les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 12 ... 23  Suivant
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mar 20 Sep 2011 - 15:44


Dumont a aussi été l'avocat de Serge Clooth accusé dans le meurtre de Christine Van Hees ( meurtre dit de la champignonnière ). Clooth a fait plus de trois ans de préventive, non lieu et condamnation de l'état belge cours européenne des droits de l'Homme ). Cette affaire vient d'être ré-ouverte ...

Il y a un fil de discussion sur cet avocat, intime de Sergio Ferrari qui, selon le rapport PANDA, aurait un rôle important dans la mafia belgo-luxembourgeoise.

Sergio Ferrari possède la société

http://www.laferrarese.com

Il serait intéressant d'avoir les informations relatives à sa création, à sa gestion et aux auditeurs qui ont travaillé dessus ...

Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Jeu 22 Sep 2011 - 17:30

De verhoren van de laatste kans

Een speciaal team van de federale gerechtelijke politie is sinds gisteren bezig met verhoren in een 27 jaar oude zaak. Ze leggen een 15-tal mensen op de rooster die heel misschien iets meer weten over de moord op Christine VanHees (16). Het meisje werd in 1984 gefolterd teruggevonden in een verlaten champignonkwekerij in Oudergem. Het zijn de verhoren van de laatste kans. De vijftien, haast allen mannen en vrouwen van eind de veertig of begin de vijftig, zijn nooit eerder verhoord. Gisterochtend werden ze thuis opgepikt door de politie en meegenomen naar Brussel. Onder hen brave huisvaders en -moeders. Sommigen zijn harde werkers, zijn getrouwd en hebben kinderen. Sommigen hebben een iets minder rimpelloos parcours afgelegd en kijken terug op wat eerdere aanvaringen met politie en gerecht.

Eén constante in hun leven: in hun jeugdjaren hebben ze mekaar gekend. Ze hingen begin jaren 80 rond in dezelfde Brusselse rockscene. Sommigen waren zelfs beste maten, anderen waren louter kennissen. De contacten waren al decennia verwaterd en wellicht had geen van hen verwacht dat ze mekaar op een dag zouden terugzien in de burelen van de federale gerechtelijke politie in Brussel. Daar buigt de afdeling 'Cold Cases' van de moordsectie zich sinds begin dit jaar in alle stilte over de onopgehelderde moord op Christine Van Hees uit 1984. Het zestienjarig meisje was gefolterd, vermoord en achtergelaten onder een smeulende stapel hout. De doorgewinterde speurders ontdekten recent, bij een herlezing van het dossier, dat er destijds bijzonder hard maar helaas vergeefs gezocht werd in een bepaalde richting: het milieu rond punkers en skinheads.

Maar ze ontdekten tegelijk ook dat er bitter weinig gedaan was met het spoor rond enkele onbekenden in een auto met een zilverkleurige adelaar op de motorkap. Enkele getuigen hadden in de rand van het moorddossier die wagen beschreven en de inzittenden als 'verdacht' ervaren. Ze hadden het over een donkerkleurige Pontiac Firebird Trans Am. Er werd destijds akte genomen vandie getuigenis, maar voor zover bekend werden de inzittenden van die auto nooit geïdentificeerd.

Het nieuwe onderzoek naar die auto en de onbekende mannen aan boord, leverde de speurders nu een namenlijst op. Van mensen die hen misschien dichter in de richting van die wagen of de inzittenden kunnen brengen. Het merendeel van de personen werd gisteren al verhoord. Enkelen troffen ze niet thuis aan, maar werden inmiddels op een andere manier uitgenodigd voor verhoor in Brussel. De speurders verhoren de vijftien overigens voorlopig louter als getuige en hopen dat ze op deze manier een doorbraak kunnen forceren. Voor zover bekend werd er gisteren niemand gearresteerd of in verdenking gesteld en konden de getuigen na hun verhoor gewoon weer naar huis. Wel is het zo dat van sommigen onder hen DNA-stalen gevraagd werden, om die te vergelijken met de onbekende DNA-profielen die aangetroffen werden op de stoffelijke resten van Christine Van Hees. De wetenschap stond destijds dan wel nog lang niet zo ver als nu, maar toch is men er toen al in geslaagd om enig DNA van de moordenaar(s) te bewaren. Al had die zijn uiterste best gedaan om zo veel mogelijk sporen te wissen, door na de moord brand te stichten.

Het was de Brusselse brandweer die op 13 februari 1984 het lichaam van Christine Van Hees vond. In een vervallen herenhuis op een oude, verlaten kampernoeliekwekerij vlakbij de campus van de Vrije Universiteit Brussel (VUB) was die avond brand uitgebroken. In de kelder, onder een stapel smeulende houten kistjes zagen brandweerlui het verkoolde lichaam. Een naakt meisje. Armen en benen vastgebonden met ijzerdraad. Het Brusselse gerecht beet zich vast in de zaak en keerde het punkmilieu, van wie de leden geregeld gezien werden in dat leegstaande gebouw, binnenstebuiten. Een verdachte zou zelfs drie jaar in voorhechtenis zitten, maar betonharde bewijzen kwamen er nooit. De man werd uiteindelijk vrijgelaten en gezuiverd van alle blaam.

Het moorddossier schoot jarenlang voor geen meter meer op. Tot ergens in 1996, de volle Dutroux-periode, de fantaste X1 beweerde meer te weten. Het duurde even voordat die ballon doorprikt werd, maar een en ander zorgde er wel voor dat het dossier toen even van onder het stof werd gehaald. Zij het niet voor lang - het dossier belandde weer op de stapel 'onopgehelderde zaken', waar het veertien jaar nagenoeg onaangeroerd zou blijven liggen. Tot de nagelnieuwe afdeling 'Cold Cases' zich er nu in vastbeet. De tijd dringt, want in 2014 zal de zaak verjaard zijn en kan niemand nog terechtstaan voor de gruwelijke moord. Bronnen dicht bij het onderzoek hebben het over de verhoren van de laatste kans. Als dit spoor niets oplevert, is de zaak reddeloos verloren.

Bron » Het Laatste Nieuws


_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Ruf Nachtergaele



Nombre de messages : 121
Age : 68
Localisation : Renaix
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Jeu 22 Sep 2011 - 21:58

sur http://x1dossier.forumup.be/viewtopic.php?p=2485&mforum=x1dossier#2485 il y a quelques liens / URL


Citation :
http://www.scribd.com/doc/8540039/van-hees-15-02-92-piste-auto


http://www.scribd.com/doc/8421865/Auto-Avec-Aigle-Dossier-Van-Hees-Document-Vergnon-LInvestigateur


http://www.scribd.com/collections/2345761/Van-Hees-Christine


http://www.scribd.com/doc/65507354/auto-s-nih


http://www.scribd.com/doc/65505210/voiture-aigle-sur-le-capot-doss-dutr


http://www.scribd.com/doc/65467164/vehicule-aigle-sur-le-capot-doss-dutr

http://www.libertzone.be/dne/modules/newbb/viewtopic.php?post_id=2


http://autosamericaines.files.wordpress.com/2010/10/1976_pontiac_firebird-transam-01_38239.jpg


http://www.scribd.com/doc/65959169/1976-pontiac-firebird-transam



Revenir en haut Aller en bas
Feu Follet



Nombre de messages : 643
Age : 50
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Jeu 22 Sep 2011 - 23:14

C'est la photo la plus belle et la plus nette de l'engin recherché que j'aie vue...

Il ne devait pas y en avoir des tonnes à l'époque en Belgique... Mais après tout, elle pouvait venir d'un pays limitrophe...
Revenir en haut Aller en bas
dislairelucien



Nombre de messages : 1145
Age : 77
Localisation : B - 6660 Houffalize
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Lun 3 Oct 2011 - 16:52


J'invite les membres du forum à acheter le dernier "nouveau Detective " de ce jeudi 28 septembre. Il ya trois pages sue le sujet et une recherche du principal suspect. J'envoie à Michel qq photos du reportage pour mettre sur le fil. En cherchant le forum pourrait localiser cet individu suspect N°1 SERGE CLOOTH
Revenir en haut Aller en bas
Ruf Nachtergaele



Nombre de messages : 121
Age : 68
Localisation : Renaix
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Lun 3 Oct 2011 - 17:04

quelqu'un peut m'envoyer une copie de ces pages ?
ruf.nachtergaele(at)gmail.com
Revenir en haut Aller en bas
dislairelucien



Nombre de messages : 1145
Age : 77
Localisation : B - 6660 Houffalize
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Lun 3 Oct 2011 - 17:40



Je ne veux personnellement pas afficher la totalité de l'article question de ne pas influer sur la vente de ce journal qui ne coûte que 1,60€ et qui est en librairie, tout frais de ce 28 septembre . Michel s'il veut le faire :oui, c'est le patron du forum, mais je crois qu'il faut garder qq jours l'intérêt du journal lui-même.
C'est en respect de son travail.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Lun 3 Oct 2011 - 19:02

Lucien Dislaire m'a envoyé en effet une partie de l'article. Je le mettrai en ligne dans quelques jours par respect pour le travail du journaliste.

Il ne serait peut-être pas inutile en effet de retrouver Clooth qui n'a tout de même pas disparu dans la nature.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Ruf Nachtergaele



Nombre de messages : 121
Age : 68
Localisation : Renaix
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Serge Clooth kuillet 2006 Humo   Lun 3 Oct 2011 - 19:36

En juillet 2006 il y avait encore un interview avec Serge Clooth dans Humo:

http://www.scribd.com/doc/67319325/humo-04-juli-2006-serge-clooth


Revenir en haut Aller en bas
FAITESVITE



Nombre de messages : 989
Date d'inscription : 08/10/2010

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mar 4 Oct 2011 - 0:55

Si quelqu'un peut résumer en quelques mots le contenu de l'article pour ceux qui comme moi ne connaissent pas le flamand, ils ont résolu le meurtre de la champignognière mais le suspect s'est volatilisé?
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mar 4 Oct 2011 - 17:09

FAITESVITE a écrit:
Si quelqu'un peut résumer en quelques mots le contenu de l'article pour ceux qui comme moi ne connaissent pas le flamand, ils ont résolu le meurtre de la champignognière mais le suspect s'est volatilisé?

Clooth a bénéficié d'un non-lieu. L'Etat a été condamné a lui payé une certaine somme par la CEDH. Depuis, plus de nouvelles.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mar 4 Oct 2011 - 17:51

Son avocat était Jean-Paul Dumont. Il y a un fil de discussion à son sujet ...
Revenir en haut Aller en bas
Ruf Nachtergaele



Nombre de messages : 121
Age : 68
Localisation : Renaix
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: début 2000 = 2006 ?!   Mer 5 Oct 2011 - 15:09

michel a écrit:
Lucien Dislaire m'a envoyé en effet une partie de l'article. Je le mettrai en ligne dans quelques jours par respect pour le travail du journaliste.

Il ne serait peut-être pas inutile en effet de retrouver Clooth qui n'a tout de même pas disparu dans la nature.


Sur le page 22 du "Le nouveau Detective" du 28 septembre 2011 je vois une photo de Serge Clooth, avec la mention "Serge Clooth au début des années 2000".

Début des années 2000 ???

Cette photo est en réalité une partie d'une photo pris par Stephan Vanfleteren en 2006 dans le cadre d'une interview en 2006 avec Serge Clooth , une interview parue dans HUMO de 4 juillet 2006. Alors, certainement encore en 2006 Serge Clooth était en vie et à dépister .



page 22 du "Le nouveau Detective" 28 09 2011



Revenir en haut Aller en bas
Feu Follet



Nombre de messages : 643
Age : 50
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mer 5 Oct 2011 - 18:16

L'a pas une tronche de porte-bonheur dis donc...

Quelqu'un sait-il ce qu'il est devenu en 5 ans ?
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Ven 4 Nov 2011 - 21:35

Physionomie de Clooth en 1983 :


_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Feu Follet



Nombre de messages : 643
Age : 50
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Sam 5 Nov 2011 - 10:14

Le changement est énorme entre 1983 et 2006.

Est-il seulement encore chez nous ?
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Sam 5 Nov 2011 - 11:29

Et en 1984, il devient punk.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mar 8 Nov 2011 - 12:22

Un texte fort instructif de feu Charly Nyst :


C'est un témoin spontané, Serge SCHNEIDER (19/03/67) qui va faire basculer l'enquête. Le 26 avril 1984, il se présente à la légion mobile de la gendarmerie et déclare qu'il a « entendu un ami dire qu'un autre aurait dit que c'était lui qui avait brûlé le cadavre. L'auteur serait un punk, français, 1m80, toujours habillé de cuir noir, cheveux blonds avec une ligne rouge, domicilié à Auderghem ». A tout prendre, peu importe de savoir qui est « l'ami qui à dit à l'autre que … » puisque la description du meurtrier est à ce point précise.

De fait, l'intéressé est quasi instantanément identifié par la gendarmerie. Il s'appelle Alain LENGLET (06/06/63). L'un de ses frères sera plus tard gendarme et l'autre est, à l'époque, animateur à « Radio-Activité ». Lorsqu'on l'interroge, il dit ne pas connaître Christine Van Hees mais certains de ses amis, eux, fréquentent bien la jeune fille. Plus loquace, il raconte que des copains lui ont dit que « le meurtre est l’œuvre d'une secte d'Auderghem dans laquelle était embrigadée Christine : la Secte Rouge ou quelque chose du genre. Cette secte démoniaque sévit à la station de métro Demey près d'un parc ou d'un dépôt. On y voit des personnes se balader en capes rouges ». Il évoque aussi un gars surnommé « Petit Tondu » qui aurait prétendu : « on a mis de l'essence dans le vagin de la fille, ensuite on a bouté le feu ». Pour LENGLET, pas de doute, c'est « Petit Tondu » et sa bande qui ont commis cet acte odieux.


En fait de bandes, il s'agit, de punks qui se voient régulièrement dans les mêmes bistrots du centre de Bruxelles situés autour des Galeries Agora : « Le Débit de Boissons » - rue des Pierres - Le « Bierkelder » - Grand Place - et quelques autres établissements des environs. Le jeune homme, apparemment très informé, raconte encore que « Petit Tondu » qui ne lisait jamais la presse s'est mis à acheter les journaux dès le lendemain du meurtre et à s'intéresser de très près à l'affaire. ». Alain LENGLET termine sa déclaration à la gendarmerie tout en sobriquets : « Petit Tondu » était souvent avec « l'Iroquois ». [PV 1880 Gendarmerie Légion Mobile 26.04.84] Aux enquêteurs, à présent, de se dépatouiller dans cette kyrielle de surnoms plus saugrenus les uns que les autres.

« Petit Tondu » et « l'Iroquois » sont identifiés. Ils s'appellent respectivement Serge BRAECKMAN (24/04/67) et Serge CLOOTH (24/08/64). Ils auraient logé dans des immeubles abandonnés du Boulevard Brand Withlock à Woluwe-Saint-Lambert. Le 22 mai, la police judiciaire y effectue une descente et trouve - au numéro 161 - entre autres couteau, photos, paquets de cigarettes vides, lettres manuscrites, etc., un cahier à couverture plastifiée. Cahier dont les feuilles quadrillées sont vierges d’écriture mais auquel plusieurs pages ont été arrachées. Lorsque le cahier est présenté au père de Christine, celui-ci le reconnaît immédiatement. [PV 12637 PJ BXL 22.05.84] Peut-il s'agir du cahier de brouillon dont parle Fabienne KIRBY comme étant le journal intime de Christine ? Non puisqu'il n'y est rien écrit ... Mais des pages manquent ...

BRAECKMAN, coopérant, cite tous les punks et skins qu'il connaît : Marc LEFEVRE (26/03/64) dit « Coco », Marc DURIAU (12/05/65) alias « Clochard » et la liste s'allonge et s'allonge encore à un point tel que les enquêteurs doivent établir un tableau des correspondances entre surnoms et identités réelles [1]. Muriel CARLIER (31/01/66) - surnommée « Moustique » - est l'une des punks de la bande. Elle dépeint le petit monde ésotérique des ses copains : « Petit Tondu porte au cou un petit flacon contenant des cendres qui lui ont été remises par un druide français ... » Elle rapporte que « Virginie CORNET, un certain Belzébuth et Lucifer fréquentent le ' Bierkelder ' ... La mère de Virginie pratique la magie noire ... À son domicile j'ai vu des bougies, un squelette, des livres concernant des pactes sataniques et une poupée en cire dans une petite boîte ». [PV 12647 PJ BXL 05.06.84]

Ouvrons ici une courte parenthèse pour nous souvenir de ce que nous disait Ariane MEUNIER [2] : « La magie noire, vous y avez pensé ? » Elle nous confiait également avoir mentionné auprès des enquêteurs les noms de ses amis patineurs, amis qui n’avaient jamais été entendus en 1984. Parmi ceux-ci, entre autres, Alain SLUSE. Ce dernier fut interrogé en 1997 et que disait-il à propos des personnes qu’il fréquentait ? « A la patinoire, outre Ariane, j'étais souvent avec la famille CORNET » [51.478 13/05/97 BILLE]. Existe-t-il un lien de parenté entre Virginie CORNET et la famille CORNET ?

Monde bien étrange que celui de ces marginaux scotchés au centre de Bruxelles. Mais il faut savoir qu'à cette époque une partie des boutiques du centre ville, autour de la galerie Agora, de la rue des Eperonniers, de l'Ilot Sacré, raffole de cette culture empreinte de spiritisme et de sciences occultes. Il n'y a d'ailleurs pas que les punks et autres skinheads à s'y intéresser, c'est dans l'air du temps. Pour quelque créatif que puisse paraître ce milieu, il n'est pas exempt d'individus ou bandes proches d'un hooliganisme nourrit à l’alcool, sur-adrénalisé. Les mouvements sectaires de tous poils ainsi que l'extrême droite le savent et guettent, prêts à les cueillir, les recueillir en leurs « communautés » ou rangs.

13 juin 84, confrontation entre BRAECKMAN et LENGLET. Ce dernier confirme sa déclaration faite à la légion mobile : « Petit Tondu » (BRAECKMAN) m'a dit avoir mis de l'essence dans le vagin de la fille, il était ivre ». [PV 14740 PJ BXL 13.06.84] Marc LEFEVRE, lui, est en prison pour d'autres faits. Il en sort le 13 février 84 soit précisément le jour du meurtre. A la police, il dit s'être rendu directement de la prison chez Yvonne GAYDOUL pour y retrouver Alain DEBOIS surnommé « Kleenex », », un ancien flirt de Christine. A eux deux, ils ont bu, fait des courses, mangé et sont allés dans un café proche jusqu'à la fermeture puis ils sont rentrés dormir. Lui aussi a entendu dire que c'est le « Petit Tondu » qui a commis le meurtre.

Le 28 juin 84, une info de la BSR d'Eupen tombe : Serge CLOOTH, « L'Iroquois », a été arrêté en Allemagne le 5 mars comme suspect dans un meurtre commis le 24 ou 25 février 84 sur une jeune fille de 15 ans fréquentant les milieux punks de Aachen mais a été relaxé faute de preuves. Commission rogatoire, mandat d'arrêt international permettent son arrestation à Eupen le 28 juin. Le 9 juillet il est inculpé pour le meurtre de Christine Van Hees.

Le 27 juillet 1984, le père de Christine se présente à la Police Judiciaire furieux de ne pas être tenu au courant de l’évolution du dossier ; il n'admet pas le fait que sa fille ait fréquenté des marginaux et enrage de l'image que l'on donne de la jeune fille. [PV 16516 Police JJ BXL - 27.07.84] Oui, mais voilà, des punks, Christine en a rencontrés, ne serait-ce qu'une fois. Et ce n'est pas n'importe qui qui l'affirme, c'est son propre frère, Michel : « je suis allé avec ma sœur à une soirée à l'Athénée Vésale à Etterbeek en décembre 83. ( En décembre 83 ou soirée spaghetti du 11.02.84 ? ) Elle a fait connaissance d'un groupe de cinq punks. Elle devait connaître au moins l’un d'entre eux puisqu’elle a passé toute la soirée avec lui. » Et toujours selon lui, sa sœur allait souvent dans les galeries Agora. Sur photos, il reconnaît Alain LENGLET, Marc DURIAU (« Clochard ») et un troisième punk. Un tel témoignage ne peut que conforter les policiers dans leur conviction qu'ils tiennent le bon bout. [PV 16588 PJ BXL 30.07.84] Marc DURIAU affirme avec force ne pas connaître Christine et charge, lui aussi, le « Petit Tondu ». Même horrible couplet sur les sévices infligés à la jeune fille, la façon dont « elle a été ligotée avec du fil de fer barbelé, torturée et pendue ». [PV 16584 PJ BXL 30.07. 84]

L'enquête se poursuit donc dans le milieu punk. Nathalie STEVIC (26/10/68), fréquente cette mouvance depuis trois ans. Lorsqu'elle est interrogée, c'est pour replonger les enquêteurs dans les ténèbres de l'occultisme, l'un de ses dadas. Ces premiers mots sont pour Serge CLOOTH : « il est tout à fait capable de commettre de telles atrocités ». Mais, le surnommé « Clockwork », dit-elle, « pense que l'auteur pourrait être un certain Michel de nationalité française, un skin tatoué sur l'avant bras d'un sigle d'Orange Mécanique. Il se ballade avec, au dos de sa chemise, trois ' 6 ' dessinés en triangles renversés, le signe du diable ». Et de citer, pour finir, les noms et surnoms des principaux membres du groupe punk qui fréquentent la galerie Agora à Bruxelles. [PV 18487 PJ BXL 21.10.84] « Clockwork », c'est Michel PETIAU (26/11/64) qui voit très bien qui est Christine puisqu'il est allé à l'Athénée d'Etterbeek que fréquentent les frères Van Hees. Tout ce qu'il sait du meurtre c'est par la rumeur qui voudrait que ce soit CLOOTH et « Petit Tondu » qui ont fait le coup. Rien sur le punk français. [PV 18494 PJ BXL 03.09.84]

Septembre, Serge CLOOTH est enfin interrogé. Dans un premier temps, il nie connaître Christine Van Hees. Il a vaguement entendu parler du meurtre par Alain LENGLET et Serge BRAECKMAN mais c'est tout. L'interrogatoire se poursuit et il avoue : « oui, j'ai rencontré Christine. La première fois, c'était aux Galeries Agora le week-end précédant le 2 février 84, je l'ai ensuite revue le week-end suivant ». Il précise qu'elle était accompagnée de Muriel CARLIER - une intime d' Alain LENGLET - qui sortait souvent au « Bierkelder » notamment avec Alain DEBOIS (« Kleenex »). Il poursuit : « Le 13 février 84 vers 17 heures 30 j'ai vu Christine à la station de métro Montgomery. Elle était accompagnée de Alain LENGLET, Renaud THILL dit « Vicious » et d'un gars que je n'avais jamais vu. Nous sommes allés sur la plaine de l'Université flamande, la VUB, ensuite, dans un terrain abandonné aux pièces sombres où nous avons fumé quelques joints avec Christine. LENGLET et son copain ont commencé à la peloter puis l'ont violée. L'inconnu l'a ligotée avec du fil de fer pendant que THILL lui brûlait les mains et le ventre avec une cigarette. L'inconnu a lié les chevilles de la fille avec du fil de fer et l'a arrosée avec le contenu d'un bidon tandis que LENGLET ramenait des planches près du corps ». [PV 19850 PJ BXL 12.09. 84]

En cette fin septembre, les policiers mettent le paquet. Serge BRAECKMAN (« Petit Tondu ») est interpellé. Muriel CARLIER, réentendue, admet avoir fait la connaissance de la victime. Il lui revient qu'un jour qu'elle se promenait dans la galerie Agora et qu' un couple lui a demandé où il pouvait trouver un café New Wave. Elle leur a indiqué le « Débit de Boisson » et les a accompagnés. Elle est retournée plusieurs fois dans cet établissement, y a fait la connaissance de Christine avec qui elle a sympathisé. Ce sera l'une des dernières auditions de Muriel qui meurt en 1991 à l'âge de vingt-cinq ans. Lorsque le père de Muriel, Jean CARLIER (26/10/41), est entendu, il « suggère de s’intéresser à l’adulte qui s’occupe du « Petit Tondu » et qui se livrerait à des pratiques de magie noire ». [PV 12648 PJ Bruxelles 05.06.84] Cette « magie noire », en récurrence, encore. Décidément !

Serge CLOOTH est réinterrogé le 28 mais cette fois il avance une thèse politique comme motif du meurtre. LENGLET lui a confié, dit-il, que Christine avait appris l'attaque d'une caserne à Vielsalm ou Ostende. Lui-même était au courrant de ce fait vers la mi-mars 1984. Les armes volées devaient être utilisées pour commettre des hold-up et des assassinats. « Je suis certain que c'est pour cette raison que Christine Van Hees a été exécutée ». Alain LENGLET, Marc LEFEVRE (« Coco ») et Marc DURIAU (« Clochard ») auraient reçu des menaces leur intimant l'ordre de ne pas dire que LENGLET avait amené la jeune Van Hees à la Champignonnière. [PV 20693 PJ BXL 28.09.84] Le 12 mai 1984, il y a bien eu un important vol d'armes de guerre à la caserne des chasseurs ardennais de Vielsalm dont le dossier est joint à celui des tueurs du Brabant wallon [4] mais cela, CLOOTH a très bien pu l'apprendre par les médias. Ce n'est pourtant pas la première fois que les policiers entendent quelque chose du même genre. Tout au début de l'enquête, en mars 84, Thierry DEBOUDT (07/11/63) avait déclaré auprès de la police d'Etterbeek que Christine faisait partie de « la bande des 20 », des jeunes proches de l'extrême droite ; ce sont eux qui, selon lui, auraient commis les atrocités de la champignonnière d'Auderghem. [PV 6775 Police d'Etterbeek 22.03.84] Le garçon mourra peu de temps après.

Ils sont à présent trois à être emprisonnés : CLOOTH, THILL et LENGLET. BRAECKMAN, mineur, est placé quinze jours à Forest. Pour les policiers, assurément, les coupables, présumés, sont là mais pour l'instant un seul a avoué.

Renaud THILL, milicien, lui, se défend d'être de quelque façon mêlé à ce dont on l'accuse. Il affirme avec force qu'il était en sa caserne Reine Astrid à Propsteierwald le jour du meurtre. Vérifications faites, même si on croit déceler quelques traces de surcharges sur la feuille de garde, il faut se rendre à l'évidence car la note 15501 de la section du personnel du 29ème Bataillon Logistique est sans appel : « le suspect n'était pas en congé le 13 février 84 ». Exit THILL.

Janvier 1985, le juge d'instruction Eloy est victime d'une crise cardiaque. S'ensuit pour lui une dépression nerveuse et cinq mois plus tard il démissionne. Le 1er octobre 1985 le juge Jean-Claude Van Espen est chargé du dossier.

Serge CLOOTH sera interrogé seize fois. Sans cesse, il change ses versions. Tantôt, ils ont rencontré Christine près du squat, sont entrés dans une sorte de grenier avec l'aide d'une chaise et ont poussé la fille. « Elle a trébuché et s'est cognée la tête contre une poutre. Ils sont revenus une dizaine de minutes plus tard et ont vu sortir de la fumée noire ». Le lendemain, au magistrat instructeur, il dira : « Si j'ai impliqué THILL et BRAECKMAN c'est parce que je leur en voulais » mais finit par avouer le viol de Christine Van Hees. [PV audition 29.09.84 JI Eloy] Le 14 janvier 1985, c'est tout autre chose encore qu'il raconte. Ils étaient sept à la champignonnière et ont « offert Christine à Satan » au cours d'une « messe noire ». Ici, le procès-verbal fourmille de détails sur la couleur du soutien-gorge de Christine, les cris qu'elle a lancés, la façon dont ses vêtements ont été brûlés, l'endroit ils l'ont été ... Tous détails qui n'ont pas dû lui tomber du ciel ! [PV 3623 PJ BXL 14.01.85] Simple. Il s’en explique en novembre 1985 lors d’un passage au cabinet du tout nouveau juge d’instruction Van Espen : « la police judiciaire me donnait des détails avant d’acter ma déclaration ». Il se dit aussi étonné qu’après son arrestation, LENGLET s‘est empressé de faire une déclaration à la gendarmerie pour signaler qu’il y avait des affaires intéressantes à découvrir au squat de Woluwe et que c’est ainsi que le cahier de brouillon fut découvert. [PV d’audition cabinet magistrat instructeur 20.11.1985] Etonnement que nous partageons.

Dans le cabinet du Juge toujours, il parle d’« une photo qu’il a remise au Commissaire Collignon en mars avant qu’il ne soit arrêté ». De quelle photo s’agissait-il ? Serge CLOOTH poursuit : « Vous pourriez peut-être avoir des renseignements en interrogeant la fille au cheveux noirs qui se trouve sur la photo prise en mars 84, photo sur laquelle je me trouve en présence de Sylvie que je fais boire et de la fille aux cheveux noirs. Cette fille pourrait vous dire quel était le nom de l’amie qui se trouvait avec Christine le jour où je l’ai rencontrée pour la dernière fois, soit début février ». Oui, qui était la fille aux cheveux noirs et qu’aurait-elle pu dire ?

Le 20.02.84, sous la plume de René Haquin, le journal « Le Soir » titre : « ... Une heure blanche avant la mort de Christine … ». Cela, c’était avant que nous sachions que Christine a été vue vers 18.00 heures avec un jeune homme au coin de l’avenue Charles Madoux et de la Chaussée de Wavre et qu’à 18.45 heures Yvonne LABEE entend, provenant de la champignonnière, les cris d’une jeune fille, indiscutablement ceux de Christine. Nous pouvons donc réduire cette plage horaire « blanche » à trois quarts d’heure. Or, rien de ce que déclare CLOOTH à propos de l’endroit où les présumés auteurs et co-auteurs du meurtre « ramassent » Christine pour la conduire à la champignonnière ne permet de caler les faits tels qu’il les expose dans ces « trois quarts d’heure blancs ». Soit le périple meurtrier se fait, accompagné de Christine, au départ du square Montgomery ou alors des galeries Agora soit tout ce petit monde passe par le squat. Si une version peut être retenue, avec des réserves, c’est lorsque CLOOTH affirme que Olivier VAN ACKER (24/01/65) alias « Canaris » qui avait rendez-vous avec LENGLET entre 17h00 et 18h00 dit à Marc DURIAU (« Clochard ») : « Si vous vous emmerdez, vous n’avez qu’à venir rue de la Stratégie à Auderghem près des anciens squats, où tu sais » [PV 5072 PJ BXL 31.01.86] Version qu’il maintiendra tout au long de ses déclarations ultérieures allant jusqu’à dire au juge d’instruction : « Selon moi, la clé de ce dossier, c'est LENGLET ». [PV d’audition chez le magistrat instructeur 22.10.86]

Serge CLOOTH passera encore plus de deux ans en détention préventive pour être finalement libéré le 17 novembre 1987. Le 10 octobre 1990, un non lieu est prononcé pour Serge CLOOTH, Alain LENGLET, Renaud THILL et Alain DEBOIS. CLOOTH, sur les conseils de son avocat, Maître Didier de Quévy épaulé par son ami Jean-Paul Dumont attaque la Belgique devant la Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg et obtient la condamnation de l'Etat belge ainsi qu'une substantielle indemnisation. Marc DURIAU - « Clochard » -, meurt dans la nuit du 31 juillet au 1er août 1986 d'une surdose d'héroïne que lui administre LENGLET. Celui-ci prendra six ans ferme pour cet homicide, il en fera quatre. En 1997, Marc LEFEVRE - (« Coco ») - dira que Marc DURIAU devait mourir car il en savait trop. Avis partagé par Serge CLOOTH : « DURIAU voulait raconter tout ce qu'il savait à la PJ ».

Nous avons retrouvé Alain LENGLET. Nous lui fixons rendez-vous dans un bistrot d’Etterbeek. Présentations faites, la première chose qu’il nous dit c’est : « Vous savez, cette affaire continue à me pourrir l’existence ... C’est évidemment triste pour cette jeune fille et ses parents mais, moi, vingt ans après, on me demande encore si j’ai fait le coup ! Quant à Marc DURIAU, il s'est fixé à l'héro et est mort d'une crise d'épilepsie ». Le garçon, très volubile, nous entraînera à nouveau dans l’univers haut en couleur des crêtes rouges et surnoms de toute nature sans nous révéler véritablement quoi que nous ne sachions déjà. Sauf qu'il nous apprend malgré tout qu’un punk a récemment (2006) été cherché sur une plate-forme pétrolière française pour interrogatoire, un certain Bruno LOPEZ alias « l’Indien ». Voilà au moins un devoir d’enquête qui aura été fait et qui confirme que l’enquête ne se détourne pas de la piste dite des punks. Il réussira aussi à susciter notre attention lorsqu’il nous parle d’une femme avec qui il s’est mis et remis en ménage, Anne GOOSSENS qui, selon lui, « sait pour la champignonnière ». Cela nous interpelle car en effet un certain Marc GOOSSENS, para commando, avait été interrogé lors des enquêtes de 84 et 97.

A l'un ou l'autre moment, il ouvre son dossier qu'il avait pris soin d'emporter avec lui et c'est ainsi que nous pouvons lire - notamment à propos de la déclaration anonyme de Fabienne KIRBY du 20.02.84 - quelques annotations de sa main telles : « Rien à voir avec les punks par contre des hardrockers et motards serait plus logique ... Les enquêteurs ne connaissent rien au milieu des marginaux » ou encore « Si elle m'avait connu, elle vivrait encore ». Par la suite, notre conversation reprendra très vite ce même schéma tortueux des auditions où « untel connaît untel qui balance que … ». C’est vrai qu’à entendre LENGLET, on ne peut que constater que nombre de ces marginaux de l’époque, déjà prédélinquants, n’ont pas vraiment trouvé à se réinsérer. Tantôt en prison tantôt dehors, certains ont continué à se voir, ont fait l’un ou l’autre « coup » ensemble puis à « chacun pour soi » de s’en tirer au mieux. LENGLET, qui tout au long de la discussion aura bu du coca nous assure, lorsque nous le quittons, ne plus toucher à la drogue et être tout à fait « clean ».


[1] • ALICE = VAN HOLME Sieglinde (22 Septembre 65) • BABSI = HAHN Anke (20 novembre 67) • CANARD ou CANARI = VANACKERE Olivier (24 Janvier 65) • COCO = LEFEVRE Marc (26 mars 64) • CLOCHARD = DURIAU Marc (12 mai 65) • L’IRLANDAISE = FEENEY Renita (31octobre 67) • JUMBO = FONTAINE Pascal (23 Décembre 66) • KLEENEX = DEBOIS Alain (29 mars 63) • LANA = HEYRMAN Lana (01 octobre 68) • LENGLET = LENGLET Alain (06 juin 63) • MOUSTIQUE = CARLIER Muriel (31 janvier 66) • PETIT LUC = RIDEZ Luc (05 juillet 68) • POPOV = SVOROBOVITCH Vladik (18 mai 65) • PUPUCE = NOËL Christine (27 juillet 68) • PETIT TONDU = BRAECKMAN Serge (24 avril 67) • ROGER = CHALLENOR Roger (12 avril 67) • RYOT = CLOET Daniel (29 octobre 63) • SERGE L’ALLEMAND ou LE GRAND SERGE ou l’IROQUOIS = CLOOTH Serge (24 août 64) • SID = STEVIC Nathalie (26 août 68) • SYLVIE = ROSSI Sylvia (03 septembre 65)


Source : http://www.libertzone.be/dne/modules/smartsection/comment_new.php?com_itemid=21&com_order=0&com_mode=nest

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
dislairelucien



Nombre de messages : 1145
Age : 77
Localisation : B - 6660 Houffalize
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Sam 26 Nov 2011 - 18:07



D'AUTRES CRIMES IMPUTABLES A PATRICK DEROCHETTE?
TROUBLANTES COÏINCIDENCES
L'un de ces meurtres, particulièrement horrible, retient l'attention de Neufchâteau. Le 12 février 1984, le corps de Christine Van Hees, une étudiante de 16 ans, était découvert dans le sous-sol d'une ancienne champignonnière d'Etterbeek, à l'angle de la chaussée de Wavre et du boulevard Général Jacques. La victime avait été brûlée sur un bûcher. Elle était entravée et avait subi des sévices : un fil de fer introduit dans ses parties intimes. Les enquêteurs découvrirent dans le sous-sol un «poêle de garagiste» et des bidons de carburant. Des suspects furent appréhendés mais l'affaire déboucha sur un non-lieu. Ce qui intrigue aujourd'hui les enquêteurs tient en trois coïncidences troublantes.
1. Le lieu : la champignonnière est proche de la station des Derochette.
2. La date : le supplice de Christine a lieu le 12 février 1984. Neuf jours plus tard, Derochette enlève un Vietnamien de 11 ans et lui fait subir les pires sévices dans la cave de la station-service. Il le déshabille sous la menace d'un chalumeau et s'apprête à l'empaler avec une barre de fer lorsqu'un témoin intervient. («Le Soir» du 11 mars).
3. Le modus operandi : dans les deux cas se retrouvent le feu (bûcher et chalumeau) et le viol ou la tentative de viol avec un objet de métal (le fil de fer et la barre de fer).
En neuf jours de temps, un psychopathe est capable de rechercher son épouvantable satisfaction dans la reproduction de rites semblables. Arrêté suite à l'agression commise contre le petit Vietnamien, Patrick Derochette sera interné à la prison de Forest et libéré en août 1984, un mois et demi après le jugement le condamnant à la relégation en hôpital psychiatrique. Durant sa détention préventive, il fut appelé sous les drapeaux. Derochette Patrick, matricule 84/07349, fut même signalé «manquant» à l'auditorat militaire et une procédure judiciaire fut entamée contre lui. METDEPENNINGEN,MARC Jeudi 13 mars 1997

Pas mal non plus celui-la comme suspect. Et aussi : quel quartier pourri …
Est-il toujours interné ?
C’est le genre de mec (ainsi que Clooth) a faire localiser par une cellule musclée qui malheureusement n'existe pas sur le forum. Un squad dans le style Wiesenthal qui se mouille au lieu de pérorer.
Revenir en haut Aller en bas
h4 o



Nombre de messages : 162
Age : 48
Localisation : 50,765645,3,004798
Date d'inscription : 05/04/2011

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mar 29 Nov 2011 - 12:17

- il me semble que ce Clooth alimente le these de la responsabilite des punks si j'ai bien compris .
- on peut se demander s'il est plus utile mort que vivant , il est vrai ...a moins que je n'ai saisi le sens de votre remarque .
Revenir en haut Aller en bas
Feu Follet



Nombre de messages : 643
Age : 50
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mer 30 Nov 2011 - 5:27

Si je comprends bien, personne n'a la moindre idée de l'endroit où le "beau Serge" se trouve à l'heure actuelle, ni des activités qui sont maintenant les siennes.

Ce serait intéressant de voir quels contacts il a pu garder avec son ancien milieu, voire avec les gens qui ont été à l'armée avec lui, pour le peu de temps qu'il y a passé.
Revenir en haut Aller en bas
ilimalex



Nombre de messages : 3
Localisation : mouscron
Date d'inscription : 07/02/2012

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mar 7 Fév 2012 - 20:46

bonjour, est ce quelqu'un peut m'en dire plus sur la famille SCHREVENS??? S.V.P très important pour moi
Revenir en haut Aller en bas
ilimalex



Nombre de messages : 3
Localisation : mouscron
Date d'inscription : 07/02/2012

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mar 7 Fév 2012 - 20:48

ps : on en parle a la page 33
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mar 7 Fév 2012 - 20:58

ilimalex a écrit:
bonjour, est ce quelqu'un peut m'en dire plus sur la famille SCHREVENS??? S.V.P très important pour moi

Pierre Schrevens était le petit ami de CVH.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
aurore



Nombre de messages : 203
Date d'inscription : 09/08/2010

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mer 8 Fév 2012 - 10:00

ilimalex a écrit:
bonjour, est ce quelqu'un peut m'en dire plus sur la famille SCHREVENS??? S.V.P très important pour moi
Pouvez-vous dire pourquoi?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Aujourd'hui à 10:40

Revenir en haut Aller en bas
 
Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 23Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 12 ... 23  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le meurtre est-il le pire des crimes ?
» Meurtre du petit valentin
» 7 mois de prison ferme pour le meurtre d'un chat
» la loi et le meurtre d'animaux
» Meurtre après une émission de télé-réalité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AUTRES AFFAIRES CRIMINELLES :: Autres grandes affaires criminelles-
Sauter vers: