les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Vague d'attentats au Luxembourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 40  Suivant
AuteurMessage
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 13 Nov 2013 - 14:39

Citation :
Le procureur d'État adjoint à Luxembourg, Georges Oswald, quant à lui, voulait savoir qui avait donné à Guy Stebens la mission d'effectuer cette observation. Le témoin est resté vague dans sa réponse : «Je ne peux plus dire qui en faisait partie.» Il a toutefois indiqué que le colonel Harpes devait être au courant de l'observation, car sans le chef de la gendarmerie, ils n'auraient pas pu mobiliser le SREL pour l'observation.
ds le GOR il y avait deux policiers mais g les connaissait d'où la necessité de faire appel ala SREL

mais ces gens n'avais pas le droit d'interpeller G et les deux policiers ne sont plus venus le dimanche après l'arret de l'observation du samedi

les deux du SREL ont  trouvé le comportement de Steil si surprenant qu'ils ont fait rapport  à leur service SREL mais comme tout est séparé tout est resté ds les tiroirs pendant 20 ans !

Quand on voit les étapes de préparation et l'éxecution il est clair que c'était une commande pourrie et dès que possible les différentes enquêteurs et policiers ont retiré leurs mains et l'ont effacé de leur mémoire.


Tiens mais où sont les stay behind de V¨¨ogel et Sant : ? :PARAVENT ?
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 13 Nov 2013 - 14:41


Pourquoi Ben Geiben serait-il complètement hors cause ?

Il y a quand même des éléments troublants contre lui ... (mais il n'était pas seul)


Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 13 Nov 2013 - 14:50

le comportement des autres !
et ils ne l'ont pas controlé le dimanche matin , ni STEIL qui était sécretaire du GOR et organisateur de l'observation , l'appat était une plante qu'il lui a donné.
Geiben dit :en ne pas me contrôlant il m'ont fait manquer la chance de prouver par un alibi dé

détaillé qu'il n'avait rien avoir avec ces conneries.

Jusqu'en 2005 ils l'ont enmerdé !et fouillé ds sa vie privé.

des gens doivent avoir une HARGNE contre lui
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 13 Nov 2013 - 17:13

et le cirque continue !!!!!!!!!!!!!!!

wort:

Citation :


17:04

 In der Pause war zu erfahren, dass Pierre Reuland trotz seines Eintritts in den Ruhestand jetzt eine Festanstellung von Interpol erhalten hat

17:06

 Und weiter geht es.


tagesblatt


Citation :
15:54
0 Richterin Conter erwartet eine Antwort. Stebens: Ich kann nur sagen, was ich weiß, und das ist die Wahrheit. Ich habe nichts zu verstecken. Er hat massive Erinnerungslücken. Richterin Conter: Herr Stebens, wir machen uns hier schwere Gedanken. War die Gendarmerieführung damals wirklich das Zentrum der Inkompetenz im Land?


La juge Conter demande si la gendarmerie en Luxembourg était le centre incompetence


puis un peu plus tard en apprend dans la pause que son ancien chef REULAND ,rayé en Luxembourg de son fonction depuis qqs temps ,
a reçu tout récemment une place au interpol après son départ à la retraite.

je vais ouvrir une bière et m'assoir sur le sol

José avait raison .

Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Jeu 14 Nov 2013 - 7:25

WORT


http://www.wort.lu/de/view/bommeleeer-dat-ass-totale-brach-haer-stebens-5283e156e4b0ac47d99b6dc3

LëtzebuergVeröffentlicht am 13.11.13 21:30
Um den Text anzuhören, verwenden Sie bitte ReadSpeaker Vorlesen



Bommeleeër: „Dat ass totale Brach, Här Stebens“

Guy Stebens: „Ech verstoppe näischt!“


Guy Stebens muss am Donnerstag erneut antreten.

Foto: Anouk Antony







(str) - Der ehemalige Generalsekretär der Polizei, Guy Stebens, wurde am Dienstag mehr als einmal von Staatsanwaltschaft und Kriminalkammer ins Kreuzfeuer genommen. Immer wieder wurde ihm zudem ein selektives Gedächtnis unterstellt.


Dass man sich keine Gedanken gemacht, keinen Finger gerührt oder gar die Ermittlungen sabotiert habe, sei schlichtweg falsch, betonte Stebens zum Sitzungsauftakt. Innerhalb von drei Monaten sei man sich bewusst geworden, dass die in den ersten Tagen festgelegten Strukturen des „Groupe d'observation et de recherche“ und des „Groupe d'enquête“ nicht funktionieren konnten. Der Informationsfluss sei schwierig gewesen und die beiden Einheiten hätten geografisch zu weit auseinander gelegen. Deshalb habe er gemeinsam mit den Offizieren Reuland und Hamen den Bericht vom 3. Januar 1986 verfasst.


Darin hieß es, es solle eine neue Struktur geschaffen werden: eine gemeinsame Bommeleeër-Ermittlergruppe, die von allen anderen Aufgaben freigestellt werden sollte. Die Leitung sollte ein erfahrener „Officier supérieur“ gemeinsam mit zwei anderen Offizieren übernehmen. Das Schreiben stieß aber offensichtlich bei Colonel Harpes nicht auf Gegenliebe, denn die Forderungen liefen ins Leere. Lediglich der Kreis der Verdächtigen habe Beachtung gefunden und das auch nur teilweise.

Harpes habe eben entschieden und damit sei die Diskussion vorbei gewesen. Das Gefühl, jemand habe ihn als jungen unerfahrenen Offizier aufs Glatteis führen wollen, habe er nicht gehabt.


„Kee Kapp a kee Schwanz!“


Nach seiner Fortbildung in Wiesbaden sei der Überfall der Waldbilliger Bande und der Tod des Polizisten Patrice Conrardy das Hauptgesprächsthema gewesen. Er erinnere sich nur daran, dass der Polizist Zenners ihm davon erzählt habe, dass Geiben mit hohem Tempo in Richtung Belgien gefahren sei. Er habe nichts in Erinnerung, das an der Observierung Geibens anormal hätte sein sollen. „Dat ass totale Brach“, ärgerte sich der beigeordnete Staatsanwalt Oswald daraufhin. „Dat wat e vun Ufank un hei vu sich ginn huet, huet kee Kapp a kee Schwanz!“ Stebens erwiderte, er könne sich vorstellen, dass der Verlauf der Observierung im GOR bekannt gewesen sei. Niemand habe ihn darauf aufmerksam gemacht, dass es da ein Problem gegeben habe. „Dir wart jo awer Chef“, betonte Sylvie Conter. „Firwat hutt Dir da net no deem Rapport gekuckt?"


„Mierkt Dir net, wéi Dir Iech zënter dräi Deeg hei lächerlech maacht“, hakte Oswald nach. Wenn Zenners ihm von Geibens Fahrt nach Belgien erzählt habe, dann habe er sicher auch über die Vokommnisse am Tag zuvor berichtet, über die er sich dermaßen geärgert hatte. „Firwat kënnt déi ganz deemoleg Führungsriege vun der Gendarmerie sech hei lächerlech maache“, fuhr die vorsitzende Richterin fort. „Et kennt ee jo mengen dat wier déi gréissten Usammlung vun Inkompetenten, déi et jemols hei am Land gouf. Wësst der, Här Stebens, mir kréien do heinsdo komesch Gedanken. Et kritt een d'Impressioun, dat do gesot gëtt, da mache mer hei dräi Deeg de Bockel ronn a loossen et iwwert eis ergoen an dann ass et gutt.“ - „Ech verstoppe näischt“, bemühte sich Stebens daraufhin schnell zu sagen.


Vogel: „Näischt foutéiert“


„Déi eenze wichteg Fro, déi hätt misse gestallt ginn, war déi, wou de Ben Geiben war, wéi et geknuppt huet", stellte Oswald fest. „Hutt Dir déi Fro gestallt?“ – „Ech ka mech net drun erënneren“, erwiderte Stebens. „Dir wart iwwerzeegt, datt et de Geiben net war, dofir hutt Dir neischt foutéiert", unterstrich Me Gaston Vogel mit erhobenem Zeigefinger. "Meng Attitude huet sech net geännert, ob dat elo de Geiben war oder net", hielt Stebens dem entgegen.

Er habe nie erfahren, dass die Beschattung Geibens in der Nacht wieder angelaufen sei und auch von den Verdachtsmomenten gegen Jos Steil habe er nichts gewusst, erklärte Stebens.


Am Donnerstag werden sich die Zeugen Stebens und Zenners vor der Kriminalkammer gegenüber stehen – zwecks Abgleich ihrer Aussagen. Anschließend ist Ex-Srel-Chef Charles Hoffmann vorgeladen. Am Montag folgt der ehemalige Untersuchungsrichter Prosper Klein. Am Dienstag soll Charles Bourg aussagen und anschließend Armand Schockweiler.



rien en edition fr

sauf

http://www.wort.lu/fr/view/les-casemates-un-endroit-incontournable-a-visiter-quand-on-arrive-en-ville-527ded1ee4b0837df2736705
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Jeu 14 Nov 2013 - 7:49

et a relire:



http://www.wort.lu/fr/view/proces-brommeleeer-l-esquive-5177e8fce4b0b3baac01e6fe

wort:

LuxembourgPublié le 24.04.13 16:15
Um den Text anzuhören, verwenden Sie bitte ReadSpeaker Ecouter

Citation :


Procès Brommeleeër: l'esquive

En ce 27e jour de procès Bommeleeër, l'enquêteur Carlo Klein continue de suivre la piste Ben Geiben. Ce mercredi, il évoque les témoignages de deux anciens officiers de la gendarmerie qui, visiblement, comme leur collègues présentés ces derniers jours maîtrisent l'art de l'esquive et du trou de mémoire.





(SK) - Le réseau stay behind est derrière les attentats attribués au Bommeleeër. Me Vogel en est plus que jamais persuadé. Naturellement, cela disculperait les deux prévenus qu'il défend avec Me Lorang depuis 27 jours maintenant.

Me Vogel a présenté mercredi une ancienne photographie montrant des agents du SREL lors d'un exercice militaire avec des soldats américain, pour étayer sa thèse. Il évoque notamment une manœuvre militaire qui a eu lieu au printemps 1984 à Beidweiler.

Retour à l'enquête

Carlo Klein a abordé les témoignages des deux anciens hauts-gradés, Armand Schockweiler et Aloyse Harpes. Armand Schockweiler, chef de la Sureté, aurait indiqué un jour que "Geiben était la meilleure piste que nous avions". Pour lui, tout menait à Ben Geiben des lieux des attentats à la langue utilisée pour les lettres de menaces, en passant par les codes et le motif de la vengeance.

Mais comme les jours précédents, le procureur et la juge soulignent des incohérences dans le témoignage d'Armand Schockweiler. La juge Conter va mêm jusqu'à demander à l'enquêteur si les anciens officiers de gendarmerie en lien avec l'enquête avaient suivi des formations pour apprendre à répondre à côté des questions qui leur sont posées.

Armand Schockweiler souffrirait également de pertes de mémoire et se contredirait. Il n'aurait pas non plus été en mesure de attester d'écoutes visant Ben Geiben. Ce à quoi Me Vogel rétorque que "nous ne serions pas ici aujourd'hui, si à l'époque ils avaient fait leur boulot correctement". C'est dit!

Et une nouvelle fois, Carlo Klein pose la question: pourquoi les investigations lancées contre Ben Geiben se sont-elles interrompues?

Question à laquelle Armand Schockweiler n'aurait pas été en mesure d'apporter une réponse, tout comme celle sur d'éventuelles complicités de Ben Geiben. En fait, selon l'enquêteur Klein, une grande discrétion régnait à l'époque quant à tout ce qui concernait Ben Geiben.

De même, il n'a pas pu dire qui a commandité une enquête sur Geiben à la police belge. Alors que d'après les conclusions de Carlo Klein, c'est Schockweiler lui-même qui leur aurait demandé d'abandonner la piste Geiben.

Personne n'a rien vu, rien entendu et rien dit!

Il ne se serait d'ailleurs pas plus occupé de cette enquête que d'une autre et n'aurait pas pu se figurer de complices de Ben Geiben, explique Carlo Klein, d'ailleurs on ne se serait pas soucié d'éventuels complices à l'époque. Pourtant des documents d'enquête prouveraient le contraire, assure le procureur Oswald.

Armand Schockweiler aurait également refusé de livrer le nom de l'enquêteur en chef dans l'affaire des attentats à la bombe. Tout ce qu'il sait, c'est que ce n'était pas lui... alors qu'il se serait lui-même d'écrit comme "chef d'enquête". Le tribunal a du mal à saisir la différence...

Une chose est sure, on a beaucoup enquêté à l'époque. Dans tous les sens même! Sans véritable coordination, de manière consciente ou pas.

G a été d'abord ds le BMG fondé vers 1979 sur demande de emile Krieps et WAGNER
après il fut muté chef de la sureté:= BSR vers 1983 ?
debut 1984 il a demissioné de la gendarmerie et est aller travailler à Bruxelles

peu après(?) les vols de dynamite ont commencé mais , c'est clair que ala fin on a essayé de le mettre sur son dos donc question : "et au debut ? "

quand exactement il a démissioné de la gendarmerie par rapport à ces premiers vols.

quel était le motif de son depart de la BMG vers la sureté(BSR) ?

je pense que c'était pour le faire connaitre d'autres département en vue du promotion vers major car il a eu une carrière fulgurante et fait des jaloux
il était destiné à devenir le chef de la gendarmerie et pas HARPES si les élections de ... n'avait pas changé la donne (en collors politique )


vu que toutes les reponsables officiers préfère se faire traiter comme incompétent et amnesiaques plustot que d'aider la justice , c'est clair que des pressions énormes sont mis en route et des contreparti promis comme des postes a l'internationale ou à l'Europe.

les journalistes ont constaté hier dans la pause que R. a eu son miel chez Interpol déjà tandis qu'il a pris sa retraite les dernières mois ou il avait travaillé pour eu.
après être démis de sa fonction pour soupson de freinage de l'enquete , étant grand patron de la gendarmerie ensemble avec STEBENS , son sekretar.

Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Jeu 14 Nov 2013 - 8:04

http://news.rtl.lu/wahlen/news//485981.html

Reuland INTERPOL ..?à déschiffrer
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Jeu 14 Nov 2013 - 8:32

ancien

http://www.lequotidien.lu/bommeleer/50229.html

Échec ou délit des autorités?»

2013-11-06 09:07:00



Ben Geiben emploie également l'expression de «négligence grave» pour parler des défaillances de l'observation que les autorités avaient menée sur lui.



De notre journaliste
Fabienne Armborst


Avant les vacances de la Toussaint, le nom de l'ancien commandant de la BMG, Ben Geiben, avait été cité à de nombreuses reprises dans le cadre de l'attentat contre le palais de justice le 19 octobre 1985. Hier, Ben Geiben a été entendu comme témoin par la chambre criminelle. L'ancien policier et membre du GOR Alain Thill fut l'autre témoin entendu lors de cette 81e séance.

Un échec ou délit des autorités», voilà comment l'ancien commandant de la BMG, Ben Geiben, a qualifié l'observation qui avait été entreprise sur sa personne et qui avait été en fin de compte avortée.

Ben Geiben avait été suspecté en octobre 1985 d'être lié à la série d'attentats. Une commission rogatoire internationale (CRI) avait été émise à Bruxelles pour observer ses faits et gestes. Le 19 octobre 1985 lors de son passage au Luxembourg, une observation avait été programmée. Or, celle-ci avait été abandonnée en fin de journée, soit quelques heures avant l'attentat contre le palais de justice. L'observation avait été reprise le lendemain.

À la barre, Ben Geiben a déclaré hier qu'il avait des souvenirs de cette CRI. Il se rappelait d'une voiture avec des plaques luxembourgeoises qui l'avait suivi à Bruxelles. Il se serait arrêté et aurait demandé aux deux agents ce qu'ils faisaient. Ils lui auraient alors parlé de la CRI. Cette information ne lui aurait cependant pas fait changer ses projets du week-end car il ne se sentait pas concerné. Comme tous les quinze jours, il aurait donc passé le samedi après-midi et la soirée avec son copain au Luxembourg. Au moment de l'attentat contre le palais de justice, tous les deux se trouvaient à l'hôtel. Le dimanche matin, il serait passé chez Jos Steil pour récupérer des plantes qu'il n'avait pas encore eu le temps de déménager, puis serait allé au stand de tir de Reckendall avant de repartir à Bruxelles.



Aucune chance

d'employer ses alibis


Hier, Ben Geiben a regretté ne pas avoir pu employer ses alibis : un jour, une semaine, voire un mois après, il aurait sans problème pu donner un alibi pour l'attentat contre le palais de justice. Lors de son audition, Ben Geiben a également posé la question si une seule personne pouvait stopper toute l'observation. Selon lui, il n'est pas possible que Jos Steil ait réussi à tout arrêter.

Ben Geiben n'avait pas l'intention de faire des spéculations hier, mais il déclaré : «Je ne sais pas qui c'est, je ne peux pas donner de nom. Mais j'ai une idée : les dirigeants de la gendarmerie, ceux qui avaient le pouvoir de décision.» Indication que la présidente de la chambre criminelle, Sylvie Conter, a qualifiée de relativement sérieuse.

À la question de Me Gaston Vogel, s'il avait quelque chose à voir de près ou de loin dans l'attentat contre le palais de justice, le témoin a répondu que non.

En première partie de l'audience, la chambre criminelle a également entendu Alain Thill, l'ancien policier et membre du Groupe d'observation et de recherche (GOR). Ce témoin avait participé à l'observation de Ben Geiben comme Georges Zenners, entendu avant les vacances de la Toussaint.

Le groupe d'observation et de recherche avait été créé début octobre 1985. D'après le témoin, le GOR aurait plutôt était une sorte d'alibi : vers l'extérieur on affiche quelque chose, mais en réalité rien ne s'y fait.

Le témoin a également indiqué que tous les écrits des membres du GOR atterrissaient entre les mains du grand chef. Celui-ci décidait ensuite s'il était intéressant de les faire suivre au juge d'instruction.

La réunion préparant l'observation de Ben Geiben aurait bien eu lieu en présence de Pierre Reuland. Les agents du SREL leur auraient passé un émetteur radio avec une autre fréquence, mais il n'aurait aucune idée sur la manière dont le contact avec le SREL s'était établi. Personne ne leur aurait cependant donné des instructions sur la façon d'agir au cas où Ben Geiben aurait été accompagné d'autres personnes ou s'ils avaient observé quelque chose d'étrange. Leur seule mission était d'observer. En cas de besoin, ils auraient appelé une équipe de renfort.

Le procès se poursuit cet après-midi. Parmi les témoins prévus figure Pierre Reuland, l'ancien directeur de la police
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Jeu 14 Nov 2013 - 12:52


http://www.lequotidien.lu/bommeleer/50502.html

Luxembourg: Dure journée pour Stebens

2013-11-14 09:39:00

Le procureur d'État adjoint à Luxembourg a demandé au témoin s'il ne se rendait pas compte à quel point il se ridiculisait à la barre ces derniers jours.



De notre journaliste
Fabienne Armborst


Alors que deux séances étaient initialement prévues pour l'audition de Guy Stebens, l'ancien chef du Groupe d'observation et de recherche (GOR) a dû se présenter, hier, lors de la 86e séance du procès Bommeleeër, pour la troisième fois. Et ce n'est pas fini: aujourd'hui, il sera confronté à Georges Zenners, policier et ancien membre du GOR.

En début de séance, le chef du GOR, Guy Stebens, a voulu revenir plus en détail sur la note de janvier 1986. Trois mois après la création du GOR, ses membres étaient conscients que la structure n'était pas efficace. Dans cette note, ils avaient donc proposé la création d'une toute nouvelle structure, un groupe unique déchargé de toute autre mission que celle d'enquêter sur le Bommeleeër et ayant des locaux appropriés. Ces reformes n'ont pas été mises en œuvre.

Comme les deux séances précédentes, les déclarations de Guy Stebens n'ont pas apporté plus d'informations hier. «Ce que vous racontez ici, c'est du grand n'importe quoi», voilà comment le procureur d'État adjoint à Luxembourg, Georges Oswald, a résumé la situation.

Déjà mardi, Guy Stebens avait expliqué à la chambre criminelle qu'après l'attentat sur le Palais de justice, il avait suivi une formation de deux semaines à Wiesbaden. Depuis l'Allemagne, il n'avait toutefois pas passé d'appel à ses collègues luxembourgeois pour connaître la suite de l'observation sur Ben Geiben.

«Cela ne vous ressemble pas. Un bref appel aurait suffi», lui a répété hier la présidente de la chambre criminelle, Sylvie Conter. Guy Stebens n'avait cependant toujours pas d'explications pour ce désintérêt. La présidente a poursuivi : «Imaginez-vous, s'ils avaient trouvé les auteurs, vous auriez pu interrompre votre formation d'observation.»

C'est donc à son retour que Guy Stebens aurait appris de la part de Georges Zenners, policier et membre du GOR, la suite de l'observation. Or, de cet entretien, le témoin se rappelle uniquement de la poursuite de Ben Geiben jusqu'à Bastogne, c'est-à-dire la deuxième partie de l'observation qui a eu lieu le dimanche. Il ne se souvient plus si le policier lui avait rapporté la défaillance de l'observation. Pour rappel : l'observation sur Ben Geiben avait été annulée quelques heures avant l'attentat sur le Palais de justice et avait été reprise le dimanche matin.

Alors que Guy Stebens insistait toujours pour voir les rapports d'observation du GOR, il n'aurait pas réclamé celui de la filature de Ben Geiben. La présidente a qualifié de spécial le fait que Georges Zenners lui ait uniquement raconté l'observation du dimanche. À noter dans ce contexte que Georges Zenners avait uniquement participé à l'observation le samedi.


Une question pertinente qui fait défaut

«Où était Ben Geiben lors de l'explosion sur le Palais de justice?» D'après Georges Oswald, cela était la question pertinente à poser à Georges Zenners : «L'observation qui s'est arrêtée en Belgique n'était qu'un détail dans tout cela.» Guy Stebens ne se souvenait cependant plus de cette conversation. La conclusion du parquet : «S'il n'a pas posé la question, c'est qu'il connaissait la réponse ou qu'il ne voulait pas la connaître.»

Finalement, le procureur d'État adjoint à Luxembourg a parlé de l'attentat au Kirchberg lors du Sommet européen de décembre 1985. Lors des préparatifs du dispositif de sécurité, les membres du GOR auraient discuté de l'éventualité d'une frappe du Bommeleeër qui pourrait lancer une bombe par la fenêtre. Voilà pourquoi ils voulaient bloquer l'autoroute, mais une protection rapprochée des ministres avait été organisée. L'autoroute était donc libre et le scénario envisagé s'est réalisé. «Je n'étais pas au courant que le scénario avait été prononcé tel quel», était la réaction de Guy Stebens hier.

Le procès se poursuit cet après-midi : Guy Stebens sera confronté à Georges Zenners sur leurs divergences dans leurs déclarations respectives par rapport à l'observation de Ben Geiben.


Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Jeu 14 Nov 2013 - 12:53

le cirque "S@NTER" présents ein neues Program :


la semaine prochaine il n'a pas de temps pour Conter car :


WORT


Citation :
LëtzebuergVeröffentlicht am 14.11.13 11:04

 
Pierre Reuland geht zu Interpol
 


Pierre Reuland kurz vor seiner Anhörung am 1. Oktober.

Foto: Anouk Antony




(str) - Es war angenommen worden, er würde zum 1. Oktober in Ruhestand gehen. Doch jetzt scheint es, als wolle Pierre Reuland sich noch nicht aus dem aktiven Berufsleben zurückziehen. Wie wort.lu von mehreren übereinstimmenden Quellen erfuhr, habe der ehemalige Generaldirektor der Polizei einen Job bei Interpol angenommen.


Ende September hieß es zunächst, Reuland habe seine Pensionierung zum 1. Oktober beantragt und die sei ihm auch bewilligt worden. Reuland war zuletzt spezieller Abgesandter von Europol bei der EU. Er war im Januar 2008 von seinem Posten als Generaldirektor enthoben worden, nachdem Generalstaatsanwalt Robert Biever ihm Justizbehinderung vorgeworfen hatte.
je pense au "Peter Principle "


cela doit être corrigé  ! c'est pire


Wicki:


Citation :
Le Principe de Peter, également appelé « syndrome de la promotion Focus », est une loi empirique relative aux organisations hiérarchiques proposée par Laurence J. Peter et Raymond Hull dans l'ouvrage éponyme Le principe de Peter (1970)1.

Selon ce principe, « dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s'élever à son niveau d'incompétence » avec le corollaire que: « Avec le temps, tout poste sera occupé par un employé incapable d'en assumer la responsabilité. »

L'ouvrage de Peter et Hull est rédigé sur un ton satirique mais le principe qu'il expose a fait l'objet d'études universitaires étudiant sa validité par la modélisation ou par la confrontation à des cas réels, certaines concluant à sa validité complète ou partielle
.


les universitaires étaient eux aussi incapable !pour voir que c'est pire !!!
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Ven 15 Nov 2013 - 15:03

http://www.wort.lu/de/view/bommeleeer-geiben-klagt-an-52795751e4b0b582f958f1af



Citation :
Befehl von ganz Oben


„Das war ganz klar eine Manipulation", betonte Geiben im Zeugenstand. Später führte er weiter aus: „Hier gab es zumindest ein Behördenversagen, wenn nicht ein Behördenvergehen oder gar ein Behördenverbrechen“.

Ziel sei es gewesen aus ihm einen perfekten Verdächtigen zu machen und das sei er bis heute geblieben.

„Wie kann ein Adjudant wie Steil den ganzen Justizapparat an diesem Tag so zur Salzsäule erstarren lassen?

Der Befehl musste von einer höheren Stelle kommen“, so Geiben



Citation :
 ORDRE  venu du plus haut .


Geiben souligne à  la barre des témoins que « C'était clairement une manipulation.
Plus tard, il poursuit :: « si ce n'est là au moins une défaillance de l'autorité, si non  un acte d'autorité ou même un crime d'autorité ".
But était de me faire   un parfait suspect et ceci je le suis  resté jusqu'à present.
"Comment un adjudant comme STEIL peut solidifier comme un pillier de sel  , toute la magistrature  jusqu'à ce jour ?

L’ordre devait venir d'une autorité supérieure", dit Geiben

http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/gallery/articles-de-presse/structure-recherche-bommeleer-pic_216.htm
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Alerte    Ven 15 Nov 2013 - 22:41

qu'est ce qui se passe ! ici sur site


les Bommeleer sont passés ou qoui :plus de 60 pages sont disparues et censurés depuis hier  !!!!

MICHEL AU SECOURS    !!!

c'est INTERPOL  ou  qoui !!!!




cela s'appelle "PANNE Informatique" ?
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Ven 15 Nov 2013 - 22:59

K,

Je viens de le voir à l'instant! Je n'ai rien censuré du tout! Si ce n'est pas un bug, je dépose une plainte en bonne et due forme à la police belge!

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Ven 15 Nov 2013 - 23:12

Je vais me renseigner chez l'hébergeur afin de savoir s'il y a un bug (peu probable). Si ce n'est pas le cas, je ne laisserai pas faire car je pense savoir alors qui s'est livré à un tel piratage.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Sam 16 Nov 2013 - 9:52

Merci Michel

Je me suis interessé à cet affaire que très tardivement et en suivant les proces sur WORT et Tagesblatt faisant un timeline de certaines d'époques autour de l'observation de G j'ai vu des étranges liens avec ce qui c'est passé au caisses de Overijse.

en plus sur sa route vers Luxembourg , a Namur il y a eu une explosion et sur son retour à bruxelles
il y a eu la mis a feu de la voiture de GALAND l'organisateur fr des manif contre le placement des missiles tandis que on sait que les missiles étaient placés depuis belle leurette donc vengeance incomprehensible;

c'est le début du campagne AKKERMAN (voir WICKI )les ccc étaient largement manipulés par d'autres groupes car en dés-acord avec ses partenaires antérieures.


tout cela semble un campagne orchestré contre Geib. impossible à prouver naturellement mais trois explosions c'est trop   .

A Overijse T est sur le sol en train de proteger sa famille . Deux semaines après il envoie ses hommes aller boire un bac de bières avec leurs homologues de Luxembourg .

Ces hommes ne pouvait pas participer au discussions entre lui et Schockweiler , tandis qu'ils étaient spécialement venu ds une deuxième voiture de Luxembourg.

Quelques temps avant il aurait dit qu'ils avaient pas le temps de faire une observation car trop occupé avec les TBW et les CCC.


a l'audience Geiben a décrit lui même comment il a constaté comment il a vu qu'il était suivi par des luxembourgois à Bruxelles .


AVEC GELLI caché pendant deux ans au Luxembourg et Ciolini a Bruxelles et le fils de GELLI a Uruguay donné au un inspecfteur lux pour enmener tout était possible à imaginer .


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Sam 16 Nov 2013 - 10:59

Gelli au Luxembourg, c'est en effet un élément important. Si Stefano Delle Chiaie y est aussi passé, cela en rajoute une couche ... et avec Elio Ciolini en Belgique, c'est la loge P2 qui s'invite dans nos régions.

Vous pourriez être intéressés par

http://www.cf2r.org/fr/notes-historiques/retour-sur-les-reseaux-stay-behind-en-europe-le-cas-de-lorganisation-luxembourge.php

RETOUR SUR LES RESEAUX STAY BEHIND EN EUROPE : LE CAS DE L'ORGANISATION LUXEMBOURGEOISE

Gérald Arboit
02-08-2008

(...)

ou

http://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2009-3-p-145.htm

UNE OPÉRATION DE GUERRE FROIDE
LE STAY BEHIND RATTACHÉ AU SERVICE DE RENSEIGNEMENTS
LE CONTRôLE POLITIQUE DU RéSEAU STAY BEHIND LUXEMBOURGEOIS
LE DÉMANTÈLEMENT DU STAY BEHIND LUXEMBOURGEOIS

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11296
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Sam 16 Nov 2013 - 11:48

Extrait :

(...)   Dans une Europe continentale en proie à la menace communiste, le MI-6 s'activait pour établir des réseaux dormants. A l'hiver 1948-1949, son chef, Stewart Menzies, convint avec le Premier ministre belge Paul-Henri Spaak de poursuivre la « coopération (...) entre les services spéciaux (...) sur base de ces traditions qui datent de la Première Guerre mondiale »[15], ou à tout le moins depuis le 11 mai 1942[16]. Bien que l'agent bruxellois de l'Office of Policy Coordination fut invité à rejoindre le Tripartite Meeting Belgium Brussels, il se retrouva dans la même position que son homologue de l'Office of Strategic Services naguère, à faire figure de bénéficiaire secondaire privilégié. De même, cette coopération fonctionna sur le même mode d'exclusivité que pendant la Seconde Guerre mondiale[17], et le Luxembourg fut totalement absorbé par le couple britannico-belge[18].

La guerre de Corée constitua un réchauffement inquiétant de la Guerre froide. Le sujet des réseaux Stay Behind, comme bien d'autres questions d'ordre européen, fut évoqué au sein de l'Union occidentale, conclue deux ans plus tôt entre la France, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. Il fut décidé de constituer un organe de coordination. En juillet 1951, les activités du Comité clandestin de l'Union occidentale furent transférées, sur l'initiative du commandant militaire de l'Alliance atlantique, le général Dwight D. Eisenhower, au Coordination and Planning Committee (CPC), une structure qu'il est difficile de situer dans l'organigramme de l'Alliance atlantique, sinon en « liaison directe et officielle » avec le Supreme Headquarters Allied Powers Europe (SHAPE). Tout juste peut-on dire qu'il était « composé à la base de représentants des Services Spéciaux britanniques, français et américains, mais qu'il [obtint], une fois créé officiellement, la collaboration des Services Spéciaux des autres nations de l'OTAN toutes les fois que leurs intérêts nationaux seraient en jeu »[19]. Ainsi, la participation des services néerlandais, belges et luxembourgeois en pleine (ré)organisation à partir des personnels résistants ne pouvait être envisagée au CPC. Pas plus qu'italiens d'ailleurs...

Toutefois, des représentants des trois premiers furent invités à suivre les travaux des deux groupes de travail, Operational Clandestine Intelligence (renseignement) et Escape & Evasion (fuite et évasion) du CPC. Ce ne fut qu'au lendemain du soulèvement hongrois que le Luxembourg adopta le « dispositif de temps de guerre selon les directives du CPC ». Le 5 février 1957[20], le chef du 2e Bureau de l'armée luxembourgeoise - qui faisait encore fonction de service spécial militaire - demanda au chef d'état-major de mettre à sa disposition « un officier spécialisé en la matière et qui serait envoyé dès à présent à la sous-commission créée par le CP et composée des représentants de chaque pays intéressé ». Ainsi le Grand-Duché se mettait-il dans les conditions de rejoindre, comme l'avaient fait avant lui ses partenaires du Benelux, l'Allied Coordination Committee (ACC), constitué le 30 avril 1958 à partir des deux groupes de travail du CPC. Il s'agissait d'un « comité régional réunissant six puissances dont le but est de fournir une consultation mutuelle et de développer des avis de politique en matière d'intérêts communs concernant le Stay Behind dans les pays concernés d'Europe occidentale. (...) Les six membres, bien qu'ils agissent en consultation avec les autres partenaires, gardent néanmoins leur autonomie et le contrôle de leurs ressources nationales[21]. »

Le 23 avril 1959, le Luxembourg pouvait entamer son intégration au sein du dispositif de l'ACC[22]. Il acceptait ainsi de s'accorder avec ses autres partenaires[23] pour développer une politique commune en matière de Stay Behind, mais conservait son autonomie d'organisation. De même, cette coordination n'intervenait pas dans le cadre de l'OTAN, bien que tous ces pays en fussent membres et qu'ils profitassent des rencontres organisées dans ce cadre pour tenir leurs réunions jusqu'en octobre 1990. Par ailleurs, compte tenu de la particularité des relations qu'entretenaient le Grand-Duché et le Royaume de Belgique depuis 1921, il semble qu'une coopération s'organisa entre les deux structures Stay Behind. Enfin, comme le montrait déjà le Tripartite Meeting Belgium Brussels, le Luxembourg fut associé au couple belgo-britannique[24].  (...)

_ _

[15] Sénat de Belgique, op. cit., pp. 17-18.
[16] Emmanuel Debruyne, « Un service secret en exil. L'Administration de la Sûreté de l'Etat à Londres, novembre 1940-septembre 1944 »,  Cahiers d'histoire du temps présent / Bijdragen tot de Eigentijdse Geschiedenis, n° 15, 2005, p. 345.
[17] Ainsi, le Stay Behind suisse n'entretenait aucune relation avec les structures de l'OTAN, mais bien, à compter de 1967, avec le MI-6 [Rapport sur la nature des liens éventuels entre l'organisation P-26 et des organisations analogues à l'étranger, 30 octobre 1991, président de la Confédération Cotti et Chancelier de la Confédération Couchepin, n° ad 90.022 (1991-775), p. 20].
[18] Cf. Georges Heisbourg, Le gouvernement luxembourgeois en exil, 4 (Luxembourg, Saint-Paul, 1991), pp. 89-163 et Géry Meyers, La Résistance luxembourgeoise et le renseignement de 1940 à 1944, maîtrise, histoire, Université de Paris IV, 1999, pp. 87-101.
[19] Compte-rendu de la dixième réunion du Comité clandestin de l'Union occidentale du 28 avril 1952 à Londres, propos du chef de la délégation britannique, cité par Chambre des députés, op. cit., pp. 6-7.
[20] Le Stay Behind luxembourgeois s'inscrivait dans les mêmes limites chronologiques que le réseau helvétique, dont les réflexions liminaires s'échelonnaient entre le 3 décembre 1956 et le 17 octobre 1957. Le service P-26 ne fut fondé qu'une décennie plus tard [Evénements survenus au DMF, op. cit., pp. 180-183].
[21] Sénat de Belgique, op. cit., pp. 21-22 et Chambre des députés, op. cit., p. 7.
[22] Lettre du chef des services spéciaux luxembourgeois au président de l'ACC du 23 avril 1959, citée dans Chambre des députés, op. cit., p. 7.
[23] L'Allemagne, l'Italie, le Danemark et la Norvège rejoignirent la structure à la même époque.
[24] Dans les années 1950, la représentation militaire luxembourgeoise était assurée par un officier belge [cf. Gaston Stronck, Le Luxembourg et le Pacte Atlantique. De la neutralité à l'alliance, Doctorat, Histoire contemporaine, Montpellier, 1991].

_ _ _

Pour information :

http://www.mega.nu:8080/ampp/gladio.html

GLADIO: THE SECRET U.S. WAR TO SUBVERT ITALIAN DEMOCRACY
by Arthur E. Rowse

(...)

et

http://www.gouvernement.lu/salle_presse/actualite/2008/07-juillet/10-chd_commission/STBH.pdf

Rapport de la Commission de Contrôle parlementaire du Service de Renseignement de l'État
Les activités du réseau "Stay behind" luxembourgeois

_ _ _


Au sujet du MI6 au Luxembourg :

http://www.rtbf.be/info/monde/detail_la-cour-de-luxembourg-dement-avoir-eu-des-relations-avec-le-mi6-britannique?id=7884837

http://www.rtbf.be/info/monde/detail_l-ancien-chef-du-renseignement-luxembourgeois-met-en-cause-le-grand-duc?id=7884166

_ _ _


A noter :

Étienne Davignon a été le chef de cabinet du ministre belge des Affaires étrangères Paul-Henri Spaak entre 1964 et 1966.

http://www.cvce.eu/histoire-orale/unit-content/-/unit/73cbe169-674f-4cd8-808d-dd0ce6759176/11f95e9c-e423-44ce-ae9c-7549a983a108#770f6c5d-f894-4104-8625-205adcd5dc33_fr&overlay


Revenir en haut Aller en bas
kowalski



Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 28/03/2013

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Sam 16 Nov 2013 - 13:07

Pendant la dernière séance au tribunal Me Vogel a évoqué, à deux reprises, le fait suivant
(une fois pendant la séance , la deuxième avant les caméras des journalistes)
(il faut aussi noter que son affirmation devant le tribunal avait plus de poids que celle qu'il faisait plus tard avant les caméras des soi-disant journalistes)

Après l'attentat sur l'ancien chef de la gendarmerie Wagner, Santer et Wampach ont fait un petit pilgrimage vers Colmar (résidence du Grand Duc) ; mircale au "Marienländchen": après le "Kanossagang" de notre petit duo it était "all Quiet on the [Western] Front" pour toujours.
La série des attentants avait tout simplement trouvée sa fin.Et s'ils ne sont pas morts ils vivent encore aujourd'hui...


Source
video: Bommeleeër: Géigeniwwerstellung Stebens - Zenners (14.11.2013)
http://news.rtl.lu/wahlen/news/486456.html


Dernière édition par Agent _1 _Triple_0 le Sam 16 Nov 2013 - 14:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
kowalski



Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 28/03/2013

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Sam 16 Nov 2013 - 13:13

En parlant du tribunal.
Si vous avez la possibilitée d'y aller, je vous recommande d'y assister à une ou plusieurs séance.
Pourquoi: parce ce que ce que les journalistes vous racontent vers leurs plumes est parfois très loin de la réalité. Et surtout: "The devil is in the details"
Revenir en haut Aller en bas
kowalski



Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 28/03/2013

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Sam 16 Nov 2013 - 13:19

A oui, les portraits robots des tueurs du Brabant. Je me rapelle la discussion ici sur ce site si il avait une certaine rassemblance entre ces portraits robot des tueures et des personnages luxembourgeois impliqués dans le „Bommeleeër“-dossier:
R.,St.,G. et W.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7022
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Sam 16 Nov 2013 - 13:39

Après vérification, je rassure tout le monde : aucun message n'a disparu, il existe deux sujets "vague d'attentats au Luxembourg". J'ai connu le même problème avec un autre sujet et je ne parviens pas à fusionner les deux sujets. L'important c'est que tout est là.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
kowalski



Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 28/03/2013

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Sam 16 Nov 2013 - 15:03

petit détail:

Findel Facts

Le Findel (aujourd'hui Lux-Airport)qui a été construit avec des fonds monétaires militaires (Otan et budget militaire lux ?) a aussi été connecté à une fuel pipeline de l'Otan (fait qui n'est pas bien connu)

NATO Pipeline MAP
http://www.nato.int/nato_static/assets/pdf/pdf_2009_01/20091109_ceps_2009.pdf

NATO Pipeline System
http://www.nato.int/cps/en/natolive/topics_56600.htm


considérée comme un military asset non ou très faiblement protegé par L'Otan, le Findel est attaqué par les poseurs de bombes.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Sam 16 Nov 2013 - 16:23

merci michel

mais Google recherche exterieur au site trouve une page, par exemple page 62 et quand on clique dessus c'est introuvable pour explorer.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Sam 16 Nov 2013 - 17:05

michel

je pense que la deuxième et dernière partie qui n'est que de qqs pages vous pouvez les mettre sous un nom "vague .....suite ," puis vous fermez la première artie qui ne peux plus s'agrandir et de nouveau depasser certaines grandeur qui le font couper en deux par le soft du serveur
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7258
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Sam 16 Nov 2013 - 17:38

agent 0001


j'aimerais bien y aller la semaine prochaine car cela promet être chaud mais cela fait 500 bornes aller et retour ...


j'ai en effet constatér que "Wort" est plus complet sauf si on parle de SANT&c°
là il faut voir Tagesblatt et rtl , puis archives letz land pour le background ancien

Tagesblat donne aussi un impression psychologique et Stress du clown à l'audience .

quels mauvais acteurs

--------Vogel semble en avoir marre qu' on abondonne ces deux sous-fiffres en "SACH und ASS"
tandis qu'il a bien compris la marche de Canossa de Wampach et SANTER

http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9nitence_de_Canossa


mais moi je suis lent d'esprit et je vois deux possibiltés

ou

-le duc et C° ,proche de MI6 ont fait et fait faire des artifices ds un plan global conçu pour renforcer

les militaires  et force de l'ordre >> d'où la presence signalé du fiston autour de certains moments chauds et la querelle avec abdication etc qui en a suivi

ou

- ce n'est que le première partie , le jeu et la deuxième partie est fait pour tailer une costume à Gei parce qu'il a refuse de continuer à monter Monitor lux avec le neveu de  S et c'est donc Sant qui a du demander clémence pour les dernières conneries.

>>>clémence donné et tout le monde a du jurer de se taire par ordre d'en haut !!?

vaste choix qui va s'éclaircir la semaine prochaine


le choix doit aussi tenir compte que Gei. n' a pas pu ou voulu aider Briever a un meeting en tête à tête avec presence de enq Klein , il y a qqs années.

Gei était responsable longtemps de la protection ds les lieux de vacances des ducs et c° d'où un certain proximité (idem avec Wam je pense)

donc j'opte pour une amalgame=de bommeleer  avec plusieures buts dont un autre partie peut etre du mécontement d'une unification police et gendarmerie sur fond des heures sub et carrière promises
mais pas réalisés.

der "Bimboër" n'avait plus de raison  d'etre mêlé à ces jeux enfantins , il avait compris que sa futur était hors de Luxembourg.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Aujourd'hui à 15:02

Revenir en haut Aller en bas
 
Vague d'attentats au Luxembourg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 40Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Présentation de la vague d'observation de 1954
» PREUVES INDIRECTES DE LA REALITE DE LA VAGUE BELGE
» Documents officiels sur la vague belge
» neuvième vague ?
» Todd Stasser : "La Vague"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AUTRES AFFAIRES CRIMINELLES :: Autres grandes affaires criminelles-
Sauter vers: