les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Vague d'attentats au Luxembourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant
AuteurMessage
kowalski



Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 28/03/2013

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Sam 16 Nov 2013 - 22:24

@K
tout esp possible, même ce qu'on croit y être impossible.
“Be realistic, demand the impossible!” ― Ernesto Guevara
Mais Che s'était trompé. C'est pas demande mais envisage (expect) l'impossible
Le problème est qu'on ne peut pas se faire une image claire et nette de l'impossible.
Mais arriver à voir quelque chose de vague et élusive est déjà beaucoup ...

ce que je voulait dire c'est la narration mediatique des séances du tribunal ne reflète pas trop la réalité
et laisse encore beaucoup à désirer.
Difficile a expliquer (voir aussi explicit and tacit knowledge). mais une séance au tribunal (ou de multiples seances) sera bien educative ...
Revenir en haut Aller en bas
Henry



Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Dim 17 Nov 2013 - 0:00

Pour avoir suivi en Belgique le procès Habran 1 , je ne puis qu'abonder dans votre sens, il y a un monde de différence entre ce qui est écrit et ce qui est entendu.
Mais c'est logique, enfin si l'on veut, les correspondants de presse s'abreuvent à la meilleure source possible, c'est à dire le ministère public et de là, se créent bien entendu des liens de copinage.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7245
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Dim 17 Nov 2013 - 12:27

expect the impossible ! oui mais par petit pas ...

comme on est à l'aperitif  ici on parle de jacques digestif et jean claude Bokassa

http://www.lux-forum.lu/politik-gesellschaft/l-tzebuerg/11-affaire-bommel-er/index9.html


cette semaine qui vient il y a Bourg qui a re-orgnise la police et gend LUX vers 2000


va t on apprendre qu'il avait des ambitions plus tôt ?

je pense d'avoir lu qu'il ne s'ententait ni avec Wagn. ni avec Harp. ou je me trompe

puis il a aussi son frère ,politicien à l'époque avec Mühlen au parlement europeen.

bizarre c'est que Luxemburg est si petite que des que les bommeller font exploser une bombe il y a un politicien qui habite à coté.

c'est donc ce Mühlen qui a eu des dégâts collaterals quand la maison de Hellinckx a explosé

et dégâts qui ont été subitement payé par l¨'assurance de H???!!!!

il faut avoir un peu de chance ont écrit les boemellars peu après.


pendant cette periode il y a aussi le saltimbanque du duc qui a été iso presto muté ...ala police...
qui en sait plus???  date ?

Dans ce cirque S@nter , tous ces jongleurs jouent avec des assiettes brûlantes ni un peut en laisser tomber une , sinon les casseroles tombent des armoires de la cuisine luxembourgoise
Revenir en haut Aller en bas
White Crow



Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 10/05/2013

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Dim 17 Nov 2013 - 15:34

Guy Stebens a témoigné la semaine dernière en disant que Wagner n'avait plus la possibilité de couvrir les Bommeleeër, puisqu'il est parti en retraite trop tôt. Harpes quant à lui n'aurait pas été en place assez longtemps. Stebens pointe dans quelle direction ? C'est difiicile d'être le premier à citer des noms ! Celui de Charles Bourg p.ex., le nr.2 dans la gendarmerie ! Le frère de Willy Bourg, député CSV et membre de la WACL. Charles Bourg, qui lui avait déjà joué un rôle important dans "l'affaire du siècle" une sorte de guerre des polices sur toile de fond politique. Le frère, Willy Bourg est cité par le témoin L. d'avoir participé à une réunion avec le Colonel Bruck et deux personnes du SREL dans le cadre d'activités parallèles du service. On avait demandé à L. de mettre sur écoute le commandement de l'armée et de la gendarmerie (Harpes notamment).  Colonel Bruck qui lui a visité le pylone électrique de Beidweiler dans le cadre de l'exercice Oesling84, quelques jours avant l'explosion. En voilà une piste intéressante !!!
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Dim 17 Nov 2013 - 15:48


http://justpaste.it/files/justpaste/d6/a1650923/22071988.jpg





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Dim 17 Nov 2013 - 15:57





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Dim 17 Nov 2013 - 16:18

Un article sur la WACL à Luxembourg.

Dans le titre et les premiers paragraphes, il est question de Samora Machel (Mozambique)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Samora_Machel












Sur la secte Moon (Alexander Haig, Douglas MacArthur II, contacts avec le WNP, etc) :

http://fr.scribd.com/doc/113154461/The-radical-right-in-France-and-West-Germany-The-radical-right-a-world-directory-by-C-O-Maolain-1987





Le lien avec le FN de Jean-Marie Le Pen me confirme dans l'idée que ce dernier est le "JMP" du schéma de Paul Latinus.

Revenir en haut Aller en bas
White Crow



Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 10/05/2013

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Dim 17 Nov 2013 - 17:51

Le témoin L. cite deux membres de l'ANS une branche du SRE responsable pour les clearances d'avoir été ses officiers de contact. Le directeur actuel du SRE a essayé de décrédibiliser le témoin en disant que l'ANS n'aurait jamais assuré de missions opérationnelles. Le plan d'activation du Stay Behind (Le Plan) témoigne cependant du contraire. Il en ressort que tous les collaborateurs du SRE auraient joué un rôle dans ce dispositif mis en place après l'invasion. La plupart aurait dû rejoindre Bruxelles pour quitter le pays par avion en direction de l'Angleterre à Bord d'une machine du SDRA. Au cas où cette voie aurait été coupé, ils auraient emprunté la route pour le Sud de l'Espagne. tous les noms sont connus ! Qu'on arrête donc de nous dire que le stay-behind n'aurait été que deux officiers et une douzaine d'agents.
Un autre argument avec lequel on a essayé de décrédibiliser L. était, on disant que le matériel d'écoute qu'il décrit, n'aurait jamais existé, ni aus SREL, ni à l'ANS. La commission parlementaire est cependant tombé sur un des rares documents qui existent encore de l'époque. Il s'agit d'un reçu de l'ANS pour le versement d'une somme de quelques cent-milles de Flux pour l'achat de matériel d'écoute pour la police grand-ducale. Drôle d'histoire parce que ce matériel ne serait jamais parvenu à la police, qui ne disposait d'ailleurs pas du cadre légal pour l'utilisation de ce matériel.
Que c'est-il donc passé à l'ANS ?Quelles étaient ses activités réelles ? Voilà tout la question !
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7245
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Dim 17 Nov 2013 - 20:42

ANS a rechercher difficilement....
entre temps j'ai trouvé qqs dates ds le requisitoire

P48
Citation :
La piste GEIBEN

Une des premières pistes plus concrètes qui fût réexaminée était la piste GEIBEN, qui avait été
officier à la Gendarmerie et avait créé la B.M.G. en 1978/1979.

IL avait quitté cette unité en 1982 pour prendre le poste de commandant d'arrondissement à Luxembourg.

Nommé officier attaché à la Sûreté Publique en 1983 il quitta la Gendarmerie vers le secteur privé le 30.09.1984.

Au sein de !a Gendarmerie l'hypothèse GEIBEN était chuchotée à mots couverts jusqu'à l'arrivée
de Monsieur Aloyse HARPES le 1er octobre 1985 comme commandant de la Gendarmerie. A
partir de ce moment elle fut évoquée plus ouvertement. On ne peut déterminer avec précision le

nom de la personne qui a avancé la première fois le nom de Monsieur GEIBEN. Ceci est d'ailleurs
sans pertinence.
Le 9 octobre 1985 Monsieur ................s'était rendu auprès du Procureur d'Etat adjoint
Jean-Marie HARY pour lui rapporter oralement ses soupçons envers Monsieur GEIBEN. Sur
réquisitoire oral du Procureur d'Etat adjoint, Monsieur le Juge d'Instruction délégué Marc
JAEGER lançait une commission rogatoire internationale (ci-après C.R.I.) à Bruxelles aux fins
d'observation et de surveillance de Monsieur GEIBEN et de ses contacts.

Encore le même jour Monsieur .........se rendit à Bruxelles pour la validation de la C.R.I. et pour entamer
les premières démarches. Le 17 octobre 1985 Monsieur se rendit de nouveau à
Bruxelles en compagnie de 3 enquêteurs de la Sûreté Publique
pour la continuation des
investigations.

Suivant les déclarations des enquêteurs c'était Monsieui ...........lui-
même qui négociait avec les responsables, les enquêteurs n'étant pas autorisés à participer aux
discussions.
Après leur retour le 18 octobre 1985, Monsieur GEIBEN était au courant des démarches à son
encontre sans que l'origine de cette faite ait pu être décelée.
entretemps on connait le nom du monsieur ............. := " amortisseur"
Revenir en haut Aller en bas
White Crow



Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 10/05/2013

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Dim 17 Nov 2013 - 23:27

Wiki sur l'ANS: Die Autorité Nationale de Sécurité die ebenfalls dem Direktor des SRE untersteht, entscheidet über die Geheimhaltungsstufen von Dokumenten und kontrolliert deren Einhaltung.
Si ma mémoire est bonne, l'ANS dépassait (même largement) la branche opérationelle du SRE en nombre d'agents ! Ceci s'explique par le nombre de clearances qu'il fallait attribué aux collaborateurs de la NAMSA et les personnes en contact avec d'autres instances de l'OTAN.
Revenir en haut Aller en bas
VictoryII



Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 09/04/2013

MessageSujet: Deleted by user   Lun 18 Nov 2013 - 8:31

Deleted by user


Dernière édition par VictoryII le Mer 11 Déc 2013 - 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
dislairelucien



Nombre de messages : 1145
Age : 77
Localisation : B - 6660 Houffalize
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Lun 18 Nov 2013 - 10:21


Si vous voulez que certains vous comprenne il faut faire état des "manipulations génétiques" dans les agences. Vous me semblez particulièrement bien informé:on se croirait revenu au temps de Titu, notre spécialiste, lui aussi mutant puisque s'étant effacé piteusement du forum et se réduisant par la "FORCE des choses" au rôle "d'invité" sur le forum. Dommage pale 

A - La NATO Maintenance and Supply Agency (en français l'Agence OTAN d'entretien et d'approvisionnement), abrégée en Namsa, créée en 1958, assure le support logistique global pour divers projets OTAN.
Son quartier général est situé à Capellen, sur la commune de Mamer, au sud-ouest du Luxembourg.

B- LUXEMBOURG Publié le 05.07.2012 7:00
OTAN À CAPELLEN
Ne dites plus Namsa, mais NSPA
Rebaptisée NSPA depuis le 1er juillet, l’agence Otan de soutien est toujours basée au Luxembourg. Elle a été inaugurée officiellement. L’ex-Namsa poursuit sa mission, élargie.

C -Ou encore:
24-06-2008
Le Grand-Duc a reçu en audience au Palais grand-ducal une délégation restreinte des cadres dirigeants de NAMSO (NATO maintenance and supply Organization) pour le 50ème anniversaire de l'organisation et de NAMSA Luxembourg (NATO maintenance and supply Agency) à l'occasion de ses 40 ans. Photo: Palais grand-ducal/Carlo Hommel.

Voila, c'est plus clair
Revenir en haut Aller en bas
VictoryII



Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 09/04/2013

MessageSujet: Deleted by user   Lun 18 Nov 2013 - 11:46

Deleted by user


Dernière édition par VictoryII le Mer 11 Déc 2013 - 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7245
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Lun 18 Nov 2013 - 18:23

tagesblatt:

J.I Prosper KLEIN (1nov 1985 - nov1991)


Citation :
18:08
0 Prosper Klein spricht von einer absoluten illegalen Aktion der Gendarmerieführung bei der damaligen Ermittlung in der Bommeleeër-Affäre.  

18:09
0 Prosper Klein spricht in diesem Zusammenhang auch beim Vorgehen vom damaligen Justizminister Luc Frieden von einem Skandal. Wie kann sich ein Justizminister dazu äußern, dass die Justiz einen Krieg gegen die Polizei verlieren würde.
wort.lu


Citation :

18:16

 Wir bedanken uns für Ihr Interesse und hoffen Sie auch morgen ab 15 Uhr an dieser Stelle wieder begrüßen zu dürfen.  

18:13   Die heutige Sitzung wird nun aufgehoben.  

18:13  Prosper Klein wird ebenfalls wiederkommen und gegebenenfalls zu den Aussagen von Bourg Stellung nehmen.  

18:12   Damit ist nämlich die Anhörung von Prosper Klein beendet. Am Dienstag wird mit Charles Bourg ein ehemaliges Mitglied der obersten Gendarmerie-Reihe in den Zeugenstand treten. Man darf auf diese Befragung gespannt sein.  

18:12   Dies war ein gutes Stichwort in Hinblick auf Dienstag.  

18:12   Bourg habe damals nichts geantwortet, sondern geschwiegen und sich weggedreht. Die Spurensicherung habe den Tatort dann erst am frühen Morgen abgesucht, so Klein.  

18:11   Klein: "Es hat angefangen zu regnen und neben mir stand der Herr Bourg. Ich habe zu diesem gesagt, er soll das Areal abriegeln lassen, um die Spuren nicht verwischen lassen".  

18:10   Er sei damals vor Ort gewesen.  

18:10   Klein will nun noch etwas sagen zum Attentat am Findel.  

18:09   Prosper Klein redet sich zum Schluss noch einiges von der Seele. So bezeichnet er u.a. die Äußerung des damaligen Ministers Luc Frieden zum Krieg zwischen Polizei und Justiz als "Skandal".

Er als Magistrat könne so etwas nicht nachvollziehen und finde es schlimm, dass ihm "dieses durchgegangen lassen" worden sei.  

18:01   Klein ist denn auch nicht der Ansicht, dass kleine Fische wie Scheer und Wilmes ihr Berufs- und Privatleben aufs Spiel gesetzt hätten, um die Missstände im Polizeiapparat aufzudecken.  

17:58   Und dies habe wohl eher höher gestellte Personen als Unteroffiziere betroffen, so Klein.  

17:58    Vielmehr sei manchen die bevorstehende Fusion mit der Polizei ein Dorn im Auge gewesen.  

17:57   Als Motiv kommt dies für Klein nicht in Frage.  

17:57    Zum Motiv will Klein auch noch etwas sagen: Zur Unzufriedenheit beispielsweise innerhalb der BMG meint Klein, dass es doch wohl besser sei, den Großherzog in den Urlaub zu begleiten, als in einem stickigen Büro zu sitzen.  

17:53   Er gibt zu, damals vielleicht etwas naiv gewesen zu sein, und geglaubt zu haben, dass alle an einem Strang ziehen würden.  


et d'autres déclarations sur ..... à suivre
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7245
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Lun 18 Nov 2013 - 19:33

Montag, den 18. November 2013


WORT.LU  Montag, den 18. November 2013


Citation :
16:35  Me Lorang: Hat das etwas mit Geiben zu tun?


16:36
PROSPER Klein: Nein, nicht mit Geiben. Das Attentat sollte nur ein Zeichen setzen. Die Täter wollten zeigen, was sie können. Der Untersuchungsrichter war eben mit dem Dossier betraut.

TRAD .: Non, pas avec Geiben. L'assassinat doit être qu'un seul caractère. Les auteurs voulaient montrer ce qu'ils peuvent faire. Le juge d'instruction venait chargé du dossier
(>>J.I.JAEGER)
16:38
Prosper Klein schießt nun gegen die Offiziere der Gendarmerie. Diese hätten schlecht ermittelt, hätten nichts getaugt. Ihre Inkompetenz sei nur noch von ihrer Arroganz übertroffen worden.

Prosper KLEIN vise  maintenant  les officiers de la gendarmerie. Ceux-ci ont mal enqueté, cela valait rien rien. Leur incompétence avait été surpassée seulement par leur arrogance .


16:39
Zurück zum Neu-Aufrollen der Ermittlungen: Klein will den neu eingesetzten Ermittlern gesagt haben, dass sie sich nur noch an ihn als Untersuchungsrichter wenden sollen.

Retour à la rédemarrage des nouvelles enquêtes : Prosper Klein semble avoir dit aux enquêteurs nouvellement nommés  qu'ils doivent s'adresser que à lui comme juge d'instruction.


16:40
Diese Ermittler hätten sein vollstes Vertrauen genossen. Die Beamten seien ihm aber mit "gebremsten Optimismus" begegnet und hätten im gesagt, dass Colonel Harpes mit dieser Gangart wohl nicht einverstanden sei.

Ces enquêteurs auraient bénéficié son entière confiance. Les fonctionnaires l'ont rencontré mais avec « l'optimisme freiné » et avait dans le dit que le Colonel Harpes n'est probablement pas d'accord avec cette démarche .

16:41
Daraufhin habe sich denn auch Harpes quergestellt, sodass Klein sich an Generalstaatsanwalt Wampach wenden musste.

Après Harpes c'est mis à travers aussi, comme cela Prosper Klein avait du s'adresser le procureur général
WAMPACH

16:43
Sowohl der Staatsanwalt als auch sein Stellvertreter hätten ihm denn auch sehr aufmerksam zugehört. Als letzter Satz habe er gesagt, dass seiner Meinung nach im Gendarmerie-Kommando Leute mit Putschisten-Manier sitzen würden, die vor der Zivilgesellschaft keine Respekt haben würden.
16:44
Der Generalstaatsanwaltschaft habe nicht viel gesagt, sondern habe "vielmehr in sieben Sprachen geschwiegen".

16:49
Wenig später habe er aber eine Reaktion bekommen. Gute Ermittler seien abgezogen worden und auf Büro-Posten versetzt worden.
16:49
Seitdem wisse er, dass es sich hier um eine Staatsaffäre handele.
16:50
Wenn einem Generalstaatsanwalt so die Hände gebunden seien, dass er nicht einmal dem Gendarmerie-Kommandanten die Stirn bieten könne, dann seien mächtige Kräfte am Werk.
16:55
Me Vogel meint, Prosper Klein so verstanden zu haben, dass der Generalstaatsanwalt bewusst nichts unternommen habe.
16:57
Klein will nicht instrumentalisiert werden: Er wiederholt, dass er gesagt habe, dass der Generalstaatsanwalt nichts getan habe, er aber vielleicht gar nichts habe tun können, weil ihm vielleicht die Hände gebunden gewesen seien.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Lun 18 Nov 2013 - 22:42


http://www.wort.lu/de/view/bommeleeer-eine-staatsaffaere-528a7a2ce4b0f8040ccea461

Veröffentlicht am 18.11.13 21:35

Bommeleeër: „Eine Staatsaffäre!“

Ex-Untersuchungsrichter Klein nimmt höchste Gendarmerie-Offiziersebene ins Visier

(...)

Il avait annoncé qu'il ne mâcherait pas ses mots et il a tenu parole. Les déclarations de Prosper Klein lundi après-midi devant la chambre criminelle étaient extrêmement explosives. La campagne d'attentats était une affaire d'Etat et les bénéficiaires sont à chercher au niveau de la direction de la gendarmerie.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
kowalski



Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 28/03/2013

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mar 19 Nov 2013 - 15:34

Le pendule de Klein ?

extait du Tageblatt Ticker , 18 novembre 2013
http://www.tageblatt.lu/nachrichten/luxemburg/story/26042548


16:22 Prosper Klein bekam keine Infos von den Ermittlern. Ihm wurden aber nach eigener Aussage von der Gendarmerie ein Paar mit einem Pendel vorbeigeschickt.

16:24 Klein spricht von einem surrealen Moment.

hypnose de témoins, des gendarmes qui ont échangé leur Dirty Harry flingue contre un pendule, ca promet bien des choses au Marienländchen .

Reste à voire qui était l'idiot heureux (who is the punk)



pour les amateurs de litérature et du stb lux, on retrouve le plan (nom de code du stbh luxo) aussi comme le plan dans le pendule de Foucault


Dernière édition par Agent _1 _Triple_0 le Mar 19 Nov 2013 - 16:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mar 19 Nov 2013 - 15:59


http://www.lequotidien.lu/bommeleer/50650.html


Klein parle d'une affaire d'État


2013-11-19 10:04:00


LUXEMBOURG- Le juge d'instruction de l'époque explique être devenu très impatient face à l'enquêteur Disewiscourt qui l'informait peu de l'avancement de l'enquête.

Lors de la 88e séance du procès Bommeleeër hier, c'était au tour de l'ancien juge d'instruction Prosper Klein d'être entendu par la chambre criminelle. Durant son audition, le témoin a fait une déclaration importante. Selon lui, le Bommeleeër serait une affaire d'État qui n'a pas le droit d'être élucidée.

De notre journaliste
Fabienne Armborst


Du 1er novembre 1985 au 1er novembre 1991, Prosper Klein était juge d'instruction. Il a repris de son prédécesseur le dossier du Bommeleeër sur lequel il n'avait à l'époque aucune connaissance, à l'exception de l'attentat d'Itzig.

Jean Disewiscourt se serait présenté auprès de lui comme l'enquêteur en chef de l'affaire. Avec surprise, voilà comment l'ancien juge d'instruction a décrit l'avoir appris, car ce dernier n'avait aucune expérience criminalistique. Il aurait par la suite eu quelques rares rencontres avec Jean Disewiscourt qui lui aurait d'ailleurs livré peu d'informations sur l'avancement de l'enquête. À l'époque, le dossier ne contenait pas non plus de déclarations des témoins pour le palais de justice.

L'ancien juge d'instruction expliquait hier être devenu de plus en plus impatient. L'enquêteur ne lui aurait apporté que de façon clairsemée des rapports. Un jour, il lui aurait présenté une carte sur laquelle il avait marqué tous les lieux d'attentats et qu'il avait reliés par des lignes. Il aurait aussi proposé l'utilisation d'un pendule pour déterminer les auteurs.

Suite à la remise d'un faux rapport par l'enquêteur, le juge d'instruction aurait perdu toute confiance et aurait mis fin au groupe d'enquête. Il aurait décidé de reprendre le dossier depuis le début avec une nouvelle équipe. Il leur aurait dit : «À l'avenir, vous ne travaillerez qu'avec le juge d'instruction. L'original des rapports est à m'adresser directement.»

Le colonel Harpes ne semblait toutefois pas être d'accord sur ce point. Sur ce, le juge d'instruction aurait contacté le procureur d'État et son adjoint. Ces derniers l'auraient écouté, sans pourtant jamais donner de réponse.

«Depuis ce moment, je sais que c'est une affaire d'État qui n'a pas le droit d'être élucidée», déclarait hier Prosper Klein.


Une affaire pas comme les autres

Durant la séance, Prosper Klein a également fait remarquer qu'en tant que juge d'instruction, il avait rencontré de nombreux gendarmes et policiers qui faisaient correctement leur travail. L'affaire du Bommeleeër aurait était la seule où cela ne fonctionnait pas.

En ce qui concerne la piste Geiben, il n'y aurait jamais cru. Malgré l'intelligence et les capacités de cet homme, à part une rumeur, rien ne figurait dans le dossier. Me Gaston Vogel, l'avocat à la défense de Marc Scheer, voulait savoir si le juge d'instruction avait organisé une écoute suite à la découverte de la commission rogatoire internationale (CRI) sur Ben Geiben. Sa réponse : «Si on ne possède pas de motifs de suspicion, on n'organise pas d'écoute. Ce n'est pas légal.»

En toute fin de séance, Prosper Klein est revenu sur l'attentat du Findel en décembre 1985. Il se souvient de Charles Bourg qui, lors de la visite des lieux, se trouvait à côté de lui. Le juge d'instruction lui aurait demandé de contrôler à l'aide de patrouilles comment les auteurs étaient entrés sur le terrain de l'aéroport. Ce n'est qu'après lui avoir répété trois fois cette demande qu'il aurait réagi. L'équipe serait toutefois intervenue le lendemain matin après une nuit de pluie.

Le procès se poursuit cet-après-midi : puisque le colonel Charles Bourg figure sur le programme de la séance, Prosper Klein sera directement confronté à lui.


Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7245
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mar 19 Nov 2013 - 16:24

Citation :
16:43
Sowohl der Staatsanwalt als auch sein Stellvertreter hätten ihm denn auch sehr aufmerksam zugehört. Als letzter Satz habe er gesagt, dass seiner Meinung nach im Gendarmerie-Kommando Leute mit Putschisten-Manier sitzen würden, die vor der Zivilgesellschaft keine Respekt haben würden.


.16:43
Le ministère public et son adjoint l'avaient écouté avec beaucoup d'attention . A la fin, il a dit que selon lui, dans le commandement de la gendarmerie il y avait des gens avec des manières putschistes , qui n'aurait aucun respect pour la société civile.


16:44
Der Generalstaatsanwaltschaft habe nicht viel gesagt, sondern habe "vielmehr in sieben Sprachen geschwiegen".

16:44
Le procureur général ne dit pas grand-chose, mais il s'est TU  en sept langues silencieuses".

16:49
Wenig später habe er aber eine Reaktion bekommen. Gute Ermittler seien abgezogen worden und auf Büro-Posten versetzt worden

Un peu plus tard il a quand même obtenu une réaction. Bons enquêteurs ont été mutées et transférés aux postes de bureau

16:49
Seitdem wisse er, dass es sich hier um eine Staatsaffäre handele

.
16:49
Depuis lors, il  sait que c'est une affaire d'Etat
et à la même époque  fin 1985 début 1986 Dussart recoit des coups de téléphone des membres de l'octopus.


NOS fait même une programme  télé
sur la pleine lune.
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7245
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mar 19 Nov 2013 - 17:08

wort.lu

rien ,je ne trouve pal le canal live

tagesblatt

17:01
0 Bourg: Jos Steil hat es mir selber gesagt. Es muss Freitag gewsen sein. Samstags habe ich nicht gearbeitet. Richterin Conter: Herr Bourg, sind Sie sich da sicher, dass Steil am Freitag bei Ihnen war?
16:58
0 Laut Bourg war Jos Steil am Freitagmittag bei ihm und habe ihm noch am gleichen Tag gesagt, dass Ben Geiben nicht kommt. Erstaunen vor Gericht. Bislang ging man davon aus, dass Steil erst am Samstagabend die Observation abbrach.
Revenir en haut Aller en bas
kowalski



Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 28/03/2013

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mar 19 Nov 2013 - 18:02

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=675820712448776&set=a.102179079812945.5215.100000625604346&type=1&theater
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7245
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 20 Nov 2013 - 12:14

rapport Geiben 24 mai 1984:   proposition de réorganisation de la Sureté


......

Citation :
 6.: Section incendie

L’effectif de cette section comprend actuellement 3 fonctionnaires, à savoir le commissaire en chef Disewiscourt, le commissaire Hentges et le maréchal des logis Kalmus.
Tous les incendies graves survenant sur le territoire du Grand-Duché et dont l’origine est criminelle ou douteuse, sont traités par les trois fonctionnaires précités.
Ceux-ci se sont jusqu’à présent toujours déplacés sur les lieux d’un sinistre, que ce soit après les heures de service la nuit ou le Week-end. Un des trois membres de cette section était pour ainsi dire toujours disponible, malgré le fait qu’ils n’assuraient pas de permanence spéciale. Il n’est pas difficile non plus de s’imaginer qu’une enquête concernant un incendie est une enquête complexe, prend du temps et demande une spécialisation particulière. Ce travail a toujours été exécuté à la satisfaction de tous jusqu’à ce jour.
Citation :
2.: Section pénale
la section pénale constitue « le bac à ordure » de la Sûreté Publique.
10 fonctionnaires,
 - commissaires en chefs HAAN et SCHONS,
  -les commissaires LINDEN, BUTGENBACH, RAUSCH, SCHROEDER, HOFFMANN, LOUTSCH et BUECHER;
    et le commissaire-adjoint WARKEN.

L’éventail des infractions pour lesquelles la section pénale est compétente est vaste,  
champ d’action est une définition par exclusion, c.à.d. que cette section s’occupe en fait de
toutes les infractions qui ne tombent pas dans le domaine d’une des autres sections spécialisées.

1.
2.
3.Section fin :faux monnaie&contrefaçons
différentes enquêteurs des differentes sections :17 sont mis ensemble ds le GE le  7 octobre

Haan est consideré comme un exellent enqueteur par ces collègues.


Haan (enqueteur ds le GE) apprend que en 2004 qu'il a été nommé chef de l'enquete en 1985 x octobre (il y a qqs semaines)

http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/gallery/articles-de-presse/5-pic_217.htm


quelques jours plus tard 7 octobre Harpes designe la nouvelle structure ds son  NOTE du 7 octobre 1985
structure GOR et GE pas de contacts direct >>tout par lui rien au JI ,SRELet c°,


le 1 novembre 1985 le nouveau J.I Prosper Klein commence et Disewiscourt dit lui même qu'il est chef d'enqueteurs sous Schockweiler


Cela choque J.I KLEIN car Disewiscourt n'a aucune experience des recherches criminalistique sauf pour des feux et

il  constate  qu'il ne recoit presque rien de  ce chef enqueteur.

il arrive même  un moment sur-realiste que Disewiscourt propose de utiliser une pendule !

Klein veut HAAN !

puis l'histoire avec son discussiosn avec  Wambach et HARPES qui se met a travers

plus tard HAAN est muté et on fait même un rapport qui va jusqu'au ministre de tutelle FISHBACH


on lui retire son arme

heureusement il peut garder ses bretelles et ses lacets de chaussures;
Haan voit que tout disparait et garde des copies à la maison


hier en séance c'est annoncé que ces documents ont été donné sur STICK USB et que la défense et ministère  publique etc va recevoir copy !
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7245
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 20 Nov 2013 - 14:07

http://justpaste.it/00845TR10021986LUX


10 februari 1986
….


outlook

Luxembourg-until recently one of Europe's most
tranquil states is now coming to grips  with a
persistent domestic terrorism. With little training or
experience to start with, its security services have
been unable to cope with the bombing epidemic.
Unless the counterterrorist forces achieve some
success in their efforts, we would expect the bombings
to continue. So far there are no indications that (the
terrorists are interested in attacking US or NATO
interests, although there are many US businesses in
the country and the upcoming Reforger military
exercices would provide them with attractive targets
The government is coming under increasing internal
Political pressure to counter the threat .


http://fr.scribd.com/doc/153767050/Terrorism-Review-10-February-1986-pdf


Early februari 1985 vol des explosives mais pas utilisées que ala fin ?

2 month later:27 april 1985 electrical pylons

The stolen explosives of febr 1985 used only around dec jan 1986 ???
Et rien  sur 1984

bizarre , non
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7245
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 20 Nov 2013 - 19:07

http://www.wort.lu/de/view/wird-juncker-oberster-srel-kontrolleur-528cd0c4e4b01105e3f847d6
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 20 Nov 2013 - 20:12



http://www.lequotidien.lu/bommeleer/50693.html

Luxembourg: Du nouveau sur Steil

Charles Bourg livre une nouvelle version de la mise en place de la filature sur Ben Geiben.

De notre journaliste
Fabienne Armborst

Au début de la 89e séance du procès Bommeleeër hier, Charles Bourg, l'ancien directeur des opérations et deuxième homme de la gendarmerie, a été confronté à l'ancien juge d'instruction Prosper Klein au sujet de l'attentat sur le Findel. Les déclarations des deux témoins divergent.

Cela ne me dit rien du tout.» Voilà comment Charles Bourg, l'ancien deuxième homme de la gendarmerie, a réagi face aux déclarations de Prosper Klein. Lundi, il avait dit l'avoir vu à côté de lui le soir de l'attentat sur le Findel et lui avoir répété trois fois de relever à l'aide de patrouilles les empreintes sur le terrain avant l'arrivée de la pluie. Charles Bourg, quant à lui, se rappelait seulement avoir été sur place de jour en présence du ministre. Prosper Klein maintient sa déclaration : «Il n'y a aucun doute, vous (Charles Bourg) vous trouviez à côté de moi cette nuit-là.»

Par la suite, Charles Bourg, l'ancien directeur des opérations et deuxième homme de la gendarmerie, expliquait hier être très peu impliqué dans l'enquête. Le 1er octobre 1985, il aurait été suspendu pendant trois mois de ses fonctions pour gérer la présidence européenne du Luxembourg.

Alors que le témoin avait déclaré qu'il avait participé à toutes les réunions entre officiers, il n'était pas au courant que l'on avait ordonné une recherche de micros dans le bureau du chef de la gendarmerie suite à l'apparition de l'hypothèse des initiés : «Je n'étais pas là, j'étais occupé par le Sommet européen.»

Charles Bourg n'aurait pas non plus eu accès à toutes les informations de l'enquête. En raison du secret d'instruction, l'enquêteur en chef, Armand Schockweiler, leur aurait refusé l'accès au dossier. Il en aurait fait part au colonel Harpes, sans recevoir toutefois de réponse.

«Nous attendons toujours un témoin qui était au moins un peu impliqué dans cette enquête», a finalement constaté Sylvie Conter, la présidente de la chambre criminelle.

En ce qui concerne l'observation sur Ben Geiben le week-end de l'attentat sur le Palais de justice, Charles Bourg a cependant livré une toute nouvelle version. D'après les souvenirs du témoin, trois à quatre personnes, dont Jos Steil, seraient venues le voir le vendredi après-midi dans son bureau. Or, il ne se rappelle plus si, parmi ces hommes, il y avait des membres du GOR ou du SREL. Ils lui auraient dit que Ben Geiben venait le week-end au Luxembourg et qu'il devait être observé. Le problème, c'était que Ben Geiben les connaissait, ils avaient donc besoin de l'aide du SREL.


Harpes absent, Bourg contacte le SREL

Après avoir essayé de joindre le colonel Harpes, sans succès, il aurait lui-même contacté le SREL et reçu l'accord. Il ne pourrait cependant plus dire avec certitude si Charles Hoffmann avait été son interlocuteur. Quelques heures plus tard, Jos Steil serait repassé à son bureau pour lui dire que Ben Geiben n'allait finalement pas venir.

Pendant la nuit, le centre de communication de la police l'aurait appelé après l'attentat sur le Palais de justice pour l'informer que Geiben avait était localisé dans un hôtel et lui demander s'il fallait envoyer le GOR sur le terrain. «Oui, et n'oubliez pas le SREL», aurait été sa réponse.

La réaction de la présidente : «Cela est complètement nouveau.» Selon elle, on pourrait même parler d'un show organisé si dès le début il était pratiquement connu qu'il n'y aurait pas d'observation. Le procureur d'État adjoint à Luxembourg, Georges Oswald, quant à lui, a remarqué que les membres du GOR n'avaient pas participé à la seconde partie de l'observation et que l'agent du SREL, Armand Kaudé, aurait directement été contacté par Pierre Reuland.

Les déclarations de Charles Bourg contredisent également celles de Guy Stebens la semaine dernière.

Charles Bourg sera de nouveau entendu demain. Le procès se poursuit cet après-midi avec l'audition de Charles Hoffmann, l'ancien directeur du SREL.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Aujourd'hui à 10:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Vague d'attentats au Luxembourg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Présentation de la vague d'observation de 1954
» PREUVES INDIRECTES DE LA REALITE DE LA VAGUE BELGE
» Documents officiels sur la vague belge
» neuvième vague ?
» Todd Stasser : "La Vague"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AUTRES AFFAIRES CRIMINELLES :: Autres grandes affaires criminelles-
Sauter vers: