les tueries du Brabant

forum sur les tueries du Brabant
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Interview Michel Libert

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
HERVE



Nombre de messages : 13233
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Ven 1 Déc 2017 - 12:44


Un message de Michel Libert

_ _ _

Nous avions, dans le cadre d'un besoin de soutien, un accès sous conditions précises à une capacité aérienne (hélicoptère et pickup). Trois stations par moi inconnues mais situées, la première en périphérie d'Antwerpen, la seconde en Brabant wallon et une troisième en banlieue Sud ou Sud-Est de Paris.

Même disponibilité en matière d'exfiltration ou de transfert d'individu par l'usage d'ambulance(s) privée(s).

Identiquement possible, une exfiltration ou transfert par voie maritime (fluviale y compris).

TC

ML

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13233
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Ven 1 Déc 2017 - 17:32


Un autre message de Michel Libert

_ _ _

... l'avocat Me Vincent Van den bosch / bossche ... je ne l'ai, à mon souvenir, jamais rencontré mais je peux confirmer que c'est une des autorités desxquelles Paul Latinus recevait ses instructions.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13233
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Lun 4 Déc 2017 - 12:07


Une réaction de Michel Libert à propos d'extraits du livre suivant :

L'enquête: 20 années de déstabilisation en Belgique

Hugo Gijsels - 1990 - 272 pages

Page 140

(...)

Dans le "Humo" n° 2435, la journaliste Hilde Geens révèle d'autres faits liés au même réseau de relations : "Le 27 septembre 1983, Michel Libert est en détention préventive dans le cadre de l'enquête relative au vol des télex de l'OTAN. Ce jour-là, une BMW Galant gris perle immatriculée 3VV 70 s'arrête devant le n° 6 de la rue Vander Schrick à Saint-Gilles, dont Libert loue le premier étage. Un sexagénaire élégant, grand et mince, au visage long et barbu, donne des ordres à quelques jeunes gens. Les archives du WNP sont chargées dans la BMW sous les yeux des policiers de garde.

La voiture est inscrite au nom de la société Himalbo, à Kapellen, un courtier modeste si l'on en croit son bilan. Son gérant est Fons Jacobs qui, selon les fichiers du WNP, est également une connaissance d' Herman Geschier , l'homme qui aurait véhiculé Ekkerhard Weil, un marchand de canons, une relation d'affaires de Benoît de Bonvoisin, qui a disparu dans la nature le jour où il fut fiché par le WNP. Jacobs est décédé depuis lors. Qui pourra dire un jour où sont cachées les archives du WNP ? A moins qu'elles n'aient été recyclées depuis longtemps et réutilisées par une autre milice ?"

Page 141

Cette dernière hypothèse n'est pas sans fondement. D'après certaines sources, le WNP fut ou est un petit groupe faisant partie d'une entité plus grande. (...) Gérard Rogge déclara devant la commission d'enquête parlementaire que le WNP aurait été chapeauté par une structure du nom de Burafex (Bureau des affaires extérieures). Il y aurait eu à la tête de cette structure des personnalités éminentes du CEPIC, un colonel de la gendarmerie et un membre de l'entourage du baron de Bonvoisin.

_ _ _

Dans le même livre :

(...) Les enquêteurs ne savent presque rien sur l'aile flamande du mouvement, à part quelques noms : Félix De Ceulaerde, Karl De Lombaerde, Guido Delvaux, Fons Jacobs, Walter T., Gilberte H. et un certain J.B (...)

​_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Réaction de Michel Libert :

_ _ _

L'extrait que vous me faites parvenir a retenu, il y a bien longtemps, mon attention. Je me rappelle que cet extrait m'avait été renseigné par je ne sais plus quel quidam me posant la même interrogation qu'en vos colonnes. N'ayant jamais lu le livre de Hugo Gijsels, et ayant eu au fil des ans d'autres préoccupations plus essentielles et vitales, je n'y ai plus prêté d'intérêt primordial et avais finalement complètement oublié cet événement.

L'année de mon incarcération en préventive était celle durant laquelle le WNP devait inclure près de 120 candidats AX et JU issus des Flandres et des Pays-Bas. Les dossiers individuels avaient été préparés après certains interviews individuels indispensables pour certains candidats s'étant déroulés précédemment auprès de référants inconnus de moi.

Ces dossiers devaient m'être remis pour finaliser/assurer la coordination avec tous les services avec lesquels nous devions entretenir les relations d'usage.

Il m'avait été recommandé, quelques mois plus tôt, de prendre en ce sens de l'avance en matière administrative interne (notamment déléguer les devoirs de traduction et d'adaptation) afin d'absorber au plus vite le nouveau contingent et d'établir les avenants nécessaires à la bonne tenue de la discipline entre les nouvelles cellules tout autant que de créer le fonctionnement d'une caisse d'assistance fraternelle (cotisation obligatoire destinée à alimenter un compte destiné à venir en aide à tout membre subitement dans le besoin suite aux aléas d'une opération manquée ou compromettante) en usant des avantages et possibilités offerts par le mécanisme bancaire interne existant.

Toute l'infrastructure était prête au moment de mon arrestation et l'accord passif du PAL obtenu dans les délais pour les termes, autorisation et mécanismes utiles.

La plupart des documents et dossiers ayant été, les uns détruits, les autres déplacés ... les perquisitions, intervenues après le délai de sécurité, n'ont pu donner satisfaction aux autorités judiciaires.

Je suppose donc que les archives dont question en cet extrait de Hugo Gijsels,  et à cette adresse particulière, concernait plus que probablement et d'évidence celles portant sur les profils des nouveaux candidats néérlandophones et que leurs dossiers ont été traités immédiatement au sein d'autres cellules / chaînes de parrainage intactes. L'anonymat des nouveaux candidats fut donc et ainsi, j'ose espérer, conservé.

Quant aux 55.000 fiches/dossiers, comme jamais on ne me les a présentées lors de mes auditions, je suppose également qu'elles faisaient partie de ce transfert sous bonne garde.

TC

ML

Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Lun 4 Déc 2017 - 15:32

[quote="cobra"]

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20140207.OBS5581/rwanda-une-barbouze-francaise-au-c-ur-du-genocide.html = Dos KOLWEZIE absolument à lire.

A lire, en effet.

Le journaliste Serge Garde avait recueilli le témoignage d'un douanier qui, peu avant l'attentat contre Habyarimana, avant tenté de contrôler la cargaison d'un avion militaire US sur la base de Châteaudun (je crois me souvenir, et je peux me tromper, que c'était deux jours avant), deux caisses contenant des missiles, prétendument à destination de l'Indonésie via le Caire. Le pilote, US, a chambré le douanier, pas question de vérifier quoi que ce soit.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13233
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Lun 11 Déc 2017 - 16:34



Un message de Michel Libert

_ _ _

Voici un supplément d'information qui intéressera l'historien. Tout le monde est en principe à présent décédé et la photo ne présente plus un caractère pouvant mettre injustement à mal une quelconque réputation. De plus il est, je pense, honnête de contribuer à l'information utile.

Voici la moitié de l'effectif décisionnel du volet néérlandophone du WNP et d'autres structures apparentées lequel allait distiller en nos rangs les 120 nouveaux candidats (AX et JU) devant intégrer la structure à partir de 1983.

Voilà qui permettra dans le tumulte actuel de constater/croiser/recroiser des données pouvant éventuellement/accidentellement concerner de près ou de loin les tueries ... sait-on jamais ...





Revenir en haut Aller en bas
Human



Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 21/11/2015

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Lun 11 Déc 2017 - 16:48

Merci Hervé
De quand date cette photo?
Peut-on mettre des noms sur ces visages?
Revenir en haut Aller en bas
RB



Nombre de messages : 279
Date d'inscription : 25/06/2011

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Mar 12 Déc 2017 - 5:34

@Michel Libert
Comme je vois que vous suivez ce forum, permettez-moi de vous poser 3 questions.

En son temps, René Haquin m'avait signalé que vous aviez un jour été controlé par Pol Bru alors que vous faisiez une surveillance... Vous auriez à ce moment-là présenté une carte de détective des bureaux ARI.
1) Confirmez-vous cette info ?
2) Si oui, est-ce bien Bouhouche qui aurait remis ce type de cartes à des membres du WNP voir à vous-même?
Autre question:
3) Trois dossiers confidentiels de la Gd Info remis par Bouhouche à A.W. ont-ils servis à ce dernier comme "examen" d'entré au WNP ?
Merci d'avance de vos réponses
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lederniermensonge.com
HERVE



Nombre de messages : 13233
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Mar 12 Déc 2017 - 13:06


Voici les commentaires de Michel Libert ...

_ _ _ _ _


Monsieur "RB",

Je parcours, en effet, depuis l'invitation de Monsieur Leurquin à collaborer en répondant aux éventuelles questions des investigateurs en ce blog, régulièrement les articles.

Afin de tenter de répondre pleinement à vos trois demandes, je vous prie de trouver ci-dessous les extraits adéquats.

>> Extrait du contenu de mon interview publié en ce blog :

Vous aviez des contacts avec le groupe G?

Je sais qu'il relevait du parti Forces Nouvelles et qu'il ne se cachait pas.

Mais je crains que vous deviez prendre des distances avec des conclusions hâtives prises par les enquêteurs (sciemment ou pas).

En effet, un tel groupe, ne cachant nullement ses intentions, ne pourrait attirer qu'un seul intérêt de la part d'autorités judiciaires mal informées ... celui de proximité quotidienne. Le groupe G était bien inoffensif.

Bouhouche et Beijer en faisaient partie mais leur route a entretemps bien entendu évolué. Ils ont, selon mes souvenirs, progressivement disparus de cet environnement d'engagement purement politique et bon enfant pour joindre d'autres sphères plus spécifiques, entre-autres, le WNP comme auxiliaires, à l'instar de Bouhouche. Lors de notre dernière entrevue, il me disait être ... avec son équipe ... à mon entière disposition pour toute mission dans laquelle leurs talents respectifs pourraient être souhaités.

Vu la règle absolue de discrétion et d'anonymat ... aucun nom n'a jamais été divulgué, les contacts ne pouvant être pris et conclus que par voie d'échanges de cartes et de codes, et en dernier recours éventuel via l'emploi de la carte RP en usage dans le groupe Centra.

Le jour du défilé militaire du 21 juillet de la période dans laquelle j'ai participé au débat Gladio en la Maison des Parlementaires, je remontais les troupes prenant place afin de rejoindre la zone publique du Parc royal. Un officier de Gendarmerie est sorti des rangs, s'est discrètement approché de moi et m'a dit :"Bonjour Monsieur. Permettez de prendre quelques secondes. Félicitations pour votre courageuse intervention durant le débat. Vous ne me connaissez pas et c'est mieux ainsi mais sachez que nous sommes nombreux à être à vos côtés."

>>> Correspondance avec Mr Mero

Bonsoir Monsieur Mero.

Ce que vous avez reçu comme information par Monsieur Beijer à mon sujet est faux. Il doit confondre avec un autre cadre ou satellite. Lorsque j'étais dans l'obligation de prendre des mesures via la police, je devais user de la carte SIPO et si la patrouille se trouvait réticente à collaborer, celle-ci devait être conjuguée à des numéros de téléphone de référants précis.

Quant à la question d'une quelconque collaboration, aucune ne fut activée dans le cadre ARI. Les registres facturiers de la SCAG de l'époque ainsi que les registres clientèle et opérationnel en font foi.

Je sais que je pouvais compter sur Madani Bouhouche et son / ses réseaux en cas de besoin ...besoin dont je n'ai, à mon bon souvenir, jamais demander à bénéficier malgré son amicale insistance. Par ailleurs, il était en relation suivie avec Paul Latinus et / ou l'environnement dont il dépendait (niveau Burafex ... JP Dumont, Bernard Mercier et consorts). Je crains que nous aurions pratiqué double-emploi.

Un autre quidam du réseau aurait-il usé d'une carte ARI ? ... C'est bien entendu possible. Il faudrait alors gratter du côté des amis communs de l'époque.

Enfin, lors, je n'ai connu aucun prénommé Tom ...hormis un matelot à la Force navale.

Respectueusement vôtre,

ML


-------- Original message --------

From: Mero Vinger

Date:16/08/2017 16:59 (GMT+01:00)

To: Michel Libert

Subject: Carte ARI

Bonjour Mr. Libert,

Je viens de lire le message suivant, datant de 2008, de Robert Beijer sur votre personne. Un message qu'il a écrit en réponse d'un message d'un certain Tom.

Est-ce exacte que vous étiez en possession d'une carte du bureau de détective ARI (bureau de Bouhouche et Beijer) et que vous avez montré cette carte lors d'un contrôle de police? Avez-vous, ou autre membre du WNP, travaillé officiellement pour ARI?

Tom a écrit:

...
si je me souviens bien y avait une histoire comme quoi il arrivait à Bouhouche ( peut être à BR mais dans le doute je m'abstiens) d'utiliser les services de gars du WNP , enfin une histoire de carte de l'agence trop généreusement distribué ... peut etre que je me trompe et que ma mémoire flanche déja ... peut etre que BR peut me rafraichir la mémoire , sinon je vais dire des conneries
B.R. a écrit:

Un jour, au retour de vacances et après une conversation avec René Haquin, lequel m'apprenait qu'un certain Libert du WNP aurait été contrôlé par la Police avec une carte de l'agence ARI, j'ai décidé de vérifier. J'ai pu constater assez facilement qu'il manquait une trentaine de cartes de membre de l'agence ARI et ce par rapport au nombre de départ et au nombre de cartes déjà distribuées aux agents. Or, il s'agissait de toutes nouvelles cartes assez élaborées, que je venais de faire faire. J'en ai déduit que René ne m'avait pas raconté de blague. Or, seul Bouhouche et moi avions accès à ces cartes. Pour moi, il est clair que c'est Bouhouche qui a procuré cette carte, soit directement, soit via son ami A.W. Et contrairement à ce que vous écrivez, TOM, c'est donc le WNP qui utilisait les compétences de Bouhouche et non Bouhouche ou l'agence ARI qui utilisait le WNP! La nuance me paraît importante à souligner.

Bien à vous,

Mero

>>> Quant à votre question suivante :

3) Trois dossiers confidentiels de la Gd Info remis par Bouhouche à A.W. ont-ils servis à ce dernier comme "examen" d'entré au WNP ?

Je ne peux répondre ... à mon niveau de connaissance ... que par la négative. Bouhouche était déjà un élément "installé" dans la sphère d'action de Paul Latinus avant que je ne le connaisse.

Je me rappelle approximativement de l'existence de ces dossiers et de la transaction effectuée ... mais certainement pas pour un examen d'entrée. Que s'est-il passé en coulisses ? ... Je ne peux me permettre, faute d'éléments, d'émettre une quelconque hypothèse.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13233
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Mer 13 Déc 2017 - 12:22


La date du cocktail à la rue du Mail où tous les "pontes" se sont réunis est le 29 octobre 1981.


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13233
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Mer 13 Déc 2017 - 13:02


Un message de Michel Libert :

_ _ _


(...) d'autres réunions importantes ont eu lieu dans des locaux du "Residence  Palace" à Bruxelles.

Je me rappelle que de nombreux locaux et de nombreuses salles étaient inaccessibles et que celles menant à une cour intérieure avaient été aménagées.

Les dates de ces réunions (du moins celles auxquelles j'ai été convié) ont été consignées dans mes agendas opérationnels.

Par ailleurs, Karl de Lombaerde m'a informé de sa participation à une importante réunion avec des officiers (entre-autres de la Gendarmerie) sise dans (dixit) une des "magnifiques" salles "du concert". Il pouvait y aller, malgré son handicap, à pied.  

Serait-ce le "Concert Noble" ?

TC

ML

_ _ _ _ _


Note :

Le "Résidence Palace", près du rond-point Robert Schuman, a été une résidence pour personnes âgées qui pouvaient y loger et disposaient d'équipements communs comme un restaurant et un théâtre (aussi une piscine ?).

Dans les années 1980, il était occupé par le Ministère des Travaux Publics. Ce Ministère était aussi installé au WTC.

Il faut rappeler le parcours de Guy Mathot :

06.1977-10.1978 : Ministre des Travaux publics et des Affaires wallonnes dans le gouvernement Tindemans IV
10.1978-12.1978 : Ministre des Travaux publics et des Affaires wallonnes dans le gouvernement Vanden Boeynants II
04.1979-01.1980 : Ministre des Travaux publics dans le gouvernement Martens I
01.1980-04.1980 : Ministre des Travaux publics dans le gouvernement Martens II

_ _ _ _ _


Pour information :

http://www.venues.be/fr_BE/room/concert-noble-16


Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13233
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Mer 13 Déc 2017 - 18:22


Un message de Michel Libert

_ _ _


Je commence à parcourir de nouvelles colonnes et ai relevé ce qui suit:

Pourtant, '' vieux '' sera décrit avec des gants de vaisselle

User de gants de vaisselle était un sujet de conversation que j'ai eu personnellement avec Christian Elnikoff, lequel m'expliquait que cette sorte de gants est la solution nec plus ultra pour de ne pas laisser de traces évidentes/avérées ni sur l'arme utilisée ni sur les vêtements. Il se basait sur ses multiples expériences d'exécutions lors de son parcours durant, notamment, la guerre d'Algérie.

Je trouve interpellant, donc, de trouver cette particularité insérée dans vos colonnes (fil Ohain, 2 octobre 1983, page 15) alors que j'en ai abordé la chose il y a bien longtemps avec les enquêteurs de l'époque, qui, je m'en rappelle, trouvait l'idée très "rigolote".

En partant du principe que Elnikoff souhaitait à la fois prester au sein des services d'information du WNP et ... agir en électron libre au dehors de celui-ci, on pourrait supposer qu'il aurait sinon participé, tout du moins éduqué ses sbires très privés, l'un d'eux se retrouvant sur le terrain.

TC

ML

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13233
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Jeu 14 Déc 2017 - 6:40


Une question d'un membre du forum ...

Avez-vous déjà entendu parler du colonel De Buyst ?

La réponse de Michel Libert :

_ _ _ _ _

C'est un nom qui m'était inconnu à l'époque.

J'ai entretemps parcouru les colonnes du blog concernant ce colonel. Les photos affichées n'éveillent aucun souvenir physique.

Permettez moi, à nouveau, de suggérer fermement aux lecteurs que le WNP ne PEUT EN AUCUN CAS être considéré comme une organisation.

De plus, à force de focaliser éternellement et à "tout propos" sur la seule structure WNP, on omet d'ouvrir d'autres portes qui seront, elles, concrètes. Je n'ai de cesse de le répéter. Et croyez moi qu' il est usant (tout autant que parfois désopilant) de sempiternellement tenter de faire entendre raison à tous les investigateurs (médias, enquêteurs et Parquets y compris). Pour ma part, cela fait plus de trente ans que j'ai soufflé de la trompette, du clairon, du cornix, du buccin et parfois, à pleins poumons, du cor comme Roland à Roncevaux.

D'autres cellules/chaînes de parrainage/structures étaient opérationnelles autour du Burafex (et le sont encore aujourd'hui, j'en suis le premier persuadé pour de multiples et évidentes raisons) comme autant de satellites artificiels voguant autour du vaisseau-mère, chacun/chacune ayant son rôle défini dans le cadre de buts, d'actions, d'intentions et d'orientations inconnues des strates inférieures autant que des compartiments voisins.

TC

ML


Revenir en haut Aller en bas
pierre



Nombre de messages : 680
Localisation : charleroi
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Sam 16 Déc 2017 - 0:13

es qu'un groupe (ou cellule)de gauche aurait pu appartenir à Buraflex?
Revenir en haut Aller en bas
http://soscharleroi.com
HERVE



Nombre de messages : 13233
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Mar 19 Déc 2017 - 11:05


Réponse de Michel Libert :

_ _ _

Je répondrai par un oui plus qu'affirmatif.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13233
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Dim 24 Déc 2017 - 18:08


Le "cadeau de Noël" de Michel Libert ...

_ _ _

Hervé, vos questions viennent se loger dans le sillage de celles d'un de vos lecteurs et vous saurais gré d'accepter de publier ma réponse globale en entier sur le fil Marnette ainsi que dans le fil qui me concerne dans le cadre des "échanges Forum" au sujet de mon interview, et ce, afin de rester complet, cohérent et d'éviter de me répéter.

Georges Marnette est un personnage très controversé.


>>> L'approche stratégique judiciaire de tous ces événements "cumulés" méritent, en effet, un éclairage supplémentaire, lequel éclairage, bien entendu, ne plaira pas à tous les lecteurs. Mais croyez bien que mes propos sont foncièrement objectifs et mon jugement loin d'être tracté par une haine ou une rancoeur, lesquelles pouvaient être, à juste titre,toutes deux légitimes.


Cette approche basée sur Marnette, lequel est à l'origine de toutes les circonvolutions judiciaires et politiques à venir, concerne de même façon la plupart des équipes d'enquêteurs et de magistrats qui vont se suivre à la queue-leu-leu durant plus de trois décennies sans que le mécanisme initié ne se grippe.


Marnette ? ... Controversé ? ... Le terme est faible et cette qualification se doit d'être appliquée à bien d'autres.


Il semble avoir eu plusieurs contacts avec Paul Latinus.


>>> En effet. Et le contenu de ces entretiens particulièrement longs et nombreux n'ont jamais, à ma connaissance, filtrés. Aucun de ceux-ci ne m'est d'ailleurs jamais parvenu ni aucun fût-il accessoire, présenté pour info lors d'une quelconque audition.


A votre avis, à quel scénario voulait-il arriver lors des interrogatoires ?


>>> Quel scénario ? ... disons plutôt quel but ...


A clore d'urgence des dossiers gigognes politiques, judiciaires, économiques et financiers, tous intimement interdépendants et plongeant "subitement" un nombre de "puissants" liés par les mêmes intérêts dans un cloaque commun comme autant de nageurs de compétition d'un même club au fond d'une même piscine.


Marnette voulait m'extorquer des affirmations qui, souvent, dans la "forme" attendue auraient pu être considérées correctes mais qui dans le "fond" étaient fort loin de l'être.


L'affaire des télex a été un détonateur et mis le feu, comme cela se passait accidentellement sur des galions, à des barils de poudre explosant successivement dans un désordre absolu.


L'affaire des télex ? ... Un détonateur ... Une pièce jamais prise sérieusement, dès la première heure, en considération et qui a bouté le feu à un premier dossier non sécurisé par les principaux concernés, à savoir une succession d'affaires liées à des ballets roses impliquant systématiquement une ou plusieurs "huiles" elles-même plongées dans d'autres méandres sulfureux qui allaient exploser au fil des devoirs d'enquêtes automatiquement engendrés par une partie non négligeable du système judiciaire même qui les couvrait.


Marnette a usé de tous les stratagèmes afin de nous intimider, de nous faire paniquer et de nous contraindre à répondre à sa logique particulièrement musclée.


A présent, vis-à-vis de moi, qu'y avait-il en son chef de condamnable ?


D'abord, son comportement.


Perso, une fois qu'un officier de police - quelqu'il soit - vous toise avec une condescendance imposée par un jeu de personnalité ou de stratégie/tactique procédurière, il perd anticipativement cinquante pour cent de l'estime qui pourrait m'animer à son égard.


Et lorsqu'il se permet de jouer au "Shérif" (comme d'autres enquêteurs par la suite, d'ailleurs, notamment les enquêteurs Fiévez, Hennebel et dans une moindre mesure Garbar) après avoir gueulé comme un phacochère en déposant violemment sur le bureau son arme de service, dirigée vers vous, et en accompagnant ce mouvement par celui d'un remarquable entre-chat venant s'échouer sur l'extrémité du même bureau, balayant d'un coup de talon les papiers méthodiquement rangés ... il perd dès ce moment le reste de toute estime ou respect que vous auriez pu avoir pour une personne de son rang.


Il était habitué dans sa 23ème Division a être confronté à des voyous notoires, à de sombres brigands, à de tristes crapules de bas étage et je ne mets point en cause son professionnalisme à cet égard particulier. Et je peux supposer qu'il décrochait des résultats plus que valables et fréquents à l'égard de truands. Mais en ce qui nous concerne, nous n'étions pas la même clientèle et je ne comprendrai jamais pourquoi nous n'avons pas été "interviewés"(comme prévu selon l'accord "formel" établi avec Joseph Kausse et Bernard Estievenart) par une personne compétente.


Pour rappel, j'étais initialement "invité" à une "table ronde" pour expliquer les tenants et aboutissants d'affaires/d'opérations en cours (toutes officielles par le crédit accordé par les autorités compétentes et concernées).


Ensuite, sa turpitude.


Sachant de quoi il s'agissait, de quelle sphère l'opération télex relevait et à quels autres nombreux dossiers cela était intimement lié ... il est évident que Marnette avait quitté son rôle d'officier judiciaire et répondait comme un petit soldat aux attentes d'autres strates le guidant dans les méandres de colmatages urgemment ordonnés.


Par ailleurs, au contraire de tout ce qui a été déjà dit sur ses rapports avec l'agent de la Sûreté invité à partager sa soupe, ils étaient tous deux, durant mes auditions, particulièrement fort copains et confidents dans les échanges ... Presque professionnellement complices et intimes, dirais-je même.


A présent, à sa décharge, j'ai pu parcourir un document en ce blog signé par Marnette, rédigé quelques /mois années plus tard (1990 ?) et adressé à sa hiérarchie (Parquet) par lequel il revenait ostensiblement sur ses positions souhaitant que ces dernières conclusions éditées puissent participer tel un outil à une révision systémique.


Croyez-vous qu'il a joué un rôle dans la disparition de certaines archives du WNP ?


>>> A cent pour cent affirmatif. Notamment huit sacs sur les douzes sortis de mon domicile. Il n'en restait plus que quatre dans son bureau lors de mon audition.


< A présent pour répondre à Mr Michel-J >


Je n'avais jusqu'à présent pas éprouvé le besoin d'importuner Mr Libert par des questions mille fois réitérées, mais à l'idée de ce qu'il a pu subir comme épreuve sous le joug d'un bourrin comme Marnette, une question on ne peut plus cruciale me vient à l'esprit...


>>> Monsieur Michel-J, vous ne m'importunez aucunement. J'ai promis à Monsieur Michel Leurquin d'être un livre ouvert tant que les sujets ou suppositions abordés ne viennent pas mettre à mal, voire ruiner la carrière et la vie privée de gens qui n'ont rien à se reprocher. J'en ai fait moi-même une fois encore les frais inutilement en 2014.


Ceci dit, je suis pour tout un chacun ouvert à tout débat.


Quelle était donc la théorie que ce flic, pour le moins "curieux", tentait de renforcer par des aveux "pilotés".... apparemment cheval de bataille de bon nombre de ses semblables en Belgique ?


>>> J'ai répondu au cadre de cette question du mieux que j'ai pu en début de colonne.


Qui plus est, on me demandait des aveux sur base de confirmations de dates liées à des opérations, dates que l'on me reprochait d'avoir oubliées alors que les agendas utiles étaient dans leurs mains et qu'il m'était interdit de les parcourir ... pour me justifier ... de l'une ou l'autre accusation.


A présent, à titre d'amuse-gueule (dans tous les sens du terme) avant de poursuivre, sachez que lors de ma libération de la préventive j'ai été convoqué chez le substitut du Procureur du Roi pour satisfaire à des règles procédurières. Je lui ai demandé: "Pourquoi tout çà ? ... Tout çà pour çà ?" ... A quoi il m'a répondu, réellement goguenard: "Vous auriez dû rester plus discret, Monsieur Libert".


J'ose souligner l'intérêt d'un tel renseignement car il nous permettrait peut-être d'affiner l'approche de certains "déraillements" provoqués. En termes clairs; obtenir au moins une vision claire de l'un des sabotages jalonnant cette interminable enquête.


>>> Je me permets de vous ré-orienter vers mes confidences éditées en ce blog concernant les sujets, réseaux, cellules et organisations sur lesquels les autorités judiciaires, les Parquets et le monde politique d'alors se sont toujours ouvertement refusés d'aborder, d'étudier, d'investiguer, d'éclaircir (Minerve, Scorpion, Epervier, Sparte, Trident, Alliance, Allianz, Beil, Comité Ouwendijk, et d'autres encore).


On ne se dédouane pas de telles projections si il n'y a pas derrière un tel opaque horizon (sur lequel je suis personnellement et récuremment revenu durant plus de trente ans) une quelconque et O combien importante ou vitale raison.


La ou plutôt ... les affaires qui nous occupent à ce jour ... NE SONT PAS ESSENTIELLEMENT BELGO-BELGES ... et impliquent bien d'autres ramifications qu'il serait pour beaucoup regrettable de débusquer.


Il parait évident, avec les recoupements faits jusqu'à ce jour, que les affaires du Brabant Wallon ne relèvent pas "nécessairement", jusqu'à preuve du contraire ou ultime, du grand banditisme mais bien d'un subtil cocktail mélangeant cette particulière voie (pouvant maquiller à jamais un scénario consommé) à la pure politique et aux règlements de compte entre certains puissants, certains notables notamment compromis dans de sombres affaires d'argent, de trafic de drogue, de trafic d'armes, de trafic "d'influences" les plus divers et finalement de moeurs où le sang se mêle contre toute attente au sperme.


Oserais-je attirer votre attention sur le fait que, où que l'on se pose, que l'on se tourne, que l'on se retourne ... les mêmes personnages (puissants, inattaquables, intouchables) émergent "systématiquement" dans chaque dossier lié ou relié au WNP et, surtout, consoeurs ...


Mes interventions à cet égard sont restées autant de lettres mortes malgré les évidences incontestables; Mes suggestions d'enquête, tout autant. Mes convictions comme celles émanant d'un mythomane.


Par au moins huit fois, durant des semaines, les différents enquêteurs m'ont posé les mêmes questions en reprenant toujours tout à zéro ... et en se "refusant" (ou en n'obtenant pas l'autorisation du juge d'instruction) malgré mon insistance de poursuivre plus loin ce que l'on considérait comme divagations. Je vous garanti que trente années ... c'est long ... et humiliant ... surtout quand les enquêteurs vous disent que vous pouvez partir, quitter le bureau mais que vous serez re-convoqué autant de fois qu'il faudra jusqu'au moment où vous aurez "satisfait" ... à leurs questions.


S'intéresser durant trente ans (à force de postposer encore et encore la date de péremption des dossiers au yaourt) aux branches sans sonder ni le tronc ni les racines de l'arbre relève d'une volonté ... celle de punir accessoirement "le petit" (quand on le trouve) pour sa maladresse et protéger "le grand" dans l'intérêt du ou des pays concernés par des affaires nauséabondes et où les liens "fraternels" guidés par le Droit prennent le pas sur la Justice conceptuelle.


Ce serait, je le pense, un beau "cadeau de Noël" offert au forum


>>> J'espère, avec ce développement, avoir ainsi humblement contribuer au cadeau souhaité.

Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2014
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Dim 24 Déc 2017 - 19:05

Je crois qu'un grand merci à Mr Libert s'impose en préambule.

C'est curieux, voyez-vous; irrévérence, termes chocs et absence de langue de bois... l'impression de relire un texte écrit de ma main m'a, à plusieurs reprises, fait sourire.

Je confirme qu'il existe bel et bien une "école" de l'interrogatoire possédant une singularité sauce Belge; la proposition d'une alternative -en réponse à une question inscrite- dont les deux éléments tendent vers la même "suite logique"... l'air de rien on ne vous interroge pas, on pilote vos aveux.

Avec une autre singularité rencontré cette fois dans le cabinet de certains juges; l'emploi de "parfaits synonymes" s'imposant en lieu et place de vos réponses... tels que "probable" au lieu de "possible" (imaginez les implications de tels "aveux" concernant une personne... suspect "possible".

Vous avez conforté à 100% l'idée précise que je m'étais forgé de ce pandémonium si effroyable pour nos enfants... encore de nous jour, puisque la protection judiciaire est ENCORE de rigueur.

Vous avez de même confirmé ce que j'ai appris de l'ambiance majoritaire de la "cellule de crise"... étouffoir à scandales aussi efficient que celui de l'épiscopat, les deux se trouvant, si je puis dire et de "toutes façons" intimement liés.

La sincérité de votre témoignage vous restituera, je l'espère, le respect du à tout homme de conviction... car, comme le veut une citation abusivement attribuée à Voltaire; "Je ne partage pas vos idées, mais je risquerais ma vie pour que vous puissiez les exprimer".

Joyeux réveillons à vous.
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Dim 24 Déc 2017 - 19:47

HERVE a écrit:

Le "cadeau de Noël" de Michel Libert ...

_ _ _



L'affaire des télex ? ... Un détonateur ... Une pièce jamais prise sérieusement, dès la première heure, en considération et qui a bouté le feu à un premier dossier non sécurisé par les principaux concernés, à savoir une succession d'affaires liées à des ballets roses impliquant systématiquement une ou plusieurs "huiles" elles-même plongées dans d'autres méandres sulfureux qui allaient exploser au fil des devoirs d'enquêtes automatiquement engendrés par une partie non négligeable du système judiciaire même qui les couvrait.






Cette image-là, c'est un cadeau de Noël de connaisseur. Merci Monsieur Libert.

Sur le forum voisin (fil Véronique Laurent, pas la remarquable juriste vdbiste qui m'a valu de comparaître en cour d'Assises du Brabant mais celle de Piro-Vial-Nihoul-Dutroux-Lelièvre-Diacosta-etc-etc.), je disais que je voyais un problème manifeste sur les deux forums, c'est que " la clé ne voit que la serrure ", vieux proverbe chinois que j'ai découvert dans la grotte Chauvet ( je refile ça aux amateurs d'énigme qui égaient le forum, que les autres ne s'en formalisent pas, ça n'a aucune importance). Si l'on dispose d'un trousseau de maton ou de cambrioleur, la clé de Noël de Monsieur Libert ouvre le portillon de LA piste à baliser : retracer l'enchaînement obligé de ces " devoirs d'enquêtes automatiques ".
Revenir en haut Aller en bas
falco



Nombre de messages : 328
Date d'inscription : 25/11/2017

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Lun 25 Déc 2017 - 12:07

Bonjour, joyeux Noël,

En clair pour ceux qui n'aimeraient pas la prose que j'apprécie beaucoup, tant qu'on s'occupe volontairement des couillonnades, on ne risque pas de tracasser les intouchables et tout, tout, va continuer hé hé hé.
Revenir en haut Aller en bas
michel-j



Nombre de messages : 2014
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Lun 25 Déc 2017 - 12:11

Si l'on éprouve un quelconque intérêt pour l'Histoire en général, celle de la seconde guerre en particulier, puis de ses conséquences en France au final, on découvre aisément que le parasitage de touts les sphères de l'exécutif opéré par les nazis en zone occupée fit l'objet d'une étude approfondie à Londres... par d'autres futurs "occupants".

Bien entendu, il ne s'agissait au départ que de pouvoir faire "redémarrer" les rouages essentiels de la nation le plus vite possible après épuration; logique. Que le phénomène se soit répété quelques années plus tard pour couler la IV° en vue de rappeler De Gaulle au pouvoir s'inscrivait dans une toute autre "logique". En fait; carrément d'une logistique fort bien pensée.

Laissons de côté quelques instants les trompettes de la gloire de la résistance, ciment de la France ressuscitée, pour examiner les visages "marquants" de la"police" du RPF en lutte d'influence avec le parti communiste, tous issus de la résistance en chevilles avec les services secrets français d'Afrique du Nord, du Milieu pour certains, avec même un passage par la collaboration pour d'autres;

Robert Blémant; commissaire de la DST spécialisé dans l'élimination des collaborateurs. Amassera une
documentation conséquente contre les commerçants un peu moins impliqués. Après
guerre, choisira de rejoindre le Milieu avec ses dossiers.
Joseph Renucci ; Figure du Milieu des années 30 après s'être affranchi de la tutelle de Paul Carbone.
Trempera dans la collaboration jusqu'en 43 jusqu'à ce qu'il sente le vent tourner. Il
se rapproche des services secrets Alliés où il croisera Blément et Francisci. Après
guerre s'associera avec Lucky Luciano pour le trafic des blondes en Méditérranée et
jouera les "monsieur bons offices" entre le sicilo-américain et les Guérini. Sera
impliqué dans l'affaire des bons du trésor avec le député Chalvet.
Marcel Francisci; Fera ses "premières armes" dans l'élimination de collabo, probablement sous l'égide
de Blémant. Deviendra après guerre à Tanger le bras droit de Renucci auquel il
succédera dans le trafic en Méditerranée, passant des cigarettes à la drogue et aux
surplus militaires, notamment les armes.

Ancien commissaire, truand, ancien tireur d'élite militaire, ces trois hommes deviendront de très influents chefs de gang et joueront dans l'ombre le rôle de support politique en fournissant des gros bras lors des campagnes électorale dans le service d'ordre du RPF... instrument de déstabilisation de la IV° république... et terreau du futur SAC qui lui offrira une "vitrine légale".

D'aucuns se demanderont ce que cette histoire vient faire ici, j'en suis persuadé.

C'est pourtant simple; vous avez le schéma illustré des capacités cancérigène des services dévoyés car tout à la fois alliés avec le banditisme lui même associé à une frange politique sans aveu.

Il suffit juste de changer les noms... pour obtenir le visage caché de n'importe quelle nation européenne intoxiquée par les... narcos-services.

Revenir en haut Aller en bas
HERVE



Nombre de messages : 13233
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Jeu 28 Déc 2017 - 7:51


Monsieur Libert,

Vous m'avez parlé de contacts entre Patrick Haemers et Paul Latinus.

Avez-vous plus d'informations à ce sujet ?

_ _ _ _ _

La réponse de Michel Libert :

_ _

Monsieur

Pas plus d'infos que celles que je vous ai fournies.

Ils se connaissaient fort bien et P. Latinus m'a informé à l'époque d'une franche collaboration (à son niveau) avec le concerné.

Je n'ai personnellement jamais rencontré P. Haemers car ce n'était pas le moment adéquat pour rencontrer d'autres contacts ajoutait Paul Latinus.

Il devait me présenter de nombreux contacts/collaborateurs interactifs et de son calibre à un moment qu'il jugerait utile.

TC

ML

Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Jeu 28 Déc 2017 - 10:37

michel-j a écrit:
Si l'on éprouve un quelconque intérêt pour l'Histoire en général, celle de la seconde guerre en particulier, puis de ses conséquences en France au final, on découvre aisément que le parasitage de touts les sphères de l'exécutif opéré par les nazis en zone occupée fit l'objet d'une étude approfondie à Londres...   par d'autres futurs "occupants".

Bien entendu, il ne s'agissait au départ que de pouvoir faire "redémarrer" les rouages essentiels de la nation le plus vite possible après épuration; logique. Que le phénomène se soit répété quelques années plus tard pour couler la IV° en vue de rappeler De Gaulle au pouvoir s'inscrivait dans une toute autre "logique". En fait; carrément d'une logistique fort bien pensée.

Laissons de côté quelques instants les trompettes de la gloire de la résistance, ciment de la France ressuscitée, pour examiner les visages "marquants" de la"police" du RPF en lutte d'influence avec le parti communiste, tous issus de la résistance en chevilles avec les services secrets français d'Afrique du Nord, du Milieu pour certains, avec même un passage par la collaboration pour d'autres;

Robert Blémant; commissaire de la DST spécialisé dans l'élimination des collaborateurs. Amassera une
                        documentation conséquente contre les commerçants un peu moins impliqués. Après
                        guerre, choisira de rejoindre le Milieu avec ses dossiers.
Joseph Renucci ; Figure du Milieu des années 30 après s'être affranchi de la tutelle de Paul Carbone.
                        Trempera dans la collaboration jusqu'en 43 jusqu'à ce qu'il sente le vent tourner. Il
                        se rapproche des services secrets Alliés où il croisera Blément et Francisci. Après  
                        guerre s'associera avec Lucky Luciano pour le trafic des blondes en Méditérranée et
                        jouera les "monsieur bons offices" entre le sicilo-américain et les Guérini. Sera
                        impliqué dans l'affaire des bons du trésor avec le député Chalvet.
Marcel Francisci; Fera ses "premières armes" dans l'élimination de collabo, probablement sous l'égide  
                        de Blémant. Deviendra après guerre à Tanger le bras droit de Renucci auquel il
                        succédera dans le trafic en Méditerranée, passant des cigarettes à la drogue et aux
                        surplus militaires, notamment les armes.

Ancien commissaire, truand, ancien tireur d'élite militaire, ces trois hommes deviendront de très influents chefs de gang et joueront dans l'ombre le rôle de support politique en fournissant des gros bras lors des campagnes électorale dans le service d'ordre du RPF... instrument de déstabilisation de la IV° république...  et terreau du futur SAC qui lui offrira une "vitrine légale".

D'aucuns se demanderont ce que cette histoire vient faire ici, j'en suis persuadé.

C'est pourtant simple; vous avez  le schéma illustré des capacités cancérigène des services dévoyés car tout à la fois alliés avec le banditisme lui même associé à une frange politique sans aveu.

Il suffit juste de changer les noms...   pour obtenir le visage caché de n'importe quelle nation européenne intoxiquée par les...   narcos-services.


Il serait très utile de comparer les trajectoires belgo-congolo-américaines et italo-américaines d'une part, franco-africaines de l'autre de la Libération à la recomposition post-soviétique.
Revenir en haut Aller en bas
Feu Follet

avatar

Nombre de messages : 809
Age : 51
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Jeu 28 Déc 2017 - 12:21

Voilà d'intéressantes infos, qui confortent certaines de mes idées. Et effectivement, comme le rappellent fréquemment Michel-J, Monsieur Lavachery, et il y a quelques années déjà notre membre SII - disparu ? - nous n'avons pas assez examiné les enjeux politiques, économiques et sociaux de la fin de la Seconde Guerre Mondiale, qui contient probablement, dans la plupart des pays occidentaux de la vieille Europe, tous les germes de ces futures dérives connues pendant et depuis la Guerre Froide.
Revenir en haut Aller en bas
frederic lavachery



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 24/10/2010

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Jeu 28 Déc 2017 - 13:56

Feu Follet a écrit:
Voilà d'intéressantes infos, qui confortent certaines de mes idées.  Et effectivement, comme le rappellent fréquemment Michel-J, Monsieur Lavachery, et il y a quelques années déjà notre membre SII - disparu ? - nous n'avons pas assez examiné les enjeux politiques, économiques et sociaux de la fin de la Seconde Guerre Mondiale, qui contient probablement, dans la plupart des pays occidentaux de la vieille Europe, tous les germes de ces futures dérives connues pendant et depuis la Guerre Froide.

L'atome radioactif est à la source de la recomposition de toutes les turpitudes qui font système. Or, la Belgique en fut le pivot politique secret dès 1943.
Revenir en haut Aller en bas
Feu Follet

avatar

Nombre de messages : 809
Age : 51
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Jeu 28 Déc 2017 - 14:29

L'uranium pour la géopolitique alliée d'après-guerre, et le diamant pour les à-côtés économiques d'une nouvelle mafia en devenir...
Revenir en haut Aller en bas
Galahad



Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 24/10/2017

MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   Jeu 28 Déc 2017 - 18:07

frederic lavachery a écrit:
Feu Follet a écrit:
Voilà d'intéressantes infos, qui confortent certaines de mes idées.  Et effectivement, comme le rappellent fréquemment Michel-J, Monsieur Lavachery, et il y a quelques années déjà notre membre SII - disparu ? - nous n'avons pas assez examiné les enjeux politiques, économiques et sociaux de la fin de la Seconde Guerre Mondiale, qui contient probablement, dans la plupart des pays occidentaux de la vieille Europe, tous les germes de ces futures dérives connues pendant et depuis la Guerre Froide.

L'atome radioactif est à la source de la recomposition de toutes les turpitudes qui font système. Or, la Belgique en fut le pivot politique secret dès 1943.


HORS SUJET

Il me semble avoir lu dans la biographie d'Hubert Pierlot (1er Ministre belge en exil à Londres) qu'à la fin de la 2nd GM, la France et le Royaume-Uni s'était mis d'accord pour "mettre un terme" à la Belgique car ces 2 pays étaient arrivés à la conclusion que la Belgique constituait le maillon faible de l'Europe occidentale.

https://www.belgicana.be/produit/pierlot-1930-1950-thierry-grosbois-racine-2007/

Pour s'y opposer, Pierlot obtint le soutient de Roosevelt en lui rappelant la provenance de l'uranium de la bombe d'Hiroshima.

Confirmation sur Wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Little_Boy

Provenance de l'uranium
L'essentiel de l'uranium nécessaire à la production de la bombe provenait de la mine de Shinkolobwe (Congo belge) et put être fourni aux Américains grâce au directeur général de l'Union minière du Haut Katanga, Edgar Sengier, qui avait notamment fait transporter 1 000 tonnes de minerai d'uranium dans un entrepôt de New York en 1939.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interview Michel Libert   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview Michel Libert
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les tueries du Brabant :: BIBLIOGRAPHIE ET INTERVIEWS :: Interviews :: Interview Michel Libert-
Sauter vers: