les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 DES PREDATEURS ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
rob1



Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Des "prédateurs"...   Ven 16 Nov 2007 - 23:02

Le 16 octobre 1986, le Procureur du Roi du parquet de Nivelles Jean Deprêtre déclare dans l'émission Temps présent de la suisse romande que la motivation des tueurs du Brabant « c’est l’argent. C’est le mobile, ce sont des gangsters. Ce sont des prédateurs ».

Ce terme de prédateur a été largement cité. Hors je ne comprends pas du tout l'effet voulu. Pour moi un prédateur est avant tout un animal chassant des proies, frappant l'imagination comme les gros fauves type lion, panthère etc. Bref, un terme qui irait bien aux sérials killers ou aux terroristes voulant frapper l'opinion.

Quelqu'un peut-il m'expliquer comment on peut qualifier de "prédateurs"
des voleurs qui selon Deprêtre n'auraient tiré que pour voler ?
Revenir en haut Aller en bas
billbalantines



Nombre de messages : 1380
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Ven 16 Nov 2007 - 23:18

rob1 a écrit:
Le 16 octobre 1986, le Procureur du Roi du parquet de Nivelles Jean Deprêtre déclare dans l'émission Temps présent de la suisse romande que la motivation des tueurs du Brabant « c’est l’argent. C’est le mobile, ce sont des gangsters. Ce sont des prédateurs ».

Ce terme de prédateur a été largement cité. Hors je ne comprends pas du tout l'effet voulu. Pour moi un prédateur est avant tout un animal chassant des proies, frappant l'imagination comme les gros fauves type lion, panthère etc. Bref, un terme qui irait bien aux sérials killers ou aux terroristes voulant frapper l'opinion.

Quelqu'un peut-il m'expliquer comment on peut qualifier de "prédateurs"
des voleurs qui selon Deprêtre n'auraient tiré que pour voler ?

Des gens sans foi ni loi, c'était la vision de Deprêtre, des 'desesperados' on dirait comem dans le film les 12 salopards'... haine du bourgeois, des 'asociaux'. Vision 'Deprêtr(ienne)'
Revenir en haut Aller en bas
undercover

avatar

Nombre de messages : 2173
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Sam 17 Nov 2007 - 9:09

Cette vision des choses n'a pas vraiment tenu la route avec le temps.
Mais elle en a fait perdre. Pourquoi?
Revenir en haut Aller en bas
Henry

avatar

Nombre de messages : 2047
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Sam 17 Nov 2007 - 11:10

Monsieur le Procureur Deprêtre est un fidèle serviteur de l'état.
Revenir en haut Aller en bas
rob1



Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Sam 17 Nov 2007 - 13:10

undercover a écrit:
Cette vision des choses n'a pas vraiment tenu la route avec le temps.
Mais elle en a fait perdre. Pourquoi?
L'intime conviction est le plus grand ennemi des magistrats, comme la récente affaire d'Outreau l'a illustré.

Et puis le problème est de trouver une logique à des évênements qui sembent justement sans motifs (comprendre : les massacres des attaques de fin 85). Celle des gangsters sans foi ni loi tirant sur tout ce qui peut gêner en est une.
Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7231
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Sam 17 Nov 2007 - 18:19

rob1 a écrit:
Le 16 octobre 1986, le Procureur du Roi du parquet de Nivelles Jean Deprêtre déclare dans l'émission Temps présent de la suisse romande que la motivation des tueurs du Brabant « c’est l’argent. C’est le mobile, ce sont des gangsters. Ce sont des prédateurs ».

Ce terme de prédateur a été largement cité. Hors je ne comprends pas du tout l'effet voulu. Pour moi un prédateur est avant tout un animal chassant des proies, frappant l'imagination comme les gros fauves type lion, panthère etc. Bref, un terme qui irait bien aux sérials killers ou aux terroristes voulant frapper l'opinion.

Quelqu'un peut-il m'expliquer comment on peut qualifier de "prédateurs"
des voleurs qui selon Deprêtre n'auraient tiré que pour voler ?

Le mot prédateur a été cité dans un contexte particulier. La fille de Jean Deprêtre était fort malade (elle allait mourir par la suite) et était fort intéressée par cette affaire. Un jour, elle parla de l'affaire avec son père et elle s'exclama : "Mais papa, les tueurs ce sont des prédateurs!". Le mot avait frappé deprêtre qui l'avait ressorti lors de l'interview. Il estimait que ces gens tuaient pour faciliter le vol.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2395
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Dim 7 Oct 2012 - 2:10

Wikipedia
La personnalité antisociale est un trouble de la personnalité caractérisé par une tendance générale à l'indifférence vis-à-vis des normes sociales, des émotions et droits d'autrui ainsi que par un comportement impulsif. Le terme de trouble de la personnalité antisociale est utilisé par le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV-TR)1, publié par l'Association américaine de psychiatrie (AAP) tandis que la Classification internationale des maladies (CIM-10), publiée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), parle de trouble de la personnalité dyssociale2. La psychopathie et la sociopathie sont considérées comme deux manifestations différentes du trouble de la personnalité antisociale [réf. nécessaire].
Selon Robert Hare, la différence entre psychopathie et sociopathie peut s'expliquer par l'origine du trouble3. La sociopathie s'explique par l'environnement social alors que la psychopathie s'explique par un mélange de facteurs psychologiques, biologiques, génétiques et environnementaux. Selon David Lykken, les psychopathes naissent avec des caractéristiques psychologiques particulières comme l'impulsivité ou l'absence de peur, qui les conduisent à chercher le risque et les rendent incapables d'intégrer les normes sociales. Par opposition, les sociopathes ont un tempérament plus réglé; leur trouble de la personnalité tient davantage à un environnement social défavorable (parents absents, proches délinquants, pauvreté, intelligence extrêmement faible ou au contraire développée).
Par extension, le terme est parfois utilisé voire revendiqué pour désigner des personnes se plaçant volontairement en marge de la société[réf. nécessaire].
La sociopathie est considérée comme un trouble de la personnalité dont le critère principal d'identification est la capacité limitée, pour les personnes montrant les symptômes du trouble, à ressentir les émotions humaines, aussi bien à l'égard d'autrui qu'à leur propre égard. C'est ce qui peut expliquer leur manque d'empathie quand ils sont confrontés à la souffrance des autres, témoignant d'une incapacité à ressentir l'émotion associée à l'empathie ou la souffrance. Les individus atteints de trouble de la personnalité antisociale ont souvent des problèmes avec les figures d'autorité. Parmi les caractéristiques les plus fréquentes4.
Dans l'approche de beaucoup de praticiens de la psychologie, de l'aide sociale ou du droit (côté défense), toute personne adoptant des comportements de prédation et/ou de violence relève de la sociopathie. Il s'agit d'un débat à la fois scientifique, philosophique et politique[réf. nécessaire].
D'autres approches, notamment en éthologie appliquée à l'espèce humaine, introduisent des distinctions fondées sur le but recherché par le ou la sociopathe. Certains chercheurs (dont Konrad Lorenz, ainsi que beaucoup de béhavioristes américains) estiment que les personnes adoptant des comportements de prédation et/ou de violence ne le font pas forcément par manque d'émotion ou d'empathie (les séducteurs et les manipulateurs n'en manquent pas), mais par choix narcissique, en vertu du principe du plus grand plaisir et/ou de la plus grande facilité ou rentabilité. D'autres spécialistes de l'éthologie humaine, toutefois, tels Boris Cyrulnik, nuancent ces points de vue[réf. nécessaire].
Un comportement de recherche du risque et d'usage de drogues peut aussi être un moyen d'échapper à un vide émotionnel intérieur. La rage dont font preuve certains sociopathes, de même que l'anxiété associée à certaines formes de trouble de personnalité antisociale, peuvent être vues comme la limite de la capacité à ressentir des émotions. Le diagnostic du trouble de la personnalité antisociale est plus courant chez les hommes que chez les femmes même si on dénombre plusieurs cas chez la femme depuis quelques années5.
La recherche sur le sujet a montré que les individus ayant un réel trouble de la personnalité antisociale sont indifférents à la possibilité de leur propre douleur physique ou d'une quelconque peine, et ne montrent aucun signe de crainte lorsqu'ils sont menacés de souffrance[réf. souhaitée].
Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV-TR), un manuel très utilisé pour le diagnostic de divers troubles du comportement et maladies mentales, définit le trouble de la personnalité antisociale comme un motif pervasif d'indifférence et d'invasion des droits de l'autre depuis l'âge mental de 15 ans, indiqué par trois ou plus des signes suivants1,4 :
1. Incapacité à se conformer aux normes sociales quant aux comportements licites, effectuant de manière répétée des actes pouvant être motifs d'arrestation ;
2. Tromperie, indiquée par l'usage répété du mensonge, l'utilisation d'alias, l'escroquerie d'autrui pour le profit personnel ou le profit ;
3. Impulsivité, ou incapacité à prévoir ;
4. Irritabilité et agressivité, indiquée par des conflits et agressions physiques ;
5. Dédain complet pour la sécurité de soi ou d'autrui ;
6. Irresponsabilité chronique, indiquée par l'incapacité à maintenir un comportement cohérent face au travail ou à honorer des obligations financières ;
7. Absence de remords ou de culpabilité, indiquée par l'indifférence ou la rationalisation d'avoir peiné, maltraité ou volé autrui.
Le manuel liste également les critères nécessaires suivants1 ; il existe trace de troubles comportementaux remontant à avant l'âge de 15 ans. La fréquence du comportement antisocial n'est pas limitée à des épisodes de manie ou de schizophrénie.
Le chapitre V de la dixième révision de la CIM offre un ensemble de critères pour diagnostiquer le trouble de la personnalité dyssociale2,4. Le trouble de la personnalité dyssociale (F60.2), habituellement remarqué à cause d'une disparité flagrante entre le comportement et les normes sociales usuelles, caractérisé par :
• Dédain froid envers les sentiments des autres,
• Attitude flagrante et permanente d'irresponsabilité et d'irrespect des règles, normes sociales et engagements pris,
• Incapacité à maintenir des relations durables, bien que n'ayant aucune difficulté à les établir,
• Tolérance très faible à la frustration et seuil faible à la décharge de l'agressivité, y compris par la violence,
• Incapacité à ressentir la culpabilité ou à profiter de l'expérience, en particulier des punitions,
• Tendance marquée à rejeter la faute sur les autres, ou à rationaliser des excuses plausibles, pour des comportements amenant le sujet en conflit avec la société.
Il peut aussi y avoir une irritabilité permanente associée. Un trouble comportemental pendant l'enfance et l'adolescence, quoique parfois absent, peut renforcer le diagnostic.
La cause du trouble n'est pas connue, mais des facteurs biologiques et génétiques[réf. nécessaire] pourraient être en cause. La maltraitance pendant l'enfance ou l'exposition à la violence en bas âge peut aussi compter. Des antécédents de ce trouble du comportement dans la famille augmentent la probabilité de développer le trouble. Un nombre de facteurs environnementaux présents au domicile, à l'école et dans les lieux de vie, comme une atmosphère très stricte à la maison ou à l'école, peuvent aussi y contribuer.
Robbins (1996) a découvert une incidence plus élevée des caractéristiques sociopathes et de l'alcoolisme chez les pères d'individus atteints du trouble de la personnalité antisociale. Il a aussi découvert que, dans une même famille, les hommes avaient une incidence plus élevée, tandis que les femmes montraient une incidence plus élevée du trouble de somatisation à la place4. Bowlby (1944) a observé une relation entre le trouble de la personnalité antisociale et la distanciation maternelle pendant les cinq premières années de la vie. Les Glueck (1968) ont observé que les mères d'enfants développant le trouble montraient généralement une absence de discipline cohérente et d'affection, et une tendance anormale à l'alcoolisme et à l'impulsivité. Ces facteurs contribuent tous à l'échec de la création et du maintien d'une relation familiale stable établissant une structure et des limites au comportement4.
Les études sur les adoptions confirment le rôle des facteurs génétiques comme environnementaux dans le développement du trouble. Les études sur les jumeaux indiquent aussi une part d'héritabilité du comportement antisocial et ont montré que les facteurs génétiques sont plus importants chez les adultes que chez les enfants ou les adolescents antisociaux, pour lesquels les facteurs environnementaux sont prédominants4.
Le trouble de la personnalité antisociale est diagnostiqué chez 3 à 30 % des patients en psychiatrie1,6. Une enquête nationale utilisant les critères du DSM-III-R a montré que 5,8 % des hommes et 1,2 % des femmes risquaient de développer le trouble à n'importe quel moment de leur vie8. Dans les établissements pénitentiaires, le pourcentage est estimé à un maximum de 75 %. Les estimations de fréquence calculées d'après les critères de diagnostic clinique donnent des résultats variant entre 3 et 30 % suivant les caractères prédominants des populations étudiées, comme les populations carcérales (qui incluent des criminels violents). De même, la fréquence du trouble est plus élevée chez les sujets suivant un traitement de sevrage de l'alcool ou d'autres drogues que dans le reste de la population, ce qui suggère un lien entre la dépendance et le trouble9.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2395
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Dim 7 Oct 2012 - 2:15

Impulsivité et irresponsabilité[modifier]

Les psychopathes sont naturellement impulsifs. Qu'ils soient blessés ou insultés suite à leur comportement ne possède aucun impact35. Ils recherchent rapidement de la satisfaction36.

Les psychopathes vivent au jour le jour, changent fréquemment de plan et n'ont aucun but à long terme. Les psychopathes déclarent souvent avoir des buts ambitieux dans la vie, mais n'apprécient ni le travail ni la discipline qui y sont liés. Hare décrit le cas d'un psychopathe qui tentait de devenir nageur professionnel après sa libération, malgré le fait qu'il avait passé la trentaine d'années et qu'il était en sur-poids37. Ils sont connus pour rompre toute relation, changer de plan et démissionner de leur travail du jour au lendemain38.

Les psychopathes sont communément irresponsables. À leur lieu de travail, ils sont décrits par leur performance médiocre, leurs absences fréquentes, les détournements de fonds et au manque de confiance qu'ils inspirent. Ils sont financièrement irresponsables, et vivent souvent au-delà de leurs moyens, accumulant les dettes et emprunts. Ils négligent souvent leurs enfants. Ils ont des relations sexuelles sans protection, mettent au monde des enfants qu'ils abandonnent par la suite et transmettent des MST. Lorsqu'ils sont accusés de négligence, ceux-ci accusent typiquement les autres ou des facteurs externes. Ils n'hésitent pas à exploiter les ressources familiales et amicales pour sortir de leurs problèmes.

Les psychopathes ne ressentent aucune honte ou angoisse. Les réprimandes et punitions n'ont aucun effet sur leur comportement. Leur comportement est entraîné parfois par des impulsions profondes, telles que l'excitation sexuelle, la frustration, l'ennui, la cupidité, et l'irritabilité. Ils ne tirent généralement aucune expérience de ce qu'ils ont vécu et ne modifient pas leur comportement. Ils gardent habituellement leurs mauvaises habitudes malgré la souffrance et l'humiliation qu'ils ont endurées. Les peines et réadaptations n'ont aucun effet positif sur eux et leur condition ne peut être soignée39. Le niveau de récidive chez les psychopathes est deux fois plus élevé que chez les criminels en général, avec un niveau de violence trois fois plus élevé que la normale40.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2395
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: DES PREDATEURS ?   Dim 13 Juil 2014 - 8:10

Jean Deprêtre, le procureur des "tueries"
J.-C.M. Publié le jeudi 14 juin 2012 à 04h15 - Mis à jour le jeudi 14 juin 2012 à 04h15
La Libre Belgique

Le milieu judiciaire gardera de lui l’image d’un homme à poigne, dont les méthodes n’ont pas toujours fait l’unanimité au sein de son parquet. Beaucoup le tenaient pour un magistrat intègre et très professionnel, d’autres lui ont reproché d’avoir fait patauger l’enquête sur les tueries du Brabant. M. Deprêtre demeura jusqu’au bout persuadé que ces tueries furent le fait de "prédateurs" et non d’une bande de tueurs organisée de façon militaire.
On lui reprocha aussi des sympathies pour l’extrême droite, ce dont il s’était toujours âprement défendu, se disant "chrétien mais ni de droite ni de gauche".

Décédé en 2012, le procureur du roi de Nivelles, Jean Deprêtre, a toujours attribué les tueries du Brabant à des «prédateurs ».
Philippe LERUTH –L’Avenir.

« Peu de temps auparavant, il avait adressé une lettre au procureur du roi de Charleroi, Christian De Valkeneer, aujourd’hui procureur général à Liège. Il y détaillait les agissements d’une bande de malfrats originaires de Braine-l’Alleud, et y citait même le nom de cinq personnes suspectes à ses yeux. «Pour moi, les tueurs n’ont aucun mobile politique, ce sont des prédateurs. C’est ma conviction depuis 30 ans! », insistait-il. «Je vais plus loin: les auteurs sont sans doute des gens de Braine-l’Alleud. Prenez une carte de Belgique et pointez tous les lieux des faits et les déplacements des auteurs: tout converge vers Braine-l’Alleud. Je suis aussi persuadé que le chauffeur de la bande, pilote très rapide, connaissait parfaitement la région et ses petites routes. Car à l’époque, il n’y avait pas de GPS! ».
«La plupart des attaques ont été commises en fin de semaine, dans des grandes surfaces vers 19-20 heures, au moment où il y a le plus d’argent dans les caisses! », poursuivait-il dans sa dernière interview. «Ils volent aussi de l’alcool, sans doute pour faire la fête ensuite. Vous croyez que des terroristes ou je ne sais qui d’autre agiraient de la sorte? »

Soir Mag
Tueurs du Brabant: Jean Deprêtre donne des noms


Delhaize propose toujours une rançon de 250.000 euros à qui fournira des informations permettant d’identifier les auteurs. Dans l’hypothèse de petits braqueurs, comment expliquez-vous qu’ils n’aient pas été dénoncés?
Ces auteurs sont unis et se tiennent. Avec 28 morts sur le dos, ils vont tous se taire!
Que pensez-vous de la polémique à propos de la profileuse Danièle Zucker, dont le rapport a été considéré par le procureur De Valkeneer comme «proche de l’escroquerie»?
Je n’ai jamais rencontré Mme Zucker. Ce que je sais de son travail est plutôt positif. Elle a essayé de faire un rapport correct et, si je suis bien informé, elle rejoint plutôt une thèse assez proche de la mienne, celle de malfrats sans mobile politique.

Tueurs du Brabant : Jean Deprêtre a sa théorie
20/03/2012 - sécurité/faits divers/justice - Braine-l'alleud
Le Soir Mag

« Jean Deprêtre a même fourni dans son courrier l'identité précise de cinq personnes. Dont un pilote chevronné aujourd'hui décédé et à l'époque bien connu des services de police. Deux autres hommes, toujours vivants, habiteraient aujourd'hui à l'étranger. Ils étaient connus de la police pour être des spécialistes en armes et en vols de voitures. Deux autres personnes sont enfin mentionnées comme complices présumés ».


La Dernière Heure 2002

Quand il analyse la géographie des lieux où les tueurs fous du Brabant ont sévi, Jean Deprêtre constate le rayon restreint de leurs agissements: Wavre, Genval, Braine-l'Alleud, Nivelles, Beersel, Hal, etc. La bande ne s'est jamais rendue à Arlon ou à Anvers.


Tueries du Brabant: qu'a-t-on fait du rapport Zucker?
BELGA Publié le mercredi 29 février 2012 à 20h54 - Mis à jour le mercredi 29 février 2012 à 21h20
La Libre Belgique

Paris-Match révèle que des pistes pouvant peut-être mener aux Tueurs du Brabant auraient été négligées, indique mercredi la RTBF sur son site internet. Danièle Zucker, la profileuse en question, esquisse dans son rapport de nouvelles pistes désignant des suspects identifiés comme des malfrats psychopathes, selon le site de la RTBF.


10 octobre 2007
Les tueries du Brabant débutaient il y a 25 ans
Tueries du Brabant : la profileuse a fait rapport
MAJ 08 10 2007


Fin de la première étape et première conclusion : la profileuse Danièle Zucker peut poursuivre sa mission. La justice carolo en charge du volumineux dossier des tueries du Brabant – 28 morts entre 1982 et 1985 – a confirmé ce lundi avoir reçu en août le premier rapport de « profiling » demandé à la spécialiste belge. « Il porte sur les faits de 1982 et 1983 », précise un chef d'enquête. Soit les premiers vols de véhicules (1982) et le vol d'armes de septembre 1982 à Wavre chez l'armurier Dekaise au cours duquel un policier fut tué.
« Le premier bilan de Danièle Zucker a permis de nouvelles investigations », estime le seul juge d'instruction encore en charge du dossier à Charleroi, Jean-Pol Raynal. Depuis le début de sa mission en janvier dernier, la profileuse s'est penchée sur une première série de faits, qui n'étaient pas nécessairement les plus graves ni les plus meurtriers. Elle a parcouru les rapports d'experts et elle a réentendu les témoins.


« Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les souvenirs ne s'estompent pas nécessairement avec l'ancienneté des témoignages », précise le juge.
Le débriefing des premiers travaux, en août, a permis, selon le juge Raynal, « des recommandations » de type psychologique qui ont été suivies et qui ont fait resurgir des informations qui n'avaient peut-être pas été exploitées, ou ne l'avaient pas été suffisamment, lors d'une autre lecture du dossier.
C'est donc fort logiquement que des devoirs d'enquête complémentaires ont été ordonnés. Comme l'audition de témoins qui parfois n'avaient pas encore été sollicités par les enquêteurs.

13/05/2014
CHARLEROI- Le métier de Danièle Zucker: profileuse !
SP Charleroi.

Comme l'a rappelé Danièle Zucker: " le profiling" ou profilage criminel est une méthode basée sur l'analyse comportementale permettant de construire le profil psychologique d'un criminel, afin d'orienter une enquête sur des pistes. " Nous ne tenons , en aucun cas, à nous substituer à la police. S'il l'on fait appel à nos services, c'est en complément: nous travaillons d'ailleurs souvent avec le médecin légiste. La méthode de profiling est largement répandue aux États-Unis, mais elle est encore fort méconnue chez nous" a -t-elle reconnu.
Revenir en haut Aller en bas
soldat inconnu

avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 30/03/2013

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Dim 13 Juil 2014 - 9:53

M. Deprêtre demeura jusqu’au bout persuadé que ces tueries furent le fait de "prédateurs" et non d’une bande de tueurs organisée de façon militaire.

-Est-ce que dans les années 80, les malfrats avaient l'habitude de tuer des "enfants" de sang froid ? Quelle personne était capable de faire cela sans aucun remord ?

Delhaize propose toujours une rançon de 250.000 euros à qui fournira des informations permettant d’identifier les auteurs. Dans l’hypothèse de petits braqueurs, comment expliquez-vous qu’ils n’aient pas été dénoncés?
Ces auteurs sont unis et se tiennent. Avec 28 morts sur le dos, ils vont tous se taire!

Je suis sans doute naïf, mais de simple prédateurs ou malfrats ne pourraient pas ce taire aussi longtemps.... sauf si ceux-ci ont été "exécuté" dès 85. Ne restant peut-être que l'instigateur de cette tuerie. Voilà pourquoi après 30 ans, les enquêteurs ont du mal à rassembler les pièces du puzzle. C'est simplement mon avis.
.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2395
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Dim 13 Juil 2014 - 11:01

soldat inconnu a écrit:
M. Deprêtre demeura jusqu’au bout persuadé que ces tueries furent le fait de "prédateurs" et non d’une bande de tueurs organisée de façon militaire.

-Est-ce que dans les années 80, les malfrats avaient l'habitude de tuer des "enfants" de sang froid ? Quelle personne était capable de faire cela sans aucun remord ?

Delhaize propose toujours une rançon de 250.000 euros à qui fournira des informations permettant d’identifier les auteurs. Dans l’hypothèse de petits braqueurs, comment expliquez-vous qu’ils n’aient pas été dénoncés?
Ces auteurs sont unis et se tiennent. Avec 28 morts sur le dos, ils vont tous se taire!

Je suis sans doute naïf, mais de simple prédateurs ou malfrats ne pourraient pas ce taire aussi longtemps.... sauf si ceux-ci ont été "exécuté" dès 85. Ne restant peut-être que l'instigateur de cette tuerie. Voilà pourquoi après 30 ans, les enquêteurs ont du mal à rassembler les pièces du puzzle. C'est simplement mon avis.
.


« -Est-ce que dans les années 80, les malfrats avaient l'habitude de tuer des "enfants" de sang froid ? Quelle personne était capable de faire cela sans aucun remord ? »

Le phénomène reste visiblement exceptionnel (mais cf. par exemple l’affaire David Hotias, l’affaire de l’OTS, en ce qui concerne l'exécution d'enfants etc). Heureusement, ce type de prédateurs est également exceptionnel parmi toutes les catégories de psychopathes imaginables. Je ne suis pas criminologue mais notamment, en ce qui concerne le fait de tuer pour un butin dérisoire, un motif dérisoire, l’actualité est éloquente : pour un regard de travers, pour une cigarette refusée, pour voler un portable. La criminalité est donc évolutive. Ici, le contexte est particulier, c’est le moins qu’on puisse dire. Haine de la société, manque de repères moraux, fascination pour les armes, phénomène de meute avec très probablement un leader. Sur cet arrière-plan, peut venir se surajouter l’alcool ou les drogues, ce qui aboutit à un effet de levier, désinhibant.
« Delhaize propose toujours une rançon de 250.000 euros à qui fournira des informations permettant d’identifier les auteurs. Dans l’hypothèse de petits braqueurs, comment expliquez-vous qu’ils n’aient pas été dénoncés? Ces auteurs sont unis et se tiennent. Avec 28 morts sur le dos, ils vont tous se taire! Je suis sans doute naïf, mais de simple prédateurs ou malfrats ne pourraient pas ce taire aussi longtemps.... sauf si ceux-ci ont été "exécuté" dès 85 ».
Dans le cadre d’un complot, qui suppose de multiples interventions à maints niveaux, peut-on imaginer que tous ces individus se seraient tus? Cela me paraît totalement inenvisageable. Au plus il y a d’individus impliqués, au plus il y a un risque de dévoiler les faits, alors même que les supposés commanditaires disparaissent avec le temps. En outre, quelque soit l’idéologie, le but recherché sur le plan politique, il est probable que des remords auraient permis de dévoiler le complot.
Le silence ne peut s’expliquer que par l’imputabilité des faits à une « petite bande d’asociaux », liée par des liens très forts (appartenance à un milieu fermé, liens familiaux etc.), sachant que ce «pacte de sang » n’engageait pas l’un à dénoncer l’autre, eu égard à l’extrême gravité des faits.
Qui plus est, le caractère extrêmement déviant de ce type de criminel entraîne généralement une mort prématurée, voire un règlement de compte "intra muros".
J’ai bien conscience que cela réclame de longs développements.
Un catalogue des faits de nature à appuyer la thèse des prédateurs, sur la base de la littérature parue en ce qui concerne les tueurs du Brabant, sera postée au fur et à mesure.

Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2395
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Dim 13 Juil 2014 - 11:13

CS1958 a écrit:
soldat inconnu a écrit:
M. Deprêtre demeura jusqu’au bout persuadé que ces tueries furent le fait de "prédateurs" et non d’une bande de tueurs organisée de façon militaire.

-Est-ce que dans les années 80, les malfrats avaient l'habitude de tuer des "enfants" de sang froid ? Quelle personne était capable de faire cela sans aucun remord ?

Delhaize propose toujours une rançon de 250.000 euros à qui fournira des informations permettant d’identifier les auteurs. Dans l’hypothèse de petits braqueurs, comment expliquez-vous qu’ils n’aient pas été dénoncés?
Ces auteurs sont unis et se tiennent. Avec 28 morts sur le dos, ils vont tous se taire!

Je suis sans doute naïf, mais de simple prédateurs ou malfrats ne pourraient pas ce taire aussi longtemps.... sauf si ceux-ci ont été "exécuté" dès 85. Ne restant peut-être que l'instigateur de cette tuerie. Voilà pourquoi après 30 ans, les enquêteurs ont du mal à rassembler les pièces du puzzle. C'est simplement mon avis.
.


« -Est-ce que dans les années 80, les malfrats avaient l'habitude de tuer des "enfants" de sang froid ? Quelle personne était capable de faire cela sans aucun remord ? »

Le phénomène reste visiblement exceptionnel (mais cf. par exemple l’affaire David Hotias, l’affaire de l’OTS, en ce qui concerne l'exécution d'enfants etc). Heureusement, ce type de prédateurs est également exceptionnel parmi toutes les catégories de psychopathes imaginables. Je ne suis pas criminologue mais notamment, en ce qui concerne le fait de tuer pour un butin dérisoire, un motif dérisoire, l’actualité est éloquente : pour un regard de travers, pour une cigarette refusée, pour voler un portable. La criminalité est donc évolutive. Ici, le contexte est particulier, c’est le moins qu’on puisse dire. Haine de la société, manque de repères moraux, fascination pour les armes, phénomène de meute avec très probablement un leader. Sur cet arrière-plan, peut venir se surajouter l’alcool ou les drogues, ce qui aboutit à un effet de levier, désinhibant.
« Delhaize propose toujours une rançon de 250.000 euros à qui fournira des informations permettant d’identifier les auteurs. Dans l’hypothèse de petits braqueurs, comment expliquez-vous qu’ils n’aient pas été dénoncés? Ces auteurs sont unis et se tiennent. Avec 28 morts sur le dos, ils vont tous se taire! Je suis sans doute naïf, mais de simple prédateurs ou malfrats ne pourraient pas ce taire aussi longtemps.... sauf si ceux-ci ont été "exécuté" dès 85 ».
Dans le cadre d’un complot, qui suppose de multiples interventions à maints niveaux, peut-on imaginer que tous ces individus se seraient tus? Cela me paraît totalement inenvisageable. Au plus il y a d’individus impliqués, au plus il y a un risque de dévoiler les faits, alors même que les supposés commanditaires disparaissent avec le temps. En outre, quelque soit l’idéologie, le but recherché sur le plan politique, il est probable que des remords auraient permis de dévoiler le complot.
Le silence ne peut s’expliquer que par l’imputabilité des faits à une « petite bande d’asociaux », liée par des liens très forts (appartenance à un milieu fermé, liens familiaux etc.), sachant que ce «pacte de sang » n’engageait pas l’un à dénoncer l’autre, eu égard à l’extrême gravité des faits.
Qui plus est, le caractère extrêmement déviant de ce type de criminel entraîne généralement une mort prématurée, voire un règlement de compte "intra muros".
J’ai bien conscience que cela réclame de longs développements.
Un catalogue des faits de nature à appuyer la thèse des prédateurs, sur la base de la littérature parue en ce qui concerne les tueurs du Brabant, sera postée au fur et à mesure.




L’affaire Flactif ou Tuerie du Grand Bornand est une affaire criminelle française qui a défrayé la chronique en 2003, à la suite de la disparition et des meurtres le 11 avril 20031 d'un promoteur immobilier nommé Xavier Flactif, 41 ans, de sa femme Graziella, 36 ans, et de leurs trois enfants âgés de sept à dix ans, au Grand-Bornand en Haute-Savoie.
Dès les premières heures de sa garde à vue, Hotyat, confondu par son ADN retrouvé sur les lieux du crime, avoue, et conduit les enquêteurs dans les bois de Thônes, là où il a incendié les corps. Il dit avoir agi seul. Néanmoins, sa conjointe et le couple d'amis l'ont aidé pour la préparation des meurtres et la dissimulation des preuves. Divers objets appartenant aux Flactif sont retrouvés à leur domicile. D'après la reconstitution et les éléments du dossier, l'assassin s'est rendu dans l'après-midi du 11 avril chez son propriétaire pour avoir une explication avec lui, mais n'y a trouvé que ses trois enfants. Il en a tué deux à l'aide d'un objet contondant, la troisième est tuée par balle. Il a ensuite attendu le retour des parents, qu'il a abattus. Graziella Ortolano d'abord, Xavier Flactif ensuite. Puis, les corps ont été transportés en forêt où ils ont été brûlés.
Le mobile est notamment basé sur la jalousie et la cupidité suscitées par la réussite et le train de vie du promoteur immobilier, alimentées de plus par d'autres différends, notamment d'ordres financiers et immobiliers. Ces sentiments auraient conduit les coupables vers une obsession vengeresse.
Revenir en haut Aller en bas
raygil

avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 28/05/2006

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Dim 13 Juil 2014 - 14:51

Maintenant, imaginons que la tuerie du Grand Bornand n'ait pas encore été élucidée et qu'un membre du forum y fasse allusion.
J'en connais plusieurs ( j'ai les noms......) qui s'en donneraient à cœur joie pour étaler leurs fantasmes et ........ nous abreuver de pages Wikipédia.
On dirait que beaucoup ont peur du vide et qu'il doivent absolument le combler.


Dernière édition par raygil le Dim 13 Juil 2014 - 16:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
gypsy



Nombre de messages : 60
Age : 51
Localisation : Bruxelles 1020
Date d'inscription : 17/06/2014

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Dim 13 Juil 2014 - 15:17

...


Dernière édition par gypsy le Mar 15 Juil 2014 - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
soldat inconnu

avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 30/03/2013

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Dim 13 Juil 2014 - 16:08

CS1958 a écrit:
Le silence ne peut s’expliquer que par l’imputabilité des faits à une « petite bande d’asociaux », liée par des liens très forts (appartenance à un milieu fermé, liens familiaux etc.), sachant que ce «pacte de sang » n’engageait pas l’un à dénoncer l’autre, eu égard à l’extrême gravité des faits.
Qui plus est, le caractère extrêmement déviant de ce type de criminel entraîne généralement une mort prématurée, voire un règlement de compte "intra muros".

Il y avait-il à l'époque des bandes ou familles qui aurait pu correspondre à ce profil?.

Le phénomène reste visiblement exceptionnel (mais cf. par exemple l’affaire David Hotias, l’affaire de l’OTS, en ce qui concerne l'exécution d'enfants etc).

Contrairement aux affaires David Hotias et de l’OTS, ici nous sommes sur des actes criminels dont le mobile serait le vol... ou alors des tueurs de masse faisant croire que le mobile est le vol. Alors je veux bien penser que les tueurs ne feraient pas de distinction entre des adultes et des enfants. Mais pour ce genre de profil, je pencherais pour un profil suicidaire.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2395
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Dim 13 Juil 2014 - 16:11

gypsy a écrit:
j'étais jeune à cette époque et pas trop concerné ,mais lorsque le c.c.c. ont fait sauter des pipelines
dans la campagne Liègoise,(6 décembre 1985)Mr Gol est passé à la télévision pour faire une allocution assez surprenante ,
il disait quelque chose comme "Messieurs le ccc" c'est facile de dynamiter un pipeline en campagne,MAIS SACHEZ QU'A BRUXELLES ON VOUS ATTEND"...
Et nous savons ce qu'il est arrivé le 1er Mai...
Je le répète ,j'étais jeune et pas trop concerné et pourtant cette déclaration m'avais choqué,
j'avais dit à mes parents,Mais il veut nous les attirés ???
Je comprend le message "Prédateurs" avec la même intention ,sans doute provoquer les tueurs
et les pousser à baisser le masque du gangstérisme pour les pousser à dévoiler leurs vraie intentions
le terrorisme ?...

Je pense que nous ne parlons pas du tout de la même chose. Ce n'est pas la bonne rubrique par rapport à votre intervention.
Nous parlons ici de "prédateurs".Rien à voir avec Gol, les CCC et encore moins le terrorisme.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2395
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Dim 13 Juil 2014 - 16:16

soldat inconnu a écrit:
CS1958 a écrit:
Le silence ne peut s’expliquer que par l’imputabilité des faits à une « petite bande d’asociaux », liée par des liens très forts (appartenance à un milieu fermé, liens familiaux etc.), sachant que ce «pacte de sang » n’engageait pas l’un à dénoncer l’autre, eu égard à l’extrême gravité des faits.
Qui plus est, le caractère extrêmement déviant de ce type de criminel entraîne généralement une mort prématurée, voire un règlement de compte "intra muros".

Il y avait-il à l'époque des bandes ou familles qui aurait pu correspondre à ce profil?.

Le phénomène reste visiblement exceptionnel (mais cf. par exemple l’affaire David Hotias, l’affaire de l’OTS, en ce qui concerne l'exécution d'enfants etc).

Contrairement aux affaires David Hotias et de l’OTS, ici nous sommes sur des actes criminels dont le mobile serait le vol... ou alors des tueurs de masse faisant croire que le mobile est le vol. Alors je veux bien penser que les tueurs ne feraient pas de distinction entre des adultes et des enfants. Mais pour ce genre de profil, je pencherais pour un profil suicidaire.

Pour les bandes, on pense à différents types de marginaux recensés et qui reviennent épisodiquement dans la discussion, bande à Houdy, clan Becker etc...
Les forces de l'ordre de l'époque et la justice disposaient certainement d'un "répertoire" des familles (?) à problèmes.
Esprit de clan-violences multiples-fascination pour les armes-problèmes de voisinage-rébellion systématique contre l'autorité-alcool etc
Revenir en haut Aller en bas
soldat inconnu

avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 30/03/2013

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Dim 13 Juil 2014 - 16:33

CS1958 a écrit:
soldat inconnu a écrit:
CS1958 a écrit:
Le silence ne peut s’expliquer que par l’imputabilité des faits à une « petite bande d’asociaux », liée par des liens très forts (appartenance à un milieu fermé, liens familiaux etc.), sachant que ce «pacte de sang » n’engageait pas l’un à dénoncer l’autre, eu égard à l’extrême gravité des faits.
Qui plus est, le caractère extrêmement déviant de ce type de criminel entraîne généralement une mort prématurée, voire un règlement de compte "intra muros".

Il y avait-il à l'époque des bandes ou familles qui aurait pu correspondre à ce profil?.

Le phénomène reste visiblement exceptionnel (mais cf. par exemple l’affaire David Hotias, l’affaire de l’OTS, en ce qui concerne l'exécution d'enfants etc).

Contrairement aux affaires David Hotias et de l’OTS, ici nous sommes sur des actes criminels dont le mobile serait le vol... ou alors des tueurs de masse faisant croire que le mobile est le vol. Alors je veux bien penser que les tueurs ne feraient pas de distinction entre des adultes et des enfants. Mais pour ce genre de profil, je pencherais pour un profil suicidaire.

Pour les bandes, on pense à différents types de marginaux recensés et qui reviennent épisodiquement dans la discussion, bande à Houdy, clan Becker etc...
Les forces de l'ordre de l'époque et la justice disposaient certainement d'un "répertoire" des familles (?) à problèmes.
Esprit de clan-violences multiples-fascination pour les armes-problèmes de voisinage-rébellion systématique contre l'autorité-alcool etc

Voir lien mis à jour aujourd'hui
http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t120-becker-robert
et
http://www.rtl.be/info/votreregion/hainaut/1108086/fusillade-mortelle-a-quaregnon-quand-mon-mari-et-son-cousin-les-ont-vu-arriver-ils-ont-decide-de-partir-mais-?google_editors_picks=true
.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2395
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Dim 13 Juil 2014 - 16:40

soldat inconnu a écrit:
CS1958 a écrit:
soldat inconnu a écrit:
CS1958 a écrit:
Le silence ne peut s’expliquer que par l’imputabilité des faits à une « petite bande d’asociaux », liée par des liens très forts (appartenance à un milieu fermé, liens familiaux etc.), sachant que ce «pacte de sang » n’engageait pas l’un à dénoncer l’autre, eu égard à l’extrême gravité des faits.
Qui plus est, le caractère extrêmement déviant de ce type de criminel entraîne généralement une mort prématurée, voire un règlement de compte "intra muros".

Il y avait-il à l'époque des bandes ou familles qui aurait pu correspondre à ce profil?.

Le phénomène reste visiblement exceptionnel (mais cf. par exemple l’affaire David Hotias, l’affaire de l’OTS, en ce qui concerne l'exécution d'enfants etc).

Contrairement aux affaires David Hotias et de l’OTS, ici nous sommes sur des actes criminels dont le mobile serait le vol... ou alors des tueurs de masse faisant croire que le mobile est le vol. Alors je veux bien penser que les tueurs ne feraient pas de distinction entre des adultes et des enfants. Mais pour ce genre de profil, je pencherais pour un profil suicidaire.

Pour les bandes, on pense à différents types de marginaux recensés et qui reviennent épisodiquement dans la discussion, bande à Houdy, clan Becker etc...
Les forces de l'ordre de l'époque et la justice disposaient certainement d'un "répertoire" des familles (?) à problèmes.
Esprit de clan-violences multiples-fascination pour les armes-problèmes de voisinage-rébellion systématique contre l'autorité-alcool etc

Voir lien mis à jour aujourd'hui
http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/t120-becker-robert
et
http://www.rtl.be/info/votreregion/hainaut/1108086/fusillade-mortelle-a-quaregnon-quand-mon-mari-et-son-cousin-les-ont-vu-arriver-ils-ont-decide-de-partir-mais-?google_editors_picks=true
.

Absolument, ces renvois illustrent notre propos.
Par ailleurs:

François Haut, directeur du département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines, Institut de criminologie, Université Paris II.

« Il s'agit d'abord d'un territoire que l'on croit être sien parce qu'on en domine les rues et les espaces publics ; jusqu'aux cages d'escaliers, parfois. On le domine et on veut le protéger. On le domine et on veut sa population à ses ordres, on l'exploite, on la terrorise. Mais quand survient l'identification totale à ce territoire, la terreur qui y règne conduit fatalement à son appauvrissement.
Si le fonctionnement du groupe est d'abord spontané, des règles s'établissent sans tarder, fondées sur la violence et la fascination qu'elle dégage. S'il y a une hiérarchie, celle-ci ne ressemble pas à la chaîne de commandement d'une armée. On est dans une mécanique elliptique d'attraction et de gravitation, dont les effets sont, comme toujours, moins forts quand on s'éloigne du centre, du «noyau dur» ; d'où, parfois, des éruptions spontanées, vite réprimées.
Quant aux ressorts, ils ne sont plus antisociaux depuis déjà longtemps ; ils sont asociaux. On constate le rejet de nos règles républicaines et leur remplacement par celles de la bande qui, le plus souvent, sont celles dictées par le (ou les) plus fort. L'exclusion n'est pas subie ; elle est voulue. Elle est fondée sur les profits que dégagent les activités criminelles, bien plus lucratives que le travail ; un travail dont on ne perçoit d'ailleurs souvent plus le sens. C'est ainsi que l'on entend parler de «cités bien tenues»… par la bande locale qui préfère le lucre des trafics au manque à gagner des violences anti-institutionnelles ».
Revenir en haut Aller en bas
gypsy



Nombre de messages : 60
Age : 51
Localisation : Bruxelles 1020
Date d'inscription : 17/06/2014

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Dim 13 Juil 2014 - 16:45

..


Dernière édition par gypsy le Mar 15 Juil 2014 - 22:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2395
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Dim 13 Juil 2014 - 16:53

gypsy a écrit:
@Cs1958
Je pense que nous ne parlons pas du tout de la même chose. Ce n'est pas la bonne rubrique par rapport à votre intervention.
Nous parlons ici de "prédateurs".Rien à voir avec Gol, les CCC et encore moins le terrorisme.

j'ai pourtant écrit ...

Je comprend le message "Prédateurs" avec la même intention ,sans doute provoquer les tueurs
et les pousser à baisser le masque du gangstérisme pour les pousser à dévoiler leurs vraie intentions
le terrorisme ?... cheers

Non, ce n'est pas le sens de "prédateur".
Merci de relire le début de la rubrique ainsi que celle sur le procureur Deprêtre (la thèse des prédateurs ayant été sous-estimée en raison des préventions à l'égard de cet homme contesté à tort ou à raison).
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2395
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Lun 14 Juil 2014 - 8:54

Informations tirées de l'histoire vraie des tueurs fous du Brabant:

1. À Maubeuge, on vole des bouteilles de vin du champagne, quelques paquets de thé et du foie gras.

2. À Dinant, on vole une simple canardière

3. A Wavre, les agresseurs se saisissent des portefeuilles des trois victimes. Les fusils d’assaut sont laissés de côté. En revanche, ils s’emparent d’armes démilitarisées.

4. A l’auberge des chevaliers, le 23 décembre 1982, celle-ci a déjà fait l’objet de plusieurs cambriolages pour de l’argent. On vole des paquets de cafés, des bouteilles de champagne, un imperméable et une quinzaine d’assiettes de valeur ainsi que des essuie-mains et des ustensiles de cuisine. Ils vident sur place quelques bouteilles d’alcool et se restaurent.

5. À Genval, le 11 février 1983, l’une des victimes est contrainte de remettre son portefeuille. Les tueurs se saisissent d’un maximum de billets de banque mais également des pièces de monnaie.
Pour le véhicule volé à Plancenoit, on s’empare de l’allume cigare, de l’autoradio et de l’horloge de bord.

6. Au Delhaize d’Uccle, ils vident le coffre contenant plus de 600 000 FB en billets de banque.
A Hal, le 3 mars 1983 les tueurs se dirigent directement vers le coffre du supermarché. Un complice vide les caisses une à une.

7. À Nivelles, on vole des chocolats, 50 l d’huile et 50 paquets de café. Ils tentent de mettre le feu à la Saab en tirant au riot gun dans le réservoir alors que cette façon d’opérer est inefficace. Les tueurs volent l’installation stéréo, une paire de phares antibrouillard et d’un klaxon deux tons.

8. A Ohain, le 2 octobre 1983,un tueur réclame les clés de la Porsche. Le tiroir-caisse est vide. Le restaurant est fouillé.

9. A Beersel, le 7 octobre 1983, s’attaquent à nouveau à Delhaize. L’un des tueurs passe de 400 caisses et se fait remettre l’argent. Les complices vident le coffre.

10. À Braine, le 27 septembre 1985, le géant passe de caisse en caisse en se faisant remettre dans un simple sac en papier l’argent par les caissières. Les autres se dirigent vers le coffre. L’un des tueurs exige la recette de la journée. Le butin est maigre. L’un des tueurs s’écrit : « nom de Dieu, on est venus pour rien, on va tirer dans le tas ! ». Puis, ils se dirigent vers Overijse, probablement en raison du butin insuffisant. Le géant se fait remettre l’argent des caisses.

11. À Alost, le 9 novembre 1985, le braquage est prometteur puisque c’est la Saint-Martin. Les tueurs crient : « c’est un hold-up ». Le gérant est obligé d’ouvrir une à une les caisses. Les tueurs remplissent leurs poches de paquets de cigarettes et de bouteilles d’alcool.

Revenir en haut Aller en bas
luanda



Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 05/12/2013

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Lun 14 Juil 2014 - 9:28

: « nom de Dieu, on est venus pour rien, on va tirer dans le tas ! ». Puis, ils se dirigent vers Overijse, probablement en raison du butin insuffisant. Le géant se fait remettre l’argent des caisses.

les cible ne sont pas la ? ou y a pas de bouteille de champ , des cigarettes et du café?

Revenir en haut Aller en bas
pierre



Nombre de messages : 584
Localisation : charleroi
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Lun 14 Juil 2014 - 12:51

CS1958 a écrit:
Informations tirées de l'histoire vraie des tueurs fous du Brabant:


7. À Nivelles, on vole des chocolats, 50 l d’huile et 50 paquets de café. Ils tentent de mettre le feu à la Saab en tirant au riot gun dans le réservoir alors que cette façon d’opérer est inefficace. Les tueurs volent l’installation stéréo, une paire de phares  antibrouillard et d’un klaxon deux tons.




Ben non:

Petit rappel d'un message de WOLF:



"... Quand à le saab,après le contact avec échange de coups de feu,elle était garé avec son nez en direction de Lillois et du côté gauche de la route. Une personne que je nommerai SF est sortit de chez après avoir entendu la fusilade.

Il a fait feu à six reprises sur un des auteurs qui s'engouffrait dan sla saab par le côté passager droit.

Il est plus que probable que six impacts de 38 spécial proviennent de son arme.

Cette personne à déclaré à la police avoir fait mouche. Il n'a pas été réentendu après l'incident."
Revenir en haut Aller en bas
http://soscharleroi.com
CS1958



Nombre de messages : 2395
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   Lun 14 Juil 2014 - 13:21

pierre a écrit:
CS1958 a écrit:
Informations tirées de l'histoire vraie des tueurs fous du Brabant:


7. À Nivelles, on vole des chocolats, 50 l d’huile et 50 paquets de café. Ils tentent de mettre le feu à la Saab en tirant au riot gun dans le réservoir alors que cette façon d’opérer est inefficace. Les tueurs volent l’installation stéréo, une paire de phares  antibrouillard et d’un klaxon deux tons.




Ben non:

Petit rappel d'un message de WOLF:



"... Quand à le saab,après le contact avec échange de coups de feu,elle était garé avec son nez en direction de Lillois et du côté gauche de la route. Une personne que je nommerai SF est sortit de chez après avoir entendu la fusilade.

Il a fait feu à six reprises sur un des auteurs qui s'engouffrait dan sla saab par le côté passager droit.

Il est plus que probable que six impacts de 38 spécial proviennent de son arme.

Cette personne à déclaré à la police avoir fait mouche. Il n'a pas été réentendu après l'incident."


Je ne comprends pas le rapport entre ce que vous donnez comme informations et la fausseté prétendue du message d'origine.
Pouvez vous être plus clair ? scratch 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DES PREDATEURS ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
DES PREDATEURS ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nos activités dérangent plus les prédateurs que leurs proies
» L’œil sophistiqué du prédateur des mers du Cambrien
» Insecte volant xylophage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Les axes exploités-
Sauter vers: