Congress for Cultural Freedom to such magazines as Encounter which have given Labour politicians like Anthony Crosland, Denis Healey, and the late Hugh Gaitskell a platform for their campaigns to move the Labour Party away from nationalization and CND-style pacifism. Flows of personnel link this Labour Party pressure group with the unlikely figure of Prince Bernhard of the Netherlands, who has for 20 years sponsored the mysterious activities of the anti-Communist Bilderberg group launched with covert American funds. There is no suggestion that these prominent Labour politicians have not acted in all innocence and with complete propriety.

(...)

They received transatlantic encouragement, furthermore, from a New York-based group called the American Committee on United Eruope, whose leadership was openly advertised in the New York Times as including General Donovan, wartime head of OSS, George Marshall, the U.S. Secretary of State, General Lucius D. Clay, and Allen Dulles of the CIA.

This high-powered and lavishly funded pressure group— whose thesis was essentially that a United Europe would defend America's interest against Russia — financed in Europe the so-called "European Movement," whose inspiration was a friend of Hugh Gaitskell's, Joseph Retinger, an elderly Polish James Bond, who, after a professional career as an iminence grise, had come to rest at the Dutch court under the patronage of Prince Bemhard.

Retinger had, furthermore, secretly persuaded Shepard Stone of the U.S. High Commission in Germany to finance his European Movement out of so-called "counter-part funds" — Marshall Aid repayments which the Americans banked in Europe.

Later he promoted select gatherings of European and American politicians, businessmen, aristocrats, top civil servants, and military leaders to propagate the ideals of Atlantic and European unity. Invitations to these Bilderberg Group meetings — named after the Dutch hotel where the first gathering was held in 1954 — were issued personally by Prince Bernhard on Retinger's recommendation. Few of those who received the card of invitation embossed with the Royal Netherlands coat of arms declined to spend three or four days in civilized discourse with the world's leaders in luxurious surroundings — certainly not Hugh Gaitskell and Denis Healey, who were founder members of the group along with such diverse personalities as the president of Unilever and Sir Robert Boothby.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Dim 12 Juil 2015 - 20:28


Lobster 18





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Dim 12 Juil 2015 - 20:37


Lobster 19




(...)





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Dim 12 Juil 2015 - 20:49


Lobster 26




(...)



(...)



Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mer 15 Juil 2015 - 21:41


Parmi les fondateurs du Bilderberg :

Major-General Sir Colin Gubbins





Voir :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Colin_Gubbins

(...) Sir Colin McVean Gubbins (2 juillet 1896 - Stornoway, 11 février 1976), fut un officier de carrière britannique d'origine écossaise, qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, dirigea le service secret britannique Special Operations Executive (SOE). (...)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Sam 18 Juil 2015 - 11:37


http://www.camera.it/leg17/410?idSeduta=0244&tipo=atti_indirizzo_controllo

(...)
  in un recente libro, Ferdinando Imposimato, Presidente onorario aggiunto della Suprema Corte di Cassazione, ha dichiarato di aver trovato un documento inedito allegato alla requisitoria del magistrato Emilio Alessandrini sulla strage di Piazza Fontana, il rapporto RSD/1Zeta n. 230 del 5 giugno 1967, che descriveva l'esistenza di un governo invisibile che interferiva con l'Italia e gli altri Paesi occidentali, con il coinvolgimento della CIA, del gruppo Bilderberg e dell'ADA;
   il documento citato da Imposimato sembra configurare la fattispecie di cui all'articolo 1 della legge n. 17 del 1982;
   gli invitati sono sempre personalità importanti in campo economico, politico, bancario quali politici, grandi industriali, esponenti dell'alta finanza, direttori di giornali;
   ad oggi, tutte le conferenze sono chiuse al pubblico e non è possibile conoscere quale siano le finalità che il «gruppo» Bilderberg intende perseguire, ovvero le attività sociali poste in essere dal gruppo fin dal primo incontro avvenuto nel 1954 –:
   se, vista l'assenza di verbali o documenti relativi all'incontro e nel silenzio degli organi d'informazione, alla luce dell'articolo 1 e seguenti della legge 25 gennaio 1982, n. 17, si possa, escludere che le riunioni del Bilderberg possano interferire con l'autonomia, la sovranità e l'indipendenza dello Stato Italiano, nonché con le decisioni sulla politica monetaria, in considerazione del ruolo rivestito dagli illustri partecipanti alle predetti riunioni, i quali rivestono cariche politiche pubbliche, ovvero gestiscono, direttamente o indirettamente, concessioni pubbliche, società in regime di monopolio. (4-05126)

_ _ _


Traduction Google :

(...)
dans un livre récent, Ferdinando Imposimato, président honoraire ajouté la Cour suprême, a dit qu'il avait trouvé un document inédit attaché à l'acte d'accusation du magistrat Emilio Alessandrini sur le massacre de Piazza Fontana, le rapport RSD / 1Zeta n. 230 5 Juin 1967, qui décrit l'existence d'un gouvernement invisible qui interférait avec l'Italie et d'autres pays occidentaux, avec l'implication de la CIA, le Groupe Bilderberg et l'ADA;
le document cité par Imposimato semble configurer l'acte à l'article 1 de la loi n. 17 de 1982;
les clients sont toujours des personnalités importantes dans les domaines économique, politique, bancaire qui politiciens, grands hommes d'affaires, des représentants de la haute finance, les éditeurs de journaux;
À ce jour, toutes les conférences sont fermées au public et vous ne pouvez pas savoir quels sont les objectifs que le "groupe" Bilderberg entend poursuivre, que les activités sociales réalisées par le groupe depuis la première réunion a eu lieu en 1954 -:
si, compte tenu de l'absence de minutes ou des documents relatifs à la réunion et dans le silence des médias, à la lumière de l'article 1 et suivants du En droit 25 Janvier 1982, n. 17, vous pouvez exclure que les réunions Bilderberg peuvent interférer avec l'indépendance, la souveraineté et l'indépendance de l'Etat italien, ainsi que les décisions sur la politique monétaire, compte tenu du rôle joué par les éminents participants à la réunion susmentionnée, qui détenir des positions de politique publique, ou le gérant, directement ou indirectement, les concessions publiques, la société comme un monopole. (4-05126)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Sam 18 Juil 2015 - 11:44



I 55 giorni che hanno cambiato l'Italia
Par Ferdinando Imposimato








Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Sam 18 Juil 2015 - 12:02



https://www.indymedia.org.uk/en/2013/06/510073.html

Grassi's investigations turned up numerous methods used in the function of a unorthodox warfare. Maybe he did not know if they reported to a single "center of control", in some way either part of Gladio, or part of the same structure, recalling the description of Vinciguerra. They also spoke of the bonds of Delfo Zorzi, who had admitted having contacts with a very high official of the had operated a NATO organization in Italy to which the recent dramas tragedies of the country are related and that, from time to time, he has made use of secondary organizations some of these were his of his own creation. The P2 Masonic lodge is a very good example of these. It reported that in 1974 there had been a tough battle in the CIA, which had led to the exclusion of Angleton. To quote Vinciguerra again text which Grassi obviously trusted - that "the attack on the Express train 'Italicus was part of the progression that was to lead to a state of emergency." The judge stated, by logical deduction, that 'such a strategy was developed to operate on a global scale and, in particular, in countries in the West more exposed to regime changes and where there was a possibility of the left taking power by democratic means , such as Italy [... ] regarding the strategy in question [... ] The United States of America were the most active proponents.

Remember that the ruling by judge Grassi - that I only obtained by a miracle, under threat of legal recourse, from the archives of the Palazzo Giustiniani - has in fact been kept secret-until 2011. Judge Grassi speaks of the powers of the American ambassador in Rome, "who has the power to order (or ask for), but not to direct military actions that are necessary to support the plan." Grassi referred this strategy to Gladio. In addition, he had also learned of the existence of "a direct dependency on the section of the Italian service of the CIA's SAD (Special Activities Division) , this section ran the Stay Behind Italian structure in the sixties and seventies."

So the judge Grassi had identified the attack on the Italicus Train as part of the Gladio operations, you could also include the massacre of Piazza Fontana in the same game.

(...)


A even more severe judgment was made by the aforementioned judge Grassi of Bologna, who investigated the Piazza della Loggia and the Bombing of the Express train Italicus.

The unveiling of Gladio / Stay Behind, has revealed some very relevant information regarding all the terrorist attacks. . Many different elements of the investigations had already highlighted links to some kind of central organization behind massacres that had bloodied Italy since 1969 and the strategies of provocation and death that had seen right wing subversives involved along with the heads of intelligence services in the context of anti-communist activities. [... ] [The argument that] Gladio had only an anti invasion function appeared disproved by numerous and consistent evidence.

Grassi wrote again:

The reports of the Study Committee on Government Operations of the Senate of the United States of America and in particular those involved in the conspiracy for the assassination of foreign leaders are important. This committee is in possession of the one drawn 11/20/75 dedicated to covert operations aimed at the physical elimination of some leaders who fought against Nazi dictatorships, among them Patrice Lumumba, Fidel Castro, Rafael Trujillo, Ngo Dihn Diem and René Schneider. The first was the architect of the independence of the Congo, Castro was the liberator of Cuba from Batista's dictatorship, the third was the president of the Dominican Republic, the fourth was president of South Vietnam, the fifth was the Chilean general close to Allende. All but one were all successfully Eliminated, Castro survived. . [... ] Typical technique used by the CIA was to freeze the Investigative process, set in motion by a covert action with agents in every department of law Enforcement, Justice dept, Police, protecting the Guilty parties.

Gladio also served the political interests of Italians who were coherent with the destabilization project. This entity, also escaped the rigors of the law, due to institutional protection in the higher places, enabling it to grow and expand beyond measure, by always being one step ahead of the State Prosecutors. It became increasingly dangerous and threatening.

(...)

Those who tried to investigate and reveal it's structure, composition and purposes were ruthlessly murdered: among them (Magistrate) Giovanni Falcone, who spoke in his diary given to the journalist Liliana Milella. Horrendous crimes mingled with the birth and extinction of governments, at the sunrise and sunset of political leaders, bloody struggles for the conquest of the major institutional positions, for control of the economy and finance, the nerve centers of ' information and misinformation. A history of the most Machiavellian ruthlessness . A tragic story that is very likely to be repeated. As we have seen, this clandestine structure, so often saved by the secret State by those who had an interest to cover and enrich themselves, made up organically of, Cosa Nostra, Neo Fascists terrorists, economic enterprises, intelligence and freemasonry, operated by OSS and CIA. All glued together by the P2 lodge which had infiltrated every organ of the State and the higher echelons of political power.

In truth, for years, I actually refused to believe idea that it was even possible that such a subversive network to exist . The first seed of doubt was instilled in my mind by a young university student of the New Order, Paolo Aleandri, before that I thought it was pure fantasy. I questioned him for days about the murder of a Magliana (Rome based Gang) thug. It was him who revealed to me, in 1982, the existence of an anti insurrectional plan kept in the safe of the General Command of the carabinieri. This plan, which was to lead to the arrest of trade unionists and left wing politicians and the control of military and other institutions, it was supported by "a part of the Christian Democrats and conservative circles of the Vatican, who advocated in dramatic terms the danger of a communist advent to power." And there were those in the Italian Parliament who also supported this strategy? As a Catholic, I did not want to believe the role of the Vatican, which contradicted the message of peace and love preached by the Church. And yet I wanted to record the whole confession of Paolo Aleandri, I recently rediscovered the entire tape in the files of the P2 Commission Report (in Rome).

(...)

Another interesting aspect of Aleandri's statements are the references to personal his relationship with Gelli, in the name of Alfredo De Felice, a member of the same right-wing organization, " bound by ties of friendship to Federico Umberto D'Amato » Aleandri's, who self-confessed to the attempted massacre at the CSM in 1979 (failed bomb plot), stated that he often went to report to Gelli, usually on Tuesdays and Wednesdays, at the Excelsior Hotel (in the center of Rome), where they went to visit to the head of P2, also present were the likes of D'Amato, the journalist Franco Solomon, Umberto Ortolani, the head of the SID Vito Miceli ( P2 card number 491), the Secretary of the Treasury Gaetano Stammati (card 543) 8. They were all witnesses called by me, they quietly admitted their relations with Gelli, while at the same time Roman magistrates was clearing these affiliates of the P2 of any offenses connected to them belonging to an illegal organization.

But Aleandri also had knowledge of the relations between New Order the CIA agent, engineer John Fenwick, and also with Vatican officials. At the time of the interrogation, I was tempted to get up and walk away, Aleandri's statements seemed to me to be pure fabrications of his own invention and a total waste of time. Today, thirty years on, these statements are precious. The circumstances reported by Aleandri on the connections between New Order with Freemasonry, the CIA, SID, sectors of the Vatican and the Christian Democrats are extremely useful to our reconstruction of events. Moreover, the value has been misinterpreted by many judges, including Rosario Minna from the court of Florence , PM Claudio Nunziata of Bologna, and the P2 Commission itself . In addition, as we have already had occasion to see, that Moro had clearly seen, from his prison cell, the problem of the matrix of the massacres of 1969, sinking the knife edge of his analysis in the heart of the problem and identifying "In addition to responsibilities that lie outside of Italy, indulgences and connivance of state organs and certain sectors of the Christian Democrats » But did the intuition of the Christian Democrat statesman (Moro) get any feedback? (Gladio) SB was (and is?), is / was either an organization created wholly in Italy or / and that had godfathers from outside of our Country? . Was Gladio entirely made in Italy or were it's God fathers from outside of the country ??

(...)

These crucial questions can be answered, at least in terms of probabilities. Referring to a document of great value, I got to now of it's existence thanks to Gerardo D'Ambrosio: This is the third and least known secret report of June 1967, found in Montebelluna, during the investigation into the massacre of Piazza Fontana, the ratio ( RSDlIz n. 230 5.VI.l967) - Like the other documents found on that occasion, it is likely that it came from Guido Giannettini (AKA agent Z) . The text, overlooked at the time of the investigation, was instead of extraordinary importance. It may be inferred, albeit with the prudence that has marked our journey so far, that the thread that binds all the carnage once again leads to Washington. The report stated: "The existence of the occult war is nothing new. This report outlines the current framework . In the absence of an overt war, it must be considered that the occult was the strategy of tension. Reading the document, there is evidence of a body of global dimension that Gladio is only an articulation. But there is a new aspect:

At the end of World War II, to contain the communist tide the Western victors decided to create an 'alliance between the Catholic the secular liberal forces with a Meeting ground was organized out of which came the NEI (Équipes Nouvelles Internationales), based in Brussels, a sort of Masonic-Catholic Liaison Office (my italics, author's note) with the function of promoting the development of most progressive Christian Democrat forces in the old continent.

So an agreement was reached between Catholics and secular liberals, that is Freemasonry. We will find this incredible alliance also among the Leonine Walls,(don't know what that means but it's sure to be dodgy) with the presence of the likes of Michele Sindona and Roberto Calvi, both members of the P2 lodge.

(...)

The report deplored the attempt to exclude Vatican liability and the stressed the strange lack of any mention of Opus Dei, which especially in the case of Spain, has an important function in the cloak of subversion, even communist. [00.] Clearly, the attempt to partially exonerate the Vatican and the highest hierarchy of the Catholic Church from liability for the subversive action in the West (my italics, author's note), which was planned and organized from that top and not just the result of personal initiatives.

The amazing aspect of this story is that one of the main representatives of the U.S. intelligence in Italy was the Pro Deo, father Felix Morlion of the Dominican University of Rome, 'he seemed to be always at a crossroads of encounters between people from the CIA, prelates and big industrialists. A photograph, by Pecorelli, of the Pro Deo rector Felix Morlion appeared in the "World of Today" along with three U.S. Secret Service agents, and Christian Democrat ministers Giuseppe Spataro Mariano Rumor».

The alliance between the Vatican and Freemasonry would bear fruit not only in financial terms, of the aid offered by the IOR to Sindona. A confirmation to this effect would come from Tassan Din Bruno, managing director of the publisher Rizzoli (group), a member of the P2. On 17 March 1983 he made a statement taken to Milan based magistrates, Dell'Osso and Fenizia who were investigating the bankruptcy of the Ambrosiano Bank, and reports that Gelli and Umberto Ortolani, the top echelons of loggia P2, "had dealings with the Vatican." Ortolani "gentleman of the chamber of the pope" lived in a sumptuous villa in Grottaferrata, confided to Tassan Din that thirteen cardinals had been guests at his house and had held a meeting in which it had been decided, in a sort of pre-conclave, the elevation of Cardinal Montini, the future Paolo VI, in the papal dignity " But there's more. In Catholic circles, right under the guidance of Cardinal Montini, MACI (Catholic Italian avant-garde movement) was activated in Milan and that among its leaders was Peter Cattaneo, involved in the investigation of the Brescia, massacre

(...)

and was mentioned in the records of the investigating judge of Brescia John Arcai. During the investigation carried out by judge Arcai it emerged that during the Vanguard Catholic conference, held at Milan, March 24, 1957, the lawyer Luigi Mattioli made reference to the statements made by Cardinal Montini at a meeting of national and regional executives of MACI. According to the cardinal, the movement of avant-garde Catholics had to act against materialism and Marxist doctrines contrary to Catholicism, by the monitoring of adverse organizations. Mattioli also claimed "the nascent Italian Republic should make use of 20-30,000 men prepared for everything willing to resume the civil war under the leadership of the General Command of the Army». Montini, in turn, reiterated at a conference on 15-16 October 1955 in Milan the need to "know the enemy camp, observe them better and detect their plans. Therefore I tell you, you are called to fight according to times and needs. We are faced with tense and terrible front . The Church accepts your collaboration, encourages support ». In February 1976 "Panorama" (weekly magazine) published some excerpts in advance of the release of a book by Roberto Faenza according to which Montini had collaborated with the CIA late 1950's.

The confirmation of the attachment CIA-masonry-Vatican was also confirmed in from a secret file seized from Licio Gelli in Uruguay, in the name of Federico Umberto D'Amato, which read "top secret confidential information collected by Dr. D'Amato concerning [00. ] cooperation, dating back back more than twenty years, with environments Pro Deo Vatican-OSS-CIA ». In Licio Gelli's personal Papers / archive there were documents that mention Morlion, Dominican Father, regarding information services and also belonging to " network OSS chief "and founder of Pro DE0.

The document stated: Initially the services were covered by the US-OSS organization CIP, Pro Deo information centers. Collaborated with Morlion, who aspired to a Franco regime, Ms. Anna Brady, Obolonsky, Srnider, ( don't have a clue what this last bit means)


SID Servizio informazioni difesa (1966-1977) Disbanded. in 1977( Italian Secret Services)

SISDE 1977 to 2007 Servizio per le information e la sicurezza militate seems to have been terminated in 2007 .. I wonder why ?

from Wikipedia
Since the end of World War II, Italian intelligence agencies have been reorganized many times (SIM 1900-49, SIFAR 1949-65, SIOS 1949-97, SID 1965-77, SISDE, SISMI, 1977–2007) in an attempt to increase their effectiveness and bring them more fully under civilian control.

Morlion, Dominican Father, Probably of flemish origin

M.A.C.I. (Movimento Avantguardia Cattolico Italiano) Avantgard Group of Young Catholic's, boasted an army of 100,000 uniformed fighting men, quite a bunch , anti commie of course
Federico Umberto D'Amato, played an important role in the operation covering the Fascists, by removing and destroying evidence and also laying a false trail and framing the Anarchists.
see his wiki page explains his position ..

http://en.wikipedia.org/wiki/Federico_Umberto_D%27Amato

Revenir en haut Aller en bas
Cusmenne Claude



Nombre de messages : 1024
Date d'inscription : 23/10/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Dim 19 Juil 2015 - 15:10

Sleep bravo....9.200 messages ! copiés-collés ? bon travail
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Lun 27 Juil 2015 - 16:18

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mar 8 Sep 2015 - 6:11



http://www.myheritage.nl/research/collection-10025/newspaperarchivecom?itemId=368287359&action=showRecord#fullscreen

Advocate

3 apr 1967





_ _ _ _ _


http://www.myheritage.nl/research/collection-10025/newspaperarchivecom?itemId=659433738&action=showRecord#fullscreen

The Hays Daily News

30 apr 1968





_ _ _ _ _


http://www.myheritage.nl/research/collection-10025/newspaperarchivecom?itemId=415396716&action=showRecord#fullscreen

Middletown Times Herald Record

26 apr 1975





_ _ _ _ _


http://www.myheritage.nl/research/collection-10025/newspaperarchivecom?itemId=378107995&action=showRecord#fullscreen

Oakland Tribune

26 aug 1976







_ _ _ _ _


http://www.myheritage.nl/research/collection-10025/newspaperarchivecom?itemId=398440660&action=showRecord#fullscreen

Florence Morning News

5 okt 1976





_ _ _ _ _


http://www.myheritage.nl/research/collection-10025/newspaperarchivecom?itemId=338430526&action=showRecord#fullscreen

Provo Daily Herald

22 apr 1977





_ _ _ _ _


http://www.myheritage.nl/research/collection-10025/newspaperarchivecom?itemId=367952264&action=showRecord#fullscreen

Warren Times Observer

22 apr 1977





_ _ _ _ _


http://www.myheritage.nl/research/collection-10025/newspaperarchivecom?itemId=408457059&action=showRecord#fullscreen

European Stars And Stripes

24 apr 1977






Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mer 9 Sep 2015 - 14:06




J. H. Retinger a joué un rôle important à l'origine du Bilderberg :





A son sujet, voir

https://en.wikipedia.org/wiki/J%C3%B3zef_Retinger

et

Economic networks and European integration
publié par Michel Dumoulin,Fundación Academia Europea de Yuste









Il en est aussi question dans

http://www.martenscentre.eu/sites/default/files/publication-files/from_mazowiecki_to_tusk-_wahl.pdf

Il faut noter que l'intégration européenne était encouragée, y compris financièrement, par les Etats-Unis :

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/1356047/Euro-federalists-financed-by-US-spy-chiefs.html


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Ven 17 Juin 2016 - 10:54

.
Paul Van Zeeland et Robert D. Murphy ont joué un rôle important au Bilderberg...








(...)






(...)











Revenir en haut Aller en bas
lrnt



Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 23/04/2015

MessageSujet: Re: Bilderberg   Ven 17 Juin 2016 - 11:58

Charles Michel y fut invité une nouvelle fois cette année. Il avait déjà participé à l'édition 2015 !
Henry Kissinger y était présent. Il finance le groupe - avec d'autres - via une fondation américaine appelée American Friends of Bilderberg. Le trésorier de cette fondation est James Johnson, qui travaille pour Goldman Sachs. Ce même James Johnson était à la tête de Fannie Mae dans les années 90, entreprise semi-publique qui accorda trop de prêts hypothécaires aux pauvres, ce qui provoqua la crise des subprimes quelques années plus tard... Johnson avait donné de l'argent et offert des prêts hypothécaires avantageux aux personnes qui étaient censées surveiller Fannie Mae. Mais Charles Michel viendra nous raconter que la crise est causée par de trop grandes dépenses publiques, et qu'il faut tout privatiser pour relancer l'économie du pays et rembourser nos dettes...
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Ven 17 Juin 2016 - 12:07

.
On retrouve Irving Brown et Robert Murphy, deux contacts de André Moyen ...

On retrouve aussi C. D. Jackson, proche du père Félix Morlion...

https://www.cairn.info/revue-francaise-d-etudes-americaines-2006-1-page-29.htm

(...)  À l’intersection des milieux du renseignement, de la diplomatie culturelle, des médias et de la politique extérieure, le mouvement Pro Deo va dans le sens des initiatives de lutte contre le communisme alors soutenues par l’administration américaine en Europe. À travers Henry Luce et C.D. Jackson, l’analyse des soutiens américains à Pro Deo permet de se pencher sur l’élément religieux qui façonne la vision du monde d’une certaine élite américaine, sur le rôle de la religion dans la guerre froide et sur les réseaux religieux comme outil d’influence renforçant la politique extérieure des États-Unis.  (...)

_ _ _

Paul Van Zeeland et le père Félix Morlion avaient entendu parler l'un de l'autre et il est probable qu'ils aient eu des contacts entre eux.

https://www.uclouvain.be/cps/ucl/doc/cehec/documents/Serie_A_van_Zeeland.pdf

(127). Some aspects of the economic and spiritual revolution in the modern world and certain of their implications for the international order, exposé fait au Center of Information Pro Deo, le 25 janvier 1944

_ _ _

André Moyen et Félix Morlion étaient tous les deux proches du monde de l'industrie, notamment pour financer leurs activités.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Lun 27 Juin 2016 - 17:02

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Sam 3 Déc 2016 - 17:12





Note : Henri Simonet était un proche du général Robert Close (WACL, IEPS, etc)


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Sam 3 Déc 2016 - 18:22






(...)







(...)





(...)





Note : le général Robert Close connaissait aussi Joseph Luns




Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Sam 6 Jan 2018 - 13:09

Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Bilderberg   Sam 6 Jan 2018 - 13:54

HERVE a écrit:

Ferdinando Imposimato est décédé le 2 janvier 2018

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ferdinando_Imposimato#Le_Groupe_Bilderberg_et_les_attentats_en_Italie



Grosse perte. L'Italie a su engendrer des équipes de magistrats, d'avocats, de journalistes intègres, au risque de leur vie.
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Bilderberg   Sam 6 Jan 2018 - 14:11


Intervention de Ferdinando IMPOSIMATO, Vice-Président de la Cour de cassation d’Italie. Source : l'Observatoire citoyen, 2004.


Lors d’un colloque au Parlement européen, M. IMPOSIMATO, le magistrat anti-mafia italien, a présenté son point de vue sur les bonnes pratiques à diffuser et les textes internationaux sur lesquels s’appuyer pour renforcer l’Union européenne et ses Etats-membres dans leur lutte contre la pédocriminalité.

Le 28 janvier 2004, se tenait, à l’initiative de Sylviane Ainardi (euro-députée communiste française, du groupe parlementaire de la Gauche unitaire européenne) et de la Fondation internationale "Innocence en danger", une troisième rencontre consacrée à la réalité de la pédocriminalité en Europe et à des pistes européennes pour mieux l’affronter. L’Observatoire citoyen vous en livre, ici et sur d’autres pages, les principales interventions.


Le trafic d’enfants est un crime contre la personne et contre l’Humanité. Il est pris en considération par le protocole des Nations Unies pour la répression de la traite des humains adultes et mineurs d’âge, qui intègre la Convention des Nations Unies du 15 décembre 2002 sur la criminalité organisée. Par ce protocole, tout Etat s’engage à donner assistance aux victimes de ces trafics, en les protégeant des auteurs de ces trafics et en permettant leur réinsertion sociale et les soins nécessaires avec les ONG et les organisations de l’Etat.

Le protocole dit une chose très importante : il affirme que le consentement de la victime face à toute forme d’exploitation ne permet pas d’exclure le crime contre les enfants. Au fond, le trafic d’enfants s’alimente de différents facteurs : la recherche de profit des trafiquants, la pauvreté des familles, la corruption de l’autorité, l’absence de lois adéquates et aussi l’inertie de certains pays. L’indifférence de l’opinion publique est également un élément décisif, alors qu’il il y a de plus en plus de demande de sexe avec des enfants.

Des gens que l’on ne soupçonnerait pas dans le monde de la finance, de la politique, de la culture et de la société civile demandent des prestations sexuelles à des enfants de plus en plus jeunes, offrant en échange de l’argent aux trafiquants et aux familles. Et comme l’augmentation de la demande de drogue augmente le trafic de drogue, l’augmentation de la demande de mineurs amène l’augmentation du trafic des mineurs. Des mafieux, des recruteurs, des chauffeurs de camion, des pédophiles sont impliqués. Les prix obéissent aux règles du marché. 50.000 € pour un nouveau-né en bonne santé, 30.000 € pour un foie. Un milliard deux cents millions d’euros voilà le chiffre d’affaires de ce secteur sur une année.

Au coeur de l’Europe

Ce phénomène se diffuse au centre de l’Europe. Dans la zone située entre la Bavière et la République tchèque, des milliers enfants sont amenés de l’Est 24heures/24 pour se prostituer. Les pédophiles viennent de toute l’Europe et de la République tchèque. Les enfants sont amenés à boire de l’alcool, à prendre des drogues lourdes... Souvent, ils attrapent toutes sortes de maladies et se suicident. Ce marché se développe avec la complicité des autorités locales, qui accusent les enfants d’être consentants, coupables de s’offrir pour gagner de l’argent.

D’application générale, le principe de légalité énonce qu’on ne peut punir une personne sur la base d’une loi qui n’existe pas. Le trafic de mineurs échappe souvent à la répression pénale parce qu’il s’organise suivant des modalités ou par le biais d’actes que de nombreux Etats n’ont pas incriminées. Aux niveaux régional, national ou international, de nombreuses lois et conventions protègent les droits des enfants. Parfois, il y a un écart entre le langage des conventions et la faiblesse de leur application dans la réalité. Cela provoque une méfiance de l’opinion publique vis-à-vis du pouvoir législatif et judiciaire et une aggravation du phénomène. Dans de nombreux cas, cette exploitation est, certes, interdite par la loi, mais le système de répression est si faible que les responsables restent impunis.

Le consentement des enfants et de la famille est souvent un alibi. Un alibi pour les trafiquants et pour les pédophiles. La Convention sur les Droits de l’Enfant de 1989, en son article 10, et beaucoup d’autres lois nationales considèrent que le consentement de l’enfant ou des parents est une condition qui légitime le transfert d’un enfant d’un Etat à un autre. Le doit d’asile est détourné par les trafiquants pour faire du trafic d’êtres humains. On oublie que déplacer un enfant, c’est la première étape du trafic. Le consentement des familles ou des enfants est souvent vicié à la base, étant donné que l’enfant n’est pas suffisamment mature pour décider et que les familles se trouvent dans un état de nécessité totale. Cela facilite le trafic des mineurs. Ce n’est pas à la famille de décider : le croire, c’est ignorer les réalités.

On a parlé tout à l’heure des adoptions internationales. Il n’est pas possible d’accepter que l’on soit exploité. L’exploitation sexuelle, quels que soient l’âge et le sexe de la victime, doit toujours être interdite et punie. En dessous de quatorze ans, tous les rapports sexuels doivent être considérés comme violents, comme constituant des abus sexuels, même s’il y a soit-disant « consentement ». C’est d’ailleurs c’est la cas dans toutes les législations démocratiques de ce monde. Pour ceux qui ont plus de quatorze ans et moins de dix-huit ans, la relation sexuelle doit être sanctionnée s’il existe une différence d’âge importante entre l’auteur et le mineur.

Compétence universelle

Un autre point critique de la législation en Europe : la prostitution des enfants, la pornographie des mineurs et le tourisme sexuel aux dépens des mineurs. Ces phénomènes existent dans le monde entier.

La loi italienne prévoit des sanctions très graves pour les Italiens qui commettent, à l’étranger, l’infraction d’exploitation de la prostitution de mineurs, de la pornographie et du tourisme sexuel avec des mineurs. Mais dans de nombreux pays, ces faits ne sont pas punis. L’Union Européenne devrait exercer des pressions sur tous les pays, européens et non européens - en commençant, d’ailleurs, par les pays qui vont entrer dans l’Union Européenne - pour les obliger à appliquer les lois, la Convention de Palerme et les autres conventions qui punissent la pornographie, la prostitution et le tourisme sexuel, même si ces faits sont commis à l’étranger.

Sur Internet, il y a de vrais « babies-supermarkets ». On voit des enfants violés et même tués dans la plus grande indifférence, alors qu’il s’agit de crimes très graves, punis en Italie. Exhiber des mineurs à des fins pornographiques est tout à fait punissable, mais des normes analogues n’existent pas dans d’autres pays ou ce genre de commerce est permis et même protégé. En fait, il faut poursuivre autant les trafiquants que les pédophiles. Pour traduire le protocole sur le trafic des êtres humains adultes et des mineurs d’âge, le Parlement italien a approuvé une loi le 11 août 2003 : elle introduit dans le code pénal le trafic de personnes. L’article 24 de la Convention onusienne de Palerme prévoit un système de protection spéciale des témoins et des collaborateurs de la Justice, du type de celle qui a été adoptée pour les mafieux. Elle s’applique à ceux qui abandonnent le trafic d’êtres humains. Cette loi pourrait être introduite dans les différents codes pénaux. Si ni la justice, ni la police ne sont efficaces dans la répression du trafic, c’est parce qu’il n’existe pas de coopération judiciaire entre ceux qui enquêtent dans les différents pays et que souvent, ces faits de violence sont tenus cachés. Mais la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant établit que l’enfant a besoin d’une protection appropriée.

Que se passe-t-il dans de nombreux cas de violence sexuelle ? Très souvent, ces procès ont lieu sans partie civile. Il y a des ONG, comme Innocence en Danger, qui se constituent partie civile, mais trop souvent, ce n’est pas le cas. La protection juridique doit inclure l’obligation qu’un défenseur civil soit désigné. Il faut un défenseur civil de l’enfant dans tous les procès, que l’enfant soit victime ou auteur, quelle que soit l’attitude de ses parents ou de ses représentants légaux. Il faut une convention ad hoc des Nations Unies ou de l’Union Européenne en la matière pour imposer cette obligation de défense de l’enfant dès la phase initiale du procès.

On m’a demandé tout à l’heure si on pouvait avoir une compétence universelle pour mener ces enquêtes. Moi, je dis que oui : beaucoup de ces crimes transnationaux, par exemple les fraudes communautaires, la corruption, le trafic d’enfants ou d’êtres humains en général, restent souvent impunis. Comme énormément de trafics d’enfants viennent des pays de l’Est, d’Afrique et d’Asie, les procureurs des différents pays sont souvent démunis face à la diversité des législations et des procédures pénales à appliquer et face au manque de coopération entre les polices. Alors, que pourrait-on faire ? On pourrait instituer un procureur européen, un ministère public européen qui éviterait cette fragmentation et cette paralysie des enquêtes internationales menées à chaque fois par les ministères publics des différents pays. La proposition de créer un ministère public européen a fait l’objet d’un travail d’approfondi et a recueilli un vote favorable du Parlement Européen. Mais cette idée n’a pas été acceptée par tous les chefs d’Etat et de gouvernements réunis à Nice, ni lors d’une réunion suivante.

L’holocauste de l’An 2000

Les investigations sur les trafics d’enfants démontrent qu’il faut des rapports de collaboration entre pays européens, mais aussi avec les pays des Balkans. S’il n’y a pas de législation internationale efficace, on ne permet pas aux Etats et aux polices d’agir rapidement et de mener vraiment des enquêtes dans ces pays.

Dans de nombreux pays, les appareils policiers sont totalement inadéquats : les organisations criminelles travaillent très bien dans l’Europe unie et dans le monde entier, en usant des moyens de transport et de communication les plus modernes. Je crois que le trafic d’enfants, qui est un trafic transnational, doit être traité par Eurojust et par une police fédérale qui n’a pas de pouvoir opérationnel aujourd’hui, mais simplement un pouvoir de coordination. Il faut surtout parler de la protection des victimes extra-communautaires. A propos de ces victimes, l’article 18 de la loi italienne 268/98 sur les étrangers prévoit un système de protection particulier quand, au cours d’une opération de police ou d’une procédure pour un délit grave, on a la preuve d’une situation de violence ou d’exploitation aux dépens d’un étranger. Si ces conditions sont réunies, on peut donner à cet étranger un permis de séjour spécial de six mois, renouvelable. Une loi analogue devrait être approuvée dans tous les pays européens.

La traite des êtres humains, c’est, en fait, l’holocauste de l’an 2000. Tant de victimes fragiles et vulnérables, c’est une menace pour la démocratie et la liberté des futures générations. Si nous voulons éviter que naissent, sous notre responsabilité - puisque nous ne sommes pas assez vigilants -, toute une génération de criminels, de terroristes, de malades, de personnes violentes, de jeunes qui n’ont pas connu de jeunesse... si nous voulons éviter tout cela, nous devons absolument, moralement et politiquement, lutter contre le trafic des enfants et contre la pédophilie. Nous devons assurer aux parents et à leurs enfants des conditions de vie telles qu’ils pourront mener une vie sociale, affective et sexuelle normale, conforme à la dignité humaine.


Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Bilderberg   Sam 6 Jan 2018 - 14:20

Ferdinando Imposimato, Un juge en Italie : les dossiers noirs de la Mafia, éditions de Fallois, mai 2000, 348 p.

Ma lecture de l'ouvrage :

Publié en 2000, « Un juge en Italie », expose le bilan de 16 années de lutte du juge Ferdinando Imposimato contre la mafia.

P 28 « (Le « chef des chefs » de la Mafia,) Don Callogero, (…), lors du débarquement américain en Sicile, reçut l’appui des Alliés pour être élu maire de Villalba. »

P 41 « Chaque fois que le monde et la société changent, Cosa Nostra épouse ces changements et en tire profit. »

P 42 « Bien qu’expulsé des USA, an août 1948, Coppola est reparti soudainement pour Kansas City, où l’avait appelé Maria Frich, chargée de la campagne électorale de Harry Truman, ancien sénateur du Missouri. Coppola devait lui apporter le soutien de la Mafia lors de sa seconde candidature. Franck s’est brillamment acquitté de cette mission. Truman a été élu. On comprend pourquoi le FBI ne l’ a pas inquiété. On comprend également de quel poids Cosa Nostra pèse dans la vie politique américaine. »

Imposimato situe l’essor de la Mafia au sein de l’Etat italien dans le courant des années 70.
Portrait du procureur général de Rome, agent de la Mafia :
P 78 : « Carmelo Spagnuolo, le procureur général de Rome, m’avait convoqué dans son immense bureau somptueusement meublé. Cet homme très élégant, plutôt hautain, est l’un des personnages les plus puissants et craints de la République italienne. Dans le milieux politiques on disait de lui qu’il équivalait à trois ministres et qu’il savait, habilement, étouffer les dossiers gênants. »

Imposimato , juge intègre, met en accusation Spagnuolo pour association de malfaiteurs et prouve les liens de la Mafia avec le pouvoir.
P 81 : « Franco Restivo, ministre de l’Intérieur et bras droit du procureur général Spagnuolo ; Romolo Petroni, membre de la commission anti-Mafia, (…) ; Gerolamo Mechelli, président de la région du latium (…) ; … »
P 90, citant le journaliste américain mafieu Pietro Do Donato « Aux Etats-Unis, presque tous les juges se laissent corrompre, de gré ou de force. »

Les mœurs judiciaires et politiques belges ont été forgées sous le contrôle millimétré des américains depuis que le gouvernement en exil à Londres a vendu, en 43/44, le pays aux USA pour leur garantir le monopole de l’achat de l’uranium produit au Congo. L’ Italie et la France ont engendré un corps de fonctionnaires capables de résister à la corruption. La Belgique non. L’affaire Dutroux n’est ni la première ni la dernière à l’avoir démontré. Elle est cependant la seule affaire d’Etat qui ait donné lieu à un mouvement social, lequel fit trembler l’Etat dans ses fondements.
P 199 : « Le passé doit éclairer le présent. Je remonte dans le temps au début de la vie de Sindona. En 1944, il commence à Palerme un florissant commerce d’armes reçue des Américains (…) » Les Etats-Unis ont forgé la carrière d’un nombre considérable de financiers ou de politiques italiens ou belges, tous trafiquants ou mafieux, comme feu le Premier ministre belge Paul Vanden Boeynants, tant de fois cité dans les dossiers annexes de l’affaire Dutroux.

P 93 : « (…) l’affaire Mangano a un mérite : celui de révéler au peuple italien l’étendue des ramifications mafiose dans les structures de l’Etat. Elle démontre, à travers les personnages mis en cause, qu’instituions politiques, magistrature, police, milieu de la finance et de la banque, petit monde des entrepreneurs, corporations des médecins, avocats, et même le clergé, sont tous contaminés. »

P 108 : citant le procureur Vittorio Occorsio « Si les brigadistes agissent avec leurs propres hommes, P2 et terroristes d’extrême-droite ont recours à la bande de la Magliana, donc à la Mafia. »

P 110 : « Au début, la thèse d’Occorsio selon laquelle les loges maçonniques, la Mafia et les terroristes noirs et rouges s’étaient acoquinés avec le crime organisé me laisse incrédule. Cette thèse me paraît relever du domaine de l’obsession. N’ayant ni son expérience ni ses connaissances, j’ai tendance à dissocier les événements : il y a les enlèvements, il y a la Mafia, il y a les maçons, il y a les terrorismes, il y a la pègre. Les intérêts complexes qui les unissent m’échappent. Occorsio, lui, a une vision plus complète de la situation. Avec une patience amicale, il me répète : « Tu ne peux pas enquêter avec efficacité si tu ne cherches pas ceux qui manoeuvrent dans l’ombre (…). »

P 113 : « Le nom d’Occorsio va s’ajouter à la longue liste des représentants de l’Etat tués par les ennemis de l’Etat parce que l’Etat n’a su ni les défendre ni les protéger. »

P 123 : « Galluci (magistrat, supérieur hiérarchique d’ Imposimato), anticommuniste, me répète pour tempérer mon ardeur : « La corruption fait partie intégrante de la démocratie. Une démocratie corrompue est préférable à une dictature noire ou rouge. »

P 153, sur l’assassinat d’Aldo Moro : « Mais cette politique d’ouverture ne plaisait pas non plus aux Etats-Unis et à ceux pour qui l’arrivée des « rouges » au gouvernement représentait une menace pour le pacte atlantique. »

P 156 « Pour combattre un ennemi, il faut le connaître ». A destination des associations de paumés et des âmes pâmées.

P 165 : « … dans l’entourage du ministre de l’Intérieur, certains ont fait avorter toute action destinée à protéger Moro. »

P 166 : « (le) Comité de crise, constitué après l’enlèvement, pour coordonner les enquêtes susceptibles de le sauver (…), dirigé par le ministre de l’Intérieur, Cossiga, et son bras droit lettieri, se compose alors de Giulio Grassini, chef du SISDE (le contre-espionnage), carte n° 1620 ; Giuseppe Santovito, patron du SISMI (les RG italiens), carte n° 1630 ; du général Donato Le Prete, carte n° 1600 ; du général des carabiniers Giuseppe Siracusano, carte n° 1607 ; du préfet Mario Semprini, carte n° 1637 ; du professeur Franco Ferracoti, agent de la CIA, carte n° 2137 ; de Stephan Piezeknick, représentant Henry Kissinger à Rome. Tous ces personnages sont membres de la loge P2 de Licio Gelli. »

P 169 : « qui est Licio Gelli ? Toscan, né à Pistoia en 1919, il est l’un des personnages les plus énigmatiques de la République italienne. Ami d’Andreotti et de Cossiga, de Richard Nixon et Ronald Reagan, de Péron et son épouse Evita, Gelli est très lié avec de hauts prélats du Vatican, et notamment le cardinal américain Paul Casimir Marcinkus. »

P 167 : « Les ramifications du drame d’Aldo Moro se sont déployées jusque dans l’Est. Il a fallu la publication du rapport d’un ancien espion du KGB, Mitrokin, en 1999, pour découvrir que l’Union soviétique, elle aussi, était résolument opposée au « compromis historique », porteur des germes du « révisionnisme », une maladie jugée contagieuse par les communistes d’alors. »

P 171 : « Cette hantise de voir l’Italie « tomber dans les bras de Moscou » est partagée par Cosa Nostra. De ce fait, on a découvert, des années plus tard, que des « parrains » siciliens étaient affiliés à la P2. On peut dire que la Mafia était le bras armé de la loge maçonnique. »

P 172, citant Tommaso Buscetta , chargé initialement par la Mafia de faire libérer Aldo Moro, opération désamorcée par la mafia elle-même: « Plus tard, j’ai su que des leaders de la Démocratie chrérienne, proches d’Andreotti, avaient convaincu Cosa Nostra de laisser exécuter Moro avec son auréole de martyr, au nom de l’anticommunisme. »

P 174 : « La mort de Moro était programmée. Non seulement parce qu’il proposait le « compromis historique », mais parce que, pendant sa captivité, il avait rédigé ses Mémoires. Il y révélait comment des hommes politiques, même de son parti, s’étaient compromis avec Cosa Nostra dans des affaires de pots-de-vins. (…) L’homme d’Etat mettait en cause l’ingérance américaine (…). Il critiquait, également, la décadence morale des démocrates-chrétiens, les services secrets italiens, les financements illicites, le pouvoir des banques, l’indifférence envers le bien du peuple, la corruption envahissante. »
P 192, à propos de Michele Sindona : « (…) un businessman international que l’ambassadeur d’Italie à Washongton avait sacré « homme de l’année », que Giulio Andreotti avait défini comme « le sauveur de la lire », que la, presse américaine avait décrit comme « l’Italien le plus important et puissant depuis Jules César. »

P 194 : « Si je devais dire ce que je sais, l’Italie s’effondrerait, répond Sindona d’une voix atone. Personne ne me croira : on me traite de fou. On m’a abandonné ! » Il y avait du Sindona dans les propos similaires de Nihoul…

P 204 : années 71/73 : « Une lettre émanant de la Sacra Congregazione dei Religiosi confirme la volonté vaticane d’acquérir la totalité des fausses actions pour la somme de neuf cent cinquante million de dollars . (…) Cet énorme scandale aurait dû déclencher une tempête. Un épais silence l’a étouffé. Cette fantastique arnaque aurait dû valoir à Michele Sindona le mépris et la méfiance des classes politiques italiennes et étrangères. Elle aurait dû. »

P 210 : « L’historien Indro Montanelli a écrit : « En Italie, un scandale chasse le précédent. Dans ce pays, on ne résout jamais un problème : on attend qu’il se consume seul. »

P 215 : « Le nouveau maître de la Mafia (Bernardo Provenzano) et même certains prélats misent sur l’homme de confiance que don Michele (Sindona) avait installé à Milan à la tête du Banco Ambrosiano : Roberto Calvi. » Calvi deviendra administrateur de la banque mafieuse belge KB-Lux, que l’on retrouve aussi bien derrière les trafics de viande ou d’hormones qu’aux manettes dans l’évasion fiscale abyssale qui plombe les comptes publics de France et de Belgique pour le profit monstrueux du Roi des Belges, Albert II, ou de groupes comme Bouygues et Alcatel.

P 225 : « pourquoi Calvi s’était-il retrouvé en prison en mai 1981 ? la réponse est simple : il avait envoyé des millions (mille millions) de dollars pour soutenir Solidarnosc en Pologne et des mouvements de libération en Amérique latine, proches de l’Eglise, pour le compte du président de la banque vaticane, Monseigneur Marcinkus. »

P 230 : « Les documents compromettants emportés par Calvi à Londres, la Mafia s’en empare pour se livrer à un chantage contre le Vatican. Le risque de scandale, si Cosa Nostra en dévoile le contenu, est si terrible qu’un prêtre d’origine polonaise, padre Paolo Hnilika, est délégué par le Saint-Siège pour racheter les documents moyennant cinq milliards de lires. Si la Mafia a éliminé Calvi, ce fut non seulement pour racketter le Vatican, mais surtout pour récupérer des dossiers révélant ses propres opérations de recyclage. »

P 240, le juge Falcone à Imposimato : « Ferdinando, me disait-il, ils savent tout. Ils savent que nous avons remonté leurs filières, que nos investigations s’orientent également vers les casinos de jeux qu’ils possèdent et où ils recyclent l’argent sale. »
En Belgique, le magistrat Marique, expert auprès de la commission parlementaire d’enquête sur l’enquête Dutroux, Nihoul et consorts, qui a protégé les manipulations du disque dur de la gendarmerie, fut nommé ensuite à la tête de la commission de contrôle des casinos.

P 243 : « Les enquêtes avec les Américains, les Suisses, les Britanniques, les français ont abouti à la même conclusion : la Mafia a déversé des torrents de dollars dans l’immobilier, le bâtiment, l’hôtellerie, les casinos, les travaux publics, la restauration, l’agro-alimentaire, la banque, les établissements de crédit, les télévisions privées, l’informatique, l’électroménager. Si on confisquait les capitaux investis par la Mafia dans ces secteurs « propres », nous déclencherions un crash boursier, en comparaison duquel celui de 1929 n’est qu’une péripétie. » Bien entendu il n’est pas question des Belges, lesquels se sont bien gardés de collaborer avec les juges italiens du pool anti-mafia. Ils ont d’ailleurs régulièrement saboté les enquêtes des Italiens, des Français ou des Allemands sur le territoire belge.

P 246, chapitre intitulé « Ils ont tué mon frère » :
« je lui confie (à son ami Federico Fellini) combien je suis découragé par mes instructions que les pouvoirs, administratifs et politiques, retardent ou archivent carrément, et par les dangers qui me guettent. Je conclus en lui disant : « On me met sur la touche, c’est indéniable. Depuis un certain temps, on ne me confie plus que de petites affaires de vol de voitures, de petits braquages de commerçants, de crimes passionnels sordides. Un travail de juge d’instruction débutant. (…) On m’a fait savoir qu’au ministère de la Justice et au cabinet du procureur général de la République, on estimait que je n’enquêtais plus impartialement : on me reprochait de voir obsessionnellement la Mafia partout. »

P 263 : « don Masino (…) fait nommer des hommes de Cosa Nostra aux postes stratégiques de la nation. »

P273 : citant don Masino , « Les procès sont toujours « arrangés ». La Mafia ne craint pas la justice parce qu’elle est la plus puissante. Elle ne menace pas. Il lui suffit de « conseiller » aux magistrats, aux policiers, aux témoins ce qu’elle souhaite : on lui obéit. Parce qu’elle bénéficie des appuis de personnages haut placés grâce à elle, les verdicts sont donc souvent faussés en sa faveur. »

P 280 : « Les sommes fabuleuses des trafics de drogues, du racket, de la prostitution de femmes et d’enfants, de l’usure, des enlèvements, des hold-up, des vols d’œuvres d’art, de la corruption, de la traite de mineurs, du trafic des immigrés clandestins, de celui des autos, étaient blanchies dans les grands hôtels de Rome, de Milan, de Nice, de Miami Beach, de Montecatini Terme, de Montecarlo, de Cortina d’Ampezzo, dans les bourses de Londres et de Wall Street, dans des sociétés import-export de Milan et de Hongkong, dans des sites touristiques, notamment aux Maldives, dans l’acquisition de splendides villas, dans les casinos de France et les salles de jeu de Las Vegas, dans les financements de la Communauté européenne pour l’agriculture ou l’environnement, dans banques de Sindona puis de Calvi, dans celles du Vatican et de l’Etat italien, dans des tableaux du Tintoret, de Canaletto, de Picasso, de Chirico suspendus aux murs des salons d’hommes fortunés du monde entier. »

P 281 : « Le GAFI, Groupe d’action financière internationale, réclamé par la France, & estimé ce trafic mondial à trois cents milliards de dollars, dont cinquante à soixante-dix pour cent payés comptant ! »

P 282 : « La bande céda des parts de sa société à Romano Comincioli, le bras droit du magnat milanais Silvio Berlusconi. Ainsi se créèrent des liens, documentés par des preuves incontestables, entre Berlusconi et la bande de la Magliana ».

P 288 : en 1985, « (le) pool anti-Mafia que nous avions constitué avec nos collègues turinois, milanais, génois, vénitiens, romains, napolitains et étrangers, ce pool va être démantelé. (…) Le pool n’a pas été dissout. Il a été désagrégé, émietté comme un quignon de pain : l’Etat a simplement procédé à des transferts, à des mises à l’écart. »

P 289 : « Falcone, lui, à travers des campagnes de presse, s’est trouvé englué dans un climat d’hostilité fomenté dans l’opinion publique. (…) Falcone a été isolé, discrédité aussi. »

P 290 : « C’est quand dans les couloirs ou dans l’ascenseur ou dans l’escalier ou encore à la cafétéria, vos collègues vous saluent discrètement de loin, si toutefois ils ne vous ignorent pas complètement, que l’on peut évaluer à quel degré de disgrâce on est tombé. »

P 300 : « Le divorce de la politique et de la morale est l’une des tragédies de l’Italie. L’Italie semble destinée à exalter les crapules qui parviennent à atteindre des postes élevés de la politique sous le prétexte fallacieux d’oeuvrer pour la patrie. »

P 303 : « Tout ce que m’a révélé, dans le détail et en citant des noms, Angelo Siino au cours des interrogatoires, je l’ai écrit dans un rapport que j’ai remis à la Commission anti-Mafia. Il contenait assez d’éléments et de faits pour poursuivre en justice des personnalités de l ‘économie et de l’industrie. Le feu vert de la Commission aurait déclenché des investigations spectaculaires dans toute l’Italie mais aussi au-delà des frontières. Il n’en a rien été. La Commission a blackboulé mon rapport. »

P 309 : « -Mais, récemment, on a saisi des tonnes de cocaïne en Colombie et aux Etats-Unis !
-Là encore, c’est pour la galerie. »

P 311 : « On arrive alors au stade du pilage afin d’extraire le complexe alcaloïde de la feuille. Ce sont des enfants entre dix et douze ans, surnommés les pisacoca, qui piétinent la mixture une douzaine d’heures, au moins, par jour. Du travail des pisacoca on obtient , enfin, la cocaïne. Je précise que presque tous les enfants souffrent d’abominable plaies aux pieds, sont payés avec un peu de basuco, un sous-produit de la cocaïne, rarement avec de la nourriture, presque jamais avec de l’argent. »

P 311 : « Sachez enfin que les trafiquants colombiens sont, dans toute l’Amérique latine, les hommes les plus fiers, les plus évolués et cultivés, capables de vous parler pendant des heures du peintre Botero ou de l’écrivain Garcia Marquez, mais capables, aussi, de vous torturer avec raffinement. »

P 316 : « Les trafics de drogue à l’échelle mondiale ont débuté en Colombie au début des années 70. »

P 328 : « … Israël et les Etats-Unis combattent la drogue et, en même temps, ils vendent des armes aux trafiquants. »

P 335 : « … Sachez qu’à La Havane, en 1980, des représentants de votre Mafia sicilienne et des émissaires du cartel de Medelin se sont rencontrés et nqu’ils ont conclu un marché. Cosa Nostra a le monopole de toute la cocaïne produite par les pays andins, et l’exclusivité pour sa diffusion aux Etats-Unis et en Europe. »

P 339, sur les obsèques du juge Giovanni Falcone, tué par la Mafia le 23 mai 1992 : « Plus de cent mille personnes se sont rassemblées à l’extérieur et c’est avec des clameurs et des cris hostiles qu’elles accueillent les notables de la nation. Giovanni Spadolini, président du Sénat, Claudio Martelli et Vincenzo Scotti, ministres de la Justice et de l’Intérieur, sont traités d’« assassins » et de « vendus » . Crachats, imprécations, injures témoignent d’une colère populaire qui n’avait jamais atteint une telle ampleur. »
P 340 : « Un comité de « draps blancs » s’est constitué. Les gens ont déplié sur leurs fenêtres ou leurs balcons des draps blancs, les draps de la protestation contre l’Etat et du souvenir avec, sur certains, la photo du juge. Dans Palerme, le fief de Cosa Nostra, on n’avait jamais assisté à de telles réactions populaires. »

P342 : « Quand je me suis retrouvé au Sénat, (…) puis membre de la Cour de cassation, j’ai vu défiler sur mon bureau tous les dossiers de ces juges isolés dans les tribunaux des villes italiennes. La lecture de leurs enquêtes a confirmé ma conviction que Cosa Nostra est toujours présente et puissante, qu’elle investit toujours les postes clés du pays, que sa propagation et son infiltration dans les structures européennes a déjà commencé. »

P 343 : « …la mondialisation des marchés s’avère, pour Cosa Nostra, une précieuse alliée. »

P 344 : « La Mafia est un rouage du pouvoir. Or, le pouvoir ne peut le détruire sans se détruire. Pour lui, ce serait une sorte de suicide. »

P 345 : « Il y a une réalité nouvelle qui confère davantage de puissance à l’Onorata Società. Il existe, les preuves sont à l’appui, une entente tacite entre majorité et opposition parlementaire et la Mafia. L’opposition feint de vouloir déclarer la guerre à Cosa Nostra, le pouvoir feint de réagir. C’est un jeu ignominieux de simulacres. On donne en pâture à l’opinion publique quelques mafiosi sans influence que l’on jette momentanément en prison, sans que les ententes soient bouleversées. »

P 346 : « La Pax mafiosa règne. Cosa Nostra n’a plus besoin d’employer la violence pour affirmer sa domination. Elle gouverne, désormais, sans effusion de sang. (…) La Mafia a le champ libre. »

P 347, le mot de la fin : « Je ne puis me contenter de contempler les souffrances de la jeunesse. Je ne puis oublier que la force mafieuse trouve son origine dans l’indifférence, la superficialité, le détachement, le cynisme et la peur. Malgré tout, je veux toujours croire en la victoire de la Justice. »



Dans « Seule la vérité blesse, l’honneur de déplaire », publié en 1987 chez Plon, le juge André Giresse, qui fut président de la Cour d’assises de Paris de 1975 à 1985, décrit minutieusement l’emprise de la criminalité sur l’Etat. Les années croisent celles qui virent la montée en puissance de la Mafia, décrite par le juge Imposimato. Les mécanismes de mise sous tutelle des pouvoirs, de la corruption des juges, des avocats, des partis se répondent.

P14 : « Je suis du côté du peuple, pas de la bourgeoisie dont je suis pourtant issu. Mon père est mort dans la misère, broyé par la bourgeoisie d’affaire. (…) sans avoir les idées de la Commune, je me serais battu contre les Versaillais, comme ce colonel, Rossel, qui mourut fusillé. »

P 114 : « J’avais déjà remarqué cette propension à la prudence et à la pusillanimité d’un barreau qui paraissait s’accommoder, sans cris de révolte, de l’arbitraire gaulliste et de l’altération de la justice. On pouvait compter sur les doigts d’une main les avocats vraiment courageux. »

P 150 : « A une époque où il était mal vu et « réactionnaire » de défendre la veuve et l’orphelin, fleurissait la légende des Roland Agret, Serge Livrozet et autres Knobelspiess, ces nouveaux « justes » de l’hagiographie contestataire. »

P 153 : « Ce qui se déroulait au Palais, en ces années où le crime prospérait vertigineusement, c’était une bataille sauvage pour le monopole de la défense des grands truands. Le paysage judiciaire et politique en sera profondément marqué. »

Judicieuse observation. Le petit monde des pénalistes bruxellois post-soixante-huitards a connu la même évolution au service d’une truanderie qui ouvrait toute grande la porte à toutes les corruptions, financière comme intellectuelle. L’isolement tragique du mouvement social qui a secoué l’Etat belge criminel lors de l’affaire Dutroux trouve là aussi une part de son explication.

P 195 : « J’ose dire que je n’ai connu que des périodes tourmentées. La justice, lorsqu’on la considère comme un engagement pour la vérité et non pour les honneurs, est un risque. (…) Si j’avais eu le goût immodéré d’une carrière, j’aurais pu m’affilier à l’une de ces puissantes « familles » qui font la loi au Palais, régnant sur le vaste marché aux avancements et aux privilèges. Il m’eût été loisible, par exemple, de me glisser dans le sillage de la franc-maçonnerie, dont certains membres éminents occupaient les plus hautes fonctions. »


P 272, sur l’affaire de Broglie (assassinat en 76 de cet ancien ministre de Giscard, sur le point de passer du côté de Chirac, ses dossiers financiers giscardiens et opusiens sous le bras) : « Le 9 avril (1980), ouvrant un exemplaire du Monde (…), j’y découvrais le scandale des deux rapports de police que le directeur de la Police judiciaire, Jean Ducret, avait laissé dormir dans un tiroir, du moins celui de septembre 1976. Le rapport de l’inspecteur Roux, de la 10 è Brigade territoriale, qui annonçait le 24 septembre 1976 que des menaces graves d’assassinat pesaient sur Jean de Broglie. »

P 274 : « … Robert Badinter (garde des Sceaux) s’approcha de moi et, me prenant par le bras, m’entraîna presque affectueusement dans l’embrasure d’une fenêtre. (…) Tout charme déployé, il saluait en moi le vieux compagnon de route des années difficiles. Puis, les dernières banalités de bon ton émises, me regardant droit dans les yeux, il me dit avec une netteté que je n’oublierai jamais : « Vous allez être saisi, dans l’affaire de Broglie, d’une demande de supplément d’information. Je vous demande de bien vouloir l’accepter ! » (…) Je n’en croyais pas mes oreilles. Dire qu’on avait renversé légalement un régime giscardien intervenant dans la procédure par son ministre de l’intérieur (Michel Poniatowski) et s’efforçant de bloquer le procès de Broglie. »

P 278 : « Le garde des Sceaux n’avait rien laissé au hasard. Ce nouvel « enterrement » de l’affaire de Broglie était remarquablement orchestré et camouflé derrière la volonté officielle de faire toute la lumière. On présentait ce supplément d’information comme un exploit, un acte courageux du pouvoir de gauche soucieux d’éclairer les ténèbres laissées par la droite. On prétendait ouvrir tous les dossiers au moment où on les refermait en catimini. » Le modus operandi de la justice belge dans l’affaire Dutroux et la conduite du procès d’Arlon présente, avec le « dossier-bis » plus d’une similitude avec l’affaire de Broglie. Le juge d’instruction Floch annonçait, en somme le juge Langlois :

P 322 : « De même qu’il n’enregistrera pas la déposition la plus importante de Leyris, le juge Floch ne versa pas au dossier le document que les chefs de la police gardaient sous le boisseau. Il ne jugea pas opportun d’entendre l’inspectuer Roux. Toute allusion à des rapports de police sur les préparatifs de l’assassinat de Jean de Broglie fut écartée des procès-verbaux d’audition. C’était une instruction étrange, pleine d’ombre et de trous. »

P 324 , sur le policier ripoux Guy Simoné , sorte de gendarme Michaux avant l’heure : « A toutes les questions sur le manque de vigilance de la hiérarchie policière, sur les singulières protections accordées à Guy Simoné depuis des années, le commissaire Ottavioli, chef de la Brigade criminelle, chargé de l’enquête sur l’affaire de Broglie, répondit (…) par ce mots inouïs : « Le dossier Simoné est vide. Sinon, Simoné n’aurait pas été de la police. » Vide le dossier Simoné ? De tous les mensonges distillés dans une affaire où tout le monde essayait de se couvrir, par-delà tous les écrans protecteurs dressés hâtivement pour occulter des pans entiers de la vérité, ce propos de l’un des plus hauts policiers de France était assurément le plus désarmant ou le plus cynique. »

P 329 : « A partir de l’instant où il assuma le « contrat » de Broglie, les nombreux problèmes de Simoné, dont certains de caractère judiciaire, s’arrangèrent mystérieusement. (…) Simoné sortait quasiment blanchi au moment où il s’engageait dans un crime d’Etat. »

P 336 , toute ressemblance avec la gendarmerie belge et le procès d’Arlon ne relèverait qu’en apparence seulement de l’anachronisme : « La plupart des policiers qui se succédèrent à la barre du procès de Broglie, du haut en bas de l’échelle, des grands responsables à l’inspecteur subalterne opérant sur le terrain, mentirent avec un ensemble remarquable, comme des musiciens suivant la même partition. Ils avaient eu plus de cinq ans pour planifier, peaufiner leurs déclarations et les mettre à l’unisson. De tous les escamotages policiers de notre histoire, de Stavisky à Ben Barka, ce fut le plus concerté, le plus spectaculaire, impliquant l’ensemble de la hiérarchie. »

P347, sur cet autre Michaux que fut Jean Ducret : « A tous (ses supérieurs) , Jean Ducret décernait un brevet de parfaite candeur et d’innocence immaculée. Quitte à porter lui-même tout le poids de l’incurie et du mensonge d’Etat. (…) Faisant du faux témoignage sous la foi du serment, il aurait pu être poursuivi pour cette infraction et pour outrage à magistrat. Le juge Floch, faisant preuve d’une magnanimité surprenante, épargna à Jean Ducret ce calice. »

P 351 : « Le juge Floch s’est comporté, dans cette affaire, comme un frère siamois de Jean Ducret. Il a achevé le travail de camouflage commencé par la police. » Tout comme le juge Langlois dans la gestion du « dossier-bis ». L’affaire de Broglie, comme l’affaire Dutroux et son opération Othello, couvre une opération criminelle de police où une deuxième équipe, sous contrôle d’Etat, doublait les assassins qui seront seuls envoyés en prison. Qui manipulait Simone ? Qui a tué Julie et Mélissa ?

P 353, comment gérer un « dossier-bis » : « (Le juge Floch) entendit quasi-clandestinement Leyris à la prison de la Santé, en tête-à-tête, hors procès-verbal. (…) De ces entretiens confidentiels, rien ne fut consigné au dossier. (…) le magistrat se procura les rapports en catimini et ne les ajouta pas au dossier. (…) Il conserva par-devers lui, inutilisés, tous les indices récoltés, ce qui relevait de la dissimulation de documents. »

P 433, le mot de la fin : « … les juges ne sont pas au service de l’Etat comme on a souvent tendance à le présumer à juste titre. Les juges devraient être uniquement au service de la justice et de la loi, et non aux ordres d’un régime, quel qu’il soit. »
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Sam 6 Jan 2018 - 14:39


Je ne peux que recommander la vidéo suivante

Italie et Mafia, le pacte sanglant 2017 (55 minutes)

qu'on peut encore voir sur

http://bruno-fornaciari.over-blog.com/2017/07/italie-et-mafia-le-pa.htmlsanglant

ainsi que l'article suivant de Antonella Beccaria (13 décembre 2017) :

http://antonella.beccaria.org/2017/12/13/la-strategia-della-tensione-e-cio-che-si-sa-e-molto-anche-se-mancano-pezzi-di-storia/

dont la conclusion est

(...)  Dunque, oggi, non è possibile affermare che non si sa e non si saprà. Mancano dei tasselli, alcuni importanti, come i mandanti, e non solo per la strage di Bologna. Ma il quadro storico-politico è ormai chiaro.

(...)  Par conséquent, aujourd'hui, il n'est pas possible d'affirmer qu'il n'est pas connu et ne sera pas connu. Il y a des pièces manquantes, certaines importantes, comme les commanditaires, et pas seulement pour le massacre de Bologne. Mais le cadre historico-politique est maintenant clair.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13073
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bilderberg   Mar 30 Jan 2018 - 10:51


Le prince Bernhard était membre du parti nazi (et aussi des "SA") :

https://www.youtube.com/watch?v=-z0tOKY3_S4

(en néerlandais)





Voir aussi (en néerlandais) :

https://gerard1945.wordpress.com/2015/09/27/over-prins-bernhard-diens-tolkende-sser-wim-sassen-en-de-nazi-vluchten-van-de-klm/


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bilderberg   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bilderberg
Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» BILDERBERG 2006 DEBUSQUE : OTTAWA, CANADA, DU 8 AU 10 JUIN !
» Bilderberg : une réunion secrète qui fait beaucoup de bruit
» Les Bilderberg,c'est quoi ca?
» Le groupe de Bilderberg?
» PARLEMENT EUROPÉEN : BILDERBERG MIS EN CAUSE PAR L'EURO-DÉPUTÉ GERARD BATTEN.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Organisations-
Sauter vers: