les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ordre de Malte

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Lun 26 Déc 2016 - 13:55








_ _ _ _ _










(...)




_ _ _ _ _









_ _ _ _ _








_ _ _ _ _










_ _ _ _ _










Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Lun 26 Déc 2016 - 15:05

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Lun 26 Déc 2016 - 15:21

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Lun 26 Déc 2016 - 18:16


Robert Close mentionne le Comte Caracciolo di Forino dans son autobiographie ...





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Lun 26 Déc 2016 - 20:25

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Jeu 29 Déc 2016 - 14:02

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Jeu 29 Déc 2016 - 22:58

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Sam 31 Déc 2016 - 16:37


L'Ordre de Malte est souvent lié à la marine ... et pas uniquement française ...

http://www.defense.gouv.fr/marine/au-fil-de-l-eau/l-ordre-de-malte-pour-le-chef-d-etat-major-de-la-marine





_ _ _ _ _


https://www.yumpu.com/fr/document/view/31313757/intervention-du-bailli-jean-pierre-mazery-grand-evenium

_ _ _ _ _


http://www.ordredemaltebelgique.org/fr/mbi.php

(...)

L'Amiral de div. e.r. Michel Verhulst, Administrateur

(...)

_ _ _ _ _


Bernard Mercier (WNP) et Michel Verhulst :

http://galerie.pardondemarchienne.be/#!album-0-107




_ _ _ _ _


Il est aussi question de Michel Verhulst dans

http://kolonelvaessen.blogspot.be/2007/01/jaccuse-le-procureur-du-roi-rubens.html

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Dim 1 Jan 2017 - 9:54


A écouter (en anglais), deux émissions de 1983 :

https://archive.org/details/Misc_Archives_6_Knights_of_Malta_Parts_1_and_2

Mae Brussell en a aussi parlé :

https://www.youtube.com/watch?v=q5Stk7TfWgI

Mae Brussell -Knights of Malta- Part 1 (5-30-82)

Pour information :

American Civilian Counter-terrorist Manual: a fictional autobiography of ...
Par Alan Allen






Note : faute de frappe ... il est question du dominicain belge Félix Morlion (considéré actuellement comme ayant été un agent de la CIA)

W.R. Grace a joué un rôle dans le parcours de Jean de Luxembourg, soupçonné dans l'affaire du Bommeleeër ...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_de_Luxembourg_(1957)

_ _ _


Un texte des années 1980 :

Sovereign Military Order of Malta. This latter organization is particularly significant today, now that our CIA director (William Casey), the head of the President's foreign intelligence advisory board (Claire Booth Luce), and an adviser to the National Security Council (ex-CIA agent William Buckley) are all members of this exclusive organization.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Dim 1 Jan 2017 - 12:40


Monde diplomatique

Octobre 1956, page 6

L’ordre souverain et militaire de Malte, puissance internationale la plus petite et la plus jalousée sous la tutelle pontificale

par Florent Bonn

Des trois grands ordres de chevalerie militaire que virent naître les croisades : l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, fondé en 1099, dénommé maintenant Ordre souverain et militaire de Malte, l’Ordre du Temple, créé en 1118, et l’Ordre teutonique, datant de 1192, seul l’Ordre millénaire de Saint-Jean de Jérusalem a su s’adapter aux temps et aux circonstances.

Le but fondamental de l’Ordre souverain et militaire de Malte est la pratique de la charité chrétienne par des œuvres d’assistance, grâce d’une part à ses établissements de soins disséminés sur tout le globe et, d’autre part, à ses formations sanitaires mobiles (trains et avions sanitaires) pour les victimes de catastrophes du temps de paix et des événements de la guerre.

Après la perte de sa souveraineté territoriale en 1798, revenu exclusivement à sa vocation primitive de chevalerie au service des malades, la plus ancienne organisation internationale après le Saint-Siège, considéré comme un précurseur de la Croix-Rouge, l’Ordre souverain et militaire de Malte bénéficie en droit international d’un statut particulier basé sur ses origines, son évolution historique et son activité actuelle.

Dans de nombreux pays, les honneurs souverains sont rendus au Grand Maître ; son élection et son décès font l’objet de notifications officielles. L’Ordre exerce le droit de légation actif et passif. Les passeports de l’Ordre, comparables aux passeports Nansen, sont reconnus sur le plan international.

L’Ordre souverain et militaire de Malte ne constitue pas un État, en raison de l’absence de citoyens et de souveraineté territoriale. Le siège de l’Ordre, le Grand Magistère, Palazzo Malta, à Rome, ne jouissant que des privilèges d’exterritorialité, se trouve situé sur le territoire de l’État italien.

Toutefois, l’Ordre affirme dans le titre 1er de sa Constitution datant de 1936 et approuvée par le pape, son caractère de souverain par les dispositions suivantes :

1. Sa prérogative est la souveraineté comportant le droit de légation : par conséquent, il s’appelle Ordre souverain.

2. Il est également Ordre international, et les nations qui en font partie s’appellent « Langues ».

Cette souveraineté, reconnue à l’Ordre dès sa fondation par la communauté des peuples, lui conférait une indépendance, condition sine qua non de l’accomplissement de sa mission supranationale. Même après la perte de son territoire, où il exerçait tous les attributs étatiques, l’Ordre continua à faire partie, non par pure courtoisie, de la communauté internationale. Normalement, si sa souveraineté découlait de la possession d’un territoire souverain, l’Ordre aurait dû cesser d’exister en tant que personnalité juridique du droit international.

L’octroi et la perte de la souveraineté ne dépendent pas en effet du droit des gens, qui ne peut qu’enregistrer comme un fait accompli la souveraineté et reconnaître les conséquences qui en découlent.

La souveraineté extérieure est fonction de sa souveraineté interne, qui suppose l’existence d’un pouvoir législatif, exécutif et judiciaire prévu par la Constitution de l’Ordre de 1936.

La souveraineté extérieure et interne ne forment qu’un tout indissociable, concrétisant la notion de souveraineté dans le domaine du droit international.

La souveraineté suppose également l’indépendance absolue à l’égard de toute puissance par ses manifestations internes et externes.

Les relations de l’Ordre avec le Saint-Siège ne portent-elles pas atteinte à son indépendance et, par corollaire, à sa souveraineté ?

Les principales bulles et brefs relatifs à la reconnaissance et à la confirmation de l’Ordre émanant des papes Pascal II en 1113, Callixte en 1120, de Lucien II en 1144, d’Adrien IV en 1154, d’Alexandre III en 1172, d’Innocent III en 1212, de Boniface VIII en 1300, de Clément en 1309 et en 1312 de Nicolas V en 1448, de Pie II en 1462, d’Innocent VIII en 1489, de Sixte V en 1587, d’Urbain III en 1630, de Pie IX en 1854, de Léon XIII en 1879 et en 1888, de Pie XII en 1953 ne contredisent-ils point la souveraineté de l’Ordre ?

Les nombreuses décisions pontificales s’expliquent, d’une part, par la situation internationale de la papauté au moyen âge, chef de la Civitas Christiana de l’Europe occidentale et, d’autre part, par le double caractère de l’Ordre qui a toujours comporté et comprend encore un secteur religieux ainsi qu’un secteur laïc. Le nombre total des membres de l’Ordre s’élevait le 1er juillet 1950 à 4 856 dont 65 chevaliers profès ayant prononcé des voeux religieux, 3 401 chevaliers laïcs, 163 chapelains et 1227 donats qui constituent une catégorie de rang inférieur.

La démarcation entre les affaires souveraines et les affaires religieuses de l’Ordre peut s’avérer délicate pour de nombreuses matières. En 1950, une enquête fut menée par la Congrégation des religieux portant sur la contrebande de certains membres de l’Ordre, de blé, de pénicilline, d’appareils de radio, d’activités financières occultes et sur un legs d’un milliard de francs à l’Ordre, de M. de Pourtalès résidant en Suisse.

En effet, l’Ordre est tenu, en vertu de sa constitution de 1936, de faire parvenir un rapport quinquennal à la Congrégation des religieux relatif aux membres, à la discipline et à la situation économique de l’Ordre.

En 1951, le Vatican mit pratiquement l’Ordre sous sa tutelle en chargeant une commission de cardinaux de diriger l’Ordre. Sur la protestation du dernier grand maître Chigi, le pape institua le 10 décembre 1951 un tribunal, présidé par le cardinal Tisserant, doyen du Sacré Collège, comprenant les cardinaux Aloisi, Masella, Canali, Micara et Pizzardo, chargé de départager les parties.

Le 24 janvier 1953, le tribunal rendit sa sentence. Cette sentence stipule que la qualité d’Ordre souverain consiste dans la jouissance de certaines prérogatives que l’Ordre possède comme sujet au droit international, mais ne peut pas être assimilé à un État, car c’est un ordre religieux approuvé par le Saint-Siège.

Vers 1100, après sa transformation d’Ordre monastique en ordre religieux militaire, il perdit son caractère purement ecclésiastique. L’Ordre était séparé du clergé et dut mener une lutte sur deux fronts contre les infidèles et le clergé mécontent des concessions papales au profit de l’Ordre « bellum cum sanguine et sine sanguine », La bulle « Pastoralium nobis... » de 1779 du pape Pie VI, en exemptant l’Ordre de toutes les juridictions ordinaires et extraordinaires du Saint-Siège, marqua l’apogée de l’indépendance de l’Ordre vis-à-vis du Saint-Siège.

L’Ordre eut tendance à s’éloigner du Saint-Siège. Entre autres, il admit des membres n’appartenant pas à la religion catholique romaine. On peut citer les tsars Paul 1er devenu grand maître de l’Ordre ; Alexandre Ier et Nicolas II, orthodoxes grecs ; Édouard VIII, roi d’Angleterre, anglican, et Guillaume II, luthérien.

Depuis la fin du XVIIIe siècle, le Saint-Siège tenta de resserrer les liens affaiblis avec l’Ordre.

Du fait de son double caractère d’Ordre religieux et souverain, constituant une de ses originalités, l’approbation de l’élection du grand maître ainsi que la modification de ses statuts relèvent du Saint-Siège. En général, toutes les affaires ecclésiastiques de l’Ordre, qui comporte un secteur religieux, sont de la compétence du Saint-Siège. Mais pour toutes les autres affaires de l’Ordre, celui-ci est indépendant du Saint-Siège. Ainsi les dispositions du traité de Latran du 11 février 1929 relatives aux immunités des autorités ecclésiastiques ne sont pas applicables à l’Ordre.

Le texte de ce jugement fait apparaitre que l’Ordre est subordonné au Saint-Siège uniquement en sa qualité d’ordre religieux, mais conserve sa position de souverain dans la communauté internationale.

Le jugement affirme nettement que l’Ordre est un sujet du droit international, possédant non pas une souveraineté étatique mais une souveraineté limitée ou souveraineté fonctionnelle en raison de l’absence de citoyens et de territoire.

La position de l’Ordre dans la communauté des gens peut être comparée à la situation du Saint-Siège avant les accords de Latran de 1929. Cette souveraineté fonctionnelle repose sur une souveraineté partielle.

Toutefois cette souveraineté « sui generis » a pour corollaire l’indépendance à l’égard d’autres souverainetés.

La doctrine et la pratique du droit international reconnaissent la notion de service — en l’occurrence l’assistance – pour la satisfaction par des organes internationaux de besoins spécifiques.

La sentence, portée à la connaissance de l’Ordre par la voie diplomatique, avait pour but d’examiner les différents aspects du statut de l’Ordre souverain et militaire de Malte.

Le 1er février 1955 une commission cardinalice comprenant les cardinaux Tisserant, Micara, Pizzardo, Aloisi, Mmella, Valeri et Canali a été chargée, par décision du Saint-Siège, d’examiner « l’état moral et économique de l’Ordre » pour faciliter son retour à la normalité.

Cette commission étudie le projet de révision des statuts de l’Ordre tendant vers sa laïcisation, élaboré par une commission du Grand Magistère.

Par cette décision, l’Ordre n’est-il pas tombé de facto sous le contrôle du Saint-Siège ?

D’autre part, l’abrogation par le Saint-Siège de la bulle de « Pastoralium nobis... », charte fondamentale de l’indépendance de l’Ordre vis-à-vis du Vatican, n’a-t-elle pas abouti à une mise en tutelle « de jure » de l’Ordre par l’Église catholique romaine ? L’Ordre, par lettre interprétative communiquée à la secrétairerie d’État par voie diplomatique en mars 1955, a formulé des réserves sur les dispositions du jugement permettant au Saint-Siège de contrôler les affaires temporelles de l’Ordre. En effet, n’est-il point possible de qualifier toutes les affaires de l’Ordre d’affaires religieuses ?

Au moment même où le Vatican a décidé du sort de l’Ordre souverain et militaire de Malte en raison du secteur religieux qu’il comporte en le plaçant sous la tutelle de la congrégation vaticane des religieux au même titre et dans les mêmes conditions que les autres ordres religieux, le lieutenant général de l’Ordre, le bailli Fra Ernesto Paterno Castello, duc de Caracari, ne manifeste aucun sentiment d’injustice en déclarant dans son discours du 26 avril 1955 que le prestige du Saint-Siège et de l’Ordre a également augmenté.

Du point de vue diplomatique et surtout du point de vue de la diplomatie vaticane cette attitude s’explique.

En effet, le conflit — auquel d’ailleurs des deux parts on ne donne ce nom que depuis qu’il est officiellement apaisé — n’a pas eu pour résultat l’ « absorption » de l’Ordre souverain et militaire de Malte par le Vatican, comme l’ont été par le passé d’autres ordres chevaleresques.

L’Église, intransigeante sur les principes, et les chevaliers de l’Ordre souverain et militaire de Malte, animés de la volonté de préserver la souveraineté de leur glorieuse institution, ont trouvé un terrain d’entente.

Le conflit appartient déjà au passé.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Dim 1 Jan 2017 - 13:41



Du temps des tsars, on le sait, la religion était un des critères de la nationalité : les Russes étaient orthodoxes, tandis que les catholiques étaient considérés comme des étrangers.

(...)

Il y eut même pendant une courte période une sorte de nonciature à la cour impériale. Mais les envoyés diplomatiques du pape ne remplissaient que des missions temporaires. Il y eut pendant une vingtaine d’années trois nonces ; aucun d’eux ne resta en poste plus de deux ans. Un incident montre d’ailleurs les obstacles auxquels se heurtaient ces missions diplomatiques. Le tsar Paul Ier était particulièrement bien disposé à l’égard du catholicisme. Si bien disposé que l’ordre de Malte, alors en difficulté à la suite des campagnes de Bonaparte, lui proposa le titre de grand maitre – qu’il accepta. Mais la papauté ne pouvait tolérer qu’un orthodoxe fût placé à la tête d’un ordre catholique. Le tsar, dépité, obligea le nonce à quitter son poste.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Dim 1 Jan 2017 - 13:46


(...)

Avec la République populaire du Bénin (ex-Dahomey), les relations sont moins bonnes qu’avec le Togo. L’instabilité politique qui n’a cessé de régner à Cotonou depuis trois années, a pesé sur ces relations. D’autre part, les dirigeants nigérians ont longtemps tenu rigueur à leurs partenaires béninois d’avoir, du temps de l’ancien président Emile Derlin Zinsou à l’époque de la guerre du Biafra, autorisé les avions du Comité International de la Croix-Rouge (C.I.C.R.) et ceux qu’affrétait l’Ordre souverain de Malte, à effectuer leurs vols sur le Biafra séparatiste à partir de Cotonou.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Dim 1 Jan 2017 - 13:50


http://www.monde-diplomatique.fr/1986/10/COOGAN/39569

Monde diplomatique

Octobre 1986, page 6

EN ANGOLA ET AU NICARAGUA

La croisade des chevaliers de Malte


par Kevin Coogan & Martin A. Lee

Au cours d’une messe spéciale célébrée le 17 janvier 1986 à la cathédrale Saint-Patrick, le cardinal de New-York, Mgr John J. O’Connor, a accueilli quarante-trois Américains au sein du prestigieux ordre des chevaliers de Malte. Le cardinal Bernard F. Law, de Boston, et un patron de drugstore M. Lewis E. Lehrman, récent converti au catholicisme, figuraient parmi ceux qui jurèrent solennellement de défendre « la foi romaine contre les ennemis de la religion ».

Fondé en 1099 pour aider les croisés dans la guerre contre l’islam, l’Ordre souverain des chevaliers de Malte (OSCM) revendique aujourd’hui 10 000 membres dans quarante-deux pays. Devenir chevalier suppose richesse et statut social élevé. Le directeur de la CIA, M. William Casey, et l’ancien secrétaire d’Etat Alexander Haig figurent ainsi parmi les 1 500 membres de la section américaine de l’OSCM.

La réception du cardinal dans ce club très fermé témoigne de ses relations étroites avec Mgr O’Connor, l’actuel « grand protecteur et conseiller spirituel » de l’aile américaine de l’OSCM.

Durant la campagne présidentielle de 1984, les cardinaux O’Connor et Law se sont retrouvés côte à côte, au sein de la hiérarchie catholique des Etats-Unis, pour condamner l’avortement. Leurs critiques ont été largement perçues comme un appui aux candidats républicains.

Les chevaliers de Malte proclament que leur vocation est uniquement charitable. A juste titre, ils sont fiers de l’aide qu’ils prodiguent aux pauvres et aux nécessiteux. Ils entretiennent, à travers le monde, de nombreux hôpitaux et cliniques et envoient aussi des secours aux régions frappées par des catastrophes.

En 1984, la Conférence nationale des évêques catholiques dénonçait la politique militariste de M. Reagan en Amérique centrale et exhortait le président à encourager le processus de Contadora. De tels appels ne faisaient qu’encourager M. Lewis Lehrman, le plus engagé des dirigeants de l’OSCM en faveur des interventions américaines en Amérique centrale et dans le tiers-monde. M. Lehrman a été reçu dans l’Ordre neuf mois seulement après s’être converti au catholicisme. Ses lettres de créance comprenaient une fortune personnelle de 60 millions de dollars composée pour l’essentiel d’actions de Riteaid, une chaîne de drugstores spécialisés dans les soldes, appartenant à sa famille.

L’ascension fulgurante de M. Lehrman dans le Parti républicain de New-York était déjà le résultat, pour une large part, de sa puissance financière. Après la mort de Nelson Rockefeller, les républicains s’étaient retrouvés sans fonds. M. Lehrman combla le vide en remplissant les caisses du parti. Dès 1978. il fut élu à la tête du comité chargé de rédiger la plate-forme républicaine ; quatre années plus tard, il perdait de justesse le duel qui l’opposait au démocrate Mario Cuomo pour le siège de gouverneur.

Durant sa campagne électorale, son secrétariat de presse fut assuré par M. John Buckley, le neveu du chevalier William Buckley, rédacteur en chef de la National Review et ferme appui à sa candidature. M. Lehrman reçut le soutien d’autres personnalités de l’OSCM, dont M. Tom Bolan, membre du cabinet juridique Saxo, Bacon and Bolan, de M. Roy Cohn, ancien exécuteur des basses oeuvres du sénateur Joseph McCarthy, qui a pris en charge - depuis l’époque du cardinal Francis Spellman - les affaires de l’archidiocèse de New-York.

Peu après les élections de 1982. M. Lehrman a été nommé au conseil de la Heritage Foundation, une organisation privée ultraconservatrice. En novembre 1984, la fondation publiait un rapport pressant le président Reagan d’avaliser des opérations paramilitaires contre neuf pays : Cambodge, Laos, Vietnam, Ethiopie, Afghanistan, Iran, Libye, Angola et Nicaragua.

Rameuter l’opinion publique en faveur des « combattants de la liberté », voilà l’une des principales tâches de Citizen for America (CFA), un lobby favorable à M. Reagan et présidé par M. Lehrman. En juin 1985, le CFA a organisé à Jumba (Angola) une rencontre, largement popularisée, de dirigeants contre-révolutionnaires de trois continents. M. Lehrman fut photographié. en tenue de campagne, aux côtés de M. Savimbi, le chef de l’UNITA, celui-là même qui n’hésita pas, dans les années 70, à collaborer avec la police politique portugaise pour éliminer certains de ses rivaux.

Le soutien de M. Lehrman à M. Savimbi a ouvert la voie à l’abrogation de l’amendement Clark, qui interdisait les actions clandestines américaines en Angola. Lorsque M. Savimbi se rendit à Washington en février dernier pour obtenir des fonds, il fut somptueusement reçu par la Heritage Foundation. A la suite de ce voyage, le président Reagan s’engagea à fournir 15 millions de dollars d’aide aux rebelles angolais.

M. Lehrman et le CFA ont également mené une active campagne en faveur des « contras » nicaraguayens. Devant les difficultés rencontrées à la Chambre des représentants, M. Casey, le directeur de la CIA, décida d’utiliser les organisations non gouvernementales, y compris ses « frères » de l’Ordre de Malte. En collaboration avec la Fondation Americares, l’OSCM achemina 14 millions de dollars de fournitures médicales aux forces de la droite centraméricaine. Les porte-parole de l’Ordre démentent tout lien entre leurs efforts et la politique de l’administration Reagan.

En 1985, Americares a reçu un don substantiel du Nicaraguan Freedom Fund (NFF), une organisation-écran de l’Eglise de l’unification, du révérend Sun Myung Moon. Mme Claire Booth Luce, une des dames de l’Ordre des chevaliers, siège au conseil du NFF et à celui du Washington Times , journal appartenant à la secte Moon. Au conseil consultatif d’Americares, l’on retrouve le chevalier William Simon, ancien secrétaire au trésor, et M. Preston Bush Jr, le frère de M. George Bush, actuel vice-président des Etats-Unis et ancien directeur de la CIA.

Les chevaliers de Malte ont aussi collaboré avec l’association Air Commando, basée en Floride et dirigée par le général en retraite Harry C. Aderholdt. Après avoir participé au comité du Pentagone chargé de définir des stratégies face aux « conflits de faible intensité », le général Aderholdt est devenu un rédacteur de Soldiers of Fortune , magazine qui recrute ouvertement des mercenaires pour l’Amérique centrale. Il a reconnu que ses commandos ont acheminé de la nourriture et des médicaments jusqu’aux entrepôts de l’Ordre au Salvador et qu’au moins 2 millions de dollars ont été fournis aux chevaliers de Malte par le Christian Broadcasting Network de M. Pat Robinson.

Non content d’offrir ses services aux unités de la Contra, l’Ordre maintient d’importants contacts avec l’opposition interne conduite par le cardinal Miguel Obando y Bravo. Au cours d’un voyage à New-York,en mai 1985, Mgr Obando y Bravo rencontra le chevalier John J. Meehan, un des dirigeants de W.R. Grace Corp, qui reconnut en la personne du cardinal « le plus redoutable opposant au gouvernement du Nicaragua » . A la suite de quoi M. W.R. Grace envoya bibles, rosaires et autres fournitures pour aider les sermons antisandinistes du cardinal.

Kevin Coogan

Martin A. Lee
Auteur de The Beast Reawakens, un livre sur la résurgence du fascisme, à paraître en juin chez Little Brown, New York, Londres.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Dim 1 Jan 2017 - 14:10


Monde diplomatique

Mai 1987, pages 20 et 21

L’art de la désinformation

Croisade pour une police des idées


par Christian de Brie

Un extraordinaire conglomérat de forces hétéroclites, commode paravent des éléments les plus réactionnaires en lutte contre tout ce qui menace leurs privilèges.

(...)

Sans oublier l’Opus Dei, la « mafia de Dieu », comme l’appellent les jésuites, fins connaisseurs. Recrutant parmi les hauts responsables des affaires et de la finance, de l’administration, de l’armée et de la police, l’Opus Dei est implantée dans soixante-dix pays et compte sept cent mille membres. Ses six cents journaux, cinquante radios et chaînes de télévision, ses douze agences de presse, sont activement mobilisés. On pourrait y ajouter l’ordre des chevaliers de Malte, discrètement influent, qui joua un rôle déterminant dans la récupération par les prédécesseurs de la CIA des criminels nazis et a conservé les liens établis avec l’Agence.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Dim 1 Jan 2017 - 14:18


Monde diplomatique

Janvier 1988, page 20

A PROPOS D’UN COLLOQUE SUR LE VIETNAM

Une « pensée » infirme, mais non sans moyens


par Jacques Decornoy

(...)

Le Committee for the Free World dépend lui-même en grande partie financièrement de deux fondations qui ont contribué à l’organisation du colloque parisien : Scaife et Olin Foundations.

La Scaife Foundation est dirigée par M. Richard Mellon Scaife, petit-fils du fondateur de l’empire bancaire et pétrolier Mellon ; elle finance un très grand nombre de groupes de droite et d’extrême droite ; le plus connu est l’Heritage Foundation (4). La plupart de ces organisations sont représentées dans ce fédérateur de l’ultraconservatisme qu’est le Council for National Policy, en compagnie notamment de la Ligue anticommuniste mondiale du général Singlaub et de militants de la cause mooniste (le désormais célèbre lieutenant-colonel North en a fait lui aussi partie). La Scaife Foundation contribue notamment au financement de l’Institute on Religion and Democracy, qui a pris la défense des éléments les plus conservateurs de l’Eglise nicaraguayenne (5). Elle est d’autre part liée à la Smith Richardson Foundation, qui a, elle aussi, financé le colloque de Paris.

Autre organisation ayant permis cette rencontre : la John M. Olin Foundation. A ses destinées président M. William Simon, ancien secrétaire au Trésor, membre actif de l’ordre de Malte (dont la branche américaine soutient la Contra) et M. Michael Olin, membre du Council for National Policy ; elle est dotée de fonds considérables provenant de l’industrie chimique, de fabriques d’armement, etc. Elle a récemment financé dans les maquis afghans un reportage filmé, qui a tourné court, en compagnie de la Bradley Foundation (elle aussi coorganisatrice du colloque), et de Causa, c’est-à-dire de la secte Moon (6).

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Lun 2 Jan 2017 - 13:46

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Mar 3 Jan 2017 - 9:39


Opus Dei en Belgique
André Van Bosbeke  (1986)





(...)



















Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Jeu 5 Jan 2017 - 21:45


Pour en revenir à Jean-Pierre Mazery de l'Ordre de Malte ... membre (avec Jacques Jonet) de Wilton Park ...

http://userpages.fu-berlin.de/~leiger/WiltonPark/wiltonen_en.htm

http://userpages.fu-berlin.de/~leiger/WiltonPark/zeugnisse/LI.%20Arbeitsgemeinschaft/Programm_02.jpg





On constate qu'un des "tuteurs" est Cecil de Sausmarez

_ _ _


Les plus belles années d'une génération: l'ordre nouveau en Belgique avant, pendant et après la Seconde Guerre Mondiale
Walter de Bock
EPO, 1983 - 224 pages

Après mai 1940, le diplomate britannique Cecil de Sausmarez, qui avait été en 1939-40 attaché de presse de l'ambassade de Grande-Bretagne à Bruxelles, fut nommé chef des sections belge et néerlandaise du "Political Warfare Executive" (...)

_ _ _


Dans "Rogue Agent" de David Teacher ...

Rogue Agents 4 pg 77:


"The history of the Nouvel Europe Magazine is interesting: it was founded on 14th December 1944 as Grande-Bretagne by British intelligence agent Cecil H. de Sausmarez. De Sausmarez had been Press Attaché at the British Embassy in Brussels in 1939; evacuated to Britain in 1940, he took over control of the Belgian and Dutch resistance networks run by the Political Warfare Executive, and as such forged links with a branch of the Flemish New Order, the Verdinaso movement. De Sausmarez also coordinated psychological warfare in the form of radio broadcasts to the two countries.

In 1945, he returned to the British Embassy in Brussels where he worked until 1948. The editor of the magazine de Sausmarez founded was a personal friend, the Verdinaso militant Pierre Blanc; the editorial writer of the journal, working under the pseudonym Ossian Mathieu, was Emile Lecerf, the magazine's future editor and protégé of de Bonvoisin. The magazine would be retitled Europe-Amérique in 1945 before becoming Europe-Magazine from 1953 to 1969 and then Nouvel Europe Magazine (151). The magazine had a long history of being involved in underground paramilitary groups; one of Europe-Amérique's correspondents was André Moyen, a wartime agent for the OSS and British and Belgian intelligence services. Moyen, who ran Milpol, a Belgian private intelligence service founded in 1948, was a key figure in the Belgian Gladio network (152). Europe-Amérique was also the launching ground for a young Belgian journalist Arnaud de Borchgrave, who would later be a close friend of de Bonvoisin and a leading American disinformation asset in partnership with Robert Moss."

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Ven 6 Jan 2017 - 8:51


Dans l'actualité :

http://www.thetablet.co.uk/news/6571/0/exclusive-cardinal-burke-and-grand-master-festing-defied-wishes-of-pope-by-sacking-grand-chancellor-

Exclusive: Cardinal Burke and Grand Master Festing defied wishes of Pope by sacking Grand Chancellor

05 January 2017 | by Christopher Lamb

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Lun 9 Jan 2017 - 21:16


https://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_du_Monceau_de_Bergendal

Yves du Monceau de Bergendal était ambassadeur de l'Ordre souverain de Malte en République démocratique du Congo et en République tchèque, ainsi que président de l'Union royale Belgo-Britannique.

_ _


Il était sénateur et membre de la Commission de la Défense.

Le général Robert Close parle de lui comme "un ami de toujours" ("Gauche ! Droite !", page 218)

Guy Weber utilise exactement la même expression à son égard ("Comme je les ai connus", page 207)

Robert Close et Guy Weber ont tous les deux servi sous le SACEUR Lyman Lemnitzer (celui de l'opération Northwoods et de la DIA) ainsi qu'à Argenteuil ...

Il faut se souvenir que Lyman Lemnitzer et Léopold III avaient de longues conversations qui se terminaient au Golf Club de Mons.

Léopold III était Bailli Grand Croix d'Honneur et de Dévotion de l'Ordre Souverain et Militaire de Malte.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Mar 10 Jan 2017 - 10:16


Pour information :

http://www.voxfux.com/features/knights_of_malta_facts.html

Notamment

Guatemala: AmeriCares donates goods and SMOM distributes them. SMOM is doing minimal development work there but is distributing goods to priests in conflict zones. (5) An AmeriCares/SMOM joint venture in Guatemala has distributed $6 million to $7 million in medicines in 1985-86. Overhead costs are minimal because local Knights provide office space, transportation, and storage facilities. One of the top Knight's in Guatemala, Roberto Alejos, allowed the CIA to use his sugar plantations in San Sebastian, Retalhuleu to train anti-Castro counterrevolutionaries for the Bay of Pigs Invasion in 1961. Knights' donations have reached most areas of the country, including hospitals and health campaigns in the government's "model villages. " These villages, similar to the strategic hamlets in Vietnam during the conflict in Indochina, are designed to control and pacify local populations. SMOM has donated to hundreds of other NGOs, including Living Water Teaching, PAVA, and the 700 Club.

_ _ _


Inside the League
Anderson (1986)





Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Jeu 12 Jan 2017 - 7:25


Dans l'actualité :

http://www.la-croix.com/Religion/Monde/LOrdre-Malte-questions-2017-01-11-1200816407

L’Ordre de Malte en questions

Nicolas Senèze, à Rome, le 11/01/2017 à 16h38

(...)

http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Vatican/LOrdre-de-Malte-soppose-frontalement-au-pape-Francois-2017-01-11-1200816413

L’Ordre de Malte s’oppose frontalement au pape François

Nicolas Senèze, le 11/01/2017 à 16h58

Le grand maître de l’Ordre a interdit toute collaboration des membres avec la commission d’enquête nommée par le pape François.

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Jeu 12 Jan 2017 - 11:49

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Lun 16 Jan 2017 - 11:35


https://www.theguardian.com/world/2017/jan/11/knights-of-malta-condom-scandal-stretches-from-myanmar-to-the-Vatican

Wednesday 11 January 2017 16.37 GMT  

Pope Francis's authority challenged by Knights of Malta over condom row

Ancient Catholic order refuses to cooperate with Vatican investigation into sacking of offical over distribution of condoms

(...)

Ivereigh said the dispute was exposing deep differences between Francis’s Vatican and the Maltese order.

“You are dealing here with a very profound culture clash within the Catholic church. Burke and the Knights of Malta represent in many ways everything that the church of the second Vatican council and Francis have been seeking to get away from,” he said.

(...)

_ _ _


Voir aussi :

http://www.lorientlejour.com/article/1029024/lordre-de-malte-persiste-dans-sa-rebellion-contre-le-pape.html

13/01/2017

Le gouvernement de l'Ordre de Malte à Rome persiste dans sa rébellion contre le pape

(...)

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13780
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Ordre de Malte   Lun 16 Jan 2017 - 13:36


Dans les archives de Monique Garnier-Lançon (EIS) ...








Le point 3) au verso de la lettre mentionne le courier de Jean-Pierre Mazery (qui était présent à l'assemblée générale de l'EIS à Val Duchesse en avril 1982 et y est devenu membre).

"Nicolas" est Nicolas de Kerchove d'Ousselghem (il y a un fil de discussion à son sujet).

A noter : on apprend dans la lettre que Jean Gol est devenu membre de l'EIS (il sera plus tard membre de l'IEPS)

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ordre de Malte   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ordre de Malte
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ORDRE DE MALTE] Armoiries d'un chevalier - 1659
» L'Ordre de Malte en Russie
» Le pape Bergoglio veut-il détruire l’Ordre de Malte ?
» Fête de saint Jean Baptiste & Ordre de Malte à Versailles
» Comment Georges Soros fait du Pape François un agent du Nouvel Ordre Mondial !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Who's who :: Organisations-
Sauter vers: