les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Jean Deprêtre, propos interpellants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sixpack



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 02/02/2014

MessageSujet: Jean Deprêtre, propos interpellants   Dim 21 Sep 2014 - 1:02

Bonsoir à toutes et à tous!

Cela fait un long moment que je ne me suis plus connecté au forum, dont je suivais tout de même l'actualité.

En me repassant le documentaire de Dossier Noir, consacré aux tueries du Brabant et plus précisément l'intervention de Jean Deprêtre au début, j'ai été frappé par ses mots: "J'avais prévenu; attention, pas assez de policiers dans l'arrondissement de Nivelles, qui est le plus riche du pays en banques, en grands magasins, attention, pas assez de policiers... Et voilà ce qui est arrivé".

Ces mots me glacent le sang... J'ai l'impression qu'il savait que quelque chose se préparait.

Je ne sais pas si certains d'entre vous ont vu ce reportage et si c'est le cas, ces propos vous ont-ils donné la même impression?

Revenir en haut Aller en bas
michel
Admin


Nombre de messages : 7021
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Jean Deprêtre, propos interpellants   Dim 21 Sep 2014 - 17:57

Sixpack a écrit:
Bonsoir à toutes et à tous!

Cela fait un long moment que je ne me suis plus connecté au forum, dont je suivais tout de même l'actualité.

En me repassant le documentaire de Dossier Noir, consacré aux tueries du Brabant et plus précisément l'intervention de Jean Deprêtre au début, j'ai été frappé par ses mots: "J'avais prévenu; attention, pas assez de policiers dans l'arrondissement de Nivelles, qui est le plus riche du pays en banques, en grands magasins, attention, pas assez de policiers... Et voilà ce qui est arrivé".

Ces mots me glacent le sang... J'ai l'impression qu'il savait que quelque chose se préparait.

Je ne sais pas si certains d'entre vous ont vu ce reportage et si c'est le cas, ces propos vous ont-ils donné la même impression?


On va dire que c'est une question d'interprétation. Il n'y avait pas qu'à Nivelles que la sécurité n'était pas assurée. Et la criminalité à Bruxelles était beaucoup plus importante.

_________________
"Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."
( Dr. Robert RENDU)
Revenir en haut Aller en bas
g.damseaux



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 31/07/2014

MessageSujet: Re: Jean Deprêtre, propos interpellants   Lun 22 Sep 2014 - 9:23

@Sixpack, Bonjour,

Les propos de Deprêtre paraissent inquiétants; rassurez vous, il y avait assez de policier en Brabant, assez pour coller des amendes pour stationnement interdit, pour défaut de tailles de haies, et pour servir de gardes de sécurités lors des bals de bourgmestres divers. ( Sans compter la répression de l'affichage électoral illégal en période électorale )
Par cette phrase, le procureur du Roi cherche à se dédouaner de ce qui est arrivé...Il est LE responsable de la sécurité publique dans son arrondissement qui a vu une part importante des faits les plus graves se dérouler...
MAIS : jamais il n'a exigé après les premières attaques de voir la réserve de gendarmerie mise à disposition ( les légions mobiles ) des procureurs pour ceinturer rapidement les axes routiers après une attaque...accuser des ''prédateurs'', maintenir en prison des innocents, faire effectuer des recherches sous marines par un amateur, tout cela est dans ses cordes.. prendre des mesures de meilleure utilisation de ses moyens...ça c'est une autre histoire..
Comme il déclarait dans le reportage de la RTBf consacré à sa fin de carrière '' je suis une procureur du roi royaliste, très spécial...'' ça c'est curieux !
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Jean Deprêtre, propos interpellants   Sam 27 Sep 2014 - 21:50

Toujours en ce qui concerne le même procureur, personnage très controversé, il faut se rappeler qu'il avait donné une liste en ce qui concerne les tueurs, un peu avant sa mort. Cela interpelle aussi. A ce jour, il n'en est plus question, concrètement. Cette piste est probablement exploitée sans que nous le sachions. Peut-être n'a-t-elle rien donné. Il est certain qu'il a perdu beaucoup de sa crédibilité au fur et à mesure du temps et il a servi de bouc émissaire plus souvent qu'à son tour. Lui a-t-on taillé un costume trop grand pour lui ? Probablement. Le naufrage de l'enquête depuis près de 30 ans, notamment dans les années 80, est imputable à toute une série de dysfonctionnements à tous les niveaux de l'État. Nous en avons beaucoup parlé sur ce site. Encore récemment en ce qui concerne Ronquières. Si un procureur est responsable de la police judiciaire dans son arrondissement, la police administrative ne lui incombe pas. C'était du ressort de la sûreté de l'État. Est-ce que la sûreté de l'État avait suffisamment de moyens pour être efficace sur le terrain, en matière de prévention et d'information s'agissant du maillage de la population à risques ? En a-t-elle eu plus dans les années qui ont suivi les tueries ? J'imagine que chaque service disposait d'informateurs. La gendarmerie, les polices, dont en premier lieu la sûreté de l'État. Pourquoi cette affaire n'a-t-elle jamais été élucidée alors qu'il devait bien y avoir des informateurs sur le terrain, sur un sujet aussi sensible ? Un procureur est également soumis à sa hiérarchie ; dont le procureur général est au-dessus le ministère. Quelle était la marge de manœuvre du procureur Deprêtre ? Lors des auditions devant la commission d'enquête parlementaire, il n'a pas été le seul à être vivement critiqué. Précisément, en ce qui concerne la commission d'enquête parlementaire, il y a le rapport connu du public mais il y a également les auditions à huis clos. Est-ce que la confidentialité de ces auditions a encore un sens aujourd'hui, au stade où nous en sommes ? Les hommes politiques donnent des instructions aux fonctionnaires et aux magistrats. Ce sont eux qui sont élus par le peuple. Comment imaginer qu'à la suite des auditions à huis clos, les politiques n'ont pas donné des instructions à l'époque pour aller dans un sens ou dans un autre (à partir de certaines révélations), eu égard à leur vision globale au final du dossier des tueries ? Ils ont su des choses que ceux qu'ils ont entendu en commission n'ont révélé que dans le cadre de leurs compétences territoriales et des fonctions qu'ils occupaient. On a l'impression aujourd'hui que cette procédure d'enquête parlementaire était une comédie destinée à donner le change à l'opinion publique. Tout cela pour dire que je n'ai pas vocation à défendre la mémoire du procureur du Roi mais ce qui m'interpelle, c'est l'absence de résultats tangibles, les défaillances à tous les niveaux, un mutisme prolongé des parlementaires, l'exécutif et le judiciaire étant sous leur autorité.
Revenir en haut Aller en bas
g.damseaux



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 31/07/2014

MessageSujet: Jean Deprêtre   Sam 27 Sep 2014 - 23:05

Navré de contredire les propos repris en toute bonne foi dans le message précédent:

durant les années des tueries, comme avant et jusqu'à la nouvelle Loi sur la Sûreté, les compétences de celle-ci sont bien expliquées dans mon bouquin et je les rappelle ici:

1 Le complot contre la famille royale
2 Le complot visant à renverser les institutions légales
3 Le crime contre la Foi publique ( voyez le ''Crabe aux pinces d'or'' )
4 Le contre espionnage ( la lutte contre l'ingérence étrangère dans nos affaires nationales)
5 L'établissement et le séjour des Etrangers sur le territoire national ( compétence de Sûreté publique)

Ces compétences mènent à la surveillance de mouvements dont on peut imaginer qu'ils sont téléguidés par l' Etranger, à surveiller ( dans une certaine mesure) l'activité des diplomates en poste en Belgique, à surveiller et à s'informer sur les communautés d'Etrangers établis en Belgique, etc.

En aucun cas, la Sûreté ne s'occupe de la délinquance sur le territoire, ni de la criminalité en général. Nous n'avons de compétence judiciaire que pour les cas repris ''supra''

Donc, pour ce qui concerne les tueurs, il appartenait aux services de police judiciaire ou administrative ( dans une moindre mesure) d'écrémer parmi leur ''clientèle'' des coupables potentiels.
Nous présumons tous que cela a été fait (?) mais nous pouvons en douter au constat de l'épisode ''Dutroux'' qui au vu du passé judiciaire qu'il traînait, des informations que la BSR de Charleroi recueillait sur ses activités, aurait dû rendre des comptes bien avant son arrestation...
La SE qui avait pour compétence la surveillance de mouvements pouvant être téléguidés par l'Etranger, n'a pas mis dix jours à écrémer la population résidant en Belgique et a sorti les noms de coupables probables...
Reste un problème épineux: si la recherche des tueurs a été exécutée en fonction du passé des délinquants connus, et que cette recherche n'a rien donné...soit les tueurs venaient de l'étranger, soit ils n'avaient pas de passé judiciaire en B et étaient peut-être motivés par d'autres objectifs que le gain facile.
Une réponse dans mon livre peut-être ???

Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 2325
Age : 58
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Jean Deprêtre, propos interpellants   Sam 27 Sep 2014 - 23:47

Les domaines de compétences en Belgique et en France ne se recouvraient pas à l'époque d'après vos explications. En France, nous distinguions les renseignements généraux et la DST pour les services de police administrative civile (DST, contre-espionnage). Je partais du principe visiblement inexact : sûreté de l'État =+ou- RG.
En ce qui concerne votre référence à l'affaire Dutroux (que je connais très peu), un milieu très douteux à surveiller, connu donc par le passé des services de police. Et pourtant des crimes postérieurs perpétrés et les renseignements n'ont visiblement pas été transmis alors que ceux-ci aurait pu peut-être être évités, au moins certains d'entre eux.
En matière de remontée des informations dans une affaire comme celle des tueurs du Brabant, est-ce que vous estimez que l'existence d'une gendarmerie, de polices communales, de services de police aux échelons territoriaux supérieurs, était plutôt un atout ou un handicap ?
Pour le maillage de la population, des brigades de gendarmerie sur un petit territoire (l'équivalent d'un canton pour une brigade ?) et a fortiori pour les polices communales, n'était-ce pas plutôt une chance ? Les petits trafics, les allées et venues d'individus douteux, cela devait être plus facile dans un tel contexte.
Je ne manquerai pas de me procurer votre livre qui répondra certainement à bon nombre de questions que je me pose. Merci en tout cas pour toutes ces précisions.
Revenir en haut Aller en bas
g.damseaux



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 31/07/2014

MessageSujet: Jean Deprêtre   Dim 28 Sep 2014 - 8:45

Votre compréhension est correcte désormais, pour l'affiner prenez en compte qu'en France, la DST fait partie intégrante de la ''Police Nationale'' et que ses agents ont qualité judiciaire en tous domaines...ce qui n'est pas notre cas à la SE.

Secundo, ce que nous appelons ''RG'', c'est le renseignement général: c'est une action passive qui consiste à recueillir des informations, des éléments. A les rechercher, oui, mais dans le domaine public, sur base d'une information...exemple: un communiqué paraît dans la presse émanant d'un groupe quelconque mais inconnu de notre documentation, sur un sujet économique ou politique. Nous recherchons alors qui dirige le groupe, de qui il se compose et quels sont ses buts. ( Recherches auprès des journalistes qui ont interviewés - s'ils sont d'accord- recherche auprès des annexes du Moniteur Belge pour voir statut du groupe (?), etc.)
Si le groupe est actif et que son action peut présenter un intérêt, recrutement d'un informateur chargé de nous tenir au courant de l'activité...
J'insiste sur le fait que le rôle de la taupe que nous recrutons, DOIT rester passive, elle assiste et renseigne. ( Point à la ligne. Pas question de stimuler le groupe pour lui donner de l'importance ou de l'efficacité...voir rôle de certain au sein du WNP !!!!)

A comparer avec le rôle des RG français tels que décrits dans le livre '' Section Manipulation'' d'un certain J.M. DUFOURG lequel représente ce qui a de plus abject dans le métier de ''policier'' à la sauce Fouché...mais nous sommes au XXe siècle !!!

Si vous lisez mon récit vous aurez des exemples caractéristiques du travail des RG belges avec explication des méthodes employées pour arriver à caractériser un groupe de pression, un lobby d'opinion.
Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1388
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Jean Deprêtre, propos interpellants   Dim 28 Sep 2014 - 14:47

g.damseaux a écrit:


A comparer avec le rôle des RG français tels que décrits dans le livre '' Section Manipulation'' d'un certain J.M. DUFOURG  lequel représente ce qui a de plus abject dans le métier de ''policier'' à la sauce Fouché...mais nous sommes au XXe siècle !!!


Bonne journée.

lol! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Feu Follet



Nombre de messages : 643
Age : 50
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Jean Deprêtre, propos interpellants   Sam 1 Nov 2014 - 1:18

Deprêtre, depuis 35 ans est en soi un phénomène - paix à ses cendres !

Il avait partiellement raison sur un point à l'époque: la situation judiciaire de l'arrondissement de Nivelles.  En 1982, il y avait 9 provinces, 27 arrondissements judiciaires, soit 27 parquets, et théoriquement 27 brigades de police judiciaire dépendant du Procureur du Roi.  Mais en réalité seuls 22 arrondissements avaient cette brigade de PJ, et Nivelles n'en faisait pas partie.  Et effectivement, progressivement, le Brabant Wallon était devenu la banlieue-dortoir d'une partie de plus en plus grande des riches bruxellois francophones venus s'installer dans les communes du sud de Bruxelles.  On y trouvait beaucoup d'avocats, de banquiers d'affaires, de commerces de luxe, entre autres...  Ainsi qu'une certaine jeunesse dorée...  Voilà pour le décor...

Mais sa prophétie - si c'en est une - peut faire sourire et ressemble surtout à une apologie de ses méthodes de travail.

Je me dis très souvent que, vu son CV et ses accointances politiques, ce n'est pas un hasard qu'il ait été nommé Procureur dans l'arrondissement où se trouvait sans doute la plus grande proportion de gens issus de l'establishment dont il faisait partie, et qu'il a passé des années à protéger.  Je crois qu'on l'avait placé là pour ça...  Surtout ne pas brusquer les puissants, ne pas déranger les nantis bien-pensants !

Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit: il n'est pas complice subjectif des TBW.  Loin s'en faut.  Mais il a par contre toujours eu à l'esprit la protection de l'honneur d'un certain milieu, et de la réputation de la haute-société.  C'était un homme de droite, catholique, farouchement attaché aux traditions politiques "belgicaines", unitariste.  Sa conception de la démocratie était sans doute éloignée du parlementarisme, et proche du respect béat des sacro-saintes institutions de notre état.

Revenons-en à notre affaire.  Il a eu une attitude pour le moins singulière, dans au-moins trois cas:

- il fait embarquer (ou en tout cas laisse embarquer) la Santana de Wavre, dont l'analyse était incomplète, par l'administration des Domaines, qui l'enverra purement et simplement à la casse !
- il piétine les indices au Colruyt de Nivelles (littéralement), allant jusqu'à donner des coups de pied dans les douilles marquées au sol, avec ce côté pompeux et grandiloquent qui n'appartenait qu'à lui.
- enfin il oublie d'évoquer en Chambres des Mises en Accusation le rapport d'expertise balistique du BKA qui innocente Cocu, et qui traine dans le tiroir de Schlicker depuis des mois, sous prétexte d'un problème de traduction, entraînant de ce fait le maintien en détention préventive des Borains pendant des années, pour rien !

Il n'y a pas à dire, c'était quelqu'un...  affraid
Revenir en haut Aller en bas
g.damseaux



Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 31/07/2014

MessageSujet: Jean Deprêtre, propos interpellants   Sam 1 Nov 2014 - 9:35

et à ces griefs, on peut ajouter, qu'ayant requis un juge d'instruction de son ressort, il influe sur le cours des recherches de celui-ci en donnant systématiquement une direction à celles-ci : ''ce sont des prédateurs '' ( Ne cherchez pas ailleurs !!! )
Pour ce qui concerne la VW Santana, l'attitude du Parquet à l'égard de cette ''pièce à Conviction'' est hautement suspecte : la destruction de la chose intervient alors que la cellule Delta de Termonde en demande les résultats d'analyse...
Justifier de cette destruction en arguant que le Parquet ne dispose pas de lieu de stockage...??

''Je suis un Procureur du Roi, royaliste, très spécial ''
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1388
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Jean Deprêtre, propos interpellants   Sam 1 Nov 2014 - 10:18

Tiens ! En Belgique "Procureur" est synonyme de "Bouffon" quand le nom est accolé à celui de roi ?
Revenir en haut Aller en bas
K



Nombre de messages : 7250
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Jean Deprêtre, propos interpellants   Sam 1 Nov 2014 - 12:03

Citation :
un juge d'instruction de son ressort, il influe sur le cours des recherches de celui-ci en donnant systématiquement une direction à celles-ci : ''ce sont des prédateurs '' ( Ne cherchez pas ailleurs !!! )


tiens il y a une demie heure en cherchant  qqs chose je tombe sur le fait que Schlicker à la fin de son mandat fin 1987 reprend enfin les recherches sur les déclarations de delhuvenne et bruno sur Wavre
de fin 1982 sur lesquelles ni Wezel ni Schlicker ont fait grand chose depuis 4 ans !

Schlicker est d'abord déssaissi vers Lacroix de toutes les affaires TBW  SAUF celle de Wavre puis qqs mois après il doit aussi laisser ce dossier .

Est ce parce que il y a un fils de grand juge impliqué ou compromit par carembolle ?

et le VIET CON il était pendant Wavre déjà IRC -SE /indic -BSR  où il le devient que plus tard ?

Les hommes de Lacroix reprennent les dossier et sèment la pagaille  et qui prend le poudre d'escampette?


la première commission du parlement veille....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean Deprêtre, propos interpellants   Aujourd'hui à 1:23

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Deprêtre, propos interpellants
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean-Paul II nous parle de Marie
» A propos de Bugarach, ce soir à 23H
» Jean Vaquié, À propos de la contre-église !
» La réalité de l'Enfer : La Vision de Saint Jean Bosco !
» Jean-Claude Bourret à propos de son livre "Ovni l'armée parle"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: DIVERS :: Les inclassables-
Sauter vers: