les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Tinck, Jean-Marie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant
AuteurMessage
Et In Arcadia Ego



Nombre de messages : 1141
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Sam 14 Juin 2014 - 14:12

CS1958 a écrit:
Et In Arcadia Ego a écrit:
  affraid 


Non, c'est la Flandre Française, ravagée par l'industrialisation au XIX ème puis par les belligérants en 14-18 et 39-45.C'est (c'était) en outre pour le Westhook une terre typiquement Flamande et néerlandophone. La Martinique a été rattachée à la France avant la Flandre. Nous sommes bien plus proches des Belges que des Marseillais ! Twisted Evil 


@CS: je plaisantais, bien sûr, je n'étais pas sans ignorer cela. Mais vous avez raison, j'ai constaté l'étonnement de quelques uns quand j'en parle à l'occasion...Les gens ont la mémoire courte et beaucoup ne connaissent pas leur propre histoire...
Il fut un temps aussi où les contrebandiers s'en donnaient à coeur-joie de part et d'autre de la 'frontière'!  pirat 

Pour ceux qui ne connaissent pas bien le 'coin':
Citation :

Le Westhoek (littéralement Coin de l'ouest) est une région transfrontalière belgo-française dans la province de Flandre-Occidentale (Région flamande) et le département du Nord (région Nord-Pas-de-Calais), située entre la mer du Nord, la Lys et l’Aa.

Le Westhoek français, correspondant environ à l’arrondissement de Dunkerque fait partie de la Flandre française. Il se subdivise en trois régions naturelles : le Blootland ou plaine maritime flamande couvrant le tiers nord, le Houtland au centre et la plaine de la Lys, à l'extrême sud. Il s’agit de la seule région française où l’on parlait couramment le flamand.

Le Westhoek est progressivement devenu français entre 1659 et 1678 en raison de l’annexion des châtellenies de Bourbourg, Bergues, Cassel et Bailleul. Les châtellenies de Furnes et Ypres ont aussi été annexées à la France durant cette période, mais elles ont été cédées aux Pays-Bas du sud autrichiens en 1713 lors du traité d'Utrecht. De la mer du Nord à Bailleul, la frontière n'a presque plus évolué depuis. Elle coupe le Westhoek en deux parties égales.

Durant la Première Guerre mondiale, le Westhoek belge sera la portion du royaume à n'avoir jamais été envahie par l’armée allemande.

De fait, la nouvelle frontière politique n'était pas une frontière culturelle ou linguistique, et c'est pour cette raison qu'en flamand, on nomme la frontière d'État ici de schreeve (moyen-flamand : screve « trait, trait de plume »1). Il y a toujours d'importants échanges transfrontaliers, bien que l'usage du flamand ait très fortement régressé dans la partie française.

« Westhoek » est un nom récent. Il désigne pourtant un territoire ayant de réelles spécificités, tant du point de vue de la langue (le flamand occidental), de l'histoire, des mentalités, de l'architecture ou de la géologie…

(...)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Westhoek

Westhoek map-fr.svg
« Westhoek map-fr » par Sémhur (talk) — Travail personnel. Source :
Belgian Westhoek : Tourism office of Belgian Westhoek.
French Westhoek : Dunkerque en chiffres 2010 by agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre-Dunkerque.
Check and correction : http://www.openstreetmap.org. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego



Nombre de messages : 1141
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Sam 14 Juin 2014 - 14:43

Encore moins nombreux sont ceux qui savent que le Westhoek fait partie d'une région nommée WESTLAND, région qui englobe donc le Westhoek et comprend les communes de Furnes, La Panne (Adinkerke), Coxyde, ainsi qu'une partie de Nieuport et Dixmude, entre autres, ainsi que Gravelines, Hazebroek et Dunkerque notamment...


https://nl.wikipedia.org/wiki/Westland_%28Belgi%C3%AB%29
https://nl.wikipedia.org/wiki/Bachten_de_Kupe
https://nl.wikipedia.org/wiki/Veurne-Ambacht
https://nl.wikipedia.org/wiki/Westhoek_%28Frans-Belgische_regio%29

(comme quoi Wikipédia peut aussi être utile...surtout si on ne se limite pas à l'usage d'une seule langue!)
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Sam 14 Juin 2014 - 15:55

Et In Arcadia Ego a écrit:
CS1958 a écrit:
Et In Arcadia Ego a écrit:
  affraid 


Non, c'est la Flandre Française, ravagée par l'industrialisation au XIX ème puis par les belligérants en 14-18 et 39-45.C'est (c'était) en outre pour le Westhook une terre typiquement Flamande et néerlandophone. La Martinique a été rattachée à la France avant la Flandre. Nous sommes bien plus proches des Belges que des Marseillais ! Twisted Evil 


@CS: je plaisantais, bien sûr, je n'étais pas sans ignorer cela. Mais vous avez raison, j'ai constaté l'étonnement de quelques uns quand j'en parle à l'occasion...Les gens ont la mémoire courte et beaucoup ne connaissent pas leur propre histoire...
Il fut un temps aussi où les contrebandiers s'en donnaient à coeur-joie de part et d'autre de la 'frontière'!  pirat 

Pour ceux qui ne connaissent pas bien le 'coin':
Citation :

Le Westhoek (littéralement Coin de l'ouest) est une région transfrontalière belgo-française dans la province de Flandre-Occidentale (Région flamande) et le département du Nord (région Nord-Pas-de-Calais), située entre la mer du Nord, la Lys et l’Aa.

Le Westhoek français, correspondant environ à l’arrondissement de Dunkerque fait partie de la Flandre française. Il se subdivise en trois régions naturelles : le Blootland ou plaine maritime flamande couvrant le tiers nord, le Houtland au centre et la plaine de la Lys, à l'extrême sud. Il s’agit de la seule région française où l’on parlait couramment le flamand.

Le Westhoek est progressivement devenu français entre 1659 et 1678 en raison de l’annexion des châtellenies de Bourbourg, Bergues, Cassel et Bailleul. Les châtellenies de Furnes et Ypres ont aussi été annexées à la France durant cette période, mais elles ont été cédées aux Pays-Bas du sud autrichiens en 1713 lors du traité d'Utrecht. De la mer du Nord à Bailleul, la frontière n'a presque plus évolué depuis. Elle coupe le Westhoek en deux parties égales.

Durant la Première Guerre mondiale, le Westhoek belge sera la portion du royaume à n'avoir jamais été envahie par l’armée allemande.

De fait, la nouvelle frontière politique n'était pas une frontière culturelle ou linguistique, et c'est pour cette raison qu'en flamand, on nomme la frontière d'État ici de schreeve (moyen-flamand : screve « trait, trait de plume »1). Il y a toujours d'importants échanges transfrontaliers, bien que l'usage du flamand ait très fortement régressé dans la partie française.

« Westhoek » est un nom récent. Il désigne pourtant un territoire ayant de réelles spécificités, tant du point de vue de la langue (le flamand occidental), de l'histoire, des mentalités, de l'architecture ou de la géologie…

(...)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Westhoek

Westhoek map-fr.svg
« Westhoek map-fr » par Sémhur (talk) — Travail personnel. Source :
Belgian Westhoek : Tourism office of Belgian Westhoek.
French Westhoek : Dunkerque en chiffres 2010 by agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre-Dunkerque.
Check and correction : http://www.openstreetmap.org. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.



 cheers 
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7023
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Sam 14 Juin 2014 - 18:58

On s'éloigne me semble-t-il à nouveau du sujet. Merci de ne pas s'éparpiller.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego



Nombre de messages : 1141
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Sam 14 Juin 2014 - 21:37

Tinck n'était-il pas marin?
Revenir en haut Aller en bas
Kranz



Nombre de messages : 743
Date d'inscription : 08/11/2008

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Sam 14 Juin 2014 - 22:42

Et In Arcadia Ego a écrit:
Tinck n'était-il pas marin?

On devrait donc examiner toutes les zones côtières où il aurait pu passer ? Shocked
Revenir en haut Aller en bas
tomboy



Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 31/03/2013

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 0:34

Et In Arcadia Ego a écrit:
Encore moins nombreux sont ceux qui savent que le Westhoek fait partie d'une région nommée WESTLAND, région qui englobe donc le Westhoek et comprend les communes de Furnes, La Panne (Adinkerke), Coxyde, ainsi qu'une partie de Nieuport et Dixmude, entre autres, ainsi que Gravelines, Hazebroek et Dunkerque notamment...

Je me suis toujours demandé d'où vient l'origine du nom "Westland New Post"
Revenir en haut Aller en bas
Robert du Bois



Nombre de messages : 711
Date d'inscription : 18/11/2013

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 0:58

A mon avis par Westland ils veulent dire l'Occident.
Revenir en haut Aller en bas
Et In Arcadia Ego



Nombre de messages : 1141
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 4:00

On peut lire sur ce même fil que Jean-Marie Tinck était marin et se rendait souvent à Ostende.

Je me trompe peut-être, mais pour moi Ostende, est située sur la côte belge...

Ostende est située précisément à 17km de Nieuport et 27km de Dixmude, deux communes situées dans le WESTLAND.

Ostende elle-même apparaît comme faisant partie de la région du Westland: la section 'Voorpost Westland' du groupement irrédentiste flamand 'Voorpost' y organise d'ailleurs l'une ou l'autre manifestation en compagnie du Vlaams Belang:

Citation :

Voorpost Westland voert actie tegen 3de moskee Oostende
Geplaatst op 9 september 2012 door voorpost

Vanavond voerde Voorpost Westland, zij aan zij met het Vlaams Belang dat een eigen manifestatie organiseerde, actie tegen de komst van een derde moskee in Oostende. Recept? Vers gebakken zwarte en witte pensen – van varkensvlees uiteraard – uitgedeeld op de plaats waar die moskee moet komen.

Een actie die niet alleen door de manifestanten van Voorpost en Vlaams Belang en de voorbijgangers, maar ook door de verzamelde pers gesmaakt werd (of er zure oprispingen zullen volgen in de media moeten we nog zien).

Meer actie tegen de islamisering volgt morgen al, wie weet wat we dan gaan uitdelen …

http://voorpost.wordpress.com/2012/09/09/voorpost-westland-voert-actie-tegen-3de-moskee-oostende/
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 9:03

Vlaamse Militanten Orde
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Vlaamse Militanten Orde (Ordre des Militants flamands en néerlandais) ou VMO - à l'origine la Vlaamse Militanten Organisatie (Organisation des militants flamands) - est un ancien groupe d'action nationaliste flamand et plus tard de propagande d'extrême droite en Flandre. Cette organisation a été fondée en 1949 par la Vlaamse Concentratie (Concentration flamande), un groupe d'anciens membres de la ligue Nationale Flamande ('Vlaamsch Nationaal Verbond, VNV). Par la suite, en 1954, ils fonderont la Volksunie (VU), un parti politique belge. Les liens entre les extrémistes du VMO et la VU s'atténueront à mesure que la ligne politique du parti se déplace vers le centre jusqu'à ce que les liens soient officiellement rompus en 1963.
Fondation et premières années
La VMO a été fondée en 1949 par Bob Maes, un militant flamand qui demandait la création d'une Flandre indépendante et l'amnistie pour les criminels de guerre1.
Durant les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, les nationalistes flamands ont souvent été la cible des rassemblements, des manifestations et d'émeutes anti-nazis en raison de leur attitude anti-belge et parce que l'ensemble du mouvement flamand était discrédité par la collaboration militaire, politique, et économique avec les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale. Les nationalistes flamands étaient considérés comme des néonazis et des hors-la-loi. La VMO a été fondée en tant que force de sécurité contre le lynchage public.
Rapidement, la VMO s'élargira et se transformera en une organisation paramilitaire et accédera une dimension d’État dans l’État[ . Les membres armés seront préparés pour le combat et la guerre dans des camps d'entraînement paramilitaires en RFA2.
Entre les années 1950 et 1970, le VMO a été fortement critiqué mais la justice belge a néanmoins toléré ses activités. Toutefois, dès le 14 décembre 1953, 16 membres du VMO avaient déjà été condamnés pour possession d'armes prohibées et pour coups et blessures infligés à des héros de guerre et à des anciens membres de la résistance. Le VMO lui-même ne fut pas condamné car il était impossible à l'époque de poursuivre un groupe pour des raisons pénales, seuls les particuliers pouvant l'être.
Au cours des années 1960, le VMO se manifesta lors des protestations des mineurs limbourgeois contre la fermeture de la mine Zwartberg. Les membres de l'organisation ainsi que les mineurs protestataires ont essayé de forcer les lignes de la gendarmerie. Il en est résulté de violents affrontements entre manifestants et gendarmes, au cours desquels deux mineurs furent tués4.
Première condamnation
Le 14 juin 1970, le VMO eut à faire face à un procès en raison de violences exercées contre des militants du FDF, qui firent un mort, Jacques Georgin, décédé d'une crise cardiaque, et plusieurs blessés graves5,6. Le président du VMO, Bob Maes, décida de dissoudre le VMO afin de protéger ses membres d'éventuelles poursuites. Peu de temps après, Bob Maes a été élu sénateur pour la Volksunie et a commencé à défendre davantage de points de vue modérés.
Le nouveau VMO
Certains membres du VMO en désaccord avec la dissolution de l'organisation l'ont reconstituée en 1971 sous l'appellation "Vlaamse Militanten Orde" en référence au "Dinaso Militanten Orde". Plusieurs extrémistes flamands, radicaux, néo-fascistes et racistes font partie des membres fondateurs, y compris le suprémaciste blanc Bert Eriksson. Le 'nouveau' VMO est vite devenu une garde officieuse du marginal Vlaams Blok, le prédécesseur du Vlaams Belang
Le nouveau VMO a été associé à une série d'attaques contre les immigrés, les Wallons et les gauchistes ainsi qu'à l'organisation de rassemblements internationaux néo-nazis à Dixmude, où les représentants de la Ligue de Saint George et les États nationaux des Partis de droites ont figuré parmi les participants7.
Dans les années soixante, le VMO a attiré l'attention internationale en rapatriant les dépouilles d'anciens collaborateurs de la Seconde Guerre mondiale en Flandre. Un commando VMO (Opération Bréviaire) a affirmé avoir déterré en Autriche le cadavre du prêtre Cyriel Verschaeve, une figure de proue de la collaboration, et l'avoir enterré à nouveau en terre flamande8. Le cadavre de Staf De Clercq, l'ancien chef de la Vlaams Nationaal Verbond (Operation Delta), et Anton Mussert, l'ancien chef néerlandais (Operation Wolfsangel), ont également été déterrés et inhumés en Flandre.
Vue d'ensemble sur les crimes présumés
1978
• Décembre: Attaque du joueur de football polonais Włodzimierz Lubański à Lokeren.
1979
• Février: émeutes avec la police après une manifestation anti-immigrés à Schilde.
• Avril: attentat contre un francophone à l'école de Mortsel.
• Mai: Attaque par bombe incendiaire dans un bar turc à Anvers.
• Juin: Attaque par bombe incendiaire de la voiture d'un habitant francophone des Fourons.
• Août: Entraînement dans des camps en Allemagne avec des terroristes du Groupe Hofmann.
• Octobre: Attaque de l'hôtel de ville de Fouron-le-Comte.
1980
• Février: attentat contre un libraire socialiste à Malines.
• Mars: attentat contre un bar à Moelingen.
• Avril: attaque contre le Halletoren à Bruges.
• Octobre: camp d'entraînement aux États-Unis avec le Ku Klux Klan.
• Novembre: émeutes avec la police après une manifestation nationaliste flamande dans la commune à facilités de Kraainem.
1981
• Avril: bombe incendiaire dans un bar marocain à Lokeren.
• Mai: attaque d'un syndicat de construction à Sint-Niklaas.
1982
• Février: visite chez Leon Degrelle à Marbella, Espagne.
1983
• Juillet: attentat contre un bar francophone dans les Fourons.
1984
• Décembre: attaque d'un bar socialiste à Bruges.
1985
• Mars: attaque sur des manifestants de gauche à Gand.
• Septembre: bombe incendiaire dans une librairie socialiste à Sint-Niklaas.
• Octobre: attaque contre le bâtiment du Masereelfonds à Bruges.
• Novembre: attaque contre des manifestants anti-fascistes à Lommel.

Le lien Ostende-Tinck-ED Flamande me parait très léger scratch 
Les références à 1982-1985 relèvent des actes de terrorisme ciblés, exclusivement politiques.

Tinck, né à Binche, n'est pas Flamand.
Ce qui est intéressant, c'est la visite à REX en 82. Une visite de l'ED francophone à la même époque ?
Michel Cocu parle de VDO et Degrelle.

S'agirait-il là encore d'aveux extorqués ? Il est permis d'en douter.

Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7282
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 9:21

incomplet

au même date de l'attaque de ALOST TBW il y a eu des évènements à Bruges

c'est déjà sur site qqs part;

c'est clair que la date := ... a eu une un effet sur certains esprits
Revenir en haut Aller en bas
Robert du Bois



Nombre de messages : 711
Date d'inscription : 18/11/2013

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 9:45

CS1958 a écrit:
Robert du Bois a écrit:
@CS1958

Tapez plutôt: www.lejournaldesflandres.fr/actualite/Faits_Divers/2011/07/27les-pratiques-d-un-plaisancier-belge-den.shtml

Merci à vous.

@ CS1958

Un tel article doit être unique au monde ; la raison en est très simple : c'est une préparation pour un crime parfait. Avec cet article on crée artificiellement un mobile avec l'aide du témoignage de Claudy Vanhal, car c'est lui qui sert de témoin à la journaliste. Le mobile serait le 'règlement de comptes'.
Je sais bien entendu qui m'en veut à mort depuis que j'avais dit qu'il était un 'baron de la drogue'.
Et il emploie le tbw Claudy Vanhal, la preuve avec cet article.
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 10:04


Je ne sais pas du tout s'il y a eu un lien Tinck - VMO.

Il faut cependant noter que les camps du VMO dans les Ardennes avaient le soutien de Jean Militis (qui était en Corée, comme Eriksson).

C'est notamment du côté de Jean Militis (il y a un fil de discussion à son sujet) et de son fils Albert Militis (qui a été procureur du Roi à Arlon) qu'il faudrait creuser.

_ _


http://bendevannijvel.com/andere/extreem-rechts/staatsgreep/

(...) Uit politierapporten en latere getuigenissen voor parlementaire onderzoekscommissies kan worden afgeleid dat het aantal complotteurs in 1973 op ongeveer honderd man mag worden geschat. Er was sprake van een dertigtal Luikse legerofficieren die zichzelf de Rode Haan noemden en een veertigtal Vlaamse officieren gegroepeerd in de Zwarte Leeuw. Zij konden rekenen op een onbekend aantal rijkswachters, een handvol ambtenaren en burgers en enkele onbekend gebleven rechtse prominenten.

Voormalig Humo-journalist Hugo Gijsels noemde in zijn boek De Bende & Co voor het eerst een aantal namen: para-kolonel en PRL-parlementslid Jean Militis, ex-minister van Defensie José Desmarets (PSC), de gewezen stafchef van het leger Georges Vivario, procureur Raymond Charles (voorzitter van het Hoog Comité van Toezicht), voormalig rijkswachtgeneraal Fernand Beaurir, majoor Jean Bougerol (chef van de privé-inlichtingendienst PIO), graaf Arnould de Briey (een hoge ambtenaar van het Abos) en natuurlijk de onvermijdelijke baron Benoît de Bonvoisin. (...)

Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 10:18

HERVE a écrit:

Je ne sais pas du tout s'il y a eu un lien Tinck - VMO.

Il faut cependant noter que les camps du VMO dans les Ardennes avaient le soutien de Jean Militis (qui était en Corée, comme Eriksson).

C'est notamment du côté de Jean Militis (il y a un fil de discussion à son sujet) et de son fils Albert Militis (qui a été procureur du Roi à Arlon) qu'il faudrait creuser.

_ _


http://bendevannijvel.com/andere/extreem-rechts/staatsgreep/

(...)  Uit politierapporten en latere getuigenissen voor parlementaire onderzoekscommissies kan worden afgeleid dat het aantal complotteurs in 1973 op ongeveer honderd man mag worden geschat. Er was sprake van een dertigtal Luikse legerofficieren die zichzelf de Rode Haan noemden en een veertigtal Vlaamse officieren gegroepeerd in de Zwarte Leeuw. Zij konden rekenen op een onbekend aantal rijkswachters, een handvol ambtenaren en burgers en enkele onbekend gebleven rechtse prominenten.

Voormalig Humo-journalist Hugo Gijsels noemde in zijn boek De Bende & Co voor het eerst een aantal namen: para-kolonel en PRL-parlementslid Jean Militis, ex-minister van Defensie José Desmarets (PSC), de gewezen stafchef van het leger Georges Vivario, procureur Raymond Charles (voorzitter van het Hoog Comité van Toezicht), voormalig rijkswachtgeneraal Fernand Beaurir, majoor Jean Bougerol (chef van de privé-inlichtingendienst PIO), graaf Arnould de Briey (een hoge ambtenaar van het Abos) en natuurlijk de onvermijdelijke baron Benoît de Bonvoisin.  (...)



Cocu parlait du VDO.
Une idée sur ce groupe ?
Est-ce que Rex n'a pas galvanisé ses sympathisants en 82, ensemble ou séparément, Flamands et Wallons ?
D'où cette curieuse référence de Cocu à Degrelle. Coup de bluff de Cocu pour qu'on le laisse tranquille ? Forfanterie de sa part ?
Tink mènerait à Geva, d'où mon parallèle... Suspect 
Revenir en haut Aller en bas
dim



Nombre de messages : 1619
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 10:24

V+1 M+1 O+1 = W N P ?
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 10:32

Et In Arcadia Ego a écrit:
On peut lire sur ce même fil que Jean-Marie Tinck était marin et se rendait souvent à Ostende.

Je me trompe peut-être, mais pour moi Ostende, est située sur la côte belge...

Ostende est située précisément à 17km de Nieuport et 27km de Dixmude, deux communes situées dans le WESTLAND.

Ostende elle-même apparaît comme faisant partie de la région du Westland: la section 'Voorpost Westland' du groupement irrédentiste flamand 'Voorpost' y organise d'ailleurs l'une ou l'autre manifestation en compagnie du Vlaams Belang:

Citation :

Voorpost Westland voert actie tegen 3de moskee Oostende
Geplaatst op 9 september 2012 door voorpost

Vanavond voerde Voorpost Westland, zij aan zij met het Vlaams Belang dat een eigen manifestatie organiseerde, actie tegen de komst van een derde moskee in Oostende. Recept? Vers gebakken zwarte en witte pensen – van varkensvlees uiteraard – uitgedeeld op de plaats waar die moskee moet komen.

Een actie die niet alleen door de manifestanten van Voorpost en Vlaams Belang en de voorbijgangers, maar ook door de verzamelde pers gesmaakt werd (of er zure oprispingen zullen volgen in de media moeten we nog zien).

Meer actie tegen de islamisering volgt morgen al, wie weet wat we dan gaan uitdelen …

http://voorpost.wordpress.com/2012/09/09/voorpost-westland-voert-actie-tegen-3de-moskee-oostende/
WesTland....en reference au groupe :OCCIDENT
pour le VMO ,puis associé au Bloc Belge .....
du cote d OOSTENDE ,il y avait de solides militants ,le 1er luietenant de Werner Van Steen etait 1 ancien para (HERMYN EDOUARD),il etait passé chez les maoistes et puis marxistes avant de rejoindre avec d autres paras (et des enployes de Securitas )l extreme droite
Un des combats etait de rehabiliter les femmes flamandes qui avaient collabore et puis ,fusillees
ce n est pas les ecrits qui manquent sur ce sujet .
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 10:34

totor

Nombre de messages: 899
Date d'inscription: 11/11/2012
MessageSujet: VDO Jeu 14 Mar 2013 - 20:33


Organisation mystérieuse qui serait derrière les tueries selon Michel Cocu :

En mars 1983 (1984?) dans le livre de Ponsaers et Dupont, "enfin, Mme Claudine Jansens, employée dans un magasin ‘Club’ situé au 7 de la rue Victor Allard, à Uccle, a découvert dans un porte-document abandonné dans le magasin, une bien curieuse lettre dont tout indique qu’elle a été écrite par Michel Cocu. Il y est question des faits commis à Genval, Uccle, Hal, Nivelles et Anderlues. La lettre contient un passage relatif à Christelle Cocu et à Jacqueline Géva, la maîtresse de Michel Cocu. Elle affirme que les tueurs du Brabant sont le fait d’une mystérieuse organisation dénommée VDO, organisation à laquelle appartiendrait Adriano Vittorio, financée par Léon Degrelle pour commettre du terrorisme en Belgique, sous le couvert de hold-up !"

Le fil sur le VDO n'est guère convaincant.. silent 
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 10:41

dim a écrit:
V+1 M+1 O+1 = W N P ?
 cheers tu sais tres bien ,qu il y a des choses a creuser autour du nom GEVA ......tellement de paco engages politiquement !
pourquoi 1 tel silence ,alors que des equipes de journalistes creusent cette piste depuis des semaines
La CBW a t elle demande l enbargo ?
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 10:43

alain a écrit:
Et In Arcadia Ego a écrit:
On peut lire sur ce même fil que Jean-Marie Tinck était marin et se rendait souvent à Ostende.

Je me trompe peut-être, mais pour moi Ostende, est située sur la côte belge...

Ostende est située précisément à 17km de Nieuport et 27km de Dixmude, deux communes situées dans le WESTLAND.

Ostende elle-même apparaît comme faisant partie de la région du Westland: la section 'Voorpost Westland' du groupement irrédentiste flamand 'Voorpost' y organise d'ailleurs l'une ou l'autre manifestation en compagnie du Vlaams Belang:

Citation :

Voorpost Westland voert actie tegen 3de moskee Oostende
Geplaatst op 9 september 2012 door voorpost

Vanavond voerde Voorpost Westland, zij aan zij met het Vlaams Belang dat een eigen manifestatie organiseerde, actie tegen de komst van een derde moskee in Oostende. Recept? Vers gebakken zwarte en witte pensen – van varkensvlees uiteraard – uitgedeeld op de plaats waar die moskee moet komen.

Een actie die niet alleen door de manifestanten van Voorpost en Vlaams Belang en de voorbijgangers, maar ook door de verzamelde pers gesmaakt werd (of er zure oprispingen zullen volgen in de media moeten we nog zien).

Meer actie tegen de islamisering volgt morgen al, wie weet wat we dan gaan uitdelen …

http://voorpost.wordpress.com/2012/09/09/voorpost-westland-voert-actie-tegen-3de-moskee-oostende/
WesTland....en reference au groupe :OCCIDENT
pour le VMO ,puis associé au Bloc Belge .....
du cote d OOSTENDE ,il y avait de solides militants ,le 1er luietenant de Werner Van Steen etait 1 ancien para (HERMYN EDOUARD),il etait passé chez les maoistes et puis marxistes avant de rejoindre avec d autres paras (et des enployes de Securitas )l extreme droite
Un des combats etait de rehabiliter les femmes flamandes qui avaient collabore et puis ,fusillees
ce n est pas les ecrits qui manquent sur ce sujet .



Mercredi 12 octobre 1988

Le Vlaams Blok:

une ascension

fulgurante

Deux sièges au conseil communal d'Anvers en 1982, dix depuis dimanche, soit presque autant que le C.V.P. La progression du Vlaams Blok dans l'arrondissement d'Anvers est sidérante. En 1985, le parti nationaliste flamand recueillait 6,5 % des voix à Anvers, puis 10 % lors des élections législatives de 1987. Cette année, près d'un électeur anversois sur cinq (17,7 %) a accordé son suffrage à un parti ouvertement raciste et extrémiste.

Les résultats du scrutin anversois suscitent l'inquiétude dans tous les partis. Et c'est sans doute pour cette raison que Wilfried Martens a annoncé dimanche soir la nomination prochaine d'un commissaire du gouvernement (certains parlent de Vic Anciaux), chargé d'examiner les problèmes de cohabitation entre gens de cultures différentes.


En 1987, le Vlaams Blok a progressé partout en Flandre mais certains communes sont devenues de véritables fiefs de l'extrême droite flamande: Kontich, Lierre, Vilvorde, Saint-Nicolas, Malines. Le scrutin de dimanche a confirmé cette percée et plusieurs militants du Vlaams Blok ont fait irruption dans les conseils communaux de ces communes.

La plupart des commentateurs flamands soulignent l'aspect géographiquement limité du succès du Vlaams Blok décrit comme un «phénomène purement anversois». Le Vlaams Blok a fait l'essentiel de sa campagne électorale sur le thème du renvoi des immigrés et le parti ne cache pas qu'il s'agit là d'un thème «rentable» sur le plan électoral. Anvers compte environ dix pour cent d'immigrés (essentiellement marocains et turcs). C'est bien moins que certaines communes limbourgeoises (où le score du Vlaams Blok est quasi nul), moins qu'à Bruxelles et que dans certains villes wallonnes comme Liège ou Charleroi.

Albert Martens, sociologue à la K.U.L., explique ce comportement différent des électeurs par la présence ou l'absence dans ces villes d'un mouvement ouvrier puissant. Une hypothèse partagée par d'autres sociologues: un syndicalisme structuré (comme on en rencontre dans le Limbourg et en Wallonie) agirait comme facteur d'intégration de toutes les victimes de la crise économique. A Anvers comme à Bruxelles, les électeurs des partis d'extrême droite appartiendraient surtout à la classe moyenne vivant aux confins de la pauvreté. Albert Martens ajoute qu'à Bruxelles, certains hommes politiques (et de citer Roger Nols et même Charles Picqué) rassemblent par leurs discours xénophobes le même électorat que celui du Vlaams Blok. Une analyse qui est curieusement partagée par Karel Dillen: A Bruxelles, les partis traditionnels parlent des immigrés comme le Vlaams Blok. Je n'oserais jamais prononcer des paroles aussi agressives que celles de Roger Nols ou d'Henri Simonet. A Anvers, nous sommes les seuls à poser le problème de l'immigration. On leur objectera pourtant que dans les communes bruxelloises (et notamment à Schaerbeek), le vote «Vlaams Blok» est loin d'être négligeable et a aussi fortement augmenté.

L'extrémisme

comme tradition

Le succès du Vlaams Blok ne se limite pas à la ville d'Anvers. Il déborde sur les communes avoisinantes et plus particulièrement sur le pays de Waes (entre Saint-Nicolas et Lokeren). Historiquement, cette région a toujours été à la pointe du mouvement flamand. C'est là que se concentraient les votes pour le V.N.V. avant la Seconde guerre mondiale. C'est à Anvers que s'est créée au lendemain de la guerre la «Vlaamse concentratie» (dont sont issus le V.M.O. et la V.U.). Et c'est dans la même région aussi que le V.M.O. est le plus solidement implanté. La plupart des agressions commises par le groupe fasciste (contre des librairies de gauche, des cafés, des maisons de jeunes) se sont produites dans le pays de Waes. Anvers a toujours été le berceau du nationalisme flamand, confirme K. Dillen, qui ajoute: C'est là que tout le combat flamand s'est développé. Les autres régions flamandes ont suivi, parfois avec retard comme le Limbourg. Il en sera de même pour le Vlaams Blok.

Nationaliste

et raciste

Né il y a dix ans comme réaction à l'entrée de la V.U. au gouvernement (lors du pacte d'Egmont), le Vlaams blok a toujours voulu se profiler comme l'élément «pur» du nationalisme flamand face aux «trahisons» de la V.U. Aujourd'hui encore, Karel Dillen explique le succès de son parti aux élections communales comme une sanction de la V.U. coupable de participer à un gouvernement belge, évidemment hostile aux intérêts flamands.

Au cours de ces dernières années pourtant, le discours du V.B. s'est élargi. Le thème du nationalisme flamand - s'il reste déterminant - n'est plus le seul point du programme. Le V.B. se bat aussi contre la légalisation de l'avortement, pour la défense de l'Occident mais il se profile surtout comme un parti ouvertement hostile à l'immigration. Avec les mêmes arguments et le même langage que tous les partis d'extrême-droite européens.

Le 4 octobre 1987, les jeunes du V.B. tenaient à Anvers un congrès sur le thème «A droite, sans complexes». Parmi les invités, Martial Bild, président du Front national de la jeunesse français. «Il y a des points communs entre Jean-Marie Le Pen et nous, explique Karel Dillen: la lutte contre l'immigration, l'anti-marxisme. Mais le nationalisme de le Pen est étatique alors que chez nous il est basé sur le concept d'ethnie». C'est cette notion d'ethnie qui détermine l'appartenance des Bruxellois à la région flamande. Tous les Bruxellois francophones sont des flamands qui s'ignorent, puisque leurs ancêtres appartenaient au peuple (à la race?) du nord du pays.

Le Vlaams blok compte aujourd'hui deux députés (Gerolf Annemans et Filip Dewinter) et un sénateur (Karel Dillen). Sa progression rapide a rassemblé depuis deux ans une série de «jeunes» qui se définissent eux-mêmes comme étant «à l'extrême-droite» du président-fondateur Karel Dillen. Un certain nombre de figures de proue actuelles du V.B. ont joué un rôle important au V.M.O. On ne peut d'ailleurs qu'être frappé par l'évolution convergente du V.M.O. et du Vlaams blok. Le mouvement de Bert Eriksson est lui aussi passé d'un langage au départ exclusivement hostile aux francophones à un discours franchement raciste. Ce «nouveau» V.M.O., conduit par Werner Van Steen et résolument violent, suscite la méfiance de Karel Dillen mais pas celle des «jeunes loups» du Vlaams blok. Et la radicalisation xénophobe du parti lors des élections communales doit sans doute être interprétée comme une victoire de ceux-ci.


Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 14:39

alain a écrit:
Et In Arcadia Ego a écrit:
On peut lire sur ce même fil que Jean-Marie Tinck était marin et se rendait souvent à Ostende.

Je me trompe peut-être, mais pour moi Ostende, est située sur la côte belge...

Ostende est située précisément à 17km de Nieuport et 27km de Dixmude, deux communes situées dans le WESTLAND.

Ostende elle-même apparaît comme faisant partie de la région du Westland: la section 'Voorpost Westland' du groupement irrédentiste flamand 'Voorpost' y organise d'ailleurs l'une ou l'autre manifestation en compagnie du Vlaams Belang:

Citation :

Voorpost Westland voert actie tegen 3de moskee Oostende
Geplaatst op 9 september 2012 door voorpost

Vanavond voerde Voorpost Westland, zij aan zij met het Vlaams Belang dat een eigen manifestatie organiseerde, actie tegen de komst van een derde moskee in Oostende. Recept? Vers gebakken zwarte en witte pensen – van varkensvlees uiteraard – uitgedeeld op de plaats waar die moskee moet komen.

Een actie die niet alleen door de manifestanten van Voorpost en Vlaams Belang en de voorbijgangers, maar ook door de verzamelde pers gesmaakt werd (of er zure oprispingen zullen volgen in de media moeten we nog zien).

Meer actie tegen de islamisering volgt morgen al, wie weet wat we dan gaan uitdelen …

http://voorpost.wordpress.com/2012/09/09/voorpost-westland-voert-actie-tegen-3de-moskee-oostende/
WesTland....en reference au groupe :OCCIDENT
pour le VMO ,puis associé au Bloc Belge .....
du cote d OOSTENDE ,il y avait de solides militants ,le 1er luietenant de Werner Van Steen etait 1 ancien para (HERMYN EDOUARD),il etait passé chez les maoistes et puis marxistes avant de rejoindre avec d autres paras (et des enployes de Securitas )l extreme droite
Un des combats etait de rehabiliter les femmes flamandes qui avaient collabore et puis ,fusillees
ce n est pas les ecrits qui manquent sur ce sujet .
Un noyau tres dur ,s est formé autour de l histoire de IRMA LAPLACE  Twisted Evil? c etait surtout Zwarte MARTHA qui agitait ....le cocotier .des fachos .........
Voir a OOStduinkerke ,les commemorations sur sa tombe ........
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 14:54

alain a écrit:
dim a écrit:
V+1 M+1 O+1 = W N P ?
 cheers tu sais tres bien ,qu il y a des choses a creuser autour du nom GEVA ......tellement de paco engages politiquement !
pourquoi 1 tel silence ,alors que des equipes de journalistes creusent cette piste depuis des semaines
La CBW a t elle demande l enbargo ?
Voir meme des vendeurs d armes chaudes ,(deja cite sur le site ces commerciants )
Revenir en haut Aller en bas
totor



Nombre de messages : 1061
Date d'inscription : 11/11/2012

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 14:56

Robert du Bois a écrit:
CS1958 a écrit:
Robert du Bois a écrit:
@CS1958

Tapez plutôt: www.lejournaldesflandres.fr/actualite/Faits_Divers/2011/07/27les-pratiques-d-un-plaisancier-belge-den.shtml

Merci à vous.

@ CS1958

Un tel article doit être unique au monde ; la raison en est très simple : c'est une préparation pour un crime parfait. Avec cet article on crée artificiellement un mobile avec l'aide du témoignage de Claudy Vanhal, car c'est lui qui sert de témoin à la journaliste. Le mobile serait le 'règlement de comptes'.
Je sais bien entendu qui m'en veut à mort depuis que j'avais dit qu'il était un 'baron de la drogue'.
Et il emploie le tbw Claudy Vanhal, la preuve avec cet article.

Vous oubliez que le crime parfait n'existe pas
Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 15:11


Sur Werner Van Steen :

http://www.resistances.be/vbzizan02.html

(...)  1988

Dans quatre villes flamandes, lors des élections communales, le Vlaams Blok va devoir faire face à la concurrence du Nationaal front (NF), un groupuscule ultranationaliste conduit par Werner Van Steen (ex-dirigeant du VMO) et hostile à l'hégémonie électorale du VB. S'adressant à un identique électorat, les résultats de ce rivale seront néanmoins insignifiants : 0,3 % à Koksijde et Ostende, 0,2 % à Leuven et 1,1 % à la Panne. (...)

_ _ _


Sur Edouard "Eddy" Hermy :

http://afa.home.xs4all.nl/alert/2_12/nsa.html

(...)  Den Eddy

De grote roerganger van het N-SA is dus Edouard "Eddy" Hermy uit Oostende. Hij treedt op als Algemeen Coördinator van de koepel. Als oudgediende van de VMO heeft Hermy al heel wat extreemrechtse watertjes doorzwommen. De gewezen paracommando liep en passant verschillende veroordelingen op voor gewelddaden en racisme. Zijn politieke carrière begon hij echter bij de communistische groepering AMADA (Alle Macht Aan De Arbeiders), een voorloper van de Belgische communistische partij PVDA.

In een toespraak op het IVde Identitair Feest (Terre et Peuple, 1 december 2007) legt Hermy uit hoe hij na zijn legerdienst actief wordt binnen AMADA.(2) "De inzet was volcontinu. Er waren geen vrije dagen. Aan fabrieken pamfletten uitdelen, pamfletten schrijven, de werken van Mao, Lenin en Stalin bestuderen, op huisbezoek gaan bij sympathiserende arbeiders (…), vergaderen, …" Hermy wordt een actief militant binnen de fabriek waar hij werkt en hij schopt het zelfs tot afgevaardigde van het ABVV. "Ik infiltreer in de socialistische vakbond in opdracht van de partij," legt hij uit. Hermy organiseert verschillende fabrieksstakingen, tot hij in aanvaring komt met de socialistische vakbond en de laan uitvliegt, "exit werk en exit vakbond". En kort daarna ook "exit AMADA". Hermy wordt beschuldigd van "crypto-fascisme" en uit de partij gezet. Daarna verdwijnt Hermy naar eigen zeggen "drie jaar van het toneel".

VMO-gewelddaden

Tot hij VMO-leider Bert Erikson leert kennen. "Eriksson is vlug bereid om mij op te nemen. Hij zegt dat de VMO ook voor sociale emancipatie van de Vlaamse arbeider staat. Een ex-communist kan een bijdrage leveren om dat idee meer te benadrukken", aldus Hermy. Hermy zal tot aan de ontbinding actief blijven in de VMO, die begin de jaren '80, na een veroordeling als privé-militie, verboden wordt. Tijdens die periode neemt Hermy deel aan verschillende gewelddadige acties van de VMO. "Een van die acties kost mij drie maanden gevangenisstraf" zegt Hermy. "Met de veroordeling van de VMO inbegrepen, heb ik samen 3 jaar gevangenisstraf cadeau gekregen van de Belgische staat waarvan dus drie maanden onvoorwaardelijk." Eén van de VMO-acties waarvoor Hermy veroordeeld wordt is de gewelddadige aanval op de progressieve boekhandel de Rode Mol in Mechelen. Op 2 februari 1980 stormt een gemaskerd en met knuppels gewapend commando de winkel binnen en slaat er alles kort en klein. Twee aanwezigen, de uitbater en een winkelbediende, worden door Hermy en companen het ziekenhuis ingeslagen. Rudolf Dosfel (KVHV Gent) was het brein achter de strak georganiseerde raid die uitgevoerd werd onder de vlag van het toenmalige Anti-Kommunistisch Front. Hermy leidde het VMO-commando, waarin ook een aantal andere Oostendenaars zaten, zoals ex-para Joost Pyck, Hell's Angel Florent Mulder en Johnny Massenhoven. Het commando kreeg verder nog versterking van enkele leden van Scoutsverbond Delta (een soort trainingsgroep voor VMO en Voorpost); waaronder Luk Dieudonné.(3) Een andere VMO-actie waarover Hermy graag opschept in de pers, is de mislukte moordaanslag op José Happart, de burgemeester van Voeren. "Het was wel degelijk de bedoeling om hem te vermoorden", vertelde Hermy later aan De Morgen.(4) Alleen kon dat ten tijde van de VMO-processen niet bewezen worden en Hermy ging hiervoor dus vrijuit. Zijn veroordeling in de VMO-processen begin de jaren '80 betekent voor Hermy wel het einde van zijn lidmaatschap van het Vlaams Blok. Hermy wordt uit het Blok gezet.

Hermy blijft echter met veel plezier terugdenken aan zijn VMO-verleden. Niet zo verwonderlijk dus dat één van de eerste prentjes op de N-SA-website ex-VMO-ers oproept om zich aan te sluiten bij het Nieuw-Solidaristisch Alternatief. Ook binnen de opvolger van de VMO, het al even gewelddadige Odal Aktiekomitee, zal Hermy actief blijven.

Een eigen partijtje: het Nationaal Front

Op zaterdag 6 augustus 1988 komt het Nationaal Front (NF) bijeen in een café aan de Voskenslaan in Gent. Drijvende krachten van het Nationaal Front zijn ex-VMO-leider Werner Van Steen (5), die voorzitter is, en Eddy Hermy, die de functie van politiek secretaris uitoefent. Het NF zou in eerste instantie bestaan uit ex-militanten van de VMO en van Front de la Jeunesse, die vroeger overigens ook een afdeling hadden in Oostende. Het NF is dan naar eigen zeggen al vijf jaar bezig als groepering, maar op deze dag doopt het NF zichzelf om tot een politieke partij. Het NF wil immers deelnemen aan de gemeenteraadsverkiezingen van oktober 1988. Een eerdere poging om in 1984 al het Nationaal Front als politieke partij op te richten mislukte. Volgens Hermy omdat het plan toen getorpedeerd werd door een piepjonge Philip Dewinter.(6)

Gewelddaden worden ondertussen ook in deze partij van ex-VMO-ers niet geschuwd. Zo vallen leden van het Nationaal Front op 2 december 1984 "the Grafiti" aan in Oostende. Twee van de belagers worden hiervoor veroordeeld tot 6 maand gevangenis.(7)

Na een schietpartij op de "Koele Kikker" in 1988 voert de politie een reeks huiszoekingen uit, onder meer bij Eddy Hermy, waar eveneens een of meerdere wapens gevonden worden. Hermy beschikt als lid van een Oostendse schietclub echter over een vergunning, wat vreemd is gezien zijn veroordelingen.(Cool

En dan zijn er de gemeenteraadsverkiezingen van 1998. Het Nationaal Front zet zich af tegen de Volks Unie en tegen het Vlaams Blok. In Antwerpen zal het NF samenwerken met de Nieuwe Partij. Op het NF-programma staan onder meer: opdeling van België in een bondsstaat, stakingsverbod voor ambtenaren, doodstraf voor zware criminelen zoals drugdealers, referendums, afschaffing van provincieraden en senaat en natuurlijk het terugsturen van gastarbeiders. Verder is het NF ook tegen nieuwe kerncentrales en tegen abortus. (9) Veel succes heeft het NF echter niet met haar programma. Het beste resultaat boekt het NF in de Panne waar de partij met 72 stemmen 1,1% haalt. In de luttele gemeentes waar de partij er verder nog in slaagde een lijst in te dienen (Oostende, Koksijde en Leuven) behaalt deze maximaal 0,3%. Het Nationaal Front verdwijnt na de verkiezingen dan ook met stille trom van het politieke toneel. In 1996 zal Kris Roman (Euro-Rus) de poging om een partij op te richten met de naam Nationaal Front (als Vlaamse tak van de Franse partij Front National) trouwens nog eens met even weinig succes overdoen. Ook hier voeren onvrede met de te gematigde koers van het VB en onverhuld racisme de boventoon. Zo vindt Roman in een kranteninterview uit die tijd bijvoorbeeld dat men om de "echte Belgen" te onderscheiden van de migranten, "gewoon het oude bloedrecht moet herinvoeren". (10)   (...)



Dernière édition par HERVE le Dim 15 Juin 2014 - 17:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
bernarddeboussu



Nombre de messages : 1114
Localisation : BORINAGE
Date d'inscription : 05/02/2014

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 15:56

@Robert du Bois:

Nous revoilà plongés en plein film de COSTA-GAVRAS!

Ou bien le WESTLAND SHOPPING CENTER d'ANDERLECHT...  rendeer 
Revenir en haut Aller en bas
alain



Nombre de messages : 1633
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Dim 15 Juin 2014 - 15:59

@herve ,et ,pour MATTON Jacques du groupe V M O qui travaillait chez SECURITAS..vous avez quoi ? merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tinck, Jean-Marie   Aujourd'hui à 19:11

Revenir en haut Aller en bas
 
Tinck, Jean-Marie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 39 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Décès de Mgr Jean-Marie Lustiger
» Relations hommes-Terre,la réponse d'un chrétien et d'un scientifique:Jean-Marie Pelt.
» Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort
» prière pour jean marie
» VERGEZ (Jean Marie) Général de brigade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: les suspects-
Sauter vers: