les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'indépendance du Congo

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
arthur29923



Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: L'indépendance du Congo   Mar 26 Déc 2017 - 14:31


surprenant le vécu de certains forumeur ,aussi surprenant que leurs interventions sur ce forum

au musée vous dites? la pirogue !

au zambie (ex rhodesie) il y en a encore




Revenir en haut Aller en bas
arthur29923



Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: L'indépendance du Congo   Mar 26 Déc 2017 - 15:01

Affaire Empain

Le lundi 23 janvier 1978 vers dix heures trente, le baron Édouard-Jean Empain
est enlevé à la sortie de son domicile à Paris, au no 33 de l'avenue Foch
du 16e arrondissement

Sept semaines après l'enlèvement, le vendredi 17 mars 1978, Pierre Salik, un homme d'affaires belge et proche du baron Empain, reçoit un coup de téléphone à son bureau de Bruxelles

Il est le petit-fils du général baron Édouard Empain et le fils de Jean (dit Johnny) Empain et de l'artiste américaine du burlesque Rozell Rowland.

--
pour info
Henry Morton Stanley, né John Rowland le 28 janvier 1841 à Dinbych (pays de Galles) et mort le 10 mai 1904 à Londres, est un journaliste et explorateur britannique. Il est connu pour son exploration de l'Afrique et sa recherche de David Livingstone.

-------------
baron empain

En 1981, il vend ses parts dans le groupe Empain-Schneider.

Groupe Empain

Compagnie du Chemin de Fer du Bas-Congo au Katanga (B.C.K.)
----
Kindu, anciennement Kindu Port-Empain (d'après le nom du baron Édouard Louis Joseph Empain), est une ville de la République démocratique du Congo, capitale de la province du Maniema.

Lokandu (anciennement Riba Riba) est une localité du Maniema, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Kindu. Elle fut l'un des principaux postes développé par les esclavagistes de la fin du xixe siècle dans la région.

pour info


https://www.rtbf.be/info/societe/detail_la-grande-pirogue-du-musee-de-tervuren-change-provisoirement-de-rive?id=8203225

Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2026
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: L'indépendance du Congo   Mar 26 Déc 2017 - 15:03

Sans doute. Je ne présume pas qu'il ne s'agissait pas d'une pièce "unique" en son genre quant à la matière et à la mise en oeuvre...   mais pour qu'on se soit donné la peine de transporter un tel "monument" il fallait que les colons lui aient trouvé une valeur...   certainement moindre que celle que les indigènes lui attribuaient...   Un peu comme si des envahisseurs avaient piqué à la France la barcasse tarabiscotée de Bonaparte...   d'un intérêt maritime carrément nul, mais...

Chevauchement d'édition... Dans l'article tout est dit... et correspond à l'intérêt que portaient les "commanditaires" pour ce symbole de leur contrée.
Revenir en haut Aller en bas
arthur29923



Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: L'indépendance du Congo   Mar 26 Déc 2017 - 15:16

Édouard Louis Joseph Empain

Déjà, en 1895, avaient été fondés les ancêtres de Tractebel

1904 voit la fondation des Ateliers de constructions électriques de Charleroi (ACEC), et rachète en 1906 les Ateliers de Jeumont,

Il aura développé le chemin de fer et les tramways, urbains et interurbains en Belgique, au Congo belge et en France dont le Métro de Paris. Il a fondé l'Héliopolis cairote moderne, la Banque Empain, des sociétés d'électricité et de construction électromécanique. Il sera ministre de l'Armement du gouvernement belge durant la Première Guerre mondiale, avec rang de général. Après-guerre, il développe de nouvelles usines dans le domaine de la chimie industrielle.

Il aura contribué, à la charnière des xixe et xxe siècles, à faire de la Belgique la deuxième puissance industrielle du monde (par 'tête d'habitant).

Il est également le grand-père d'Édouard Jean Empain, victime en 1978 d'un enlèvement médiatisé (affaire Empain) dont les conséquences furent de mettre fin à l'emprise de la famille Empain sur de nombreuses affaires françaises, dont le groupe Schneider.

Revenir en haut Aller en bas
arthur29923



Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: L'indépendance du Congo   Sam 6 Jan 2018 - 19:09

pour info

https://www.la-croix.com/Actualite/Economie-Entreprises/Economie/Voyage-au-pays-du-cuivre-chilien-_NG_-2010-02-28-547500

On peut tout expliquer à travers le métal rouge », assure Gustavo Ruz, ancien collaborateur de Salvador Allende, qui milite aujourd'hui pour la re-nationalisation du secteur.
(...)
La fin du régime Pinochet peut être lue à travers la question du cuivre
« Le coup d'État de 1973 peut être analysé comme la réaction à la nationalisation par Allende du secteur. La fin du régime Pinochet peut aussi être lue à travers la question du métal rouge, poursuit-il. J'étais de ceux qui luttaient contre le régime militaire. Mais je ne crois pas que notre mobilisation a provoqué la chute de la dictature, ni la volonté de la communauté internationale d'en finir avec les atteintes aux droits de l'homme. Le déclencheur de la chute est plutôt venu de la lassitude de Washington, agacé de voir l'armée chilienne refuser d'ouvrir largement le secteur du cuivre aux capitaux étrangers. »

Cette lecture est-elle la plus conforme à l'histoire récente du Chili ? Difficile à dire. Une chose est certaine : la remise en cause de la nationalisation entreprise par Salvador Allende est bien l'oeuvre de la démocratie revenue aux affaires, et non de la dictature.

----
La Société des mines de cuivre de Catemu fut la première grande entreprise internationale à exploiter les gisements de cuivre du Chili, et devint dès le début du xxe siècle le premier producteur mondial de cuivre.

son siège social est à Bruxelles au 50 boulevard de la Senne, avec aussi des bureaux à Paris au 50 boulevard Haussmann

https://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%C3%A9t%C3%A9_des_mines_de_cuivre_de_Catemu

http://www.entreprises-coloniales.fr/afrique-du-nord/M'Zaita_Cie_miniere.pdf
------
La mine de cuivre de Besshi (別子銅山, Besshi dōzan?) est une importante exploitation minière située à Niihama dans la préfecture d'Ehime au Japon.

Découvert en 1690, son exploitation démarre l'année suivante et se poursuit jusqu'en 1973. Durant cette période de plus de 280 ans, 700 000 tonnes de cuivre sont extraits,

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mine_de_cuivre_de_Besshi

-----------
Bataille de Kolwezi
Depuis plusieurs mois, l'Union soviétique achète tout le cobalt qu'elle trouve sur le marché libre. Cette information économique ne sera pas prise en compte par les services de renseignements occidentaux.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Kolwezi
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2026
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: L'indépendance du Congo   Sam 6 Jan 2018 - 19:45

Bien vu Arthur,

Hélas ! Les braves gens conservent surtout l'esprit focalisé sur les crédits à rembourser, "cadeaux" des actionnaires des très grands pools banquiers, d'assurances, ou des lobbys militaro industriels... adeptes du "secret" des confréries et autres raouts violemment anti-prolos.

Tiens ! Extrait d'un Paris-M.... récent. Un survol de la réalité politique telle qu'elle est, et non telle que les médias, à l'immense majorité sous influence, se complaisent à nous la dépeindre.




Revenir en haut Aller en bas
pierre



Nombre de messages : 758
Localisation : charleroi
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: L'indépendance du Congo   Sam 6 Jan 2018 - 19:57

Vive le Congo Belge I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://soscharleroi.com
arthur29923



Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: L'indépendance du Congo   Mer 10 Jan 2018 - 2:37

pour info

Au début de son « règne », non seulement la RDC conserva son orientation « tout sur les mines », mais devint
presque uniquement dépendante de ses exportations de cuivre et de cobalt. Ce sont les conseillers économiques étrangers de Mobutu qui lui conseillèrent de s’endetter largement en comptant sur ces ressources. Or, ils ne
pouvaient ignorer que les hauts cours de ces matériaux « stratégiques » étaient provoqués par la conjonction
exceptionnelle d’une demande forte (Guerre du Vietnam) et d’une offre artificiellement restreinte (boycott du cuivre du Chili d’Allende).  

Mobutu amassait des biens immédiatement réalisables, car il n’a, semble-t-il, jamais
compris la fonction de l’argent et ses relations avec la finance. Il ne savait pas, par exemple, au
début de son règne, quoi faire des grandes mines. Sans conception, il a nationalisé, notamment
la plus grosse entreprise du pays, l’Union minière du Haut-Katanga (UMHK). Mal lui en a pris
,
les Belges lui ont coupé les crédits, les prix sont tombés et pour obtenir leur savoir-faire, il a dû
signer un contrat assurant aux anciens actionnaires « la plus grande somme de dédommagement
jamais versée suite à une nationalisation » selon Davis Gould.



Or, il ne s’agit que de la partie visible
des prélèvements. Mobutu, déjà à cette époque, faisait expédier clandestinement en Afrique du
Sud des avions-cargos chargés de fûts de cobalt, et commercialisés par Philbro.
" L’argent ainsi
perçu était versé directement au compte numéroté de Mobutu en Suisse ". Des trains entiers de
lingots de cuivre ou de zinc sont expédiés hors comptabilité de la Gécamines : chacune de ces
expéditions peut représenter jusqu’à 100 millions de FF Le jeu est bien plus facile encore pour
la soustraction des diamants

(...)
Lors de la publication complète du Rapport Blumenthal en 1982 devant le Tribunal
des peuples, on a ainsi pu découvrir les noms des entreprise étrangères ont participé de près au
pillage: Renault-Saviem, PHILBRO ou Marc Rich côtoient des banques allemandes,
anglaises, belges et la filiale de Paribas à Genève.

(...)

Otrag

Le fondateur de l’OTRAG, Lutz Kayzer fut l’élève de Sänger à Stuttgart. Cette
« filiation spirituelle » lui permettra, de même que la présence à ses côtés de K. Debus et (plus
brièvement) de Von Braun de se présenter, aux yeux des Allemands les plus nationalistes et
les plus conservateurs, comme le continuateur d’une grande tradition, un moment interrompue
par les aléas de la guerre…

(...)
En date du 26 mars 1976, un protocole d’accord fut signé entre le président Mobutu et
le fondateur de la société OTRAG, Lutz Kayzer, afin de créer une base de développement et de lancement de fusées et de satellites dans la province du Shaba
(Katanga),
au Zaïre. Selon l'accord conclu entre les parties, il fut notamment établi
que la société aurait :
• un terrain d'opération gigantesque avec une concession jusqu'en l'an 2000 (superficie estimée à
100 000 km² pour 331 km² pour la NASA en Floride);
• toute la latitude de procéder à des travaux d'acheminer du matériel et de développer son
programme sans demande d'autorisation préalable ;
la jouissance pleine et entière de l'espace aérien au-dessus du site d'accueil du programme balistique ;
• le bénéfice d'une immunité similaire au statut diplomatique pour ses employés ;
• une protection spéciale fournie par les services de sécurité zaïrois ;
• une garantie de confidentialité des activités par l'interdiction de couverture médiatique
sans autorisation préalable.

Toutefois, l'envoi d'engins dans l'espace était encore au stade expérimental lorsque ladite
convention fut signée. Outre les aménagements très importants nécessaires pour le lieu d'accueil
au Shaba, un promontoire situé à 1.300 mètres
de hauteur avec une piste d'atterrissage pour les avions cargo Argosy et le Boeing 707
utilisé pour les transports, la technologie OTRAG devait être encore mise au point avant de
pouvoir procéder aux premiers essais réels.
Ces derniers débutèrent le 18 mai 1977
avec le succès du lancement à d'une fusée de 6 mètres de haut qui atteignit une altitude de 20
kilomètres. Un second, en mai 78, atteignit l'altitude de 150 kilomètres
Ce furent là les deux seules réussites d’essais OTRAG au Zaïre !
(...)
Une alerte inattendue
Comme je l’ai déjà dit, on ne commença à parler de manière un peu insistante de
l’OTRAG que fort tard,
alors que le projet était déjà pratiquement agonisant. De plus, cette
alerte ne fut pas donnée par la grande presse d’information, par une des revues spécialisées dans
les questions aéronautiques et spatiales, et pas davantage par une des publications qui se
vouaient à la défense du Tiers-monde.
Le magazine Penthouse, qui en fut responsable, est plus connu pour dévoiler largement
de pulpeuses anatomies féminines que pour déballer des secrets.


C’est cet article de Penthouse (vol. 12, n.12) de février 1978, auquel se réfère Farouk
Hussein, chercheur au Deparment of War, Kings College de Londre, dans un article du "New
Scientist" paru le 23 mars « Volksraketen for the Third World", qui n’y va pas avec le dos de la
cuillère, portraiturant notamment les principaux responsables de l’OTRAG comme "a tangled
web of Nazi rocket scientists" (un réseau serré de spécialistes nazi des fusées). A partir de là,
les articles vont se succéder.


(...)
En 1980, le partenariat fut définitivement enterré lorsque OTRAG déplaça ses activités ;
la société installa son centre de lancement en Libye, à 600 km au sud de Tripoli. Des tirs d'essai
y ont apparemment été réalisés en 1981, mais le programme inquiéta cette fois les USA qui
finalement obligèrent l'OTRAG à quitter le pays ; Ensuite, la société
ouest-allemande s'installa brièvement en Suède où un dernier
lancement, toujours marqué du sceau de l'échec, eut lieu à Kiruna
en 1983. L'OTRAG arrêta ses activités en 1987.


Ebranlement croissant du régime Mobutu
En mai 1978 a eu lieu la bataille de Kolwezi au Shaba. Le 13 mai 1978, les soldats du
Front national pour la libération du Congo (FNLC), en provenance d'Angola

. Après trois jours
de combat, la ville est entièrement aux mains des rebelles katangais. Certaines sources
prétendent que la prise de Kolwezi par les soldats du FNLC n'était qu'un objectif intermédiaire,
le principal étant la prise de la base de l'OTRAG.

3 Le FNLC était prétendument soutenus par Cuba et par l'Allemagne de l'Est. Les cadres cubains et est-allemands
ont alors mystérieusement disparu aussitôt après avoir pris possession de la ville ? Bobards de la Guerre froide.

Malgré les démentis officiels et formels quant aux rumeurs sur l'objectif militaire du
programme, un certain nombre de pays africains craignaient que les fusées profitent à la mise
en œuvre ultérieure d'un système de défense de l'Afrique du Sud et ce, face aux voisins qui
soutenaient la lutte contre le régime d'apartheid.


En parcourant la littérature inspirée par la compagnie allemande, je fus frappé dès
l’abord par le fait que si elle faisait évidemment de la réclame, ce que tout le monde fait, elle
vantait beaucoup moins ses fusées que les avantages fiscaux dont bénéficiaient les détenteurs
de ses actions. Les fusées de Lutz Kayzer n’étaient peut-être pas très efficaces pour mettre des
satellites en orbite, mais par contre, pour ce qui était de mettre des revenus sur une orbite hors
de portée du fisc… Chapeau

. On avait
même obtenu du fisc une « Eidesstattliche Erklärung 26», une
« déclaration solennelle » garantissant pour l’avenir que ces
privilèges fiscaux ne seraient jamais remis en question

Quand une société, pendant douze ans, dépense pour ses frais sans qu’il n’en sorte
jamais aucun produit pouvant être vendu, et que cela ne se termine pas par une faillite
retentissante, l’on est perplexe.


Et on a le droit de se demander si cette
société n’est pas un « masque » destiné à couvrir d’autres activités que celles qui sont présentées
comme son objet

Pendant que se déroulait au Zaïre l’affaire OTRAG, l’atmosphère de peur entretenue
par la course aux armements concernait aussi les armes dites « biologiques ». Et à cette même
époque apparurent deux maladies en tous points dignes des vers de Lafontaine « Un mal qui
répand la terreur / Et que le Ciel en sa fureur / Envoya pour punir les péchés de la Terre… » :
le SIDA et l’Ebola, puisqu’il faut les appeler par leur nom.

Il convient de noter que le projet d'État « Coast »,
mené par Wouter Basson (surnommé « Docteur la mort »)

La première apparition de la maladie liée au virus d'Ebola date de 1976. Deux foyers apparaissent presque
simultanément à plusieurs centaine de km de distance, l'un dans le Sud du Soudan, l'autre le long de la rivière
Ebola au Zaïre, dans la ville de Yambuku et dans 55 villages environnants. En 1979, il y a à nouveau un cas dans
la même région du Zaïre et quelques cas (qualifiés de "mini-épidémie) dans la même région du Soudan

Le désir, d’utiliser le virus d’Ebola comme arme biologique, est à la base du film catastrophe américain
« Outbreak » (en français : « Alerte ») de 1995, réalisé par Wolfgang Petersen. Le film raconte l'histoire d'une
épidémie de virus mortel introduit accidentellement dans la petite ville de Cedar Creek en Californie.

http://www.congoforum.be/upldocs/OTRAG.pdf

En 1958, le « Gouvernement général » du Congo belge a acheté à la General Dynamics Corporation1 (États-Unis) un réacteur de recherche de type Triga Mark I d'une puissance de 10 à 50 kW. Ce avec l'accord du ministre belge du Congo et du Ruanda-Urundi

Ce réacteur était destiné à la Commission consultative des sciences nucléaires, présidée par Monseigneur Luc Gillon, recteur de l'université Lovanium à Léopoldville de 1954 à 1967. Mg Luc Gillon est docteur en physique et a suivi l'enseignement de Robert Oppenheimer à l'université de Princeton

En 1970, le Centre Trico devient le Centre régional d'études nucléaires de Kinshasa (CREN-K). Le CREN-K décide rapidement de se doter d'un réacteur de recherche plus puissant, le Trico II. Celui-ci, d'une puissance de 1 MW est inauguré en 1972.

TRICO II est mis en service en mars 1973, mais depuis 1994, il ne fonctionne plus faute de moyens

Le cadre juridique mis en place a permis au SCK-CEN de Mol d'apporter une contribution importante aux travaux qui précédèrent la mise en activité du réacteur Trico II, et à la maintenance du réacteur. L'Institut des radioéléments de Fleurus a apporté quant à lui son appui au CREN dans le domaine de la production de radioéléments à usages médicaux.

Cet accord ne fut cependant pas reconduit à partir de 1987.

Malgré ces différentes difficultés, des experts en sûreté nucléaire de l'AIEA ont régulièrement visité le site et souligné le bon état dans lequel le réacteur a été maintenu grâce au dévouement des techniciens locaux et malgré une absence totale de moyens budgétaires. Depuis le début des années 2000 cependant, la situation du réacteur se dégrade, souffrant du non investissement et de l'érosion qui affecte ce quartier de Kinshasa

En 2007, des barres d'uranium sont volées en vue d'un possible détournement à des fins militaires
Revenir en haut Aller en bas
arthur29923



Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: L'indépendance du Congo   Mer 10 Jan 2018 - 2:40

Revenir en haut Aller en bas
arthur29923



Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: L'indépendance du Congo   Jeu 11 Jan 2018 - 15:44

http://orbi.ulg.ac.be/handle/2268/172243

Rouvrir une mine à Plombières. Une utopie ?

Très vite, il s’est avéré plus simple et plus rentable de faire venir le minerai de régions lointaines comme l’Afrique, l’Australie et aujourd’hui la Chine. Pourtant, rien ne dit qu’il ne reste pas des quantités significatives de zinc et de plomb dans notre sous-sol. Pour des raisons stratégiques évidentes, l’Europe souhaite que nous réévaluions nos ressources et nos réserves avec les moyens les plus modernes.
Revenir en haut Aller en bas
arthur29923



Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: L'indépendance du Congo   Sam 20 Jan 2018 - 16:02

pour info

La COMINIERE, Société Commerciale et Minière du Congo, qui exerçait ses activités presque dans toutes les provinces du Congo, plus particulièrement dans le Nord Ouest, a été à la base de la création de la COMUELE, Société Commerciale et Minière de l'Uélé. ..

https://www.memoireonline.com/04/17/9761/m_La-fiscalite-miniere-des-exploitations-artisanales-cas-de-la-cassiterite-et-du-coltan-au-nord-Ki1.html
Revenir en haut Aller en bas
arthur29923



Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: L'indépendance du Congo   Sam 1 Sep 2018 - 15:35


Cheshire cat

MessageSujet: Re: Maubeuge, 14 août 1982 Mar 28 Aoû 2018 -

Le 16 décembre 1981, une assemblée générale extraordinaire de l'Union Minière (Haut-katanga) décide la dissolution anticipée de la société. La "nouvelle Union minière" (branche "non ferreux") est donc crée et la Société Générale de Banque va acquérir la totalité des part. En 1970, le président de la Société Générale de Banque entre au Cercle des Nations, ensuite promu trésorier du CEPIC. Il est aussi éditeur de magazines d'extrême-droite
"Miaou"...
Revenir en haut Aller en bas
arthur29923



Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: L'indépendance du Congo   Sam 27 Oct 2018 - 5:33

pour mémoire



De la Mine a Mars -
René BRION / Jean-Louis MOREAU Éditeur : Umicore – .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'indépendance du Congo   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'indépendance du Congo
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Un nouveau singe cercopithèque découvert en République Démocratique du Congo
» Le "londola" au Congo!
» Histoire héraldique moderne du Congo (1877-1960).
» Le fleuve Congo
» Des apparitions de Marie au Congo?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: AXES D'ENQUÊTE :: Les axes exploités :: Autres pistes-
Sauter vers: