les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Maubeuge, 14 août 1982

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
michel-j



Nombre de messages : 1990
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Maubeuge, 14 août 1982   Mar 17 Oct 2017 - 16:36

guy mayeu a écrit:

Le circuit fermé, tout à fait d'accord avec vous.
Une comparaison avec nos ex-gendarmes b&b qui d'entrée de jeu décident de ne pas travailler
avec le milieu. Le schéma clanique peut se composer chez des gendarmes, des soldats, des gitans,
des appartenances à un groupe de pensée politique ou religieuse, etc.
Le monde des gens du voyage est certes fermé, mais pas "hermétique" au sens où, si l'un des membres est "pris pour cher", il hésitera peu à chercher un arrangement avec la police ou la GD. Si B & B ont évité de s'accoquiner avec le Milieu, n'était-ce pas précisément en raison de leur expérience d'enquêteurs ?...   Et vous oubliez dans votre hypothèse de travail la réalité d'une prime représentant un "camping" (caravane) digne d'un château.

Quid d'expérience...   pour vivre en autarcie, il convient impérativement  d'avoir un peu "la main à tout"...   Hors, il est clair que les TBW ignoraient tout de l'art de prendre une voiture dépourvue de clefs...   un art que les "voyageurs" maîtrisent pratiquement dès le berceau...   Même les technologies hi-tech ne présentent pour eux -souvent illettrés- qu'une simple formalité...   le temps d'enlever une voiture (parfois avec un engin de levage "emprunté"...   ceux-ci sont rarement sécurisés) et de la désosser pour constater ce qu'elle "a dans le ventre"...   la Mairie de Paris a fait l'amère expérience du procédé avec ses parcmètres réputés "inviolables" à une époque...   "Ils" en scièrent un et dans la semaine qui suivit les mômes de 10 ans les vidaient aussi surement que des troncs d'église...  Ne parlons pas des maisons...   ni même des chiens de garde rendus "curieusement" silencieux lors d'incursion de "voyageurs" (un signe en soi !); l'art de la survie et du détournement de fonction des objets basiques leur tient lieu d'intelligence.

A un moment donné -je n'ai jamais jeté le bébé avec l'eau du bain, et toute piste reste ouverte à mes yeux- je m'étais intéressé à l'hypothèse d'une fratrie...   mais il y a le "Vieux" pour faire dissonance...   à moins d'un père ?...   Mais là encore l'accumulation de fuites possibles (épouse délaissée, belle-sœur jalouse, etc... ) amenaient de sérieux bémols.

De quelque manière que l'on tourne le problème cette chape de silence représente un mystère à elle seule.
Revenir en haut Aller en bas
guy mayeu



Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 30/08/2016

MessageSujet: Re: Maubeuge, 14 août 1982   Mar 17 Oct 2017 - 17:01


Michel-j,

vous avez écrit :

''De quelque manière que l'on tourne le problème cette chape de silence représente un mystère à elle seule.''

Je commence tout doucement à penser que peut-être il y aurait un problème d'audition.

Cordialement à vous Michel-j
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3169
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Maubeuge, 14 août 1982   Mar 17 Oct 2017 - 17:47

michel-j a écrit:
guy mayeu a écrit:

Le circuit fermé, tout à fait d'accord avec vous.
Une comparaison avec nos ex-gendarmes b&b qui d'entrée de jeu décident de ne pas travailler
avec le milieu. Le schéma clanique peut se composer chez des gendarmes, des soldats, des gitans,
des appartenances à un groupe de pensée politique ou religieuse, etc.
Le monde des gens du voyage est certes fermé, mais pas "hermétique" au sens où, si l'un des membres est "pris pour cher", il hésitera peu à chercher un arrangement avec la police ou la GD. Si B & B ont évité de s'accoquiner avec le Milieu, n'était-ce pas précisément en raison de leur expérience d'enquêteurs ?...   Et vous oubliez dans votre hypothèse de travail la réalité d'une prime représentant un "camping" (caravane) digne d'un château.

Quid d'expérience...   pour vivre en autarcie, il convient impérativement  d'avoir un peu "la main à tout"...   Hors, il est clair que les TBW ignoraient tout de l'art de prendre une voiture dépourvue de clefs...   un art que les "voyageurs" maîtrisent pratiquement dès le berceau...   Même les technologies hi-tech ne présentent pour eux -souvent illettrés- qu'une simple formalité...   le temps d'enlever une voiture (parfois avec un engin de levage "emprunté"...   ceux-ci sont rarement sécurisés) et de la désosser pour constater ce qu'elle "a dans le ventre"...   la Mairie de Paris a fait l'amère expérience du procédé avec ses parcmètres réputés "inviolables" à une époque...   "Ils" en scièrent un et dans la semaine qui suivit les mômes de 10 ans les vidaient aussi surement que des troncs d'église...  Ne parlons pas des maisons...   ni même des chiens de garde rendus "curieusement" silencieux lors d'incursion de "voyageurs" (un signe en soi !); l'art de la survie et du détournement de fonction des objets basiques leur tient lieu d'intelligence.

A un moment donné -je n'ai jamais jeté le bébé avec l'eau du bain, et toute piste reste ouverte à mes yeux- je m'étais intéressé à l'hypothèse d'une fratrie...   mais il y a le "Vieux" pour faire dissonance...   à moins d'un père ?...   Mais là encore l'accumulation de fuites possibles (épouse délaissée, belle-sœur jalouse, etc... ) amenaient de sérieux bémols.

De quelque manière que l'on tourne le problème cette chape de silence représente un mystère à elle seule.


je veux bien mais il ne faut pas oublier que toute une série d'éléments nous interpellent. Les voitures sont désossées. La radio et les baffles sont retirés. Jusqu'à la l'allume cigare. Il n'y a pas de petits profits. study
Revenir en haut Aller en bas
Henry

avatar

Nombre de messages : 2256
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Maubeuge, 14 août 1982   Mar 17 Oct 2017 - 18:27

Je vais faire un parallèle avec l'affaire Cools.
Dès que cette affaire à éclaté et que les enquêteurs ont travaillé, de nombreuses affaires connexes sont venues à l'oreille du public et ont donné lieu à des condamnations.
Ici, dans les tueries, malgré les qualités des enquêteurs et les moyens mis à leur disposition, rien, j'écris bien rien n'a donné lieu à un quelconque procès.
Que l'on ne vienne pas me parler de la bande de Baasrode.
Et si on vient me dire que je ne sais pas si les enquêteurs étaient de qualité et si vraiment des moyens colossaux étaient à disposition, je répondrais que je fais partie des gens trompés par nos gouvernants.
Revenir en haut Aller en bas
CS1958



Nombre de messages : 3169
Age : 59
Localisation : LILLE
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Maubeuge, 14 août 1982   Mar 17 Oct 2017 - 18:49

"Ici, dans les tueries, malgré les qualités des enquêteurs et les moyens mis à leur disposition, rien, j'écris bien rien n'a donné lieu à un quelconque procès".

Relisez mes dernières interventions s'il vous plaît.
La justice est un gigantesque rouleau compresseur.
Le problème dans l'affaire qui nous intéresse, c'est qu'il y avait deux rouleaux compresseurs au moment crucial ; d'un côté en terre flamande et de l'autre côté en terre wallonne.
Ensuite, ne vous faites aucune illusion. Au plus vous avez d'intervenants au plus vous avez de risques de dérapage et d'erreurs techniques.
Regardez un peu par curiosité du côté français les grandes affaires qui ont défrayé la chronique depuis quelques années et vous verrez que tout le monde était parti bille en tête, avec des certitudes en béton armé, à tel point que certains dossiers au sein même du tribunal, étaient enfermés dans des coffres-forts. Pour quel résultat ?
Il faut intégrer la notion « d'aléa judiciaire ».
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1990
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Maubeuge, 14 août 1982   Mar 17 Oct 2017 - 19:37

guy mayeu a écrit:

Michel-j,

vous avez écrit :

''De quelque manière que l'on tourne le problème cette chape de silence représente un mystère à elle seule.''

Je commence tout doucement à penser que peut-être il y aurait un problème d'audition.

Cordialement à vous Michel-j

En ce qui me concerne, le problème n'est pas seulement auditif (suis déficient à ce niveau...   séquelles de trop d'années de galère, sans doute, si l'on en croit les semeurs d'alerte cléricaux d'antan); j'avoue en pas saisir "l'astuce" scratch ....   et, adorant l'humour, moteur essentiel de la "remise à plat" des problèmes les plus graves, j'en suis navré.  Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1990
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Maubeuge, 14 août 1982   Mar 17 Oct 2017 - 19:40

CS1958 a écrit:

Il faut intégrer la notion « d'aléa judiciaire ».

Tiens donc ! On en apprend tous les jours niveau sémantique...   "aléa" serait-il donc le parfait synonyme (rare en langue française) de prostitution ?
Revenir en haut Aller en bas
guy mayeu



Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 30/08/2016

MessageSujet: Re: Maubeuge, 14 août 1982   Mar 17 Oct 2017 - 19:57


@Michel-j,

loin de moi l'idée de vous traiter de sourd ou autre méchanceté.
L'oreille que j'évoquais est bien entendu judiciaire, un tel silence n'existe pas,
pas pendant 30 ans, le problème se situe au niveau de la réception.

Cordialement à vous Michel-j
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 1990
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Maubeuge, 14 août 1982   Mer 18 Oct 2017 - 9:17

Bonjour Guy,

Autant pour moi ! L'âge et les séquelles de 2 AVC prennent parfois un malin plaisir à perturber la corrélation entre les quelques neurones encore actifs qu'il me reste...   et pour ce qui aurait pu être une plaisanterie, rassurez-vous, je ne l'aurais pas mal prise; vos posts attestent d'un manque certain de virulence ou d'irrespect envers les autres membres...   et je ne suis pas d'un naturel censeur.

Le gros problème que connait le système judiciaire, c'est qu'en tant qu'organisme d'Etat, les membres n'en sont pas élus...   et si foirade il y a, les membres de cette brave confrérie jouissent du droit régalien de (ne pas) se juger entre eux. Leur situation, leur salaire et leur retraite se verraient menacés (en faisant l'impasse sur les breloques méritoires qu'ils arborent plus fièrement que les potentats de républiques bananière n'ayant jamais foulé un champ de bataille) que nous assisterions à beaucoup moins de "pertes de mémoire" et autre réponses en queue de poisson lors de commissions instaurées après un dysfonctionnement...   coup de goupillon absolutoire dont la solennité en impose toujours au peuple grâce à la mise en scène des médias. 

Le problème lorsqu'une caste se sait intouchable (sauf piraterie flamboyante comme celle d'un certain substitut bruxellois, meurtre de son épouse comme un haut magistrat Hennuyer et cleptomane, ou persistance dans la fréquentation des pissotières publiques surtout hantées par de vénaux ados Carolos) elle ne se connaît plus d'interdits. Il est rarissime que des magistrats en viennent à poser leurs fesses sur la sellette. Les quelques faits divers énoncés plus haut nous rappellent combien, en dépit du statut frisant le sacré, ils ne restent que des hommes tout aussi faillibles que ceux qu'ils ont à juger.

Début des années 80 une société de type boule de neige, initiée par une jeunesse bruxelloise hyper friquée et protégée, mais tout aussi délinquante, rajouta une couche de misère chez les chômeurs croyant avoir trouvé un job; la société Smile...   Une arnaque la plus écœurante qui soit puisqu'elle vise essentiellement des chercheurs d'emploi et autres économiquement faibles. La "justice "batailla", ou du moins donna-t-elle l'impression de le faire, des années avant de trouver les failles des statuts artistiquement montés de la-dite société. Des statuts établis sur les carences des Codes par un virtuose en la matière; un président de tribunal de Liège (si ce n'en fut le plus haut) grassement rétribué pour l'occasion...   et qu'advînt-il de ce charmant citoyen n'ayant pas "violé les lois" mais ayant simplement permis à des aigrefins déjà milliardaires (le magistrat fut payé Avant) de gonfler encore leur bas de soie ? Devinez !

Que personne n'essaye de se défendre au pénal en brandissant de tels arguments; les magistrats "SONT" la société outragée...   quand l'utilité de celle-ci s'impose en tant que paravent ou bouclier. En temps ordinaires et selon leur spécialité, ils n'estiment en être QUE les représentants...   histoire de ne jamais prêter le flanc à une responsabilité.

Si les lois restent aussi mal faites, c'est uniquement par paresse des citoyens. Une fois qu'ils ont "donné" leur voix par le biais des urnes, ils deviennent aphones face aux abus des élus...   toujours prompts à pondre des textes qui leur sont avant tout favorables.

Bien cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
C.P.



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 05/01/2018

MessageSujet: Retour à Maubeuge   Dim 7 Jan 2018 - 16:12

Bonjour à toutes et tous,

Je viens de parcourir le fil de discussion sur Maubeuge, et je ne peux qu'applaudir à tout ces raisonnements si bien argumentés.
Je me souviens de cette "épicerie" Piot où mes parents allaient s'approvisionner de temps à autres en boissons spiritueuses bien moins onéreuse que dans notre petite localité d'Erquelinnes, et bien plus proche que les villes de Mons ou Charleroi. Maubeuge n'était pas une ville si sinistrée que cela, car j'ai le souvenir de ma Mère allant y acheter son parfum et ses bas-nylon... que l'on me faisait passer la frontière à Jeumont par les petites ruelles de servitude donnant sur la rue St Antoine.

Les frontaliers se souviennent que dans les années '70/80, tous les axes de communication traversant la frontière étaient symboliquement barrés. Il y avait notamment le poste de douane Erquelinnes - Jeumont avec sa grande barrière rouge et blanche généralement abaissée où il fallait de temps à autre montrer sa carte d'identité au douanier de service.
Donc , en 1982, pour passer d'un côté à l'autre de la frontière, si ce n'était téoriquement pas difficile, mais il y avait toujours un risque de se faire surprendre par la Gendarmerie ou la douane...

Pour en revenir à la fuite des malfrats de Maubeuge, ils tout à fait pu passer la frontière sans se faire remarquer par le poste de Vieux-Reng (F) / Grand-Reng (B)

Je n'ai vu nulle part sur ce forum d'indication concernant le nombre de coups de feu tirés d'une part par les malfrats, et d'autre part par les policiers français. Quelqu'un peut le dire?

Remarque sur l'arme présumée du malfrat tireur : FN Herstal / Browning mod.1910? Chargeur de 9 coups. Ce type d'arme a équipé les gendarmes belges jusqu'au début des années '80, équipa plus longtemps encore les douaniers et autres gardes forestiers belges. Certaines polices françaises en furent également dotées.

A noter pour les amateurs de complots que ce fut ce type d'arme qui servi à tuer l'Archiduc François-Joseph à Sarajevo en 1914:drunken:
Revenir en haut Aller en bas
C.P.



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 05/01/2018

MessageSujet: Re: Maubeuge, 14 août 1982   Dim 7 Jan 2018 - 19:22

Toujours à propos de Maubeuge:

Début 1974, le Centre Ecole Régional de Parachutisme du Nord déménagea de l'aérodrome de Lille-Bondues vers celui de Maubeuge-Elesmes, plus connu sous le nom de "La Salmagne". Il est situé plus ou moins au sud-est de la route menant au poste frontière de Vieux-Reng/Grand-Reng (point de passage possible déjà mentionné).

Le CERPN, organisme départemental dépendant du Ministère des Sports si ma mémoire est bonne, mettait à la disposition des para-clubs locaux (Maubeuge, Lille, Calais, Dunkerque, Lens...) les infrastructures, les moniteurs et le matériel nécessaire à l'entrainement au parachutisme sportif.
Qui fréquentait la Salmagne fin '70, début '80?

On trouvait pour une bonne part des Français, une part non-négligeable de Belges, et après quelques années des sportifs de toutes sortes de nationalités venant s'entrainer dans un centre qui avait alors acquis une grande renommée en matière de voltige, PA, et surtout en vol relatif.

Qui étaient ces sportifs s'adonnant au plaisir de sauter d''un avion en bon état de marche?

Chez les Français : beaucoup de sportifs compétiteurs, quelques militaires en activité cherchant à améliorer leurs performances en matière de parachutisme sportif, des anciens militaires vétérans ou non d'Indo, d'Algérie, du Tchad etc. Certains pratiquaient plus les activités "bar" que le saut en chute libre.

Chez les Belges : même chose que chez les Français, avec une petite nuance concernant les "vétérans" qui avaient "fait" le Congo, le Katanga, avec le Régiment et/ou comme mercenaire.

Les autres nationalités n'étaient généralement représentées que lors des stages ou compétitions internationales et frayaient peu avec les locaux.

Il faut dire qu'il y avaient aussi tout une série de personnages "glauques" qui fréquentaient aussi le bar : cela allait du sous-off recruteur de la Légion Etrangère, à l'escroc cherchant à refiler du matos pourri, de mirobolants contrats de "technicien" à l'étranger (surtout en Afrique), en passant par les habituels vrais/faux durs qui se disaient anciens de la Légion, des Paras, des mercenaires, de la CIA/Mossad/GIGN/SR/OAS/SAC, hâbleurs, fanfarons, mythomanes, tous à l'affut d'une bonne poire pour écouter leurs prétendus exploits du passé, et/ou se faire rincer la gueule, ou encore à proposer un coup foireux.

Il y avaient aussi des "vrais", ceux qui avaient "vu l'éléphant", qui eux, étaient beaucoup plus discrets sur leur passé.

Il y eu dans ces années là beaucoup de bagarres en ville, de rixes internes et externes, de bistrots mis à sac, d'histoires de femmes. C'était un milieu très fermé, très viril, et hyper-macho, idéal pour des "mecs" de tout âge cherchant l'adrénaline les sensations fortes...

On parlait aussi d'armes, entre connaisseurs, certains on peut-être en vendu ou acheté, mais rien qui ressemble à un trafic organisé. Il y a eu quelques épisodes où des joints et des doses circulaient, surtout quand les Hollandais, les Américains ou les Autrichiens venaient en stage, mais peu de vrais paras en consommaient. C'étaient plutôt la faune qui gravitait autour...

Y avait-il des gens capables de commettre des braquages violents? Certainement, mais je reste convaincu que si les auteurs des faits de Maubeuge étaient issus de ce milieu, le résultat aurait été très différent!

Je n'étais plus au para-club de Maubeuge en 1982, je n'ai jamais entendu parler qu'il y ait eu enquête sur le site de "La Salmagne", quelqu'un peut-il me le confirmer?

Au Nord du terrain, il y avait un chemin agricole menant vers Marpent/Jeumont, et vers Erquelinnes via le lieu dit "Le Camps turc", endroit ou se rassemblaient parfois des gens du voyage.

Tout çà ne nous dit pas qui a blessé le pauvre policier de Maubeuge.

Pour terminer avec le sujet de "La Salmagne", et à prendre avec humour SVP : Un pilote (décédé à l'heure actuelle) du Pilatus qui avait volé aussi au Katanga pour son propre compte et sur le Fouga katangais, a été nommément accusé sur autre forum français d'avoir abattu l'avion de Dag Hammarjkold... ce qu'il m'avait formellement démenti à l'époque, avec détails techniques, carte de nav' et tout, donc il n'y a pas lieu d'établir un lien entre la Sécession katangaise, l'assassinat de Lumumba et les TBW.

Bonne semaine,
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maubeuge, 14 août 1982   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maubeuge, 14 août 1982
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
 Sujets similaires
-
» Vague d'OVNIS dans la vallée de l'Hudson entre 1982 et 1986
» (1982-2002) E.T. l'extra-terrestre (E.T. the extra-terrestrial) réalisé par Steven Spielberg
» 10 septembre 1982 - Echec Ariane 1 L5 - MARECS-B, SIRIO-2
» Novembre 1982
» Bresil - 7 mars 1982 - Campo Grande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: PRESENTATION DES TUERIES DU BRABANT :: Les faits :: Maubeuge, 13 août 1982-
Sauter vers: