les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 21, 22, 23
AuteurMessage
frederic lavachery



Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Dim 14 Aoû 2016 - 14:07

michel a écrit:
michel a écrit:
On me signale que l'une des victimes du tueur grêlé a été liée comme Christine Van Hees (position de la gondole).

https://www.youtube.com/watch?v=7O4CUcMJ5Y8




Sinon, cela me fait surtout penser à une technique de bondage dite position de Hogtied (je vous laisse le soin de découvrir via google, l'imagination est au pouvoir)

Voilà de quoi il s'agit :

Courriel de Jean-Pierre Bloch à Frédéric Lavachery du 9 novmebre 2009.

Ci-joint ma réponse de ce jour à la responsable d'un projet de Phare Ouest Productions concernant notre dossier.
Pour info :

Arnaud Poivre D'Arvor, président
Arnaud Poivre d'Arvor, 35 ans, a suivi un cursus universitaire de droit et d'histoire avant de se tourner vers les métiers de l'image. Après une formation de chef opérateur, il débute dans l'audiovisuel en participant à la réalisation de courts-métrages et en collaborant, en tant qu'assistant-réalisateur, à différentes fictions. En 1999, il est nommé Responsable Editorial de la chaîne Histoire (AB Groupe) dont il a conçu et animé plusieurs émissions. France 2 lui confie en 2000 la présentation de différents programmes comme '100 % Imprévu' (DMLS TV) et "Il était une voix ..." (Dominique Cantien). L'année suivante, il crée, produit et anime sur France 2 une émission spéciale de prime-time, 'Nos ancêtres les Gaulois'. Après plusieurs interventions dans des séries documentaires historiques sur Planète, Arnaud Poivre d'Arvor rejoint Match TV en 2002 pour y animer pendant deux saisons 'Good News', un journal quotidien en direct.
Sa rencontre avec Sébastien Brunaud le conduit à créer, en août 2003, la société Phare Ouest Productions, où il poursuit depuis sa double carrière de producteur et de présentateur.

Marie Capron, rédactrice en chef. Marie Capron, née en 1979, a obtenu une maîtrise de droit international à la Sorbonne ainsi qu'un diplôme du CELSA. Après une année destinée à compléter sa formation à la San Francisco State University (Marie est parfaitement bilingue français-anglais), elle rentre en France où elle fait la connaissance d'Arnaud Poivre d'Arvor et Sébastien Brunaud. Entrée chez Phare Ouest en janvier 2005, elle y est devenue LA spécialiste en affaires criminelles, coordonnant tous les programmes « forensic» développés par la société.  

France Soir du mardi 4 novembre 2008 n°19945 :  Propos recueillis par Sandrine Briclot, le mardi 4 novembre 2008 à 04:00

FRANCE-SOIR. Quel est le concept de Non élucidé ?

ARNAUD POIVRE D’ARVOR. J’y travaille depuis cinq ans : un programme qui s’intéresse aux affaires criminelles – homicides ou disparitions – non résolues et non prescrites, pour la plupart, par la justice. Il s’agit d’enrichir l’offre sur la thématique du fait divers, qui séduit un large public, avec un plus : travailler sur des affaires qui « vivent » encore et sur lesquelles on peut agir grâce à un relais médiatique. Et susciter, pourquoi pas, de nouveaux témoignages sur des affaires qui ont été médiatisées et qui, aujourd’hui, manquent de lumière.

Quel est votre idéal dans ce domaine ?

Je voudrais que cette émission soit utile. Non élucidé n’est pas là pour raconter une affaire. En fin d’émission, nous lançons un appel à témoin afin d’entrer en relation avec les services d’enquête. Notre souhait, même si à aucun moment nous ne prétendons résoudre l’affaire, c’est de réveiller des mémoires.

Comment réagissent les familles de victimes ?

Ces personnes ont besoin de réponses, de sentir qu’on s’intéresse toujours à leur affaire et qu’elles ne sont pas abandonnées. Elles souffrent doublement, ayant perdu un proche dans des conditions terribles et ne sachant pas ce qui s’est passé – il n’y a pas eu de procès. Ces affaires sont encore en cours d’instruction.

Vous marchez sur des oeufs...

Nous sommes vigilants en ce qui concerne le secret de l’instruction. Nous ne travaillons qu’à partir des éléments rendus publics pour ne pas polluer l’enquête en cours. L’émission n’a pas été réalisée dans le dos de la justice, nous avons informé magistrats et gendarmes de notre démarche. Il ne s’agit pas du tout de critiquer le travail qui a été fait. Pendant toute l’émission, vous êtes accompagnés par Jean-Marc Bloch, ex-grand flic de la PJ, reconnu par ses pairs.

Comment est né ce binôme ?

C’est un grand flic avec trente ans de police judiciaire derrière lui. Il est devenu un élément essentiel du concept. Il vient avec toute sa sagesse, sa connaissance de l’enquête et son sens de la pédagogie. Il a une grosse voix, un look à la Gabin. Il est surtout extrêmement humain parce qu’il a l’expérience de la souffrance de l’autre. Selon lui, les affaires non élucidées sont les plus importantes dans la carrière d’un policier : elles restent dans la mémoire. Avec nous, il dit avoir retrouvé « une nouvelle brigade ».

NB : APDA est le fils de PPDA alors que Jean-Marc Bloch n'est pas mon père (ni rien de comparable pour moi).

Amicalement
JPB

Début du message réexpédié :
De : Jean-Pierre Bloch
Date : 9 novembre 2009 16:28:57 HNEC
À : Marie Capron
Objet : Rép : Emission Non Elucidé

Je vous remercie pour ces précisions qui me permettent de mieux situer votre émission et vos méthodes de travail, en attendant les enregistrements des deux N° que vous avez déjà réalisés, diffusés par France 2 le 4 novembre 2008 (affaire Jonathan) et le 31 mars 2009 (affaire Christelle Blétry).
Je vous adresserai prochainement une documentation sur notre dossier.
Je tiens à préciser tout de suite que le texte intégral des extraits retenus parmi mes déclarations devra m'être soumis avant la diffusion publique qui ne saurait avoir lieu sans mon accord.
Cordialement.
--
Jean-Pierre Bloch
decadi@mac.com
Qui a tué Cécile Bloch ?
http://www.cecilebloch.com/
Message subliminal à bon entendeur : "La montagne qui se déplace a perdu" (Akira Kurosawa, Kagemusha)

Le 6 nov. 09 à 19:56, Marie Capron a écrit :
Bonsoir Monsieur Bloch,

Je reviens vers vous par email pour vous exposer le projet d'émission sur la
triste affaire qui a touché votre famille.

Nous souhaitons consacrer un numéro de Non Elucidé au meurtre de Cécile.
Le programme "Non Elucidé", produit par la société Phare Ouest Productions
pour la chaîne France 2, est présenté par Arnaud Poivre d'Arvor et Jean-Marc
Bloch (ancien directeur du SRPJ de Versailles).

Comme son nom l'indique, ce programme de 90 minutes est consacré aux
affaires criminelles dont l'enquête n'a pas abouti. Son objectif est de
relancer l'ntérêt public sur ces affaires et, autant que faire se peut, de
susciter de nouveaux témoignages, le tout en proposant une approche
pédagogique des techniques d'investigation, et des différentes compétences
techniques et scientifiques requises dans le cadre d'une enquête criminelle.

Dans ce numéro, nous entendons retracer dans les détails les faits s'étant
déroulés en mai 1986 concernant votre enfant, évoquer dans autant de détails le meurtre de la petite Sarah survenu deux mois auparavant dans le 13ème arrondissement (immeuble place de la Vénétie), le viol de Marianne N. rue Didot dans le 14ème, le double homicide du Marais ainsi que le viol de
Ingrid G. du 29 juin 1994.

Nous mettrons tous nos efforts en œuvre pour narrer au mieux les faits,
faire les rapprochements nécessaires, soulever des questions et esquisser
des réponses.

Nous entendons interroger les proches, les avocats, les témoins, les
enquêteurs ainsi que des experts qui pourront nous éclairer sur ces
affaires.

Cette émission sera diffusée courant 2010 sur la chaîne France 2. Je ne peux
à l'heure où je vous écris vous dire à quelle date aura lieu cette
diffusion. La chaîne n'étant pas pour le moment précise sur cette échéance.

Nous tâcherons d'être le plus complet et le plus précis dans l'enquête
journalistique que nous mènerons et dans la narration des faits.

J'espère que nous saurons nous montrer digne de la confiance que vous nous
témoignerez et que vous nous accompagnerez tout au long de notre enquête.
Votre très bonne connaissance des dossiers nous aidera beaucoup.

Je suis à votre entière disposition pour discuter de ce projet et j'espère
que nous avancerons en bonne entente et au service de l'information.

En attendant de vos nouvelles, je vous souhaite une excellente soirée.

Cordialement.


Marie CAPRON
Rédactrice en chef

Non Elucidé pour France 2

marie.capron@phare-ouest.tv

Phare Ouest Productions
112 avenue Jean-Baptiste Clément
92100 Boulogne Billancourt
www.phare-ouest.tv

01 55 38 13 13 (standard)
01 55 38 13 16 (dir)
06 60 07 45 77 (port)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Courriel de Jean-Pierre Bloch à Frédéric Lavachery du 12 novembre 2009.


De mon point de vue c'est la même chose et la ligne précédente du tableau explique cette intervention (13 et 15 septembre 2008). L'apparition du Werkgroep Morkhoven dans le dossier (publication d'une photo réelle ou supposée de Cécile) doit être vue, me semble-t-il, dans le nouveau contexte de la découverte du lien avec l'affaire Politi-Muller  et de sa dissimulation par le juge Caddeo, ce qui permet de s'interroger sur le rôle joué par cette association belge. Pour la clarté je devrais peut-être introduire les dates de la confirmation de la condamnation de son président Marcel Vervloesem en Cour d'appel d'Anvers (6 ou 7/02/2008) et du rejet de son pourvoi par la Cour de cassation  (24/06/2008).

C'est précisément le rôle de cette chrono : replacer chaque événement dans le temps et dans le contexte politique et judiciaire du moment. Je pense qu'il faut notamment caractériser des périodes différentes à partir de l'entrée en piste de nouveaux ministres (notamment Pasqua) et de juges d'instruction différents.

Les quatre premières affaires, dont l'assassinat de Cécile et le double assassinat d'adutes, se passent toutes à Paris sous le règne de Pasqua comme ministre de l'intérieur. La cinquième affaire (Ingrid G. dans l'Essonne), qui me paraît depuis longtemps fabriquée de toutes pièces, intervient à la suite du retour du même Pasqua et du classement sans suite du dossier de Cécile par le juge Getti. L'inaction judiciaire s'est organisée depuis que l'hypothèse d'un agresseur isolé ne peut plus être raisonnablement soutenue, c'est-à-dire depuis la mise au jour de l'affaire Politi-Muller enterrée aussi bien par les juges et enquêteurs que par les familles des deux victimes.

Les différentes périodes d'instruction montrent une activité ou une inertie particulière à chaque juge, avec une mention spéciale pour les hommes :

1 - Le juge Salzmann, qui s'est pitoyablement illustré dans l'affaire du Coral, n'a pris aucune initiative contrairement à la brigade criminelle d'alors (moins d'un an).

2 - La juge Froment n'a pas été beaucoup plus active et a manifesté la même hostilité à notre égard (21 mois).

3 - Le très médiatique juge Getti a dormi pendant un peu plus de 4 ans avant de rendre une ordonnance de non-lieu avant de devenir président de la Cour d'assises de Paris et et chargé de mission pour la Fédération Internationale des Droits de l’Homme.

4 - La juge Colin, qui reprend le dossier enterré depuis 45 mois, découvre l'ADN avec 10 ans de retard et joint les 4 dossiers d'enfants sans inrformation des parties civiles (44 mois)

5 - La juge Bibal-Séry produit en 2 ans et demi plus d'actes que tous les précédents réunis, provoque les comparaisons d'ADN, notamment avec l'affaire Politi et travaille en commun avec la police et la famille.
6 - La juge Goetzmann se laisse déposséder des dossiers et abandonne au bout de 18 jours.

7 - Le juge Caddeo refuse catégoriquement la jonction des dossiers depuis et s'occupe d'autre chose depuis 7 ans et demi.

Nous en sommes donc là. Il faut ajouter à ce contexte la production  des médias à chaque étape.

Je ne suis pas en possession des articles publiés au point de départ de chaque affaire. Au moment de l'assassinat de Cécile nous n'étions pas en situation de nous occuper de cela et je pense que les autres agressions contre des enfants n'ont donné lieu qu'à de vagues compte-rendus. Nous savons par ailleurs que le double assassinat survenu au centre de Paris en 1987 a trouvé peu d'échos dans la presse de cette période, ce qui pose une vraie question compte tenu du caractère spécial et spectaculaire de l'événement.

Il est très évident par la suite que les articles ou émissions se succèdent par vagues correspondant à des moments particuliers :

- Nous rencontrons Serge Garde le 12 décembre 2000 à la suite de la série d'articles qu'il a publié dans le courant de cette année sur le cédérom de Zandvoort présenté par le Werkgroep Morkhoven et Marcel Vervloesem et de nouveau le 3 mars 2001 en même temps que la "profileuse" Carine Hutsebaut qu'il nous a recommandé. C'est ensuite et principalement sur le rôle supposé de Carine Hutsebaut que paraîssent les premiers articles dans l'Humanité du 4 novembre 2002.
- La deuxième vague dans les médias est provoquée par le documentaire de Thierry de Lestrade, également centré sur l'activité de Carine Hutsebaut (France 2, 31 octobre 2003). L'annonce de cette diffusion est immédiatement suivie de 2 articles de Libération et de l'Humanité et surtout d'un sujet présenté le 23 octobre au 20h de TF1 par Patrick Poivre d'Arvor manifestement fondé sur le point de vue de la PJ.
- La presse et la télévision interviennent ensuite en 2004 et 2005 au rythme des rediffusions du documentaire sur différentes chaînes.

Depuis ce moment le silence médiatique est retombé. Il faut voir maintenant ce que le petit Poivre de Phare Ouest peut produire et jusqu'où il est susceptible d'aller.

Amicalement.
JPB


Le 12 nov. 09 à 10:27, frédéric lavachery a écrit :

excellent outil.

Tu avais écrit au procureur de Hasselt, non, à propos de la photo de Cécile et du rôle douteux du tandem Vervloesem-de Croÿ?

Frédéric.


Le 11 nov. 09 à 19:35, Jean-Pierre Bloch a écrit :

Ci-joint une chronologie que j'envisage d'envoyer à ces gens et sur laquelle je voudrais d'abord ton avis et celui des personnes qui en reçoivent copie.
J' ai rassemblé en une seule et actualisé les différentes chrono déjà établies, car je pense que la succession de tous les événements peut éclairer l'affaire.
La question est de savoir comment elle peut être lue par ces gens de médias.

BisouBye
JPB




Début du message réexpédié :
De : Marie Capron
Date : 9 novembre 2009 18:31:47 HNEC
À : Jean-Pierre Bloch
Objet : Rép : Emission Non Elucidé

Monsieur Bloch,
Merci de m’avoir répondu si rapidement.
Les dvds des premières émissions sont partis vendredi après-midi. Ils ne devraient pas tarder à arriver jusqu’à vous. J’ai consulté mes producteurs et ils acceptent les conditions que vous nous avez stipulées. Je lance toutes les démarches dès demain auprès de toutes les institutions pour que nous ayons le plus d’intervenants acteurs directs de l’affaire.

Je vous remercie de l’aide que vous pourrez nous apporter.
Bonne soirée.
Cordialement.

Marie CAPRON
Rédactrice en chef

Non Elucidé pour France 2

marie.capron@phare-ouest.tv

Phare Ouest Productions
112 avenue Jean-Baptiste Clément
92100 Boulogne Billancourt
www.phare-ouest.tv

01 55 38 13 13 (standard)
01 55 38 13 16 (dir)
06 60 07 45 77 (port)


Le 9/11/09 16:28, « Jean-Pierre Bloch » a écrit :

Je vous remercie pour ces précisions qui me permettent de mieux situer votre émission et vos méthodes de travail, en attendant les enregistrements des deux N° que vous avez déjà réalisés, diffusés par France 2 le 4 novembre 2008 (affaire Jonathan) et le 31 mars 2009 (affaire Christelle Blétry).

Je vous adresserai prochainement une documentation sur notre dossier.
Je tiens à préciser tout de suite que le texte intégral des extraits retenus parmi mes déclarations devra m'être soumis avant la diffusion publique qui ne saurait avoir lieu sans mon accord.

Cordialement.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Courrier du 15 novembre :


Plusieurs précisions à ce propos concernant la chronologie :
- la réunion avec le commissaire Martineau est sans doute celle du 13/12/2000
- ajouté la date du 12/08/2004 pour la consultation du répertoire de photos
- ajoutées les dates du 18/11/2003 et 8/09/2005 en ce qui concerne les policiers retraités manipulés par M° Collard

Un texte d'explications m'a d'autre part paru nécessaire pour éclairer cette chronologie nécessairement complexe.

La première partie comporte une échelle de durée en effet très nécessaire à la compréhension. La deuxième partie illustre l'activité ou l'inertie de chacun des juges successifs.

Il s'est avéré que l'affaire Muenstermann n'avait pas de lien avec la nôtre. Cependant la recherche d'ADN opérée dans ce dossier par Interpol permet de poser une intéressante question concernant les méthodes du juge Caddeo.

Je ferai parvenir ce dossier à Mme Capron et donc au petit Poivre dans les jours qui viennent. D'ici là d'autres remarques sont évidemment possibles.
Remerciements à tous.
JPB

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7024
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Dim 14 Aoû 2016 - 20:31

michel a écrit:
michel a écrit:
On me signale que l'une des victimes du tueur grêlé a été liée comme Christine Van Hees (position de la gondole).

https://www.youtube.com/watch?v=7O4CUcMJ5Y8




Sinon, cela me fait surtout penser à une technique de bondage dite position de Hogtied (je vous laisse le soin de découvrir via google, l'imagination est au pouvoir)

Pour en revenir au sujet Rolling Eyes Twisted Evil Si la thèse du bondage est exacte, cela nous mène à un ou des individus adeptes du sadomasochisme. N'est-ce pas Christine qui disait que ses "amis" pratiquaient une sexualité débridée et violente?

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Hoho



Nombre de messages : 437
Date d'inscription : 17/10/2010

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Dim 14 Aoû 2016 - 22:05

Comme Vanden Eynde non ?
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Lun 15 Aoû 2016 - 0:39

michel a écrit:
michel a écrit:
michel a écrit:
On me signale que l'une des victimes du tueur grêlé a été liée comme Christine Van Hees (position de la gondole).

https://www.youtube.com/watch?v=7O4CUcMJ5Y8




Sinon, cela me fait surtout penser à une technique de bondage dite position de Hogtied (je vous laisse le soin de découvrir via google, l'imagination est au pouvoir)

Pour en revenir au sujet Rolling Eyes Twisted Evil Si la thèse du bondage est exacte, cela nous mène à un ou des individus adeptes du sadomasochisme. N'est-ce pas Christine qui disait que ses "amis" pratiquaient une sexualité débridée et violente?

Le sujet n'est-il pas aussi dans cette interrogation "crime d'Etat ?", à propos de la champignonnière ? Amener sur ce fil le tueur au visage grêlé par une corde à nœuds en passant à côté du crime d'Etat français dans lequel il joue un rôle clé, c'est curieux. Je ne vois pas quel rapport il pourrait y avoir entre les deux affaires, sinon que l'une comporte à l'évidence un volet crime d'Etat couvert par Poivre-bis et son grand flic et que pour l'autre la question du crime d'Etat a été ouverte par l'irruption de X1 dans l'affaire, quels qu'en soient les mobiles. N'est-ce pas aussi sérieux et dans le fil que le bondage ?
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7024
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Lun 15 Aoû 2016 - 10:24

J'ai un peu du mal à comprendre : l'homme au visage grêlé, un crime d'Etat?

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Lun 15 Aoû 2016 - 11:47

michel a écrit:
J'ai un peu du mal à comprendre : l'homme au visage grêlé, un crime d'Etat?

Ne serait-ce que cela, Michel :

7 - Le juge Caddeo refuse catégoriquement la jonction des dossiers depuis et s'occupe d'autre chose depuis 7 ans et demi.

Caddeo était en charge des affaires assassinat de la petite Cécile Bloch et assassinat des deux adultes (bondage). Il a toujours refusé de joindre les deux dossiers, alors que le père et le frère de Cécile Bloch avaient réussi à prouver par la recherche ADN que le grêlé était l'auteur des deux crimes.

Ensuite, le refus de Poivre-bis d'en faire état dans son émission ne plaide pas pour l'innocence de l'Etat dans cette affaire. Ce n'est certes pas une preuve, c'est un élément de validation de l'hypothèse comme piste à creuser.

Myrianne Coen, dans son rapport pour l'Otan sur la pénétration des administrations par les mafias, avait relevé que le changement de juges d'instruction retardait les enquêtes de plusieurs années, chaque nouveau juge devant s'approprier un énorme dossier alors qu'il est déjà en retard dans le traitement de ses autres affaires. Dans le cas de Cécile Bloch, c'est flagrant. Et son père avait bien vu que seule la juge Bibal-Séry avait travaillé, proprement de surcroît. Or, Myrianne Coen savait bien de quoi elle parlait en la matière, matière essentiellement belge, au cœur des années noires qui nous intéressent (comme dirait le Doul). Je ne fais pas d'amalgame Cécile Bloch - Christine Van Hees, je signale que la problématique "crime d'Etat" ne peut pas être travaillée avec les œillères belgo-belges. Et je le dis depuis dix-huit ans. Dès 97,  la piste d'Outreau a surgi en Belgique, à La Panne lors d'une marche blanche. Michel Bouffioux et les parents Russo en ont été informés alors, c'est moi qui leur ai envoyé des témoins d'Outreau venus en juillet à cette marche blanche pour tenter d'avoir un soutien. Je ne me suis rendu compte de l'ampleur de l'affaire comme crime d'Etat qu'en 2004, avec l'ouverture du procès de Saint-Omer. Procès dont les enfants violés, le juge Burgaud et l'experte Marie-Christine Gryson-Dejenhansart furent les victimes. Victimes d'un crime d'Etat, très probablement conçu à la lumière de la gestion de l'affaire Dutroux, la comparaison des chronologies judiciaires et médiatiques ainsi que des travaux parlementaires permet de s'en convaincre. L'intervention illégale de RG français sur le territoire belge aussi, fait que personne -pas un journaliste, pas un avocat- n'ose prendre en considération. Or, dans les deux cas et des deux côtés de la frontière, il s'agit de criminalité contre les enfants ou les jeunes filles. Le caractère fortuit de toutes les concordances de temps et de matières ne peut évidemment pas être démontré, mais le mettre en avant au nom du refus des amalgames n'est certainement pas une méthode d'analyse criminelle féconde.


Dernière édition par frederic lavachery le Lun 15 Aoû 2016 - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Willy-Nilly



Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2011

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Lun 15 Aoû 2016 - 21:36

https://www.youtube.com/watch?v=bP1MmPKIwoA
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mer 17 Aoû 2016 - 0:05

Willy-Nilly a écrit:
https://www.youtube.com/watch?v=bP1MmPKIwoA

Il faudra peut-être placer ces échanges dans un autre fil. Mais si l'on fait l'hypothèse que l'irruption de X1 dans le dossier Champignonnière a pu relever d'une manipulation policière, il faut alors admettre que des agents de l'Etat se sont rendus coupables de coalition de fonctionnaires.

Il arrive que des journalistes s'en fassent les complices. Activement, s'ils se font payer comme agents d'influence par un service comme la Sûreté de l'Etat et c'est le cas de Jean-Pierre De Staercke, Gérald Damseaux le démontre page 309. Passivement s'ils se taisent en parfaite connaissance de cause, comme Poivre-bis dans le "documentaire" sur Cécile Bloch.

Le cas de Serge Garde, avec son film Outreau, est d'une autre nature. Il dénonce clairement une dérive d'Etat dans le traitement judiciaire des viols en réunion et du proxénétisme dont ont été victimes de nombreux enfants. Mais il ne dit pas un mot des connexions Belgique-France dans cette gestion, alors qu'il en a été dûment informé à deux reprises. En juillet 1997, des citoyens d'Outreau se sont rendus à une marche blanche organisée par le comité blanc de La Panne pour dénoncer le refus de la Justice française d'instruire une affaire locale de pédocriminalité en réseau. Je leur ai conseillé de s'adresser à Michel Bouffioux et aux parents de Mélissa Russo, présents à La Panne. En 1998, une cellule des RG français est venue enquêter en Belgique pour étudier la façon dont la société belge s'y prenait pour digérer l'affaire Dutroux, dans le but d'éviter à l'Etat français une déstabilisation du même ordre en cas de scandale pédocriminel.

Or, non seulement les RG français sont impliqués dans cette gestion criminelle de la Justice, mais on y retrouve aussi plusieurs journalistes français et belges, dont nous savons par Gérald Damseaux qu'au moins l'un d'entre eux est un agent d'influence payé par la Sûreté de l'Etat, Jean-Pierre De Staercke. Il a écrit une série d'articles sur l'affaire Dutroux dans Libération au moment où se jouait celle d'Outreau devant la Justice française. C'est aussi dans Libération que Florence Aubenas traitait de ces sujets, selon une dramaturgie en harmonie parfaite avec la partition interprétée par De Staercke. Or, la Sûreté belge n'a pas à plus à payer des journalistes pour influencer l'opinion que les RG français n'ont à enquêter à l'étranger. Et, en l'occurrence, c'est au même moment au sujet d'affaires du même ordre qu'ils se mettent dans l'illégalité respective des deux Etats.

Ce De Staercke, en 1998 ou 99, il m'a joué une jolie petite musique pour que je lui donne une copie des disquettes de Neufchâteau. Pourquoi aurais-je refusé à un honnête journaliste de participer à la manifestation de la vérité dans les colonnes de son quotidien ? Et le lendemain, me voilà accusé dans son canard de détenir des documents judiciaires volés.

Je serai poursuivi devant le juge Pignolet qui me sommera de lui livrer ma source, pour les disquettes. Pas question. Laquelle source me chargera lorsqu'elle se retrouvera devant Pignolet, donnée par la journaliste Nancy Ferroni, après une partie de billard à trois bandes avec Georges Frisque. Je dois reconnaître qu'une fois certaine qu'elle échapperait à un séjour à Saint-Gilles, la source s'en est expliquée et excusée auprès de moi. Dont acte, nous sommes redevenus copains et avons encore fait un bon bout de chemin ensemble. Elle avait courbé l'échine devant le chantage exercé par les duettistes Breewaeys et Deliège, qui jouaient la même partition que De Staercke : me faire passer pour un agent de la Sûreté de l'Etat aux yeux des parents Russo et de leurs soutiens (largement infiltrés, d'ailleurs) : ou la source me chargeait ou elle serait embastillée par Pignolet.

Comme tout ça ne m'avait pas fait lâcher prise, c'est le Procureur général du Jardin qui, en 2002 dans le cadre d'une prise en main franc-maçonne du gendarme Holvoet, a tenté une dernière fois de me faire passer pour un agent de la Sûreté de l'Etat. Quelle soupe !

La lecture de Gérald Damseaux est très instructive : le crime d'Etat est constant. Et la Champignonnière y aurait échappé ? Pour l'assassinat peut-être, mais pour le traitement judiciaire ?
Revenir en haut Aller en bas
Willy-Nilly



Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2011

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mer 17 Aoû 2016 - 8:26

@Frédéric. Quels sont les éléments concrets qui lient Outreau à l'affaire Dutroux? Merci.
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mer 17 Aoû 2016 - 9:59

Willy-Nilly a écrit:
@Frédéric. Quels sont les éléments concrets qui lient Outreau à l'affaire Dutroux? Merci.

Si concret veut dire pratico-pratique, il n'y a pas de lien direct au plan des violeurs, tortionnaires ou assassins ni au plan des victimes. Si concret veut dire réel-complexe, je l'ai dit : l'examen des plans de coïncidences entre les deux affaires ouvre l'hypothèse de liens concrets. On peut dérouler la pelote par une série de bouts de ficelle et ensuite voir s'il est logique d'ouvrir l'hypothèse d'un système criminel impliquant des agents de l'Etat. C'est très précisément ce qu'ont fait Liekendael et du Jardin lors du procès Agusta-Dassault, avec la condamnation de ministres et de Serge Dassault comme résultat. C'est tout bonnement le b-a-ba de la logique, de la méthode scientifique et de l'analyse criminelle.

- Que venaient faire les RG sur le sol belge et dans des comités populaires, alors que la Belgique était en pleine conjoncture blanche et que la France savait que quelques bombes avaient la mèche allumée sous ses fesses (affaires de l'Yonne, de Nice, d'Angers, d'Outreau pour ne prendre que celles qui ont eu un écho en Belgique depuis les années 90) ?
- Pourquoi la Sûreté de l'Etat sort de ses attributions en se payant des journalistes agents d'influence ?
- Pourquoi De Staercke, agent d'influence de la Sûreté belge, écrit-il sur l'affaire Dutroux dans le même journal français que Florence Aubenas, au moment où les affaires Dutroux et Outreau  arrivent au point crucial des Assises ?
- Une analyse comparée des deux commissions parlementaires, la belge et la française, s'impose si l'on cherche des éléments concrets d'un éventuel lien entre les deux affaires. Qui s'y est collé ? Personne, du moins publiquement. Pourquoi ? Parce que cela ne présente aucun intérêt ? Il faudrait le démontrer. Et pour le démontrer, faire cette analyse. Elle est donc inévitable et ça se fera à coup sûr.
- Idem pour la chronologie du traitement médiatique des deux affaires.
- La conduite des instructions préliminaires des deux affaires présente aussi des similitudes troublantes quant au sort des premiers juges d'instruction.
- Pourquoi de telles affaires sont-elles devenues des affaires d'Etat en Belgique et en France au même moment ? Affirmer que c'est fortuit sans ouvrir un dossier de comparaison, relève soit de la bêtise, soit de la paresse, soit de la panique. Et ce n'est même pas incompatible, à lire Gérald Damseaux.
- La conduite des instructions d'audience des assises dans les deux affaires montre de curieuses coïncidences de manquements à la rationalité des débats.
- ...
Je peux m'arrêter là, au-delà de trois points de coïncidence il faut ouvrir le chantier d'un éventuel système de gestion criminelle de ces deux affaires odieuses.


Dernière édition par frederic lavachery le Mer 17 Aoû 2016 - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
arthur29923



Nombre de messages : 115
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mer 17 Aoû 2016 - 16:28

-oui les journaliste...?
MEGETTO,FRANCO

Page 18

Vendredi 6 décembre 1996

Meurtre mystérieux sur l'E 54 à Luttre

Un restaurateur tué de deux balles

Mercredi, vers 4 heures du matin, un restaurateur de Nalinnes a été abattu sur l'aire de Fromiée, située peu après la sortie de Luttre sur l'autoroute A 54 qui relie Charleroi à Bruxelles. Un meurtre particulièrement mystérieux qui laisse les enquêteurs de la PJ de Charleroi perplexes. Michel Piro, 50 ans, exploite un restaurant un peu particulier : «L'Arche de Noé», qui se trouve à proximité du carrefour du Bultia, à Nalinnes. C'est un véritable mini-zoo où l'on peut manger à quelques mètres des cages des lions et des tigres. Le restaurant jouit d'une certaine réputation dans la région. Ce mercredi, Michel Piro et son épouse, Véronique Laurent, 36 ans, prennent très tôt, vers 3 h 30, la route de Bruxelles pour aller acheter des victuailles au marché matinal, en prévision d'un week-end chargé. Véronique prend le volant de la camionnette. Sur l'autoroute, elle est cependant prise d'un besoin pressant. Le couple décide de s'arrêter sur l'aire de Fromiée. Véronique descend, s'éloigne vers les buissons et perd la camionnette de vue. C'est alors qu'elle entend deux détonations. Elle revient précipitamment et découvre son mari mort, gisant dans son sang, au travers des sièges de la camionnette. Averties par la jeune femme, les forces de l'ordre ne tardent pas à arriver. Le meurtrier de Michel Piro n'a laissé aucune chance à sa victime, constatent-elles. Un premier projectile tiré à travers la vitre a fracassé l'épaule, le second l'a atteint sous l'oreille. Véronique Laurent n'a rien vu; tout au plus a-t-elle aperçu une voiture de teinte sombre et de grosse cylindrée s'éloigner. Un camionneur qui dormait dans son engin ne pourra lui non plus donner aucun renseignement précis sur ce véhicule. Michel Piro ne se connaissait pas d'ennemis, c'est du moins ce qu'affirment son entourage et son épouse. La victime avait, avant de se reconvertir dans la restauration, géré un «bar à filles», sur la N 5, à Loverval, à quelques kilomètres à peine de l'Arche de Noé. Faudra-t-il aller chercher dans ce passé un peu trouble du quinquagénaire des inimitiés coriaces qui auraient pu pousser quelqu'un au crime ? Les enquêteurs ne semblent pas privilégier, à ce stade de l'enquête, l'une ou l'autre piste. On a juste entendu l'épouse de la victime, témoin privilégié du drame.
http://archives.lesoir.be/un-restaurateur-tue-de-deux-balles_t-19961206-Z0D14N.html
--
LE MEURTRE DE MICHEL PIROT, QUI INTERESSAIT NEUFCHATEAU, ELUCIDE A CHARLEROI, LE PATRON DE L'ARCHE DE NOE ASSASSINE PAR SON...

MEGETTO,FRANCO

Page 18

Mercredi 26 novembre 1997

Le meurtre de Michel Pirot, qui intéressait Neufchâteau, élucidé à Charleroi

Le patron de l'Arche de Noé assassiné par son épouse

Le 5 décembre 1996, Michel Pirot, 50 ans, était abattu de deux balles tirées à hauteur de la tête sur l'aire de Fromiée, parking autoroutier situé le long de l'A 54 Charleroi - Bruxelles, à Luttre. Une exécution dans les règles, opérée dans des circonstances rocambolesques et que vient enfin d'élucider la police judiciaire de Charleroi.

Michel Pirot était le patron d'un restaurant, l'Arche de Noé, à Malines, qui a la particularité d'héberger une véritable ménagerie exotique - le détail a son importance. Son épouse, Véronique Laurent, 36 ans, exploitait le restaurant avec lui. Le jour du drame, le couple avait pris la route de Bruxelles pour aller au marché matinal, faire le plein de victuailles.

Sur la route, Véronique Laurent avait prétexté un besoin urgent pour s'arrêter à Fromiée. Elle s'était éloignée du véhicule, avait-elle expliqué, et avait entendu deux détonations.

A son retour, son mari était mort; une voiture de grosse cylindrée s'en allait. Pour les enquêteurs, dirigés par le commissaire Jean Laitem, l'histoire était cousue de fil blanc. Et la veuve joyeuse, qui n'avait même pas attendu l'enterrement pour ouvrir le restaurant, était le suspect numéro un. Restait à la faire craquer. L'enquête a duré. Ce qui a valu au commissaire Laitem des interpellations de la part du parquet de Neufchâteau, qui voyait dans cette affaire la patte de Dutroux : Pirot, disait la rumeur, avait des révélations à faire sur Julie et Mélissa.

Rien de tout cela en fait : l'intuition des enquêteurs était la bonne. Les révélations plus ou moins officieuses proches de la veuve semblaient accréditer la thèse du complot familial, mais il semble que l'impulsion décisive soit venue de France où résidaient les deux tueurs recrutés de Michel Pirot. Quoi qu'il en soit, Véronique Laurent a été convoquée lundi après-midi à la P.J. de Charleroi où elle s'est présentée librement. Confrontée aux indices qui l'accablaient, elle est passée aux aveux et a donné tous les détails de l'assassinat.

Depuis quelque temps déjà, la jeune femme supportait de plus en plus mal les violences conjugales qui la laissaient rarement indemne. De plus, Michel Pirot savait l'attachement qu'avait Véronique pour ses fauves. Il ne manquait pas de menacer de les abattre. La veuve a avoué qu'elle avait senti, peu avant l'assassinat, qu'il allait passer aux actes. Elle ne l'a pas supporté et s'est ouverte à un lointain parent, vivant en France, d'expédients divers.

L'homme a marqué son accord et a engagé un complice. Ils devaient normalement obtenir une rémunération, mais Véronique Laurent n'a jamais su les payer. Le coup a été minutieusement préparé, et tout s'est passé dans les règles. La veuve avait omis un seul détail, elle était pratiquement la seule à profiter un tant soit peu de ce crime aux allures de règlement de comptes.

Elle a été inculpée par le juge d'instruction Victoria Lohet d'assassinat. Les deux hommes de main, dont l'identité n'a pas été communiquée et qui sont actuellement détenus pour d'autres causes à Reims, pourraient faire l'objet, s'ils sont de nationalité belge, d'une extradition dans les plus brefs délais.
http://archives.lesoir.be/le-meurtre-de-michel-pirot-qui-interessait-neufchateau-_t-19971126-Z0EJ0Z.html

du meme journalise moins de 1 an entre les deux articles) et

piro de nalinnes

pirot de maline

malin le journaliste qui nous informe -deux mots changer et l incronprehension s etabli petit a petit
???

--------------------
dépeceur de mons -affaire dutroux deux affaires hors norme en meme temps



.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7024
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mer 17 Aoû 2016 - 18:53

Merci de recadrer sur le sujet. Merci.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Willy-Nilly



Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2011

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mer 17 Aoû 2016 - 21:21

@Frédéric. Merci!
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Jeu 18 Aoû 2016 - 0:56

michel a écrit:
Merci de recadrer sur le sujet. Merci.


Pour le recadrage : à ma connaissance, jusqu'ici c'est le témoignage de X1 qui légitime l'interrogation "Champignonnière, crime d'Etat ?" Même dans l'hypothèse, largement partagée mais pas unanime, d'une manipulation par De Baets, la question reste légitime. Et même si De Baets n'a fait que saisir une opportunité pour plomber l'enquête de Neufchâteau ou pour toute autre raison, le fait que rien n'ait été purgé - De Baets et Bille blanchis - laisse la question ouverte.

Les diverses interprétations que j'ai lues au sujet des motivations possibles d'un De Baets supposé de mauvaise foi dans cette affaire ne me paraissent relever que du sentiment assorti d'une argumentation logique mais non documentée.

Par contre, on ne peut pas ne pas situer la résurgence de l'affaire douze ans plus tard dans le contexte général que décrit et caractérise Gérald Damseaux, et dont l'affaire Dutroux est l'un des ingrédients, sorte de dernière goutte d'eau du vase trop rempli des affaires d'Etat. C'est toute la carrière de Patrick De Baets qui devrait être examinée. Et peut-être aussi celle de Douglas De Coninck. J'ai toujours eu le sentiment que Marie-Jeanne van Heeswijk était innocente de toute manipulation.
Revenir en haut Aller en bas
Whoknows



Nombre de messages : 237
Date d'inscription : 21/03/2012

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Jeu 1 Sep 2016 - 14:26

Concernant le grêlé, il y a un site intéressant sur un tueur en série allemand: http://pipiou.over-blog.com/article-18173259.html

Outre la façon d'attacher certaines victimes, on peut noter ceci : plusieurs morts par strangulation ou menaces de strangulation, utilisation de fils électriques (fils d'électricien), époque correspondante, les victimes sont des jeunes femmes.
Par contre, les victimes sont retrouvées près d'un point d'eau ou dans l'eau. Or pour Christine, il s'agissait du feu.

Il n'est pas prouvé que Ulrich Muenstermann soit le Grelé mais aussi bien lui que le Grelé pourrait être des suspects potentiels.
Il n'a pas été défini que Ulrich Muenstermann ait séjourné en Belgique mais il est passé en France apparemment à partir de 1985.
Les parents de Muenstemann habitaient à Gelsenkirchen à 250 km de Bruxelles.
Revenir en haut Aller en bas
Whoknows



Nombre de messages : 237
Date d'inscription : 21/03/2012

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Ven 9 Sep 2016 - 16:44

Je reposte ici une constation que j'ai déjà notée ailleurs sur le forum.
Au sujet d'une des caches des CCC située à Liège, rue Puits en Sock, on apprend qu'un étudiant a eu la visite de deux personnes et il dit ceci : "L’homme m’a ensuite demandé de couper les lanières de mon sac d’école, vraisemblablement pour me ligoter, mais elles étaient trop courtes. Il a alors pris, où plutôt il m’a fait décrocher la rallonge électrique dans la pièce et il m’a ligoté. Il voulait d’abord m’attacher sur la chaise, mais en fin de compte, il m’a fait coucher par terre et m’a attaché allongé, les jambes repliées et les mains attachées aux chevilles. Pendant ce temps la, l’autre était dans la chambre de ma sœur où il a trouvé le foulard avec lequel il m’a bandé les yeux. Ils m’ont également bâillonné avec une couverture de cahier qu’ils ont fixé sur ma bouche avec plusieurs tours de papier collant, après m’avoir demandé si je n’avais pas de problème de santé."

C'est plus ou moins la même méthode que celle utilisée pour Christine.
Mais dans ce cas-ci, les deux hommes ont l'air assez courtois s'inquiétant même de la santé du jeune homme et lui fournissant un coussin.
Revenir en haut Aller en bas
Whoknows



Nombre de messages : 237
Date d'inscription : 21/03/2012

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mer 5 Oct 2016 - 15:13

Dans ce dossier, il y a un point qui m'intrigue depuis pas mal de temps. Lors de son audition MB, inp de police chargée de l'enquête, signale les faits suivants (PV 151.599 du 22/09/97): Elle se souvient d'un fax de la pj d'Alost relatant un appel anonyme - Christine Van Hees a été baisée à mort.
A t'on plus de renseignements par rapport à cet appel? La date et l'heure de l'appel? Je pense que c'est avant 1992 puisqu'il est noté dans le pv que l'inp a travaillé à la pj de bxl (ou sur l'affaire) jusqu'en 1992. La langue ? Je suppose de c'était en français vu les termes utilisés (et non une traduction). C'est étrange non? Avant 1992, il n'y avait pas beaucoup de francophones à Alost et les familles alostoises qui parlaient en français ne parlaient pas en argot. Christine n'est pas allée à Alost, elle ne connaissait pas d'Alostois.
Alors, soit un lien avec le hold-up d'Alost???
Par ailleurs, il faut signaler qu'il y avait une scène punk assez active à Alost dans les années 80, début des années 90. Il y avait régulièrement des concerts punks, métal, hardcore organisés dans différents cafés et salles à Alost.
Alost n'est pas très loin de Bruxelles (30 km) et les punks de Bruxelles venaient régulièrement à Alost.
Pour la petite histoire (si je ne l'ai pas déjà racontée). Lors d'un concert organisé dans un café métal à Alost en 1986, un punk bruxellois a frappé un jeune à l'aide d'un marteau. Le jeune a été conduit aux urgences. Les punks bruxellois ont pris la fuite et ont eu un accident de voiture. Un jeune punk bruxellois est mort lors de l'accident.
Revenir en haut Aller en bas
Feu Follet



Nombre de messages : 643
Age : 50
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Mer 5 Oct 2016 - 23:12

Si la phrase a été prononcée ou écrite telle quelle, c'est insolite, pour ne pas dire interpelant. Il me semble à moi aussi qu'un flamand, même parfait bilingue, aurait utilisé cette expression...

Mais de là à y voir un lien avec le Delhaize attaqué l'année suivante, je reste perplexe. A contrario, la Belgique est petite, et beaucoup de gens se connaissent...
Revenir en haut Aller en bas
Whoknows



Nombre de messages : 237
Date d'inscription : 21/03/2012

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Jeu 6 Oct 2016 - 10:50

D'accord le lien "appel téléphonique" et la tuerie d'Alost est quasi improbable bien que l'on ne sait pas quand l'appel a été fait. Rien ne dit qu'on a téléphoné en 1984.
Par contre, le fait que des punks bruxellois venaient souvent à Alost est interpellant. Le punk bruxellois qui a frappé le jeune avec un marteau était AL... Alors encore une coïncidence?
Il serait important de connaître la date et l'heure de l'appel parce qu'ainsi on pourrait recouper avec la date des concerts et également avec le jour fatidique de la bagarre.
NB: tous les concerts punk/hardcore d'Alost (de cette époque) ont été répertoriés par les organisateurs.
Cet appel téléphonique n'a pu être passé que par un Bruxellois d'après moi parce que ce crime n'était pas si médiatisé que ça en Flandre.
Evidemment, l'appel a pu être passé depuis n'importe quelle ville mais POURQUOI a t'on téléphoné à la police d'Alost? Cela n'a aucun sens.
A t'on auditionné les policiers alostois qui ont reçu cet appel? Et si un policier avait tout inventé pour envoyer les enquêteurs sur une fausse route?
Cela peut être aussi un plaisantin?
De plus cette phrase est bizarre : le viol n'a jamais été prouvé à 100%.
On peut se poser pleins de questions. Pourquoi n'a t'on pas fait plus de recherches concernant cet appel ?
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Jeu 6 Oct 2016 - 12:31

à who

le methode de ligotage est militaire je pense et ds une variante on tourne aussi le fil autour du cou.

si un prisonnier essaie de se defaire et bouge trop il est auto -asphyxié  .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984   Aujourd'hui à 22:59

Revenir en haut Aller en bas
 
Meurtre de la champignonnière - 13.02.1984
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 23 sur 23Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 21, 22, 23
 Sujets similaires
-
» Le meurtre est-il le pire des crimes ?
» Meurtre du petit valentin
» 7 mois de prison ferme pour le meurtre d'un chat
» la loi et le meurtre d'animaux
» Meurtre après une émission de télé-réalité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AUTRES AFFAIRES CRIMINELLES :: Autres grandes affaires criminelles-
Sauter vers: