les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Vague d'attentats au Luxembourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 27, 28, 29
AuteurMessage
K



Nombre de messages : 7847
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mar 11 Juil 2017 - 19:07

comme aucun journaliste en belgique se trouvait digne de suivre le procès bommeleer ou les affaires SREL pour lequel le premier a du démissioner et comme les bla-blas du piste stay behind sont repetées ala longeur d'un sciècle je vous  invite de lire une 150/ième des textes que vous aviez manquées !

http://www.lessentiel.lu/fr/luxembourg/story/Bommeleeer-et-le-Stay-Behind-pas-lies--30917175


extrait qui con-firme mon histoire !

Citation :
14:14
Juncker: «Lorsque j'ai eu connaissance du fait que le SREL payait le loyer de M. Reuter, j'ai tout de suite a dit a Mill, directeur du SREL à ce moment-là, de suspendre les paiements du loyer de M. Reuter».
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11979
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 12 Juil 2017 - 10:40


http://5minutes.rtl.lu/grande-region/luxembourg/1055690.html

Affaire "Frisbee"

Le témoin Juncker ne pouvait pas se souvenir de grand-chose

RTL - mardi 11 juillet 2017

Lors de son entretien avec le juge d'instruction, l'ancien Premier ministre ne pouvait plus se rappeler grand-chose de ce qui s'était passé en janvier 2007

Jean-Claude Juncker a été entendu comme témoin dans l'affaire SREL et cela évidemment, dans le volet Frisbee, là où trois anciens membres du Service de renseignement devraient être renvoyés devant les juges pour avoir enregistré illégalement des conversations téléphoniques avec l'électronicien Loris Mariotto.

Mais le témoin Juncker n'a pas pu se souvenir de grand-chose. Il avait plutôt de gros problèmes de mémoire.

Jean-Claude Juncker a été entendu à deux reprises. Une première fois par la police le 6 décembre 2012. Le rapport de la police judiciaire ne mentionne rien de spécial. Un élément important toutefois : le Premier ministre Juncker a parlé avec le Grand-Duc du témoin Beffort et il l'a aussi informé des fameux CD cryptés, où figurerait une conversation entre eux sur l'affaire Bommeleeër et le témoin Beffort.

Deux ans et demi plus tard, Jean-Claude Juncker n'était plus Premier ministre, mais président de la Commission européenne, et il n'a pas été simple de faire venir le témoin Juncker de Bruxelles chez le juge d'instruction Nilles. Mais cela a marché dans des circonstances inhabituelles. Le samedi 2 mai 2015, peu avant 9h00, une voiture avec chauffeur a pénétré dans la cour du Tribunal et le président de la Commission s'est rendu auprès d'Ernest Nilles. Malgré tout, il n'a pas dit grand-chose.

Sur les six pages du rapport, il dit sept fois "Je ne peux pas me rappeler". Le juge d'instruction veut revenir sur la soirée du 26 janvier 2007, quand le SREL avait obtenu les mystérieux CD cryptés et avait enregistré illégalement Loris Mariotto avec un téléphone "maison". Il voudrait savoir qui avait ordonné cela. Jean-Claude Juncker et le directeur du SREL, Marco Mille, s'étaient téléphoné deux fois ce soir-là.

Quand le juge d'instruction demande au témoin si, lors du premier appel, il a donné à Monsieur Mille l'autorisation de pratiquer l'enregistrement de la conversation téléphonique avec Mariotto, Jean-Claude Juncker répond clairement non. Il ajoute qu'il n'a aucun souvenir de ce coup de téléphone, ni du suivant, qui avait eu lieu plus tard, à 20h23, soit quelques minutes après la fin de l'entretien téléphonique entre Kemmer et Mariotto. Il ne se souvient ni des coups de téléphone, ni des circonstances qui les entourent.

Jean-Claude Juncker ne peut donc se souvenir de ce moment, de ce qui s'est dit lors des conversations téléphoniques ni de quoi que ce soit qui porte sur l'écoute de Mariotto. Or il s'agit là de faits qui pourraient aboutir à un éventuel procès, où il serait alors question de savoir si les hommes du SREL ont seulement suivi leur supérieur : Juncker.

A la fin de l'entretien, Juncker affirme encore, en réponse à une question du juge d'instruction, n'avoir, avec certitude, pas accordé son autorisation à une surveillance téléphonique. Et avec une telle déclaration, la responsabilité pénale retombe sur Marco Mille et les hommes du SREL.


Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7847
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 12 Juil 2017 - 12:28

certains sources parlait d'un montre comme enregistreur.....

je me demande quel horloge avait comey quand il discutait avec trumpie car on est dix ans plus tard

ou ....le FBI est en retard de 20 ans....


http://www.macameraespion.com/montre-camera-espion/907-bracelet-enregistreur-vocal-4gb-9601122719200.html
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7847
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 12 Juil 2017 - 12:36

le voilà

http://paperjam.lu/news/du-cd-crypte-a-la-chute-de-la-maison-juncker


Citation :
La commission d’enquête parlementaire sur les dysfonctionnements du Srel a cherché, bien que mollement, le motif ayant poussé un homme aussi intelligent et futé que Marco Mille à la faute: emprunter une montre du service pour voler une conversation sensible avec le Premier ministre, du fichage des citoyens à la chasse aux gauchistes dans les années 1980. Dans ses auditions devant les membres de la commission d’enquête, M. Mille a tenté de justifier son acte en racontant qu’il avait cherché ainsi à protéger son service. Il s’agissait, pour lui, d’obtenir de Jean-Claude Juncker la preuve que ce dernier avait bien autorisé, au préalable, la mise sur écoute du fameux «Monsieur M.» (en l’occurrence Loris Mariotto), pour tenter de percer le mystère d’un CD crypté relatif à une audience que le Premier ministre avait eue avec le Grand-Duc Henri au Palais, vraisemblablement en 2006, dans le contexte de l’affaire du Bommeleeër.


comme on peut s'amuser avec nos voisins s'il n'y avait pas........ l'affaire Lissouba
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7847
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 12 Juil 2017 - 12:55

merde merde merde


j'avais pas lu l'article jusqu'a sa fin et en effet cette affaire LISSOUBA resort dans l'article !


godverdomme le clou !

Citation :
L’ex-agent du Srel raconte encore que la conversation au Palais aurait viré à un déballage d’une affaire d’État susceptible de faire sauter Jean-Claude Juncker de sa position et qui relevait des «affaires internes du CSV». On aurait donc évoqué au Palais une affaire «qui aurait coûté 300 kilogrammes de têtes de nègres». Derrière cette expression subodorant la supériorité occidentale (à moins qu’il s’agisse des fameuses têtes en guimauve enrobées de chocolat…), M. Kemmer y décrypte, dans son récit, une référence à l’affaire Lissouba, ancien président du Congo-Brazzaville, dont des comptes furent découverts au Luxembourg, ce qui valut d’ailleurs une autre visite de Marco Mille, Frank Schneider et André Kemmer chez Jean-Claude Juncker. Une réunion à laquelle participa d’ailleurs l’ancien ministre CSV de la Justice et des Finances, Luc Frieden.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11979
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Dim 16 Juil 2017 - 7:35


http://paperjam.lu/news/un-proces-dans-laffaire-du-srel

Un procès dans l’affaire du Srel

14 Juillet 2017 05:42
Par François Aulner

Les anciens directeur et agents du Service de renseignement de l’État, Marco Mille, Fränk Schneider et André Kemmer seront jugés pour des écoutes présumées illégales.

La chambre du conseil de la Cour d’appel a retenu ce mercredi «qu’il existe des charges suffisantes de culpabilité pour ordonner le renvoi des trois anciens collaborateurs du Srel», expliquait l’administration judiciaire ce jeudi.

L’ancien directeur du service secret luxembourgeois, Marco Mille, et ses deux anciens collaborateurs, Fränk Schneider et André Kemmer, sont renvoyés devant une chambre correctionnelle du tribunal d’arrondissement de Luxembourg.

Ils seront jugés du chef d’infractions contre les lois sur la protection de la vie privée et des données personnelles, ainsi que «détournement sinon recel du CD ‘Frisbee’», tandis que la qualification de vol a été écartée. L’administration judiciaire rappelle d’ailleurs le principe de la «présomption d’innocence jusqu’à une décision définitive».

Disque explosif?

Pour rappel: le disque, surnommé «Frisbee» par les agents secrets, est un disque transmis au Srel par un intermédiaire, Loris Mariotto (autrefois connu sous le nom «M»), et qui contiendrait éventuellement une conversation entre l’ancien Premier ministre, Jean-Claude Juncker, et le Grand-Duc Henri au sujet de l’affaire «Bommeleeër» (attentats à la bombe dans les années 80, dont le ou les auteurs sont toujours inconnus, mais qui a mené à un procès, en suspens depuis 2014, contre deux ex-gendarmes).

Le disque, qui jusqu’à ce jour n’aurait pas pu être décrypté, a été le déclencheur de toute une suite d’événements qui ont mené à l’affaire du Srel fin 2012. L’affaire qui, au fur et à mesure, a laissé transparaître des dysfonctionnements au sein du Srel, et a mené en 2013 à des élections anticipées et la chute de Jean-Claude Juncker.

Tandis que Marco Mille avait, en 2008, enregistré une conversation privée avec l’ancien Premier ministre à son insu, l’ancien directeur du Srel et ses deux anciens collègues ne seront pas jugés pour ce fait prescrit (étant donné que ni Jean-Claude Juncker, ni la commission de contrôle du parlement ne l’avaient déclaré), mais ils seront jugés pour avoir mis sous écoute sans autorisation des juges, entre autres, une conversation avec «M».

Des ennuis pour RTL?

L’affaire des écoutes du Srel «ayant déjà donné lieu à la publication dans la presse d’extraits du dossier de l’instruction», l’administration judiciaire rappelle «que pendant toute la procédure d’instruction, les différents éléments du dossier sont couverts par le secret».

Et d’ajouter que «la violation de ce secret ainsi que le recel d’informations obtenues suite à une telle violation sont pénalement punissables».

RTL avait publié ces derniers jours des extraits du dossier d’instruction à la télévision, à la radio et sur son site internet.

Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7847
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Dim 16 Juil 2017 - 13:59

on fait un proces pour écoute sans authorisation mais le con-tenu est in déchifrable  donc c'est un canard.


pendant toute la procédure d’instruction de ce "canard" , les différents éléments du dossier sont couverts par le secret» sauf publication ds le Canard enchainé


c'est ce Canard qui a courageuzement témoigné pour Lissouba président (éu et destitué par le coup d'etat) ds son procès contre l'état francais

ds l'affaire du disparution des nillions du compte de bayerische landesbank au luxembourg y garés pour organiser son contre coup contre N.  ......jamais réalisé ..du coup.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11979
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 26 Juil 2017 - 9:08


http://paperjam.lu/news/loris-mariotto-serait-un-personnage-louche

Loris Mariotto serait «un personnage louche»

25 Juillet 2017

Par François Aulner

Loris Mariotto, l’homme qui a déclenché l’affaire qui a mené à la chute de Jean-Claude Juncker, était dans le viseur de la gendarmerie dans les années 1980.

Loris Mariotto serait un «personnage louche», selon un rapport de la gendarmerie dans les années 1980, que se sont procuré nos confrères du Tageblatt. Un rapport qui révèle certaines activités douteuses du personnage qui est partie civile dans le procès de l’affaire du Srel, censé démarrer en automne.

L’ingénieur-informaticien, connu sous le pseudo de «M» en 2012 et 2013, à l’époque où Jean-Claude Juncker était empêtré dans l’affaire du Srel, était l’intermédiaire qui avait remis au Service de renseignement de l’État un disque (« Frisbee ») qui contiendrait une conversation enregistrée entre Jean-Claude Juncker et le Grand-Duc Henri au sujet des Bommeleeër (attentats des années 1984 à 1985). C’est au sujet d’écoutes illégales effectuées par la suite à son encontre que Loris Mariotto a porté plainte.

On apprenait ce lundi dans le quotidien eschois que la gendarmerie aurait en 1980 effectué une perquisition chez Loris Mariotto, soupçonné d’avoir écouté et enregistré des télécommunications de la compagnie d’assurance dont il était un employé. Plus tard, les gendarmes estimaient également que Loris Mariotto aurait intercepté des communications de la brigade volante de la gendarmerie et de la section de recherche de la police.

L'énigme du disque

Lors de la perquisition, les gendarmes auraient découvert des puces d'enregistrement, mais aussi des armes de poing et un fusil à lunette. La suspicion du fait que Loris Mariotto aurait été en possession d’explosifs (quelques années avant les attentats des Bommeleeër) n’a en revanche pas été confirmée.

Ses activités en lien avec des puces et autres appareils d’enregistrement camouflés, ainsi qu’avec des retransmetteurs, étaient selon le Tageblatt «lucratives» pour Loris Mariotto, qui aurait noué des contacts avec le Service de renseignement ainsi qu’avec le palais Grand-Ducal et même le Vatican.

Autant d’éléments qui alimentent les interrogations quant au personnage de Loris Mariotto, ainsi que l’énigme de la conversation enregistrée entre Juncker et le Grand-Duc. Tandis que le procès de l’affaire du Srel devait se focaliser sur les écoutes illégales du Srel, ses audiences pourraient faire surgir certains autres éléments connexes.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11979
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 26 Juil 2017 - 15:37


http://paperjam.lu/news/juncker-en-sait-il-plus-sur-le-fameux-cd

Juncker en sait-il plus sur le fameux CD?

21 Juillet 2017 17:46

L’actuel président de la Commission européenne et ancien Premier ministre ne fait pas bonne figure dans une analyse des enquêteurs dans le cadre de l’affaire du Srel.

L’affaire du Srel ne lâche décidément pas Jean-Claude Juncker. Tandis que les faits sont prescrits, l’affaire risque de continuer à éclabousser l’ancien Premier ministre et actuel chef de l’exécutive européenne.

Alors que le procès de l’ancien directeur du Service de renseignement de l’État, Marco Mille, et deux anciens agents, Fränk Schneider et André Kemmer, doit débuter cet automne, la presse s’est procuré et a diffusé ces dernières semaines certains éléments du dossier d’instruction, qui permettent d’éclairer encore davantage une affaire qui avait mené à la chute de Jean-Claude Juncker en 2013.

«C’était de toute façon au Palais»

Ce vendredi, c’est l’hebdomadaire satirique Feierkrop qui citait une analyse très pertinente des enquêteurs au sujet d’une déclaration faite par l’ancien Premier ministre, lors d’une conversation avec Marco Mille en 2008.

Conversation enregistrée par l’ancien directeur du Srel à l’insu de son chef et au cours de laquelle fut entre autres évoquée une autre conversation entre Jean-Claude Juncker et le Grand-Duc Henri, elle aussi prétendument enregistrée, puis cryptée sur le fameux CD «Frisbee» et transmise par Loris Mariotto au Srel.

Lors de son entretien avec Marco Mille, Jean-Claude Juncker estimait que la conversation enregistrée entre lui et le Grand-Duc au sujet des attentats des Bommeleeër dans les années 80 ne pourrait qu’avoir eu lieu au Palais, «si on entend mieux le Grand-Duc que moi».

Aveu involontaire?

Les enquêteurs s’interrogent: «D’où Juncker a-t-il l’information qu’on entend mieux le Grand-Duc que lui dans la conversation enregistrée sur le CD, alors que, selon Mille, le CD n’était pas encore décrypté par le Srel et que Juncker ne pouvait donc théoriquement avoir aucune connaissance sur la qualité du son ou autres détails de la conversation enregistrée sur le CD?»

Ils poursuivent en précisant que la déclaration de Jean-Claude Juncker selon laquelle le Grand-Duc serait davantage compréhensible que lui sur le disque, «ne ressort pas du tout du contexte de la conversation avec Mille, mais pourrait éventuellement être un aveu involontaire (et irréfléchi) que:

La conversation [avec le Grand-Duc] a bel et bien eu lieu;
Elle fut enregistrée sur un CD;
Juncker en sait plus sur le contenu du CD (d’où et de qui que ce soit) qu’il ne voudrait ou pourrait l’admettre officiellement.»

Le procès dans l’affaire du Srel «permettra accessoirement un regard plus profond dans le monde des espions et de leurs commanditaires», conclut pour sa part le Feierkrop.


Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7847
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Mer 26 Juil 2017 - 16:16

il faut commencer au début avec la guerre : l'armée lux a été incorporé ds le Wehrmacht Allemand comme les malgrés nous


certains leaders sont partis au CANADA ; un a Londres .

doc Marx a enmené un pilote français emballés en sparadraps sous le nez et la barbe des allemands en France (futur ministre de de Gaulle) et a fondé une deuxième réseau de aide aux pilotes abattus pour passer en €spagne .(la première était notre petite cyclone belge ! )

qqs temps après la guerre avec le début de guerre froide les londoniens ont été presque arretés soi -disant pour coup-d'état ..> . ministre de la santé Marx mort en accident arrangé en France etc


comme vous pouvez penser ces affaires ont menés à deux clans ds l'armée lux et ça doure....

en plus un grain de culture HOMO et HOMO-fobe ds la gendarmerie et BMG en cela pête !

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11979
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Ven 15 Sep 2017 - 12:52


Le prince Jean a travaillé pour Booz Allen Hamilton.

Il est question de cette enterprise dans :

https://books.google.be/books/about/The_American_Deep_State.html?id=fNZLDgAAQBAJ&redir_esc=y





Now in a new edition updated through the unprecedented 2016 presidential election, this provocative book makes a compelling case for a hidden “deep state” that influences and often opposes official U.S. policies. Prominent political analyst Peter Dale Scott begins by tracing America’s increasing militarization, restrictions on constitutional rights, and income disparity since World War II. With the start of the Cold War, he argues, the U.S. government changed immensely in both function and scope, from protecting and nurturing a relatively isolated country to assuming ever-greater responsibility for controlling world politics in the name of freedom and democracy. This has resulted in both secretive new institutions and a slow but radical change in the American state itself. He argues that central to this historic reversal were seismic national events, ranging from the assassination of President Kennedy to 9/11.

Scott marshals compelling evidence that the deep state is now partly institutionalized in non-accountable intelligence agencies like the CIA and NSA, but it also extends its reach to private corporations like Booz Allen Hamilton and SAIC, to which 70 percent of intelligence budgets are outsourced. Behind these public and private institutions is the influence of Wall Street bankers and lawyers, allied with international oil companies beyond the reach of domestic law. Undoubtedly the political consensus about America’s global role has evolved, but if we want to restore the country’s traditional constitutional framework, it is important to see the role of particular cabals—such as the Project for the New American Century—and how they have repeatedly used the secret powers and network of Continuity of Government (COG) planning to implement change. Yet the author sees the deep state polarized between an establishment and a counter-establishment in a chaotic situation that may actually prove more hopeful for U.S. democracy.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11979
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   Ven 15 Sep 2017 - 15:10


Il en est aussi question dans

https://www.youtube.com/watch?v=XHbrOg092GA





https://www.amazon.com/Company-Shadows-Kevin-Michael-Shipp/dp/0692017968/ref=sr_1_1_bnp_1_har?ie=UTF8&qid=1397228779&sr=8-1&keywords=from+the+company+of+shadows

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vague d'attentats au Luxembourg   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vague d'attentats au Luxembourg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 29 sur 29Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 27, 28, 29
 Sujets similaires
-
» Présentation de la vague d'observation de 1954
» PREUVES INDIRECTES DE LA REALITE DE LA VAGUE BELGE
» Documents officiels sur la vague belge
» neuvième vague ?
» Todd Stasser : "La Vague"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AUTRES AFFAIRES CRIMINELLES :: Autres grandes affaires criminelles-
Sauter vers: