les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Brébart, Maurice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Brébart, Maurice   Sam 9 Jan 2016 - 10:39





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Brébart, Maurice   Sam 9 Jan 2016 - 10:42


http://www.lalibre.be/culture/medias-tele/l-homme-de-presse-maurice-brebart-est-decede-55df07d63570b54653860c8a

L'homme de presse Maurice Brébart est décédé

Christian Laporte Publié le jeudi 27 août 2015 à 16h08 - Mis à jour le jeudi 27 août 2015 à 19h11

Maurice Brébart, un "Citizen Kane" humaniste et jeteur de ponts

Maurice Brébart s'est éteint dans la nuit de mercredi à jeudi à Bouillon. Patron de presse à l'avant-scène de l'actualité au début des années 1970, il s'y était retiré, loin des fureurs de la ville mais surtout près de la nature, voici 30 ans dans la propriété familiale de la place des Champs-Prévôt. Une demeure patricienne avec une extraordinaire bibliothèque philosophique et historique qui appartenait à la famille de sa maman, les Ozeray (qui compta dans ses rangs la comédienne Madeleine Ozeray) .

Maurice Brébart se fit cependant un nom et même un prénom tout seul. Fils de... Maurice Brébart, juriste issu de l'ULB et descendant d'une famille de maîtres de carrières qui avait fondé « La Dernière Heure » en 1906, il entre aussi dans l'Histoire comme un des principaux patrons de la presse belge après la Seconde Guerre mondiale. Ce n'est pas pour rien qu'on l'appela le « Citizen Kane » belge !

C'est sous son impulsion que « La Dernière Heure » lia son destin à celui du journal « Les Sports » mais bientôt aussi à celui de « La Libre Belgique». Un premier rapprochement entre les deux titres se concrétisa par la mise en place d'une régie publicitaire commune.

A l'époque ce rapprochement était vu comme une union contre nature entre un journal libéralo-laïque affirmé et « le » journal catholique francophone par excellence. De quoi faire se froncer les sourcils de plus d'un franc-maçon comme des habitués des eucharisties dominicales. Et d'interpeller plus qu'à leur tour, les familles propriétaires de « La Libre » d'alors, à savoir les Jourdain, les Valentin, les Zeegers et les de Visscher.

Il faut dire qu'on répandit bien des assertions à l'époque sur le « patron » qui avait uni ses troupes de la rue du Pont-Neuf à celles de la Montagne aux Herbes potagères (en face de la « Mort subite »...) mais Maurice Brébart réussit par son approche ouverte et une grande volonté de gagner le défi à apaiser les craintes au boulevard Jacqmain.

N'empêche que son arrivée fut à la base de la création à « La Libre Belgique » de la toute première Société des Rédacteurs dans notre pays. Brébart fut aussi l'acteur direct ou indirect d'autres aventures de presse tant en Belgique qu'en France. C'était sans conteste un « patron de presse » et un imprimeur mais il aimait aussi à l'occasion se muer en éditorialiste. Identifiés par une plume, ses prises de position fortes, parfois cinglantes montraient qu'il aimait la tremper dans le vitriol. Le moins qu'on puisse dire est qu'il défendait ses idées et que contrairement à bien d'autres éditorialistes d'aujourd'hui, il ne versait pas dans un chèvre-choutisme pour tenter de séduire le plus grand nombre.

D'aucuns – dont la presse socialiste particulièrement dure à son égard - avaient aussi beaucoup de questions à propos de sa proximité de certains milieux politiques de droite radicaux, dont ceux de l'OAS. A ce sujet, on précisera simplement qu'il se caractérisait par par une fidélité sans réserves pour ceux qu'il appréciait. Il se fait que parmi eux se trouvaient des irréductibles de l'Algérie française.

Incontestablement conservateur sur le plan idéologique, il n'en était pas moins issu d'une famille qui allait s'illustrer dans la Résistance et qui, en aucune manière, ne se serait compromise dans la collaboration. On ajoutera qu'il avait suivi de près puis soutenu le lancement du Parti pour la Liberté et le Progrès dans le sillage d'Omer Vanaudenhove qui avait ouvert les rangs libéraux aux croyants.

Puis, plus étonnant, du moins aux yeux des quotidiens qui l'avaient attaqué, on peut affirmer sans risque d'être démenti qu'il avait aussi été approché par des dirigeants socialistes et non des moindres qui envisageaient un bout de chemin commun avec la « Dernière Heure »...

A la fin de sa vie, Maurice Brébart, issu d’un milieu anticlérical mais avec des racines protestantes, s'était converti au cattholicisme, affirmant haut et clair sa foi chrétienne. Cela ne l'empêcha de continuer la réflexion en lançant un groupe de réflexion philosophique « Orval », qui réunit en dialogue des personnalités aussi différentes que Mgr Léonard, le Grand Rabbin Albert Guigui ou le philosophe de l'ULB, Guy Haarscher. Sa manière à lui de rapprocher ceux qui croyaient au Ciel et ceux qui n'y croyaient pas comme il l'avait fait entre « La Libre » et la « DH »...

Maurice Brébart se consacra aussi plus que jamais à la lecture. Mais ce passionné d'Histoire avait aussi une excellente fourchette et ne dédaignait pas un très bon cigare. Il rédigea aussi ses souvenirs et on l'a même compté parmi les contributeurs de nos pages d'Opinions-Débats, ayant signé une carte libre fion septembre 2001 sur les catholiques et les francs-maçons.

A ses yeux de catholique pratiquant, il y avait une incompatibilité entre la franc-maçonnerie et le catholicisme d'observance parce qu'il était impossible au catholicisme d'admettre l'entrée d'un catholique dans une institution basée sur l'adogmatisme. Mais Brébart y plaida aussi pour « la rencontre entre les deux institutions », loin de « toute forme de haine farouche et mortelle ».

« À quoi peut donc être utile une rencontre entre la maçonnerie et l'Église, entre catholiques enracinés et des maçons non croyants ou agnostiques? À rien, sinon à entendre un dialogue de sourds où l'on respecte (à peu près) l'autre » écrivait Brébart qui ajoutait que « pourtant, il existe, peut-être, en matière d'éthique, quoique pour des motivations différentes, un chemin commun à découvrir sur ce que l'on appelle les «valeurs essentielles».


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Brébart, Maurice   Sam 9 Jan 2016 - 10:45





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 11286
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Brébart, Maurice   Sam 9 Jan 2016 - 11:08


De la première à "La dernière heure": cent ans d'un quotidien pas comme les ...
Par Christian Hubert














Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brébart, Maurice   Aujourd'hui à 10:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Brébart, Maurice
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le merle de la réunion et le merle de maurice
» GERARD Etienne Maurice - Général d'Empire
» Maurice Joseph MATHIEU de SAINT-MAURICE, puis de LA REDORTE
» Terre des 7 couleurs Ile Maurice
» La mort de Maurice Béjart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Autres-
Sauter vers: